Myrninerest, le 03 mars 1920 (Enferme-moi si tu peux)

Enferme-moi si tu peux Anne-Caroline Pandolfo & Terkel Risbjerg

Un article de  PRESENCE

VF : Casterman

Envole-moi  © Casterman

Envole-moi
© Casterman

Ce tome contient un récit complet indépendant de tout autre. La première édition date de 2018. Il a été réalisé par Anne-Caroline Pandolfo (scénario) et Terkel Risbjerg (dessins) et comporte 145 pages de bande dessinée en couleurs. Il commence par une introduction de 2 pages rédigée par Michel Thévoz, fondateur et conservateur honoraire de la collection de l’Art Brut à Lausanne. Il se termine par 3 pages contenant chacune en vis-à-vis la photographie de 2 des artistes évoqués et leur représentation par Risbjerg.

Un texte d’introduction évoque la fin du dix-neuvième siècle et le début du vingtième siècle où il vaut mieux être un homme, blanc, cultivé et bourgeois, les autres (femmes, enfants, paysans, malades vieux) étant mal lotis. Augustin Lesage (1876-1954) travaille à la mine comme son père avant lui, et son grand-père encore avant lui. Il a commencé travailler dès la fin de ses études, c’est-à-dire à la fin de l’école primaire. Un jour de 1911, alors qu’il est en train de travailler sous terre dans la mine, il entend une voix qui lui dit qu’un jour il sera artiste. Il n’a aucune formation artistique. Il a entendu une voix : le mineur à côté se moque de lui. Pour se distraire, Augustin Lesage décide de participer à des séances de spiritisme. Il continue à entendre des voix. Un jour la voix fit noter à Augustin une liste de matériaux à se procurer, la dimension de la toile, les nuances de couleurs, la taille des pinceaux, les liants, et même le nom et l’adresse du fournisseur.

Madge Gill (1882-1961) raconte son histoire. Elle est née ans un quartier très pauvre de Londres, sans père. Elle a été cachée par sa famille pour éviter la honte. Quand sa famille s’est installée à la campagne, elle a été placée en orphelinat à l’âge 9 ans. Elle s’est mariée à 25 ans, a perdu ses enfants, un œil. Le 03 mars 1920, elle a ressenti quelque chose tout au fond d’elle, une sorte de grâce qui lui a donné la force de déployer ses ailes toutes chiffonnées, de composer au piano et de dessiner des fresques à l’encre et à la plume sur des rouleaux de calicots de onze mètres. Le facteur Joseph Ferdinand Cheval (1836-1924) parcourait tous les jours 33 kilomètres à pied pour sa tournée. Un jour il trébucha sur une pierre au milieu du chemin. Il la mit de côté, et se mit à en sélectionner d’autres pendant ses tournées, qu’il revenait le soir pour récupérer. Puis il se mit à construire un palais.

Travail au charbon  © Casterman

Travail au charbon
© Casterman

En Suisse à Lausanne dans le comté de Vaud, Aloïse Corbaz (1886-1964) chantait d’une voix pure dans le chœur de l’église. C’était sa sœur Marguerite qui s’occupait des enfants, sa mère étant décédée alors qu’Aloïse avait 11 ans. La jeune fille entretenait une passion pour les fleurs et leurs couleurs. Quelques années plus tard, Aloïse entretient une relation amoureuse et charnelle avec Joseph un prêtre défroqué. Sa sœur l’envoie travailler en Allemagne à la cour de l’empereur Guillaume II, à Postdam. Au début de la guerre, elle revient en Suisse traumatisée, tenant des propos inintelligibles. Marjan Gruzewski (1898-?) est somnambule, médium et artiste. Mais au contraire des gens qui se promènent inconscient sur les toits, il s’est toujours senti dans un état d’éveil extrême où l’espace et le temps n’ont plus de limites, voyant toujours des choses que les autres ne voyaient pas. À l’âge de 8 ans, il a perdu le contrôle moteur de sa main qui lui semblait se mouvoir d’elle-même, sans sa volonté consciente. À l’âge de 17 ans, il a participé à sa première séance de spiritisme. Un jour c’est l’esprit de sa main qui se manifeste lors d’une séance. Judith (1943-2005) et Joyce Scott sont nées jumelles, dans l’Ohio en Amérique du Nord. Judith est atteinte du syndrome de Down, pas Joyce. Au cours de sa jeunesse, ses parents la place dans une institution pour enfants attardés, cas désespérés, considérés comme inéducables. Des années plus tard, Joyce Scott prend sa sœur en charge et l’inscrit dans un centre où sont organisés des ateliers d’expression.

Dans l’introduction, Michel Thévoz développe la position de l’Art Brut par rapport à la marchandisation, et sa place dans le monde de l’art. Il insiste sur son rejet par les cercles culturels officiels et le fait que la bande dessinée, elle-même considérée comme un art mineur, soit particulièrement adaptée pour établir une passerelle entre ces artistes et un public d’une nature différente. Les auteurs ont donc choisi de présenter 6 artistes dont la production a été classée dans le registre de l’Art Brut, voire dont les œuvres ont contribué à la définition même de cette catégorie. La définition de l’Art Brut a été établie par Jean Dubuffet (1901-1985, peintre, sculpteur, plasticien) qui l’a retravaillée à plusieurs reprises pour aboutir à : Œuvres ayant pour auteurs des personnes étrangères aux milieux intellectuels, le plus souvent indemne de toute éducation artistique, et chez qui l’invention s’exerce, de ce fait, sans qu’aucune incidence ne vienne altérer leur spontanéité. Cette définition ne se trouve pas dans cet ouvrage, car ce n’est pas l’objectif des auteurs. Anne-Caroline Pandolfo et Terkel Risbjerg s’attachent à décrire le parcours de vie des 6 artistes qu’ils ont retenus, plutôt que l’accueil de leurs œuvres par les milieux institutionnels ou marchands, ou leur postérité.

L’inspiration spirituelle  © Casterman

L’inspiration spirituelle
© Casterman

Le lecteur est tout de suite emmené dans un ailleurs par les planches. Terkel Risbjerg réalise des dessins descriptifs avec un bon degré de simplification, tout en s’approchant de l’expressionnisme avec certains éléments. La première page montre les mineurs sortant de l’usine. Le lecteur se fait tout de suite une idée de l’état d’esprit accablé des travailleurs avec les couleurs grises, et les masses noires des cheminées. L’artiste joue ainsi régulièrement sur la couleur pour instaurer une sensation ou un ressenti : les teintes verdâtres sur fond noir pour les ectoplasmes lors de la première séance de spiritisme, les longs bras avec mains, déformés et allongés noirs ou blancs lorsque Madge Gill ressent la présence de Myrninerest, le blanc du ciel quand elle se représente les individus attachés à un fil flottant dans le néant au-dessus de la ville, le rose beaucoup plus charnel lors de la séance spiritisme à laquelle participe Marjan Gruzewski, le blanc vierge dans lequel Judith Scott semble créer ses cocons de couleur. D’une manière générale, Risbjerg ne s’attache aux décors que dans la mesure où ils permettent de comprendre où se déroule la scène. Il peut les représenter de manière détaillée (palais du facteur Cheval, Institut Métapsychique International, orgue dans l’église de Lausanne, etc.), comme juste les évoquer de quelques taches de couleurs ou de noir en fond de case (les galeries de la mine, les chemins parcourus par le facteur Cheval, la chambre d’Aloïse à l’Institut, la campagne pluvieuse où vit la famille Guzewski).

Les personnages sont représentés par des silhouettes un peu simplifiées, mais présentant des différences entre elles, et par des visages dont les traits sont également simplifiés. Pour ces derniers, le lecteur peut faire la comparaison avec les photographies qui se trouvent en fin d’ouvrage, et voir les caractéristiques structurantes que l’artiste a retenues (et donc celles qu’il n’a pas retenues) pour représenter les 6 artistes. Ces choix graphiques conduisent à une narration visuelle douce qui sait montrer les horreurs subies par les individus (de la guerre aux conditions de l’internement) sans donner l’impression d’agresser le lecteur avec des images choc, sans non plus gommer les privations, les conditions d’internement, le mal être des individus. Le lecteur est également frappé par l’importance donnée aux pages sur fond noir ou sur fond blanc, dépourvues de décors, 45 pages dans l’ouvrage. Par cette mise en scène, les auteurs attirent l’attention soit sur le mal être de l’individu (majoritairement les pages sur fond noir), soit sur une forme de conquête d’un espace vierge par l’acte de création (les pages sur fond blanc), soit enfin sur les personnages (les discussions en fin de chapitre sur fond blanc). La narration visuelle recèle de nombreuses surprises, avec des subtiles variations de registre graphique et des images splendides. Les auteurs ont choisi ne pas intégrer de photographie des œuvres de ces artistes, préférant une représentation s’intégrant mieux dans la narration visuelle de Risbjerg.

Femme, différente et artiste  © Casterman

Femme, différente et artiste
© Casterman

Les auteurs présentent donc des pans de la vie de ces 6 artistes : leur milieu socio-culturel, leur statut dans la société, la nature de leurs œuvres. Le lecteur observe à chaque fois comment le carcan de la société pèse sur leur vie et impose des contraintes plus ou moins castratrices ou traumatisantes : la vie de la mine pour Lesage, le statut de fille naturelle pour Gill, le métier solitaire et physique du facteur Cheval, le traumatisme de la guerre pour Aloïse, un handicap physique pour Gruzemski, une déficience génétique pour Scott. Le lecteur observe donc comment la société intègre ces individus différents, ou au contraire les met à l’écart des individus normaux. Il constate que les auteurs présentent ces faits en portant un jugement de valeur, ce qui est normal, mais avec la connaissance de ce qui est arrivé par la suite, plus qu’avec les éléments connus aux moments de ces décisions. Cela n’entame en rien la sympathie que le lecteur leur porte spontanément.

Le titre indique clairement que l’objet de l’ouvrage est de montrer comment il n’est pas possible d’enfermer un esprit quand il a la possibilité de s’exprimer de manière artistique, et l’objectif est atteint. Il aborde aussi la question de l’Art Brut, mais sans en donner de définition. Les dialogues entre les artistes et les commentaires de leur entourage précisent bien qu’aucun de ces individus n’a disposé d’une éducation artistique, ou d’un apprentissage des techniques de dessins, de peinture, ou d’architecture. Il est évoqué brièvement qu’Augustin Lesage a pu simuler pour partie le fait qu’un spectre lui parle, que le facteur Cheval a pu s’inspirer de nombreuses photographies touristiques contenues dans les catalogues qu’il acheminait vers leurs destinataires. Mais finalement, les auteurs ne s’intéressent pas tant que ça au processus créatif, à la réception des œuvres, à leur reconnaissance et à leur marchandisation. Il n’y a pas de réflexion sur la nature artistique de leur production, sur l’universalité de ce qu’ils communiquent ou expriment, sur le processus créatif qui peut sembler magique.

Terkel Risbjerg et Anne-Caroline Pandolfo proposent au lecteur de découvrir le parcours de vie de 6 créateurs dont les œuvres relèvent de l’Art Brut. Ils les mettent en scène avec douceur et respect, sans porter de jugement de valeur, sans les réduire à l’état de victime d’un système dans lequel ils n’ont pas leur place. La narration visuelle rend ces vies supportables pour le lecteur qui ne se sent ni agressé, ni culpabilisé, et le scénario rend bien compte de qui ils étaient dans la société dans laquelle ils évoluaient. Le lecteur peut regretter que les auteurs ne se soient pas aventurés un peu plus dans la question de l’art et des techniques d’expression.

Raconte-moi  © Casterman

Raconte-moi
© Casterman

—–
Comment passer de l’état de paria à celui d’artiste révéré ? Qu’est ce que l’Art Brut ? Présence a lu Enferme-moi si tu peux de  Anne-Caroline Pandolfo & Terkel Risbjerg et répond à ces questions chez Bruce Lit.

La BO du jour

11 comments

  • Surfer  

    Faire découvrir l’art brut au travers d’un autre, le 9 éme (Qui, bien souvent est considéré comme un art mineur)….En voilà une BD fort intéressante.

    Les visuels de l’article sont d’une grande force évocatrice, très à propos et qui s’approchent effectivement de l’expressionnisme.

    Tu m’as donné envie de me procurer cette BD à la première occasion et de m’intéresser de plus près aux 6 artistes dont il est question.

    • Présence  

      Je dois cette découverte à Bruce qui m’a prêté cette bande dessinée. Les dessins parviennent à associer la description du quotidien, avec les réalisations artistiques de ces six créateurs différents, sans chercher à les imiter en moins bien. En ce qui me concerne, ce fut effectivement une porte d’entrée très agréable pour découvrir la notion d’art brut.

  • Surfer  

    Pour info, on est privé de musique aujourd’hui (snif…) le lien de la BO ne fonctionne pas.

  • Bruce lit  

    Bonjour Surfer, le lien est rétabli : une vieille BO de Gainsbourg réinterprétée par The Kills.

    @Présence (toujours au ski) : merci d’avoir relevé le défi de passer en revue cette BD dont j’ai moi aussi apprécié la douceur du trait et le parcours atypique des artistes.

    • Présence  

      J’ai relevé le défi, pas très éprouvant, et j’ai visiblement disposé d’un délai confortable par rapport à Matt pour Conan. :)

      Merci de m’avoir fait découvrir l’art brut par le truchement de cette bande dessinée.

  • Eddy Vanleffe  

    un reportage BD, on en apprend tous les jours et une fois de Plus Présence fait un topo pédagogique et agréable…

    • Présence  

      Merci pour le petit mot gentil.

  • Thierry  

    Encore une autre BD super intéressante que je vais devoir lire! Merci!!

    • Présence  

      Plus je lis de BD, plus je me dis que le lecteur vit un âge d’or où la production de BD est d’une richesse hallucinante, s’aventurant dans tous les domaines possibles. Ce qui est apparu ces dernières années, c’est que cette diversité s’est faite au détriment de la rémunération des auteurs qui sont devenus des un consommable comme un autre pour les maisons d’édition, une profusion avec un goût amer.

  • Tornado  

    Je ne connais pas un de ces artistes (à part le facteur Cheval, que je n’aurais pas songé à classer dans l’art Brut, mais plutôt dans l’art Naïf).
    De l’art Brut, je connais surtout les peintres, Jean Dubuffet bien sûr, que je travaille souvent en cours, ainsi que Jean Fautrier.
    Le concept de ce mouvement artistique est de classer les artistes qui ne se réclament d’aucune culture artistique, mais d’un acte créateur inné, parti de rien, comme si on reprenait l’art de zéro, tel qu’au premier jour de l’homme. Là où ça se complique c’est que Dubuffet a cherché à trouver cette essence chez les fous et les malades, ce qui relève un peu de la confusion et qui explique pourquoi certaines élites ont considéré que ce n’était pas un art majeur. Aujourd’hui la confusion est encore accentuée car certains mettent dans ce mouvement tout et n’importe qui (Basquiat, Nicki de St Phalle, Yayoi Kusama…).

    Je ne suis pas très preneur de ce genre de BD. Aussi bien dans la forme (vraiment, ce style pictural ne m’attire pas du tout), que dans le fond (ma relation au monde de l’art faisant partie de mon métier, je n’ai strictement aucune envie de la prolonger dans mes loisirs et encore moins dans la bande-dessinée. Je veux dire par là que je préfère lire des livres sur l’art et surtout visiter les musées et que cela remplit totalement mes satisfactions en la matière). Cependant, je trouve que c’est une très bonne chose que ce genre de BD existe, et que si le médium peut faire office de « passeur » pour les néophytes, c’est excellent quoiqu’il en soit (même si ça manque quand même de karaté tout ça :) ).

    • Présence  

      Merci beaucoup pour tous ces compléments pédagogiques. En particulier, je n’avais pas pensé à m’interroger sur l’évolution de la nature de l’Art Brut au fil des décennies.

      Suite à ton commentaire, je suis allé chercher des images pour Yayoi Kusama, puis lire sa page wikipedia : euh, je ne sis pas prêt d’être capable d’apprécier. :)

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *