Gothic De Profundis

L’Île des Morts par Thomas Mosdi & Guillaume Sorel

Bienvenue dans la joie et la bonne humeur

Bienvenue dans la joie et la bonne humeur© Vent d’Ouest

Par : TORNADO

VF : VENTS D’OUEST

Cet article portera sur l’intégrale de L’Île des Morts, qui regroupe les cinq tomes de la série gothique réalisée dans la première moitié des années 90, sur un scénario de Thomas Mosdi et des dessins de Guillaume Sorel. Soit les albums In Cauda Venenum (1991), Mors Ultima Ratio (1992), Abyssus Abyssum Invocat (1993), Perinde Ac Cadaver (1994) et Acta Est Fabula (1996).

A noter qu’il s’agit d’une œuvre de jeunesse et que, par la suite, la carrière de nos deux auteurs sera florissante, notamment pour Guillaume Sorel qui connaitra le succès avec la série Algernon Woodcock, ou encore avec des one-shots particulièrement réussis, comme Le Horla.

Le début de la série. Un style qui va franchement évoluer par la suite.

Le début de la série. Un style qui va franchement évoluer par la suite © Vent d’Ouest

C’était une autre époque pour la bande-dessinée. En ce temps là, les séries fleurissaient de toute part et les auteurs se lançaient dans des projets divers sans même savoir comment ils allaient terminer leur histoire. Certaines séries étaient d’ailleurs abandonnées en cours de route.

L’Île des Morts n’échappe pas à la règle, tant le début de la série est différent de la fin. Toutefois le récit est bouclé au terme du cinquième album (de manière un peu abrupte, il faut l’avouer) et demeure, malgré tout, une belle réussite dans le genre gothique. Ainsi, vous devez savoir que même si l’ensemble ne se hausse pas au niveau de la perfection, il vaut franchement le coup d’œil, notamment auprès de ceux qui possèdent une appétence prononcée pour le genre consacré.

Alors j’insiste : Malgré son script nébuleux et son final quelque peu précipité qui dénote une gestion éditoriale probablement bohême, L’Île des Morts est une perle de la bande-dessinée horrifique. Un diamant noir et rouge sang…

La bibliothèque des sous-sols du cimetière du Père-Lachaise. On est gothique ou on ne l’est pas !

La bibliothèque des sous-sols du cimetière du Père-Lachaise. On est gothique ou on ne l’est pas ! © Vent d’Ouest

Le pitch : A la fin du XIX° siècle, à Paris, un jeune peintre (dont nous ne connaîtrons jamais le nom !) se voit peu à peu attiré vers un monde souterrain obscur, qui prend ses racines depuis les sous-sols du cimetière du Père-Lachaise. Là, sorciers et créatures fantastiques semblables à des gargouilles transforment peu à peu son existence au point de lui faire perdre tout repère.
L’Île des Morts, un tableau peint par Arnold Böcklin, est le point névralgique autour duquel des forces surnaturelles et occultes semblent s’orienter (tiens, je me souviens par ailleurs que c’était le tableau préféré d’un certain… Adolf Hitler ! – NDA). L’œuvre maudite pourrait bien servir de passage à des entités très anciennes, enfouies dans les abysses, et qui n’attendent qu’une occasion pour revenir sur la surface de la Terre afin d’étendre leur pouvoir méphitique…

 Chantez avec moi : Ph'nglui mglw'nafh Cthulhu R'lyeh wgah'nagl fhtagn !

Chantez avec moi : Ph’nglui mglw’nafh Cthulhu R’lyeh wgah’nagl fhtagn ! © Vent d’Ouest

Ce simple résumé devrait déjà éveiller l’intérêt des amateurs de l’œuvre d’H.P. Lovecraft, tant le point de départ évoque Le Mythe de Cthulhu. A ce titre, et bien que la série de Sorel & Mosdi ne soit pas à proprement parler une adaptation officielle des nouvelles de l’écrivain de Providence, elle s’impose avec le recul comme une des meilleures transpositions de l’univers lovecraftien jamais réalisées à ce jour.

A ce postulat vient s’ajouter toute une toile de fond puisant ses sources dans bien d’autres horizons encore. Car au delà du Mythe de Cthullu, L’Île des Morts va citer moult repères littéraires, dont le mythe du Hollandais volant ou encore la Commedia dell’arte. Mais surtout, le script explore d’une manière particulièrement persistante l’idée de l’œuvre d’art donnant corps à l’imaginaire, puisque le tableau de Böcklin devient le passage d’un monde à l’autre. Soit l’idée que le pouvoir de l’artiste le rend capable de créer, au sens « divin » du terme, un univers tangible et séminal.

Le lecteur de passage n’appréciera pas forcément cette œuvre, car le parti-pris -relevé plus haut- de lancer une série sans vraiment savoir où la conduire rend la trame narrative parfois nébuleuse et difficile à suivre. Pour autant, le talent des deux auteurs se révèle manifeste et le scénariste Thomas Mosdi parvient à retomber sur ses pieds avec une étonnante virtuosité. De la même manière, Guillaume Sorel livre des planches aussi complexes que sophistiquées et, bien qu’il faille parfois être extrêmement attentif pour en déchiffrer tout le contenu, il parvient sans cesse à garder intacte la fascination du lecteur, qui s’accroche au récit aussi désespérément qu’il le ferait sur une paroi au bord de l’abysse…

Des planches d’un gothique plutôt sophistiqué !

Des planches d’un gothique plutôt sophistiqué ! © Vent d’Ouest

Il convient de l’avouer : Cette histoire infiniment gothique n’aurait jamais tenu la distance sans le talent incomparable de son metteur en image, qui faisait ici des débuts remarquables. Bien que son style évolue de manière drastique tout au long de ces cinq albums (les premières planches n’ont vraiment rien à voir avec les dernières !), il possède une puissance d’évocation époustouflante et ses images s’imposent comme la transposition picturale idéale afin d’illustrer le sujet consacré. C’est cette communion absolue entre le fond et la forme qui tire en définitive cette série vers le haut, où l’atmosphère et les sensations impressionnistes demeurent plus importantes que le script lui-même.

Ainsi, le lecteur se laisse prendre par la main et suit ce groupe de personnages, à la personnalité à peine esquissée, en plongeant dans un abîme putride et envoûtant à la fois, pour un voyage dans les ténèbres vénéneuses et inoffensives de l’horreur dans ses atours les plus romantiques.
Le voyage est donc avant tout sensuel (et sans suite), fait d’un agglomérat de formes et de couleurs, d’images baroques aux échos sombres et glauques…

Le lecteur devient alors spectateur et fait ainsi véritablement l’expérience de cette plongée dans l’essence du gothique, où le trait tourmenté du dessinateur se mêle aux vastes aplats de rouge et aux représentations dantesques d’édifices immémoriaux faits de colonnes et de voutes ancestrales, semblant avoir été édifiées par une race oubliée… Le résultat est fascinant, malsain, mais aussi sublime, pour reprendre le concept esthétique visant à établir une limite inaccessible vers un ailleurs terrifiant (et habituellement réservé à nos cauchemars dans ce qu’ils ont de plus viscéral et insondable)…

Double-page pour une plongée totale dans la bacchanale…

Double-page pour une plongée totale dans la bacchanale… © Vent d’Ouest

On l’a dit et on l’a répété : Le scénario est d’un intérêt et d’une intelligibilité fluctuante. Il n’en demeure pas moins fascinant également. Parfois opaque, souvent instable, ondoyant, toujours poétique (on pense constamment à Edgar Poe), le récit brosse des tableaux plus souvent qu’il ne développe réellement une histoire. Et là encore, c’est d’expérience qu’il s’agit pour le lecteur, qui ressent l’histoire qui lui est racontée davantage qu’il n’en perçoit le déroulement (même si, en cours de route, de nombreuses explications sont bel et bien livrées).

A l’arrivée, la série est définitivement destinée aux amateurs de récits gothiques fortement connotés, aux ambiances étouffantes et délétères, où suinte une obscurité maléfique diaboliquement attirante, semblable aux caveaux des plus belles œuvres de l’art funéraire (les auteurs n’ont pas choisi le contexte du cimetière du Père Lachaise pour rien)…

Un parti-pris chromatique : le vert et l’orange…

Un parti-pris chromatique : le vert et l’orange… © Vent d’Ouest

Pour terminer, quelques mots encore sur l’art de Guillaume Sorel, que l’on voit évoluer tout au long de ces cinq albums, de sorte qu’il finisse par posséder son style définitif au terme du récit.
S’il commence par s’imposer les limites d’une monochromie sépia, l’artiste va rapidement évoluer vers une gamme de couleurs flamboyantes n’ayant rien à envier aux films de la Hammer ! Et bien que les aplats de rouge se fassent parfois envahissants, ils sont complétés au fur et à mesure par une gamme savante et un parti-pris chromatique en droite ligne du mouvement impressionniste, qui au passage est quasiment contemporain de l’époque où se déroule le récit. C’est ainsi qu’une couleur primaire est très souvent opposée à sa complémentaire (le rouge avec le vert, le bleu avec l’orange, le jaune avec le violet), avec quelques déclinaisons (le vert avec l’orange, très souvent) pour un résultat bi-chrome assez somptueux.

Etant donné que le centre du récit est un tableau et qu’il y est question de l’art comme vecteur de la création, Guillaume Sorel va parsemer ses planches de diverses citations en provenance directe de l’Histoire de l’Art, convoquant tout un panel d’artistes tels Gustave Klimt, Henri de Toulouse-Lautrec, Claude Monet ou encore Rembrandt. Une référence supplémentaire qui apporte une sympathique plus-value à la série, offrant au lecteur l’opportunité de trouver toute une gamme de détails significatifs à chaque relecture, entendu que la culture du lecteur s’enrichit au fil du temps…

Qu’est-ce qu’une ambiance lovecraftienne ?

Qu’est-ce qu’une ambiance lovecraftienne ? © Vent d’Ouest

A l’arrivée, L’Île des Morts est définitivement une lecture d’ambiance. Ceux qui recherchent avant tout une histoire réaliste aux personnages fouillés et crédibles peuvent d’emblée rebrousser chemin, car ce n’est pas le sujet.
En plongeant corps et âme dans les tréfonds du gothique le plus profond, Thomas Mosdi & Guillaume Sorel ont offert aux amateurs d’atmosphère ténébreuse une évocation de l’univers lovecraftien transposé dans une Europe romantique nimbée de mystères sataniques insondables. Soit une bien belle réunion de constituants démoniaques pour une superbe illustration dans le genre horrifique.
Il y a enfin quelque chose d’Edgar Poe dans cette inclinaison subjective qui réserve donc cette série aux lecteurs d’atmosphère, enclins à renoncer aux trames narratives concrètes et aux personnages profonds afin de privilégier toute une gamme de sensations impressionnistes. Des sensations venues du plus profond de nos cauchemars, dans ce qu’ils ont de plus envoûtants…

Et bien voilà, vous êtes invités à lÎle des Morts…

Et bien voilà, vous êtes invités à lÎle des Morts… © Vent d’Ouest

——
LA BO du jour : Et puisque c’est bientôt la fête des morts, pas de raison qu’ils ne puissent pas s’éclater en musique !

34 comments

  • Matt  

    Bon…me voilà bien embêté. Cela semble très beau d’après les scans, tu vends très bien la chose (du gothique lovecraftien illustré façon impressionnisme ? Comment ne pas trouver ça intéressant ?). Et le côté obscur du scénario mis de côté au profit de l’atmosphère, même si un peu regrettable selon moi, semble en accord avec le thème de l’art et de la peinture au centre de l’histoire. l’expérience visuelle, quoi.
    Pourquoi je dis que je suis embêté alors ? Pas parce que ça me tente (même si en fait, c’est le cas) mais parce que j’ai déjà été déçu par Mosdi.

    Est-ce que tu connais Xoco ou Korrigans du même Thomas Mosdi, respectivement illustrés par le grand talent d’Olivier Ledroit et d’Emmanuel Civiello ? Ben…c’est magnifique visuellement mais j’ai à chaque fois été déçu par le scénario. Nébuleux aussi dans Xoco, avec un final précipité aussi. Korrigans c’est juste extrêmement classique et donc un peu ennuyeux à suivre. Des BD dont la forme prévaut sur le fond. Un peu trop. Au point que, comme tu sembles le dire aussi dans cette œuvre, les protagonistes ont une personnalité à peine esquissée. Du coup on s’en fout un peu de les suivre dans leurs aventures.
    Donc j’ai un peu peur d’être encore déçu par Mosdi avec cette BD que tu nous présentes. Même si
    graphiquement cela semble accrocheur en effet. Mais quand tu dis que c’est une œuvre de jeunesse qui, par définition, est souvent moins bonne que les suivantes…ça m’inquiète.

    Très bel article sinon. C’est ton domaine de prédilection l’horreur gothique et lovecraftienne, on dirait.

  • Tornado  

    Oui, ce sont des lectures d’ambiance. Les histoires en elles-mêmes n’ont rien d’exceptionnel en dehors de leur séduction connotée. Et d’aussi loin que je me souvienne, Xoco était même assez proche de L’Île des Morts. Et j’avais adoré. Il faudrait que je le relise (Korrigans dort sur mes étagères…).

    L’horreur gothique et lovecraftienne (Edgar Poe également), c’est effectivement ce qui m’attire le plus dans mes lectures. Et j’ai vraiment relu cette intégrale en écoutant du Dead Can Dance !

    • Matt  

      Tu as lu tout Xoco ? Parce que je n’ai lu que le premier cycle je crois. Celui avec Olivier Ledroit au dessin. Des avis négatifs m’ont tenu à l’écart du 2eme cycle avec les dessins de Christophe Palma.

  • Tornado  

    Non, pareil que toi, je n’ai lu que le 1° cycle. le 2nd dort sur mes étagères depuis des lustres…

  • yuandazhukun  

    Un article fort interessant, et bien écrit ! Même si je viens moins souvent sur le site, ton style d’écriture Tornado s’est affiné et structuré davantage au fil des ans, moins « tornade » même si j’ai toujours adoré le style. Pour l’île des morts, ça me tente beaucoup. Le thème idéal pour moi…Les dessins sont typiques de ce qu’on voyait dans les 90′s en franco-belge. Ca me fait penser à du Alice ou Lauffray à leur début avec comme tu le dis en plus un parti-pris chromatique style « impressionniste » qui m’interpelle. Mosdi je suis pas fan mais…je pourrais peut-être me laisser tenter…Pour le moment j’ai un Herakles en noir et blanc à acheter…Bravo et merci Tornado !

    • Tornado  

      Merci à toi. Tes visites font toujours plaisir !

  • Patrick 6  

    L’idée de départ était genial, le tableau de Bocklin existerait vraiment (une de mes peintures préférées ! Sa declinaison par Giger a longtemps tronée dans mon salon) mais au final comme tu l’indiques la bd se penche plus sur l’atmosphère que sur l’histoire en elle même que j’avais trouvé gratuitement alambiquée… J’ai le souvenir qu’helas le ramage ne se rapportait pas au plumage et je n’avais pas compris grand chose de l’intrigue ! C’est dommage car avec une histoire linéaire s’eut été un chef d’oeuvre !

    • Matt  

      C’est un peu le problème que j’ai avec Mosdi. Soit c’est d’un classicisme ennuyeux tellement c’est linéaire et prévisible, soit c’est du craquage total qu’on comprend à peine. Alors oui visuellement c’est classe…mais bon est-ce que le talent de ces dessinateurs ne mériteraient pas un truc mieux sur le fond ?

  • Tornado  

    @Matt & Patrick : Ce que je peux dire, c’est que L’Île des Morts gagne à être relu. Le scénario est tout de même assez construit et les multiples références assurent d’y trouver de la matière à chaque fois. Mais il est vrai que si le script avait été davantage structuré dès le départ, ç’aurait été assez grandiose.

    • Matt  

      Tiens puisque tu dis aimer les récits d’horreur lovecraftiens et que tu es du genre à préférer les adaptations qui en conservent l’esprit plutôt qu’un livre d’images sur les textes exacts de Lovecraft, c’est quoi tes meilleures adaptations ou récits inspirés de l’univers de ce cher Howard Philippe ? (en BD) Apparemment celle-ci en fait partie déjà.

    • Bruce lit  

      Je me méfie souvent des oeuvres de dessinateurs. Voilà qui ne veut rien dire en fait, mais parfois quand le scénario s’efface derrière le dessin ça m’agace et le bouquin vole à travers la pièce. Une exception le Shaolin Cowboy de Darrow.
      En tout cas, le dessin est impressionnant pour une oeuvre de jeunesse même si, encore une fois, le volet Lovecraft aurait tendance à me faire fuir….J’ai lu le vol.5 de Fear Agent tout à l’heure: alors que l’histoire personnelle de Heath m’intéresse et me touche, la narration est sans cesse interrompue par des cerveaux volants, des mouches mutantes et des sauterelles high tech….c’est au delà de mes forces….
      La police est pas trop rebutante ? on dirait du vieux Thorgal

      • Matt  

        J’adore toutes ces bestioles chelou moi. Finalement dans Star Wars les espèces alien sont trop humanoïdes. ça manque un peu de folie et de diversité. En fait ce que j’ai bien aimé c’est ce mélange des genres, entre le sérieux et la folie visuelle. Parce que c’est un exercice qui prouve qu’une histoire humaine adulte n’a pas besoin de prendre place dans un contexte naturaliste réaliste et triste. Une manière de sortir de la formule classique.

        En fait un monde dans lequel les récits fantastiques de monstres, de SF ne conviendraient qu’aux gosses tandis que les adultes n’auraient que du Jean Luc Godard à se mettre sous la dent me terrifie.

        Tu n’aimes pas Lovecraft ?

        • Bruce lit  

          Je ne peux pas répondre simplement à cette question….
          Disons que les monstres en BD me sont moins sympathiques qu’au cinéma. Le bestiaire de SW m’intéresse moins que le volet tragédie grecque de la famille Skywalker.
          Mais, non, l’univers de Lovecraft ne m’attire pas tellement. Trop d’ésotérisme. Je déteste ça : occultisme, psychédélisme, kabbale, numérologie…. Même inconsciemment. Lorsque Metallica chantait l’appel de Ch’tulu, je lui préférait la violence désespérée de One qui évoque un autre monstre d’un autre type: celui de Johnny va t’en guerre.
          Mon monstre préféré au cinéma, ce n’est ni Dracula, ni FRankie, mais John Merrick, l’homme éléphant qui a bouleversé mon adolescence.
          Des monstres avec une trame réaliste donc…

  • Présence  

    Il est très agréable de redécouvrir cet article, dans une version augmentée de ces planches magnifiques.

    J’avais découvert Guillaume Sorel en lisant Algernon Woodcock, j’en étais immédiatement tombé sous le charme. Le tableau initial d’Arnold Böcklin m’avait également fait une forte impression. Je conserve cette idée de lecture pour plus tard car l’article de Tornado en vante bien les mérites.

  • Tornado  

    @Matt : Je ne peux pas te répondre comme ça. Il faudrait que j’essaie de me remémorer toutes les Bds en question. Beaucoup plus dur pour moi que les films, que je connais sur le bout des doigts. Mais il est clair que L’Île des Morts figure en tête du classement. Et bien évidemment il y a la série actuelle d’Alan Moore : Providence, dont je lis et je chronique chaque tome (sur Ah ! ma zone !) dès sa sortie en VF.
    Je me souviens que la série Secret Warriors de Jonathan Hickman se dirigeait vers une orientation lovecraftienne assez géniale, avant que tout ne s’arrête laborieusement.
    De mémoire, certains épisodes des EC Comics et des publications Warren jouaient bien le jeu des adaptations lovecraftiennes. Je vais y réfléchir et revenir quand j’aurais rassemblé mes souvenirs…

    @Bruce : Tu n’aimeras pas cette série. Personnages assez lisses (peu travaillés), grosses ambiance de magie noire. Histoire qui virevolte… Tu vas détester.
    J’avais quand même espoir que aimes Fear Agent, car il y a vraiment une histoire à la Ennis derrière ces monstres et ces merveilles.

    @Matt : Dans mes bras ! Tu arrives à défendre Fear Agent en neuf lignes quand il m’en a fallu quinze fois plus ! Ce que tu dis restitue parfaitement mes sensations. Celles de Présence aussi d’ailleurs, qui a également adoré la série (il n’y a que ces incorrigibles lecteurs pragmatiques que sont Bruce & JP qui n’ont pas aimé jusqu’ici).

    • Matt  

      Ben c’est pour ça que moi j’avais bon espoir que tu aimes davantage Uncanny X-force. Certes ce n’est pas pareil mais on retrouve du délire plein de monstres et des thèmes adultes sur le chemin emprunté par ces « héros » devenus tueurs, la nécessité de tuer ou non, avec des scènes intimistes magnifiques comme lorsque Psylocke accompagne Angel dans la mort en lui faisant rêver d’une mort paisible dans son lit. Plein de belles choses quand même. Même de l’auto dérision avec un « Orange Hulk » dans l’univers AoA pour se moquer un peu des déclinaisons des héros.
      Bon je sens bien que le volet continuité et la baston ont eu raison de toi (même si honnêtement, je trouve qu’on comprend même sans avoir lu Age of Apocalypse…la preuve c’était mon cas) et pour une fois ils ne se tapent pas dessus entre eux mais contre de vrais ennemis.
      Enfin…pour ma part je n’ai encore pas été déçu par Remender, quel que soit le type d’histoires sur lequel il bosse. D’ailleurs je me tâte à me prendre l’intégrale de Last Days of American Crime (si elle sort pour de vrai cette fois…)

      • Bruce lit  

        Arf, Matt le gros spoil que tu fais à Tornado….

        • Matt  

          Ah bon ?
          Ben…il a lu le truc non ? Vu qu’il dit ne pas aimer…
          Sinon…oups.

        • Matt  

          Ceci était la suite d’un échange avec Tornado sur son article de la veille où il disait avoir détesté Uncanny X-force. J’ose espérer être incapable de le spoiler^^

          • Tornado  

            Effectivement je n’ai lu que le premier tome et la 2de moitié du deuxième…

  • Tornado  

    @Présence : J’ai fait la plupart des scans moi-même, en bonne résolution. Je dois avouer que j’étais motivé car je savais qu’il y avait au moins un fan sur le blog, c’est-à-dire toi, qui avait déjà longuement exprimé ton admiration pour ce dessinateur exceptionnel qu’est Guillaume Sorel !

    • Présence  

      Merci d’avoir pensé à moi. :)

  • Jyrille  

    Je suis bien content que l’article sur cette série existe ici. Surtout que tu en parles très bien, Tornado. Je l’ai lue il y a une quinzaine d’années, soit bien avant de me remettre sérieusement à la bd, mais ses défauts étaient flagrants.

    Pat contre tout comme Présence je suis fan de Sorel le dessinateur. Je l’ai découvert via les jeux de rôles, il illustrait le magazine Casus Belli et quelques jeux… Dès que possible, je vous poste une photo d’une couverture qu’il a faite pour un fanzine (que je n’ai jamais lu), Karpath. C’est un numéro double spécial Lovecraft.

    Comme la série est sortie en intégrale, je me laisserai peut-être tenté un de ces quatre, pour les dessins. Je suis d’accord lorsque tu dors que c’est une des meilleures adaptations de Lovecraft à ce jour. Je ne sais pas pourquoi mais le Moore ne m’attire pas.

    J’ai lu Algernon Woodcock mais je n’en ai aucun souvenir. Ce n’est pas déplaisant mais pas marquant non plus. Et je ne connais pas les références faites par Yuan et Matt (Xoco…).

  • Matt  

    Punaise ! L’intégrale petit format est trouvable à 5€ d’occaz. A ce prix là, je vais quand même tenter je pense.
    Damn you Tornado !
    Tu as lu les adaptations de Lovecraft par Culbard chez Akileos ? Juste pour savoir si c’est bien.
    Et Cromwell Stone, tu le qualifierais de Lovecraftien ?

    • Tornado  

      @Matt : petit format pou les planches de Sorel… Dommage quand même.
      Il y a effectivement une dimension lovecrafitienne très intéressante dans Cromwell Stone (commentaire Amazaune disponible), moins dans Rork (commentaire itou, mais je n’ai toujours pas lu Capricorne). Et hop ! tu fais la liste à ma place !
      Ah non, je n’ai rien lu des adaptations de Culbard. Il me semble que les critiques sont mitigées. c’est bien ?

      • Matt  

        Je t’aide juste à faire la liste^^ Je ne connaissais pas Rork.

        Je ne sais pas si c’est bien les adaptations de Culbard^^ Pour le coup, je demandais par curiosité. Je n’ai pas lu. Les critiques sont mitigées oui, mais tu sais les critiques de l’ile des morts sont assez négatives aussi donc…faut-il s’y fier ? Je me promène pas mal sur bdtheque.com (non, pas bedetheque, bdtheque !) pour voir des avis sur des BD.

        J’ai quelques intégrales en petit format. Notamment les 6 premiers volumes de Thorgal. ça ne me dérange pas. C’est moins classe mais à ce prix là, je préfère pour essayer. Quitte à racheter en grand format si je tombe vraiment amoureux de la chose.

        • Lone Sloane  

          Pour les adaptations de Lovecraft, celle de l’argentin Alberto Breccia mérite qu’on s’y attarde:http://www.bedetheque.com/BD-Cthulhu-26507.html#reed
          Et le français Nicolas Fructus a illustré un recueil de textes inspirés par Lovecraft qui vient de sortir au Bélialhttps://www.belial.fr/nicolas-fructus/gotland
          Et ça a l’air immersif comme les profondeurs visitées par Guillaume Sorel autrefois

  • JP Nguyen  

    Je passe tard sur cet article car j’ai été fort occupé ces derniers jours (rien que cet aprèm, j’ai rentré des stères de bois…). Bon, et puis, autant être franc, je n’aime pas avoir peur alors les trucs horrifiques me font fuir.
    Ici, je trouve les couleurs superbes. Je suis moins convaincu par le trait, avec des regards un peu bizarres mais il est vrai que certaines planches semblent de haute volée. Enfin, ce genre de lettrage est un peu une tue-l’amour en ce qui me concerne…
    En résumé, merci pour ma culture bd-esque mais non merci… (Non, ce n’est pas le vent d’automne que vous entendez souffler mais mon portefeuille qui soupire de soulagement, grâce à cette semaine horreur qui ne génère aucune pulsion irraisonnée d’achat…)

  • Matt  

    Ayé je l’ai lue…
    Alors que dire…

    Je suis frustré !
    Pourquoi ? Parce que j’ai perçu les ambitions de la BD, les références, l’ambiance dont tu parles. Mais j’ai eu du mal.
    Pour deux raisons.
    Primo, le dessin. Ok, c’est la classe. Mais c’est la classe surtout sur les double pages qui ressemblent à des tableaux ou des fresques impressionnistes. Dès qu’il s’agit de dessiner une scène d’action, c’est quasiment illisible, on ne comprend rien à ce qui se passe à l’image. De plus, j’ai eu un mal fou à différencier certains personnages. Beaucoup ont des tronches similaires avec juste une barbichette ou des cheveux d’une autre couleur.
    Et comme la narration (deuxième point qui me pose problème) est elliptique à mort, les personnages vieillissent et changent, ce qui n’aide pas à les reconnaître. En plus du temps qui passe et qui déplace et vieillissent les personnages, il faut intégrer qu’ils existent dans plusieurs lieux à la fois (du moins ceux vivant sur cette île), ce qui donne un sacré fouillis brouillon.

    Bon alors j’ai bien compris qu’une partie de tout ça était volontairement déroutante. mais si on ajoute à ça des personnages qui ne servent à rien à l’intrigue et qui disparaissent aussi vite qu’ils sont apparus, on arrive tout de même à une sensation de « too much », comme si on voulait nous noyer exprès sous des informations inutiles afin que ça paraisse plus complexe que ça ne l’est. Un artifice pour se la jouer « compliqué » en gros.
    Là où Lovecraft joue sur le non-dit qu’on ne saisit pas, Mosdi nous noie dans des personnages qui n’apportent rien et qu’il finit par relier entre eux par des liens familiaux qu’on est obligé d’accepter sans broncher à cause d’une narration elliptique qui ne nous a rien montré. On est presque trop dépendants des explications écrites (« ah en fait machin était le fils de truc »)

    J’sais pas…j’ai pas accroché comme toi. J’ai senti quelque chose de pas intègre, comme une volonté de vouloir paraître complexe avec des trucs inutiles. Et le dessin m’a donné bien du mal à suivre l’intrigue à cause des tronches des personnages. Surtout que le style évolue entre les 5 tomes.

    Tiens si tu me permets je vais faire une comparaison de ressenti de lecture avec les gardiens de la galaxie. Quoi ? mais quel rapport ? me diras-tu. Aucun en termes d’ambiance, j’en suis conscient. Je prends cet exemple car je sais que tu as eu du mal avec le côté indigeste des tonnes de personnages et de bastons, et comme ce n’est pas mon cas, j’en glisse un mot par rapport à cette BD ou j’ai eu justement du mal avec la quantité de personnages.
    Dans Gog, c’est un peu comme dans une mythologie (grecque, scandinave, au choix) : il y a plein de persos, des querelles qui mènent à des conflits. C’est aussi indigeste que peut l’être une mythologie lorsqu’on se plonge dedans et qu’on est noyé sous les noms des dieux, des oracles, des rois, des guerriers. Mais si on aime la dimension épique de la chose, l’univers…on prend plaisir à voir évoluer tout ce monde. Contrairement aux partouzes de héros terrestres, dans l’espace ça me fait tout de suite plus penser à une mythologie mélangé à du Star Wars.

    Ici, il y a une mythologie mais c’est plutôt les grands anciens, les créatures invoquées par le sorcier, les manifestations fantomatiques, l’ile des morts. mais pas les prêtres bidule, le fils de truc, la tante de machin, qui apparaissent 2 pages le temps de complexifier l’intrigue puis meurent histoire de nous laisser avec les 12 questions supplémentaires que son apparition a fait naître en nous.
    Si l’histoire doit reposer sur l’ambiance et ne pas tout expliquer afin de laisser une part de mystère, c’est pas la peine de faire naitre des persos dont le seul rôle est de soulever de nouvelles questions, enfin !

    Bon…ce n’est que mon ressenti. J’ai l’air de dire que c’est de la merde mais non, pas à ce point non plus. Je pointe surtout du doigt ce qui m’a déplu en contraste de tes éloges. C’est en effet beau, l’ambiance est très bonne mais pour moi ça se la « joue » un peu trop avec des passages inutiles qui alourdissent le tout. J’aurais plutôt mis 3/5

  • Tornado  

    Comme je l’ai écrit (en insistant), ce n’est ni l’histoire ni les personnages qui sont intéressants dans cette série. mais surtout une atmosphère, une expérience de lecture pour ceux qui aiment le genre.

    Le scénario est effectivement bordélique. Mais je t’assure que si tu en fais l’expérience, tu verras qu’il y a une vraie plus-value à relire le tout. C’est une BD bordélique mais généreuse. Et il est possible finalement que l’ensemble, même s’il est tâtonnant, ne soit pas si superficiel que ça et plus intègre que tu n’en as eu l’impression.

    Après, je comprends parfaitement que l’on puisse ne pas aimer la chose. Je ne suis sans doute pas très objectif non plus, vu qu’il s’agit d’une série que j’ai lue il y a environ 20 ans, et qu’à l’époque il n’y avait pas autant de choix qu’aujourd’hui dans ce genre de lecture là. Ce qui explique les liens tissés entre la série et ses fans.

    • Matt  

      Je n’ai pas relu ton article, je ne sais plus trop sur quoi tu insistais (éh oh, un article par jour les gars, vous croyez que je me souviens de tout ?)
      Donc j’ai lu ça en ayant à moitié oublié ce que tu disais (si ce n’est l’idée que c’est l’ambiance qui prévaut)
      Donc j’ai lu ça comme je lirais n’importe quoi d’autre. Tu ne peux pas m’en vouloir d’avoir essayé de comprendre le bordel qu’est le scénar^^
      Je pense en effet qu’une seconde lecture, quand on sait où on va, peut apporter un nouvel éclairage.
      Le dessin ne t’a pas gêné pour reconnaître les personnages par contre ? ça c’est chiant quand même.

  • Tornado  

    Pour être franc, la première fois que je l’ai lu, je n’y ai compris goûte. Il faut dire qu’on m’avait offert le tome 5 et que j’avais donc commencé par la fin ! :D
    Ensuite j’ai lu, puis relu deux fois consécutives la série en intégrale car je sentais qu’il y avait des choses qui m’échappaient. Et avec quelques efforts, ça a bien fonctionné. Y compris dans la différentiation des personnages.
    Je me souviens que lorsque j’ai fait mon service militaire, j’avais emmené l’intégrale avec moi. Les copains de chambrée me l’ont empruntée et l’ont tous lu deux fois d’affilée pour tout capter ! Et au final ils avaient tous bien apprécié.

    Je ne peux pas faire la comparaison avec GoG. Car dans ce dernier cas, il faut lire 10 000 trucs connectés pour tout capter (d’autres séries du moment, ainsi que d’autres séries d’avant, avec de préférence un doctorat en Marvelverse de toutes les terres parallèles). L’Île des Morts, au moins, c’est une lecture autonome et auto-contenue, même si elle nécessite un peu de culture générale (littérature et histoire de l’art) pour apprécier le sous-texte.

    • Matt  

      Oh bah justement je ne trouve pas pour GoG. J’ai prêté ça à un pote néophyte en marvelverse et il a compris l’essentiel. les personnages dépoussiérés sont suffisamment bien introduits. J’ai plutôt eu la sensation que, comme une mythologie où on prend pour acquis que Zeus est le père des dieux et qu’on ne va pas te le réexpliquer à chaque fois qu’il apparait, il y avait tout un panthéon qu’il fallait accepter de voir évoluer et dont les membres ont un rôle assez clair (sans références à d’obscures sagas du passé) même si on sent bien qu’ils ont vécu d’autres aventures.

      Mais bref, on s’égare. J’en parlais surtout pour l’aspect « quantité de personnages » avec dans un cas des personnages qu’on ne connait peut être pas entièrement mais sans que ça ait une incidence puisqu’ils jouent leur rôle, et dans celui de l’île des morts un foisonnement de personnages mal introduits, inutiles, qui soulèvent des questions qui resteront sans réponse et puis s’en vont.
      Mais bon après t’as raison, il faut surement relire le tout une seconde fois.

      Mais ça soulève une autre question quand même…une histoire qui nous laisse sur le carreau à la première lecture et qu’on a besoin de relire pour la comprendre…ne peut-on pas dire légitimement qu’il y a un souci dans la narration ? Car ambiance qui prévaut ou pas, ça raconte bien un truc.

      Je veux dire…des BD dont on ne saisit pas toutes les subtilités à la première lecture c’est une chose (comme mardi Gras Descendres tiens) Mais les intrigues restent compréhensibles. Là en gros il faut se faire spoiler l’histoire pour la comprendre presque^^

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *