Rock Is Dead ! (Interview Carole Epinette)

Interview Carole Epinette

Un entretien à l’abri des clichés mené par BRUCE LIT

Le rock, c’est de la mythologie et les photographes, ses conteurs. Rencontre avec l’une des meilleures, Carole Epinette (Rock’n’Folk, Hard’n’Heavy, Rage…) autour de son livre tiré de son expo ROCK IS DEAD. Entretien mené par mail durant l’été 2020.

ROCK IS DEAD est disponible à l’achat pour 25€ + frais de port à l’adresse suivante : rockisdeadphotos@gmail.com

Une expo devenue livre sous le haut patronage de Lemmy
© Carole Epinette

Bonjour Carole et merci de ce temps accordé, ça fait longtemps que j’admire tes photos pour Rock’n’Folk. Peux-tu nous décrire ton parcours professionnel et comment on devient photographe rock ?

Je rentrais dans les concerts avec mon matériel caché sur moi. C’est de cette façon que j’ai pu m’entraîner quelques temps avant d’aller démarcher des magazines quand j’ai estimé que j’en avais assez de bonne qualité. Le premier magazine qui m’a donné ma chance est Hard N’ Heavy et son rédacteur en chef James Petit, puis c’est Rage et Best qui, très vite m’ont intégré dans leur équipe. Metal Hammer, Rock sound ont suivi de près puis Rolling Stone, Guitar Part et  Rock&Folk. Après mes premières publications en France un agent de photographies anglais m’a repérée et m’a représentée pour l’Angleterre et les Etats-Unis

Entrons dans le vif du sujet ! Tu nous présentes ton livre ROCK IS DEAD ?

ROCK IS DEAD est né d’une envie de faire enfin une exposition photo après plus de 20 années de travail. J’étais tellement occupée que je ne prenais pas le temps de réfléchir à une expo, à un livre et puis je me disais qu’il y en avait déjà tellemen et est ce que cela intéresserait vraiment les gens …Bref..Et puis, pendant l’expo les gens me demandaient très souvent : « bah, où est le livre ?? »…et ils avaient raison il était enfin temps pour moi, de penser à faire ce livre. Les médias ont commencé à vraiment s’intéresser à l’expo, la presse d’abord puis les radios FIP avec Luc Frelon et Emilie Blon-Metzinger et Europe 1 avec Emilie Mazoyer ont eu envie de m’inviter dans leurs émissions. Alors là c’était décidé il fallait que j’arrive avec un projet de livre pour en parler à l’antenne. En 2 ou 3 jours j’ai trouvé un imprimeur, déposé un projet de financement participatif et hop l’aventure du livre de l’expo ROCK IS DEAD était lancée. A peine 2 mois après le livre était imprimé en auto-production totale grâce à la contribution de donateurs passionnés.

Pourquoi ce titre ? C’est un clin d’œil à la chanson de Marilyn Manson ?

Pas du tout ! C’est une provocation en quelque sorte…et çà marche non ?

Un animal mécanique et magnétique
©Carole Epinette

En parlant de Manson, tu es l’autrice de photos célèbres de sa période MECHANICALS ANIMALS.  Après le look zombie de ANTECHRIST SUPERSTAR, il posait pour toi en dandy habillé par Jean-Paul Gauthier. Tu le décris comme posé et calculateur. Tu nous racontes ta rencontre avec lui ?

Je n’ai jamais dit qu’il était calculateur, j’ai dit qu’il faisait attention à son image et qu’il contrôlait sérieusement le peu de séances photo qu’il décidait d’accorder à quelques photographes. La séance photo avec lui a été fantastique. Nous avons fait un bon binôme, il y avait beaucoup de respect de part et d’autre sur notre travail mutuel. Il voulait vérifier chaque attitude que je lui demandais de prendre, chaque lumière que je créais pour lui, chaque cadrage alors je faisais des polaroids. Il a validé chacun de mes choix et j’ai même eu le droit à des félicitations sur mon travail.

Tu as également photographié son papa Alice Cooper…

La rencontre avec Alice Cooper a été brève mais il s’est prêté à mes demandes très facilement. J’ai un très bon souvenir de cette séance photo avec lui.

Tu as pris un cliché fabuleux de Amy Winehouse qui la montre à la fois sauvage et perdue. Penses-tu comme…le cliché populaire le veut, qu’une photo vole l’âme de son sujet ?

Non je ne pense pas qu’une photo vole l’âme de son sujet, je pense au contraire qu’elle la reflète. Je pense qu’en étant attentif et sensible on peut percevoir une partie de ce qu’est la personne photographiée, on peut témoigner par l’image d’un instant de fragilité, de passion, d’excitation, de sérénité, de peur, d’angoisse…de cette palette d’émotions à laquelle nous avons accès.

L’amie Winehouse
©Carole Epinette

Toutes tes photos sont en noir et blanc. Pourquoi ce refus de la couleur ?

Olala de grands mots ! Pas de refus de la couleur du tout. Le noir et blanc est un choix pour ce livre, cette expo. Cela évoluera peut être vers la couleur, je verrai bien. Il est vrai que je pense que le noir et blanc permet d’aller à l’essentiel de l’émotion. L’oeil n’est pas distrait par la couleur et va directement à la rencontre de l’expression et de l’émotion qui en découle.

Ac/Dc, David Bowie, James Brown, les Stones : tu as photographié les plus grands. Qui regrettes-tu d’avoir loupé ? Kurt Cobain ? 

Kurt Cobain oui, surtout que je ne suis pas passée loin de la session ! J’aurais aussi adoré rencontrer Elliott Smith. Son travail me touche profondément, ses mélodies, sa prod, ses textes..cette simplicité du coeur …j’aurais aimé immortaliser son visage, sentir son énergie.

Quelle est la journée type d’un photographe rock ?

Ah ah ah rien de cliché je t’assure ! Pas de journée type, tout est impermanence. Et en ce moment la photographe rock elle ne peut pas trop photographier de concerts puisque c’est interdit ..GRRRR

Internet et le numérique a bouleversé nos existences. Qu’en est t-il de la tienne ? Fais-tu la chasse aux blogs utilisant tes  photos non créditées et rémunérées ?

Je ne fais pas la chasse mais je surveille un peu et  l’ agence photo qui me représente surveille plus précisément ce qui se passe et me préviens quand il y a quelque chose. L’image est devenue gratuite dans la pensée de beaucoup de personnes. Il faut simplement parfois se manifester et expliquer les choses pour trouver un arrangement, pour faire comprendre un autre point de vue. Et puis parfois il faut montrer les crocs.

Tu continues à travailler en argentique ou utilise-tu des appareils numériques désormais ?

Je travaille très peu en argentique et j’ai toujours mon matériel. J’adore travailler en diapositives

Dark Angel
White Angel
©Carole Epinette

Lemmy qui te demande de s’asseoir sur ses genoux, l’intégralité des Rammstein en maillot de bain devant toi,  le regard coquin de Bertignac … As-tu eu l’impression de jouer un jeu dangereux dans un monde pas réputé pour son féminisme ?

Je ne joue aucun jeu. J’ai toujours fait très attention de ne pas mélanger les plaisirs. Je n’ai jamais joué sur la séduction pendant mes séances photos. Etre une femme et se faire respecter dans ce milieu n’est pas chose aisée alors si j’avais commencé à jouer les groupies ma crédibilité et ma carrière de photographe avaient plus de chance d’être fugaces plutôt que de s’inscrire dans la durée et moi je voulais en profiter à fond..et longtemps. C’est un choix, à chacune de le faire, il n’y a pas un bon ou un mauvais choix .Je vais pas te mentir j’ai eu quelques occasions où cela n’a pas été simple de refuser les avances.

Tes photos live sont extraordinaires. Tu réussis à capter le regard terrifiant de Trent Reznor et Daniel Darc semble faire corps avec l’obscurité !

Je suis patiente quand je photographie. J’attends LE moment, celui où la personne donne quelque chose d’intime, de personnel, , ce moment qui mixe émotion, attitude et lumière…je guette, je ressens  et je déclenche. C’est une connection qui se crée. Parfois consciente parfois non.

Tu croques Jesse Hughes des Eagles of Death Metal. Tu étais au Bataclan ?

Joker !

Monsieur Metallica en pleine répétition S&M
©Carole Epinette

Tu aimes tous les artistes que tu shootes ou certains t’indiffèrent ? En ce cas, si leur univers ne te parle pas, comment réussir la photo ?

Je n’ai pas besoin d’aimer le groupe pour le photographier. L’aimer ajoute  simplement de la passion.

Ton top 5 des meilleurs albums rock ?

Pfffft trop dur et c’est variable en plus ! Je vais plutôt te donner des noms de groupes : Queens of the stone age, Radiohead, Tool, Nine inch nails,  System of a down, Soundgarden, Nirvana,  Mark Lanegan, Elliot Smith…

Tes photographes rock ?

Pour le rock : Mark Seliger Anton Corbijn Neil Zlozower. Pour le reste : Sebastian Salgado, Steve Mc Curry, Diane Arbus et plein d’autres

Le monde du cinéma ne t’intéresse pas ?  

Bien sur que si enfin ! Mais on ne peut pas être partout. Pour Rolling Stone et Brazil j’ai shooté certains acteurs comme Albert Dupontel Romain Duris et Woody Allen par exemple

Ton profil affiche une formation en Art Thérapie. C’est Rockompatible ?

Pourquoi rentrer dans des cases définies par d’autres? Je suis aussi praticienne de pleine conscience en psychologie bouddhiste ..ah ah ah ! Et çà c’est compatible ? Nous avons tous plusieurs univers, plusieurs passions ou intérêts. Et pour se sentir complet nous faisons un mix de tout çà.

Un dernier mot pour nos lecteurs ?

OSEZ !

Carole all by herselfie
©Carole Epinette

La BO du jour.
Parce que ROCK IS DEAD de Marilyn Manson était trop évident, un titre des Kinks sur les photographies.

60 comments

  • Présence  

    Hard N’ Heavy, Rage, Best, Metal Hammer, Rock sound, Rolling Stone, Guitar Part, Rock&Folk : la vache !!! Quel CV ! J’ai donc forcément vu des clichés de cette artiste dans la première revue citée.

    Fais-tu la chasse aux blogs utilisant tes photos non créditées et rémunérées ? Un ange passe. Cette question me rappelle une phase de transition du blog.

    As-tu eu l’impression de jouer un jeu dangereux dans un monde pas réputé pour son féminisme ? Une question et une réponse très intéressantes, permettant de poser le cadre professionnel qui ne doit pas être si simple dans des métiers se nourrissant de l’émotion.

    Et en ce moment la photographe rock elle ne peut pas trop photographier de concerts puisque c’est interdit. – Je me pose régulièrement la question de savoir comment tous professionnels des métiers du spectacle vivant réussissent à gagner leur croûte depuis février de cette année.

  • Tornado  

    ouh fandechichourle j’aurais plein de choses à dire (accent du sud).
    Comme ça d’emblée : Entre le titre et la réponse « en ce moment la photographe rock elle ne peut pas trop photographier de concerts puisque c’est interdit », le rock ça sent vraiment le sapin…
    C’est triste pour notre génération de voir l’une de ses principales sources d’expression disparaître, quand on sait qu’elle a traversé les deux précédentes en les liant.
    (je reviendrai pour la suite (en mode moins pessimiste (peut-être…)))

    • Eddy Vanleffe  

      En France…
      Je suis des groupes allemand et ils sont en train petit à petit de reprendre…
      ils se sont oganisé, sans public et en libre accès, en Drive-in… d’autres encore…
      Je dis pas que c’est la joie mais ils se battent pour renaître.
      En France on a l’impression que si t’es pas à la télé, t’existe pas.

      • Tornado  

        Et oui, d’ailleurs, j’ai vu que Carole avait photographié… Merde Pokora…

  • Eddy Vanleffe  

    Interview galvanisante,
    Une personne positive qui embellit les artistes
    Marrant avant le noir et blanc dans le rock, j’aimais pas trop à cause de cet Anton Corbijn justement
    Noir Desir, Metallica, Depeche mode et U2 se sont soudainement tous ressemblé , tous dans le désert de profil avec des sonnette sur la tête ou en flou avec un iguane en gros plan…
    Je ne trouvais pas ça génial.
    mais ce n’est que subjectif bien entendu.
    ici, ce qui est beau c’est qu’on voit que la lumière…
    Bravo Bruce
    Le blog va bientôt être connu pour ses interviews je te le dis.

    • Eddy Vanleffe  

      Putain de correcteur « Stetson » …pas sonnettes…. peff…

  • Jyrille  

    Présence a raison : quel CV impressionnant ! Elle regrette de ne pas avoir pu photographier Elliott Smith, comme je la comprends (article en maturation dans ma tête). On partage pas mal de goûts : Tool, Radiohead, NIN, tous les autres cités, ça me parle carrément.

    J’allais oser la comparaison avec Anton Corbijn, seul photographe rock dont je connais le nom naturellement. Je dois toujours voir son film CONTROL.

    « Nous avons tous plusieurs univers, plusieurs passions ou intérêts. Et pour se sentir complet nous faisons un mix de tout çà. » Très belle définition et philosophie.

    Merci Bruce pour cette interview, c’est toujours un plaisir de lire des gens partager leur passion ou leur vision, a priori lorsque c’est aussi glamour et dangereux que photographe rock !

    La BO : j’adore. Meilleur album des Kinks je pense même si je n’ai écouté que leurs huit ou neuf premiers.

  • Bruce lit  

    Je n’ai aucun problème à affirmer que le rock est en voie de disparition. Il l’était déjà avant le COVID. Pour la première fois depuis les années 2000, la musique n’assure plus son renouvellement des générations. C’est triste et dramatique. Et effectivement sans concerts, le métier de Carole est sérieusement compromis. Se dire qu’on y allait en toute innocence l’an dernier. Eh…ce fut celui des Pixies.

    Si Carole a photographié Pokora, je ne suis pas étonné : c’est son job. Elle travaille sous commande d’une maison de disques, elle paie ses factures j’imagine.

    Eddy, parfois tu m’étonnes. Comment ne pas aimer les photos de Corbjin. Il y a là une énergie brute qui s’en dégage. C’est le photographe rock par excellence. Son équivalent serait PJ Harvey, une chanteuse que Carole envisagerait de mettre à la une pour un prochain volume que j’attend avec impatience.
    Vraiment ses photos de Manson et de Whinehouse sont juste époustouflantes, vous ne trouvez pas ?

    Cyrille, Corbjin a également fait la bio de James Dean : LIFE. Un autre très bon film avec CONTROL. TOus ses clips pour Depeche Mode ont une vraie signature.
    D’accord avec toi : le Village Green des Kinks déchire tout.

    • Eddy Vanleffe  

      Mais Bruce je n’ai rien contre Corbijn… il ne me touche pas et je lui trouves des « tics ».
      Mais comme je ne m’intéresse pas trop à la photographie en tant qu’art, je me garderais bien de porter le moindre jugement de valeur.
      Je me moque, mais ça… c’est moi…Rien n’est sacré chez moi et surtout pas mes artistes préférés
      sinon, moi ce qui m’étonne, c’est l’acharnement à rester sur repères….
      dès qu’on sort des frontières sur youtube on peut faire connaissance avec un tas de nouveaux groupes dans un tas de sons… donc le rock mort….je ne sais pas…Un certain rock certainement..mais un autre a déjà pris la place. il va traverser son désert oui, mais il y aura toujours un gars qui choper une guitare, comme il y aura toujours un gamin qui jouera du Mozart sur un piano.
      L’industrie musicale va morfler sévère mais la variété autant que le reste…
      après si le rock est une attitude abstraite, est-ce que a a jamais existé?

      • Bruce lit  

        Ben donne moi le nom de 10 groupes qui ont pondu des classiques ces dix dernières années..

        • Eddy Vanleffe  

          moi aussi mais je suis attaché à mon époque comme une moule à son rocher

          je suis à peu près persuadé qu’il faut poser la question à un gars de 25 ans qui est à fond sur Royal Blood, Greta Van Fleet, Rival Sons ou même Ghost pourquoi pas?
          les groupes de jeunes sont piégés entre une crédibilité qu’on ne leur laisse pas avoir et des médias qui ont décidé qu’ils étaient morts…
          rien que dans le hard blues descendant d’AC/DC ont peut citer Halestorm, Laura Cox band, The Gas, Airbournen etc…

          • Bruce lit  

            Ces groupes sont suivis par leur public mais n’ont rien commis qui aient franchi les portes du grand public.

          • Eddy Vanleffe  

            je ne sais pas j’écoute jamais des trucs grand public…^^

            et oui le rock redevient underground… Elle est pas belle la vie?

          • Bruce lit  

            Non. Car toute musique a besoin de son public et de son jeu d’influence. Le rock est une musique tapageuse et universelle. Une musique de cave n’a plus de chance de percer désormais.

          • Jyrille  

            Même si je fais le même constat que toi (rock is dead), Bruce, je rejoins totalement l’avis de Eddy. C’est un nouveau rock qui apparaît, et en ça je pense que l’esprit rock perdurera plus que la musique. Elle change tout le temps, elle évolue, tout en ayant les mêmes racines. On est bien d’accord que Depeche Mode c’est du rock ? Alors il y en a des nouveaux, plus consensuels sans doute, mais tout aussi talentueux. Là j’écoute le VECKATIMEST de Grizzly Bear, c’est indé, mais c’est connu du grand public, et j’apprends qu’il est dans la liste des 1001 disques à écouter avant de mourir.

            Comme Eddy, le rock existera, mais sera plus underground, c’est super ! Mon fils écoute tellement de trucs rock, au collège ses potes ne connaissaient pas Kurt Cobain. En 4ème, il faisait un exposé en cours d’anglais sur Elliott Smith… Bref, ce n’est pas réellement mort, mais différent.

            Des classiques depuis 10 ans ? Ben, disons, Grizzly Bear, Idles (énorme succès), Sufjan Stevens (écoute au moins son Carrie & Lowell, tu vas adorer), Chelsea Wolfe, Tool, TV On The Radio, The Black Keys, Swans…

          • Eddy Vanleffe  

            disons pour reprendre tes analogies Bruce
            Je trouve aussi que le rock a fait pas mal de tentatives de suicide.

            la recherche de cet impossible équilibre entre célébrité et intégrité rebelle est un truc qui a vocation étouffer toute flamme
            le rockeur se plaint d’être ostracisé mais rejette tout ce qui est grand public.

          • Bruce lit  

            System of a down, Whinehouse, The White Stripes, Queens of the stone age ont été les derniers groupes vendeurs et populaires qui me viennent en tête.
            Je veux bien écouter tes groupes Cyrille si on n’est pas dans du néo hippie de type Foals, Metronymy, Doors Cinema Down, Jaco Gardner, parce que là c’est pas possible.
            BLack keys : oui, c’est sympa.

          • Jyrille  

            Le groupe de rock le plus populaire actuellement ce doit être Rammstein. De façon générale, ce sont toujours des groupes qui sont datés, qui ont plus de 20 ans, dont on entend encore beaucoup parler. Sans parler des indéboulonnables Depeche Mode, AC/DC, Rolling Stones, U2, Springsteen.

          • Jyrille  

            Tente Sufjan Stevens (plus proche de Nick Drake) que Grizzly Bear (un peu Foals sur les bords oui).

          • Eddy Vanleffe  

            C’est sans doute vrai que je me marginalise, mais paradoxalement je rachète des CD, je refais connaissance avec des trucs et je cherche à nouveau des cds….
            avant cette année le truc le plus récent dans ma CDthèqe ça devait être Heavy Cross de Gossip…

          • Eddy Vanleffe  

            Oui Tu as raison Cyrille le dernier Rammstein a été un carton en France l’année dernière… (numéro 1) putain, c’était bon de voir ça. après il suffit de voir qui remplit les stades et je me dis que la bête bouge encore quand même…(quand on aime le troisième âge)
            On a a Metallica aussi
            et même localement Indochine…

          • Jyrille  

            Deux autres poids lourds en effet, merci de le rappeler Eddy ! Sinon je sais que Patrick l’a écouté, mais moi je n’ai pas essayé le dernier Rammstein encore. J’ai lâché à l’album suivant MUTTER. Jusqu’à Mutter inclus, c’est top.

          • Eddy Vanleffe  

            Rammstein je suis un inconditionnel jusqu’à Reise Reise..
            Rosenrot était constitué de chutes et
            j’ai du écouter Liebe ist fûr alle da une fois…l’envie était passée…
            Deutschland…j’ai bien aimé ce que j’ai vu sur you tube mais sinon j’ai même pas pris le cd
            j’adore leurs shows colossaux et délirant, c’est du grand guignol

          • Eddy Vanleffe  

            C’était une époque où j’était parti dans un monde Folk metal et ça me fait penser que j’ai vu que SKALD sortait un deuxième album…
            si le folk ne meurt pas, le rock vivra aussi…

          • Jyrille  

            Voilà, j’ai écouté Reise Reise et Rosenrot, en ne les appréciant pas plus que ça. Pas écouté la suite. Mais je viens de m’ajouter Rammstein (sorti l’an passé donc) dans ma liste Deezer.

    • Présence  

      Aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaarghhhhhhhhhhhhhhhhhhh !!! C’est quoi cette horreur ?!? Mais pourquoi j’ai cliqué ????????????????

      Non, je n’avais pas reconnu, mais alors pas du tout. Je me suis aperçu que la réponse est dans le titre en dessous de la vidéo. On ne peut pas leur reprocher d’avoir fait une version trop proche : il y a une vraie interprétation, une vraie appropriation. 🙂 Ça me rappelle un très mauvais souvenir presque autant traumatisant, en tout cas je m’en souviens encore 35 ans après.

      https://www.youtube.com/watch?v=m2ItB3_LZuI

      Dans le genre interprétation personnelle de Black Sabbath (mais moins traumatisante) :

      https://www.youtube.com/watch?v=_tKP6N7EhvY

      • Jyrille  

        Ne connaissant pas cet album de Black Sabbath, je n’avais pas reconnu non plus (forcément). Je ne connais pas tes reprises, je vais écouter ça plus tard pour en recauser.

        Si j’aime bien The Cardigans, c’est aussi que sur leurs premiers albums, ils font une reprise assez personnelle d’un titre de Black Sabbath (deux a priori) :

        https://www.youtube.com/watch?v=8nK4LqUyEN4

        https://www.youtube.com/watch?v=FQ70oQVos5Q

        • Eddy Vanleffe  

          HA HA HA excellente cette repise cold wave en slave de Heaven and Hell, Merci Cyrille je vais passer un bon week end… ^^
          J’adore aussi les Cardigans, mais pas trop leusr reprises en fait.

      • Jyrille  

        Alors effectivement, la seconde reprise, celle de Black Sabbath, est bien cool. Dans le même esprit que The Cardigans et aussi celles de Brel par Yuri Buenaventura : https://www.youtube.com/watch?v=E0bSJkhMKMs

        Par contre la reprise de Led Zep, dont je ne connaissais pas du tout l’existence, est un massacre.

        • Tornado  

          Contrairement à toi la liste des artistes préférés de la photographe ne me correspond pas, en dehors de Radiohead (j’ai également beaucoup le dernier album de Tool grâce à toi, mais je ne connais pas les précédents).
          Je connais bien la repris de Brel par Yuri Buenaventura. On écoutait l’album en boucle quand j’étais à Lille et qu’on voulait s’éclater.
          Je connais bien Grizzly Bear aussi. Je suis étonné que tu aimes. J’y vois un gros côté Starsailor.

          • Tornado  

            (Je répondais à Cyrille)

          • Jyrille  

            Je ne suis pas réticent à Starsailor même si ce n’est pas ma came. J’aime Grizzly Bear une fois de temps en temps, Veckatimest est vraiment un bon album, c’est juste que ce n’est pas vers quoi je vais naturellement (là, aujourd’hui, je compte bien foncer à la Fnac voir si ils ont le nouvel album de METZ qui est sorti hier).

            Pour Tool, je te conseillerai d’y aller à rebours : si tu as aimé le dernier, écoute le précédent, 10 000 DAYS, dont je ne suis pas fan, mais qui a quand même de bons moments, et qui sonne un peu comme un autre groupe du chanteur, A Perfect Circle. Ce qui fait le lien avec Queens Of The Stone Age (ils partagent ou ont partagé des musiciens à une époque). Ca devrait te parler.

            Et ensuite, toujours en remontant, tu arrives au chef d’oeuvre, LATERALUS. Mais là il faudra s’accrocher, c’est plus metal tout en gardant la même identité.

            @Eddy : merci !
            @Bruce : merci aussi !
            @Présence : j’écouterai ces reprises et repasserai ici 😉

  • Surfer  

    Très belles photos et interview intéressante.

    L’avantage que peuvent avoir certains photographes rock de talent c’est de rapidement devenir intimes et amis des stars qu’ils photographient.
    Le plus bel exemple est celui de Bob Gruen qui est devenu le photographe personnel de Lennon et l’un de ses meilleurs amis.
    Il a écrit un livre avec des images magnifiques sur la période New-yorkaise de John Lennon.
    Il était tellement intime que c’est en lisant les textes de son livre que j’ai appris le plus de choses sur Lennon.

    Concernant le rock: Non le rock n’est pas mort! Cela fait des années que l’on nous bassine avec ça.
    Il y a toujours actuellement de bonnes choses à écouter, même si je préfère le son des 60s ou 70s.
    Pour preuve, le magazine Rolling Stones a dû revoir sa copie récemment dans son classement de meilleurs albums de tous les temps. Dans sa mise à jour il a sélectionné plein de groupes actuels.
    Et même si le rock est mort…tant pis …VIVE LA SOÛL ( Ça c’est pour Bruce 😉 )

    Pour les concerts et la COVID… c’est la merde…Le dernier concert que j’ai vu c’est Springsteen en 2016 a l’Arena de Bercy ( ça commence à faire ) et j’ai raté celui de Macca l’année dernière à cause de cette saloprie de pandémie.

    La BO j’adore. Je pense aussi que Village Green est le meilleur album des Kinks si on le prend dans sa globalité. Mais j’ai aussi un faible pour Something Else by The Kinks car il y a dedans WATERLOO SUNSET et DEATH OF A CLOWN qui sont 2 merveilles musicales dont l’une est l’œuvre de Dave, le frère de Ray Davies. A elles seules elles déchirent tout.

    Cela fait du bien de parler de ce groupe grâce au blog car il n’a pas la notoriété qu’il mérite. Selon moi il est presque de la trempe des Beatles ou des Stones et je pèse mes mots. Seulement le groupe a eu le malheur d’être interdit aux États Unis ce qui a ruiné sa carrière.

  • Bruce lit  

    @Présence : oh j’adore cette reprise latina de mon titre préférée de Black Sabbath. Ces gens ont fait un album ?
    @Cyrille : pas mal non plus cette reprise goth de Heaven and Hell. Un peu linéaire sur la durée, mais j’aime bien.
    @Surfer : ça tombe bien, John Lennon aurait eu 80 ans aujourd’hui. Les Kinks : il aura manqué je pense une vraie alchimie de groupe aux Kinks pour exploser comme les Who, les Beatles et les Stones. Tu savais que Twiggy Ramirez de Marilyn Manson est un fils batard de Dave Davies ? La ressemblance est flagrante.

  • Surfer  

    @Bruce : bien vu pour Lennon…
    Je n’ai aucune mémoire des dates je savais simplement qu’il était Balance comme moi… En gros les meilleurs 🙂
    J’ignorais pour Twiggy Ramirez… Mais c’est aussi pour cela que je te lis et je que suis ton blog quotidiennement…j’apprends toujours beaucoup de choses intéressantes 😉

  • Tornado  

    On ne m’enlèvera pas de l’idée que le rock a été auto-flingué et enterré avec son élite puriste.
    A force de cliver, de décider qu’il fallait que le rock soit comme ci, pas comme ça, que ça c’est bien / c’est de la merde / de la soupe, à force de mener sans cesse le rock dans la direction stricte du post-punk, de s’enfermer dans cette doctrine, de s’y armer et de défendre la caserne avec des tanks blindés, tout a implosé.
    Quand Bruce dit que pour lui le rock ça doit être la mort, la tristesse, la douleur, je vois bien ce qu’il veut dire. Mais franchement pour 99% des gens qui entendent ça, je pense que ça va être un gros « heu…, non merci »
    Les gardiens du temple ont tout simplement refusé d’être des passeurs pour la génération suivante. résultat : Le rock va être enterré avec eux.
    Je resterai toujours un très grand fan de soft rock. Je sais que tout ne se vaut pas. Pourtant j’aime autant le soft rock que le rock séminal. Je n’écoute tout simplement pas les deux de la même manière, pour les mêmes raisons, dans le même contexte, au même moment, dans le même état d’esprit. Mais selon mon état d’esprit/mon envie/ma sensibilité/le contexte, j’adore autant les deux et j’affirme que le deux se valent. Le rock avec un grand R est plus intense, plus passionnant à explorer par le biais de la mythologie. Le soft-rock est quant à lui plus agréable, plus divertissant, souvent il propose de bien meilleurs musiciens, il est beaucoup plus complexe à produire et donc beaucoup mieux fait.
    Il y a de la place dans ce monde pour les deux courants. Je reste persuadé que si l’élite rock n’avait pas autant méprisé tout un courant du genre, l’ensemble serait resté beaucoup plus excitant pour les générations suivantes.

    Quand je pense, que tout un pan des gardiens du rock brandissent l’album des Sex pistols comme disque de chevet ultime du rock alors que, gros cas d’école, ce n’est même pas le groupe qui joue dessus (ils étaient trop nuls !) mais des musiciens de studio, ces gardiens du temple se décrédibilisent en un seul instant. Toutes ces étiquettes n’ont aucune valeur à mes yeux.

    • Surfer  

      Amen,

      Je considère les soit disant élitistes du Rock pur et dur comme des ayatollah (souvent des journalistes prétentieux sans aucune ouverture musicale).
      Heureusement les plus grands artistes du Rock (ceux qui font de la musique) ont une approche différente de cet Art. Juste pour étayer mes propos, je vais citer quelques exemples.

      En vrac, les plus grands :

      – Lennon reprend un standard reggae (Many Rivers To Cross)
      – Eric Claiton reprend I Shot The Sherriff de Bob Marley)
      – Les Kinks font de la Bossa Nova (No Return)
      – Bob Dylan dit que Vietnam de Jimmy Cliff est une chanson impressionnante.
      – Toute la musique des Rolling Stones est issue du Blues noir américain. Ils ont même prit un titre de l’immense Muddy Waters pour se faire un nom
      – Et pour finir, Macca a fait des duos avec Stevie Wonder, Michael Jackson.

      Et je pourrai citer des dizaines et des dizaines d’exemples.
      Je donne plus d’importance à ceux qui font de la musique qu’à ceux qui essaient d’en parler en glorifiant un genre et en enfermant le reste dans un carcan.

    • Jyrille  

      Je ne suis pas du tout d’accord avec ton analyse. Si le rock est mort, ou disons en moins bonne forme, c’est parce qu’il n’a pas su muter correctement. C’est la variété qui a repris le dessus, celle qui désormais est présente dans le rap : c’est le rap la musique populaire aujourd’hui. Comme Bruce, je pense que c’est au virage des années 2000 que ça a coincé. Le nu-metal a fait énormément de mal au rock, et soudainement on a vu fleurir des groupes qui remettaient le passé au goût du jour, comme The Strokes. Sauf que comme d’hab, les maisons de disque ont tellement tiré sur la corde que ça a lassé tout le monde avec une tonne de groupes inutiles, pourtant portés aux pinnacles par la presse rock (alors que c’est simplement du business, du win-win). Cela avait commencé dans les années 90, mais c’est le rap qui a remporté le pactole, le rock ne sachant plus trop quoi faire : indé ? Ah ben forcément ça ne parlera pas aux masses. Folk, soft rock ? Cool, sauf que c’est plus du rock, ça devient gentil et radio-friendly. Metal ? Ca n’a jamais cessé, même les dinosaures comme Iron Maiden reviennent en force.

      En gros je pense que les acteurs des années 90, les Smashing, les Nirvana, les QOTSA etc… n’ont pas réussi le virage. Ils ont vieilli, se sont assagis, on voulu faire quelque chose de différent, tandis que les jeunes revenaient à des sons plus anciens. Rien n’a perduré, tout le monde s’est perdu en cours de route.

  • Tornado  

    Et moi je ne suis pas d’accord avec la tienne non plus. La définition du rock c’est juste l’alliance de la batterie et de la guitare électrique. Coldplay, Maroon Five c’est du rock. Calogero aussi. C’est pas ce que je préfère hein, mais tant qu’il existera des gens pour leur refuser cette étiquette, on restera chiant et hermétique, et on dégoûtera plein de monde. Et ils auront raison.

    • Eddy Vanleffe  

      Je suis assez d’accord avec Tornado
      Les jeunes pousses du rock, j’ai parfois’ impression que ne leur laissera pas obtenir la crédibilité à la quelle ils peuvent prétendre.
      Ma définition du rock est super basique: guitare, basse, batterie…mais pas que… saturation mais pas obligée tout le temps. Tous les tempos.
      Grosso-modo.
      J’aime pas les trucs qui ressemblent à des dogmes, Les Beatles ont défoncé les dogmes, c’est parlant ça non?
      Est-ce que j’aime tout? Non mais j’ignorais que c’était dans le contrat
      Est-ce que j’aime que ça? Non plus, c’est pas un boulot à plein temps.

  • Jyrille  

    C’est pour ça que nous ne sommes pas d’accord. Pour moi le rock n’est pas défini par sa forme mais pat son fond. Et peu importent les étiquettes, les gens écoutent ce qui leur plaisent. Mais jamais je ne dirai que Maroon 5 fait du rock. Alors que Depeche Mode et Public Enemy si.

    • Tornado  

      Effectivement. On n’est pas fait dans le même moule sur ce coup là. Je refuse en bloc de définir le rock par le fond. Contrairement à beaucoup d’élitistes je trouve qu’en faisant ainsi on lui impose une doctrine de l’attitude. On l’enferme, on l’étouffe, et il crève…

      • Jyrille  

        Je comprends ton point de vue mais du coup je vois les choses différemment : pour moi justement il est libre de prendre la forme qu’il désire. Plus que d’attitude je parlerai de fondement, d’essence. Mes groupes de rock préférés n’ont souvent aucune attitude ou fringues balisés.

        • Tornado  

          Rassure toi je comprends aussi ton point de vue. Ce n’est rien de le dire, d’ailleurs, tellement j’ai passé ma vie avec des gens qui pensent plutôt comme toi que comme moi (et des gens que j’aime énormément, je précise). Mais j’ai beau retourner un milliard de fois les choses dans ma tête, la conclusion est toujours la même : Je ne suis pas d’accord ! 😀

          • Bruce lit  

            Alors bien évidemment, je me reconnais d’avantage dans la définition de Cyrille que la tienne Tornado.
            Après 60 ans d’existence, le rock est impossible à avoir une définition exacte. NIN, Krawftwerk, Depeche Mode, c’est du rock aussi.
            Pour ma part, c’est une osmose entre une musique sombre / dérangeante / provocatrice, une attitude, une esthétique des décibels et une identité sonore.
            La fin du rock : je sais bien que tu détestes la presse rock Tornado, mais là, comme tu y vas ! Accuser la presse d’avoir coulé le rock, c’est comme si je disais que Auto + a provoqué l’effondrement du marché automobile !
            En 30 ans dans les transports en commun, je n’ai croisé que deux fois quelqu’un lisant la presse rock ! Deux fois !
            Une presse qui n’existe quasiment plus, 80 ù des titres en kiosques ont disparu en 15 ans.
            Ce que tu énonces ne concernes que les musicophiles, ceux capables de débourses 7€ par mois pour lire leur passion musicale. On enlève donc la moitié d’une audience qui n’en a que faire.
            Dans les 90’s le simple fait de voir un artiste en une des Inrocks me dissuadait de tenter l’écoute tant leurs lignes éditoriales différaient de mes gouts. Mais j’achetais autre chose.
            La presse rock est mondiale, elle n’a pas provoqué l’effondrement du marché. Moi j’en vois au moins 3 raisons :
            *Internet : les artistes ne vendent plus leurs disques. Les maisons de disques n’ont rien compris et pressé le citron des fans trop longtemps. Aujourd’hui elles n’ont plus les moyens de promouvoir dignement un artiste. Le contexte de censure morale ne permet pas de tenir vent debout contre les déclarations outrancières d’une rock star camée.
            *Justement en terme d’outrance et de provocations, celles d’un Morrison ou d’un Manson paraissent désormais dépassées par celles d’un Berlusconni, d’un Trump ou d’un Sarkozy. Les excès ne sont plus l’apanage du rock, ni le son et lumière. Les explosions de Rammstein font rigoler en comparaison d des Twin Towers détruites par les autres tarés d’Al Qaida. Le rock, comme les super héros a été dépassé par la réalité. Ses fantasmes de destruction et d’Anarchie n’ont plus que des relents de vue de l’esprit.
            *N’oublions pas enfin, que la musique dominante est le rap désormais. Les jeunes n’en ont rien à foutre du rock. C’est triste mais c’est comme ça.

  • Tornado  

    En fait je ne m’en prends pas exclusivement à la presse rock mais à l’ensemble des gardiens du temple. Dont Cyrille et toi faites partie. Entendons-nous bien : Vous êtes mes amis, je vous aime et je vous respecte. J’ai beaucoup d’affection pour vous, même si je n’ai encore jamais rencontré Cyrille en chair et en os. Et comme j’aime le répéter souvent, mes meilleurs amis ont strictement des goûts opposés aux miens. Et puis tant mieux après tout ! Mes attaques sont donc essentiellement des attaques de principe. Elles sont idéologiques, et jamais portées sur l’intégrité de la personne.
    Ceci étant dit je pense sincèrement que les gardiens du temple ne font que répéter les même choses sur la prétendue rock attitude depuis 40 ans et que c’est complètement dépassé et obsolète. Je l’ai déjà dit mais je renifle les mêmes formules de la presse rock à des km et je repère immédiatement lorsqu’il s’agit d’une litanie que j’ai déjà lue et entendue un millier de fois. J’ai horreur qu’on essaie de me faire sentir que je n’y connais rien parce que je n’entre pas dans le moule d’une idéologie.
    Du coup je me mets un peu à la place de cette jeunesse qui se retrouve face à tous ces vieux cons (et pour le coup je me mets aussi dedans puisqu’on a le même âge (les vieux cons)) qui leur expliquent de manière hautaine ce que doit être le rock et par extension la musique en général. Pas étonnant qu’ils se barrent en courant !
    Mais après tu as raison ce n’est pas ça et seulement ça qui fait la mort du rock. Tous tes arguments au dessus sont également convaincants. Mais disons que la doctrine du rock comme étant une « attitude » avant d’être une musique, ça n’aide pas. Je trouve ça tellement dommage de tenter (de s’entêter !) à définir le rock comme ça !
    Le rock a été largement le courant musical le plus riche de l’histoire de la musique. Raillé au départ par les jazzmen qui pensaient que c’était de la merde, le rock a conquis tous les courant et n’a cessé de s’enrichir , notamment lors des années 70 où il a fusionné avec tous les autres genres, le jazz en premier lieu (le jazz-rock (Miles Davis n’ayant jamais caché son admiration pour Hendrix et enregistré le premier album de jazz électrique -IN A SILENT WAY- dans la foulée)), la musique classique (le rock symphonique, le rock progressif), la soul (le rock sudiste, la country-soul de Memphis), le raggae (le ska anglais), et plus tard l’électro (de Tangerine Dream à Moby, la liste est longue) et le hip hop (Beastie Boys, Eminem). Qu’est-ce que l’attitude vient foutre dans ce panorama ? L’attitude est une litanie imposée par la presse rock depuis Nick Kent. C’est une doctrine. Moi je fous ça aux chiottes. Et dieu merci je ne suis pas le seul.
    Alors voilà, quoi, sur ce registre on ne sera jamais d’accord. Mais je vous aime quand même ! 🙂

    • Fred Le Mallrat  

      Pour moi c est pas une attitude.. c est plus une sincérité..
      Il y a du rock qui est trop marketté..
      Pour moi Muse, Coldplay ou U2 apres Achtung Baby.. c est plus le rock tel que je le concois..
      Mais là encore, c est la réception.

      L art (et là je compte la moindre bouze.. tel le soap du moment) c est autant l intention de l auteur que la reception par le spectateur/lecteur/auditeur…
      Ce dont on parle tous ensemble c est ce point entre l intention et la reception.. nous sommes tous partie intégrante du processus sauf qu on a chacun notre perception.

      Ma def du rock est perso comme ma def de qui est Steve Rogers..

      • Tornado  

        Que chacun ait sa définition est concevable. Qu’elle devienne une doctrine c’est autre chose.
        Je ne suis évidemment pas d’accord avec cette notion de sincérité. Ça c’est une litanie obsolète. Les Eagles faisaient un rock sirupeux avec beaucoup de sincérité. Et je rappelle une nouvelle fois que les Sex Pistols ne jouent même pas sur leur album… Elle ne vaut rien cette formule à mes yeux.

  • Fred Le Mallrat  

    Pour les pistols j ai déjà vu des images des enregistrements et j ai lu là plusieurs articles ave references sur wiki où on parle bien de leur enregistrement… et j ai lu plusieurs bouquins sur e punk où Roten et les autres en parlent.

    Le groupe est pseudo préfabriqué mais Rotten/Lyndon a composé et ecrit.. ainsi que d autres.
    Il y a une exagération dans ce coté préfabriqué..

    Je pense que c est une legende.

      • Fred Le Mallrat  

        La confusion vient souvent de ce que les gens pensent qu’était Sid Vicious.. qui lui n a pas joué ou n a joué que sur 2 morceaux mais en même temps il n etait pas le groupe au départ (il aurait fait partie d une premiere formation de Siouxise & The Banshees .. et Siouxsie faisait partie avec lui d’une bande qui suivait le groupe partout.. on la voit souvent dans des images de l epoque non loin des Pistols).

        Sid Vicious est arrivé alors que la plupart des enregistrements avaient été fait.. Il remplace Glenn matlock qui avait déjà enregistré la plupart des morceaux.

        • Fred Le Mallrat  

          Ca vient aussi des doctrines des fans du rock des 70’s.. avec eux aucun punk ou post punk n etaient vraiment musiciens..
          Si t es pas aussi technique que Clapton ou Satriani ou Hendrix.. c est pas de la musique.. y a que la technique qui compte..
          Donc apres c etait les trucs que machin jouait pas vraiment, truc était toujours en playback…

          Là aussi de la doctrine

  • Eddy Vanleffe  

    Je sais que vous allez me tomber dessus à bras raccourci mais pour moi le rock c’est quand même plus une forme au moins auditive… si ce que j’entends n’a pas de guitare, je ne vais pas spontanément me dire que c’est du rock…
    l’association guitare/Basse/Batterie, c’est un peu la base. après oui on s’élargit on va pas rester sur les mêmes trois notes ad vitam eternam.
    gamin j’étais vraiment choqué de voir que le hard était quasiment écarté de la culture rock alors qu’on se pignolait sur Thriller de Jackson. le gars c’est Fred Astair qui se tient les boules et Quincy JOnes qui fait la moitié du boulot
    Depuis j’ai pu rallier ou au moins comprendre, mieux même accepter cet état de fait.
    Mais bon voilà, je reste avec mes kiffs, et quand on me dit c’est pas rock… et bien tant mieux à la limite parce que si le rock c’est les Libertines, You can just count me OUT! (et il n’ y aura pas de in pour faire l’hypocrite de dernière minute)
    MOi j’aime les bosseurs et les gens talentueux avec un sens mélodique qui se rapproche du mien.
    En fait dans la plupart des cas, je suis assez « rock canal historique » jusqu’au grunge et à la brit pop.
    là j’ai décroché pop clairement. Cardigans, House of love, Midnight Oil, Garbage et tout ça, ça m’a réconcilié avec l’actualité de l’époque et puis je me suis intéressé aux frenchies de Matmattah, Merzhin, Dionysos. Niagara, c’était vachement riche
    et comme on le dit dans le top de Patrick tous ces groupes qui font du mélange Rob Zombie, Rammstein, Paradise Lost, Moonspell etc..
    Bref tout ça pour dire j’étais persuadé être assez rock dans l’ensemble jusqu’à ce que vousme disiez le contraire.
    je n’ai pas la culture Rock et folk donc je me reconnais même si nos gouts n’ont rien à voir avec Tornado.

    • Jyrille  

      Chacun a sa propre définition du rock, et personne n’a dit que tu n’en écoutais pas, Eddy.

      • Eddy Vanleffe  

        Non, pas comme je le caricature. ^^ mais une pensée qui dit ça c’est du rock et ça c’en est pas amène à certaines conclusions…
        En toute amitié hein?
        On écoute ce qu’on veut…

        • Jyrille  

          Oh ben oui ! 😀

          • Tornado  

            @Eddy : Dans mes bras ! 😀

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *