Hommage à un monolithe géant des comics (RIP Neal Adams)

Neal Adams (15 juin 1941 – 28 avril 2022)
Source : Wikipédia
Bruce Lit

Neal Adams est mort et très vite ont pullulé sur la toile des hommages à ce maître des comics que j’ai eu la chance de croiser en Comic Con bien avant que le Corona Bidule oblitère tout ça. Ca râlait pas mal dans la queue le concernant, notamment sur les tarifs de ses signatures (une gratuite puis l’autre à 40€) et de ses commissions (plus de 200€ de mémoire).
Le Comic Con étant un vaste gouffre financier j’avais au préalable établi un budget à ne pas dépasser et mon choix – cornélien- était de savoir quel album allais-je lui faire signer : son SUPERMAN VS MUHAMMAD ALI qui contient à mon sens l’ouverture la plus brillante des comics ou ses XMEN ?
J’optais donc pour son Superman pour une rencontre assez expresse : signature, sourire, serrage de pogne. Et pour les tarifs, je fermais ma gueule, vous allez comprendre pourquoi…

Nous sommes dans les années 90 et je me réconcilie avec les comics que j’ai abandonnés une dizaine d’années. Scott Summers est parti des Xmen et va être remplacé par une belle brochette de tocards : Dazzler, Longshot et la première version rose bonbon de Psylocke. Marvel a osé ressusciter Jean Grey. Strange a évincé ROM et ne publie pas la fin du BORN AGAIN de DD qui disparaît lui aussi.

Les attaches à mon enfance disparaissent peu à peu et je m’envole vers le rock en foutant tous mes Lugs à la poubelle. Grandir en HLM suppose aussi de devoir faire de la place pour les disques, les guitares, les filles…

Entre Neal et moi, c’est compliqué…

Je retrouve tout ce petit monde dans les 90’s : les XMEN de Lobdell me parlent, les prémices de la saga du clone sont passionnantes et je lis enfin la fin de BORN AGAIN en découvrant Album à deux pas de l’université où j’étudie.
C’est l’époque de tous les possibles : reconstituer une continuité est une exercice cohérent et facile ; j’achète tout : VO, VI Semic et tombe sur les XMEN de Roy Thomas et Neal Adams sur une brocante. L’album vaut 200 francs. Je ne les ai pas. Je ne retrouverai jamais cet album, je le sais, je le sens. Le vendeur n’a pas l’air de s’y connaître beaucoup. Le prix est au crayon à papier et j’ai une gomme sur moi. Discrètement je gomme un zéro et me le procure pour 20 Fcs. Quand on aime, on compte, c’est un fait…

J’entre dans la famille des gamins qui ont piqué un disque, un livre par passion, parce qu’à l’époque réunir du Marvel est une obsession et que je ne gagne pas encore ma vie. Le plus ironique est que ça tombe sur l’album d’un créateur qui s’est toujours battu pour que les auteurs soient rémunérés.

Cette case qui montre le vrai visage de Magneto dans une ambiance façon ILE DU DR MOREAU me rendait dingue !
©Marvel Comics

Mon dépit s’estompe à la lecture de ce XMEN. Nous sommes dans les années Portacio- Jim Lee- Kubert que j’adore. Et pourtant cet album vintage et les dessins de Neal Adams que je découvre me passionnent. Bien plus que ceux de Kirby pour les anciens Xmen. Je trouve le trait dur, violent, la mise en page ressemble à un puzzle reconstitué avec ces obliques et ces bordures acérées. Je découvre que Neal Adams a créé le visage civil de Magneto, créé le plus beau costume d’Angel, sa terre sauvage gronde de menaces visibles ou non. Tout ça me réchauffe, j’ai un trésor. Moi ? Oui !

La filiation avec AU ROYAUME DE KA-ZAR est évidente puisque Claremont réécrit peu ou prou la même histoire. Je me fabrique mes premiers Trade Paperback en mettant dans des pochettes des albums qui ont des filiations entre eux. Je n’ai toujours pas de places chez moi et ces albums végètent dans la journée dans mon placard à chaussures en attendant de les exhumer le soir.

Je suis une victime consentante de la culture pop. Je décortique chaque case de Neal Adams, tout est tellement raccord. Son Scott Summers est charismatique et efficace, Jean est si belle, Bobby virevolte entre puissance et inexpérience, Angel -déjà- manque de mourir et est sauvé par un vilain qui tente de le recréer. Karl Lykos entre au Panthéon des vilains tragiques, aussi maudit que Hulk. Cette histoire d’amour impossible entre Lykos et Tanya me bouleverse. Quant à Havok, c’est simple : Adams créé le personnage et jamais personne ne parviendra à rendre le deuxième frère Summers si incandescent. Ce dessin est habité, ample, sensuel, ombrageux. Il parle à l’adolescent en colère, amateur de sensations extrêmes, prêt par amour à voler à l’étalage.

Juste retour des choses : en le donnant à lire à mon fils de 3 ans à l’époque, la reliure Lug se déchire. Je ne l’engueule pas. Cet album a une histoire à lui et recolle tout ça patiemment. Les albums, ça vit et ça meurt aussi. Comme Neal Adams.

Avis d’imposition.
Alex Nikolavitch

Peu de dessinateurs ont été aussi influents que Neal Adams. Si l’on a vanté son réalisme, c’est surtout par son sens de l’exagération maîtrisée qu’il se caractérisait, une manière de poser des contre-plongées et des raccourcis déments, le conduisant pour leur donner de l’ampleur à exploser les mises en pages. Si l’âge d’or de Neal Adams ne représente en fait qu’une petite dizaine d’années productives, essentiellement chez DC (mais son passage sur les X-MEN a fait date, bien sûr), il est resté un maître étalon du genre, sans lequel les carrières de Grell, Sienkiewicz et bien d’autres auraient été très différentes.
Peut-être le dernier des géants.

Eddy Vanleffe

Évoquer au lendemain de son trépas, ce que signifie pour nous un artiste, est plus qu’étrange à mettre en forme. On se met à réfléchir d’une manière qu’on a jamais pensée auparavant.
Qu’était…Qu’est Neal Adams à mes yeux?

Un immense artiste bien sûr, un géant au sein d’un genre qui m’a nourri depuis toujours, celui qui fut l’influence majeure du jeune John Byrne, mais quoi de plus?

Il me suffit après quelques instants de réflexions, de repenser à cet épisode qui créa en moi l’idée définitive de Batman: JOKER’S FIVE WAY REVENGE (BATMAN 251).

Un proto Killing Joke, rien que ça!
©1973-Neal Adams-DC Comics

L’histoire écrite par Dennis O’Neil, débute comme souvent par l’évasion du Joker. Mais cette fois ci, au lieu de transformer Gotham en feux d’artifices extravagants, il entame une vendetta contre ses anciens complices en les tuant un par un de manière radicale et sadique, jusqu’à ce que Batman vienne l’arrêter, après un combat d’anthologie dans un aquarium près de la mer.

J’étais loin d’imaginer à l’époque à quel point, il était inhabituel de représenter un tel degré de violence dans un comics mainstream. J’étais simplement happé par la simplicité et l’efficacité redoutable de cet épisode. Tous les personnages sont iconisés à la perfection. Le Batman de Neal Adams est beau, grand, fier altier et d’une élégance presque surnaturelle. Son Joker est carnassier et ne fait plus rire malgré lui. En 20 petites pages, on a l’essentiel de leur relation et de ce à quoi elle ressemblera jusqu’à aujourd’hui. Retravaillée, l’histoire se retrouvera totalement dans le KILLING JOKE d’Alan Moore et Brian Bolland.

Mais avec plus de recul encore, je m’aperçois que Neal Adams fut l’un de ceux qui contribuèrent à sortir les comics de super héros de la chrysalide de l’enfance. Ses personnages sont résolument adultes, sexués, charnus, vivants et les thèmes abordés inédits et politiques. Je reviens donc sur les épisodes toujours avec son compère Denny O’Neil de Green Arrow et Green Lantern, qui se mirent à explorer les USA en camionnette afin d’aider l’homme de la rue. Ils seront confrontés aux vrais maux de notre monde. Racisme, misère, corruption, drogue, bref tout ce qui minait nos sociétés déjà dans les années 1970. Si la forme a pu parfois rester naïve, ils ont pavé la voie à tellement d’autres depuis.

On le savait lié avec Stan Lee et Jack Kirby. A présent qu’ils sont tous en compagnie des vrais Dieux, peut-être auront ils le loisir de narrer leurs aventures. Qui sait?

Fletcher Arrowsmith

Je ne peux pas dire que je possède beaucoup de comics dessinés par Neal Adams dans ma bibliothèque. C’est même plutôt le contraire. A part sa période Marvel dans les années 70 symbolisée par son passage sur les X-MEN puis les AVENGERS, je ne dois rien posséder d’autres, ou alors je ne m’en souviens pas.
Pourtant ce soir, je fais avec émotion, le constat que sa disparition me touche particulièrement.

J’associe immédiatement son nom à sa reprise des dessins des premiers X-MEN. Cette équipe compte beaucoup pour moi. Mon premier Spécial Strange c’était pour les UNCANNY X-MEN mais les jeunes X-Men, l’équipe originel je la retrouvais dans Spidey avec notamment les épisodes de Neal Adams. Je me rappelle très bien ELEGY (UNCANNY X-MEN #138) où Cyclope à l’enterrement de Jean Grey, se remémore les moments les plus marquants des X-Men. A l’époque je me demandais où je pouvais lire ces numéros, notamment les nouveaux costumes, Sauron et la Terre Sauvage, la première apparition de Havok, le Monolithe Vivant, Erik Le Rouge ou le retour des Sentinelles. Tout cela on le devait aux crayons de Neal Adams. Je me remémore très bien avoir été impressionné par le dynamisme du trait du dessinateur et notamment ses compositions de pages novatrices voire précurseurs. Cela en fait finalement un dessinateur très en avance sur son temps avec un style et surtout une approche graphique que j’ai par la suite continué à rechercher.

Puis je suis frappé par les flashs qui me viennent rapidement à l’esprit : SUPERMAN vs MOHAMMAD ALI, c’est Neal Adams. Speedy drogué sous les yeux de Green Lantern et son mentor Green Arrow c’est Neal Adams. Ra’s Al Ghul, Neal Adams. La première guerre Kreen-Skrull a été dessinée par Neal Adams (bon là je triche je l’ai à la maison). Batman dans son costume gris je pense encore à Neal Adams. Qu’un artiste que j’ai finalement peu lu, ait eu autant d’impact sur moi en dit long sur l’immensité de sa carrière et son importance dans le monde des comics. Oui ce soir je peux dire, en réaction à l’annonce de son décès, que Neal Adams a fortement contribué à ma comics culture et plus généralement il en a écrit une page de son Histoire. Et à l’instar d’un Jack Kirby, d’un Stan Lee, d’un Alan Moore, d’un John Romita Junior, d’un David Mazzucchelli, d’un Chris Claremont, d’un Art Spiegelman ou encore d’un Frank Miller ce n’est pas rien.

Les X-Men (X-MEN #56) par Neal Adams
© Marvel Comics
Laurent Lefeuvre

Monsieur Neal Adams est mort, hier d’une sépticémie, à l’âge de 80 ans.Après le Père Fondateur Jack Kirby, Neal Adams restera comme dessinateur le plus important de ce drôle de petit monde des comics de super-héros..
Dès les années 1960, il apporte dans ses pages un réalisme révolutionnaire dans les anatomies, une folie dans les découpages, une présence unique et un dynamisme absolument DINGUE !

Si Kirby était le King des comics (le Elvis Presley), Neal Adams en était les Beatles et les Stones réunis ! On a dit que les années 1960 était la décennie des 3 B (Beatles, Bond et Batman). Sans Neal Adams, ce dernier serait probablement resté celui de la version kitsch et pop de la série acidulée. Sous son crayon, les cornes du chevalier noir se sont allongées, le regard s’est durci, les qualités de détective à la Sherlock Holmes ont émergé, sous une silhouette de vampire élégant. La révolution à Gotham, transformée 20 ans après par Miller, est en marche..

Sans Adams, nous ne connaitrions probablement pas les X-Men (la série devait être annulée en 1969… avant qu’il ne réalise quelques épisodes magiques, qui ont relancé son intérêt !), il a plongé Batman dans un gothisme fascinant, fait entrer les questions sociales dans les comics grâce à Green Lantern-Green Arrow, ajouté de la détermination d’acier à la colère dans le regard de son Conan, dessiné le plus beau Superman qui soit, et confronté ce dernier à Mohammed Ali himself, dans un album de légende !.Redoutable homme d’affaires protéiforme, amoureux éternel de la bande dessinée (il a même dessiné un épisode de Super Dupont avec Gotlib au scénar !), l’homme aura été aussi un infatigable combattant pour la cause des auteurs, quitte à se mettre lui-même sur la sellette, ne lâchant jamais RIEN pour défendre l’honneur de son métier et des artisans modestes qui y étaient exploités chez Marvel ou DC..

Sans son exemple, pas de mouvement des auteurs phares de Marvel en 1991 pour aller fonder Image Comics, et par conséquent, pas de Walking Dead..
Sans lui, probablement pas de moi non plus, comme le prouvent quelques exemple récents de mes travaux, mis en perspective avec des trouvailles graphiques de Neal Adams réalisées jusqu’à 15 ans avant ma naissance.
Sans lui, le château de cartes des grandes figures des générations suivantes s’écroule : Frank Miller, John Byrne, Jim Lee, Arthur Adams, Bill Sienkiewicz, Alan Davis, Frank Quitely et des CENTAINES d’autres (dont moi), qu’Adams aura durablement influencé et inspiré.

La collerette de Dotki, le réalisme de sa pose, alors qu’il erre en fantôme à travers le temps
©Laurent Lefeuvre
…m’a été probablement soufflée par cet autre fantôme à collerette (Deadman, par Neal Adams dans les années 1960).
©DC Comics

La BO du jour

Le choix de Fletcher (le 1er à avoir remis sa copie)

Pharaon Reviens par I AM

20 comments

  • JB  

    De superbes hommages. Je découvre que l’homme touchait également à d’autres médias. Avec les studios Continuity (entreprise que je pensais limitée aux comics avec Ms Mystic, Urth 4 et autres Megalith), il a notamment collaboré sur plusieurs projets de Stuart Gordon, de la comédie musicale au théâtre (Warp!, qui donnera également un comics chez First Comics), From Beyond ou Dolls.
    Mais le plus impressionnant, ce sont les témoignages de talents qui lui doivent leur carrière, comme Bill Sienkiewicz ou Marv Wolfman, qui rendent un dernier hommage à leur père spirituel.

  • Présence  

    Très bel hommage, très personnel pour chaque participant.

    Je crois que je n’ai lu que des bribes de Green Arrow & Green Lantern, de Deadman, un ou deux épisodes de X-Men, Avengers Kree/Skrull war, les 2 épisodes de Ms Mystic… Puis ses histoires récentes : Batman Odyssey, The first X-Men, Deadman, 1 épisode de Harley Quinn, Batman vs. Ra’s al Ghul.

    • JB  

      Après Pacific Comics, Neal Adams a continué Ms Mystic chez Continuity (j’ai cru lire que ça lui avait d’ailleurs valu un procès.

      • nolino  

        oui car ms Mystic n’est pas une série qu’il a créé mais une série développée par Mike Masser / Netzer, prévue à sortir chez DC (avec l’implosion)

        Pacific récupère le contrat (comme pour Starslayer) et publie le 1er numéro, les soucis d’argent font que Pacific va couler, Adams va vouloir son propre studio (il l’a déjà, mais il veux contrôler la ligne d’édition, et et la ligne éditoriale)

        Il part avec Ms Mystic sous le bras, en disant à Nasser (qui est aussi chez Continuity à l’époque) qu’ils ressortiront plus tard ms Mystic, et qu’il garde les droits…

        il ressortira la série sans l’accord de Nasser et s’appropriera le titre , Nasser quitte Continuity et lle milieu des comics (et il ne part pas seul.. de mémoire Art Nichols aussi part)

        en gros résumé , la situation de MsMystic ^^

  • Patrick 6  

    Puisque DC comics n’a jamais été très bien publié en France (peu ou prou de continuité, typographie épouvantable, etc.. ) les francophones n’auront donc principalement connu l’œuvre de Neal Adams que via les X-Men, mais même avec une poignée d’épisodes il aura réussi a marquer toute une génération ! Du reste je m’étais toujours demandé pourquoi, après avoir tutoyé les sommets, la série X-Men a pu etre arrêtée ! (la réponse est dans l’article).
    J’imagine qu’après la mort de l’auteur des TPB vont etre publiés, ce qui est un mal pour un bien.
    Hum Bruce tu as vraiment gommé le prix de l’album ?? ^^ La vache si le vendeur n’a pas identifié son album à 200Fr c’est, qu’en effet, il devait etre à la masse !

    • Eddy Vanleffe  

      Finalement, DC se rattrape quand même pas mal…
      Les Batman, Green Arrow/Green Lantern sont disponibles. Il ne maque que ses Deadman il me semble

      J’avais pensé à lui , mais effectivement Alan Davis c’est évident, rien que pour les obliques!

  • Jyrille  

    Merci les gars, très bel hommage à un dessinateur que je ne connais que très peu. Je ne dois rien avoir de lui chez moi (ou alors je dois fouiller dans des rééditions que j’ai acquises depuis quelques années) et je regretterai toujours de ne pas avoir gardé le SUPERMAN VS ALI que j’avais en grand format. Peut-être le seul Neal Adams que j’ai lu. Ce qui est certain, c’est que son trait est impressionnant et parle immédiatement aux amoureux de bandes dessinées. Le premier scan, celui avec Magneto, pourrait aisément être encadré au Louvre. Dément.

    @Bruce : je n’aurai pas imaginé te voir tricher et voler 😀

    • Bruce lit  

      @Eddy, Fletcher, Alex et Laurent : merci de vos participations on such short notices.

      @Patrick . Espérons que ce vendeur ne se soit pas fait dégommer…
      @Cyrille : c’est la faute à Laurent Voulzy (« Le pauvre Bruce Lit s’est fait chopper chez le disquaire c’est dingue / Avec un single des Stones caché sous ses fringues….)

      • nolino  

        les K7 c’était plsu simple à cacher;) (pas sous le t-shirt)

        • Bruce lit  

          De mémoire il y avait des antivols. Sur les vinyls, non…

  • Chiplefien  

    Il me semble aussi qu’il fut le premier à aller bosser chez le deuxième des big 2 sans pesudo, sachant que son aura le protégerait, aura que donc il continuera à mettre au service des créateurs.

    Adams fait clairement partie des claques esthétiques inattendues pour un gosse qui achète son Strange et son Spidey, passer de Werner Roth à Steranko puis Adams comme ça ça fait bourdonner les oreilles. Plus que son « réalisme », c’est vraiment la dynamique, la puissance de ses compositions qui reste, jusqu’à, donc parler des impôts avec autant de pathos que s’il s’agissait d’une menace cosmique.

    À titre personnel encore, il est l’un des rares artistes dont je me suis offert un sketchbook, qui plus est lorsque j’étais étudiant, souvenir ravivé par Sienkiwicz qui parle des crayonnés de son père spirituel et de l’art de l’encrage. À propos de ce dernier, il me semble souvent qu’il sous-évalue ses premières planches, sur Moon Knight comme back up de Hulk magazine (qu’on retrouvera chez Aredit à l’époque et je ne sais où maintenantà, mais à mon sens il ne fait pas du sous-Adams, il en respecte l’esprit dramatique et c’est peut-être le meilleur exemple de son influence pas encore digérée mais complètement dans l’esprit, les couleurs aidant encore à accentuer le côté dramatique, plus que d’autres artistes clairement influencés mais un peu plus « faiseurs ». Je reste encore soufflé qu’il ait pondu ça à peine débarqué de sa campagne, et il saura utiliser cette base pour aller beaucoup, beaucoup plus loin.

    Il semblait être un homme de l’engagment jusqu’à l’excès, y compris dans sa bizarre croisade anti-Pangée, et sans l’avoir lu, j’ai entendu suffisamment de rencensions de Batman : Odyssey pour imaginer que c’est un brin zinzin, et plus encore que les hommages des lecteurs, ceux des artistes, élèves, collègues et amis donnent une idée de la trace qu’il aura laissée sur le monde.

    Rest in Power

  • JP Nguyen  

    Je crois que j’ai quasiment jamais rien « lu » de Neal Adams, au sens histoire/épisode complet. Mais je connais ses dessins les plus célèbres, sur DC avec notamment le Batman, et les épisodes avec Ra’s Al Ghul et puis un peu ses X-Men…
    Dans les quelques ouvrages d’auteurs comics que je possède et dans les nombreuses interviews que j’ai pu lire, son nom revenait très souvent, voire systématiquement, dans les influences graphiques.
    J’ai en revanche été biberonné au boulot de ses nombreux héritiers à partir des années 80 (Byrne, Davis, Sienkiewicz, bref tous ceux déjà cités par Laurent Lefeuvre dans l’article…)
    La mort est toujours triste mais pour Neal Adams, on peut célébrer sa vie, et en particulier, du petit côté de ma lorgnette de lecteur, l’influence immense qu’il aura eu sur des tas d’artistes venus plus tard broder l’étoffe de mes rêves de super-héros…

    @Bruce : fait gaffe, je vais faire une lettre anonyme pour faire rouvrir le cold case…

  • Surfer  

    Merci à vous 5 d’avoir rendu hommage à cet immense artiste au lendemain de sa mort.

    @ Bruce : on a quand même quelques points en commun 😉.
    J’ai moi aussi vécu en HLM , j’ai eu beaucoup de mal à trouver un peu de place pour ranger mes guitares, mes Disques, et mes BDs… Et je partageais ma chambre avec mon frère, donc pour les filles c’était pas top. Mais je n’ai rien jeté.
    Je vis actuellement en pavillon, et pour le rangement c’est beaucoup plus simple. J’ai même acheté un piano numérique à mon fils👍.
    Sinon je chéri aussi l’album LUG KA-ZAR . Mais contrairement à toi je ne l’ai pas volé 😜.

    J’ai toujours été très sensible à l’art de Neal ADAMS. Difficile de faire beaucoup mieux pour l’époque.

    RIP Neal

    • Bruce lit  

      AU ROYAUME DE KA-ZAR est pour moi l’une des plus grandes aventures des Xmen. Peut -être que je couvrirai ça en saison 10.
      Juste, pour éclaircir mes propos, ma situation sociale de l’époque est bien sûr totalement indépendante que de l’arnaque mise en place pour acquérir l’album. C’est un geste de fan. Comme fanatique.

  • Kaori  

    Bravo à tous pour cet hommage rendu en un temps record et pourtant tout à fait réussi.

    Neal Adams, pour moi c’est un nom, une légende, sans que je n’ai jamais rien lu de lui vraiment.
    Comme Fletch, j’ai découvert ses épisodes dans l’Elégie à Jean Grey (nia nia nia JB 😀 ) et j’étais soufflée, c’était une époque que j’aurais voulu lire, mais que je n’ai jamais eu entre les mains.

    Sa mort est pour moi l’occasion de me plonger dans son oeuvre, plus sur les Batman que sur les X-Men, désormais.

    La BO : je ne connaissais pas ce titre. Pas trop mon truc. Pourtant j’aime bien IAM.

  • Fletcher Arrowsmith  

    Bonsoir,

    pour la BO c’est le premier titre qui m’est venu à l’esprit quand j’ai associé Neal Adams au Pharaon Vivant que j’évoque dans à travers Havok et le Monolith Vivant.

    Dernier titre du double album OMBRE EST LUMIERE où beaucoup n’auront retenu que « je danse le mia ».

    Merci à tous ceux qui sont passés par ici aujourd’hui, rédacteur ou lecteur.

  • Jyrille  

    La BO : je ne connaissais pas ce titre, tout simplement parce que je n’ai jamais écouté cet album de IAM en entier… je me souviens que la première fois que j’entendais parler de ce groupe, c’était par des colons, lorsque j’étais moniteur dans une colonie de vacances, en 92. On entend ici que c’est du old school, on n’en fait plus des samples comme ça, limite c’est du MC Solaar.

    • Jyrille  

      Merci pour le lien Présence, c’est très instructif !

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *