GROOVIE BABY ! (ASH Vs EVIL DEAD Saison 1)

 

Evil Dead Vs Ash par Sam Raimi

A forest

A forest

Par : 6 PATRICK FAIVRE

Evil Dead est la série produite pour la Fox par Sam Raimi d’après le film homonyme. Celui-ci réalise le premier épisode.

Cet article est garanti sans spoilers zombies. 

Les rumeurs les plus folles circulaient concernant la suite à apporter à Evil dead , la fameuse trilogie de Sam Raimi. Un nouveau remake ? Un reboot ? Une séquelle 25 ans plus tard ? Tout le monde fut surpris en 2015 en apprenant qu’il s’agirait finalement d’une série !
Bien que Sam Raimi soit impliqué dans le projet de nombreux fans n’en restaient pas moins perplexes ! L’esprit des films originaux n’était-il pas tout simplement incompatible avec le concept d’une série ?

Je dois confesser avoir fait partie des détracteurs du projet. J’ai donc logiquement pris tout mon temps avant de me pencher sur cette série. Il faut dire que le remake datant de 2013 avait largement contribué à en échauder plus d’un. Il était certes efficace mais en se coupant de l’humour décalé des films originaux il s’était tout simplement transformé en éniéme film d’horreur sans grande personnalité. Un film à regarder avec du popcorn le samedi soir, mais déjà oublié le lendemain.
Alors la série tombera-t-elle dans les mêmes travers ?

Que nenni ! A la surprise générale (ou du moins à la mienne) la série évite le double écueil de la trahison du concept de base et de se montrer trop révérencieuse !
Ni réécriture, ni redite, Ash vs Evil dead a su trouver son propre chemin.

 La série un nouveau prétexte pour Sam Raimi de faire souffrir Bruce Campbell !

La série un nouveau prétexte pour Sam Raimi de faire souffrir Bruce Campbell !

25 ans se sont écoulés depuis qu’Ash a réussi à filer une raclée à l’armée des ténèbres. Il a désormais en sa garde le Nécronomicon, le livre des morts, responsables de tous ses déboires étalés sur 3 films ! Il est retourné à l’issue du dernier film (L’armée des ténèbres en 1992) travailler dans son magasin d’électro-ménager en tant que vendeur aussi roublard qu’aigri. Il faut dire que le temps n’a pas arrangé son caractère encore plus beauf, limite vulgos, depuis qu’il est devenu un vieux beau à gros bide et à dentier, draguant tout ce qui bouge !

Un soir d’ivresse, raide défoncé, alors qu’il amène sa dernière conquête dans la caravane qui lui sert de maison, il ne trouve rien de mieux à faire, pour impressionner sa belle, que de lire le Necronomicon ! Et hop c’est reparti mon kiki, les forces ténèbres sont à nouveau libre de semer chaos et destruction ! Leur première mission consistera à se venger de celui qui les a tenu enfermé tout ce temps : l’infortuné Ash ! Celui-ci se retrouve avec une malédiction sur le dos en plus d’une gueule de bois !
Une fois le décor posé la suite devient limpide : du sang, des tripes, des blagues douteuses et du Rock’n’roll !
(A ce sujet la BO est assez remarquable – bien que clairement localisée temporellement dans les années 70 : Deep Purple, Alice Cooper, The Stooges ou Emerson Lake & Palmer…)

 Rock’n’roll attitude.

Rock’n’roll attitude

La première chose qui surprend dans cette série c’est son côté formel. En effet chaque épisode ne dure que 28 minutes (à l’exception du pilote qui en fait 41 et du « final » qui, quant à lui, dure 35 minutes) ! Quand on sait que la saison 1 ne fera que 10 épisodes on aurait pu craindre que sa brièveté ne desserve la série, mais il n’en est rien. Bien au contraire l’action fait l’impasse sur les sub-plots encombrants, en ne se concentrant que sur Ash (comme le titre l’indique). Le concept de base est mis en valeur par la rapidité d’exécution, aucune place n’est laissée à l’ennui, le rythme est soutenu et les punch-lines dévastatrices d’Ash fusent dans tous les sens !

Les codes de la franchise sont parfaitement respectés tout y en apportant une nouvelle impulsion. Le personnage d’Ash est fidèle à lui-même : lourd, sexiste, vaguement raciste et un peu veule, mais attachant par ailleurs. D’autant plus que chacune de ses bassesses lui sont généralement renvoyées en pleine figure et qu’il les paie le prix fort. Ash c’est un peu l’Américain moyen qui vient de voter pour Trump et qui se rend compte qu’il a fait une connerie ! (avec le Nécronomicon en guise de métaphore électorale).

Ash face à ses propres démons

Ash face à ses propres démons

L’acteur qui incarne Ash, Bruce Campbell, aujourd’hui âgé de 58 ans (et qui est d’ailleurs à l’origine du reboot de la franchise) donne le meilleur de lui-même avec son charisme exceptionnel, mi loser pathétique, mi super-héros viril ! Son personnage balance ses blagues aussi vite qu’il découpe en morceaux les démons. La série est un véritable bain de jouvence qui nous ramène à une époque où les morts vivants et les zombies étaient encore un univers à découvrir !

Autre surprise de la série : le duo qui vient désormais épauler le personnage principal. Pablo, un jeune nabot admiratif d’Ash, et Kelly au caractère bien trempé. Tous les trois se sont connus dans le supermarché où ils travaillaient.

Puisqu’aucun personnage issu de la franchise, autre que Ash, n’est présent dans la série (et pour cause ils sont tous soit morts soit coincés au VIème siècle) l’addition de nouveaux personnages est finalement parfaitement logique.
Le trio part dans une espèce de roadtrip infernal afin de réparer les bourdes provoquées par notre ami à la tronçonneuse !

Ash et ses Ashettes

Ash et ses Ashettes

Parmi les autres personnages récurrents on peut signaler Amanda (Jill Marie Jones) une policière lancée aux trousses d’Ash (suspecté de meurtre) et une méchante charismatique en la personne de Ruby Knowby (Lucy Lawless) plus connue pour son rôle de Xena la guerrière (série produite par Sam Raimi, au hasard Balthazar).

Puisque l’on parle de lui, Raimi réalise le pilote de la série, qui du haut de ses 40 minutes donnera le ton des 9 épisodes suivants. Les réalisateurs qui prennent le relais pour la suite, bien que plus modestes, ne font pas pale figure pour autant et maintiennent largement le niveau.

Autre changement notable de Ash vs Evil Dead, modernité oblige, les effets spéciaux ne sont plus fait à l’ancienne, à base de maquillages outranciers et d’image par image, mais numériquement. La série souffrant d’un budget limité (elle est diffusée sur Starz, une petite chaîne du câble américain) les trucages ne sont pas toujours complétement convaincants, mais paradoxalement, cela sert plutôt bien la série en restant dans la tradition des trucages (très) approximatifs de la trilogie.

Le Nécronomicon, un livre à ne pas mettre entre toutes les mains !

Le Nécronomicon, un livre à ne pas mettre entre toutes les mains !

Il faut cependant reconnaître que tout n’est pas parfait dans cette série, on peut notamment regretter quelques longueurs au milieu de la saison, ou un script parfois approximatif : ils invoquent un démon pour lui demander comment se débarrasser d’autres démons ? Pas très crédible ça ! Sans parler de la genèse même de la série : après avoir passé 3 films à combattre le Nécronomicon, Ash réveille quand même les démons en citant des passages du livre ?? Même sous l’effet de la drogue Ash ne pourrait pas être demeuré à ce point !

Mais quoi qu’il en soit ces faiblesses scénaristiques sont rendues acceptables par le fait que les actions d’Ash ont rarement été guidées par la logique… Le résultat est diablement gore et drôle. La série ne se contente pas de s’adresser aux fans de la franchise. Un spectateur n’ayant jamais entendu parler des 3 films originaux trouverait quand même largement son compte dans cette comédie horrifique totalement destroy !

Jouissif en diable.

Ash adepte du body language !

Ash adepte du body language !

—-

« I Need a Sideshow ! » 1/5
La question taraudait les inconditionnels de « Evil Dead » et de Sam Raimi : son développement en série TV avec Campbell et Raimi aux commandes serait’il à la hauteur ? Patrick Faivre est formel : c’est une réussite et c’est jouissif.

La BO du jour : c’est Patrick qui l’a dit, y’a du Alice dans Evil Dead !

21 comments

  • PierreN  

    En tant qu’inconditionnel de la trilogie originale, j’ai vraiment bien apprécié ce revival et cet article énonce toutes les qualités que j’ai pu lui trouver. La seconde saison est à mon sens encore meilleure, une fois que l’intrigue se déleste d’un de ses personnages faiblards.

  • Bruce lit  

    Yes ! Pat is back !
    Avec son écriture tours narquoise, il était l’homme idéal pour chroniquer cette série.
    Je note que chaque épisode dure moins d’une demi heure, ce qui correspond à peine à ma tolérance devant le médium série TV désormais. Peut-être me le laisserai je tenter si 1/ le sieur 6 revient à Paris, /2 accepte de me revoir, 3/ achète le coffret (ça je n’en doute pas, vu que c’est souvent moi qui, tel une épouse dévouée le culpabilise quant à son budget), 4/ accepte de me le prêter.

    Je ne suis pas sûr d’être le public cible de cette série. D’abord parce que je crois n’avoir vu que le ED 1. Et que je ne suis pas plus fan que ça. Enfin, voir une suite d’un film à la TV ou un spin off ne me tente absolument pas. C’est un peu comme faire des heures sup’….J’avais regardé la première saison de Hannibal il y a longtemps et avait détalé comme un lapin : un nouveau tueur en série qui se prenait pour un cerf et plantait des champignons sur ses victimes, non….
    Et puis, je me suis arrêté à Breaking Bad dont j’ai trouvé la fin parfaite. C’est comme les comics, c’est trop addictif et chronophage. Entre les séries qui ne savent pas s’arrêter à temps, les saisons catastrophiques dont on espère en vain qu’elles redécollent, celles qui proposent un épilogue pourri ou qui sont interrompues sans préavis, c’est un investissement total dont je ne dispose plus. Je compte au final sur les doigts d’une main celles qui m’ont plu de bout en bout et le double celles qui ont fini par me gonfler, GOT included.

    Récemment j’ai tenté de voir Fargo. C’était très sérieux, très pro, mais encore une fois, je ne suis pas parvenu à m’y intéresser.
    Je note tout de même qu’une série avec Alice Cooper en ost ne peut être mauvaise ;)

    • PierreN  

      @Bruce: Le second film pourrait peut-être te plaire. Le précédent était plus premier degré, mais c’est dans celui-ci qu’apparaît le mélange d’humour splaptick/cartoon déjanté et de gore outrancier, devenu caractéristique depuis de l’ADN de la franchise, au point que la comédie prend souvent le pas sur l’aspect horrifique à partir de là (comme le montre cette scène déjà culte de la morgue dans la seconde saison).

  • Bruce lit  

    Oui, je connais les pitch, les histoires au moyen-âge, tout ça…
    J’ai même vu le remake dont effectivement comme dit Patrick je n’ai plus aucun souvenir. Encore faudrait-il que je puisse avoir le temps.

  • Patrick 6  

    @ Pierre : Ah ! si la seconde saison est encore meilleure ça promet ! Comme je suis de la vieille école et que je ne télécharge –presque- jamais de série (J’ai essayé de regarder en streaming Twin Peaks mais mon ordinateur a exprimé sa désapprobation en me parlant Japonais !! Authentique ! J’ai eu un message vocal que je ne pouvais pas interrompre !) moralité j’attendrais patiemment la sortie des dvd de la saison 2 pour la regarder ! – Sortie prévue pour la rentrer en France je crois…

    @ Bruce : Tout le paradoxe du premier film c’est que l’aspect comédie était totalement involontaire ! De l’aveu du réalisateur c’est le manque de moyen qui a rendu les situations comiques, mais initialement il voulait vraiment faire peur !
    Dans le deuxième film comédie est horreur sont un peu plus équilibrés. Pour le 3 il a définitivement pris le parti de la comédie horrifique.
    A noter que je me suis toujours demandé si Sam Raimi a lu « Doomquest » (les épisodes ou Iron man et Doom remontent le temps à l’époque du roi Arthur) avant de réaliser son film ! Vu que les similitudes sont assez quand même assez troublantes…

    Concernant tes points 1/ à 4/ aucun problème, on rajoutera simplement un 5/ sous la forme d’un petit cheque…
    (et n’oublies pas que tu as encore la saison 1 de Star trek a regarder)

    Comme je le disais dans l’article il n’est pas nécessaire d’avoir vu les films pour apprécier la série (ce que tu as loupé est expliqué en flashback ou se devine aisément).
    A voir impérativement ;)

  • Arian Noveir  

    Alors, j’avais vraiment peur pour cette série mais en fin de compte, elle passe si bien :)
    Pas de prise de tête, clins d’oeil aux films et surtout un Ash bien badass !

    Vivement la nouvelle saison !

  • JP Nguyen  

    En inconditionnel des trucs horrifiques, je vais me jeter dessus avec délectation !
    Nan, ne tenez pas compte de cette première ligne, des forces surnaturelles avaient pris possession de mon clavier !
    Je peux juste dire que je connais vaguement Bruce Campbell (qui avait sa petite scène au restaurant dans Spider-Man 3… euh en fait, il était aussi dans les 2 premiers mais je l’avais zappé) et qu’il a une bouille sympathique.
    Mais tronçonneuse, monstres et livre mi-con… Je passe mon tour…

  • Patrick 6  

    @ JP : Ah oui les claviers hantés je connais ça ! Un bon petit exorcisme et un anti-virus plus tard et il n’y paraitra plus !
    Autrement oui je me doute bien que cette série ne s’adresse pas à réellement à toi, cependant je pense que tu pourrais essayer de regarder à l’occasion le 3éme film « Army of darkness » (au moins les 10 premières minutes, n’en demandons pas trop hein) compte tenu que l’horreur y est trèèès light, peut être que quelques scènes pourraient te faire rire… ou pas ;)

    @ Arian Noveir : Nous sommes bien d’accord :)

  • Matt  

    J’avais les mêmes réserves que toi, alors en lisant ton article je me dis que je peux tenter cette série.

    @Bruce : le premier film je ne l’aime pas vraiment. Justement parce qu’on sent que c’est censé faire peur mais que ça ne marche pas. J’ai même préféré le remake (eh oui ! J’ose le dire !)
    Par contre les 2 et 3 c’est du délire taré cartoonesque gore, c’est très fun.
    @JP : Nan mais là quand même je doute que ça te foute la trouille hein.

    Le truc qui me gêne un peu par contre dans l’article c’est ce passage sur les effets spéciaux numériques. Les effets spéciaux artisanaux faisaient partie du charme des films. Et même quand c’est mal foutu, on sent que les bestioles sont réelles, qu’on peut les toucher (normal, ce sont des marionnettes) Les CGI mal foutus, je suis souvent bien moins tolérants quand c’est moche. Et surtout je ne comprends pas trop ce constat sur le fait qu’à notre époque ce n’est plus possible de faire des effets spéciaux artisanaux. Ben…si ! Je ne parle pas de faire du stop motion à la Harryhausen. Mais par exemple j’avais déjà été déçu par la quantité de CGI utilisés dans la trilogie du Hobbit alors que dans le seigneur des anneaux, c’était beaucoup mieux équilibré. Certes c’était obligatoire pour faire un troll, mais pour les créatures plus humanoïdes telles les orcs il y avait énormément de maquillages.
    Se ruer sur le numérique pour tout et n’importe quoi maintenant ça a tendance à me décevoir. Parce que nom de dieu, faut qu’ils arrêtent de croire qu’on n’y voit que du feu ! ça se voit, c’est parfois très moche sur grand écran à cause d’un manque de détails ou de mouvements pas du tout naturels, et on en arrive à se demander dans certaines scènes « pourquoi ne pas en faire entièrement un film d’animation si on ne voit même plus d’humain à l’image ? »

    Mais je digresse^^ J’espère que ce n’est pas too much à ce niveau dans la série.

    • PierreN  

      Moi le premier Evil Dead m’avait un peu fait flipper (le crayon planté dans la cheville, le viol dans la forêt, la décomposition finale en stop-motion) lorsque je l’ai découvert très jeune.
      Alors certes le maquillages des deadites (des sortes de goules en gros plutôt que de véritables zombies) n’étais pas toujours au point, mais entre l’immersion de l’intrigue lorsque Ash se retrouve tout seul, et l’inventivité phénoménale de Raimi en terme de mise en scène malgré le manque de moyens, tout ça cela a marqué au fer rouge le cinéphile en devenir que j’étais à ce moment-là. L’aspect artisanal du film, véritablement fait avec les moyens du bord, renforce le charme du film je trouve. C’est peut-être même celui que je préfère puisque l’humour est moins présent, dans le 2 l’équilibre horreur/comédie est encore bien dosé, mais dans le 3 l’horreur des précédents n’est pratiquement plus qu’un lointain souvenir (du coup effectivement il pourra plaire à JP). Heureusement l’hémoglobine est de retour dans le cadre de cette série.

      • Matt  

        Les idées sont bien dans le premier, oui. Mais alors pour le coup moi je me suis ennuyé. Je l’ai vu après les autres, c’est peut être pour ça. Je devais m’attendre à autre chose. Faudrait que je le revoie avec un oeil plus bienveillant. Mais en tous cas je n’ai pas flippé.

        • Patrick 6  

          Ne pas flipper de nos jours devant Evil dead 1 je dirais que c’est normal ;) Le film a quand même beaucoup vieilli et c’est avant tout l’aspect comédie qui reste au film au détriment de l’horreur…

          Concernant les trucages numériques qui te posent problèmes je dirais que dans le cadre d’une série avec une limite de temps (et de budget) il est assez compliqué (voir impossible) de tout faire à l’ancienne !
          Bon heureusement dans ASHvsED même si le numérique prédomine il reste quand même quelques trucages « artisanaux »… et pour le coup le numérique est assez bien intégré à la série. Donc même si on aurait aimé que les choses se passent autrement, il n’y a rien de vraiment choquant/gênant visuellement.

          • Bruce lit  

            dans le cadre d’une série avec une limite de temps (et de budget) il est assez compliqué (voir impossible) de tout faire à l’ancienne !
            Argument intéressant. Merci Patrick.

          • Matt  

            C’est peut être une question de préférence alors tout simplement. Je peux revoir de films gothiques des années 60 qui ne font plus flipper, mais qui ont une atmosphère horrifique plaisante grâce aux décors gothiques, aux ombres, etc.
            Evil Dead on est déjà plus dans le délire gore qu’on pourrait tous filmer dans une forêt près de chez nous. Je ne dis pas que c’est « facile à faire » mais ça fait moins rêver, quoi. Du coup si ça ne marche plus au niveau angoisse, je ne trouve plus grand chose qui me plaît.
            Si on ajoute l’aspect comédie du 2 par contre, là c’est chouette. Un peu comme avec les contes de la crypte qui avaient aussi une bonne dose d’humour noir.

            Pour les effets spéciaux, ça va alors s’ils n’en abusent pas. Je regarderais cette série à l’occasion.
            Lucy Lawless en méchante ? ça doit être fun ça. Parce que ouais, Xena c’était nul mais l’actrice…woah…euh…ahem. Enfin j’imagine qu’elle a vieilli.

            Et fais gaffe aux sites de streaming hein ! Zone de prolifération des virus^^

            La saison 2 n’est pas encore sortie sinon, c’est ça ?

            P.S : j’en profite pour dire que pour raisons médicales, je risque de me faire rare jusqu’à jeudi.

          • PierreN  

            @Matt: La saison 2 est disponible, mais pas encore en dvd.

  • Présence  

    Le résultat est diablement gore et drôle. – Comme JP, je vais faire ma midinette, même si je pourrais me la péter au boulot sur cette série, grâce à l’article. Merci Patrick 6.

  • Tornado  

    Cool. Je pense que je ne pourrais pas passer à côté de la chose (quand j’aurais le temps).

    Le premier film a énormément mal vieilli. A l’époque, c’était vraiment un trip ultra flippant. Quasiment autant que l’Exorciste, qui a fort mal vieilli aussi au niveau du trouillomètre. La peur au cinéma vieillit toujours mal, de toute manière, sauf quand on n’en voit pas la source…
    Moi je l’ai trouvé très intéressant le remake. Ultra malsain. Sans être un chef d’œuvre, c’était un bon exercice de style.

    J’aime bien la trilogie Evil Dead. Mais je n’ai jamais non plus été un fan hardcore. Les scénarios, ou plutôt l’absence de scénario, dessert quand même beaucoup l’ensemble. Mais c’est quand même cool !

    Pour la saison 3 de Twin Peaks, j’attends la VF. Hors de question que je retourne voir l’agent Cooper sans la voix de Patrick Poivey !

  • PierreN  

    J’ai plus souvent vu Piège de Cristal en VF qu’en VO justement parce que j’apprécie le doublage de Willis par Poivey, mais en ce qui concerne la série de Lynch et Frost, je préfère pour le coup et de loin la version originale avec la voix de MacLachlan. En rejetant un oeil à un extrait de la saison 3, cela confirme mon opinion.

    Le premier Evil Dead peut probablement paraître moins flippant dorénavant, mais ça ne lui enlève pas pour autant ses qualités propres, et en terme de pure mise en scène, il reste à mon sens un sommet du genre, toujours aussi captivant et inventif (alors que le remake ne m’a pas spécialement marqué sur ce plan-là, pour tout dire j’ai surtout retenu le caméo de Ash à la toute fin, mais là c’est mon côté fanboy de la trilogie qui parle).
    C’est là qu’on voit l’émergence d’un réalisateur de talent, malgré le manque de moyens, des acteurs pas vraiment charismatiques (sauf Campbell), des maquillages approximatifs, Raimi transcende tout cela pour aboutir à un premier long-métrage vraiment maîtrisé, bourrés d’idées visuelles et de scènes tendues, qui me reste gravé en mémoire contrairement à pas mal de films d’horreurs actuels (les Saw, Paranormal Activity, Conjuring), que j’oublie au bout de quelques jours.
    Je pense que ce n’est pas tant le film qui vieillit mais plutôt la perception qu’en ont les spectateurs qui change au fil du temps.

    • PierreN  

      Après cela peut être intéressant de voir la façon dont les films sont appréciés en fonction des époques. Par exemple le premier King Kong, notamment grâce à la stop-motion de 1933, a acquis un charme suranné qu’il n’avait pas au moment de sa sortie, d’autant plus selon certains spectateurs qui en auraient éventuellement marre des CGI actuels et de leur aspect irréel/pas palpable.
      Mais là c’est pareil, l’intérêt du film ne se limite pas aux effets spéciaux loin de là ; il y aussi la réalisation et ses thématiques, avec notamment sa part de violence et d’érotisme (sur ce plan-là, la version de 2005 se montre beaucoup plus sage).

  • Jyrille  

    J’ai les mêmes sentiments que Pierre N et que Tornado : je ne suis pas un fan de la trilogie, mais je l’aime bien. Je n’ai pas revu le premier Evil Dead depuis longtemps (le lycée) mais il m’avait bien fait flipper à l’époque, c’était assez malsain, et il est vrai que le côté artisanal y est pour beaucoup. De la même façon, j’ai maté deux remakes de Massacre à la tronçonneuse (que j’ai regardé, il y a plusieurs années, avec Zoé, qui est en train de se faire la série des Saw que je n’ai même pas vus ! Elle vient de fêter ses 13 ans.), c’est plus drôle qu’autre chose tellement c’est ridicule et ne fait jamais peur. Par contre, j’ai enfin vu l’original à la même période, et là, tout comme le premier Evil Dead, c’est terrifiant ! Il n’y a pas de sang mais l’ambiance est incroyablement malsaine. Ce qui fait peur, ce n’est pas le gore. D’ailleurs, en matant un peu Saw 4 avec Zoé, on s’est fait la même réflexion : ce n’est pas pire que certains passages de Grey’s Anatomy…

    Pour en revenir au côté artisanal et à l’intérêt de revoir de vieux films, cela rejoint les remarques de Présence sur la série de comics Star Brand qu’il vient de publier sur le blog : avec le recul du temps, des conditions et des situations générales d’un tas de paramètres (ce qui marchait commercialement, ce qui se passait politiquement, dans les moeurs, dans les techniques etc…), revoir ou relire de vieilles séries peut être très intéressant et apprendre beaucoup. D’ailleurs c’est également pour ça que je perds du temps et que je préfère attendre que cela soit fini pour m’y mettre. Tout comme j’ai attendu pour voir les saisons 4, 5 et 6 de GoT. Au fait Bruce, la fin de Breaking Bad est parfaite mais justement, elle est trop parfaite : tout le monde voulait que cela se finisse ainsi. Aucune prise de risque. J’ai bien aimé cette série mais je ne la regarderai pas une seconde fois car je la trouve vraiment surestimée. C’est franchement pas du génie, juste un très bon divertissement.

    Je ne suis vraiment pas fan de films d’horreur, mais ils me font rarement peur au final. Et c’est pour ça que j’ai de très bons souvenirs de Evil Dead 2, vu au cinéma et adolescent, lors d’une fameuse Nuit de l’épouvante. Pour moi, c’est une pure comédie, alors que le premier ne me fait pas du tout rire. Le 3 est plus anecdotique mais totalement comique également. J’avais un peu peur que cette série ne soit ratée, mais tu me donnes envie, Patrick ! Ce format de 28 minutes est très étrange, entre celui des séries normales (40 minutes) et celle des sitcoms (23 je crois). Et Bruce a raison, tu as le ton narquois :)

    Je n’ai pas vu le remake de Evil Dead, mais peut-être le tenterai-je, il avait l’air vraiment horrifique. Et pour info, avec ma tendre, nous venons de voir la première saison de 13 Reasons Why (Netflix, 13 épisodes entre 50 minutes et 1h), c’est super bien. Et au vu des choix de la BO, c’est une série pour Patrick 6 !

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *