Foncer dans le tas

Savage Dragon 2 – A force to be reckoned with par Erik Larsen

T'as vu mes biceps plus gros que ma tête ?

T’as vu mes biceps plus gros que ma tête ?©Image Comics

AUTEUR : PRÉSENCE

VO Image

VF Semic

Sur un terrain vague, un individu nu à la peau verte avec une crête sur la tête est la proie des flammes. À son réveil à l’hôpital, le lieutenant de police Frank Darling se trouve à son chevet. Savage Dragon est amnésique, il n’a aucune idée de qui il est. Il se trouve à Chicago. La ville est la proie d’une vague de crimes divers et variés perpétrés par des supercriminels.

Après un attentat, Savage Dragon accepte l’offre du lieutenant Darling et rejoint les forces de police de Chicago pour lutter contre cette super-délinquance. Ça tombe bien parce que les superhéros ne courent pas les rues de Chicago. Il est toujours amnésique.

En 1992, 7 créateurs quittent Marvel Comics pour fonder leur propre maison d’édition et créer leurs propres personnages dont ils conserveront chacun la propriété intellectuelle : Jim Lee (WildCats), Jim Valentino (Shadowhawk), Rob Liefeld (Youngblood), Todd McFarlane (Spawn), Marc Silvestri (Cyberforce), Whilce Portacio (Wetworks) et Erik Larsen.

Le premier constat en termes de qualité est celui de la déception. Tous ces auteurs ont voulu s’émanciper de la tutelle des responsables éditoriaux, mais aussi des scénaristes. Or il s’agit de dessinateur à la base. À la première lecture à l’époque, j’avais été déçu par le ton dérivatif et bas du front des premiers épisodes de « Savage Dragon« . Mais 20 ans plus tard, j’apprécie beaucoup l’ironie moqueuse qui se dégage de cette série. Cela méritait une relecture.

WildCats, Spawn, Savage Dragon, ShadowHawk, Cyberforce, Youngblkood, Wetworks

WildCats, Spawn, Savage Dragon, ShadowHawk, Cyberforce, Youngblkood, Wetworks©Image Comics

Ce tome fait suite à Baptism of fire (minisérie originelle en 3 épisodes, ayant bénéficié d’un nouveau montage). Il comprend les épisodes 1 à 6 de la série régulière (quasi mensuelle, toujours en cours de parution en 2014), initialement parus en 1993, écrits, dessinés et encrés par Erik Larsen, le créateur du personnage.

La situation à Chicago est toujours aussi catastrophique. La ville est aux mains de supercriminels se promenant en toute liberté dans les rues, et les forces de police conventionnelles ont bien du mal à faire face. Frank Darling a recruté Savage Dragon dans le premier tome et celui-ci est le seul officier capable de résister aux superpouvoirs et de taper plus fort que les ennemis. Dans ces épisodes, Frank Darling doit supporter les conséquences du chantage dont il est victime.

Des flingues et du sang (en pleine page en plus)

Des flingues et du sang (en pleine page en plus)©Image Comics

Savage Dragon se bat contre The Shrew à la tronçonneuse. Il ne sait pas comment réagir à la proposition d’aide de sa collègue Alex Wilde. Il ne sait pas quoi répondre à madame Harris (la mère de Debbie, assassinée sous les yeux du Dragon). Il ne sait pas comment répondre poliment à Emily Schwartzblatt qui prétend être sa mère. Il doit repousser les avances d’Amanda Mills.

Côté professionnel, il a l’impression que le lieutenant Darling l’envoie sur des missions d’une importance toute relative. Il se rend à New York où il fait équipe avec les Teenage Mutant Ninja Turtles. Il assiste à l’arrivée de plusieurs autres superhéros dans les forces de police de Chicago : Dart (Jill August), Ricochet & Barbaric, Horridus, Rapture (Sharona Jackson). 2 autres superhéros se joignent à la bataille : Mighty Man et Star.

Des invités surprises (verts comme le Dragon)

Des invités surprises (verts comme le Dragon)©Image Comics

En surface, ces épisodes ressemblent à une collection de clichés et de stéréotypes des comics de superhéros, dans tout ce qu’ils ont de plus ridicule et de plus débile. Cela va de l’apparence des personnages, aux bagarres à grands coups de poings, en passant par un nombre d’intrigues secondaires hors de contrôle. Les méchants pillent des banques et souhaitent devenir maître du monde (ou presque) ; les gentils les font rentrer dans le rang à grands coups de phalanges dans la tronche.

Conformément aux conventions en vigueur dans ce genre très américain et surreprésenté dans les comics, les superhéros mâles disposent tous d’une musculature exagérée (même en s’aidant de stéroïdes), à commencer par le personnage principal. Savage Dragon (même s’il refuse de porter un costume moulant) dispose d’une largeur d’épaule impossible, de biceps plus gros que sa tête, de poings comme des marteau et d’une vitalité lui permettant de guérir de tout très vite. Il est une collection de clichés à lui tout seul.

2 bouches, 2 nez, 2 paires d'yeux

2 bouches, 2 nez, 2 paires d’yeux©Image Comics

Les personnages féminins ressortent de la même approche : poitrine énorme, taille de guêpe, costume riquiqui. En tant que dessinateur, Larsen renforce encore ces stéréotypes en cadrant ses images sur les muscles des superhéros, et les fesses ou la poitrine des superhéroïnes (sans compter leur costume qui leur rentre dans les fesses).

En termes narratifs, Larsen embrasse pleinement tous les clichés possibles, avec des superhéros qui cognent sur leurs ennemis comme seule solution à tous les conflits, avec des personnages qui ont du mal à s’entendre, avec un clivage Bien / Mal sans aucune nuance, et avec une approche des relations interpersonnelles relevant d’une sitcom produite à la chaîne. Il succombe même dans ces épisodes à une Claremontite aigüe (adjectif dérivé de Chris Claremont) en multipliant les intrigues secondaires au-delà du raisonnable, sans espoir de résolution proche.

Un cadrage plus vulgaire que suggestif

Un cadrage plus vulgaire que suggestif©Image Comics

Oui, mais d’un autre côté, cette façon de se vautrer dans les conventions du genre (et de s’en repaître) interpelle le lecteur pour plusieurs raisons. La première est que la verve d’Erik Larsen lui permet de tout faire passer, du plus ridicule au plus référentiel. Dans la première catégorie, il y a le personnage appelé Doubleheader (jeu de mot sur les cinémas ou les tournées de rock où 2 films ou artistes se partagent la tête d’affiche) affublé d’un visage 2 fois plus haut que la normale, constitué de 2 visages superposés (de bas en haut : un menton, une bouche, un nez, des yeux, un front / menton, une autre bouche, un autre nez, et une autre paire d’yeux). Il s’agit d’une représentation totalement débile, sans aucune plausibilité même lointaine, même dans le cadre d’un comics de superhéros, mais il s’agit aussi d’un hommage rigolo aux comics d’horreur pour jeunes enfants des années 1930 ou 1940.

Dans les références pointues, le lecteur attentif pourra déceler Peter Klaptin (visiblement une variation sur le nom d’Eric Clapton, amalgamé avec le prénom de Peter Parker), R. Richard Richards (nom dérivé de J. Jonah Jameson de la série Spider-Man). Les références ne sont pas que textuelles, à l’évidence Erik Larsen cite Steve Ditko dans les postures qu’il donne à Star, très similaires à celles de Spider-Man. Il cite également Jack Kirby dans sa manière de présenter la force des coups des personnages lors des affrontements physiques. Il cite aussi Frank Miller, à la fois dans certaines cases très contrastées noir / blanc, mais aussi dans plusieurs thématiques, allant du laxisme de la justice vis-à-vis des coupables, à la posture de Frank Darling ayant son maître chanteur au bout du fil (tel Ben Urich dans la même situation).

En bleu et rouge, ce n'est pas Spider-Man

En bleu et rouge, ce n’est pas Spider-Man©Image Comics

Toutefois, Erik Larsen ne se contente pas d’aligner les citations plus ou moins bien digérées. Il effectue un véritable travail de recomposition dans lequel il rend hommage de manière patente à ses pères spirituels, tout en transformant cet amalgame en quelque chose qui devient personnel. Il ne s’agit pas d’un simple patchwork, mais bien d’une création originale. Un bon exemple est celui de Mighty Man. D’apparence il évoque un croisement entre Superman et Captain Marvel (Billy Batson), toujours souriant et agréable à l’œil, une véritable publicité ambulante pour un dentifrice, une vie saine et l’accession au bonheur.

Si son uniforme évoque une variation de celui de Captain Marvel, il n’en est pas moins original, Larsen étant un excellent concepteur visuel de personnages et de costumes de superhéros. Si son apparence évoque ces 2 grands superhéros fondateurs, le comportement de Mighty Man défie les poncifs qui leur sont liés, le rendant immédiatement spécifique.

Mighty Man, à la fois dérivatif et original

Mighty Man, à la fois dérivatif et original©Image Comics

Outre ces références aux fondateurs du genre superhéros Marvel (Kirby et Ditko), Erik Larsen ne fait pas semblant. S’il y a bien une forme d’hommage, la narration de Larsen ne verse pas dans la parodie. Pour lui, le comics de superhéros est un genre qui se respecte. Savage Dragon est un personnage bourrin qui frappe son ennemi de plus en plus fort, jusqu’à ce qu’il s’écroule, les combats doivent être à la hauteur, à la fois visuellement et dans leur déroulement.

En ceci, Larsen se révèle être l’héritier spirituel de Kirby, il est hors de question de dépeindre un combat par-dessus la jambe, ça doit péter, il doit y avoir des destructions massives et des dégâts. Lorsqu’un coup est asséné, le lecteur doit en prendre plein les mirettes et ressentir l’onde de choc ou la douleur de l’opposant. Larsen s’emploie donc à concevoir des séquences brutales de combats, des pleines pages qui en jettent et même des doubles pages dans lesquels ça cogne fort.

Ça cogne fort

Ça cogne fort©Image Comics

Le fait d’être son propre éditeur et de posséder les droits intellectuels sur son personnage lui permet d’en rajouter en termes de violence cathartique, jusqu’à Savage Dragon s’en prenant à The Shrew avec 2 tronçonneuses. Certes il y a une dimension parodique dans cet assaut, mais Larsen représente tout au premier degré, sans tomber dans le gore, en figurant les dégâts avec des giclées d’encre. Pour Larsen un combat physique, c’est du sérieux.

Cela n’empêche en rien plusieurs formes d’humour, allant des regards concupiscents des officiers de police vers Dart (en tant que superhéroïne, elle est affublé d’un costume riquiqui et elle explique que c’est intentionnel qu’il s’agit d’une forme de déconcentration de ses opposants), aux grimaces échangées par Dart et Dragon qui s’apprécient peu, en passant par des noms de personnages improbables Mike Litoris (à prononcer à haute voix rapidement).

Erik Larsen propose de nouvelles aventures de Savage Dragon, toujours aussi dérivatives sur le plan de l’intrigue et des dessins, mais toujours aussi personnelles. Il peuple le monde de Savage Dragon de dizaines de personnages improbables tous dotés d’un nom (même le supercriminel qui n’apparaît que le temps d’une case), baignant dans de multiples intrigues. C’est le seul point faible de ce tome que de multiplier les intrigues sans les résoudre. En 2015, la série Savage Dragon a passé le cap des 200 épisodes. En attendant une réédition complète en couleur, Erik Larsen a initié une réédition en noir & blanc, et en gros recueils.

Des forces de l'ordre très admiratives des atouts de Dart

Des forces de l’ordre très admiratives des atouts de Dart©Image Comics

 

14 comments

  • JP Nguyen  

    Malgré les qualités évoquées dans l’article, je n’accroche pas du tout à l’univers de Savage Dragon.
    En fait, l’esthétique du trait de Larsen ne me séduit pas. Pour le coup, je suis un peu dans le même cas que ceux qui disaient ne pas apprécier le dessin de Jim Lee hier.
    Néanmoins, il faut reconnaître à Larsen une plus grande constance que ses co-fondateurs d’Image et une véritable intégrité artistique. Pour autant, je n’ai pas l’étincelle qui me ferait m’enflammer pour ce Dragon…

    • Présence  

      Je gardais un très mauvais souvenir des dessins de Larsen quand j’avais lu les premiers épisodes de Savage Dragon en 1992. Ma forte consommation de comics aidant, j’ai fini par lire un tome plus récent, et j’ai été séduit par le caractère de l’auteur : refus du tiède et du politiquement correct, pas d’altruisme à toute épreuve, un métier (policier) qui justifie que Savage Dragon soit confronté à des supercriminel. Du coup j’ai recommencé la série au premier tome.

      Les dessins ne sont pas jolis. Au fur et à mesure, Larsen a appris à dessiner les pieds (moins à la Rob Liefeld. Pour un fan de comics, sa culture comics est visible et ses citations visuelles ou hommages graphiques sont irrésistibles, de Jack Kirby à Frank Miller, en passant par Walter Simonson et quelques autres. Ses dessins en sont toujours pas jolis, mais ils racontent l’histoire avec force et efficacité.

  • Bruce lit  

    « Imagine » 2/3
    A la une aujourd’hui : le Savage Dragon d’Erik Larsen. Présence nous restitue la création de ce personnage emblématique d’Image, sa capacité d’adaptation lui permettant d’atteindre le numéro 200…et sa rencontre avec les Tortues Ninjas ! Le tout parsemé de bastons Kirbyenne maculées d’hémoglobine à déguster chez Bruce Litre…..
    La BO du jour: des muscles et beaucoup de finesse, c’est parti…..www.youtube.com/watch?v=9Gu-s-hX9Zw

  • Jyrille  

    Ah oui : les dessins sont laids. Présence, j’admire ton tour de force de repérer les hommages et les codes inhérents au genre dans cette série, mais bien évidemment je serai incapable de lire ça. C’est au-dessus de mes forces, et je n’ai pas du tout la culture. Si j’ai lu Wolverine & the X-Men, c’est parce que le trait de Bachalo me parle, au départ.

    • Présence  

      Mais en fait, il n’y a aucun courage à avoir, car Savage Dragon est une lecture très drôle. Par contre, j’espère vraiment que les rééditions couleurs se poursuivront car c’est pénible à lire en noir & blanc, les dessins de Larsen ne contrastant pas assez les surfaces les unes par rapport aux autres.

      • Jyrille  

        Je reste sceptique. Et puis ce type est un succédané de Hulk hein ?

        • Présence  

          Je ne pense pas qu’il y ait une forme de filiation entre Hulk et Savage Dragon. Ils ne se ressemble que part la couleur. Ce personnage a été longuement mûri par Erik Larsen puisqu’il en dessinait déjà les aventures étant enfant, même nom, mais personnage différent.

          L’hypertrophie musculaire (des biceps plus gros que la tête) était en vogue au début des années 1990, avant la formation d’Image, Larsen n’a fait que la pousser à son paroxysme. Dragon ne diminue pas en intelligence quand il s’énerve, il reste le même. S’il fallait établir une filiation, je la ferais plus avec Wolverine, du fait du pouvoir auto-guérisseur très puissant. Mais là encore, il y a assez de différences pour ne pas parler de copie, puisque Dragon (totalement amnésique) a intégré les forces de l’ordre de son plein gré, et ne présente pas de tendance asociale.

          Pour poursuivre la discussion entamée pour WildCats, on peut parler de superhéros dérivatif de la culture superhéros Marvel et DC. Le fait qu’Erik Larsen soit scénariste, dessinateur et encreur lui permet plus de liberté de ton que chez Marvel et DC, et sa personnalité d’auteur transparaît plus.

          • Bruce lit  

            Hulk a aussi un pouvoir auto-guerisseur ;)

  • Bruce lit  

    Non, là, je peux pas…..Impossible d’apprécier un personnage avec une nageoire sur la tête et les bras qui vont exploser…Je me demande même si ce n’est pas de la provocation que tu m’envoies là…Garth Ennis ou Moore pourrait écrire dessus que je ne prendrai pas.
    Erik Larsen: tiens, ça me rappelle que j’ai en réserve son histoire où très fier de lui, il rendait son adamantium à Wolverine….Je sens que je viens m’amuser….

    • Présence  

      La forme du personnage transcrit la dimension parodique très consciente que Larsen intègre à ses récits. Il n’a aucunement la prétention de faire de la littérature, juste du divertissement dérivatif de décennies de superhéros, pleinement assumé.

  • Marti  

    J’ai lu le premier (et unique) tome consacré à Savage Dragon sorti par Delcourt vers 2009/2010 et j’ai bien apprécié cette lecture pour la raison principal que cette série décomplexée ne se prend pas toujours au sérieux mais est faite avec sérieux, l’inverse de pas mal de productions de l’époque je suppose. Dommage que les ventes n’aient pas suivi pour que Delcourt poursuive la collection…

    • Présence  

      Série décomplexée qui ne se prend pas toujours au sérieux mais est faite avec sérieux – Très jolie formule qui résume bien ce que j’en pense. Je n’arrive pas à comprendre pourquoi cette série n’accroche pas plus de lecteurs : superhéros adulte, bastons homériques, supercriminels hauts en couleurs, inventivité à tous les épisodes, humour rigolo, violence brutale et pour rire, etc. Ça reste un mystère pour moi.

    • Marti  

      Le côté hommage à la fois aux anciens ages des comics comme aux 90′s, le trait de Larsen, l’énorme continuité qu’il y a derrière, le manque de reconnaissance d’Erik Larsen pour les jeunes générations… Tous ces facteurs peuvent expliquer cela !

      Au passage, le Dragon a eu droit à une série animée d’une saison de 26 épisodes en 1995-1996, avec notamment Mark Hamill au casting vocal : https://www.youtube.com/watch?v=LORx_jWYeH8

  • James  

    Savage Dragon,c’ est une excellente série qui a une grande qualité c’ est le même excellent dessinateur depuis le début et cela peu de série peuvent en dire autant!!J’ ai toujours trouvé les dessins fun et les ton caustique de Larsen intéressant!!!Malheureusement,les derniers numéros sont tombés dans une parodie hentai même si je comprends la position de Larsen qui est de provoquer le puritanisme féministe actuel !!

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *