Les Xmen version Cronenberg (Scanners)

Scanners par David Cronenberg

1ère publication le 26/10/15- Mise à jour le 22/08/17

Article de BRUCE LIT

Une aspirine ! Vite !

Une aspirine ! Vite ! / ©Pathe / Source : Amazon

Scanners est un film écrit et réalisé par David Cronenberg en 1981.

Deux suites ont été réalisées en 1991 et 1992 ainsi que deux Spin off Scanner Cop (1994) et Scanners: The Showdown (1995) sans que Cronenberg n’y soit impliqué. Enfin, il est question de le rebooter depuis 2004 soit au cinéma, soit à la TV….

Alors que les super héros deferlent depuis 10 ans sur nos écrans avec effets spéciaux dantesques et scénarii au RSA, un peu de retro-viewing ne nous fera pas de mal.
Vous aimez les mutants ? les télépathes ?  les complots gouvernementaux ? Non ! vous n’êtes pas chez les Xmen mais chez David Cronenberg !

Si une anthologie du film du super héros sortait un jour, le réalisateur canadien aurait droit à une double page. Cronenberg est un réalisateur étrange. C’est incontestablement un auteur capable de faire le grand écart entre le cinema d’auteur et la série B sans déchirer sans pantalon. Si bien qu’il est possible de revoir ses films 30 ans après et d’y trouver du contenu malgré des effets spéciaux devenus ringards mais terrifiants à l’époque.

Le vilain incarné par l'empereur de la série B 80's: Michael Ironside

Le vilain incarné par l’empereur de la série B 80’s: Michael Ironside- ©Pathe / Source : Amazon

Cronenberg à la sortie de Spider (qui n’est pas le reboot des aventures de Peter Paker pour savoir s’il portera désormais un caleçon bleu ou rouge à l’écran, mais une plongée terrifiante dans le monde de la schizophrénie) déplorait que les producteurs aient capitulé et ne sachent plus produire de films uniquement destinés aux adultes.  Autrement dit que les films fantastiques soient uniquement calibrés pour des adolescents en mal de mains baladeuses dans les salles obscures.

Prenons Spider Man (encore ?)  par exemple : Un gamin est piqué par une araignée radioactive. Il hérite de ses pouvoirs et devient un surhomme. Chez Cronenberg le héros de La Mouche avait une origine similaire mais à l’inverse de Peter Parker, il subissait une horrible transformation où bestialité et sexualité prenaient le dessus. Vous imaginez la tronche de Stan Lee si Peter avait au cinéma 4 bras et mourrait d’un cancer dû aux radiations ?

Le cinéma de Cronenberg ne s’embarrasse pas du volet boyscout de la Marvel ; comme Kubrick, le réalisateur est souvent froid et sadique avec ses personnages. Pecognition dans Dead Zone, mutation dans La Mouche , transhumanité dans Crash , schizophrénie dans Spider, réalités virtuelles dans ExistenZ, Cronenberg a souvent abordé à l’écran ce qui fera la gloire des Grant Morrison, Warren Ellis et Garth Ennis.  Son cinéma est pervers, organique et vient questionner la nature humaine au travers de ses secrétions, ses organes internes dévoilés, ses fêlures et ses fractures.

Scanners ne déroge pas à la règle : Cameron Vale est un jeune télépathe qui ne contrôle pas ses pouvoirs. Alors qu’il sombre dans la folie, agressé par des voix externes, il est pris en charge par le professeur Xavier, le professeur Ruth, qui l’aide à maîtriser ses pouvoirs. Employé par le gouvernement, il va traquer Michael Ironside un télépathe de haut niveau qui semble avoir son propre agenda. Mais le Dr Ruth a t’il vraiment tout révélé à notre héros ?

Notre héros a de jolis yeux, sinon,euh...une belle fossette aussi...

Il a les yeux revolver/ il a le regard qui tue /  ©Pathe-Source Collected Cinema

Le film commence avec les origines du mutant classique : panique, incompréhension mais très vite la perversion de Cronenberg prend le dessus ! les têtes explosent, les yeux sont arrachés, les corps pris de combustion spontanée : Du Garth Ennis avant l’heure. Cronenberg induit son film de surhommes dans la réalité : basiquement quels sont l’étendue des dommages que peut faire un télépathe ? Le concept est donc le même que celui d’un comic-book Marvel. La télépathie est autant un don qu’une malédiction. Mais l’altruisme, l’abnégation et le sens du sacrifice n’ont pas droit de cité ici.

Le scénario de Croneberg prend pourtant tous les chemins convenus de l’exercice: père caché, savant fou, complots et traîtrise. C’est le traitement qu’il réserve à ses personnages qui le distingue de ses collègues. N’espérez pas de Happy End chez Cronenberg : à aucun moment le spectateur n’ a envie d’être à la place de Cameron, ses pouvoirs ne font pas rêver ce qui crée un cinéma plutôt froid, clinique et effrayant.
Et puisque nous sommes dans les complots , la prestation de Patrick Mc Goohan , inoubliable N° 6 du Prisonnier et ici père de substitution vaut le détour : langage corporel affirmé, voix magnifique, regards triste et cynique, il vole la vedette à Stephen Lack, la vedette du film, sous- Travolta de l’époque et porté disparu depuis.

Ça se passe comme ça chez Cronenberg !

Ça se passe comme ça chez Cronenberg ! ©Pathe / Source Pinterest

Vous reconnaîtrez également Jennifer O Neil, l’héroïne d’Espîons Modèles et l’impayable Michael Ironside, sosie de Nicholson, qui dispute à Malcom Mc Dowell le titre peu convoité de Néron du Nanar après avoir débuté avec de grands réalisateur . Aujourd’hui , il double Sam Fisher dans le jeu vidéo Splinter Cell . Il campe un beau salaud et joue sur sa présence, les personnages de Cronenberg n’étant pas de grands bavards. Signalons une partition d’Howard Shore très proche des ambiances industrielles inquiétantes des premiers NIN.

Scanners a beaucoup vieilli: les ordinateurs sont de grosses bobines qui tournent, les savants ont des lunettes façons Jacques Legras, les acteurs font de grosses grimaces et travailler leurs mâchoires pour traduire la douleur d’une attaque télépathique. Mais le charme est intact, la fin impitoyable et sérieusement qui aurait envie de se risquer à faire un remake de ce machin ? La preuve par 1000 qu’il est possible de faire du super héros horrifique (en fait, on disait cinéma fantastique à l’époque) sans moyens, beaucoup de dialogues et volonté de plaire.
Du cinéma gore et de très mauvais goût qui préfigurera notre crédo de la culture Geek à la culture tout court, Cronenberg ayant été longtemps exilé chez les Bogdannov, dans les pages de Mad Movies avant d’avoir enfin les grâces des Cahiers du Cinéma et de Télérama

Patrick Mc Goohan: un sacré numéro !  /©Pathe / Source IHDB

36 comments

  • JP Nguyen  

    Je ne suis pas fan des films d’horreur ou fantastique mais je n’avais pas pu décoller de La Mouche de Cronenberg, qui m’avait bien fichu les jetons…
    Concernant l’absence de Happy End, il me semble que, dans les années 2000, le réalisateur se soit plutôt adouci. Je me rappelle de « A History of Violence » et de « Eastern Promises », où ça se termine plutôt bien pour le « héros ».
    Pour Scanners, je pense que je passerai mon tour car ce n’est pas trop ma tasse de thé…
    Sinon, j’aimais bien l’acteur Michael Ironside (apparu également dans la série « V »).
    Enfin, l’image de la tête qui explose me fait inévitablement penser à Hokuto no Ken…

  • Tornado  

    Purée, « Scanners » a toujours été un fantasme terrifiant pour moi. C’était l’un des films préférés de mon grand frère lorsque les magnétoscopes sont arrivés chez le enfants des 80’s (avec « Midnight Express » et « Scarface ». Mais pourtant non, il n’a jamais viré psychopathe !). Lorsqu’il me racontait la scène de la tête qui explose, ça me traumatisait. Résultat, je n’ai jamais osé regardé le film !

    Parmi les oeuvres de Cronenberg, mes préférées sont « La Mouche » et « Chromosomes 3 ». « La Mouche » fonctionne encore très bien et le jeu de Jeff Goldblum est extraordinaire. « Chromosomes 3 » a pris un méchant coup de vieux alors qu’il me terrorisait à l’époque. Par contre, il a su préserver son atmosphère malsaine et, comme le dit Bruce dans l’article, il n’est plus possible aujourd’hui de trouver de telles ambiances dans les films contemporains.
    A croire que le cinéma et les comics suivent le même shéma. Seraient-ils en passe de devenir deux médiums moribonds, désincarnés par la machine à fric à force de viser le public ado ? Ils nous emmerdent les ados à la fin !
    Mais en fait, les ados n’y sont pour rien, car mon frère était un ado lorsque « Scanners » était son film préféré…

  • Bruce lit  

    « Halloween is coming » 1/6
    Un professeur mystérieux qui recrute un télépathe qui ne maîtrise pas ses pouvoirs ? Non ! on n’est pas chez les Xmen, mais chez David Cronenberg !
    Puisque le cinéma des années 80 revient en force, retour sur un film culte de ce que pourrait être une histoire adulte de mutants…
    La BO du jour : toutes ces têtes qui explosent et laissent un trou béant…https://www.youtube.com/watch?v=cV2EUUF47Ms

  • Patrick 6  

    Le film a prit un méchant coup de vieux, mais comme tu le dis a conservé son charme ! Et puis les films avec McGoohan ne sont pas si nombreux que cela alors ne boudons pas notre plaisir 😉
    Ironside quant à lui a ici son plus grand rôle, puisqu’il a été par la suite abonné aux seconds rôles (Starship troopers, Total recall pour les plus marquants) c’est dommage pour un acteur qui était pressenti comme le nouveau Jack Nicholson !

  • yuandazhukun  

    Je l’avais revu il y a quelques années, oui le film a pris un bon coup de vieux mais pour autant j’avais bien apprécié, que c’est bon de voir des super-pouvoirs qui font pas du tout envie comme tu le dis Bruce, et au contraire cette souffrance des personnages est « normale » face à la situation. J’ai toujours voulu voir un gars venant d’acquérir des pouvoirs commençait à voler, le sourire se transforme en affreux rictus et s’écrase violemment contre un immeuble ! et meurt bien sûr ! (pardon je me laisse aller !). Pour moi Vidéodrome est le pire de Cronenberg, difficilement regardable, mais c’est ce qui est fort chez ce gars avec ses films…ça tiraille, ça met mal à l’aise, ça dégoute…bref on ressent des trucs ! J’étais vraiment fan d’Ironside, c’était un acteur avec une vraie gueule et une présence (oui je sais il est pas mort…non ?), pas de minets imberbe avec un regard de bovin…Après, Verhoven l’a bien aidé à se transcender…bref j’adore ce genre de films fantastiques ! Merci Bruce pour cet article bien nostalgique et drôle !

  • Présence  

    Merci beaucoup pour la présentation de ce film dont j’ai souvent entendu parler (et même dans Télérama), sans jamais avoir le courage de le regarder (toujours mes difficultés avec la violence gore au cinéma ou à la télévision). Je n’aurais jamais pensé que son schéma s’approche si près de celui des X-Men.

  • Jyrille  

    Comme beaucoup d’autres Cronenberg, je ne l’ai pas vu, mais il faut que je rattrape ce retard ! La Mouche, vu au ciné à sa sortie, m’avait terrifié (je devais avoir 13 ans), j’ai donc longtemps évité ce réalisateur, même si ses univers m’ont toujours parlé. J’ai vu Videodrome relativement récemment, j’ai adoré.

  • Lone Sloane  

    Là tu nous fais plaisir, Bruce. L’idée d’une lecture super heroïque de Scanners ne m’avait jamais effleuré, mais Cronenberg et ses films d’horreur organiques, Frisson, Rage et Chromosome 3 avant Scanners et Videodrome, sont toujours de sanglants et sadiques joyaux. Je ne trouve pas qu’il aient mal vieilli, même les FX me paraissent corrects (après tout une tête qui explose doit peu ou prou ressembler à une citrouille qui subit les derniers outrages) et l’ambiance froide et clinique est la marque de fabrique du facétieux canadien.
    Autre talent de Cronenberg, il a toujours choisi de belles actrices et les dirige habilement dans leurs tourments, Genviève Bujold est magnifique dans Faux semblants. Et après la lecture de ta chronique ce matin, le souvenir de la sexy Marilyn Chambers, première porno star et actrice dans Rage, s’est frayé un chemin dans mon cerveau reptilien.
    Eros et Tanatos, sacré marabout canadien…

  • Léo Vargas  

    Ce film est une oeuvre culte ! Rien que pour la présence, la prestance et la gueule de Michael Ironside…

  • Matt  

    Il est très bien ce film.
    Il y a des longueurs mais je ne l’attribue pas spécialement à la vieillesse du film mais plutôt à la méthode Cronenberg. La lenteur un peu flippante c’est son truc. ça peut moins plaire de nos jours, mais d’un autre côté…c’est aussi justement parce que plus personne ne fait des films comme ça qu’ils conservent un intérêt. Le public change, les goûts changent…mais contribuent justement à rendre plus unique les trucs moins à la mode. Et ceux qui n’aiment pas…ma foi tant pis pour eux^^ Veut-on voir un remake de ce film hyper dynamique en mode blockbuster bourrin formaté ? Pas moi.

    Pareil, je ne retiens pas les éléments comme les vieux ordinateurs comme des éléments faisant vieillir le film. Il est juste inscrit dans son époque. Sinon le hobbit serait les plus vieux films du monde vu qu’il n’y a pas d’électricité dans les films^^
    Le film fonctionne bien je trouve. Je vois pourquoi tu as rapproché ça des X-men. Et il y a des scènes choc qui sont encore bien sympas.

    • Bruce lit  

      Salut Matt.
      Je ne me rappelle pas de longueurs particulière pour celui-là. Peut-être d’avantage pour Faux-Semblants dont je garde un souvenir brumeux. Les films de Cronenberg sont effectivement très lents. Je n’avais pas aimé La Mouche lors de mon premier visionnage avant de me rappeler avoir été impressionné lors de sa sortie en DVD.

      • Matt  

        Salut.
        Oui quand je parle de longueurs, c’est plutôt une certaine lenteur.
        La mouche est très bon.
        Je crois qu’il faut faire l’effort de ne pas attendre de ces films un schéma auquel on est habitué depuis des années à cause de ce qu’on avale comme films modernes. C’est pareil pour les films asiatiques qui ne sont pas fait selon la mode classique américaine et qui déplaisent à certains alors que moi j’y vois une certaine fraicheur, une autre façon de raconter une histoire. Et en fait si on regarde parmi les vieux films américains, ça existait aussi cette autre façon de raconter. C’est juste que maintenant on est à fond dans le dynamisme, le toujours plus vite et plus fort, sauf qu’au bout d’un moment moi ça me gave et j’apprécie les films d’autres pays ou même des vieux films plus atmosphériques.

        Et joyeux Noël au passage^^

  • Tornado  

    Ça y est ! Je l’ai vu !

    Comme je le disais plus haut, je n’avais encore jamais osé regarder Scanners, à cause de mon grand frère, qui me racontait les scènes du film et me faisait flipper à mort quand j’étais gosse.

    La chose a vieilli, certaines scènes sont kitsch ou mal fichues (le découpage souffre d’un rythme fluctuant qui frôle l’amateurisme). Mais c’est un grand film ! La fin, cathartique, est franchement réussie, en dépit d’une révélation un peu précipitée (« lui c’est papa, toi t’es mon frangin et tu le savais pas… »). Tout à fait le genre de film où l’on se prend à regretter qu’il n’en existera plus des comme ça. Il n’y avait là aucun cahier des charges. Juste une totale liberté créative.

    Le plus fort reste probablement le scénario. C’est assez impressionnant ce qu’arrive à faire Cronenberg avec son script (il écrit et réalise entièrement le film). En 1h38, il développe une toile de fond et une mythologie qui équivaut largement à 15 ans de publication de comics ongoing !

    Et enfin, je suis totalement d’accord avec Bruce : de la première à la dernière minute, je n’ai pas pu m’empêcher de faire le parallèle avec le conflit Xavier/Magneto. J’avais cette idée en tête tout au long du film.

    A noter que j’ai vu le film dans sa version restaurée, avec de superbes couleurs vives, alors que tous les extraits que j’avais vus avant souffraient d’une image affreuse aux couleurs délavées et ternes. Comme, hélas, beaucoup de films des années 70.

    • Matt  

      J’attends avec curiosité l’époque ou on dira « j’ai vu le masque du démon en couleur enfin, sans cette technique archaïque du noir et blanc » ou « J’ai vu Fight Club sans cet esthétisme verdâtre à la con qui a vieilli »

      Je taquine, on va me traiter de « puriste » après…^^
      Seulement des fois je me demande si ces choix de restauration ne sont pas aussi influencés par les modes actuelles. Imaginez que l’esthétisme de pub pour parfum de Snyder soit la mode dans 30 ans et qu’on restaure les couleurs de pas mal de films comme ça ? Ou même l’inverse hein. J’suis pas fan de Snyder mais un mec qui viendrait changer son schéma de couleurs pour une pseudo restauration…je trouverais ça déplacé.
      Ou est la frontière entre la restauration de ce à quoi c’était censé ressembler à l’époque et les choix douteux de commerciaux modernes qui modifient un choix artistique pour vendre ? Des films grisâtres il y en a qui le sont volontairement, encore de nos jours. Si c’est pour les colorer façon conte de fées…euh…

      • Tornado  

        M’enfin il n’a pas du tout été recolorisé ! Il a été restauré avec ses couleurs d’origine ! La plupart des films des années 70 ont souffert d’une période où les copies étaient malmenées et abandonnées en l’état. Au contraire, tous les réalisateurs apprécient qu’aujourd’hui leurs films de cette époque retrouvent une nouvelle jeunesse et l’éclat voulu à l’origine.

        Je ne me souviens pas des sources, mais j’ai lu plusieurs interviews relatant que tel ou tel film avait été tourné avec des filtres pour un rendu flamboyant, et que les copies ternes qui étaient restées les seules disponibles pendant des décennies n’avaient rien à voir avec le résultat initial.

        • Matt  

          Dans ce cas ok^^
          La question me vient inévitablement en tête, c’est tout.
          Ou qu’elle est cette version ? Il y a un DVD ou un blu-ray qui contient cette remasterisation ?

          • Tornado  

            Que je te divulgue la provenance de ma version ? Heu… Houlah, attends là, y faut qu’j’y aille j’ai un sanglier sur le feu…^^

          • Matt  

            Hum ça sent le truc pas net ça^^
            Ils n’ont rien sorti chez nous j’imagine.

          • Tornado  

            Non. Juste un blouré rosbif sans sous-titres français…
            C’est ça qui est intéressant avec les trucs pas nets : Tu peux avoir la version restaurée avec la VF je ne vois pas de quoi vous voulez parler, monsieur…

          • Matt  

            Certes mais mon côté collectionneur aime bien avoir le support physique officiel, le choix des langues, tout ça^^ Pas envie de tout racheter en blu-ray, les DVD me suffisent mais j’aime bien avoir ça en version boite.
            Mais c’est vrai que quand on ne peut pas…ben…on ne peut pas.

            Je crois que j’ai encore le DVD de Lord of illusions de Clive Barker en version UK sans sous titres (mais je me débrouille avec les sous titres anglais) pour avoir la version uncut qui n’existe pas chez nous. Hellraiser 2 est aussi un exemple de version longue qui n’existe pas chez nous.
            Mais j’ai vu sur le site devildead que « le chat qui fume » (qui a récemment ressorti un combo DVD/blu-ray du retour des morts vivants de Dan O’bannon) prépare une sortie de la version uncut du lord of illusions (un gérant de l’éditeur DVD fait partie du staff du site devildead) :

            http://devildead.com/forum/viewtopic.php?f=1&t=316&start=60

    • Bruce lit  

      C’est vrai que la fin est précipitée. C’est vraiment série B mais c’est ce qui fait son charme.
      Content que tu aies aimé.

  • Matt  

    A noter que Ironside a récemment encore joué les méchants dans un film un peu fauché, gore, hommage aux années 80 avec une BO au synthé, appelé « turbo kid » :

    https://www.youtube.com/watch?v=AFlZ6pVtnv0

    Je ne sais pas trop ce que ça vaut. D’un côté je me méfie des films « fan service » qui se reposent sur la nostalgie des années 80, mais d’un autre j’ai eu des échos et lu des critiques comme quoi les personnages sont attachants, et ce serait fun.

  • Matt  

    Et le personnage de Ironside s’appelle Zeus, rien que ça^^

    Le film semble avoir un côté Scott Pilgrim ou Kick Ass mais avec un univers qui me parle davantage, Pilgrim étant pour moi trop gentillet et trop basé sur les références geek. Ici ça semble le cas aussi (Mad Max, les vieux jeux vidéo, les super héros, le gore), mais des références moins sages on va dire^^

    • Bruce lit  

      Ah ça a l’air pas mal !
      J’adore la voix d’Ironside que j’ai vraiment découverte dans les jeux Splinter Cell.
      Tiens j’ai fini hier la 1ère saison de Stranger Things. Les acteurs sont tous formidables et ce mélange Stephen King-Spielberg est super divertissant. Mais comme souvent la fin m’a déçu.

      • Matt  

        Moi j’ai vu Hidden, un film des frères Duffer (ceux de la série Stranger things donc) qu’ils ont réalisé avant.
        Un couple avec leur petit fille qui se planque dans un abri anti-atomique suite à une catastrophe dont on ne sait rien. Apparemment il y a des monstres dehors et ils doivent vivre cachés. Et on apprend petit à petit dans des flash back ce qui s’est passé vaguement. Et il y a une sorte de twist surprise sur ce qui se passe à la surface. Pas mal.

        • Tornado  

          La saison 2 de Stranger Things est moins bien que la 1°. Le script semble bel et bien s’écrire au fur et à mesure pour étirer la série.
          Ça reste néanmoins du bon divertissement (pas trop long), et les personnages sont toujours aussi soignés.

          • Bruce lit  

            Bon et ben merde alors.
            Je savais qu’il y aurait le syndrome Lost-X-FIles, je pensais avoir tort 🙁

          • Matt  

            Non mais c’est le syndrome de 95% des séries ça.
            Pas pour rien que j’en regarde plus^^ (en plus que ce soit chronophage)

  • Matt  

    BOn alors j’ai vu Turbo Kid avec le dernier rôle connu de Ironside. Et c’était bien fun^^
    On sent un peu que c’est une production fauchée, mais le délire est fait avec suffisamment de cœur : une sorte de Mad Max avec des vélos (y’a plus de carburant sur terre) avec un méchant cgef de gang qui récupère l’eau en pressant des humains dans une machine (ben ouais…on est constitué à 80% d’eau)
    Les persos sont marrants, il y a un paquet de références aux années 80 (déjà ça se passe dans un futur apocalyptique de 1997, comme on pouvait le voir dans certains vieux films qui imaginaient 1997 comme un lointain futur^^)
    Les acteurs sont bons, les bastons bien gores, et la BO est juste énorme ! Pourtant je ne pensais pas être spécialement fan d’electro.
    Elle a été composé par un duo canadien connu sous le nom « le matos » (rien que ça^^)

    https://www.youtube.com/watch?v=An5B90V0sVs

    • PierreN  

      Les apparitions de Michael Ironside (Total Recall, Starship Troopers, V) et Ray Wise (Robocop, Twin Peaks, Swamp Thing) ont beau être brèves dans X-Men : First Class, ça fait néanmoins plaisir de revoir le trognes.

      • Bruce lit  

        Ironside dans Xmen ????

        • Matt  

          Mouais bon…il joue un capitaine de bateau. Il doit apparaitre 1min.

          • PierreN  

            Il doit encore y jouer un russkoff (puisqu’il l’intrigue se déroule pendant la Guerre froide), comme dans le 4ème Terminator (celui avec Bale).

  • Jyrille  

    Cosmopolis, le dernier Cronenberg je crois, avec Pattinson, est vraiment ennuyeux. Mais c’est le matériau original qui semble l’être, ce n’est pas du tout dû à la réalisation impeccable ou aux acteurs, tous formidables.

    Celui avec Debbie Harry, c’est Videodrome.

  • Lone Sloane  

    Bonne pioche, je vais me procurer ça. Et puis, quelques pages de lecture tous les soirs, c’est le bon rythme pour nous les vieux 🙂

  • yuandazhukun  

    Effectivement Pattinson en tête des minets imberbes mais je rajouterais personnellement certains « acteurs » des X-men et Avengers….et Fantastic Four…

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *