Le lecteur au Paradis !

Strangers in Paradise par Terry Moore

Welcome to Delcourt

Welcome to Delcourt

Première publication le 29/08/14- Mise à jour le 03/07/17

BRUCE LIT

VO : Abstract Studios

VF : Le téméraire, Bulle Dog, Kymera, Delcourt

Cet article porte sur les deux premiers arcs de la série. La série vient d’être rééditée façon Omnibus par Delcourt pour une édition définitive avec une préface de la blogueuse Katchoo de Lesbian Geek.

Encore une série qui aura souffert des aléas des éditions françaises puisque ce ne sont pas moins de trois éditions (Le Téméraire, Bulle Dog et Kymera qui a  publié jusqu’au bout la série)  qui ont couvert les aventures de Francine et Katchoo.  Mais le jeu en valait la chandelle, deux décennies après son lancement SIP a gardé sa fraîcheur.

La série suit donc deux amies dans leurs joies, leurs chagrins d’amour, leurs mésaventures. Francine est douce , rêveuse et sa gentillesse naturelle lui joue de mauvais tours. Lorsque commence l’histoire, elle vient de se faire larguer par Freddy Femur (!) qui ne pensait qu’à son corps. C’est la dernière fois que le lecteur voit notre brune sympathique à peu près svelte. Moore mettra en scène par la suite une héroïne rondouillarde irrésistible à mille lieux des super modèles des comics.

Le Fémur se casse ! ( j'en suis fier de celle là )

Le Fémur se casse ! 

Son amie, Katchoo est colérique, tourmentée et mystérieuse. C’est aussi une artiste talentueuse dont les peintures commencent à être exposées au début de la saga. Elle va tomber amoureuse de David un jeune asiatique. De là commence un triangle amoureux comme les soaps excellent à en mettre en scène. Car, on a oublié de vous le dire : Francine hétérosexuelle convaincue n’assume pas ses pulsions homosexuelles pour son amie Katchoo qui n’attend que ça.

La série sera bien sûr basée sur les atermoiements de Francine capable de franchir ou non le cap de cette homosexualité et celui du regard des autres.  Nous sommes dans les années 90 et l’homosexualité aux Etats Unis reste encore un sujet tabou.

Vos deux futures meilleures copines

Vos deux futures meilleures copines

Mais SIP, n’est pas une BD de nanas pour les nanas (sic).  C’est une série  qui trouve un équilibre unique entre un humour dévastateur, des comiques de situation irrésistibles, des moments de grandes tristesse et …d’ultra violence ! Katchoo est une criminelle repentie qui a fui un réseau de prostitution à l’influence nationale  et qui va finir par la retrouver

Voila à quoi ressemble un bon comic-book : un vecteur à la fois métaphorique et divertissant de notre réalité. Terry Moore possède un coup de crayon épatant. C’est simple : ses deux héroïnes crèvent le papier, leurs regards vous transpercent  et vous avez la sensation de les connaître depuis toujours. Dans le premier acte Moore  met en scène des comiques de situations souvent tordants histoire de vous mettre dans sa poche.  Pour le deuxième  on rigole déjà moins. Une amie de Katchoo meurt du SIDA et son passé  dramatique est révélé.

Don't fuck with Katchoo ! Jamais !

Don’t fuck with Katchoo ! Jamais !

Il y a très peu de figures masculines dans SIP . Les méchants sont également des femmes brutales et vénales  Peu à peu l’étau se resserre pour créer un vrai suspense : comment nos amies vont t’elle s’en sortir ? Et surtout que va donner la confrontation inévitable entre la douce et naïve Francine face à de vraies assassins ?

Francine et Katchoo n’osent pas franchir le pas de leur homosexualité (nous sommes en 1993). Afin d’être sûres de ne pas être anormales, elles vivent des expériences où la normalité est franchement effrayante : conformisme, individualisme, étroitesse d’esprit, perversité des émotions, tout pousse nos amies à se réfugier l’une auprès de l’autre. Il est admirable qu’un homme ait réussit à trouver la voix intérieures de ces deux femmes subtiles. Tout comme il est admirable qu’il dépeigne David comme une homme efféminé et sensible. Et enfin, histoire de ne pas banaliser ses propos, Moore dépeint des hommes au machisme effrayant, et des femmes vaniteuses creuses.

Après les rires, en route pour le drame !

Et Moore a un talent remarquable. Il détourne des clichés (une victime en quête de rédemption , un meurtre dans un hôpital commis par une infirmière , les adieux déchirants de deux amies main dans la main) pour les utiliser à bon escient pour son histoire. Car Moore a une histoire à raconter, c’est indubitable.

Alors que d’aucuns auraient étiré les mystères de Katchoo sur plusieurs années par petites touches, Moore lève le voile sur notre amie dès le début de la série. Il décide de faire de Katchoo une jeune femme de notre temps, drôle, cynique et artiste. Les dialogues restent savoureux avec des répliques cultes. Ma préférée : Katchoo ! c’est quoi ces cernes ? On dirait Jimmy Page !

Un volontaire pour réveiller Katchoo ?

Un volontaire pour réveiller Katchoo ?

Francine et Katchoo sont deux femmes profondes fragiles et fortes, naïves et impertinentes. Le lecteur reste à leurs côtés quoiqu’elle fassent. Et le talent graphique de Moore, son énergie et la véracité des regards de nos amies fait le reste.

Tout au long de cette saga qui durera 14 ans, Terry Moore racontera seul une histoire d’amitié profonde inoubliable. Moore trouve les voix de personnages féminins si emblématiques tant tout sonne juste, vrai, authentique. C’est un artiste complet qui aura tout au long de sa série réalisé les couvertures, les dessins, les dialogues, le scénario, le lettrage et parsemé les histoires de chansons qu’il a composées.

La méchante Darcy Parker. Non, son frère ne sappelle pas Peter !

La méchante Darcy Parker. Non, son frère ne s’appelle pas Peter !

Alors que les Comic mettent en scène à 90% des hommes écrits par des hommes lus pars des hommes, SIP abordent avec une rare intelligence la féminité contemporaine, la sexualité tourmentée de nos héroïnes avec beaucoup de violence et d’humour. Il faut voir la justesse des regards de Francine lorsque, ne supportant plus que l’homosexualité de Katchoo soit raillée par ses collègues, elle délaisse tout, abandonne toute convenance sociale, court pieds nus dans la rue pour enlacer son amie. Celle ci la voyant en larmes ne lui demande rien, elle répond tendrement à son étreinte et pleure avec elle sans savoir pourquoi ! C’est bouleversant , c’est aussi beau que du Taniguchi et nous ramène à ce que l’être humain a de meilleur en lui : cette capacité à s’oublier totalement envers l’être aimé.

Un OVNI dans le monde de la BD qu’il n’est jamais trop tard pour découvrir.  La série est un peu longue et au moins 3 tomes sont en trop, mais la fin est magnifique. SIP c’est un peu comme le Velvet Underground. A l’origine peu de personnes ont acheté cette BD, mais tout ceux qui l’ont fait l’ont immédiatement adoré !

Dont fuck with Katchoo part 3. Never. Ever.

Dont fuck up with Katchoo. Never. Ever. Jamàs !

—–
Les Rediffs de l’été

Strangers in Paradise est enfin réédité par Delcourt avec une Préface de Katchoo Scarlettinred . C’est l’occasion rêvée de redécouvrir une série  comparable à nulle autre. 

La BO du Jour : On rit beaucoup autant que l’on pleure dans SIP. Comme les larmes d’une étoile. 

46 comments

    • Matt  

      C’est marrant ce qu’il dit. Je ressens un peu la même chose. A une époque je n’aimais pas les happy end, ça me gonflait, je me disais que le monde n’est pas tout rose, que ça pourrait finir mal des fois. Et puis le cliché de la fin heureuse a généré tellement de fins tristes et d’histoires dark et déprimantes qu’au bout d’un moment, ça m’a gonflé aussi. Le top c’est de varier^^

    • Bruce lit  

      @Pierre N : Merci, pas fait exprès :)
      Je ne connaissais pas cette histoire. Merci du partage même si on n’en sait pas plus que ça…

      @Matt: la fin de SIP est résolument optimiste. Mais elle intervient après un événement dramatique. L’équilibre de la Force est donc préservée.

  • Matt  

    Le dessin évolue au fil de la série ? Parce que je le trouve plus joli sur certaines planches ou sur les couvertures qu’on voit sur le lien de PierreN. Alors que les scans de l’article…beuarf

  • Jyrille  

    Je ne relis pas l’article puisque je viens de me payer le premier tome de la réédition. Mais la publication est bien vue, Bruce !

  • redwave  

    Jamais compris comment on pouvait aimer ces deux poufs hystériques! Dessin cartoonesque et scénario confus! Grand Bof

  • Vindicator  

    Redwave, tu as lu l’article ?

    • Matt  

      Ne fais pas attention à lui, Vindicator. Redwave a pris l’habitude de poster des commentaires provocateurs pour nous gonfler. Si l’article est positif, il dira que c’est de la merde. Et inversement. Et ça c’est quand il ne nous gratifie pas de ses idées politiques fascistes ou de son homophobie, sans que ça ait le moindre rapport avec l’article.
      Et au final on ne sait jamais s’il dit ce qu’il pense ou s’il veut juste nous emmerder. Donc le plus simple c’est de l’oublier.

      • Eddy Vanleffe  

        Bon, Ben ça, C’est fait :)

      • Bruce lit  

        Après 1 an d’hésitation du fait de ma haine de la censure, je vous annonce avoir (enfin) bloqué redwave et l’autre petite merde de SM. Voilà, ils ne viendront plus nous emmerder !

        • Jyrille  

          \o/

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *