Les enfants terribles (Bullshit Detector : King Kong contre Godzilla, King Kong s’est échappé et La Guerre des Monstres)

King Kong contre Godzilla, King Kong s’est échappé et La Guerre des Monstres, par Inoshirō Honda

Un article de : TORNADO

1ère publication le 05/08/15- MAJ le 14/07/19

Les matchs du siècle !

Les matchs du siècle !

Cet article portera sur trois films de monstres japonais (ou Kaijū Eiga) tournant autour du mythe de King Kong : King Kong contre Godzilla, King Kong s’est échappé, ainsi que La Guerre des Monstres.

Cet article est le deuxième d’une tétralogie. Il est précédé d’un article sur le King Kong originel de 1933 et sa suite réalisée la même année. Il sera suivi d’un article sur le remake de 1976 et sa suite de 1986. Et enfin d’un dernier sur le remake réalisé en 2005 par Peter Jackson…

1) 1962 : King Kong Contre Godzilla : Match nul !

En 1962, la TOHO, firme cinématographique nippone spécialiste des films de monstres, rachète la licence King Kong à la RKO. King Kong contre Godzilla est alors le premier film de l’histoire du cinéma à récupérer la franchise du gorille géant…

La réalisation du projet est confiée à Inoshirō Honda, celui-là même qui nous offrira la plus-part des classiques du Kaijū eiga, le film de monstres japonais ! Dans son palmarès figure bien évidemment LE Godzilla originel réalisé en 1954, mais aussi des perles comme Prisonnières des martiens, Mothra contre Godzilla, Rodan, etc. Soit les principaux étendards du genre.

Que le meilleur gagne !

Le scénario de King Kong vs Godzilla constitue un véritable rêve éveillé : Godzilla est libéré accidentellement d’un iceberg par un sous-marin nucléaire et se précipite pour détruire Tokyo (sans aucun lien avec le film de 1954…).
Pendant ce temps, une expédition découvre une île dans laquelle vit King Kong (sans aucun lien avec le film de 1933…), qu’elle ramène au Japon. Il se met lui aussi à détruire Tokyo ! Les deux monstres se rencontrent et s’affrontent après moult péripéties, avant de se séparer aux termes d’un match nul…

Dans tout cet imbroglio, le spectateur a découvert que Godzilla était allergique à l’électricité (alors qu’il est capable, de son côté, d’envoyer des décharges d’énergie nucléaire !), mais que cette même électricité procurait à King Kong les mêmes effets que la cocaïne ! Notre grand singe junkie préféré se régale alors de ces décharges (pratique quand on a des fils électriques à sa taille sur les pilonnes des pays civilisés), qui lui filent une pêche d’enfer et le motivent afin d’aller casser la gueule à Godzilla !

On est beau gosse ou on ne l’est pas !

Avouons que cette revanche du Japon contre les USA (symbolisée par l’affrontement entre les deux géants), une quinzaine d’années après la fin de la seconde guerre mondiale, est plutôt originale !
Kitschissime et drôle d’une manière extrême, voilà un grand classique du film de monstres décomplexé qu’il fait bon regarder avec des yeux d’enfant candide. Les effets spéciaux prêtent à rire mais sont pourtant encore très impressionnants, tant il est impossible de repérer les filtres qui séparent les monstres des acteurs en chair et en os.
En revanche, les monstres en questions sont juste des acteurs en costume de latex, et là c’est plutôt pathétique ! Si Godzilla est bien croquignolesque, King Kong est d’une laideur à toute épreuve ! Un grand moment de cinéma à l’ancienne.

2) 1967 : King Kong S’est Échappé : Qu’est-ce que c’est Kong !

King Kong S’est Échappé (ou La revanche de King Kong, ou Kingu Kongu no gyakushu en VO, ou encore King Kong Escape pour les américains) est probablement le film le plus Kitsch, mais aussi le plus merveilleusement naïf de toute l’histoire de la franchise du gorille géant au cinéma.
Contrairement à ce que l’on pourrait croire, ce n’est absolument pas la suite de King Kong Vs Godzilla, parfaitement ignoré dans le scénario du film qui nous intéresse ici, alors qu’il fut réalisé par la même équipe.

Tout le monde s’échappe, même les spectateurs !

Tout le monde s’échappe, même les spectateurs !

A propos de scénario, celui de King Kong Escapes est un monument à lui tout seul ! Jugez plutôt : Un savant fou nommé Docteur Who (« Qui ça ? » me crie-t-on dans l’assemblée) veut apparemment conquérir le monde (mais après plusieurs visions du métrage, je dois avouer que je ne suis toujours pas certain d’avoir bien compris ses réelles motivations…). Pour devenir très puissant, il décide de construire un robot géant métallique, en tout point identique à King Kong, qu’il nomme « Méchanikong »… Le but est d’envoyer ce nouveau Kong forer une mine afin d’y extraire une substance censée servir à la création d’une arme absolue. Mais ce dernier ne supporte pas la radioactivité des lieux.
Qu’à cela ne tienne ! « Who » (silence, dans l’assemblée, s’il vous plait !) s’en va capturer le vrai Kong, pourtant bien tranquille sur son île, entrain de faire du karaté avec les tyrannosaures du coin… Car celui-ci devrait-être moins sensible au minerai tant convoité…

Mais comme le titre original l’indique fort bien, le gorille ne tarde pas à s’échapper… Le spectateur, médusé, est alors amené à se poser deux des plus grandes questions existentielles de toute l’histoire du cinéma :

1) Pourquoi diantre construire un robot en forme de gorille pour extraire un minerai radioactif ? Une autre forme n’aurait-elle pas aussi bien fait l’affaire ? Je ne sais pas moi, une forme de taupe par exemple (très pratique pour creuser sous terre), ou bien juste une forme de… robot ? Faut vraiment être un savant complètement fou pour avoir des idées pareilles !

2) Pourquoi, morbleu, n’y a-t-on pas pensé avant ? Capturer le vrai Kong tout de suite n’aurait-il pas permis de faire des économies tous azimuts en évitant à tout ce beau monde de construire un robot parfaitement incompétent ? Surtout s’il s’agit de se fatiguer à faire en sorte qu’il ressemble comme deux gouttes d’eau à un monstre qui attend sagement qu’on vienne le capturer ?

Ceci étant dit, notre histoire va nous offrir un spectacle grandiose lorsque le vrai Kong, énervé, va s’en prendre au faux Kong, qui fait « dong » quand on lui tape sur la tête (à croire qu’il n’a rien sous la caboche !). On apprendra alors que le vrai, naturel comme vous et moi, est gentil, et que le faux, symbolisant la science malveillante, est méchant. Pourtant, on lui donnerait le bon Dieu sans confession, tellement il a une tête sympa (genre à jouer les featuring chez Winnie l’ourson…). Et puis, au bout d’un suspense absolument insoutenable, le gentil l’emportera… Quoi ? Comment ça « spoiler » ?

A plus d’un titre, cette version décomplexée et flamboyante est une véritable déclaration d’amour au premier King Kong de 1933. Le combat entre le gorille et le t-rex est un pur remake, en couleur, de celui du film de Cooper & Shoedsack et ce, 40 ans avant la version de Peter Jackson. Le combat final, au sommet d’une des plus grandes tours de Tokyo, renvoie évidemment à celui du premier film. Quant au look de notre héros à poils, il a été complètement revu et corrigé depuis le précédent (celui avec Godzilla, en 1962). Il arbore désormais un sourire ravageur qui nous rappelle décidément l’original de 1933…

Pour le reste, le film colle à son époque. Les acteurs ont par exemple le même look et les mêmes engins que dans les films de James Bond. Pour l’anecdote, l’actrice Mie Hama, qui campe ici la terrible Madame Piranha (j’en tremble encore !), jouait la « James bond girl » dans On ne vit que deux fois, tourné exactement la même année ! Le casting principal est du reste occupé par des acteurs débridés mais non-bridés (Rhodes Reason et Linda Miller), histoire de favoriser l’importation du long métrage sous toute latitude… De toute manière, le film s’inspire directement d’un cartoon américain sorti l’année précédente, dans lequel on trouvait déjà un « Dr Who » et un « Méchanikong »

Méchanikong : Une pêche d’en-fer !!! Source : Le Dauphiné libéré https://www.ledauphine.com/pour-sortir/loisirs/Cinema/Projections/Rhone-alpes/Isere/Grenoble/2019/01/25/La-revanche-de-king-kong-de-ishiro-honda ©

Méchanikong : Une pêche d’en-fer !!!
Source : Le Dauphiné libéré 
©Universal Pictures

C’était d’ailleurs une sorte de mode, puisque l’on retrouve notre bon vieux Kong dans moult cartoons de la même époque. Et je ne suis pas près d’oublier, moi, l’éternel enfant amoureux de tous les Kong du monde, la rencontre au sommet entre le chien détective Mumbly et le gorille géant (Mumbly : The Return of Bing Bong) dans un dessin animé sorti en 1976 !

Regarder King Kong S’est Echappé aujourd’hui, alors qu’il s’agit peut-être de l’un des films les plus kitsch qu’il m’ait été donné de voir (et pourtant, j’en ai vu !), assure une succession d’éclats de rire. Un de mes nanars préférés, en même temps qu’un des plus grands fantasmes cinéphiliques de mon enfance, lorsque je rêvais de le voir, alors que je devais me contenter de quelques extraits diffusés par-ci, par-là…

Je me souviens d’ailleurs très bien que des trailers de ces films étaient diffusés dans des documentaires le dimanche matin, comme quoi ça m’a marqué ! En essayant de recoller les morceaux éparpillés dans ma mémoire, ce devait être des rétrospectives sur tous les films de grands singes. On devait ainsi y trouver, outre nos trois fleurons présentés ici, des perles comme Konga (1961) ; The Mighty Gorga (1969) ; King Kong Revient (1976) ; Queen Kong (1976), et Le Colosse de Hong Kong (1977), les trois derniers de la liste ayant été mis en chantier, sans opportunisme aucun, en même temps que le remake du film originel réalisé par John Guillermin en 1976…
Bon, cela-dit, il faut que je cesse de m’égarer sous peine de devoir aussi vous fournir l’article pour tous les sous-King Kong !

3) 1966 : La Guerre des Monstres : King Kong style

Toujours réalisé par Inoshirō Honda, La Guerre Des Monstres (en VO : Furankenshutain no Kaijū : Sanda tai Gaira) est une des plus fascinantes déclinaisons du mythe de King Kong.
L’histoire, qui fait suite à celle de Frankenstein Conquers The World (un autre film de Inoshirō Honda mais non, n’insistez pas, je ne vous dirais rien, ceci est une autre histoire !), est d’une remarquable profondeur science-fictionnelle, dans le plus pur esprit des récits d’anticipation, dont le but consiste à nous prévenir des errances et autres dangers liés aux expériences humaines.

Tout est dans le titre…

Tout est dans le titre…

Ainsi, Sanda, hybride entre le singe et l’homme ayant été élevé en laboratoire, a grandi de manière phénoménale, avant de s’échapper. Sa condition de cobaye génétique fait que, s’il s’écorche, le morceau de chair devenu distinct s’auto-génère et donne vie à un nouveau géant. S’est ainsi que nait Gaïa au beau milieu de l’océan, issu d’un bout de chair ayant dérivé depuis la rivière…
Sanda, élevé parmi les hommes, possède une certaine éthique qui l’empêche de tuer. Mais ce n’est pas le cas de Gaïa, qui devient rapidement une menace pour l’humanité… En réalisant cette déclinaison entre King Kong Vs Godzilla et King Kong Escapes, deux films résolument tournés vers une certaine légèreté décomplexée (et cartoonesque), Inoshirō Honda revient aux thématiques sérieuses liées aux dangers de la science telles qu’il les avait développées avec le premier Godzilla et quelques autres de ses premiers longs métrages. La Guerre Des Monstres, initialement, ne prête pas à rire. Il y a même des scènes plutôt glauques et horrifiques.

Aujourd’hui, évidemment, le film est devenu très kitsch, tant dans sa mise en forme que dans certains de ses effets spéciaux. Je dis bien « certains », car la plus-part des scènes montrant les deux géants au milieu de décors miniatures sont de toute beauté, tandis que les monstres en question sont d’une laideur hallucinante, preuve vivante de l’horreur de certaines expériences humaines…

Pour ceux qui l’ont vu enfants, le film garde encore sa puissance évocatrice, agissant comme une sorte de relecture hardcore et horrifique du mythe de King Kong, laissant deviner que si la nature peut se rebiffer contre l’homme (ça c’est le King Kong « de base »), elle peut se révéler plus revancharde encore si l’on s’amuse à se prendre pour Dieu (ça c’est le côté Frankenstein…). Il aura auguré chez votre serviteur certains de ses plus fascinants cauchemars ! Hélas, les spectateurs le découvrant aujourd’hui risquent d’avoir du mal à franchir le cap du poids de l’âge…
A noter que le film est interprété par l’acteur américain Russ Tamblyn, permettant l’exportation de l’œuvre en occident !

Le genre d’image qui tétanisa l’enfant que j’étais quand j’étais un enfant !

A part le premier, ces films n’ont pas eu l’honneur d’une édition en DVD sous nos latitudes. Voilà qui est fort dommage (et même, si je me laissais aller à une certaine exubérance : inacceptable !). Un coffret blu-ray regroupant King Kong Contre Godzilla et King Kong S’est Echappé et un autre regroupant Frankenstein Conquiert Le Monde et La Guerre Des Monstres seraient parfaits. Bon, oui, je sais, c’est pas demain la veille…

Ce n’est quand même pas juste ! Quand j’étais petit, ces films me faisaient rêver, et ils ne passaient jamais à la télé ! Ils ont aujourd’hui rejoint le club des nanars les plus kitsch, tout en restant cultes (du kitsch culte, en fait).

Tous les amateurs de films de monstres le savent : Plus c’est kitsch, plus c’est culte. Et ces films de monstres aux couleurs flamboyantes, aux magnifiques effets spéciaux malgré les grosses bébêtes incarnées à l’écran par des acteurs revêtus de costumes en latex et en caoutchouc (oui, même celui de Méchanikong était en caoutchouc !), occupent une place particulière et privilégiée au panthéon de leur genre…
Inoshirō Honda nous aura laissé une filmographie impressionnante, en grande partie dévolue au genre du Kaijù Eiga, qui s’étendra sur près de trois décennies. Parmi cette multitude de films de monstres, le réalisateur qui fit de son tyrannosaure atomique la métaphore de la bombe atomique s’abattant sur Hiroshima et Nagasaki, nous aura également offert ces trois déclinaisons du mythe de King Kong. Les premières de leur genre (si l’on excepte le Konga de 1961), bien des années avant le remake américain de John Guillermin…

Bon, déconnez pas les gars, moi ça me fait vraiment flipper…

Bon, déconnez pas les gars, moi ça me fait vraiment flipper…

17 comments

  • JP Nguyen  

    Quel enthousiasme dans cet article, Tornado !
    Mais je dois t’avouer que sur ce coup-là, la passion ne sera pas communicative, du moins pour moi. Les duels King Kong vs Godzilla m’ont toujours désinteressé. Pourtant, ces combats de géants joués par des acteurs en costumes préfigurent bien les Super Sentai, concept qui m’avait bien plus marqué, avec Bioman dans les années 80…

  • Godzibruce  

    Le teaser :
    « Les nanars de l’été » 3/3
    Vous pensiez être un spécialiste du nanar ? Think again ! Ce n’est pas un mais trois perles que Tornado exhume pour vous aujourd’hui : King Kong contre Godzilla, King Kong s’est échappé et La Guerre des Monstres ! Et comme dirait, Tonton Marvel, plus rien ne sera jamais comme avant après ça !

    La BO du jour : Plus kitsch tu meurs. Pourtant, on les aime ces films , tout comme ABBA surdoués de la mélodie et mal-aimés des rockers, hein Patrick Faivre ? https://www.youtube.com/watch?v=92OC0ubJ4CY

  • Jyrille  

    Merci Tornado pour cet article enthousiaste ! Je ne connais rien de tout cela ni de la mythologie des films de monstre, mais il est clair que Godzilla est une métaphore de la bombe d’Hiroshima. En fait, ces films me font penser à de bons films récents : The Host, où le monstre est une personnification de la pollution, et les deux films Crank (Haute Tension en VF) où le héros passe son temps à se faire électrocuter pour rester en vie. D’ailleurs, une scène est directement un hommage à ces films de monstres kitsch, et c’est fantastique.

    • Tornado  

      Arf, « The Host »… Je crois que je dois être le seul au monde à ne pas avoir aimé ce film ! J’ai surtout détesté les personnages qui hurlent tout le temps de manière hystérique, en fait !

  • Marti  

    Tornado tu n’as plus le choix : on veut un article sur tous ces enfants terribles de la Kongsploitation !

  • Bruce Lit  

    @Cyrille : Haute Tension, les rares films modernes que je vénère ! Absolument génial ! Si quelqu’un veut se lancer là dedans, j’adore !!

    @Tornado : qu’est ce que tu m’as fait marrer mon cochon ! Je n’en pouvais plus pendant la mise en page de ton article !! Rien que les scans ! Ca m’a rappelé mes rdv avec Spectre-man. VOus vous rappelez de Spectre-man qui luttait contre les hommes singes et la pollution….
    Les incohérences de King Kong s’est échappé m’a fait mourir de rire. La preuve encore moderne avec tous les crossovers de nos super slip que lorsque une production décide de faire s’affronter deux personnages puissants, tous les prétextes sont bons…..

    Par curiosité et puisque c’est la mode des terres alternatives, toutes ces déclinaisons de King Kong se réfèrent au premier opus ou tout le monde s’en fiche ?

    Russ Tamblyn de West Side Story; la dernière fois que je crois l’avoir vu, c’était dans Twin Peaks.

    La guerre des monstres : je peux comprendre que le look de l’époque ait pu t’effrayer enfant.

  • Tornado  

    Spectre-man : Une véritable claque lorsque j’ai vu le premier épisode à l’époque ! Le premier du genre feuilleton inspiré des Kaïju (entre San Ku Kaï, Bioman et Godzilla !). Heu… Par contre, j’ai essayé d’en revoir récemment et… en fait c’est irregardable aujourd’hui…

    Aucune déclinaison de King Kong ne se réfère au premier opus. C’est un reboot à chaque fois, en fait !
    King Kong, c’est une franchise. Un concept.
    Et ben, si Marti insiste, il faudra que je le fasse cet article sur les film de la Kongsploitation…

  • Présence  

    King Kong sous cocaïne : est-ce vraiment un spectacle pour la jeunesse ?

    Toutes les photographies illustrant cet article sont magnifiques : King Kong et Godzilla jouant au football, le sourire du beau gosse, le Méchanikong en fer blanc, l’asiatique 100% américain, les costumes en caoutchouc.

    Grâce à Tornado, je vois ma culture s’étendre (l’un des objectifs du site) dans des domaines que j’aurais sinon snober du fait de leur apparence trop kitsch.

  • Présence  

    Au-delà de la moquerie facile sur la qualité des effets spéciaux en bouts de ficelle et trombones, et des scénarios bancals, ces images me donnent envie d’en savoir plus (sans rire). Voilà des réalisateurs qui ont eu la force de mener leur projet à bien, malgré une pénurie de moyens, de créer quelque chose qui a titillé de nombreux spectateurs dans plusieurs coins de la planète, et dont les créations ont survécu à leur mort.

    Il y a quelque chose de fascinant à voir leur constater leur capacité à impliquer le spectateur pour qu’il apporte de lui-même les éléments qui manquent au film, pour quand même faire vivre ces monstres, pour combler les lacunes (un peu comme un lecteur accepte tacitement de se représenter par lui-même ce qui se passe entre 2 cases, ou dans une ellipse plus ou moins conséquente.

    • Jyrille  

      Ta comparaison est extrêmement pertinente, Présence. Tout comme le respect minimum dédié aux personnes ayant oeuvré sur ces nanars.

  • Tornado  

    N’empêche, le réalisateur Inoshiro Honda est considéré comme un génie (sans rire), par un paquet de cinéphiles, y compris les professionnels du cinéma !
    Il savait distiller, au delà de la naïveté et de la kitscherie de ses monstres, un sens de la métaphore vibrant et limpide !

  • Kaori  

    Je me suis faite eue… Je croyais que c’était un article de Patrick !!!

    Jamais vu aucun de ces films, ça ne m’a jamais intéressé…
    Mais je me reconnais dans les terreurs d’enfant.
    Petite, les films qui m’ont provoqué mes pires angoisses, ce sont Dark Crystal et Le Labyrinthe…

    En tout cas, article bien sympa et drôle !

  • Tornado  

    C’est peut-être l’un de mes articles préférés. J’adore écrire sur les nanars. Ça m’inspire !:D

  • Bruce lit  

    Ce qui me fait penser que je ne crois pas qu’il y ait jamais eu de teamup entre les 2 grands manipulateurs du blog !

    • Tornado  

      Si Mossieur : ROGUE ONE

  • midnighter  

    le passage ou tu te demandes pourquoi le savant fou construit un gorille mécanique géant pour trouver du minerai m’ a fait penser à l’ épisode de freakozoid ou personne comprend pourquoi le savant fou kidnappe des gens dans la montagne pour les transformer en clowns

  • Tornado  

    Ils sont vraiment complètement fous ces savants fous ! :D

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *