Agenda chargé…(X-Tinction Agenda)

Xtinction Agenda par Claremont, Simonson , Lee, Bogdnavove et Liefeld…

Première publication le 24/06/14- MAJ le 11/05/19

Un agenda corné par BRUCE LIT

VO : Marvel Comics

VF :  Semic, Panini

A Genosha, on rigole pas !©Marvel Comics

A Genosha, on rigole pas ! ©Marvel Comics

Lorsque débutent les années 90, les Xmen de Chris Claremont n’ont plus rien à voir avec ceux du début de son run. Les doux pacifistes sont devenus une vraie milice impitoyable. Plus de professeur Xavier, plus de costumes, plus d’école et pendant un temps plus de mémoire… Jamais, un auteur n’avait poussé aussi loin nos héros, et franchise oblige, il faut bien remettre de l’ordre dans tout ça.

Claremont ne sait pas encore que les conflits qui l’ont opposé à John Byrne ne sont que pipi de chat à côté de l’avènement des superstars de l’époque, Lee et Liefeld qui vont finir par avoir sa peau, lui, le papa des Xmen modernes. Avant d’être débarqué comme un malpropre, Chris doit donc ranger ses jouets et enchaîner des crossover plus insipides les uns que les autres. Celui-ci bat des records et votre serviteur l’avait déjà trouvé illisible à l’époque. Genosha, une île au large de l’Afrique prive les mutants de leurs pouvoirs et les asservit au profit de sa puissance économique.

 Bien sûr, toujours à la recherche de main d’oeuvre malléable, ces idiots ne trouvent rien de mieux que d’enlever une partie des Xmen. Et d’attendre que l’autre partie vienne leur flanquer la pâtée. L’ambition de Claremont est louable : continuer la métaphore raciale débutée avec les références à Auschwitz en s’attaquant cette fois ci au régime sud -africain de l’époque : l’apartheid.

Nos mutants ont le crâne rasé, sont appelés par des numéros, le regard éteint, ils n’ont plus aucune mémoire. A la tête de Genosha, une présidente sans scrupules qui a l’air d’un travelo, un genegenieur qui se prend pour Mengele et sans doute le pire vilain de l’histoire des Xmen : Cameron Hodge. Alors que le X-Fan s’en croyait débarrassé, décapité par Archangel, Hodge va voir sa tête greffée sur un exosquelette en forme de scorpion géant… Un abruti qui fera son retour dans la série  à peu près tous les 10 ans. Une psychologie de mollusque, des pouvoirs lamentables, une apparence grotesque, on est bien loin de la menace sourde du révérend Stryker. S’il n’y avait que lui…

Le nazi, le travelo et l'idiot ! Pauvre Storm...

Le nazi, le travelo et l’idiot ! Pauvre Storm…©Marvel Comics

Lorsque débute l’histoire, le lecteur aguerri ne peut pas s’empêcher de sourire à l’ironie du sous texte… Avec Charles Xavier, les mutants avaient comme rêve de coexister pacifiquement avec les humains. Voilà qu’ils n’arrivent même plus à cohabiter ensemble… Ce genre de situation, c’est rigolo chez les fantastiques ( ils ne sont que 4), chez les Xmen c’est assez pathétique. La franchise avoue malgré elle une évidence : à force de multiplier les mutants comme des lapins, Marvel ne sait plus où caser tous ces mutants.

Menés par un Cable qui , sous l’impulsion de Liefeld, venait d’arriver pour incarner le gros dur avec des gros flingues et le QI d’une huître, les morveux de la Xforce sont devenus arrogants et assez insupportables. Il faudra Nicieza et surtout Loeb pour donner à Nathan Summers une personnalité et une sensibilité. FactorX loge encore par intermittence dans un vaisseau d’Apocalypse et vient sporadiquement s’entraîner avec leurs anciens amis. Une séquence montre un émouvant entraînement entre Jean Grey fraîchement ressuscitée et Tornade.

Havok et Cyclops à poil !

Havok et Cyclops à poil !©Marvel Comics

Havok, lui, victime d’un lavage de cerveau travaille pour les nazis de Genosha et va affronter son frère dans de rares séquences réussies. C’est d’ailleurs à se demander pourquoi Captain América l’a sélectionné pour sa monture des Uncanny Avengers. Havok a quand même un Cv plutôt chargé : il a torpillé deux avions ( dans les années 70 puis dans les 90′s), rejoint Genosha, participé au carnage d’Inferno puis mené la confrérie des mauvais mutants dans les années 90…

Tout ce petit monde donc s’étripe sur Genosha… C’est très bavard, péniblement bavard, inutilement bavard. Chacun répète intégralement ce qui s’est passé précédemment, les enjeux dramatiques n’évoluent pas d’un iota au fil des épisodes. Au mieux les Xmen s’affrontent entre eux, au pire il se battent contre l’autre demeuré… Ils sont devenus une famille dysfonctionnelle réunis entre eux par la force des choses, ont une interprétation différentes du rêve de Xavier et perdent la force de la série : une solidarité à toute épreuve face aux événements qui les écrasent.

Directions opposés...

Directions opposés…©Marvel Comics

Chacun fait la morale à l’autre, Gambit dit clairement qu’il s’en fout,  le comble étant bien sûr que personne, pas même Wolverine ne pense à faire taire Cable… Les grands moments de la saga sont devenus très relatifs aujourd’hui : Archangel affronte Wolverine, Havok se bat avec son frère ( comme d hab!), Warlock meurt, Ororo retrouve sa forme adulte et Rahne est victime de manipulations génétiques. Pendant tout ce temps le pool des créateurs montre que l’affrontement n’est pas que réservé à ces personnages.

Une partie ( Claremont et Simonson) veut axer l’histoire sur un affrontement politique où les pouvoirs des Xmen leur sont inutiles et tuer les derniers restes d’innocence de l’équipe avec Warlock. L’autre (Lee et Liefeld) veut privilégier les images de gros gugusses musclés qui font tout péter sous fond de couleurs criardes et de décors à la ramasse. Bien sûr Lee dessine mieux que Liefeld, bien sûr que sous son crayon ils retrouvent une aura qu’ils avaient perdu. Bien sûr tous les artistes qui passeront après lui copieront son style. Il n’empêche que la dichotomie entre le texte et l’image est flagrante et peu surprenante venant de gars dont on sait que le scénario n’était qu’un prétexte à dessiner des muscles, des flingues et des gros nibards…

Sur la trentaine de personnages à l’oeuvre, moins de dix ont quelque chose à dire ou à faire. Jon Bogdnove lui s’éclate à (mal) dessiner des hommes à moitié nus… Il restera encore la saga des Starjamers pour ramener Xavier sur terre puis celle de Muir pour reformater les équipes avant que Claremont sorte en beauté avec un Genesis enfin à hauteur de son talent. Une lecture parfaitement dispensable pour les lecteurs d’aujourd’hui. Et ceux d’hier….

Badaboum , Pif ! Paf ! Pouf

Wham ! Pif ! Paf ! Pouf©Marvel Comics

46 comments

  • Présence  

    J’avais trouvé l’idée de Genosha très pertinente, une belle métaphore sur l’apartheid comme tu l’écris.

    Lors de ses premières apparitions dans X-Factor, Cameron Hodge était un personnage pertinent. Il profitait de la bêtises des X-Men qui se faisaient passer pour des traqueurs de mutants pour révéler la supercherie et attiser la haine anti-mutants, tout en piochant dans la caisse. Je n’ai pas suivi la suite de son évolution, je ne suis même pas sûr d’avoir lu X-Tinction Agenda en entier.

    J’ai bien aimé ta remarque sur les affrontements entre créateurs qui tirent le récit dans des directions opposées.

    • nicolas  

      X-Tinction Agenda est un reflet du Marvel du début des Années 90, ‘est à dire la part belle faite aux dessinateurs au detriment des scénaristes traits lamentablement par Bob Harras.
      Peter David, Louis et Walt Simonson, Claremont on patit de son habitude de favoriser des desinateurs tells que Jim lee et Whilce Portacio qui ont fini par claque la porte.

      Le crossover en lui meme ne relève pas d’une lecture plaisante, ceci largement du aux cauchemardesques dessins de Liefeld et Bogdanove. Globalement c’est rate.
      L’hisotire de Genosha comme métaphore d’Apartheidf.. oui en effet, uen des meilleurs histoires de Claremont, avec Marc Silvestri et Rick Leonardi.
      Quand à Hodge… mieux vaut l’oublier. Ce crossover est un vrai gachi.

      • Bruce lit  

        Le problème , c’est que les scénaristes ne l’oublient pas. Il est encore venu nous emmerder dans le retour du messie…

        • Nicolas  

          Je ne me souviens pas de ce détail. Le retour du Messie me parait être encore une dispensable péripétie des X-Men.

          • Bruce lit  

            Une séquence le voit se bagarrer avec Cypher et Illyana. En fait trois ressuscités des années 90…

  • tornado  

    Quand je pense que cette époque était révérée pour les dessins ! C’est hallucinant car je trouve aujourd’hui ces planches d’une rare laideur.
    Je n’ai jamais lu ça. Je devrai normalement y passer un jour, vu que je continue de collectionner les Intégrales de Panini.
    Tiens, d’ailleurs, je collectionne ces Intégrales par défaut. Car plutôt que de tout lire, je préfèrerais largement la possibilité de choisir les TPB, comme ils le font aux US, et ainsi sélectionner quelques arcs (genre « Mutant Massacre », « Fatal Attractions », etc.). Mais en VF, Panini ne fait pas cela…

    • nicolas  

      Je fais comme toi, je lis des story arcs en v.o et en tbp, c’est plus de liberté de choix et de selection.

  • sam  

    Les pires vilains des X-Men restent pour moi les purificateurs, interchangeables, à l’encéphalogramme plat, au charisme d’huître, je sais que pour les auteurs américains, cela est fascinant cette idée d’explorer l’extrémisme religieux, mais c’est tellement mal fait avec ce groupe, que l’on qu’une bande de débiles génériques uniquement là pour venir s’empaler sur les griffes de Wolverine…Je vous jure, même les ninjas de la Main sont plus intéressants…

    Tu as tout à fait raison sur le cas Havok, je trouve que Remender a passé l’éponge sur pas mal d’actions du frangin pour le caser dans Uncanny Avengers. Il essaye d’en faire le frère pur contre le corrompu Cyclope, alors qu’il a pas mal de crasses au compteur…

    Oui la plupart des conséquences ont été effacées, c’est donc un incontournable à lire puisque ça devrait débarquer en intégrale dans pas longtemps en VF…Un beau morceau de l’époque et la fin d’une ère puisque le départ de Claremont n’est plus très loin, il ne reste qu’un autre crossover avec la saga de Muir Island après il me semble et Genesis, où l’auteur condense 16 ans en 3 épisodes …

    • Bruce lit  

      @Tout le monde :Et les sentinelles, elles sont pas la pour se faire etripper ?
      J ai relu ça toute la semaine et j ai vraiment trouvé le resultat mediocre en tout : scenar, dessin…
      Finalement le depart de Claremont semble inevitable. Tout semble répétitif. Le run de Lobdell permettra de donner un minimum de personnalité a Gambit et Cable qui commence meur carrière façon tete a claque.
      Dans le meme ordre d idée le crossover des 90 que j aime le moins , c est encore le complot phalanx avec le retour de …Hodge.

      • nicolas  

        Oui Bruce, tout cela est bien mediocre en effet. Phalanx est interessant pour l’arc Generation Next qui introduit Generation X. Bien scénarisé et mis en scene par Lobdell avec des super dessins de Madureira et Kubert. On peut sse passer du reste du cross-over, par contre.

  • sam  

    Oh ne t’inquiètes pas, je ne remets pas en cause ton avis sur ce crossover, que je n’ai pas lu de toute façon…Quant aux sentinelles…je te trouve un peu dur, car au moins elles, elles ont été mises en scène dans des bons récits. Rien que la destruction de Genosha leur a redonné du crédit. Ce qui est amusant, puisque Morrison avait ringardisé le concept dans la première image de son première épisode, avant de le représenter à la fin réinventer dans une version bien plus dangereuse…

    On peut aussi penser au moule initial et NImrod et dans une certaine mesure Bastion qui ont pourri la vie des X-Men pendant des années.

    • Bruce lit  

      Completemnt d’accord ! Je parlais en terme de personnalité ! Tiens c’est pas ton ami Morrison qui met en scène une sentinelle dans son dernier arc ?

  • Bruce lit  

    @ Leo. Historiquement Havok est systématiquement sorti du placard dès que les Xmen perdent Scott Summers. Il a effectivement bcp de sang sur les mains. Et dans les esleworlds, c’est toujours un salaud. Étonnant que Remender n’y fait aucune allusion vu qu’il semble maîtriser sa continuité.

    • Nicolas  

      C’est un pourri dans Age of Apocalypse également.

  • Présence  

    Les sentinelles de Grant Morrison = un excellent exemple de sa créativité. Les scénaristes passés avant lui s’étaient ingéniés à trouver de nouvelles versions des sentinelles, soit plus gigantesques (tels les méchas japonais, Goldorak et autres Evangelion), soit en les sur-armant de technologies futuristes de plus en plus vagues (Nimrod). Dès sa première histoire des New X-Men, Morrison propose une version originale, puis semble les abandonner, pour mieux les mettre en valeur par la suite.

    • Marti  

      Il laisse quand même complètement tomber les « Sentinelles bric-à-brac » d’Amérique du Sud passé le premier arc, ce que j’ai trouvé bien dommage tant visuellement c’était sympa !

    • Bruce lit  

      Rahhh, vous l’aimez votre Morrison hein ? Je capitule !!!

      • Nicolas  

        Et bien moi je je capitules pas ! Sauf si bien sûr tu me réconcilies avec lui et sa Doom Patrol…

  • Marti  

    @Présence et Nicolas : Si Panini ne publie pas d’arcs des X-Men de Claremont en-dehors, c’est sans doute parce qu’ils craignent que ces doubles ne trouvent pas un public preneur assez large, contrairement aux Etats-Unis où pour l’exemple de Claremont cohabitent les (très chers) Masterworkds, les TPB, les Omnibus et les Essentials, soit (au moins, ce n’est pas exhaustif) quatre format à la qualité comme aux prix forts différents mais que la demande permet de sortir (et de réimprimer plusieurs fois comme dans le cas des Essential). Si en France le public preneur n’est peut-être pas assez nombreux, je pense qu’ils pourraient tout de même songer à une double-publication des Intégrales dans un format souple et moins cher, c’est vraiment le prix qui m’a toujours rebuté vu qu’on sait qu’on s’engage quand même pour une très longue série, et ce même quand on ne veut s’attarder que sur l’oeuvre d’un seul scénariste vu que jusque dans les années 90 (voire 2000) ils avaient la très bonne habitude de rester des années sur un titre quand ils avaient de bonnes idées…

    • Nicolas  

      LesMarvel Masterworks sont réimprimés depuios des années en couvertures souples, donf à des prix très abordables. J’en ai une belle collection, dont tout le run Claremont/Byrne.

  • tornado  

    Attention, pensez que certains (moi, par exemple) ne lisent que de la VF (et ne vont pas lire la VO même si vous insistez !). Les intégrales sont non seulement extrêmement chères (heureusement que je ne fais que les X-men, vu que j’ai rapidement abandonné les Spiderman et autres Thor, dont le style infantile m’a très vite rebuté), mais en plus elle obligent à se faire tous les épisodes (logique, pour des intégrales !), dont certains sont vraiment minables (je pense notamment aux annuals ou à certains crossovers idiots avec d’autres séries).
    Le marché VF est donc très étriqué. J’avais déniché l’omnibus VF « Onslaught » chez un bouquiniste il y a quelques années, ainsi que les quatre « Best of Marvel : l’Âge d’Apocalypse ». J’aurais aimé que Panini poursuivent ce type d’éditions sur des arcs comme « Genesis » et « Fatal Attractions ».

    • Nicolas  

      Lisant les comics dans le texte depuis 20 ans (et l’anglais ds le txte de façon générale) j’ai plus de choix que dans la vf avec cette liberté de lire mes vieilles bd marvel ‘brut de pommes’ sans l’emballage Lug/Semic /Panini passablement daté. Et j’ai donc plus de choixen v.o naturellement puisque, comme tu dis, le marché vf est étriqué.

      Swell guys, it’s a lot of fun !
      Non serioeusement, vous avez remarqué comme Panini et Urban ne produisent que des traductions de ‘blockbusters’ et de veixu classiques Marvel et DC. Je sais que c’est la crise et que les places sont chères mais quand même.

  • jyrille  

    Je n’ai pas lu tout vos commentaires (je suis complètement inculte là-dedans) mais la planche Wham Pif Pouf est pas mal je trouve.

    • Nicolas  

      Hein ? Quelle planche Wham Pif Pouf ? Veux tu préciser ? Il n’y a pratiquement que ça dans tout le crossover lol

    • Bruce lit  

      @Jyrille : on t ‘ a effectivement lavé le cerveau à ton center park !

      • nicolas  

        Non, il a lu X-èTiction Agenda, c’est sans doute pour ça. Ca grillerait le cerveau de n’importequi.
        Il faut vite se débarasser de ce tpb et faire de la place dans la comicsthèque !

        • Nicolas  

          De la place pour (devinez) AMERICAN VAMPIRE !!

        • Bastien  

          Bonjour,
          @nicolas : Pourquoi dis tu ça aujourd’hui alors qu’il y a une semaine tu m’as conseillé de lire ce tpb je te cites :
          « Je peux te proposer Mutant Massacre, Fall of the Mutants, Inferno, X-Tinction Agenda, Muir Island Battle et Mutant Genesis dans cet ordre. »
          Devant ce revirement je vais me pencher sur les conseilles de quelqu’un d’autre pour ce qui est des choses a lire concernant les X-Men.
          Bonne journée

          • Bruce lit  

            @Bastien, je ne suis pas Nicolas, mais je pense qu’il s’agit de la chronologie des grands événements Xmen des années 90 à lire dans l’ordre pour tout comprendre à leur mythologie. Parmi ces events certains sont moins réussis que d’autres.

          • nicolas  

            Effectivement, X-Tinction Agenda est le moins réussi du lot graphiquement, mais ces crossovers forment un ensemble. Mon conseil était valuable.

  • jyrille  

    Celle légendée de cette façon sur cette page :)

    • Nicolas  

      C’est l’époque qui était comme ça, wham pif pouf ! Gros flingues, gros nichons, peu d’intellinct et surtout pas de sentimentalité.

  • Bastien  

    Bonjour Nicolas,
    Excuses moi si mon commentaire parait agressif, mais je n’ai pas compris pourquoi tu m’avais proposé de lire cet arc dans les commentaires que tu avais posté sur la review de Wolverine & the Xmen, alors que sur cette review il apparait clairement que tu trouves cet arc Nul je te cites : »Globalement c’est rate. » et un peu plus loin : « Ce crossover est un vrai gachi. »
    Dans mon commentaire il me semblait clair que lorsque je demandais des arcs narratifs a lire concernant les années 80-90, je pensais qu’on allait me proposer les meilleurs choses de ces années la.

    Désolé si je n’ai pas été assez claire et excusez mon commentaire qui est clairement agressif.
    Je viens sur ce site pour essayer d’avoir le meilleur des histoires X Men (ma bourse et mon temps n’étant pas illimités) et j’avoue avoir été déçu de voir un conseil de lecture fait dans un commentaire, démonté dans un autre.
    Du coup pour toi Nicolas que faire, Xtinction Agenda doit être lu pour accéder au reste de la continuité ou est il facultatif comme le suggère Bruce?
    Bonne journée.

    • Bruce lit  

      Bastien, clairement tu peux faire l’impasse sur cet arc aux effets complètements obsolètes aujourd’hui

      • Bastien  

        Bonjour,

        @Bruce, Merci pour cette réponse claire et rapide.

        Bonne journée

        • Bruce lit  

          C’est ça d’être le patron Bastien !

    • nicolas  

      C’est ok Bastien, je comprend. Tu peux te passer de X-Tinction Agenda, Jim Lee a fait de bien meilleurs choses sur les X-Men : Mutant Genesis, l’aventure en Terre Sauvage, celle avec les Starjammers.
      Ces trois histoires on plein de charme azujourd’hui mais X-Tinction est rate et inutile dans ta copmicsthèque.

      • nicolas  

        Pour ce qui concerne la continuité… les X-Men flanquent par terre le gouvernement de Genosha, l’équiope des New Mutants se dissout avec le depart de Walfsbane et la mort de Warlock, Tornade retrouve son corps d’adulte.

        Voilà, c’est a peu près ce qu’il faut retenir.

  • Pingback: Guide de lecture Comics VF : semaine du 14 Juillet 2014 | Comixity : Podcast & Reviews Comics VO VF - Comixity.fr

  • jul  

    Tres bonne review par contre faudrait la montrer a certains ( le gars de comics pl@$€ par ex) qui continuent d encenser , que dis je , de venerer le travail de jim lee sur les x men alors que, tres clairement, au niveau intrigue et narration, on touche le fond de la periode claremont. Un crossover que j avais suivi quand j avais 10 ans et qui apres une relecture recente m est apparu completement naze, vide et inintéressant… quant aux fameux dessins de jim lee … anguleux, criards et prétentieux. Bref lorsque l integral dédié à cet event sortira , l impasse est de mise!

    • Bruce lit  

      Bonsoir Jul,
      Les histoires de Jim Lee sont au programme de publication ! Stay Tuned

      • nicolas  

        Et le Dieu du dessin se fit homme, venant sur terre apportant la lumière aux kids US, les inondant d’une formidable clarté. Son nom… JIM LEE !!
        Amen.

        (Ouais, je suis fan lol)

        • Bruce lit  

          Jim Lee est programmé, Nicolas ainsi que l’intégralité du run de Lobdell. Patience !

  • Pingback: Guide de lecture Comics VF : semaine du 03 Novembre 2014 | Comixity : Podcast & Reviews Comics VO VF - Comixity.fr

  • Pingback: Unspoken VF : X-Men - X Tinction Agenda | Comixity : Podcast & Reviews Comics VO VF - Comixity.fr

  • Matt  

    Pfiou j’ai souffert à la lecture de ce crossover.
    Par contre je ne sais pas trop quel TPB tu chroniques là. Mais il me semble que dans la dernière réédition du TPB, ça regroupe la 1ere histoire sur Genosha de 1988 et Xtinction Agenda qui a été écrit 2 ans après. Je distingue les Uncanny X-men 235 à 238 datant de 1988 qui pour moi constituent une bonne histoire avec un état nazi flippant, sans un Cameron Hodge ridicule qui bave de partout. Le gouvernement de Genosha n’a pas de visage, à part celui du génégénieur en proie à un dilemme moral quand son fils s’oppose à lui. Il y a une ambiance inquiétante, des réflexions politiques sur cet état qui se sert de mutants comme esclaves, des x-men capturés qui ne font pas les fiers dans cet enfer. Il n’y a pas des tonnes de bastons ridicules. Et les X-men ne gagnent pas vraiment, ils fuient après un petit discours, ne pouvant pas changer un pays. ça a un petit gout de défaite.

    C’est lors de la 2eme visite à Genosha pour Xtinction Agenda que ça devient une catastrophe. Là en effet je suis d’accord avec tout ce que tu as souligné. ça part dans tous les sens, c’est pénible à suivre. Et ce n’est même pas plaisant à l’oeil. Tout le côté dramatique qu’il serait possible de tirer de l’idée de départ disparait avec l’absurdité des « vilains » qui ont l’air de sortir tout droit d’une parodie.

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *