Cosplay with me (L’histoire du Cosplay)

Focus : Le Cosplay

Special Guest : DAVID RIPAUD

Lecteur du blog et organisateur de L’IMAGINATION ART EXPO, un salon de Pop Culture à Savenay (agglomération de Nantes), David Ripaud est passionné par la culture geek et le cosplay en particulier. Il en fait la présentation pour Bruce Lit.

Comic-Con de San Diego

Comic-Con de San Diego

Avant de commencer, il serait bien de faire les présentations. Non non, je ne rejoins pas la dreamteam de Bruce, je suis juste un gars de passage. Je m’appelle David et je suis organisateur de conventions, pas que, mais c’est comme ça que j’ai rencontré Bruce, car j’ai eu l’idée bizarre de l’inviter ! Je suis un geek, un vrai, un de ceux nés quand le mot ‘’geek’’ avait encore un sens. Je m’abreuve de comics, de jeux vidéo, de SF, de fantastique et d’informatique depuis mon plus jeune âge. Bref, assez parlé de moi, parlons maintenant du sujet qui nous intéresse : le cosplay.
Avant toute chose, je tiens à préciser que je ne suis pas cosplayeur mais je les côtoie énormément en tant qu’organisateur, à tel point que certains sont devenus mes amis. Ne faisant pas réellement partie de leur tribu, j’en suis pas moins accepté, assez en tout cas pour les observer dans leur milieu naturel, tout en gardant un œil suffisamment extérieur pour conserver toute mon objectivité.

Mais c’est quoi en fait le cosplay ? Car on ne parle pas ici du déguisement qu’on enfile avant de participer à une soirée un peu trop arrosée. Non, le cosplay, c’est la contraction de ‘’Costume Playing’’ et comme son nom l’indique le principe est d’incarner le personnage à qui on emprunte le costume.

Sans vous refaire toute l’histoire, c’est né en 1939 quand un certain Forrest J.Ackerman débarque déguisé en homme du futur à la WorldCon, une convention SF.  Mais c’est vraiment après la guerre que le mouvement prend de l’ampleur. Le phénomène va alors s’intensifier progressivement jusqu’en 1977 où il va atteindre son apogée grâce au succès de Star Wars. C’est d’ailleurs à la même époque qu’on en attendra parler pour la première fois en Europe et au Japon. Pour l’anecdote, c’est un journaliste japonais qui a inventé le terme Cosplay. Les Japonais ont tellement adhérer au concept que pendant longtemps et encore aujourd’hui, beaucoup s’imaginent que le cosplay vient du pays du Soleil levant.
En France, il faudra attendre le milieu des années 90 pour que le cosplay pointe le bout de son nez. Bien que nous soyons les benjamins de cette discipline, c’est la scène européenne qui est aujourd’hui la plus exigeante concernant la fidélité du cosplay et son attachement à réaliser soi-même l’intégralité des costumes. Mais on y reviendra.

Le premier cosplayer  : Forrest Ackerman  ©Ted Carnell Source : Fiawol http://www.fiawol.org.uk/fanstuff/THEN%20Archive/cosplay/cos01.htm

Le premier cosplayer : Forrest Ackerman
©Ted Carnell
Source : Fiawol 

Voilà pour le petit cours d’histoire, maintenant brisons les clichés. On imagine facilement que les cosplayeurs viennent de la classe moyenne voire populaire, probablement au chômage et fuyant leur quotidien précaire en se cachant derrière un déguisement. C’est le cliché le plus répandu et pourtant le plus faux. Quand pour la première fois j’ai demandé à un cosplayeur son métier dans la vie civile et qu’il m’a répondu chirurgien au CHU, j’ai d’abord cru à une farce. Puis j’ai réalisé que non, c’était moi qui étais bourré de préjugés, et ceux-ci ont définitivement cessé quand j’ai écouté une petite dame de 70 ans me raconter comment elle était tombée dedans la première fois. Cousant les costumes régulièrement de son petit-fils et intriguée, elle l’accompagna à une convention et ce fut un électrochoc, elle voulait à son tour prendre les traits d’un personnage de fiction.

Vous pensez que ce sont des exceptions ? Que j’exagère ? Mais depuis 5 ans que j’organise des conventions, je demande toujours par curiosité le métier de nos cosplayeurs. Et ça va de l’ouvrier au dentiste en passant par le corps enseignant ou encore le fonctionnaire de police. Après tout, le cosplay est une passion et comme toutes les passions il réunit des gens qui ne se seraient jamais rencontrés autrement.
Les frontières sociales s’effacent quand ils enfilent leurs costumes : ils ne sont plus que Batman, Deadpool, Lara Croft ou encore Naruto. En début de l’article j’ai fait le rapprochement entre cosplay et tribu mais ce n’est pas pour rien. Le cosplay est une microsociété à part entière, avec ses codes, ses règles et ses dramas… et vu de l’extérieur on n’y comprend pas forcément grand-chose.

De façon imagée, l’univers cosplay c’est un peu comme un petit village. Quand vous arrivez on vous y accueille chaleureusement, puis vous vous rendez compte que tout le monde se connaît, que les rumeurs vont bon train, que tout le monde sait ou croit savoir tout sur tout le monde, que les jalousies et la convoitise sont de rigueur… Ce village on l’aime, puis on le déteste, puis on l’aime à nouveau mais quoi qu’il arrive on y reste parce qu’au final c’est un endroit rassurant. En fait, je viens tout simplement de décrire le principe d’une communauté et c’est exactement ça le cosplay, une communauté.
Dans cette communauté, il existe plusieurs types de cosplayeurs et de costumes :
Le cosplayeur ‘’juste pour le fun’’ : qu’il achète ou non son costume, qu’il soit exact ou très approximatif son objectif est de se faire plaisir et de s’amuser en convention.
Le cosplayeur ‘’passion’’ : il arbore un cosplay 100% fait maison et il y a consacré beaucoup de temps. Son but est d’incarner le personnage choisi et pourquoi pas participer au concours de la convention.
Le cosplayeur ‘’pro’’ : c’est le même que le passionné mais il est plus connu et se fait (parfois) payer pour sa prestation ou ses costumes.
Le crossplay : c’est quand un cosplayeur incarne un personnage du sexe opposer au sien.
Le cosplay ‘’fan art’’ : ici on ne cherche pas l’exactitude, on reprend des codes d’un personnage et on crée un costume de toutes pièces, voire on peut aussi y mélanger 2 personnages.
Les Furries : ce ne sont pas des cosplayeurs mais en convention on les confond souvent. Ce sont des adeptes d’animaux anthropomorphiques en peluche.
Les Otaku ne sont pas non plus des cosplayeurs mais plus des fans d’animé et de culture japonaise. Ceci dit en convention ils arborent des costumes souvent simples en lien avec le manga ou le Japon.

Cosplay fan art pokemon Photo by Elysiam Entertainment

Je sais, ce sont beaucoup de catégories pour une communauté sous la même bannière. Cela donne presque le tournis. Une chose vous a peut-être interloqué : comment un cosplay ‘’pro’’ peut-il gagner sa vie ? Je vais essayer de vous répondre car personne n’en parle vraiment, il y a une omerta sur ce sujet. Comme si argent et cosplay ne font pas bon ménage. D’ailleurs, c’est un peu le souci de toutes les passions, tout le monde rêve de vivre de sa passion mais parler argent est un tabou.
Le premier business autour du cosplay est la vente de produits utiles à la création de cosplay : perruque, lentilles, maquillage, worbla, mousse etc… Et dans ce cas, 2 possibilités : la 1ère c’est être géré par une entreprise qui recrute des égéries cosplayeurs (malheureusement pas toujours bien rémunérés) et la 2ème possibilité, se sont les cosplayeurs eux-mêmes qui tiennent des stands lors des salons geek. Ils peuvent également vendre certaines de leurs créations ou des costumes qu’ils ne portent plus ou qu’ils font sur commande.
La représentation en convention ou la représentation marketing sont souvent rémunératrices. Car oui le cosplay, cela fait vendre des entrées mais aussi des jeux vidéo, des comics ou des mangas. C’est souvent un bon moyen pour les conventions ou les éditeurs de se faire de la promotion à bas coût. Les recruter pour devenir leur représentant en image est devenu chose commune. Mais, malheureusement beaucoup profitent de la passion des cosplayeurs pour obtenir le même résultat sans dépenser un seul centime. Bien évidemment, seuls les cosplayeurs les plus connus profitent de ce système.

Les cosplayeurs influenceurs prolifèrent de plus en plus. Majoritairement des filles qui deviennent un coup égéries ou représentantes… les plus populaires peuvent dépasser le million de followers. Cette pratique est plus répandue outre atlantique mais se fraie un chemin chez nous. Malheureusement, le succès du cosplay sur Instagram à donner des idées à des influençeuses qui ne sont pas du tout de ce monde et veulent surfer sur la vague en jouant la carte du sexy cosplay. Cela a contribué à donner une image faussée du cosplay.

Alyson Tabbitha réputée pour ses 1001 visages plus vrais que nature. ©Alyson Tabbitha

Alyson Tabbitha réputée pour ses 1001 visages plus vrais que nature.
©Alyson Tabbitha

Bon allez, je ne pouvais pas rêver meilleur transition pour parler maintenant d’un sujet qui fâche : l’exhibition et le cosplay. Je ne pouvais pas parler du cosplay sans évoquer ce sujet. Alors qu’on soit clair et direct, il ne s’agit pas d’exhibition au sens sexuel du terme. Comme je l’ai souligné, en Europe il y a un vrai culte du réalisé soi-même. Une grande majorité des cosplayeurs n’avaient jamais touché à un fil et une aiguille avant de se lancer dans le cosplay. Aussi, réaliser son costume soi-même est un défi qui prend énormément de temps et arrive enfin le jour J où ils vont pouvoir montrer à tous leur réalisation. Alors oui, on ne va pas se mentir certains cosplayeurs vont en convention uniquement pour se montrer et être vus. Le moment le plus important est celui du concours au cours duquel les cosplayeurs les plus aguerris ou courageux peuvent se mettre en scène et incarner leur personnage lors d’une prestation théâtrale digne pour certains des plus grands. C’est d’ailleurs généralement l’un des moments phares de toutes conventions. Mais, au final, c’est normal, qui ne serait pas fier d’exhiber son travail durement accompli ?

Ok, j’ai un peu esquivé le sujet et je vous entends déjà me dire : ‘’Tu es mignon mais les filles avec des cosplays très dénudés, tu ne vas pas nous dire que ce n’est pas de l’exhibition pure et dure ?’’ Et bien non justement. Le souci ne vient pas des cosplayeuses mais bel et bien de l’univers geek. Vous savez quel est le point commun entre tous les jeux vidéo, les blockbusters, les comics et les mangas ? Quasiment tous les personnages féminins sont sexy et ultra-sexualisés… Pourquoi ? Parce que dans l’imaginaire collectif, les geekeries sont réservées aux ados boutonneux aux hormones en folie. D’ailleurs le monde du porno l’a bien compris car le cosplay sexy est un marché juteux. Petite parenthèse, les filles dans ce genre de films ne sont évidemment pas des cosplayeuses mais des comédiennes, évitons tout amalgame.
Aujourd’hui, l’industrie fait des efforts et on sait que les filles aussi sont consommatrices de produits de pop culture. C’est pour cela d’ailleurs qu’on voit de plus en plus de personnages féminins, forts, et habillés. Mais malheureusement le mal est déjà fait et quand une fille veut s’identifier à un personnage féminin, il y a de fortes chances pour que celle-ci soit ultra sexy.
En parlant de cela, je voudrais conclure en vous parlant du mouvement ‘’Cosplay is not consent’’ .

Azshara WoW - Azure Cosplay  Photo by Zephon

Azshara WoW – Azure Cosplay
Photo by Zephon

Le principe de ce mouvement, venu tout droit des Etats-Unis, est de combattre les incivilités en convention mais aussi sur internet, pour ne pas oublier que derrière chaque costume se trouve un être humain. C’est bête de devoir le rappeler mais beaucoup de personnes considèrent un peu les cosplayeurs comme des attractions qu’on peut toucher et prendre en photo en permanence. Le pelotage y est régulier (filles comme garçons d’ailleurs) et les photos prisent à l’arrachée, pas forcément au moment le plus avantageux pour le cosplayeur, sont légion. Donc pour sensibiliser les gens, les conventions affichent de plus en plus quelques règles élémentaires :
Demandez avant de faire une photo
Les cosplay ne se touchent qu’avec les yeux
Les accessoires ne sont pas des jouets
Un non est un non (oui oui les cosplayeurs et cosplayeuses ont le droit de dire non).

C’est ainsi que j’achève mon premier article. J’espère que malgré la longueur, il vous aura plu et que Bruce me laissera en refaire un… Sur le sujet de mon choix cette fois (petit message subliminal) ! En tout cas pour moi, ce fut un plaisir d’écrire à nouveau, alors merci Bruce.

Concours de Cosplay de Imagination Art Expo 2019  ©Imagination Art Expo

Concours de Cosplay de Imagination Art Expo 2019
©Imagination Art Expo

—-
L’origine du Cosplay, ses stars et ses codes : autant laisser un spécialiste, David Ripaud, organisateur du Imaginary Art Expo de Nantes, vous expliquer tout ça chez Bruce Lit.

La BO du jour :

27 comments

  • Présence  

    Observation dans leur milieu naturel : une méthode d’autant plus enrichissante qu’elle se fait avec l’accord des intéressés, si j’ai bien lu l’article. :)

    Intrigué par le nom de Forrest J. Ackerman, je suis allé voir sa page wikipedia : l’agent littéraire de Ray Bradbury, Isaac Asimov, A.E. Van Vogt, Curt Siodmak, et L. Ron Hubbard, quand même.

    J’ai apprécié tous les paragraphes : le rapide historique (j’aurais aussi parié que le cosplay était originaire du Japon), la description socio-professionnelle de la communauté (avec toute sa diversité) et la question de la monétarisation. Merci de cette visite guidée bien sympathique.

    • David Ripaud  

      Merci d’avoir suivi le guide et d’avoir apprécier .. ;)

  • Matt  

    Woah ! Impressionnante la Alyson Tabbitha. Même les visages de mecs ! Sacré boulot de maquillage.

    A côté t’as des cosplayeurs en carton qui font pitié des fois^^

    • David Ripaud  

      Je vous invite à aller sur sa page instagram : @aly.goblinqueen elle a une palette vraiment large de personnage.

      Mais c’est vraiment pas la seule. En France nous avons de très bon cosplayeurs comme : Azure Cosplay (@azure_cosplay), Kiilys (@kiilys_cosplay) qui a reporter le concours de cosplay du BlizzCon. Ou encore Archonos (@archonoscosplay) ou Naythero (Naythero.official sur FB) qui font des amures incroyables, plus vrais que nature.

      Et pour ma part, il n’y a pas de cosplayeurs en carton, ce sont des passionnés et ils font tout à la main, sauf qu’il est difficile de s’improvisé costumier et de savoir coudre, peindre, sculpté… Donc même un cosplay « moche » ne mérite pas la moquerie car ce n’est pas sure qu’on pourrait faire mieux.

      • Matt  

        Bah quand même parfois…il y a des gens qui ne semblent pas se rendre compte que ça ne colle pas.
        Comme des gens qui font 150kilos qui se costument en Ken le survivant. Oui bon ok mec…mais tu dois bien te rendre compte que t’as pas la carrure.
        On ne s’improvise pas costumier en effet. Faire des efforts c’est bien, mais ça ne veut pas dire que le résultat sera bon hélas.

        • David Ripaud  

          Il n’a pas la carrure mais ça veut dire que les gros n’ont pas le droit de faire de cosplay? Ou alors de n’incarner que des personnages gros? Les gens font ça pour s’amuser ou par passion, je ne pense pas qu’on doit juger une personne sur son apparence (même dans la vraie vie d’ailleurs). Si un mec de 200 kg veut faire un crossplay de princesse Leia ça ne regarde que lui, ce sera pas beau certes mais ça ne mérite pas la moquerie.

          Il ne cherche pas à être bon ou parfait mais à être ce qu’ils veulent, à être fier de l’avoir fait seul sans l’acheter dans le commerce même si c’est approximatif et à s’amuser en convention, l’un des rares lieux où quasi personne ne les jugera. Au contraire. Il sera surement félicité pour son audace.

          • Matt  

            Ah oui mais j’ai pas dit qu’il n’avait pas le droit ni rien.
            Mais comme tu le dis, ça ne risque pas d’être beau ou fidèle au personnage.

          • Matt  

            Et je ne juge pas les gens sur leurs apparences enfin ! Qui te dit que je ne suis pas gros moi-même hein ?^^
            Sauf que pour faire un costume fidèle au personnage, si c’est ton objectif, ben ça marchera pas d’incarner un perso maigre quand t’es gros, c’est tout.

          • Matt  

            mA réaction vient aussi du fait que les cosplayers « posent »
            Donc dans un sens ils se pensent beaux ou réussis.
            c’est pas comme un carnaval ou t’es costumé comme tout le monde. Là tu veux poser et te faire prendre en photo.
            Donc dans un sens ouais…un mec (ou une fille) avec un costume tout moche…bah tu restes modeste quoi. Tu fais pas la statue grecque. ça fait un peu rigoler.
            C’est ce côté « je veux qu’on me regarde » qui ne me parle pas trop dans le cosplay

  • Jyrille  

    Merci pour ma culture car je dois avouer que je connais très peu ce monde ! J’ai adoré ta présentation de la communauté et des problèmes qui y surgissent. Comme Présence, tout m’a intéressé, et je comprends complètement les problèmes de harcèlement, d’amalgame et de récupérations des cosplayeurs et cosplayeuses. J’en suis une sur Instagram qui devient en fait une vraie pinup, c’est très étrange. En tout cas je suis souvent épaté par la qualité de certains costumes, c’est un travail de titan.

    La BO : j’aime bien, la série m’a vraiment étonné.

    • David Ripaud  

      Merci et ravi que l’article t’as plu et appris des trucs. Et oui c’est un travail de fou. J’ai une amie qui a bosser sur une amure de valeera sanguinar (WoW) et ça lui a pris 4 mois en bossant tout les jours après le boulot et tout ses week-end. Et le résultat est impressionnant. Moi ça me rends admiratif les gens passionnés à ce point là car je sais que j’aurais pas la patience.

  • Eddy Vanleffe  

    Le cosplays est un domaine qui me faire rigoler mais qui ne m’a jamais intéressé en tant que tel…pour moi c’est du carnaval…

    Les histoires des grands débats sexy/pas consent/pas touche…
    j’ai du mal à analyser…
    on a l’impression qu’on vient de découvrir que les gens en tant que foule sont simplement souvent « mal élevées.. »
    tout ce que dit l’auteur (coucou) me parait tellement aller de soi, bien sûr qu’on ne pelote pas …

    ce que ça dit sur les moeurs?
    une habitude qu’on les mecs frustrés de se croire tout permis quand une jolie fille se balade en bikini près d’eux? ….un part de ça, oui..
    Mais à mon avis, on aussi une grosse part d’éducation de merde, sur un public « client » qui a l’habitude de se servir exactement comme on pique les savons, serviettes des hotels.. une sorte de climat d’impunité nourri au raisonnement « je suis client et donc je me sers…! »
    si certaines des cosplayers sont peu farouches, c’est le flou artistique.
    il y a aussi dans cette culture, une sorte de prolongement de l’enfance dans un monde encore une fois, très « marchand » et donc très adulte…une ambiguïté assez bizarre parfois…
    je sais que j’ai personnellement mitraillé des cosplayers à l’époque comme on photographie une statue, sans penser à mal… avec le recul c’est couillon mais je ne me souviens pas non plus d’avoir suscité une mauvaise réaction, les gars et les filles posaient à chaque fois plus ou moins… ceci dit j’ai du faire deux ou trois conventions dans ma vie…
    et puis j’aime pas ces trucs où j’ai l’impression d’être une carte bleue sur patte…

  • Kaori  

    Merci pour cet article.

    Le cosplay est quelque chose qui au contraire de certains de mes camarades m’a toujours attiré. Alors que je déteste Halloween, les carnavals etc.
    Là il s’agit d’incarner un personnage qu’on aime. C’est un truc que j’aurais aimé faire, si j’en avais eu l’audace, le courage et le talent.
    Ce qui fait que c’est la partie que je préfère dans les conventions.

    Je voulais aussi souligner qu’en plus d’avoir des critiques sur leurs tenues légères (merci pour la piqûre de rappel, à savoir que ce n’est pas un choix, mais bien imposé par les personnages), si les femmes veulent ne pas subir ce genre de tenues et préfèrent jouer un rôle masculin, là aussi, c’est critiqué… Elles volent les rôles des hommes, elles sont trop féminines, ça se voit que c’est des filles, etc… Qu’est-ce que ça m’agace !

    J’aime tous les cosplayers amateurs, y compris ceux qui n’ont pas la carrure qui va avec, qui font ça parce qu’ils aiment le personnage, ou parce que c’est drôle.
    J’ai un peu plus de mal avec le cosplay professionnel. On n’est plus du tout dans la même catégorie, ce n’est plus la même cour. C’est presque un métier, un peu comme le mannequinat, où tu prends des photos etc. Ça me fait beaucoup moins rêver parce que trop sérieux…
    Mais en convention, sur les musiques de séries animées, avec les chorégraphies, c’est un aboutissement.
    Alors les moqueries, les critiques, ça m’agace. Moi je préfère saluer leur courage et leurs efforts pour oser le faire.

    Merci pour cette visite des coulisses qui m’a appris encore de nouvelles choses !

    • Matt  

      « merci pour la piqûre de rappel, à savoir que ce n’est pas un choix, mais bien imposé par les personnages »

      Ouais mais bon…si la fille n’est pas à l’aise dedans, faut pas qu’elle choisisse un personnage à moitié à poil^^
      Après je suis d’accord qu’il faut pas les harceler hein ! Mais faut malgré tout assumer que t’es à moitié à poil. Dans un sens, c’est un choix^^ Personne t’oblige à jouer tel personnage.

      « J’aime tous les cosplayers amateurs, y compris ceux qui n’ont pas la carrure qui va avec, qui font ça parce qu’ils aiment le personnage, ou parce que c’est drôle. »

      Ouais mais voilà, à ce moment là faut pas non plus mal le prendre qu’on puisse trouver ça drôle.

      « Alors les moqueries, les critiques, ça m’agace. »
      Ah bah faudrait savoir^^ Tu viens de dire que c’était drôle quand les costumes ne vont pas aux gens. C’est pas de la moquerie ?
      Tout est donc une question de rigolade ou de méchanceté.
      Evidemment qu’on va pas les humilier. Mais désolé, parfois c’est un peu comique quoi^^ Volontairement ou pas.

      • Kaori  

        Quand c’est assumé, ça peut être drôle oui, ça s’appelle l’auto-dérision.
        Quand on joue de son physique.

        Par contre, je n’irai pas rire d’une Sailor Moon « enrobée »

      • Chip  

        « Ouais mais bon…si la fille n’est pas à l’aise dedans, faut pas qu’elle choisisse un personnage à moitié à poil^^ »

        C’est pas la question. Il s’agissait de remettre les pendules à l’heure : on ne peut pas reprocher aux cosplayeuses en général le fait de jouer des personnages peu habillés quand les tenues légères sont une « tradition » de la culture pop – l’armure-bikini, les échancrures stratégiques et les boob windows.

        Si une femme se sent de faire un cosplay de Red Sonja, elle devra évidemment être à l’aise avec et personne ne la force. Mais les commentaires rabaissants et sexistes, sur le mode : « elle s’habille comme une pute », n’en seront pas justifiés pour autant.

        Ca peut sembler très basique, et ça l’est, mais oui y a quand même toujours un peu de boulot.

        • Kaori  

          Voilà, Chip, c’est ce que je voulais venir réexpliquer à Matt.

          Et qu’avec un « il faut assumer », la question qu’on peut se poser, c’est « assumer quoi ? »
          Assumer de se prendre des remarques, de se faire peloter ?
          On n’est plus très loin du « Elle l’a bien cherché » quand on parle de la victime d’un viol.

          Voilà, ce genre de propos, c’est très tendancieux (et oui, Chip, y a encore du boulot…)

    • David Ripaud  

      Kaori merci pour ton commentaire, vraiment … ravi que tu es aimé mon article et de t’avoir fait découvrir de nouvelle chose ;)

  • Matt  

    Il ne faudrait pas non plus faire un amalgame entre de vrais trucs graves (le harcèlement, sexuel ou non) et la rigolade.
    Je ne vais pas m’excuser ou culpabiliser parce que je trouve que tel ou tel cosplayeur est ridicule !

    On a bien le droit de rigoler. Les mecs se mettent eux-mêmes sous les projecteurs. Faut pas s’attendre à ce que tout le monde les trouve parfaits. ça fait partie du jeu que ça fasse plutôt marrer certains. Tu veux pas prendre le risque ? Ben tu ne te fais pas remarquer en te déguisant.

    Evidemment je ne vais pas aller les insulter ni rien. Mais si tu t’habilles de façon bizarre et que c’est pas très réussi, ben ça peut être comique à voir. Que ce soit voulu ou non. C’est tout.
    Déjà certains personnages en eux-mêmes sont ridicules. Tu les incarnes tels quels dans le monde réel, et t’as envie de te marrer parfois. Même quand c’est réussi. Alors quand c’est raté…
    Ce n’est pas du manque de respect. Si ça fait kitsch, ça peut être drôle, c’est tout. Certains costumes professionnels dans des films de super héros sont ridicules déjà.
    Ne faites pas les bienpensants hein !

  • Matt  

    Les critiques c’est normal, dès que tu te fais remarquer ou te donne en spectacle.
    Les acteurs qui se prennent de mauvaises critiques, ils ne vont pas pleurer ensuite qu’on a été méchant avec eux et que quand même ils ont mémorisé plein de lignes de texte, ils méritent du respect.
    Euh…à ce compte là on ne peut plus rien critiquer.
    Plus jamais dire que telle ou telle oeuvre a des défauts.

    Bien sûr si les cosplayeurs font ça en amateur pour le fun, ils ne méritent pas qu’on écrive des articles sur eux pour les défoncer.
    Cela dit, sans aller jusque là, on peut malgré tout se marrer discrètement si on trouve ça ridicule^^ C’est pas un crime.

    • Eddy Vanleffe  

      Alors même si je dis que je reste distant vis à vis d’un loisir qui me parait presque être l’expression d’un « mal-être », je suis naturellement totalement « pour », c’est devenu un truc qui va de pair avec les convention et la culture geek…
      je suis un asocial et je préfère vivre ça dans un coin et je me sens en connexion avec les auteurs bien plus qu’avec leur personnages, aussi bien que je préfère m’intéresser au boulot d’un réalisateur qu’à celui de l’acteur qui change de peau.
      par contre ça ne me viendrait pas à l’idée de me moquer d’eux..le décalage vrai-perso/cosplayer est à 90% totalement voulu.
      Je me souviens d’une vieille dame (celle que tu décris?) régulièrement déguisée en Maya l’abeille… on la voyait dans ANIME LAND, il va de soi que son costume voulait dire en filigrane « vous trouvez que je suis trop grosse/vieille/ce que tu veux pour m’amuser? Et bien je vous emmerde!
      c’est un loisir jusqu’au boutiste, comme les plupart des loisirs de geek, je le respecte totalement
      j’ignorais qu’il y avait une telle agressivité envers certaines, hormis les inévitables « gros lourds » qu’on peut voit dans chaque loisir…
      j’ai été voir scorpions en concert et je n’ai pas pu éviter un gars qui m’a chanté Always Somewhere complètement faux dans les oreilles…
      en tout cas bravo pour l’historique…

      • David Ripaud  

        Merci Eddy pour ce commentaire plein de bon sens !!

  • Matt  

    David…je vais poster un dernier commentaire, poliment, et puis j ‘arrêterais d’intervenir ici.

    Que je dise qu’un gros ne convienne pas pour un personnage mince n’a rien à voir avec une quelconque aversion pour les gros Un petit maigrichon qui se déguiserait en sumo, ça ne marcherait pas non plus.
    J’ai même été en surpoids à une époque. Et des gros qui savent aussi prendre du recul et se moquer d’autres gros, j’en connais. Et je n’en suis même pas là !
    Après peut être qu’en effet je ne comprends pas le délire de se déguiser si on ne ressemble pas du tout aux personnages. Mais à ce moment là, c’est juste que je pige pas le délire, ce n’est pas la peine de m’insulter ou d’aller déranger le boss pour réclamer qu’on me vire (rien que ça !)

    Je ne suis pas misogyne non plus. Je dis juste qu’une femme qui s’habille léger le fait par choix, évidemment Dicté par les personnages, oui euh…sauf que personne ne les oblige à s’habiller comme ça.
    Jamais ça ne justifierait qu’elles se fassent emmerder par des gros pervers ! Evidemment !
    Mais on ne peut pas non plus dire qu’elles n’avaient pas le choix, qu’elles étaient obligées.
    Une serveuse dans un café qui devrait porter un costume léger, là oui elle serait « forcée » pour ne pas perdre son boulot (boulot de merde au passage si on t’oblige à faire ça, mais bref…)
    Là c’est un loisir. Qu’on ne vienne pas me dire que les pauvres elles sont obligées d’âtre habillées comme ça.

    Donc j’ai peut être mal compris des choses que tu expliques, je ne suis pas rentré dans le délire.
    Mais en effet j’estime avoir le droit de trouver des costumes comiques. ça fait partie du fun du carnaval. Parfois c’est marrant comme les gens sont habillés, que ce soit volontaire ou non. Je n’y vois pas de méchanceté ou de manque de respect envers eux. Juste un droit de se marrer, sans humilier ou insulter qui que ce soit.

    Après si tu ne comprends pas ça, tant pis. De toutes façons je n’ai plus de temps à perdre sur cet article.

    • Kaori  

      Mais Matt, on ne se cosplay pas pour être ressemblant, mais pour incarner le rôle d’un personnage qui nous plait. C’est le seul endroit où on peut se permettre de vivre sa passion pour un personnage qui nous fait rêver… Si on ne doit se restreindre qu’au genre ou au poids, alors tu restreins les choix. On n’aime pas un personnage parce qu’il nous ressemble. Au contraire…

      Quant aux tenues sexy, c’est la même chose.

      • Matt  

        Bah moi je fabrique des figurines qui ressemblent aux personnages qui me font rêver^^
        Je ne m’intéresse pas au cosplay justement parce que je trouve ça restrictif. Impossible que je puisse ressembler à Blanka de Street fighter sans avoir l’air con^^
        Chacun son truc quoi.

  • Chip  

    Excellente introduction au monde du Cosplay, domaine ou les amateurs comme les « professionnels » font preuve d’une inventivité et d’un enthousiasme qui forcent le respect et emportent la sympathie.

    • David Ripaud  

      Merci et j’aurais pas mieux dit !!! ;)

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *