La fièvre jaune : les mystères du yellow border

Collector : Les Maîtres de l’Univers

Par OLIVIER BONNARD

Animée par le romancier et l’un des plus grands collectionneurs de jouets vintages en France Olivier Bonnard, la rubrique COLLECTOR vous propose de revisiter chez Bruce Lit l’histoire du jouet geek dans la culture populaire. Retrouvez-le sur sa page Facebook et/ou celle consacrée à sa collection impressionnante de jouets : MacflanMuseum.mask_0

Alors que la franchise Maîtres de l’Univers connaît une nouvelle jeunesse, entre le docu Netflix (Power of Grayskull), le reboot du dessin-animé conçu par Kevin Smith et le nouveau film dans les tuyaux pour effacer le douloureux souvenir de celui de 1987, penchons-nous sur les origines du phénomène, et plus particulièrement sur les mystérieux blisters vintage « yellow border »

C’est une énigme plus impénétrable encore que les statues de l’Île de Pâques, un mystère plus insondable que la longévité de Michel Drucker: le mystère du « yellow border », ce liseré jaune qui entoure certains blisters vintage des Maitres de l’Univers : ceux produits en France de 1985 à 1987. Qui l’a mis là ? Pourquoi ? Quelle est la signification de cette étrange marque jaune ? Certains ont tenté de résoudre le casse-tête : on ne les a jamais revus. Une chose est sure : le yellow border rend fou. Les derniers Musclor passés sur eBay dans cette version se sont arrachés plus de 2000 euros. Cher lecteur, tu pénètres dans le territoire du yellow border à tes risques et périls.

Musclor made in France

Musclor made in France

Flashback. Les Maîtres de l’Univers débarquent dans les magasins de jouets français dès la rentrée 82, mais c’est véritablement en 1984 que le phénomène Musclor se produit: c’est en effet en janvier qu’Antenne 2 commence à diffuser, dans Récré A2, le dessin animé, qui agit comme un giga spot de pub. Dès lors, les figurines bodybuildées se vendent comme des pains au chocolat, et les magasins de jouets sont souvent en rupture de stock. Afin de faire face à la demande, Mattel France lance une production nationale avec une usine de la Vallée du plastique, à Oyonnax

Il y a, dans l’excellent livre « Tout l’art des Maîtres de l’Univers »*, tout un chapitre dédié à « l’histoire française des Maîtres de l’Univers », et signé de notre Reg national, l’un des tauliers du magasin de jouets de collection Lulu Berlu**, à Paris. « En 1985, peut-on y lire, 85% des Maîtres de l’Univers vendus en France sont fabriqués sur place. » Et cette production alimente non seulement le marché hexagonal, mais les voisins européens. Si ces MOTU (Masters of the Universe) made in France sont aujourd’hui particulièrement prisés, c’est à cause des subtiles variations de sculpture et de peintures qu’ils présentent par rapport à la production taïwanaise ou malaysienne. Ainsi le Maître d’armes vert pomme ou le Musclor à cheveux jaune paille sont-ils des exceptions françaises. Mais la vraie originalité des MOTU made in France, c’est ce fameux liseré jaune qui fait comme un cadre autour des blisters, et leur confère un cachet particulier, un supplément d’âme. Pourquoi ce liseré ? Qui en a eu l’idée ?

J’ai retrouvé la trace du patron de l’usine d’Oyonnax, il y a quelques années. Il m’avait expliqué qu’il sous-traitait la fabrication des cardbacks (le support carton sur lequel est fixé la bulle) à une petite entreprise de la région, mais que l’initiative du liseré jaune revenait surement à quelqu’un du marketing chez Mattel France. Problème : Mattel France a balancé toutes ses archives à la poubelle. Le mystère reste donc entier.

 

Sainte Trinité du YB

La Sainte Trinité du YB

Nessie du toy

Mais il existe une énigme dans l’énigme, si je puis dire. L’existence ou non de certains personnages en blister yellow border, notamment Fakor, le sbire robotique de Skeletor qui ressemble comme un (faux) frère à Musclor (normal, c’est un repaint). Celui-ci est bien sorti en France, en 1983, d’abord en blister canadien francisé au moyen d’un bête sticker rouge, puis en blister français dit « trapèze » (le nom du perso est inscrit, uniquement en français, dans un trapèze rouge), puis en blister euro (le nom du perso est affiché en français ET en anglais : Fakor/Faker. Mais existe-t-il un Fakor YB ? Pour Reg, de Lulu Berlu, la réponse est non, et pour cause : les ventes de Fakor en 1983 n’avaient pas été bonnes. Aucune raison, donc, pour que le perso ait été réédité en 1985 sous blister YB.

Mais alors, quid de cette photo, floue, où l’on voit un Fakor dont le blister semble orné du liseré jaune ? Fabrication maison d’un fan hardcore? Fake ? Un fake de Fakor, voilà qui ne manquerait pas de piquant ! À moins qu’il ne s’agisse du real deal : un vrai Fakor YB, le Nessie du toy. Quelques uns veulent y croire, et mettent en avant que certains persos ont été fabriqués en France, mais pour une exploitation à l’étranger (c’est le cas, par exemple, de Fisto, très populaire en Allemagne.) Ainsi, il pourrait exister un Fakor YB, made in France donc, mais distribué en Allemagne, en Belgique ou en Grande-Bretagne.

Demonia YB

Demonia YB

Demonia (Evil-Lyn) nourrit, elle aussi, bien des fantasmes. En effet, si le personnage n’a jamais été distribué en France, il existe cependant une Demonia YB, du moins si l’on en croit la photo de grayskullmuseum.com, qui reste le site de référence en matière de YB. Sauf que ladite photo… est extraite d’un catalogue. Dans les faits, personne n’a encore jamais croisé une Demonia sous blister YB. Est-elle restée à l’état de prototype ? Ou bien a-t-elle distribuée, au compte-gouttes, dans certains territoires ? Mystère et boule de gomme.

Plus de trente après leur disparition des magasins de jouets, les Maîtres de l’Univers n’ont pas encore livré tous leurs secrets.

musc_4

* « Tout l’art des Maîtres de l’Univers », Huginn & Muninn, 320 pages

** Lulu Berlu, 2 rue du Grand Prieuré 75011 Paris, métro Oberkampf (ligne 9)

——

La BO du jour : à défaut de ligne jaune, on prendra la blanche…

35 comments

  • Manu  

    Très bon article… Mais je ne peux pas être objectif puisque j’aime énormément tout ce qui touche de près ou de loin aux MOTU.
    Intéressant de voir ces fameuses variations qui déchaînent les passions des collectionneurs.
    Question qui n’a rien a voir avec les YB : quelqu’un sait-il où l’on peut trouver les mini- comics qui étaient livrés avec les personnages ? Ou du moins trouve un site qui les auraient scanné?

    • Nikolavitch  

      il me semble qu’un éditeur US a tout réédité y a quelques années…

      • Manu  

        What??? Purée je dois absolument assouvir ma quête de lecture de ces petits bijoux. Merci du tuyau 😀

      • Manu  

        Ooooh purée de punaise de petits pois! MERCI beaucoup !!! 😀

  • Tornado  

    Rigolo cet article sous forme d’enquête policière ! 🙂

    Les MOTU sont sans doute les derniers jouets que j’ai dû posséder, avant de grandir définitivement… J’avais tous les personnages que l’on voit dans l’article, à l’exception de Demonia (quand à savoir si c’étaient des YB…). Mais je n’avais pas le magnifique château de Skeletor, à ma grande frustration !
    Il y a quelques années, j’ai failli me laisser tenter par un gros lot sur e-bay, qui regroupait quasiment toute la collection des MOTU, avec château et tout (mais comme ça, uniquement les figurines sans packaging). J’ai renoncé in extremis et je pense que j’ai bien fait : Où diantre aurais-je la place d’exposer tout ce barda aujourd’hui ??? Déjà que j’ai recouvert les étagères de ma salle de cours de jouets et autres pochettes de disques vintage…

    Je ne savais pas que les MOTU étaient sur le point d’être relancés. par Kevin Smith ??? Avec un film ??? Et ça sort quand tout ça ?

    • Olivier Bonnard  

      Merci Tornado 🙂

      Kevin Smith, c’est la série; le film, lui, semble être en stand-by, aux dernières nouvelles..

      Si tu as eu tes MOTU entre 85 et 87, il y a de grandes chances pour que cela ait été des versions YB – le cas échéant, si tu les avais gardés neufs sous blister, tu serais riche aujourd’hui!… Mais tu aurais été un môme bien inquiétant^_^

      Les MOTU, comme les figurines Star Wars, ça se collectionne bien en loose. Perso, j’ai fait une petite mise scène avec le Château des Ombres, le Tigre de combat, Stridor et mes persos préférés, et ça déchire!

      • Bruce lit  

        Bon sang de bois, un animé des MOTU, pour une fois, je suis preneur pour oublier la nullité absolue des années 80 et ce, même si le documentaire Netflix montre des artisans consciencieux.
        Toujours un plaisir de te lire cher Olivier. 2000€ un Musclor Yellow Border, c’est surréaliste. Je me demande ce que je ferais avec une telle prise ? Il est très très probable que je le revende, n’étant pas collectionneur dans l’âme. En quelques semaines mon fils a décapité, démembré, énucléé les jouets de mon enfance qu’il me restait dans une caisse : Maîtres de l’univers (Cobra Kahn), Chevaliers du Zodiaque ( MÛ du Belier), Captain Power, le Doom des Guerres Secrètes, c3p0 de Star Wars, des jouets quarantenaires : ils sont tous morts entre ses mains. Seul survivants de ce carnage : Fok et Chewbacca….
        Et vous savez quoi ? Je ne regrette pas les lui avoir donné ! Un livre, un jouet, un disque, ça vit, ça meurt, comme nous. Il est logique qu’à défaut de tuer le père, mon fils massacre ses jouets…

        • Olivier Bonnard  

          Merci Bruce!

          Hé hé,. Moi je sais ce que tu ferais avec une telle prise: tu composerais sans attendre mon numéro de portable, et je t’en débarrasserais fissa, ravi de l’ajouter à ma collec et de financer tes prochaines vacances en Thaïlande!

          A part ça, je te rejoins à 100% concernant le destin de tes jouets d’enfance. Idéalement, tu les transmets à tes gosses, et ils en font ce qu’ils veulent. Encore faut-il les avoir conservés.. Hélas pour moi, les miens ont été perdus. Sans ça, qui sait? Je ne serais peut-être jamais devenu un chasseur de jouets, et je n’aurais peut-être pas écrit « Collector ».. 😉

          • Chip  

            Chasser du vieux jouet, c’est par définition s’attaquer à une espèce en voie de disparition. Je ne vous félicite pas.

  • Présence  

    Un article aussi pointu que passionnant, et pourtant…

    Les mystérieux blisters vintage yellow border – Pas évident d’intéresser un lecteur à la couleur de la bordure d’un bout de carton. Il n’empêche que j’ai lu l’article d’une traite, à la fois pour découvrir l’aboutissement de l’enquête, à la fois pour ce qu’elle dévoile d’une industrie quia fait vivre des employés.

    Fakor, le sbire robotique de Skeletor – Quel rebondissement ! À l’ère du tout informatique, il est parfois difficile d’accepter que les traces du passé (pas très lointain en l’occurrence) peuvent si facilement tout disparaître.

    • Bruce lit  

      Ce qui est extra avec les MOTU c’est de se raconter une histoire qui n’a jamais eu lieu autrement que dans l’imaginaire des gosses. Les emballages fournissaient des scènètes, des plateformes incroyables de rêves et d’aventures.
      Je m’y perds désormais : j’ai dû posséder Fakor (à moins que ce ne fut mon cousin).
      Le dernier dont j’ai vraiment le souvenir d’avoir ouvert un paquet, c’est Moussor !

      • Olivier Bonnard  

        Moussor, tu t’en souviens forcément, à cause de son odeur!

        N’empêche, quand ils ont sorti Super Moussor, là ça commençait à sentir le sapin
        (OK, je sors…)

    • Olivier Bonnard  

      Merci pour ton com, Présence! Oui, j’ai bien conscience que les mystères du yellow border, c’est très pointu! Mais il existe, parmi les collectionneurs MOTU, une secte que l’affaire passionne 🙂

      Et puis, comme tu le dis, elle témoigne, cette affaire du Yellow Border, d’une époque, pourtant pas si reculée, où même un géant comme Mattel avait recours à des méthodes relativement artisanales.. Et comme Mattel France a jeté ses archives, les détectives amateurs se régalent à reconstituer la très funky aventure française des Maîtres de l’Univers. Ce n’est quand même pas rien de se dire que 85% des Musclor, Skeletor and co. vendus en France en 1985 était fabriqué sur place! Et que cette production maison alimentait toute l’Europe!

  • Kaori  

    Ça c’est un article peu commun. Avec une interrogation qui ne me serait jamais venue à l’idée ! C’est vraiment drôle comme postulat : enquêter sur un liseré jaune dont tout le monde se fout (sauf un) !
    L’enquête est pourtant passionnante et l’article se lit avec plaisir.
    Merci pour ce petit voyage dans le temps plein de détails.

    Je n’ai que peu de souvenirs des MOTU : le générique, le tigre et la figurine que mon cousin avait, Skeletor et personnage qui ressemblait à un fantôme… Et cette histoire de visage qui tourne, ça me dit quelque chose aussi…

    • Olivier Bonnard  

      Merci Kaori 🙂

      Tu veux sans doute parler de Spectror?

      Maskor (le perso avec la tête qui tourne) a bien marché en France, normal qu’il te dise quelque chose 😉

      • Kaori  

        Non je parle du petit personnage avec un chapeau, sans jambe et qui volait, ami de Musclor. Un peu le Nono de Musclor…

        • JP Nguyen  

          Ce personnage, Kaori, c’est Orko

  • Trumanshower  

    Belle investigation !!!
    Prochaine étape : le mystère des figurines « Super » !

    • Olivier Bonnard  

      Hey Amaury, trop cool de te lire ici! Tu as toujours ton Lezor YB? 😉

      Tu as raison, j’aurais dû faire un paragraphe sur les Super! Rhaaaa….. Next time!

      • Bruce lit  

        Hein ? C’est quoi les Super ?
        Question pour un spécialiste : Moussor était commercialisé avec un parfum de synthèse. Vu les normes drastiques aujourd’hui, serait-ce encore possible ?

        • Olivier Bonnard  

          Une bonne question, ça! Aucune idée.. Les poupées Charlotte aux Fraises aussi étaient bien odorantes… Ah, les ’80s…

          Les « Super », c’est la dernière wave MOTU, quand Mattel a tenté de relancer des ventes qui commençaient à s’essouffler en ajoutant le préfixe « Super » au nom des personnages (arf!)
          Il en existe sept (huit en comptant Super Modulok), et… *SPOILER ALERT*, j’en balance un ce weekend au Macflan Museum 😉

  • JP Nguyen  

    Je crois l’avoir déjà dit, mais dans la grande secte des collectionneurs, je ne fais pas partie de la faction « Mint in Box » mais plutôt « Opener ». Du coup, le packaging, ça ne me branche pas des masses.
    Concernant les MOTU, je me suis surpris à acheter le crossover MOTU/Cosmocats cet été… et à trouver ça divertissant et bien foutu, en plus !

    • Olivier Bonnard  

      Un « Opener »!!!!! Vade retro, satanas! ^_^

      • Chip  

        La légende raconte que des commandos d’openers font des raids, la nuit, chez les collectionneurs mint.

  • aljekyll  

    Génial!
    j’habite pas loin d’oyonnax et si ça se trouve mes jouets venaient de là bas!
    Grand fan de musclor, je faisais parti du club et j’attendais les goodies tous les mois, j’ai encore le bracelet jaune.
    C’était magique toutes ces figurines de l’époque, musclor, cosmocats, big jim, gi joe,…

    Par contre le dessin animé a bien vieilli, je préfère y penser que les regarder.

    • Olivier Bonnard  

      Ah, le fameux Club des Maîtres de l’Univers, avec tous ses goodies… J’en ai un seul: un jeu de taquin où il s’agit de reconstituer l’image de Musclor – encore faut-il arriver à le reconnaître, car les illustrations sur ces goodies étaient très approximatives.

      Pour le DA, je pense que tu as raison de t’en tenir à ton souvenir… 😉 Et puis, il y a une nouvelle série sur Netflix.

  • chris  

    Oui les YB, je me souviens d’un article de feu 10ème planète qui en parlait.
    je me rappelle gosse d’un rayon Métro bourré de MOTU…..Mon père m’avait acheté Océanor et musclor battle armor. Bé ouais toute une époque….Y’a des flashs comme ça qu’on oublie jamais !! Comme mon voisin qui était venu à la maison avec le transformer chop shop ! des heures de jeu !! il est revenu des années plus tard avec sa soeur….là aussi des heures de jeu lol lol mais j’étais déjà plus grand !!

  • Musclor  

    Bonjour amis collectionneurs de yellow border !

    J’ai un un Musclor yellow border à céder pour les intéressés.., contacté moi 🙂

    • Bruce lit  

      Je transmets ton message à Olivier Bonnard.

  • Jyrille  

    Très bon article, qui me rappelle que je n’ai toujours pas vu les documentaires Netflix sur les jouets… Il va bien falloir.

    C’est une véritable enquête que l’on suit ici, c’est assez fascinant. Je n’avais aucune idée de cette production hexagonale, ne m’étant jamais posé la question à mes 10 ans, d’où provenait mes jouets. Je pense qu’à l’heure actuelle, nos enfants sont bien plus au fait que nous de ce genre de pratiques…

    Merci donc pour la culture Olivier !

    La BO : je n’ai pas cette grosse compile, je ne connaissais pas cette version. D’ailleurs il faut que je rechoppe les premiers Bashung, dont ce Roulette russe.

    • Olivier Bonnard  

      Merci beaucoup Jyrille ! 🙂

      Le docu Netflix sur la saga MOTU est très recommandable, de même que l’épisode de The Toys That Made Us qui lui est consacré 😉

      • Jyrille  

        C’est ça ! Je vais m’y mettre…

  • Christophe St-G  

    …non, il n’y a jamais eu de Fakor en carte Yellow Border. Réginald a raison, le personnage n’avait absolulement pas marché, et n’a donc pas été reproduit. Le premier Fakor made in France était sorti en même temps que les premiers Dentos & Triclops, sans liseret jaune autour de la carte. Qui d’ailleurs eux-même, n’avait pas l’anneau du guerrier à coté de leur tête grace à la forme du blister, comme l’ont étés les cartes Américaines !!! Allez HOP, j’ai lancé une nouvelle recherche….. 😛

  • Christophe St-G  

    …bref, un Fakor Yellow Border serait, comme son nom l’indique, …un fake !!!!

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *