Puisque tu pars….

Thorgal : Le Sacrifice par Van Hamme et Rosinski

Thorgal, à poil pour sa dernière histoire !!

Thorgal ! A poil  !! © Le Lombard

VF : Le Lombard

Le sacrifice est le tome 29  de la série Thorgal parue chez Le Lombard. Il s’agit de la dernière aventure officiellement scénarisée par son créateur Jean Van Hamme avant que la série ne  soit  reprise par d’autres auteurs sous formes de spin off ou d’aventures consacrées à Jolan, le fils du héros. 

Il est tout à fait possible de considérer cette histoire comme la fin d’un cycle, tout comme la fin tout court du personnage. C’est en tout cas l’opinion de votre serviteur qui a revendu les pérégrinations de Louve, Aaricia, Kriss et Jolan ( qui pour la plupart étaient de qualité ) pour le plaisir de se dire : Thorgal, c’est fini ! 

Empoisonné, épuisé, aveugle, sale et barbu Thorgal Aergison n’a plus rien d’un vaillant héros bondissant lorsque commence sa dernière aventure.

Sa famille n’en mène pas large non plus : en haillons sous la pluie, Aaricia supplie un seigneur de lui offrir l’hospitalité pour aider son mari avant de finir dans la boue. Mais on est chez Thorgal hein ? et  le lecteur depuis la première histoire parue en 1977, est habitué au Deus Ex Machina de la série.

Thorgal va aller chasser l'arc en ciel une dernière fois

Thorgal va chasser l’arc en ciel une dernière fois© Le Lombard

Pour la dernière fois la déesse Frigg accepte de venir en aide à notre héros. Il lui reste donc 48 heures à vivre et tant à accomplir : voyager entre deux mondes, combattre des créatures fantastiques, convaincre un demi dieu de l’aider et revenir. Le genre de routine que notre beau balafré fait habituellement sans transpirer. Sauf que cette fois ci Thorgal n’y croit plus. Pour sa dernière aventure, Van Hamme bouscule le mythe de son héros. Nous l’avons connu jeune, audacieux, indestructible. Le voici vieilli  et mourant.

Thorgal était l’archétype du héros que rien ne peut abattre ? Le voici qui souhaite mourir ! Usé par 15 années de combat, Thorgal, l’enfant des étoiles qui voulait soustraire son destin aux caprices des dieux réalise que sa quête de liberté lui a trop coûté, que sa famille en a souffert et qu’il est responsable de morts innocentes. Il faut l’intervention de Jolan  devenu un fougeux adolescent,  pour que Thorgal mène sa dernière aventure à terme. Mais son langage corporel accuse sa fatigue, son coup d’épée est là mais plus l’énergie .

Notre héros au ralenti….© Le Lombard

Van Hamme se permet une belle mise en abîme . Il est accusé à l’époque par son public d’être fatigué, sans inspiration et de répéter une recette Ad Nauseam. Le scénariste introduit à son tour cette lassitude chez le personnage pour mieux le transfigurer. Avec le recul sa vision est cohérente :  le héros apparaissait épuisé durant les trois derniers albums. Le contre transfert est puissant et peut être décliné ainsi : Je suis fatigué ( Van Hamme), tu es fatigué ( le lecteur ), il est fatigué ( Thorgal ), nous sommes fatigués, on arrête ! De cette désarmante sincérité , Van Hamme construit une intrigue sans surprise mais efficace : l’apparition de la gardienne des clés, mort et résurrection du héros et un ultime clin d’oeil à Tintin qui aura parsemé  son oeuvre ( ici  L’Etoile mystérieuse ).

C’est Jolan, son successeur qui tient la vedette ici : l’argument est à la fois artistique et commercial. Jolan depuis La Chute de Brek Zarith  avec sa capacité de détruire les atomes est un personnage important : il a sauvé son père, délivré sa mère, voyagé dans le temps et crée un ami imaginaire. Bénéficiant d’un fort potentiel de sympathie, à aucun moment le lecteur ne se demande ce qu’il vient fiche ici.

J'ai l'impression que mon père file un mauvais coton....

J’ai l’impression que mon père file un mauvais coton….© Le Lombard

L’objectif commercial est évident : à la fin de Thorgal , l’équipe artistique passe le relais, après 30 ans de bons et loyaux services, à un scénariste qui va désormais conter les aventures de Jolan, avec des caméos de Thorgal, histoire de ne pas froisser les nostalgiques. Jolan va donc rencontrer le demi dieu Manthor adepte de la magie rouge. Ce personnage sauve Thorgal en échange de l’allégeance de l’adolescent. Avec son physique inquiétant qui emprunte beaucoup au Dr Doom de Marvel, Manthor est il un mentor ou un menteur ?

Tout n’est pas parfait cependant : la réintégration de Thorgal parmi les vikings semble bien facile voire absurde , Jolan trompe les gardes de Manthor avec une facilité que Van Hamme n’explique pas et les peintures de Rosinsky bavent un peu sur son dessin.

Doctor Doom ?

Doctor Doom ?© Le Lombard

Mais cet épilogue promet de beaux instants d’émotion . Van Hamme a choisi de raconter sa dernière histoire via l’amour réciproque d’un père et son fils, chacun prêt à mourir pour l’autre.

Et lorsque Thorgal, vieilli, regarde son destin de père s’accomplir et son enfant le quitter vers un avenir incertain, lorsque cet homme bon verse une larme d’adieu envers son fils, envers lui même, le lecteur qui a grandi avec ce père idéal pleure à son tour pour  lui-même ? pour Thorgal ? pour Jolan ?  Oh ! je ne sais plus moi !

Fier, triste et soulagé à la fois....

Fier, triste et soulagé à la fois….© Le Lombard

18 comments

  • Marti  

    Un très bon article que tu aurais pu titrer « vieux, usé et fatigué » pour paraphraser un ancien Premier Ministre.

    C’est beau de voir que parfois auteurs comprennent quand il est temps d’arrêter et de réussir à le faire avec classe !

  • Tornado  

    Un article bien mélancolique de bon matin !
    Il est certain que la série aurait pu s’arrêter bien avant. Le sommet aura été le Cycle du pays Qâ (albums 9 à 13). La suite est très fluctuante.
    J’ai arrêté les spin-off très vite (deux et puis c’est tout).. Car effectivement, on peut quitter Thorgal avec cet album.

  • Bruce lit  

    @ Tornado, je trouve cette dernière planche tellement magnifique. Thorgal y est tellement digne, cette douleur silencieuse me bouleverse. Du coup le scan est fait maison, car introuvable sur le net. A croire que je sois la seule chochotte à être émouvu…. par cette séquence…
    La porte est ouverte à d’autres articles Thorgal, Tornado, si tu veux te charger du pays Qâ !
    J’ai revendu aussi les Spin offs, tout en les ayant trouvé très bons, ceux de Kriss de Valnor et de Louve essentiellement. Parce qu’encore une fois, la séquence de clôture est si belle que je ne veux pas en savoir plus….

    • Jyrille  

      Je pose une option sur la meilleure saga de Thorgal, celle du pays Qâ, tomes 9 à 13 comme le rappelle Tornado. Mais s’il la veut, je lui laisse, et dans ce cas, je me pencherais plutôt sur les premiers tomes…

  • Jyrille  

    Je rejoins Tornado et Marti. Un bel article et une belle conclusion à la série. Malgré tout, j’ai continué à les acheter, surtout pour pouvoir les lire avec mes enfants. Côté spin-off, je n’ai lu que les quatre tomes de Louve, car ils appartiennent à ma fille…

    A part ça, comme tu le dis si bien, cet album parle vraiment de la fin d’un cycle, celui de Van Hamme qui arrête. Et la dernière case que tu mets tout en bas de l’article est lourde de sens : merci, lecteur de m’avoir suivi, ce n’est qu’un au revoir.

    Enfin, si on tient à cette vieille lune de la fin parfaite de Thorgal, je l’aurai située plutôt au tome 15, le 16 étant mauvais, le 17 correct et après cela devient un peu la routine.

  • Tornado  

    J’aimerais beaucoup faire le Cycle du pays Qa. Mais il faut voir si Cyrille y tient aussi.
    Et j’aimerais aussi beaucoup en faire un sur le Chninkel.

    • Jyrille  

      Et le Chninkel, tu prends que les meilleurs quoi ^^

      Sincèrement, je te laisse la main si tu y tiens. Je suis sur autre chose en ce moment…

  • Présence  

    Je suis fatigué (Van Hamme), tu es fatigué (le lecteur), il est fatigué (Thorgal), nous sommes fatigués, on arrête ! – Ton article met en évidence avec habilité la métaphore de cette transition d’un héros récurrent vers un autre, d’un auteur vers ses successeurs. Merci pour ce regard pénétrant, formulé clairement, dans un article plein d’émotion (pour une série que j’ai découverte sur tard, et dont je n’ai dû lire que les 4 ou 5 premiers tomes, il y a une dizaine d’années).

  • Waldorf Tornado  

    C’est vrai que je suis très attaché à ces sagas. Elles m’ont transporté depuis l’adolescence. Il reste encore une autre solution : Un article à deux, comme je l’ai déjà fait avec Présence 🙂

    • Jyrille  

      Un peu pareil que toi, sauf que c’est surtout le Chninkel qui m’a marqué (je l’ai en EO, tout usé, grâce à un article dans Chroniques d’Outre monde, un magazine de jeu de rôles, le seul vraiment terrible à l’époque, qui malheureusement a passé ensuite la main à une autre équipe éditoriale et est alors devenu sans saveur).

      Je veux bien pour l’article à deux !

      • Tornado  

        Cool. On y réfléchit !

  • Bruce  

    Salut Jord !
    Oui, j’avais lu l’anecdote concernant Ragnar. Le fait que Thorgal revienne au premier plan par la suite me semblait inévitable. Un peu comme Gohan qui devait avoir la vedette pour Dragonball Z pour s’effacer de nouveau devant Goku. Je ne suis pas sûr de vouloir prolonger l’aventure, sauf si elle est exceptionnelle. De manière globale, je n’aime pas les spin off. C’est la multiplication des séries dérivées qui a rendu les Xmen si difficiles à lire.

  • Yuandazhukun  

    Quelle nostalgie ! Pour autant il y a encore pas mal de tomes non lus pour moi…Gamin je m’étais arrêté à la fin du tome 13. Depuis j’ai acheté la collection hachette jusqu’au tome 29 ! Mais pas encore lu depuis mon arrêt ! La série aurait pu s’arrêter au tome 23 La Cage…bref Van Hamme a choisi ! Et quel formidable scénariste ! Un grand bravo à lui ! Et un grand merci à ce super article !

  • JP Nguyen  

    Justement, j’ai du lire plus de Jean-Claude que de Thorgal, honte à moi…
    J’avais des potes qui en lisaient en sixième mais j’étais dans ma période comics only. Le nom m’était aussi familier car en jeu de rôle, un camarade avait choisi ce nom pour son personnage guerrier… nain !
    Sinon, à l’époque où j’allais à la FNAC, Thorgal squattait fréquemment les têtes de gondole, comme certaines autres BD (Astérix, XIII, Largo Winch…) mais je ne me suis jamais laissé tenté…
    Ah si ! je me re rappelle, étudiant, avoir emprunté « Les archers » à un pote et avoir trouvé ça pas mal, sans pour autant me lancer dans la série…

  • Bruce  

    D’autres Thorgal bientôt en ligne, notamment Géant et la Cage !
    JP, tu me dois une série, puisque j’ai découvert Pelisse et ses copains à cause de toi ! Thorgal est une expérience hautement adictive, be warned !
    Je pense que nous pensons tous que certains albums ne servent à rien .Je pense notamment à ceux avec l’araignée géante et les sables machins, que j’ai lus en bibliothèque sans jamais les acheter.
    Par contre, j’ai relu mes 13 et j’ai trouvé ça quand même un peu vieillot, voire, ahem, ringard. ….

  • Lone Sloane  

    Ce qui frappe dans ton article crépusculaire, Bruce, c’est le talent de Rosinski et la beauté de la couleur directe qui jaillit dans le scan arc-en-ciel. J’admire la façon dont il a transformé son dessin en passant à la peinture (il faut essayer le très montecristique diptyque La vengeance du comte Skarbek) et l’émotion amenée par son travail sur la couleur. Un artiste, un vrai, le Grzegorz.

  • Bruce  

    Crépusculaire mon article ??? Je vous ai tous flingué le moral ou quoi ???
    Il y a quelques mois, j’ai pu admirer les peintures originales de Rosinski chez un boutiquier. Impressive indeed !

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *