Quand Jules Verne rencontre Hayao Miyazaki (Nadia)

Nadia et le secret de l’eau bleue par Hideaki Anno

1ère publication le 22/03/18-MAJ le 10/11/18

Embarquez pour une grande aventure sous la mer et dans le ciel

Embarquez pour une grande aventure sous la mer et dans le ciel /
©Gainax ©Dybex /
Source : forum.evageeks.org

AUTEUR : MATTIE-BOY

VF : Dybex

Aujourd’hui l’article portera sur la série animée Nadia et le secret de l’eau bleue .
Fushigi no umi no Nadia (littéralement « Nadia des mers mystérieuses ») est une série d’animation japonaise de trente-neuf épisodes, réalisée en 1990 par le studio Gainax, sous la réalisation de Hideaki Anno (le même qui réalisera la célèbre série Neon Genesis Evangelion par la suite.)

Cette série a rencontré un très grand succès au Japon, recevant notamment le titre de « meilleur anime du siècle » par le magazine Animage. Si vous ne connaissez pas cette série, c’est sans doute à cause de sa diffusion assez discrète en France sur la Cinq en 1991 et non pendant le club Dorothée. Il s’agissait en plus d’une version censurée (une première fois en Italie puis une deuxième fois en France).

Mais ce n’est pas à cette époque que j’ai connu la série. Je l’ai vue la première fois lorsque j’étais au collège en 2001 lors de sa diffusion sur la chaîne Game One (au même titre que Cowboy Bebop .) Il est intéressant de noter que la version proposée par Game One à l’époque était un patchwork inédit qui a demandé un gros boulot de la part des responsables de la chaîne qui ont pris sur eux (en toute illégalité paraît-il par rapport aux contrats d’acquisition de la série) de réassembler les épisodes VF avec des morceaux de VO sous-titrée pour proposer une version intégrale. Certains passages en VF mal traduits (comme le fameux passage où le mot « invisibilité » est utilisé à la place de « invincibilité ») avaient aussi été remplacés par la VO à l’occasion. Cette version n’a jamais été commercialisée et a depuis disparu. Mais le temps faisant bien les choses, on a eu droit des années plus tard à un coffret DVD « intégrale » avec VO et VF. Je n’ai d’ailleurs pas vérifié si les passages mal traduits en VF ont été conservés tels quels puisque je regarde presque tout en VO. En tous cas les passages jamais traduits en VF basculent logiquement en VOST même si vous regardez la série dans la langue de Molière.

 Un large casting pour une série riche en portraits humains

Un large casting pour une série riche en portraits humains / 
©Gainax ©Dybex /
Sources : mangas.fr  et lepetitmondedeolidolly 

Ce qui a provoqué cette censure vient sans doute du fait que les directeurs des programmes français ont du imaginer qu’il s’agissait d’une série pour les petits. Mais non, ce n’est pas le cas. A leur décharge, contrairement à Ken le survivant  qui ne laissait pourtant aucun doute sur son ultra violence, Nadia commence comme une série gentillette bon-enfant pour les 10-15 ans avec des héros jeunes et rigolos et un trio de méchants grotesques qui veulent dérober un bijou à Nadia, jeune africaine orpheline qui travaille dans un cirque à Paris à l’aube du XXème siècle. Bon…on comprend quand même vaguement que le directeur du cirque est prêt à vendre Nadia à ce fameux trio de méchants, donc l’anime « pour les petits » aborde quand même le trafic d’enfants.

Nadia va être secourue par Jean Roque Lartigue, le second protagoniste principal de la série, un jeune petit génie binoclard qui s’était rendu à Paris pour présenter un aéroplane lors de l’exposition universelle de 1889.

Les héros sont des enfants qui vont affronter la mort, vivre des tragédies, se rapprocher, découvrir l’amour, etc.

Les deux jeunes gens vont faire connaissance et essayer d’échapper à l’aristocrate foldingue Gladys et ses deux majordomes Titus et Caïus (Hanson et Sanson en VO) qui veulent lui dérober sa pierre bleue qu’elle possède depuis son enfance, sans rien connaître de son secret mais juste par passion des bijoux.

Si Sanson est ultra costaud, Hanson est également un bricoleur de génie et ce trio saugrenu voyage par conséquent également dans un engin futuriste (pour l’époque, donc à l’apparence très mécanique) tandis que Jean et Nadia s’enfuient à bord d’un aéroplane.
Seulement voilà le ton gentillet bon-enfant va changer après quelques épisodes. Suite à une panne de leur aéroplane, Jean et Nadia vont être repêchés par un navire de guerre qui va être coulé par le Nautilus du capitaine Némo. Ah oui, je ne vous ai pas dit mais la série est une vraie déclaration d’amour à l’univers de Jules Verne et ses 20 000 lieus sous les mers , l’île mystérieuse , Cinq semaines en ballon , De la Terre à la Lune , etc.

Némo, personnage torturé, et son Nautilus

Jean et Nadia vont alors être accueilli parmi l’équipage du Nautilus et même le trio de pseudo méchants du début vont devenir leurs alliés face à une véritable menace qui se présente à partir de l’épisode 7 sous les traits du diabolique leader de l’organisation de la Neo-Atlantide : Argon (Nemesis La Algol plus connu sous le nom de Gargoyle en VO.)

A la tête d’une véritable armée qui a établi une de ses bases sur une île, Argon conçoit en secret une arme terrifiante sous le nom de Tour de Babel dont la puissance de destruction est incomparable, le tout pour forcer l’humanité à remettre les rennes du pouvoir à son « protégé » l’empereur Neo Icon Epiphanes (de son vrai nom Benusis La Arwall), héritier de l’Atlantide. L’histoire va prendre un tournant dramatique avec cette secte fasciste détentrice d’une arme surpuissante. Difficile de ne pas y voir une allusion à la bombe atomique et à tout type de dictateur dérangé. D’ailleurs les chapeaux pointus des soldats de la Neo-Atlantide (et de Argon lui-même dont on ne verra jamais le visage) rappellent les coiffes du Ku Klux Klan. L’histoire sera parsemée de révélations en tous genres (Némo et Argon vont se révéler être de vieux ennemis politiques du temps du règne de Némo sur la cité de Tartessos fondée par des rescapés de l’ancienne Atlantide, Nadia est la fille de Némo et la sœur de l’empereur Neo, et la fameuse pierre bleue tant convoitée de Nadia renferme un grand pouvoir.)

Le redoutable Argon/Gargoyle et ses soldats de la Neo-Atlantide

L’histoire va tourner autour de la lutte de Némo et son équipage (dont Nadia et Jean) contre Argon et la Neo-Atlantide. Vers la fin, des vaisseaux comme la Noah bleue et la Noah pourpre vont être découverts. Ces vaisseaux étaient des arches (Noah = Noé) conçues avant la création des hommes. La mythologie de la série puise dans énormément de croyances et d’histoires romanesques tirées de la littérature. C’est un cocktail d’aventures très réjouissant et efficace qui commence gentiment pour finir dans les larmes et le sang.

A côté de l’intrigue contre Argon qui fait parfois des pauses (Argon reste absent pendant plusieurs épisodes parfois lorsqu’il s’échappe ou change de base d’opération), on voit évoluer l’équipage du Nautilus, la relation entre Nadia et Jean, ou même Nadia et son père qu’elle déteste au début. Nadia a d’ailleurs plutôt un caractère de cochon mais reste très attachante. C’est après tout une jeune ado en proie à des doutes et qui a de grands principes qui vont être malmenés. Elle aime les animaux, est végétarienne et respecte la vie. Son père Némo tue des gens. Jean aime manger de la viande. Ça ne peut que créer des tensions. Cela dit Nadia verra qu’il est parfois difficile de vivre sans faire la moindre entorse à ses principes idéalistes face à un monde cruel et des adversaires impitoyables comme Argon. Et si elle paraît pleine de bonnes intentions, elle en devient pénible lorsqu’elle est persuadée qu’elle a forcément raison (une sorte de Thorgal avec sa dictature de la droiture). Mais sans beaucoup changer, elle va s’assouplir au contact de ses amis et de Jean dont elle va beaucoup se rapprocher.

La Noah pourpre d’Argon s’élève à nouveau pour un combat final dantesque

La Noah pourpre d’Argon s’élève à nouveau pour un combat final dantesque
©Gainax ©Dybex
sources : mangavore7  et archipel.nologos 

Les héros de cet anime ne sont pas du tout clichés ni communs. Une jeune fille métisse et un jeune binoclard, tous deux sans aucun pouvoir (si ce n’est que Nadia, artiste de cirque oblige, est agile et Jean un bricoleur de génie.) Ils restent de jeunes ados qui vont traverser des épreuves, s’endurcir, se rapprocher, se quereller, et ils ne sauveront pas le monde seuls mais avec toute une bande d’alliés allant de Némo au trio de crétins du début qui deviennent finalement des personnages attachants au grand cœur au fil des aventures.

Cette série est un récit d’aventure au sens premier du terme dans le sens où elle met en scène des personnages plus ou moins ordinaires sans pouvoirs particuliers ni capacités physiques hors du commun arrachés à leur vie quotidienne par des évènements extraordinaires qui les entrainent à travers le monde et mettent à l’épreuve leur courage et leur capacité à s’adapter. Même si nos héros ne sont pas parfaits et n’arrivent pas à grand-chose sans aide, ce réalisme face à l’adversité rend leurs actions et leur courage d’autant plus admirable. Pour les mêmes raisons, Argon est un antagoniste inoubliable tant sa dimension réaliste de dangereux leader fanatique le rend intimidant (le masque dépourvu d’expression aide aussi.)

 Un trio de vilains comiques qui deviennent finalement de précieux alliés

Un trio de vilains comiques qui deviennent finalement de précieux alliés Un trio de vilains comiques qui deviennent finalement de précieux alliés   
©Gainax ©Dybex
Sources : archipel.nologos le petitmonde  et animetruckstop 

Cet aspect réaliste se ressent aussi dans les péripéties et les scènes d’action qui sont très inspirées. Par exemple lors d’un épisode, Argon largue des mines sous-marines sur le Nautilus depuis son dirigeable afin de piéger Némo. Tout l’épisode sera consacré à une opération minutieuse de déplacement des mines au moyen du tank de Gladys et ses acolytes. Et on ressent le courage de ces gens qui font leur possible alors que leur appareil prend l’eau sous une trop forte pression menaçant de les noyer.

Une avarie du Nautilus peut aussi prendre un épisode à être réparée. Mais ce n’est pas ennuyeux du tout, il s’agit d’obstacles à portée humaine traités avec réalisme comme dans le magnifique, génialissime film de Richard Fleischer 20 000 lieues sous les mers de 1954 lorsque le Nautilus sombre dans les fonds marins suite à une avarie avant l’attaque du calmar géant.
Lors des derniers épisodes, les affrontements prendront une dimension plus futuriste avec un nouveau Nautilus aux allures de vaisseau spatial mais c’est pour mieux offrir à la série un climax mémorable lorsque les deux camps déploient toutes leurs forces pour décider du sort du monde des hommes.

L’armada de la Neo-Atlantide va donner du fil à retordre au Nautilus

C’est aussi une série pleine d’humour avec des sous-intrigues comiques comme Gladys qui tombe amoureuse de Némo, Nadia et son caractère bien trempé qui adore la nature mais galère à se débrouiller dans la forêt, les maladresses de Jean, le trio de faux-méchants, etc. Sans oublier qu’ils rencontreront aussi une petite fille prénommée Marie (dont les parents ont péri par la faute d’Argon) courageuse et enthousiaste qui, avec son œil d’enfant candide pour qui tout est simple, met tout de même en relief la futilité de certains conflits des adultes.

La série aborde aussi de nombreux sujets sombres et adultes : la mort, la perte de l’innocence, le passage à l’âge adulte, les désillusions, la soif de pouvoir, les dérives de la science, la solitude, la famille, etc. Ajoutez à cela des scènes traumatisantes comme le passage où on croit tout l’équipage du Nautilus décédé suite à une victoire écrasante d’Argon qui pulvérise leur sous-marin après l’avoir attiré hors de l’eau, ou le face-à-face final aux allures de faux procès de Némo au cours duquel Argon torture nos héros sans pitié, et vous obtenez un anime à ne pas mettre entre les mains des tout petits.

Des passages rigolos et des passages tragiques d’une violence surprenante

C’est aussi une série qui propose une des fins les plus abouties et satisfaisantes parmi tous les animes que j’ai vus. On a droit à un épilogue du genre « 10 ans après, machin et machine se sont mariés, bidule a eu un enfant avec chose, truc a retrouvé son domaine familial, etc. » C’est véritablement une série dans laquelle on sent les personnages évoluer, grandir, passer par plusieurs étapes de rejet puis d’acceptation, d’amour et de haine, etc. Une série très humaine qui se penche sur les tourments et préoccupations des personnages.

Il y a bien un passage à vide lors de quelques épisodes assez mauvais aux 2/3 de la série lorsque Jean, Nadia et Marie sont coincés sur une île déserte et qu’ils vivent de mini aventures sans intérêt et enfantines (comme de vilains braconniers qui veulent s’emparer d’Attila, le lionceau de Nadia). Je crois que j’avais entendu dire qu’ils avaient été réalisés pour faire une « pause » comme cela peut arriver parfois lorsqu’un anime ajoute des épisodes « fillers » (de remplissage donc) pour diverses raisons (l’anime a rattrapé le manga et il faut patienter, ou autres problèmes de production.) Il y en a notamment pas mal dans Dragon Ball Z  dont la saga infecte avec Garlic (entre Freezer et Cell) qui n’existe pas dans le manga. Dans le cas de Nadia , il n’y a pas de manga donc je ne sais pas d’où sortent ces épisodes mais heureusement ils ne sont pas légion (seulement 3 ou 4) et peuvent être sautés. Par conséquent, même s’il faut les subir au premier visionnage quand on ne sait pas trop à quoi s’attendre, ils n’ont aucun impact négatif sur la trame principale. Si ce n’est un souci de rythme. Mais il serait dommage de se laisser décourager par 4 pauvres petits épisodes qui ne racontent rien.

 Ça a parfois du bon de se retrouver seuls cela dit  Ça a parfois du bon de se retrouver seuls cela dit

Ça a parfois du bon de se retrouver seuls cela dit
©Gainax ©Dybex
Sources : myreviewer  et mangavore7 

Beaucoup considèrent que Nadia a été un brouillon pour le projet suivant de la Gainax du réalisateur Hideaki Anno : Neon Genesis Evangelion. On retrouve effectivement certains thèmes dans les deux séries mais si tel est le cas, je préfère la spontanéité et la générosité de ce brouillon car même si les sujets abordés restent peut être davantage en surface par rapport à Evangelion , ils ne viennent pas se superposer à la narration avec des passages abscons pseudo philosophiques incompréhensibles et l’équilibre entre péripéties aventureuses et drames humains est mieux maitrisé.

Les personnages sont également bien plus attachants selon moi, et d’un point de vue purement personnel, l’univers qui ressemble à un mélange entre du Jules Verne et du Miyazaki me correspond davantage. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien si je cite Hayao Miyazaki  puisqu’initialement, ce dernier fut embauché au milieu des années 1970 par la Tōhō pour développer des idées de séries télévisées. Un de ses concepts devait s’inspirer de 20 000 lieues sous les mers et mettre en scène deux orphelins poursuivis qui font équipe avec le capitaine Némo. Cette série a été annulée mais Tōhō en a conservé les droits pour confier le projet plus tard à la Gainax. Quant à Miyazaki, il a réutilisé certaines de ses idées dans Le château dans le ciel qui peut donc faire penser à Nadia sur certains aspects.

L’empereur Neo Icon Epiphanes s’adresse au monde entier dans toutes les langues

L’empereur Neo Icon Epiphanes s’adresse au monde entier dans toutes les langues©Gainax ©Dybex
sources : mangavore7  et mangavore7 

Parlons à présent de la partie graphique. La série n’a pas vraiment vieilli. Bon évidemment on sent qu’elle ne date pas d’hier, mais nous ne sommes pas dans le cas d’un Capitaine Flam  qui souffre à présent de la comparaison avec n’importe quelle série visuellement (peu animée, personnages rigides, etc.) La série Nadia est toujours très plaisante à regarder et bénéficie d’une bonne animation (sauf encore une fois lors des tristement célèbres 3 ou 4 épisodes inutiles sur l’île déserte.)

Quant au chara-design, il est excellent avec des personnages hauts en couleur aux faciès variés, des héros à l’apparence originale. S’ils peuvent tout de même faire un peu clichés aujourd’hui avec leur allure qui permet rapidement d’identifier le rôle qu’ils vont jouer dans l’histoire, c’est surtout parce que beaucoup de séries depuis se sont inspirées du style de la Gainax. Par exemple le trio de faux-méchants composé d’une femme un peu hystérique et de deux zigotos a été repris de partout jusque dans la team rocket débile dans l’anime Pokémon (non, je n’ai jamais aimé Pokémon qui pour le coup s’adresse vraiment aux petits, mais j’ai hélas vu des épisodes.)

Argon le fasciste Illuminati raconte l’origine de la race humaine

Argon le fasciste Illuminati raconte l’origine de la race humaine©Gainax ©Dybex
sources : villains.wikia et mangavore7

Les designs des multiples machines sont en tous cas superbes. On oscille entre le steampunk pour les inventions des humains (comme Jean et Hanson) et le futuriste avec celles des Atlantes (Némo et la Neo-Atlantide.) Mais dans les deux cas, les designs sont inspirés et se démarquent du tout venant (à part peut être le vaisseau spatial à la fin.) Et pour ce qui est des robots rudimentaires, des appareils volants comme le dirigeable d’Argon ou des mécanismes en tous genres, on sent bien qu’on n’est pas non plus dans un futur lointain. Il y a toujours des valves à tourner pour évacuer la pression de la vapeur, des mécanismes sensibles avec plein de leviers et d’engrenages à manipuler, etc.

Concernant la bande son, les génériques sont assez…euh…génériques. Rien de particulier. Par contre les musiques durant l’anime sont excellentes aussi. Les personnages importants ont tous droit à leur thème musical. Certains morceaux comme « Tragedy » ou « The last battle » lors des moments les plus bouleversants de l’anime me restent toujours en mémoire. Pour les musiques plus catchy, « The evil trio » est un morceau jazzy très plaisant. Et le « Nemo’s Theme » joué à l’orgue est une grosse référence au piano-orgue du roman voire du film de Fleischer.
Pour les amateurs de VF, je dirais qu’elle est correcte sauf la voix de Némo qui en fait parfois des caisses et rend des dialogues involontairement comiques. A part ça et quelques mauvaises traductions qui ne sont pas la faute des doubleurs, ça passe. Rien d’insupportable.
Pour conclure je dirais qu’il s’agit là d’une série au scénario réellement passionnant dont les épisodes se dévorent sans filer de crise de foie et dont l’intrigue atteint des sommets dramatiques dans son dernier tiers. C’est une des séries animées qui parvient le mieux à faire passer le spectateur du rire aux larmes dans un même épisode.
Une chouette série à redécouvrir, généreuse et captivante, que je conseille à tous.

Ambiance steampunk

Ambiance steampunk
©Gainax ©Dybex

——

Hommage à Jules Verne, meilleur animé de tous les temps ou brouillon d’Evangelion ? Et si Nadia était tout ça et bien plus à la fois.  Review et débat chez Bruce Lit.

BO du jour : pour vous faire une idée de la série

41 comments

  • Eddy Vanleffe  

    On parlait des animés originaux qui ne sont pas des « adaptations de mangas » et oui effectivement on atteint des sommets…
    une perle, merci de ce compte rendu. précis sachant mettre en valeur la profondeur de la série.
    je n’ai jamais vu la fin cela dit… je vais devoir corriger ça… :)

    • Matt  

      Cool un connaisseur^^
      Bon…Bruce il a changé ma BO, j’avais choisi d’autres images pour donner une idée. J’imagine que ça spoilait trop ou je sais pas.
      Bref pour ceux qui veulent en voir plus :
      https://www.youtube.com/watch?v=VzSkj7ZTHsg

      • Bruce lit  

        Matt, je n’ai rien changé sciemment.
        Le lien Youtube ne fonctionnait pas tout simplement malgré plusieurs tentatives ce matin.
        J’ai donc paré au plus pressé.

        • Matt  

          Euh ? Bizarre. J’ai pensé aussi que la vidéo avait été supprimée mais en allant dessus j’ai vu qu’elle marchait donc j’ai pas compris^^
          Mais bon pas grave.

  • Stéphane  

    Je n’ai jamais vu la série en entier… Malheureusement (comme pour Future Boy Conan) , mais n’ayant que des bons souvenirs de la dizaine/quinzaine d’épisodes que j’ai vus et étant plutôt fan d’Evangelion , il faut que je remédie à ça…
    C’est vrai que le trop plein de sérieux de leur série suivante est gonflant et déprimant, ce qui fait que j’ai eu de sacrées périodes de désamour pour elle… J’imagine que ce genre de problème ne sera pas présent lorsque je vais revoir Nadia et découvrir ce que je n’ai jamais vu. Un des personnages de Evangelion semble être le frère jumeau de Jean, d’ailleurs.
    On se rappelle que Disney s’est bien inspiré aussi de cet anime pour son « Atlantis »…

    Merci pour ton article :)

    • Matt  

      Ah les gars faut voir la fin voyons ! Elle est carrément épique et tragique.
      Oui je n’en ai pas parlé mais quand le Atlantis de Disney est sorti je me suis dit « punaise, ils ont acheté les droits ou ils font un gros plagiat sans scrupule ni problème légal ? »

      • Eddy Vanleffe  

        oui je ne voulais pas lancer le truc pour ne pas passer pour le gars qui crie toujours « au plagiat! »
        mais…

        AU PLAGIAT ! :)

        le film Atlantis de Disney c’est quand même quelque chose…
        comme tu me le faisias remarquer hier, finalement peu importe, si au final la seconde oeuvre peut faire connaitre la première.
        l’animation, la BD, le rock et tout le reste fait désormais parti d’une frise où chacun a sa place et son public…
        Disney a finalement beaucoup fait pour la japanime puisque les effets de boomerang ont autant d’effets positifs que négatifs…

        • Matt  

          J’suis pas « pro-remake » non plus hein^^. Loin de là.
          Y’en a qui m’agacent^^ Un article arrivera sur le sujet.
          Disons qu’il y a une différence entre une série qui reprend une idée tirée d’un épisode d’une autre série et brode un univers et de nouveaux persos autour…et un truc qui fait du copier/coller comme le remake de Psychose ou certains remakes américains opportunistes de films étrangers (pour eux…donc d’Asie, d’Europe, etc)…
          Mais on en reparlera^^

  • Présence  

    Il me semble que c’est une série que mes enfants n’ont pas eu l’occasion de regarder. Je te remercie pour la précision sur le lien avec Neon Genesis Evangelion (réalisateur & Studios d’animation) qui met l’accent sur la notion d’auteur, comme l’article d’hier.

    Les passages jamais traduits en VF basculent logiquement en VOST . – Ah ouais, quand même, ça en dit long la dimension artisanale et économiquement limitée pour pouvoir mettre ce genre de produit sur le marché français.

    Il est parfois difficile de vivre sans faire la moindre entorse à ses principes idéalistes. – Avec cette phrase et la liste des thèmes adultes abordées dan un paragraphe suivant, tu mets en lumière une incroyable richesse thématique, avec en plus une approche narrative qui évite le simplisme. C’était très enrichissant de voir comment tu passes en revue les différentes composantes de cet animé : les rebondissements, la manière élégante de conclure la série, son accessibilité, les chara-designs et la conception des environnements, l’hommage à Jules Verne, jusqu’à la bande son manquant de caractère. Un vrai guide pour rédiger un article sur une série.

    Je n’ai pas trouvé les les rennes du pouvoir dans les illustrations, peut-être n’ont-ils pas pu se libérer de leurs rênes. :)

    • Matt  

      Mouhahaha ! J’avais même pas fait gaffe à cette faute. Euh…c’était presque Noël quand j’ai écrit l’article^^

      « Ah ouais, quand même, ça en dit long la dimension artisanale et économiquement limitée pour pouvoir mettre ce genre de produit sur le marché français. »

      Ben…tu veux faire comment autrement ? Les doubleurs ont vieilli donc s’ils rappelaient les mecs pour doubler les passages manquants, ce serait de toutes façons très moche…en plus de coûter cher. On voit ça dans certains films censurés aussi. Parfois ils choisissent de ne pas proposer la VF du tout pour avoir l’intégralité en VO mais sans doute que ça refroidit les gens qui aiment voir ça en VF.
      Certains films asiatiques censurés, si tu choisis la VF, tu as le film en version courte. Et si tu choisis la VO tu l’as en version longue. C’est une autre solution pour que la langue ne change pas en cours de route mais je ne suis pas sûr que ce soit un bon choix. L’amateur de VF ne verra donc jamais la version non-censurée.

      • Présence  

        Ce n’était pas une critique sur la qualité de la traduction, plus une prise de conscience de ma part de la fragilité de la chaîne de production. Ne regardant pas d’animé, je ne m’imaginais pas que ce genre de solution de fortune puisse être utilisé. Ton article me l’a fait découvrir.

        Inconsciemment, j’avais rapproché le doublage en VF, des modalités d’une traduction de livre. Dans ce deuxième cas, lors d’une reprise par un autre éditeur, il a le choix de reprendre la traduction initiale, ou d’en faire refaire une autre, à la fois en fonction de la qualité (et même parfois de l’exhaustivité de l’initiale) et je n’avais pas l’impression que le coût d’une nouvelle traduction soit le facteur déterminant dans ce choix. Ton explication me fait comprendre que pour les doublages d’animé, le coût de la VF est proportionnellement plus important.

        • Matt  

          Oui. J’ai par exemple quelques films de Jackie Chan en DVD et la plupart ont été écourtés pour le marché français à l’époque. L’éditeur HK a choisi de les sortir en version intégrale mais si tu choisis VF dans le menu du DVD, tu auras la version courte. Il faut aller choisir VOST pour voir apparaitre 10min de plus au compteur du film.

          Refaire une VF entière pour des films ou séries anciens, c’est compliqué parce que ça coute cher et en plus beaucoup de gens ne voudraient pas d’un nouveau doublage s’ils sont attachés à la VF de leur enfance. Donc soit on insère des passages VO dans la VF, soit on propose la VF censurée et la version longue n’est dispo que pour ceux qui choisissent la VO. Ce dernier choix est discutable parce que par exemple moi sur mes films de Jackie Chan, j’ai pas pigé tout de suite que la VF était plus courte. C’est quand j’ai voulu changer de langue en cours de film (parce que la VF était nulle^^) que je me suis aperçue qu’il n’y avait pas de seconde piste sonore. Surpris, je suis allé dans le menu, j’ai choisi la VO et là je me suis aperçu que ouais…il y a 2 versions vidéo qui ont chacune une seule poste sonore.
          C’est déroutant. Je préfère la VF qui passe en VO toute seule quand il faut pour avoir la version complète quoi qu’on choisisse^^
          Même certains films américains qui proposent des director’s cut avec des scènes jamais traduites, la VF passe en VO pendant ces quelques passages.

        • Matt  

          Tiens le western « le bon la brute et le truand » a aussi une version longue sortie en DVD. Et là je crois même qu’ils ont fait un doublage français pour les scènes supplémentaires…sauf qu’on voit très bien que ce ne sont pas les mêmes doubleurs, ça choque. En plus au final ces scènes supplémentaires ne sont pas bien utiles…

          • Présence  

            Merci pour ces explications et ces détails, je comprends mieux ce qui préside à ces choix effectivement cornéliens.

          • Eddy Vanleffe  

            Ah les problèmes de doublages et cette solution de fortune concerne presque toute la production de chez Dorothée. il est impossible de refaire le doublage où il faudrait en faire tout simplement un nouveau comme si c’était une nouveauté… je ne sais pas si ça s’est fait…

            j’ai revu les Ranma et ça fait carrément peur de même que Dragons forever de jackie Chan, il y a au moins un quart du film en VOST.

          • Matt  

            Curieusement ils ont fait de nouveaux doublages dans les cartoons de Warner (Bugs Bunny, tout ça) et dans les Disney…qui n’en avaient absolument pas besoin (ils ont osé refaire le doublage de la petite Sirène en virant la voix d’Henri Salvador pour le crabe Sébastien. Blasphème ! Heureusement ils ont ressorti à nouveau l’ancien doublage depuis)
            Pareil je me souviens de certains doublages de cartoons sur mes VHS et j’ai revu ces cartoons dans un nouveau doublage…
            J’ai enregistré le son de mes VHS via l’équipement nécessaire pour numériser des VHS pour les superposer sur des vidéos^^ Rien à foutre, on me volera pas mon enfance !

  • Tornado  

    Bon, et ben tu m’as totalement convaincu. J’hésite à acheter le coffret DVD ou le coffret blu-ray, ce dernier étant beaucoup plus cher.
    Le seul truc qui me refroidi un peu, c’est la durée (39 épisodes avec des épisodes bouche-trou). Je me souviens avoir trouvé la série « Conan le Fils du Futur » un peu longue malgré qu’elle soit un chef d’oeuvre, alors qu’elle n’a « que » 26 épisodes. C’est extrêmement chronophage. Du coup, ça me retient de la revoir depuis des années.

    Pour ce qui est du doublage, le pire, c’est le coffret Bruce Lee. A part « Opération Dragon » où les scènes jadis coupée sont en VOST, tous les autres films ont été entièrement redoublés. Et là… C’est un cauchemar absolu : Non seulement l’effet nostalgie (qui constitue facilement 50% de l’intérêt de revoir ces films ultra-kitsch) disparait d’un coup net, mais en plus ils ont filé le boulot à des purs crétins-abrutis-incapables-qu’ils-crèvent-ces-bâtards-de-merde qui ne savent même pas jouer la comédie et qui donnent aux films une tonalité pathétique. Du coup, c’est pourri en VF…

    Merci pour l’article en tout cas Mattie. Il faut absolument que je voie ça un jour ou l’autre.

    • Matt  

      Les épisodes bouche trou ne sont qu’au nombre de 3 ou 4 sur l’île déserte. Tu les verras venir. Limite je pourrais te donner les épisodes que tu peux sauter (si je me souvenais des numéros exacts^^)
      39 épisodes certes mais…39 épisodes de 20min c’est à peine plus long qu’une seule saison de Game of Thrones. Alors chronophage…mouais, vite fait. Moi c’est les séries live qui me calment. Car une seule saison de 12 épisodes d’1h…en général ça constitue à peine le début d’une série live.

      Je ne pourrais pas te dire quel coffret choisir^^ Moi j’ai quasi pas de bluray donc…
      Content de t’avoir donné envie de découvrir en tous cas. Et de te pousser à l’achat ;)

    • Matt  

      Et je ne sais pas si c’était clair dans l’article mais ces épisodes bouche trou sont tous consécutifs, ils se situent à UN moment de la série. ça fait donc un unique moment un peu relou. Je n’ai jamais cherché pourquoi mais peut être qu’ils ont eu des soucis de production à ce moment là, des artistes malades, j’en sais rien…ils ont pondu quelques trucs inutiles en attendant d’avoir retrouvé leurs moyens. C’est en tous cas l’effet que ça fait.

  • Bruce lit  

    Adjugé !
    Si je trouve ça en médiathèque, je regarde avec Luna.
    Le design des personnages les rend vraiment sympathiques sans les connaître.

    • Matt  

      Cool, un autre client convaincu^^

  • Matt  

    A propos des épisodes bouche trou, ça me fait penser aussi à une autre série animée : Wolf’s rain. Au milieu de la série (ou aux 2/3 je sais plus trop…) il y a 2 épisodes flash back qui résument les épisodes précédents depuis le début. ça n’a aucun intérêt et c’est chiant la première fois qu’on tombe dessus. Après on sait qu’on peut les sauter.
    Je crois que contractuellement, les studios doivent livrer un épisode tous les je-sais-pas-combien, et que s’ils prennent du retard pour x raisons, ils doivent faire du remplissage.
    ça arrive parfois.
    Et pour les animes basés sur des mangas, ça arrive quasi tout le temps (plein d’épisodes de remplissage mal dessinés dans Dragon Ball ou DBZ par exemple, Naruto, etc. Tout simplement parce que le dessin animé rattrape le manga et qu’il faut attendre en faisant du hors sujet)

    • Eddy Vanleffe  

      Wolf’s Rain Witch Hunter Robin et Noir marquèrent le déclin de mon intérêt pour la japanime.
      je n’aimais pas cette palette graphique, terne plus noir et blanc que couleur et clairement, ce sont des séries où j’attendais un démarrage que je ne voyais jamais arriver…

      c’était vers 2000.2001….Bill Jemas reprenais Marvel et je suis une girouette…

      • Matt  

        Je ne suis pas un grand fan de Wolf’s Rain non plus même si je lui reconnais des qualités non usurpées qui justifient que certains trouvent la série génialissime. Mais c’était pour l’exemple^^

  • Matt  

    Tiens on me fait savoir sur Facebook que la série serait également passée durant le club Dorothée en plus de la 5. Bon…mea culpa, mais je l’ai jamais vue passer devant mes yeux sur cette chaîne^^

    • Eddy Vanleffe  

      ah ouais, j’ai pas fait gaffe à ce détail…
      j’ai jamais eu la 5 (Le nord dans un HLM des années 80, l’antenne s’arrêtait à canal + en clair…)
      j’ai donc vu ces séries quand elles ont été récupérées par TF1…(jeanne et serge, olive et tom, robotech,etc…)

      • Matt  

        Au fait Eddy je ne sais pas si tu partages mon avis mais après Evangelion j’ai un peu l’impression que la Gainax s’est engouffrée dans la mode du « over the top » et du « ecchi » avec des trucs comme Kill la Kill, Gurren Lagann. J’ai jamais pu accrocher moi. C’est trop hystérique comme animation et avec des paires de seins partout. Après je n’ai pas vu toutes les séries Gainax donc c’est peut être une fausse impression que j’ai…
        T’en penses quoi ?

        • Eddy Vanleffe  

          Kill la Kill j’ai tenu…10 minutes?
          Gurren Lagann je ne connais pas mais tu fait bien de me le dire… :)

          Evangelion, j’aimais pas non plus… trop tordu à mon gout et puis j’avoue j’ai rien compris

          • Matt  

            Pourquoi je fais bien de te le dire ?
            Gurren Lagann parait que c’est moins con et qu’au milieu ça devient tragique et sérieux mais franchement s’il faut tenir la moitié de la série avec un truc un peu du même genre que Kill la Kill (mais avec des robots géants) ben…sans moi.

          • Eddy Vanleffe  

            pareil !

          • Stéphane  

            Gurren Lagan. J’ai acheté le coffret pour pas cher. Bordel, que c’est CON.
            Ja-mais-plus.

  • Matt  

    Et au fait, Tornado copain de vieux films, t’en penses quoi toi du 20.000 lieues sous les mers de Fleischer ?
    Moi c’est le tout premier film que j’ai vu gamin, j’avais même aucune idée qu’il était si vieux, et ça doit être un des films que j’ai le plus vu. J’adorais et je trouve qu’il tient toujours très bien la route.

  • Tornado  

    C’est tout simplement un film que j’adore. Et je pense que je l’aime davantage à chaque fois que je le revois.
    En plus, j’ai une histoire avec ce film : Quand j’étais gamin, c’est mon père qui me faisait ma culture cinéma. Son truc, c’était les westerns classiques, les péplums, les films de cape et d’épée, les James Bond et, en particulier, les dessins animés et tout ce qui sortait du studio Disney. Avec lui, si c’était estampillé « Metro-Goldwyn-Mayer » c’était « chef d’oeuvre », et si c’était estampillé « Disney » c’était « génie » !
    Pendant des années, il m’a fait fantasmer avec ce « 20 000 Lieues Sous les Mers » en me répétant que c’était le top du top et en me le racontant en long, en large et en travers. Durant toute mon enfance, ça a donc été le « plus grand film de tous les temps que je n’avais jamais vu », étant donné qu’il ne passait jamais à la TV et qu’il fallait aller au cinéma pour le voir (comme tous les Disney, il a été rediffusé au cinoche chaque année -ou presque- pendant des lustres). Manque de bol, chaque fois qu’il passait au cinéma, on était en vacances dans la pampa…
    Et puis un jour il est enfin sorti en vidéo. Je l’ai loué, on a vu ça religieusement en famille et… Punaise, j’étais super déçu ! C’était moins bien que dans mon fantasme (très peu d’action, peu d’effets spéciaux, rien à voir avec Indiana Jones ou E.T et Les Goonies. qui étaient mes films de l’époque)…
    Du coup je l’ai jeté à la poubelle de mon esprit où il a moisi pendant des années.
    … Jusqu’à ce que je me décide à le revoir à l’âge adulte. Et là : Boum ! La révélation ! Le Forme avant le Fond ! Tout était accompli ! J’ai trouvé la réalisation géniale, le jeu des acteurs, l’ambiance steampunk, tout ce qui fait le sel des oeuvres de Jules Verne… Et un vrai bon film, super bien écrit et tout.
    depuis, je ne m’en lasse pas. Et j’adore Richard Fleisher (enfin, plus dans « Les Vickings » que dans « Conan le Destructeur » ou « Kalidor » ! :D )
    C’est un des grands classiques du cinéma pour les geeks !

    • Matt  

      Cool.
      Ah moi j’ai pas été déçu quand je l’ai vu gamin. Faut dire qu’on ne m’avait pas spécialement fait rêver avec. Le tout premier film avec de vrais acteurs que j’ai vu. C’était un Disney donc mes parents avaient acheté la VHS. Et j’ai adoré. Le calmar géant, le Nautilus un peu flippant qui naviguait sous l’eau, c’était génial.
      Je n’ai appris que bien plus tard à ‘âge presque adulte qu’il datait de 1954 ! Punaise 1954 ! Mais…mais…j’avais pas du tout cette impression qu’il était vieux ce film. Et quand je le revois maintenant je suis toujours sur le cul tellement il est bien foutu pour l’époque.
      Tiens je sais pas si tu as vu les bonus mais il y a un extrait d’une scène avec le calmar avec une mer calme, et forcément ça rend très mal, le machin en caoutchouc ne bouge pas. C’était une super idée le vent et la tempête, ça masque très bien les limitations de la bestiole.
      Et à chaque fois que je le revoyais, j’espérais que Kirk Douglas parviendrait à s’enfuir pour prévenir des gens sur l’île des cannibales^^ Et j’espérais aussi que Némo ne se prenne pas une balle et que le Nautilus ne coule pas.
      LE film de mon enfance.

    • Matt  

      Il y a le voyage fantastique de Richard Fleischer aussi qui est pas mal je crois. ça fait un moment que je l’ai vu mais j’avais bien aimé à l’époque.
      Et Soleil vert que…euh…j’ai pas vu.

  • JP Nguyen  

    Hey Matt, tu touches combien sur les ventes de DVD ?
    Bon, moi j’aurais pas à les acheter, ma femme les a downloadé il y a fort longtemps… Reste plus qu’à trouver le temps…

    • Matt  

      Rien du tout hélas. Pourquoi ? Je donne tellement l’impression de faire le vendeur ?
      La différence c’est que j’suis pas hypocrite, je le pense vraiment^^

  • LVD  

    « les generiques font generiques »
    Euh oui, et? Les gouts et les couleurs, tout ca… Mais personnellement, l’opening de Nadia est a mon sens juste un des tous meilleurs generiques jamais faits (l’ending est bien aussi mais beaucoup plus classique j’en conviens) Et je dis ca alors que je ne suis pas specialement fan de l’anime! (meme si j’en reconnais volontiers les qualites)
    Alors que parallelement, je trouve au contraire l’OST correcte sans plus. Mais bon, c’est vraiment subjectif.

    • Matt  

      Bah le gouts et les couleurs comme tu dis. Je trouve les chansons des génériques un peu passe partout. C’est tout. Rien de méchant.
      Mais j’aime bien l’OST.
      Merci quand même d’être passé^^

  • Jyrille  

    C’est très étrange : j’ai le souvenir d’un manga qui passait vers 2007-2008 (?) qui faisait très Jules Verne et parlait d’une pierre bleue, mais je ne me souviens pas de tout ce que tu racontes. Est-ce que je confonds ou mon cerveau n’a pas assimilé cette série ? Cela devait être sur une chaîne du câble, donc peut-être Canal J ou Paris Première… rah vraiment je ne me souviens plus. Sauf que Maël regardait et qu’il adorait,

    En tout cas ça a l’air super et tu me donnes envie d’essayer ! J’aime bien le steampunk et on dirait que cette série est aussi une héritière des Mystérieuses Cités d’Or. Je n’ai pas lu l’article sur Evangelion, série que je ne connais pas du tout et n’ai jamais vue.

    La BO : même ce générique ne me dit rien. Pourrais-je vraiment confondre avec une autre série ?

    • Matt  

      Tiens il n’est pas verrouillé cet article ?
      Bon au moins tu l’auras lu avant.
      Je t’avoue que je ne vois pas quelle autre série pourrait parler d’une pierre bleue. Je ne connais pas tout.
      A moins que tu confondes avec le long métrage Disney « Atlantide, l’empire perdu », qui a complètement pompé sur cette série.

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *