Le tournoi des champions

Superman Vs Muhammad Ali par Denny o’Neil et Neal Adams

 VO / DC

VF : Sagédition ( 1978 ) / Réédition chez Atlantic

Première publication le 22/07/15. Mise à jour le 05/06/16 à l’occasion de la mort de Ali survenue la veille.

Une cover digne de Sergeant Pepper !

Une cover digne de Sgt Pepper !©DC Comics

Originellement prévu en 1977, l’album Superman Vs Muhammad Ali sort en 1978 scénarisé par Denny O’Neil et dessiné par Neal Adams. Cette longueur est due aux exigences du staff de Mohamed Ali, le perfectionnisme de Neal Adams et enfin les problèmes de droits concernant la couverture.

En effet, pas moins de 170 célébrités assitent au combat du siècle tous dessinés par Adams. Aux personnages fictifs comme Batman et Lex Luthor, on retrouve dans les gradins les Beatles, Woody Allen, Andy Warhol ou les Jacksons 5 ! Certaines célébrités comme John Wayne ou Georges C Scott s’étant opposées à la finalisation de leurs portraits, Adams a dû revoir sa copie à plusieurs reprises. Le vieux briscard signe la préface en clamant son amour pour ce qu’il considère comme l’un de son meilleur ouvrage. Dick Giordanno assure l’encrage des personnages et Terry Austin celui des décors. Enfin, Xavier Fournier, monsieur Comic Box s’est chargé de la traduction.

La version  Collector est magnifique : format A3, nouvelles couleurs, crayonnés d’Adams et quelques goodies. Il n’est nul besoin de maîtriser la continuité de Superman ou la carrière de Mohamed Ali pour apprécier l’album. 

Deux symboles de la contre culture des années 70

Deux symboles de la contre culture des années 70©DC Comics

Il existe au moins deux niveaux de lecture pour cette rencontre au sommet. Le premier est conforme à la culture super héroïque : deux malabars s’affrontent avant d’unir leurs forces contre un ennemi commun. Pourtant, O’Neil se sort plutôt élégamment des clichés du genre où les super slips cognent d’abord et réfléchissent après. La baston entre Ali et Superman est un cas de force majeure : il s’agit de savoir qui sera le meilleur champion apte à défendre notre planète menacée d’anéantissement par un cruel empereur alien. Superman, privé de ces pouvoirs, va donc prendre des cours de boxe de la part du champion et leur complicité va crescendo à tel point qu’il n’est jamais possible de douter du respect que le premier des super héros éprouve pour le boxeur noir.

En cela, la démarche n’est pas banale : Il ne s’agit pas d’un Teamup avec un autre super encapé pour savoir qui a la plus grosse…mais d’une déclaration de confiance à un humain considéré comme un vrai héros. C’est véritablement cet exercice de style qui fait l’intérêt de cette histoire au charme désuet. Mohamed Ali sera désormais le seul terrien avant Batman à avoir terrassé l’homme de Krypton.

Le chevalier noir a frappé ! Et ce n'est pas Batman !!!

Le chevalier noir a frappé ! Et ce n’est pas Batman !!!©DC Comics

Malgré tout le respect que l’on peut porter à cette vénérable équipe de créateurs, on ne peut pas dire que la trame de l’histoire soit éblouissante… Clark Kent arpente les quartiers de Metropolis en quête d’une interview du champion. Après l’avoir trouvé, survient un alien qui défie la Terre d’affronter son champion. Faute de quoi, elle sera annihilée !

Pas gentils les gars ! et vachement énervés avec ça puisqu’ une centaine de vaisseaux postés au dessus de notre atmosphère attendent de lâcher leurs grosses bombes si Ali perd le combat… Ajoutez à cela que Superman berne les aliens en se déguisant en l’entraîneur noir d’ Ali avec un masque en latex et vous comprendrez que les allergiques au kitsch old school raccrocheront les gants….

Où est Will Smith ?

Où est Will Smith ?©DC Comics

Et d’ailleurs, pourquoi viennent-ils nous embêter les Scrubbs ( appellation véridique ) hein ? Ben , en fait, il s’avère que leur race a jugé les humains comme belliqueuse et qu’il est de leur devoir de préserver l’univers de notre menace. Quitte à…déclencher un programme d’extermination massive.

Oui…. il fallait bien un motif pour que Denny’ONeil crée une union sacrée aussi artificielle que capillotractée. En quelques 70 pages les Scrubbs remportent haut la main la palme des aliens idiots et versatiles à peine talonnés par les indécrottables Shi’ars de chez Marvel….( note à moi-même : pondre un jour un article bileux contre les Shi’ars et les deux soeurs qui s’affrontent depuis des années pour en revenir à chaque fois au même point de départ…).

Très vite il est évident que la portée symbolique du récit est plus importante que son intrigue. Parce que on peut penser qu’entre tous les héros DC et la seule présence de Superman, le monde n’avait pas besoin d’un boxeur pour le défendre…. Il s’agit d’un véritable hommage à Cassius Clay. Son tempérament, sa psychologie, son langage corporel sont minutieusement retranscrits dans l’album. Ali est une grande gueule souvent très agaçante de par son arrogance. Pourtant il a de l’humour, une volonté d’acier et une intelligence aiguisée. Enfin, il est capable d’additionner 2 + 2 et démasque facilement Clark Kent, ce que la plupart de l’univers DC n’a jamais été capable de faire….

Il s’agit aussi en pleine explosion Punk d’un appel à la paix sociale, à l’harmonie et l’humanisme. Ali n’est pas un pacifique idéaliste. Le boxeur qui avait pris fait et cause pour Malcom X est décrit ici comme un homme capable de prendre les gants pour se battre quand bien même la balance des forces ne serait pas en sa faveur. Il incarne l’abnégation d’un homme prêt à mourir pour sa patrie et sa planète plutôt que de vivre à genoux. Lorsque l’empereur alien lui propose de monnayer sa vie contre l’esclavage, le sang du boxeur noir ne fait qu’un tour et lui donne la rage de vaincre.

Dire à un fier noir américain que c'est l'esclavage ou la mort n'est pas forcément une bonne idée monsieur le Scrubb....

Dire à un fier noir américain que c’est l’esclavage ou la mort n’est pas forcément une bonne idée monsieur le Scrubb….©DC Comics

Quant à Superman, la résonance de la Shoah ( l’extermination planifiée d’un peuple jugé dangereux par un autre ) fait bien sûr écho aux racines juives du personnage…  Superman est en effet, comme Moïse un enfant abandonné. Son nom est Kal El qui signifie en Hébreu : tout ce que Dieu est. Ali et Superman ne sont pas des américains de pure souche mais des étrangers ayant intégré les normes et les valeurs du pays censé incarner dans le monde la liberté, la justice et la démocratie.

Ali véhicule un message à connotation sportive de compétition loyale, respectueuse et non personnelle. L’ennemi sur le ring est un ami dans la vie.  C’est enfin un symbole d’amitié entre un juif et un musulman ( Ali s’était converti à l’Islam). C’est donc ce symbole qui emporte tout sur son passage avec les faiblesses du scénario et des dialogues stéréotypés (  » tais toi, espèce d’alien baveux » ).

Bien entendu, le graphisme de Neal Adams aidé par Terry Austin est renversant. Dès la première page, l’immersion est phénoménale. On sent que l’on a à faire à un travail plus soigné que la production mainstream habituelle souvent négligente des détails et des décors.  La double page qui ouvre l’album en est la parfaite illustration. Sur la droite, il est possible de reconnaître les fruits à l’étalage et leurs prix. Un enfant tente d’échapper à la main de sa mère pour chopper un jouet. Au centre un passant reluque les fesses de cette jeune maman. Une noire à perruque blonde se sert une banane sous le regard débonnaire du propriétaire des lieux. Au loin on aperçoit le métro aérien et enfin Clark Kent qui prend possession des lieux en arrière plan.

Une ouverture éblouissante

Une ouverture éblouissante©DC Comics

Cette vie populaire qui grouille constitue une ouverture d’opéra et les valeurs que l’album va défendre Ali : la vie et la joie ( = l’enfant ), les valeurs sportives ( = le gamin qui joue au basket), les petites gens dissociables des dirigeants agressifs de la terre et dont Ali est le champion.

Adams ne lésine pas sur l’identité visuelle des personnages : héros mais aussi figurants et aliens bénéficient tous d’un visage, d’une morphologie identifiable quand bien même ceux- ci n’apparaîtraient que le temps d’une séquence. Rien à dire, c’est de la belle oeuvre et ce sans mentionner qu’Adams a dessiné 170 visages, 170 costumes, 170 attitudes différentes pour la couverture choc ! Un petit guide dans l’album permet d’identifier le Whos’ who de la couverture  comme celle du Sgt Pepper des Beatles où Mohamed Ali figurait déjà en bonne position.

Superman se prend une super raclée....

Superman se prend une super raclée….©DC Comics

Au final, un album old school qui n’évoquera sûrement rien chez des lecteurs de moins de 40 ans, doté de la naïveté des conteurs de l’époque mais sublimé par un dessin éblouissant et une fraîcheur intemporelle.  Même si on a connu plus engagé politiquement, cet album rappelle de manière ludique quelques unes des valeurs les plus nobles de notre humanité soutenues par le champion du noble art !

Muhammad Ali qui pouvait se targuer d’être un homme de fer à la place du Man of Steel est mort hier atteint de la maladie de Parkinson.  Il rejoint avec le regretté Christopher Reeves les infortunés de la légende de Superman qui passèrent d’un physique de rêve à l’humiliation d’un corps diminué.  Et pourtant, malgré les photos où il semblait hagard, la bouche tordue, atteint de ces mimiques spécifiques à cette maladie atroce, la lueur de l’oeil du tigre était encore là, habité quelque part par le champion d’une époque et ses valeurs. Comme le disait Alan Moore, on peut tuer un homme mais pas une idée….

28 comments

  • Bruce lit  

    « KO debout » 4/4
    Superman Vs Muhammad Ali ! Un album légendaire à la couverture digne de Sergeant Pepper ! 40 ans après sa sortie, Bruce Lit revisite cette histoire old school. Verdict ici !

    LA BO du jour : Olé, le match du siècle ! Il va y avoir du sport ! https://www.youtube.com/watch?v=aWEnwSWhCeg

    • Bruce Lit  

      Merci pour le lien. Interesting.

    • Présence  

      Merci. Je ne connaissais pas l’existence de cette couverture initiale.

  • Tornado  

    « les allergiques au kitsch old school » : Ah mais c’est loi ça !!! 😀

    Mince alors, j’aurais parié sur Présence pour réaliser cet article ! Jamais je n’aurais pensé que Bruce lirait ça !
    J’ai pensé un instant que j’avais cet album quand j’étais gamin. Mais en fait c’était « Superman & Spiderman » !
    Bel article encore une fois, avec du fond et de la sincérité.

  • Tornado  

    rectif : « les allergiques au kitsch old school » : Ah mais c’est MOI ça !!! 😀

  • Bruce Lit  

    Oui Tornado tu étais clairement visé sur ce coup là ! Il s’agit de mon premier Superman acheté car je trouvais l’édition vraiment jolie. J’ai lu dans la foulée « Identité Secrète » de Busiek et Imonem dont Présence nous causera demain. Et si j’étais plus Superman que Batman ???

  • Tornado  

    J’adore Superman. C’est un merveilleux personnage, éternel, profond (il admire les humains car nous affrontons la vie sans pouvoirs) et plus original qu’on ne le pense (c’est le seul super-héros qui n’a pas de masque sur son costume, et qui met un masque -de simples lunettes- pour son identité secrète dans la vie civile !).

  • Jyrille  

    Rraaaaaah mais je l’avais ce livre ! Un grand format, couverture souple, qui m’éblouissait par son dessin (l’ouverture que tu cites m’a fortement marqué. Je l’avais complètement oubliée et rien que de la revoir, des sensations remontent, précises et très lointaines…) mais qui ne m’avait pas intéressé par son histoire, trop idiote pour moi.

    Où est-elle ? Pourquoi m’en suis-je débarrassé ? Maintenant, je regrette, j’adorerai revoir tous ces dessins. Je me souviens du Who’s Who avec les silouhettes remplies par un chiffre qui renvoyait au nom de la personne représentée. Je me souviens aussi que mon oncle avait un poster de Muhammed Ali dans sa chambre et que tout cela me faisait me questionner sur l’importance de la boxe, sur les raisons de la présence de ce poster, bref, je me posais des questions sur notre société.

    Merci pour cette madeleine perdue.

    • holdwig  

      @Jyrille

      Si tu veux relire cette histoire , je te conseille la version Atlantic à 12E (Celle non collector).
      Ce sera une redécouverte si tu n’as lu que la version Sagédition qui a été pas mal charcutée.Certaines cases et planches seront inédites pour toi et l’histoire te semblera moins incohérente sans les « coupes » Sagédition.

      .

      • Jyrille  

        Ok merci pour le conseil Holdwig !

  • Bruce Lit  

    @ Holdwig : been a long time ! Hello again, je vois que nous avons à faire à un connaisseur
    @ Cyrille : Comme je te comprends. Mieux vaut que je pense pas à tous mes LUG d’origine que je jetais enfant après avoir lu…..Ou ceux que j’ai revendu à l’adolescence 20 centimes à Boulinier….On aura compris que l’aspect symbolique m’aura d’avantage intéressé que l’histoire de super héros. Je trouve qu’Adams fait bien son boulot de passeur d’une culture populaire à l’autre. C’est bien cet aspect qui me passionne dans les comics, cette histoire informelle des Etats Unis et la réinterprétation de ces mythes.
    @Tornado : J’ai bien accroché avec Clark Kent. C’est en partie grâce à Présence et toi. Et au Scarce Spécial Superman où officia un certain JP Nguyen qui me passionna il y a quelques mois. A l’avenir je m’intéresserai aux grands récits hors Ligue de la Justice dont je me fous éperdument . L’histoire d’Alan Moore existe en français ?

  • Présence  

    Symbole d’amitié entre un juif et un musulman – Trop fort. Je n’y avais pas pensé et pourtant tel que tu le formules, c’est une évidence. C’est à se demander si cela ne faisait pas partie de l’intention et de la motivation des créateurs de cette histoire, au delà d’un team-up de circonstance au fort potentiel commercial…

    Voilà un article que j’ai beaucoup apprécié. Je n’ai pas très envie de lire cette histoire que je n’ai jamais lue, et c’est un vrai plaisir que de la découvrir d’en d’aussi bonnes conditions, présentation détaillée de l’oeuvre, et analyse éclairante. Je vois que tu as été attiré par le travail remarquable de Terry Austin. Dick Giordano était également un encreur très talentueux (en plus d’être le numéro 2 de DC Comics à la fin de sa carrière), même s’il n’étoffait pas les décors en passant derrière le dessinateur.

  • JP Nguyen  

    Voilà encore un exemple de lectures multiples selon le lecteur.
    A l’instar de Présence, j’aurais plutôt vu cette BD comme un « event » commercial. Mais l’analyse de Bruce fait ressortir d’autres messages potentiels.
    Je ne suis pas un grand fan de Neal Adams ni de Mohamed Ali, alors je passe sans regret. Cela dit, lorsque je suis tombé sur quelques uns de ses passages télés (ou aussi le docu « When We Were Kings »), j’ai toujours été impressionné par le charisme de ce boxeur.

  • Stan FREDO  

    Très bel article à propos effectivement d’un album très « politiquement correct » qu’il faut approcher avec le background historique. Mohamed Ali est un personnage « larger than life » et c’est bien pourquoi sa présence aux côtés de Supes n’est nullement incongrue. J’ai récemment mis la main sur une version de « G.O.A.T. », le bouquin consacré par Taschen à Mr. Ali. Une lecture pour mes vacances. Enfin, mon conseil à visionner, le documentaire « When We Were Kings ». Quant aux « pairings » de légende, à quand la réédition de la rencontre entre Spidey et Supes ?

      • Stan FREDO  

        Mon exemplaire original (en français, vendu en maison de la presse) de la première rencontre a hélas vécu un épisode d’inondation du garage familial où il était entreposé… J’en conserve pieusement les restes qui n’incluent plus le mythique dessin de couverture…

  • Bruce Lit  

    Je ne connais que peu de choses de Mohamed Ali que sa légende. Je n’ai vu ni When we were kings ni le film Ali pour allergie viscérale à Will Smith. Je crois que Tornado a pondu ça sur amazon. La raison de mon intérêt pour lui est sa maladie de Parkinson, une saloperie que j’ai bien connue. Sa photo me bouleverse profondément. Tout comme celle de Frank Miller cancéreux une grande gueule qui m’a souvent agacé. Le voir ainsi est assez traumatisant.

    • Jyrille  

      Pourtant je pense que Ali est de loin le meilleur rôle de Will Smith. Il y est très impressionnant et très loin de tous ses autres rôles.

      • Stan FREDO  

        J’ai vu « When We Were Kings » en salle lorsqu’il est sorti, à cause du buzz de l’époque. Je n’ai rien regretté. C’est possiblement le dernier film que je suis allé voir en salle, d’ailleurs…

  • Bruce El Ali  

    Tope là Stan ! Je ne vais jamais au cinéma ! Le dernier film a dû être la bio de Gainsbourg pas inoubliable….Je ne supporte plus d’être enfermé avec des rustres qui bouffent leurs chewing gum, tordent leurs gobelets plastiques pendant des heures, tchatent, discutent et le svigiles qui se balladent comme pour un concert de rock….

    • Lone Sloane  

      Hey Bruce bomayé, faut aller dans les salles désertes pour voir des films peu courus par les béotiens 🙂
      Je viens de voir la copie restaurée de Sorcerer de William Friedkin, la version seventies du Salaire de la peur
      de Georges Arnaud et HG Clouzot et c’était le panard intégral, avec une deuxième partie de film accroché au fauteuil. Bon on était 10 pèlerins dans la salle mais la magie des salles obscures fonctionne toujours.

  • Matt  

    J’ignorais l’existence de cette BD. Les dessins sont beaux.
    Après je ne suis guère client de récits de ce genre que je trouve un brin « opportuniste »
    C’est un peu comme l’épisode assez minable où spider-man rencontre Obama, ou même, et je m’en excuse si je choque, l’épisode de JMS rendant un hommage aux victimes du 11 septembre que j’ai trouvé un peu nul (montrer Fatalis qui est triste face à la mort de plein d’innocents. Sérieux ? Le mec qui, même si non dépourvu de noblesse parfois, a quand même de nombreuses fois menacé des innocents. ça nous sort du récit et ça montre bien que c’est juste un hommage. J’imagine qu’il y a une bonne intention derrière…mais je ne suis pas convaincu de la forme adoptée par le récit. Il n’y a visiblement aucun effort d’intégrer ça mieux dans l’univers Marvel…qui au passage voit des villes détruites tous les mois. Une forme un peu niaise je trouve pour parler de cet attentat.)

    Là ça semble aussi le cas. Un récit un peu niais histoire de déclencher un combat entre Superman et la star de boxe.

    On a toujours l’impression que ce genre de récit est intouchable, et qu’il est mal vu de les critiquer à cause de la réalité des faits derrière dont ils s’inspirent et qui sont de vrais moments importants et/ou des tragédies qu’il ne faut pas minimiser.
    Mais bon…n’est-ce pas aussi un moyen de booster les ventes en capitalisant sur un truc qui va toucher les foules ?

    Je fais un peu la mauvaise langue mais bon…je me suis toujours désintéressé de ce genre de récit. Que les comics parlent d’actualité, ok…mais pas de façon si directe et artificielle. Spider-man qui fait coucou à Obama et qui se dit que la maison blanche est entre de bonnes mains…avant même qu’il ait fait quoi que ce soit puisque que c’est le jour de son investiture…c’est un peu nul. Même si l’intention est surement de dire que c’était un changement bienvenu, et que c’était un noir, que c’était historique etc…

    • Bruce lit  

      Salut Matt,
      Tu as de la chance aujourd’hui j’ai une bonne connexion et tout le monde dort ! J’ai donc le temps de convenablement te répondre.
      Comme toi, j’exècre les histoires évenementielles, je n’ai pas lu l’histoire d’Obama, mais je suis peu client. Comme pour les artistes qui s’engagent pendant la campagne de tel ou tel candidat avant de le regretter en fin de mandat….
      Pour le 11/09, tes arguments sont imparables et j’aurai tendance en temps normal à les partager. Mais, pour une fois, Marvel prend clairement position. Je ne vois pas comment le plus grand éditeur de BD au monde spécialisé dans le super héros dont c’est le fond de commerce auraient pu faire l’impasse là dessus.
      La démarche de Stracz est admirable: c’est le choix de l’humilité face aux vrais héros du 11/09. C’est un message d’espoir porté par ceux qui en furent en leur temps les plus grands ambassadeurs.
      Doom qui pleure: ce n’est pas choquant. Cette histoire ne s’inscrit pas dans la continuité, c’est un numéro historique, comme un Libération le jour de la mort de Bowie. Rappelle toi, les Skrulls viennent saluer MAr_Vell sur son lit de mort.
      Les vilains qui pleurent rendent hommage à l’humanité des héros Marvel. Ils ne sont là que comme un symbole d’unité nationale, exactement comme ce qui s’est passé avec le FN après nos attentats. Ca ne les rend pas plus « gentils » mais l’image est forte.
      Un autre exemple, musical cette fois. Il a été souvent repproché à Marilyn Manson , le plus grand critique des Etats Unis dans le monde du rock de l’époque, de virer sa cuti et d’écrire le soir des événements combien l’Amérique, malgré ses tares, celles qu’il combattait, était un pays auquel il était attaché. Regarde, en ce moment à quel point l’ambiance est merdique en France. Les lendemains d’attentat permettent hélas de suspendre le temps et les querelles politiciennes éreintantes. C’est aussi le signe qu’il ne nous serait pas possible de vivre en état de crise permanente comme les héros de WD par exemple.

      Donc, moi j’aime le symboles et les super héros lorsqu’ils sont vecteurs d’espoir et de combat pour la justice. Et, je suis très heureux d’avoir écrit cet article bien avant la mor d’Ali, qui, à son crédit, a été le héros d’une époque, un reflet qui méritait de se retrouver dans la culture populaire du Comic Book.

      Voilà (et désolé si fautes d’orthographes, pas le bon matériel…).

      • Matt  

        Hello
        Bah pour le 11/09, ce n’est pas tant la position que Marvel prend qui me gêne mais la simplicité de l’hommage. Je ne demandais pas de faire l’impasse.
        Je ne sais pas si tu as vu le film de Oliver Stone sur cet événement, mais perso j’ai trouvé que c’était un mauvais film catastrophe plein de grands sentiments patriotiques etc.
        Je ne veux pas paraître insensible. Ma critique ne veut pas dire que je me moque de ce qui s’est passé, mais en faire un film tout simple mettant en scène de courageux sauveteurs…de la part d’un mec comme Oliver Stone qui critiquait pas mal de magouilles dans son JFK…ça fait un peu léger…et le film aurait été considéré comme mauvais par un paquet de monde si ça ne parlait pas d’un sujet réel.
        Donc ça m’amène vers la question suivante : est-ce qu’une vraie tragédie doit excuser l’absence totale d’intrigue, de personnages, d’originalité de mise en scène sous prétexte que c’est un hommage ? On parle quand même d’un film qui coute des millions, et qui va en rapporter des millions… »grâce » à un massacre.
        Je préfère un appel à rassemblement ou un truc du genre moi pour rendre hommage.

        Bon après oui j’ai l’air d’en faire des tonnes…alors que c’est pas si grave. Mais je trouve souvent que ces hommages sont simplistes.

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *