Courtney Love

 

Courtney Crumrin par Ted Naifeh

covcc_01

Pas la peine de vous cacher, on vous a vu !

1ère publication le 04/10/14- Mise à jour le 03/11/17

 AUTEUR : CYRILLE M

VO : Oni Press

VF : Akiléos

Courtney Crumrin est une série indépendante publiée chez Oni Press aux Etats-Unis et chez Akiléos en France. Le scénario et les dessins uniquement en noir et blanc sont de Ted Naifeh.

Elle est composée de dix-huit épisodes, édités en France en huit volumes : six tomes d’une centaine de pages chacun pour la série régulière et deux tomes hors-série d’une cinquantaine de pages chacun, relatant la jeunesse de l’oncle de Courtney. Le dernier tome qui clôt cette série est paru en France en 2013.

Dans le premier volume, « Courtney Crumrin et les choses de la nuit », nous faisons connaissance avec Courtney, jeune pré-adolescente débarquée dans une cité banlieusarde plus ou moins chic, Hillsborough.

Ses parents sont superficiels, égoïstes, obnubilés par la réussite sociale et quasi ruinés. Contraints de trouver refuge loin de la ville, les parents de Courtney emménagent donc chez le grand-oncle Aloysius Crumrin, gardien très âgé de la demeure familiale. Seule règle pour vivre dans sa maison : ne jamais accéder à ses appartements.

Courtney ne pourra pas résister (c’est de son âge), découvrira que son oncle est un sorcier et qu’elle-même a des prédispositions dans le lancer de sortilèges. A côté des aléas réels de la vie au collège (rejet, racket…), elle va côtoyer un monde magique dépaysant, un peuple souterrain, des choses sans nom et des personnes qui ne sont pas totalement humaines.Grâce aux livres de formules et de rituels de son oncle, elle goûte aux dangers de la popularité, dompte un gobelin, sauve un bébé. Ces premiers faits d’armes lui sculptent une conduite de plus en plus personnelle tout en la faisant mûrir.

Tu ne sens pas comme une lourdeur dans l’ambiance ?

Après ces quatre premiers épisodes, les aventures de Courtney prennent une nouvelle tournure dans le second tome (« Courtney et l’assemblée des sorciers »), qui propose lui aussi quatre épisodes. Le plus étonnant est sans doute le second, où Courtney participe malgré elle à une réunion secrète de tous les chats du coin (ayant découvert Sandman récemment, je pense savoir d’où est inspiré cet épisode). Assez rapidement, l’intrigue se forme et les personnages commencent à avoir des interactions en dehors de ces courtes histoires complètes d’une vingtaine de pages. La découverte de l’existence d’une assemblée de sorciers donne une nouvelle perspective au monde de Courtney.

Dans le troisième tome « Courtney et le royaume de l’ombre », il s’agit encore une fois de quatre épisodes, mais cette fois-ci, ils se suivent de près, déployant une aventure autant épique que tragique dans la ville souterraine de Gobelin ville. D’ailleurs, depuis le premier tome, chaque épisode est dénommé « chapitre » dans la version française. Tous ces volumes peuvent se lire indépendamment, même si connaître les débuts est toujours un plus. La suite est un virage à 180 degrés, déclenchant un long arc final.

Non, tu ne rêves pas, ce canapé est horrible

Non, tu ne rêves pas, ce canapé est horrible

Le quatrième tome « Courtney et les effroyables vacances » ne propose que deux épisodes, beaucoup plus longs, moins trépidants, mais également moins innocents. Selon Aloysius, les vacances doivent se passer en Europe, au plus profond des capitales du vieux continent, au milieu des monuments. Oubliez les plages et les cocotiers. La question des choix, de la culpabilité et du bien fondé de certaines croyances se rencontrent dans ces vacances sans repos pour emmener Courtney dans le monde adulte. C’est également le cas de l’auteur, qui se frotte ici pour la première fois à des monstres légendaires et maintes fois mis en images, oubliant qu’il créait un bestiaire quasiment inédit jusque-là.

Lorsque Courtney et Aloysius sont en vacances, pas besoin de tongs

Lorsque Courtney et Aloysius sont en vacances, pas besoin de tongs !

Le cinquième tome « Courtney et l’apprentie sorcière » ne propose qu’un seul épisode de plus de cent planches, tout comme le sixième et ultime, « Courtney et le dernier sortilège ». Ces deux aventures semblent n’en former qu’une tant le rythme s’accélère pour nous mener au final forcément dévastateur. Partie comme une série sympathique, Courtney Crumrin devient donc au fil du temps une véritable toile d’araignée où l’on n’efface pas les actes passés, même les plus anodins.

Après avoir mis en scène une capitaine pirate d’une dizaine d’années dans Polly et les pirates, Ted Naifeh crée une Courtney adorablement gothique, comme une Monster High avant l’heure, une Emily The Strange avant que cette mascotte vestimentaire ne vive elle-même des aventures dans Dark Horse Comics. Sauf que son caractère n’a rien de mignon. Contrairement à Polly, Courtney ne craint pas la vindicte parentale, prend des décisions lourdes de conséquences, défie les lois humaines et magiques, ne suit que ses propres règles. Courtney est une ado rebelle.

Petits nez et grands yeux n’ont ici rien de mignon

L’ambiance graphique développée par Ted Naifeh rappelle l’univers que Tim Burton a pu imposer dans les années 80, mais ses histoires partagent les mêmes points de vue et les mêmes préoccupations que celles écrites par J.K. Rowling dans Harry Potter. Il y est beaucoup question d’adolescence et des questions inhérentes. Courtney découvre l’amour, la faiblesse des adultes, la loi de l’action et de la réaction, comprenant rapidement qu’avoir des pouvoirs n’est pas si libérateur. Afin de créer un réalisme écrasant, Ted Naifeh privilégie les maisons et les accessoires aux personnages, mais ceux-ci conservent des visages très expressifs et immédiatement reconnaissables. Courtney n’a pas de nez, mais cela ne dérange en rien le lecteur qui pense y voir une adorable gamine boudeuse.

Des décors souvent somptueux

Étalant ses histoires sur des centaines de planches, il fait respirer son inquiétant univers et ses personnages dérangeants, n’abîme pas ses dessins par un texte envahissant. Au contraire, le texte illustre le dessin, qui véhicule également l’humour, ce dernier étant le plus souvent un humour de situation. Éditée chez les indépendants, aucune pression ne semble se faire sentir, et la qualité du trait s’en ressent. Même s’il semble au premier abord facile et épuré, il possède la force de la concision avant de plonger le lecteur dans des architectures complexes, qui s’affichent parfois sur des doubles planches.

C’est moi ou il y a un peu de Sin City là-dedans ?

Les animaux ont également une place de choix, affirmant la nature campagnarde plus qu’urbaine de cet univers peu rassurant. Les influences du Sin City de Miller et du Hellboy de Mignola transpercent parfois au détour de quelques traits ou cases, sans nuire à la cohérence du graphisme.

L’intégralité de la série accumule les bons points. Outre le dessin, la sensibilité des histoires et les personnages principaux, cette adaptation personnelle du monde gothique sait captiver et ne perd rien à la relecture. Certains tomes paraissent fatalement moins bons que d’autres (les vacances, notamment), mais les hors-série proposent d’agréables histoires éclairant le personnage mystérieux de oncle Aloysius, sans perdre de vue les éléments de la série principale. La continuité ne souffre forcément d’aucun défaut.

Tremble, chose de la nuit !

Tremble, chose de la nuit !

Dans Courtney Crumrin, ce qui reste le plus étonnant, au fond, c’est d’avoir réussi à recycler des éléments ultra-connus et ressassés dans tout le champ artistique pour en faire une oeuvre aussi attachante que ses personnages sans tomber dans le plagiat ou la redite. Et pour cela, il faut beaucoup de talent.

19 comments

  • Bruce lit  

    Les dessins sont très attirants avec une préférence pour ma part pour le noir et blanc. Je pourrais bien me laisser tenter si je trouve ça à Gibert. En tout cas article simple et concis, bravo ! Je n’ai jamais rien compris au concept d’Emily the Strange.

    • Jyrille  

      Merci beaucoup ! Content que le trait te plaise. Comme pour Polly et les pirates, il y a deux versions (une en couleur et une en noir et blanc), mais celle en couleur est toujours moins bonne. Et ils sont plus faciles à trouver en noir et blanc de par chez nous. Et tout comme toi pour Emily The Strange…

  • Jyrille  

    Merci pour ton commentaire ! On est ici également pour partager nos coups de coeur, comme toi, je ne connais pas la plupart des articles précédents, et comme je ne suis pas gore de nature, j’aime à lire des oeuvres à la fois graves et drôles comme la vie. Je ne connais pas la violence depuis que je foule la terre.

    Quant à l’influence des mangas, elle est effectivement partout, mais le contraire est vrai également. Beaucoup de mangakas insèrent des références graphiques européennes ou américaines. Andreas (l’auteur de Capricorne, cf. mes chros sur Bruce) a été très influencé par les comics, Tanigushi dessine comme un européen, et Matsumoto a intégré du Moebius chez lui… Tiens, Bruce, je veux bien me proposer pour écrire une chro sur un Matsumoto, Amer béton ou Gogo Monster voire Number 5.

    • Bruce  

      Je confirme Cyrille. Si Battre Royale à été ma première claque manga avec Tezuka, c’est bien le trait européen de Taniguchi qui m’a attiré.

  • Tornado  

    Je ne connaissais pas cette série, qui est pourtant totalement dans mes cordes de par son mélange entre deux de mes univers fictifs préférés (Tim Burton et Harry Potter).
    Seul petit bémol en ce qui me concerne, je ne suis pas très fan du graphisme sommaire des personnages enfantins (cette Courtney sans nez, quand même !), alors que les décors sont sublimes d’évidence et de précision.
    Ce n’est qu’un détail, cela-dit.
    Merci beaucoup pour cette découverte bien tentante…

    • Jyrille  

      J’espère que tu vas craquer et au moins tester ;)

  • Jyrille  

    Je vous invite à essayer un tome, car cette série vaut vraiment le coup même si tout n’est pas parfait. Elle se relit avec plaisir. Merci Bruce, je n’avais pas bien saisi l’aspect européen dans Battle Royale.

  • Jyrille  

    Wow, bravo et merci !

  • Stan FREDO  

    Merci. Suite à cet article, je vais tester le tome 1 en VO.

    • Jyrille  

      De rien, merci à toi !

  • Jyrille  

    Yeah ! :)

  • Présence  

    Merci Cyrille M : j’ai souvent été intrigué par cette série en voyant des exemplaires en boutique, sans jamais réussir à me faire une idée de ce à quoi elle correspond. Ton commentaire didactique contient tous les éléments pour que je puisse me faire une opinion.

    • Jyrille  

      De rien et merci ! J’espère que cette opinion est plutôt positive. Quoiqu’il en soit je sera ravi d’avoir ton avis.

  • Jyrille  

    Rien du tout. Nada, keud, peau de zob. Le fait que cela vous intrigue me paie largement :)

  • Tornado  

    Voilà : Je viens de mettre les deux intégrales dans ma liste de Noël !!! :)

  • Bruce lit  

    ah oui tiens ! Je l’ai vu en occaz’ à Gibert ! Je ne voyais pas les volumes si grands.

  • Nina_hime  

    Je les ai acheté hier à Gilbert, tout a fait par hazard et, au vu de ton article, je ne vais pas regretter mon achat ;)
    Ca me donne encore plus envie de les lire !

  • Bruce lit  

    A chaque fois, j’ai envie de me laisser tenter…. Il y a les deux premiers volumes en couleurs, mais l’éditeur ne suit pas….

    • Jyrille  

      Nina, je n’avais pas vu ton message ! J’espère que la lecture t’as plue !

      Bruce, à ta place, je les lirai en noir et blanc :)

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *