Fin de saison 8

Fin de la saison 8

Un bilan porté sur l’épaule de BRUCE LIT

Illustrations de JP NGUYEN

Voilà, c’est fini !
Depuis 8 ans, Bruce lit a à cœur de publier un article par jour sur la culture comics/manga/Bd et cinéphile. Beaucoup ont parfois du mal à suivre le rythme mais tout ceci ne diffère pas tellement d’une page culture que vous liriez dans votre quotidien préféré.

Bruce Lit c’est un rendez-vous, un espace de rencontre voire de lien social en plein COVID, d’interviews d’artistes renommés, oubliés ou émergents, de discussions et d’échanges. C’est aussi le journal de bord de l’équipe qui permet une photographie fidèle de notre état d’esprit du moment.


Pour moi, c’est encore bien plus avec cette anecdote : le 06 juin au matin, j’ai un accident et me démet l’épaule droite. S’ensuit une épreuve éprouvante de 4 heures où souffrances physiques et psychologiques vont se conjuguer au participe très chiant.

Symboliquement, c’est une descente aux enfers toutes proportions gardées : passer du ciel ouvert au camion des pompiers puis le hall des urgences, le sous-sol de la radiologie, le bloc puis, enfin l’inconscience, est une experience un peu mystique où chaque étape nous éloigne de la vie quotidienne : celle entouré de sa famille, de ses amis et de ses lecteurs pour n’être qu’un numéro sous des néons blafards. Passer du signifiant de la vie à l’insignifiant d’un soigné.

Mon épaule est déboîtée, la souffrance quasi-intenable. Se lever, marcher, bouger sa main tout ceci demande à être réfléchi, pensé, anticipé et il faut supporter de voir ce corps qui m’abrite depuis si longtemps, tordu, difforme, cassé.

La manœuvre des internes échoue. Malgré le gaz anesthésiant qui n’agit pas, malgré ma tentative de me réassurer avec le courage d’un Frank Castle ou de Matt Murdock, je hurle à la mort comme jamais lorsque l’épaule est déboitée une seconde fois, cette fois par l’équipe médicale.
La limite entre le fantasme (être brave et fier envers et contre tout) et la réalité (se sentir écartelé et paniqué par cette souffrance qui ne veut pas s’éteindre) est franchie. La honte de ne pas être si fort que l’on pensait, de ne se sentir qu’un bout de viande enragée qu’il faut calmer, traduire le regard paniqué de l’équipe autour de moi qui a sous-estimé l’ampleur des dégâts.

Du coup : anesthésie. C’est pire : la réaction à la morphine est désastreuse. Des hallucinations se produisent instantanément. Je vois mon corps fondre comme du sucre après une goutte d’eau, sensation apparente à celle d’une mort imminente. Tout est noir, vide, neutre. Le sentiment de n’être qu’une flammèche de vie qui ne doit pas s’éteindre.

Il me faut de nombreuses minutes pour me rendre compte que cette masse devant moi est mon corps, que ces chiffres qui défilent, c’est juste une pendule.
Je tente de parler mais je ne reconnais pas ma voix. Je fais une pause de quelques secondes puis retente de prononcer mes certitudes pour me sentir en vie. Lorsque j’y parviens enfin, je m’entends enfin pouvoir dire le nom de mes enfants puis celui de mon blog, de la Bruce Team et même la thématique Xmen qui vient de s’achever.

J’arrive à rire. Faiblement, douloureusement mais je me sens enfin vivant et c’est à ça que j’associe cette petite entreprise qui nous rassemble depuis presque une décennie. Être vivant. Aimer ou détester, qu’importe mais ressentir, réfléchir, analyser et communiquer, c’est ce qui fait notre identité chez Bruce Lit et c’est tout ce dont j’ai été privé ce matin là. Les couleurs reviennent, l’espoir enfin d’aller mieux et les jours passent cruels sans que je puisse écrire autrement que dans la douleur.

Le plaisir est revenu avec beaucoup de travail pour retrouver cette motricité et surtout l’impatience de continuer cette aventure. Bruce Lit, c’est une pulsion de vie !

Ce qui est sûr, c’est que la saison 9 arrivera dès septembre. C’est le moment de faire une haie d’honneur à Manu, qui nous quitte pour se consacrer à ses projets personnels et sa chaîne Youtube autour de la musique. Toute l’équipe salue sa bonne humeur, sa simplicité et son authentique gentillesse.

Pour le remplacer, la candidature de JB s’est imposée d’elle-même. Très actif sur Facebook, JB partage avec toute l’équipe et commente chez Bruce Lit depuis quelques années. Son expérience de blogueur pour TOP COMICS est également un élément déterminant pour réinstaller un peu de comics mainstrean en léger recul cette saison au profit du cinéma, du rock et du francobelge.

Tout le reste de l’équipe reste inchangée et toutes les rubriques (FIGURE REPLAY, LE DEFI NIKOLAVITCH, LA LOI DES SERIES et le BULLSHIT DETECTOR) reconduites. Merci également à Présence, Cyrille, Kaori et Eddy d’avoir participé à transformer la page Brucelitleblog en véritable experience interactive.
Merci à tous lecteurs visibles et invisibles d’avoir permis cette petite aventure en experience de vie imminente et nous nous retrouvons en septembre après quelques semaines de calme et de rediffusions !

Ps : quelqu’un aurait un senzu ?


La BO de fin de saison est chantée par la déesse de la vie


54 comments

  • Michel  

    Coucou les loulous.
    Quand est-ce que vous reprenenez du service ? On aurait bien besoin du BULLLSHIT du patron pour la version netflix des Maitres de l’univers.

    • Eddy Vanleffe  

      Bonjour Michel.
      On reprend à la rentrée!
      pour les maîtres de l’univers… je ne sais pas pour le Bullshit, mais ils semblent avoir voulu garder l’aspect enfantin de l’original alors que justement ça aurait été bien de faire une série plus moderne sur un modèle comme peuvent l »être des SEven deadly sins par exemple.

      • Michel  

        Wait and see alors

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *