Et le tigre est en toi..

Calvin et Hobbes par Bill Watterson

Un tigre qui fait la carpette tout en restant vivant

Un tigre qui fait la carpette tout en restant vivant©Hors Collection

AUTEUR : MAT MATICIEN

VO : Andrews McMeel Publishing

VF : Hors Collection

Après le succès de Trotro, article de commande pour le 1er avril 2016, il m’a été difficile de retrouver l’inspiration. J’hésitai entre Petit ours brun et Tchoupi, le pingouin… Deux séries anthropomorphes pleines d’enseignement. Mais avec l’été et l’arrivée tant attendue d’un probable futur commentateur dans la famille de Bruce Lit… le jeune Pablo, une évidence s’est imposée. Je devais rappeler aux parents que les enfants ne sont pas de mignons petits ânes, pingouins ou oursons mais de fortes personnalités aussi invulnérables que le plus fort des super-héros.

Quoi de mieux dès lors que la série Calvin et Hobbes. Tout au long de l’article, je chercherai à mettre en évidence quelques règles de bonne conduite à l’usage des parents pour survivre à nos enfants…

L'homme est un dieu pour l'homme

L’homme est un dieu pour l’homme©Hors Collection

Calvin et Hobbes ne se présente plus. Un mignon petit garçon inventif de 6 ans et sa peluche sarcastique qui prend vie quand elle est seule avec son maître. Bon, on pourrait également dire que d’un point de vue clinique, Calvin est schizophrène car il parle à sa peluche et atteint de TDAH (trouble du déficit de l’attention avec hyperactivité) car … il est bien agité!
Cette BD commencée en 1985 est donc tout à la fois pour les enfants qui pourront s’inspirer de Calvin pour trouver de nouvelles bêtises à faire et pour les parents qui pourront se rendre compte qu’ils ne sont pas seuls…

Avant d’aller plus loin, revenons sur les noms des deux personnages principaux (pour ceux qui n’auraient pas suivi Calvin, le garçon et Hobbes, la peluche tigre qui parle).
Calvin est le nom du fameux théologien du XVIe siècle de la réforme protestante, Jean Calvin (Hé oui, il faut aussi un peu de culture pour bien démarrer la saison 4 de Bruce Lit). Alors quel est le lien entre le calvinisme et notre terreur en culotte courte ? A part mettre le bazar partout où ils passent, vous dirait un vieux prêtre de l’église romaine catholique…

Jean Calvin, aurait écrit "La pire des pestes est la raison humaine !"... Tout un programme !

Jean Calvin, aurait écrit « La pire des pestes est la raison humaine ! »… Tout un programme !

En lisant la page wikipédia de Jean Calvin, on apprend que ce dernier croit en la « prédestination ». C’est à dire que Dieu aurait choisi dès le commencement du monde les hommes qui devraient être sauvés et les autres qui devraient être condamnés à la mort éternelle… Je fais l’hypothèse que le jeune Calvin est un adepte de la prédestination car quelque soit la taille de sa bêtise cela ne change pas son destin ou son cadeau de Noël…

Quelle est la chute de ce strip ?

Quelle est la chute de ce strip ?©Hors Collection

Hobbes, le nom de la peluche tigre vient du philosophe anglais du XVIIE siècle. Paradoxalement, la peluche tigre a un comportement plus « humain » que le jeune Calvin. Normal car le philosophe Hobbes est connu pour avoir écrit qu’il faut dépasser l’état de nature où « l’homme est un [tigre] pour l’homme » pour aller vers une société civilisée…
Alors revenons sur les qualités de Calvin, un petit site très bien fait les a listées et je lui emprunte (tout cela pour respecter l’échéance de livraison du boss- Hein ? 6 mois entre deux articles, c’est pas un délai assez long M. Maticien ? -Ndr ) : la mégalomanie, l’égoïsme, la cupidité, le sexisme, le goût du morbide, les bêtises et le plaisir absolu de la transgression.

Malgré toutes ces qualités, le personnages de Calvin est attachant et j’ai contribué au succès de cette BD en l’offrant régulièrement. Je réalise maintenant que je livrais avec cette BD un véritable mode d’emploi pour bien élever ses enfants. Parmi tous les trucs donnés, j’en ai conservé 5 sélectionnés attentivement ou au hasard de la lecture des albums pour cet article.

Leçon n°1 : toujours restez lucide sur les intentions de nos enfants

Leçon n°1 : toujours restez lucide sur les intentions de nos enfants©Hors Collection

Leçon n°2 : gouverner c'est prévoir !

Leçon n°2 : gouverner c’est prévoir !

Leçon n°3 : restez au dessus de la mêlée

Leçon n°3 : restez au dessus de la mêlée

Leçon n°4 : savoir innover

Leçon n°4 : savoir innover

Leçon n°5 : profiter dès qu'on peut

Leçon n°5 : profiter dès qu’on peut

Finalement, Calvin c’est la toute puissance sans complexe… un peu comme Adam et Eve avant la pomme, Hulk en colère… Tout ce qui empêche le passage à l’acte est évacué (peur de la douleur, de la mort….). Cela m’évoque le sous-titre du film Birdman d’Alejandro Gonzalez Iñarritu : « La surprenante vertu de l’ignorance ». Car in fine, un super héros s’autorise ce que les êtres civilisés ne font pas (et oui je fais maintenant un lien entre Calvin et les super-héros). Démonstration en image.

Ducobu n'y avait pas pensé... Superman si !

Ducobu n’y avait pas pensé… Superman si !©Hors Collection

Bill Watterson fait référence dans la planche ci-dessus au film Superman de 1978 tournée par Richard Donner avec Christopher Reeve ey Marlon Brando. Pour ceux qui n’étaient pas nés, Luthor détourne deux missiles nucléaires de l’armée américaine vers le New-Jersey et la faille de Saint Andréa. Superman ne peut arrêter qu’un seul missile et l’explosion du second entraîné la mort de Loïs Lane. Un peu chahuté par cet échec qui compromet sa vie sentimentale, Superman tourne alors autour de la terre à grande vitesse pour inverser sa rotation et lui faire remonter dans le temps et arrêter les méchants. C’est clair ?

Avouez, c’est plus crédible qu’Orphée qui descend aux enfers chercher Eurydice… Bon, voilà qui pourrait relancer le débat maint fois ouvert sur ce blog sur l’évolution délétère ou naturelle des mutants dans les derniers épisodes des X-men ou des super héros en général.

Une leçon en bonus : Toujours assister aux conférences "apéro comics" avec Bruce Lit et Alex Nikolavitch

Une leçon en bonus : Toujours assister aux conférences « apéro comics » avec Bruce Lit et Alex Nikolavitch©Hors Collection

Un petit mot sur la légende qu’est devenu Bill Watterson. Il a publié son dernier strip le 31 décembre 1995. Pour mémoire, Michel Sardou remplissait encore l’Olympia, Juppé premier ministre voulait réformer la sécurité sociale et seize adeptes de l’Ordre du temple solaire se suicidaient. Y-a-t-il un lien entre tous ces événements ? Bill Watterson déclare qu’il s’arrête car il n’a plus rien à dire… cela peut paraitre remarquable, mais il y a encore plus remarquable.

Il a bataillé plusieurs années pour récupérer les droits de ses personnages auprès de l’agence de presse Universal Press Syndicate. Son objectif principal : interdire tous les produits dérivés car pour lui la bande dessinée est un art qui se suffit à lui-même et il écrit dans la préface de l’édition intégrale de son oeuvre chez Hors collection « Je refusai d’avoir dépensé toute cette énergie pour me changer en simple vendeur de babioles ».

Comme chacun sait, il obtient le grand prix du festival d’Angoulême en 2014 mais refusa de quitter sa retraite pour venir présider le festival de 2015. On raconte qu’il serait venu incognito. Sa dernière photo date de 30 ans. La légende veut aussi qu’il raccroche régulièrement au nez de George Lucas  ou de Steven Spielberg qui voudrait adapter son oeuvre. Alors la planche qu’il accepte de dessiner pour l’affiche du festival est un petit moment historique dans l’histoire de la BD. On y voit la relation particulière qu’y entretient BD et presse.

L’éditeur français, hors collection, nous rappelle en fin du tome 17 que Bill Watterson a fait évoluer le format de ses comics strips en 1992. La raison est que Calvin et Hobbes était publié du lundi au samedi sous la forme d’un strip de 4 à 5 cases en noir et blanc. Le dimanche, le strip était en couleur. Le petit site dont j’ai parlé plus haut explique très bien comment Bill Watterson qui publiait dans plusieurs journaux était soumis « aux bons vouloirs des éditeurs pour la mise en page ». Alors très vite, il a crée une planche en 6 zones modulables pour permettre l’impression en 3 formats différents (1/2 ; 13/3 ou 1/4 pages) et une reprise en album sous la forme d’une page entière que nous connaissons.

Pour conclure, les 24 tomes de « Calvin et Hobbès » sont une leçon de vie sur ce que nous avons été (Calvin) et ce que nous avons peut-être abandonné pour devenir de douces peluches savantes (Hobbes).

Dernière leçon : connaitre ses propres super-pouvoirs de parents

Dernière leçon : connaitre ses propres super-pouvoirs de parents©Hors Collection

31 comments

  • Lone Sloane  

    Shotgun?
    Un bonheur d’article pour la madeleine du comics. Calvin et Hobbes sont aussi universels que le petit Nicolas de Goscinny et Sempé. Ta conclusion sur l’évolution naturelle de l’enfant indomptable que nous fûmes, vers l’adulte responsable et atteint par ses limites physiques et mentales est juste.
    Et il faut vraiment être rousseauiste pour ne pas maudire notre inaptitude à conserver ce qui fait le sel de la vie: une imagination buissonière.
    Merci aussi pour le slogan des Frosties, dont le souvenir trop sucré me revient en bouche. Cette nouvelle saison commence en fanfare.

    • Matt & Maticien  

      Merci Lone Sloane. Je suis très honoré et heureux d’ouvrir la saison. Je remercie Bruce pour sa confiance. j’étais un peu stressé car, pour l’anecdote, ma femme qui est une grande fan de Calvin et Hobbes avait trouvé mon début d’article. .. « très nul » 😉 je cite de mémoire.

      J’ai donc retravaillé le tout pour essayer d’être à la hauteur de cette saison….

  • JP Nguyen  

    Joliment écrit, Mat ! Mais faudra-t-il attendre des mois pour un autre article ?
    Hé oui, moi aussi, je peux par moment retrouver l’impatience de l’enfance !

    Mais, mais… pas de produits dérivés autorisés par l’auteur ? Comment vais-je faire pour Figure Replay ?
    Non, en fait, je crois que j’ai une solution…

    • Matt & Maticien  

      Génial. j’ai hâte de voir le Figure Replay. Ce travail est vraiment génial.

      Pour les articles, j’essaie d’augmenter la cadence. j’ai bcp de bd bizarres à vous présenter 😉

      • Matt & Maticien  

        ps. cela me donne l’idée de trouver la Bd la plus difficile à rependre en Figure Replay… j’ai qq idées.

        • JP Nguyen  

          Ah ah, vas-y, Mat&M, « you’re welcome to try » !
          Quoique, je ne devrais pas la ramener, rien que sur Baltazar, j’aurais eu du mal…

          • Matt & Maticien  

            C’est effectivement à ce type d’ouvrage que je pensais. .. même si j’avoue que j’aurais du mal à trouver qq chose d’aussi étonnant, prometteur et… inabouti 😉

  • Matt  

    Je connais extrêmement mal Calvin et Hobbes. Article très sympa. J’ignorais d’où venaient leurs noms. C’est avéré que l’auteur s’est inspiré de ces personnages historique ou c’est une interprétation de ta part ? (qui serait quand même une coïncidence étrange j’avoue)

    Tiens je me permets de réagir sur l’idée que Superman inverse la rotation de la terre. ça n’a aucun sens en fait, même si tout le monde a compris ça comme ça. Pour moi c’est juste que Superman se déplace si vite qu’il revient dans le passé et c’est parce qu’il revient dans le passé qu’on voit la terre tourner à l’envers (comme quand on fait retour rapide sur un magnétoscope quoi…ou un lecteur DVD mais ça marche moins bien)
    Tout simplement parce qu’il n’y a aucune raison qu’inverser la rotation permette de revenir dans le temps. Ni que le temps s’arrête si la terre cesse de tourner. ça peut même surement déclencher plein de trucs catastrophiques et ça ferait de Superman l’assassin de la race humaine entière.
    Alors que pour la super vitesse, même si c’est impossible de revenir dans le passé, il est prouvé que ça permet d’aller dans le futur, le temps ne se déroulant pas à la même vitesse pour la personne qui se déplace très très très vite, il ne vieillit pas alors que ceux sur terre oui. Et c’est ainsi qu’en 1 an de déplacement à la vitesse de la lumière dans l’espace, il se sera peut être écoulé 10 ans sur Terre (ce sont de faux chiffres, j’ai pas non plus que ça à faire que calculer)

    Bref même si les 2 solutions sont impossibles pour aller dans le passé, celle de la vitesse repose sur un principe scientifique, ce que font souvent les films ou les comics même s’ils les déforment pour leur faire des trucs cool.

    • Matt & Maticien  

      Bonsoir Matt (mon presque homonyme 😉

      Watterson s’est bien inspiré des noms de ces deux personnages mais on ignore a priori les raisons réelles de son choix.

      J’ai bien aimé ta tentative de rationalisation de l’action de Superman et ta reconnaissance en même temps qu’il est impossible d’aller dans le passé. C’est quand même une belle faille dans le scénario qui a bien dû faire rire Watterson. Les conséquences éthiques du choix de Superman dans le film sont incroyables mais c’était une autre époque.

      • Matt  

        Il y a tellement de films qui se pètent les dents sur les concepts temporels, les voyages dans le temps etc…
        Le pire c’est que sans être un accro aux sciences (trop compliqué pour moi), il y a des trucs que je trouve insupportables maintenant. Tiens bah dans Terminator ça ne tient pas debout les voyages temporels. Une seule ligne de temps, un seul univers, donc des paradoxes à ne plus quoi savoir en faire. Et j’ai beau me dire que les films ne sont pas là pour faire des cours de science, ça me gêne.

        Dans DBZ ou chez Marvel (mais pas chez Bendis) le concept des multiples univers fonctionne. Revenir dans le temps crée une autre ligne temporelle et ça évite les paradoxes.

  • Bruce lit  

    « L’enfance de l’art » 1/6
    C’est la rentrée chez Bruce Lit ! Raie au milieu, les dents bien brossées, cartables tout neufs, toute l’équipe a bien planché pour vous offrir la meilleure saison 4 qui soit. En témoigne le studieux et rare Mat Maticien qui vous offre, comme ça, dès l’ouverture, dès lundi, dès 8h00 sa lecture de Calvin et Hobbes ! Raaaahr !
    La BO du jour :Calvin , le petit garçon, ne se sépare jamais de son peluche-tigre. Jane B, elle était inséparable de sa peluche Orang Outang qui posera par la suite avec elle sur la pochette de Melody Nelson (et cachera par la même occasion son début de grossesse).https://www.youtube.com/watch?v=sYiSqtcVoFg

  • Présence  

    Quel plaisir de replonger dans les strips de Calvin & Hobbes par l’intermédiaire d’un article facétieux. Invoquer le souvenir de Jean Calvin, il fallait oser.

    Comme toi, j’ai participé à diffuser cette BD en l’offrant à plusieurs personnes de ma famille.

    Dépourvu de toute imagination, je n’ai hésité à ressortir des blagues du strip à mes enfants, à commencer par le sondage de popularité du père. L’effet de déstabilisation est remarquable, mais ils ne sont pas allés jusqu’à organiser un véritable sondage sur mon cas personnel.

    Le plaisir de lecture de ces strips a été tel que quand j’ai acheté une grosse peluche de tigre pour ma fille peu de temps après sa naissance, je l’ai appelé Hobbes, et elle y tient toujours autant.

    • Matt & Maticien  

      Belle anecdote. Je t’avoue que j’ai aussi pensé à faire le coup du sondage à ma fille (quand elle sera en âge). je regrette de ne pas l’avoir fait à mes parents! La côte de popularité aurait été volatile…

  • Jyrille  

    J’avais déjà adoré l’article sur Trotro mais là on est dans le haut de gamme ! L’utilisation des scans pour rappeler des leçons d’éducation est une grande idée et tout l’humour et la facétie (bien vu Présence) me plaisent énormément.

    Je suis également tout à fait d’accord avec le commentaire de Lone. Tu fais bien de rappeler les racines philosophiques de Calvin et Hobbes : cette bd propose plus que souvent des réflexions pertinentes très philosophiques. Même mon fils Maël le dit, c’est pourquoi il a eu l’intégrale à noël dernier. Il faut que je la lise car je ne pense pas avoir lu tous les tomes mais seulement un tiers ou la moitié.

    Merci également d’avoir inséré la dernière planche dessinée par Watterson pour le festival d’Angoulême. J’ai gardé le flyer de l’épique pour cett planche. Elle est fantastique, redonnant vie aux slapsticks movies, partant d’un élément de la vie quotidienne pour devenir une aventure improbable et comique. C’est du grand art et le trait de Watterson reste exceptionnel. Je trouve que l’on ne parle pas assez de son dessin, pourtant il croque les personnes et leurs mimiques aussi bien que Franquin.

    La saison 4 démarre en fanfare !

    • Matt & Maticien  

      Merci Jyrille pour ton commentaire et la précision sur le trait de Watterson qui est exceptionnel et effectivement comparable à celui de Franquin. Je n’y avait pas pensé mais il y a un lien dans leur virtuosité.

  • Lionel Roudoudou  

    « Calvin et Hobbes » et tout est dit : presque inutile d’en rajouter. 😉

    Si ce n’est qu’aussi hautes soient les cimes atteintes par Watterson (et aussi admirable soit son refus de capitaliser sur d’innombrables déclinaisons de son oeuvre), la série a quand même, je trouve, duré bien trop longtemps… :-/

    De mémoire (car ma lecture remonte à un moment), ça reste sublime jusqu’à, environ , le volume 12 ou 13. Avant de commencer à lentement s’essouffler. Et, même, dans les derniers tomes, quelque peu tirer à la ligne… >_<

    Un peu le même phénomène que "Les Simpson" : lesquels restent agréables à regarder et offrent encore, parfois, une ou deux pépites.
    Mais tout en étant (très) loin de la mythique série qui, il y a une quinzaine d'années, trônait sur le toit de l'Olympe…

    Tout comme les sportifs, certains artistes ne résistent pas à livrer le combat de trop… :'(

    • Matt & Maticien  

      Je peux comprendre ton analyse mais parfois je regrette (égoïstement) qu’il ait posé les stylos.

      La redondance peut avoir une certaine saveur…

  • Matt  

    Je me sens inculte face à vos réactions. J’ai du lire 10 gags dans ma vie de Calvin et Hobbes…

  • Bruce lit  

    Un article qui fait plaisir parce que c’est la rentrée, parce que y’en avait marre des rediff’s, parce que je ne connais que très peu C&H et parce que ça faisait longtemps que le Maticien n’avait pas sévi. J’ai bien aimé TA lecture de cette oeuvre qui nous apprend bcp sur la tyrannie de l’enfance et la part de rêve allant avec. La tyrannie ayant cela en commun avec le rêve que tout semble possible, que la réalité puisse être tordue par le fantasme.
    Les strips que tu as publié ne m’ont pas fait bcp sourire. Il faudrait que je me plonge d’avantage dans l’oeuvre. Par contre, le fait que Watterson soit le Sallinger de la BD (ce que ton article m’apprend), qu’il refuse toute compromission et qu’il se soit parfaitement approprié les codes graphiques des comics de super heros ne peut que me le rendre sympathique. il faudra que tu me prêtes ça.
    Et sinon le peu que tu publie de Calvin est assez terrifiant quand même….

    • Matt & Maticien  

      Merci pour cette ouverture de saison. Les Bd sont à ta dispo mais attention à ce que ta fille ne s’en inspire pas; ) Pablo est encore innocent. Calvin est terrifiant certes mais ma fille peut faire autant de dégâts. son arme favorite? le lancer de petits plats… cela ressemble à du dripping à la manière de Jackson Pollock… en plus collant; )

      J’ai bien aimé le rapport que tu pointes entre tyrannie et rêve.

  • Bastien  

    Bonjour,
    Très bon article, très intéressant.
    Calvin et Hobbes est une des premières bd que j’ai lu.
    J’ai adoré à l’époque je devais avoir 9-10 ans et aujourd’hui encore je la trouve très drôle.
    La fin est effectivement un peu moins bonne.
    Merci en tout cas pour cet article qui m’a donné envie de les relire.
    Bonne journée.

    • Matt & Maticien  

      Merci Bastien. je trouve que l’oeuvre de Watterson est assez cohérente et que l’inventivité folle des débuts a progressivement et assez naturellement laissé place à la maturité du trait. Certes, il fonctionne autour de thématiques récurrentes mais il a quand même eu la force de rester lucide au sommet de la gloire pour s’arrêter à temps.
      C’est assez remarquable.

  • Tornado  

    Arrrf… Je ne connais rien à cette BD. C’est comme Gaston Lagaffe… C’est une carence chez moi.
    Il y a bien des années, lors d’une amourette, l’amoureuse en question m’avait offert un album de la série en me houspillant : « Quouahhh ???!!!!!!!!!!!!!!!! Tu ne connais pas Calvin & Hobbes ?????!!!!!!!!!!! ». J’avais essayé de lire l’album et je n’avais pas accroché… Trop tard, sans doute…

    Sinon, ça fait du bien de lire un article de Matt Maticien. C’est frais et l’on y trouve une voix propre, différente des autres pour d’autres horizons. Et je ne dis pas ça pour le motiver à écrire plus. Juste parce que la lecture de l’article tait super ! 🙂

    • Présence  

      @Tornado – Ce n’est pas trop tard pour bénéficier de la gentillesse de ces histoires. Comme le dit fort bien Mat, cela peut être lu enfant, mais aussi adulte, avec une incroyable saveur. Il n’y a rien d’infantile dans Calvin & Hobbes.

    • Matt & Maticien  

      Merci. Je suis touché par ce compliment. Je vais essayer d’écrire un peu plus. j’ai été très heureux d’écrire cet article pendant les vacances car il m’a permis de replonger dans l’univers de C&H.

      Pour y rentrer je pense que la lecture de deux ou trois albums est nécessaire. Je me souviens qu’à mes premières lectures, l’animation du tigre notamment ne m’était pas évidente et puis tout a pris vie et depuis je retrouve cette magie à chaque lecture. Je t’invite à essayer car c’est une belle sensation et ube chance que de pouvoir lire un album de Calvin pour la première fois.

  • Matt  

    Je n’ai pas l’impression que le but de ces strips soient d’être hilarants.
    Des petites tranches de vie, des petites réflexions, des petits gags aussi quand même.
    Je n’ai jamais trop eu l’occasion d’en lire. Je ne sais pas trop si ça peut me plaire. A voir.

    • Matt & Maticien  

      Comme je le disais à Tornado, je pense qu’il faut lire plusieurs albums pour s’immerger dans cet univers si particulier… et que tout prenne vie

  • Patrick 6  

    La philosophie appliquée par Calvin et Hobbes moi je dis chapeau Mister M&M ! Il fallait oser 😉
    Dis moi tu écris un article tous les 6 mois mais les gens s’en rappelle longtemps à chaque fois !
    Ceci dit comme bien des petits Français je n’ai pas grandi avec cette BD dont je n’ai entendu parler qu’arrivé à l’âge adulte ! Ton article me donne clairement l’envie de rattraper le retard ! Merci donc.

    • Matt & Maticien  

      Tes articles sont marquants aussi… Je me souviens de celui sur l’héritage de Joy Division ! Un beau morceau… Bonne découverte de Calvin. Ca devrait te plaire (passé le temps d’immersion)

  • Thierry araud  

    Fort bel article. Je connais C&H depuis leur première publication en France et leur lecture est toujours un plaisir. Comme celle de ton article qui m’a fait me souvenir qu’il y a longtemps que je n’ai pas relu un album de Watterson. Je termine le dernier arc de Walking Dead et je me replonge là dedans. Merci pour ton analyse fort pertinente.

  • Matt & Maticien  

    Merci Thierry. Il y a encore beaucoup à dire sur C&H… Bonne plongée 😉

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *