Renard Rusé qui fait sa loi !

Première publication le 25.10.2014 / Mise à jour le 15.11.2014

Fox-boy par Laurent Lefeubvre

fox_o

Fox-Boy : la couverture de la VF… ©Delcourt

AUTEUR : JORD AR MEUR

De nombreux scans présents dans cet article ont été gracieusement offerts par Laurent Lefeuvre et certains n’ont jamais été publiés. Et je l’en remercie sincèrement…

Cet article pourrait étrangement faire partie de ceux que Bruce a appelés « Jord Special Origines » et pourtant il parle d’une récente parution chez Delcourt d’une petite BD d’un nouveau super-héros de comics européen : « Fox-Boy ».

Ce personnage frêle et masqué que Tornado a comparé à un ouistiti croisé avec une chauve-souris ne me disait rien.

Et pourtant sa première apparition à eu lieu dans un périodique pour jeunes bretonnants «Louarnig » publié depuis les années 2000 par les éditions « keit vimp bev », la même maison, qui en 1985 , osa éditer ma BD « Hiwell an Harluad » en album.

… à Paotr Louarn, celle de la VB (chez keit vimp bev )

… à Paotr Louarn, celle de la VB (chez keit vimp bev )©Delcourt

Elle vient même de sortir une version parallèle bretonne en noir et blanc de cet étrange « Fox-Boy » (sous le titre de « Paotr Louarn, Nozvezh al Louarn »). Mais comme je suis ici pour parler de la BD de chez Delcourt : « Fox-Boy, la Nuit du Renard », je laisserai mes souvenirs et ma nostalgie dans un coin de mon cerveau, ou de ce qu’il en reste.

Je mentionnais donc ce « nouveau » super-héros européen, annoncé par un autocollant sur la couverture : « Les débuts d’un super-héros… breton ! ». Les lecteurs ne pratiquant pas la langue de Per-Jakez Helias (« ahem », je voulais mettre de Père jakez hélas) peuvent donc découvrir ses premières aventures dans celle de Molière.

Couverture du périodique pour jeunes bretonnants “Louarnig”

Couverture du périodique pour jeunes bretonnants “Louarnig”

Laurent Lefeuvre, un auteur de bande dessinée autodidacte né en 1977 à Rennes, n’en est pas à son premier essai. Après avoir été édité dans une série d’albums féériques sur les Lutins dans les années 2000, puis « Tom et William, collection Signé » en 2010, ses reprises du blog des fausses couvertures d’illustrés paraissent en 2012 sous le titre « La Merveilleuse Histoire des Editions ROA », une maison imaginaire dont le sigle ROA vient de Roazhon (Rennes en breton), imitant celui de Lug (Lugdunum, Lyon en gaulois latinisé).

Même le scénariste Alain Chevrel n’est qu’un pseudo de Laurent Lefeuvre.

Cette fausse couverture est parue en 2011 dans l'ultime numéro en kiosque de Spawn

Cette fausse couverture est parue en 2011 dans l’ultime numéro en kiosque de Spawn

« Fox-Boy, la Nuit du Renard », le premier comics breton, nous plonge dans les aventures d’un lycéen rennais, Pol Salsedo, issu d’une famille de classe moyenne assez aisée qui obtient les pouvoirs de se transformer en renard-garou et qui se confectionne lui-même un costume de son totem, tout comme le fit jadis un certain Peter Parker il y a 52 ans. De plus, son père étant décédé, il vit seul avec sa mère dans un pavillon rennais. Mais les différences avec le Spider-Man de Marvel se dévoileront petit à petit au fil de l’histoire.

Nous faisons connaissance avec le métamorphe costumé et ses capacités surnaturelles d’une manière pas très glorieuse dans un combat contre un voleur qui tourne à la catastrophe, les deux personnages tombant dans le fleuve. Seul le méchant réussit à s’en sortir, le jeune homme costumé restant bloqué au fond par un caddie au milieu des détritus.

Ce dessin de 2014 me rappelle vaguement une autre affiche…

Ce dessin de 2014 me rappelle vaguement une autre affiche…

Alors qu’il commence à manquer d’oxygène, Pol hallucine et revit une petite partie de son enfance où il gagne un comics, Fox-Man, dans une fête foraine. Ce Fox-Man, un colosse masqué et puissant, deviendra son héros préféré et le restera même jusqu’à l’époque actuelle. L’adolescent est cependant sauvé de la noyade par un homme mystérieux qui semble tout connaître sur sa vie et qui lui donne l’idée de son pseudo.

On n’en saura pas plus dans cet album sur son identité sauf son nom « William ». Mais ce « William » n’est pas vraiment un inconnu pour ceux qui connaissent l’univers partagé des fictives éditions ROA : Il est un des deux héros de « Tom et William » (Lombard – 2010).

Un homme mystérieux apparaissant dans l’album, William. Il est en fait un des deux héros de « Tom et William »  (Lombard - 2010).

Un homme mystérieux apparaissant dans l’album, : William

Rentré chez lui, on commence déjà à cerner la mentalité du jeune homme. Ce William est noir et ne peut donc en aucun cas avoir un lien avec sa famille. Après un bain où il doit se raser le corps et limer les griffes, en maudissant la chance des loups-garous du cinéma, il se remémore ses origines surnaturelles. Pol Salsedo n’est pas un adolescent modèle, loin de là. Il fume et passe son temps à dessiner son idole aux gros bras en y mêlant la politique actuelle plutôt que de réviser, bien qu’étant quand même le meilleur élève de sa classe.

Sa xénophobie va lui apporter cependant des gros ennuis. Après avoir caricaturé une jeune fille d’origine Maghrébine en lui ajoutant un groin de cochon et envoyé son « œuvre » par son portable l’image modifiée sur son blog, il est poursuivi par les amis de celle-ci qui veulent lui donner une leçon, surtout un certain Nizar. En fait, notre héros, avant de devenir Fox-Boy, n’est qu’un petit salopard admiré par certains pour ses blagues douteuses et détesté par d’autres. Nous sommes ancrés dans la réalité, pas dans un monde fictif. Les informations diffusées par la radio sont celles qui passent tous les jours. Grande différence avec l’univers des comics américains qui font généralement l’impasse sur les événements mondiaux et les personnalités politiques. Le premier chapitre se clôt donc sur une future confrontation…

Comme Peter Parker, Pol est myope et dans sa fuite a cassé ses lunettes. Et c’est à cause de cet inconvénient que le fantastique fait irruption dans son existence. Peut-être en clin d’ œil (sans lunettes ça peut arriver) aux épisodes du genre « The Twilight Zone » ou aux comics américains comme « Creepy », il confond un stand d’occultisme avec le mot oculiste dans une foire où il s’est réfugié pour se perdre dans la foule et pénètre dans l’antre du Fakir Dotki…

Bienvenue chez l’Ancien dit l’étrange personnage au Dr Strange

Bienvenue chez l’Ancien dit l’étrange personnage au Dr Strange©Delcourt

Sa destinée va en être totalement bouleversée, mais sans araignée radioactive, la science n’ayant pas sa place dans ses aventures. Le tournant de cette histoire fait bien plus penser au Dr Strange qu’à Spider-Man… Et le deuxième chapitre se termine par un adolescent complétement transformé qui réfléchit déjà au costume que pourrait porter un super-renard.

Contrairement à Peter Parker qui commence à se servir de ses pouvoirs dans un but lucratif alors qu’il était avant un jeune garçon timide et réservé, Pol lui va lentement changer sa façon de traiter les gens, sans avoir besoin d’un oncle Ben pour lui souffler avant de mourir « Un grand pouvoir implique de grandes responsabilités. »

fox_17

La nuit du renard©Delcourt

Petit à petit, il commence à réfléchir sur l’odieux gamin qu’il était et se réconcilie avec ses ennemis lycéens, tout en reniant pratiquement les autres qui vont d’ailleurs finir par se radicaliser par la suite. Et son amie Anaïs, qui pense qu’il vaut mieux que ses blagues stupides, lui fait prendre conscience qu’il n’est vraiment qu’un sale petit con.

Sur une page entière où il se compare aux super-héros, il s’aperçoit qu’il n’a rien à voir avec leurs débuts souvent tragiques. Et le troisième chapitre boucle le début du premier en tant que super-héros sans nom attifé du costume traditionnel confectionné pendant la nuit.

Le dernier chapitre. Six mois se sont écoulés. Fox-Boy a eu son bac dans le « civil » et il est devenu une célébrité de Rennes dans son « costume de renard-garou ». Les badauds le regardent évoluer dans ses acrobaties sur les toitures de la ville. Et il est même interviewé au 19/20 Bretagne.

Le nouvel héros est devenu un figure habituelle du paysage rennais.

Le nouvel héros est devenu un figure habituelle du paysage rennais.©Delcourt

Une soirée costumée super-héros est aussi organisée en son honneur où il se rend habillé en Black Panther, les muscles en moins (et son nouveau camarade syrien Nizar en … Fox-Boy). L’auteur s’amuse ici avec sa façon de voir les personnages américains et avec de bons mots (C’est Luke Cage – Non juste un videur !) .

Mais la réalité reprend vite le dessus : de vrais racistes, Un homme de pouvoir et d’argent qui se présente comme le Tony Stark breton (et qui, en plus, s’est acheté la tour France Télécom où j’ai fait tant de formations dans les années 80) et surtout une fin tragique… à suivre !

En Fait, la vie de Fox-Boy n’est pas si mauvaise par rapport aux super-héros américains

En fait, la vie de Fox-Boy n’est pas si mauvaise par rapport aux super-héros américains©Delcourt

Dans sa postface de « Tom et William », Laurent Lefeuvre nous apprend qu’il a passé son enfance à dessiner les animaux et les héros des petits formats qu’il collectionnait et que cette première incursion dans la bande dessinée était pour lui l’occasion de saluer cette littérature oubliée et les artisans souvent anonymes qui l’animaient. En lisant « Fox-Boy », on s’aperçoit que les comics paraissant en France à cette époque tenaient aussi une place particulière et importante dans son imaginaire. Son but est très clair : détourner les codes « Strange » en inventant un héros tout droit sorti des années Marvel du début mais évoluant dans un quotidien identifiable et familier.

Contrairement aux épopées cosmiques et super-héroïques américaines souvent calquées dans la BD européenne par les dessinateurs qui s’essayent au genre (sauf dans les parodies comme Superdupont de Jacques Lob et Marcel Gotlib), il ne transfère pas son héros dans la jungle urbaine d’un New-York ou d’une métropole des USA, même si son pseudo est anglo-saxon (explication donnée par le personnage concerné dans son hilarante interview télévisée du troisième chapitre où les médias ne sont pas vraiment mis à l’honneur).

Passage obligatoire. La confection d’un costume.

Passage obligatoire. La confection d’un costume©Delcourt

Pol Salsedo est un lycéen européen avant tout, avec les qualités et les défauts de la jeunesse actuelle, qui vit dans une ville de province, Rennes. Fox-Boy devait donc commencer sa carrière dans le paysage urbain de la capitale bretonne. Mais c’est loin d’être la seule différence, car dans ce conte fantastique, le jeune homme n’est confronté à aucun super-criminel et les conflits de cet album se font plutôt sous sa vraie identité que celle de son renard-garou.

Laurent Lefeuvre n’a pas une épée de Damoclès au-dessus de la tête, aucun risque de voir son histoire traitée de « publication extrêmement nocive en raison de sa science-fiction terrifiante, de ses combats de monstres traumatisants, de ses récits au climat angoissant et assortis de dessins aux couleurs violentes. » par l’avis de la commission de Censure sur les Publications destinées à la jeunesse des années Fantask, Marvel et Strange. Si la violence physique et gratuite est pratiquement absente des aventures de « Fox-Boy », le harcèlement moral, les travers extrêmistes de notre société, les allusions à la politique et aux événements mondiaux y sont évoqués clairement, parfois de manière directe, mais aussi dans des éléments du décor.

Et ce n’est pas toujours evident…

Et ce n’est pas toujours evident…©Delcourt

Il est trop tôt pour se faire une idée de l’évolution future du frêle super-héros rennais, mais ses aventures, qui ont commencé, ne l’oublions pas, dans une revue pour la jeunesse, vont sortir du carcan urbain et se tourner vers plus de fantastique.

On ressent tout de suite une profonde admiration de Laurent Lefeuvre pour Bernie Wrightson dans les visages et les attitudes de ses personnages, son graphisme sombre prévu à l’origine pour du noir et blanc ainsi que la similitude des certains décors. Sur certaines de ses premières moutures et croquis de « Fox Man » cette tendance est encore plus visible. Mais Bernie Wrightson a aussi été comparé en son temps à un honnête plagiaire de Frank Frazetta. Je trouve pour ma part que les illustrations de Laurent Lefeuvre sont beaucoup plus expressives que ceux de bien des dessinateurs américains absolument incapables de dessiner un animal ou un arbre correctement.

Page d’une ancienne version en VF où l’influence de Bernie Wrightson est plus évidente que dans l’album.

Page d’une ancienne version en VF où l’influence de Bernie Wrightson est plus évidente que dans l’album.

Pour résumer, cette petite BD tout public et vite lue m’a donné envie d’en savoir plus. J’ai discuté avec l’auteur pour l’article, mais ce qui est plutôt ressorti de notre conversation à vite divergé sur un dialogue de scénaristes et dessinateurs, bien que je ne le suis plus depuis des années. Il y a beaucoup de points communs dans notre manière de juger la BD autant américaine qu’européenne. Je n’ai pris aucune note sur le coup et j’avais un peu peur de me lancer dans un article qui fausserait mon jugement en ayant l’impression de mélanger ma propre biographie alors que nous vivons dans un monde différent.

 

Les premiers croquis du garçon-renard  ! Encore une exclue !

Les premiers croquis du garçon-renard ! Encore une exclu !

19 comments

  • Présence  

    Ça, c’est de l’article avec du contexte et du contenu éditorial ! Merci beaucoup pour tous ces détails qui donnent une image claire de cette BD, très mise en avant sur de nombreux sites, mais sans analyse aussi construite et étoffée.

    Les planches sont remarquables (sans même compter le contenu exclusif) et permettent de constater qu’il ne s’agit pas d’un comics de superhéros au rabais. Comme toi, je trouve que les planches sont d’une qualité supérieure à la moyenne des comics.

    • Jyrille  

      Je rejoins Présence. En plus je trouve que tu donnes très envie de s’y attaquer, tout comme donner une bande-son est toujours un plus. Superbe article.

  • Bruce lit  

    J’adore ce genre d’anecdotes. Ne pouvant pas tout acheter, je me suis souvent tâté pour acheter ce premier volume. J’attendais de pouvoir en lire une review ! Et voilà qu’elle atterrit, magnifique sur le blog entre la richesse de la culture Jordesque et la fraîcheur des illustrations.
    Tu as fait un super travail Jord ! C’est la première fois que l’on obtient une exclue pour Bruce Lit ! Je vais tenter Fox-boy de ce pas !

  • Lefeuvre  

    Salut les Bruce lit Team !
    Merci à vous, et spécialement à Jord, de vous pencher sur le cas de mon petit renard : S’il ne fait pas le poids face aux poids lourds US, j’apprécie énormément que vous vous intéressez un peu sur mon travail !

    J’espère pouvoir vous annoncer très vite que tout ce soutien de la part de sites/blogs comme vous a fini par inciter assez de lecteurs à tenter le « comics Made in Bretagne », et permettre de décider Delcourt à enquiller sur un second tome !

    Bien à vous !

    • Bruce lit  

      Laurent,
      plus je regarde ton dessin, plus j’y vois une filiation évidente avec Spider-man. Notamment autour du langage corporel du héros qui ne m’est pas sans évoquer celui de son ennemi juré The Jackal ! VEest ce incosnscient ? Tout comme d’affubler le héros du totem du renard, l’ancêtre du super héros masqué ? Fox = Renard = Zorro !!!
      Conscient ou pas, voila plusieurs pistes qui m’intéresseraient d’explorer. C’est avec grande joie que je te souhaite bienvenue sur Bruce Lit ! Et une interview le plus vite possible, ce serait Fantask !!

  • Tornado  

    Et bien c’est déjà le cas en ce qui me concerne ! Impossible de résister à l’attraction de ce Renard plein de références à tous les comics de ma jeunesse, qui évolue de plus dans l’une de mes villes françaises préférées…
    Et bien évidemment, tout ça grâce à Jord ! (ou à cause de lui selon que je regarde le volume déjà considérable de ma pile de lecture…).

  • JP Nguyen  

    Chouette article et très bonne synthèse Jord !

    Au rayon des influences graphiques, j’avais aussi perçu du Colan, du Mazzucchelli et du Eisner, comme noté dans ma courte critique sur Ame-à-zone.

    Espérons que les bonnes critiques se traduisent dans les ventes pour avoir droit à la suite et fin de ce « Fox-Boy : Year One »…

  • JP Nguyen  

    Et j’oubliais, j’ai aussi adoré les petites citations en début de chapitre. Ca m’a trop rappelé les FF de la période John Byrne…

  • Lefeuvre  

    Merci pour Jord, et merci pour moi !
    Brucelit, c’est quand tu veux pour une interview… si tes abonnés ne sont pas saoûlés de me lire par-ci par-là sur le net depuis un mois !

    @ JP NGuyen : Merci pour les références Eisner/Colan/Mazzucchelli : En tant que fan de Daredevil (passion commune, me semble-t-il !), ces noms me fascinent, évidemment. (« Longue est la route »…)

    A bientôt !

  • Lone Sloane  

    @ Jord, merci pour l’artcile. Dire que j’appelle un de mes vieux potos « Loarny boy » en hommage à son patronyme, il faut que je lui offre ce comics!

    @Laurent, tu es chroniqué avec enthousiasme sur la toile et, outre les références transatlantiaques de JP, on ėvoque aussi rien moins que René Follet dans les commentaires ci-dessous 🙂
    http://www.actuabd.com/Fox-Boy-T1-Par-Laurent-Lefeuvre

    • Lone Sloane  

      Louarny boy, 1000 excuses. Mes doigts sont trop malhabiles avec la tablette

  • Bruce lit  

    Je peux vous dire les copains que l’interview de demain est de très grande de qualité ! On y parle beaucoup de Super Héros…Hin hin hin, pour l’instant, il n’y a que moi pour la voir ah ah ah( rire sardonique !).

  • Bruce lit  

    Couic-cuic ! Laurent parle de musique demain, d’où ma coupe qui rallongeait un peu l’article !
    Les griffes de la nuit ! Snikt ! Schnikt ! ( ça c’est le bruit des griffes en os ).
    No harm done Jord ?

  • Bruce lit  

    Mes collègues me l’ont offert pour mon pot de départ hier ! J’ai bcp aimé et l’ai dévoré dans le train.
    Le style de Lefeubvre est très polyvalent. Plein de clins d’oeils adorable à Spider-Man puis DD. Lorsque William le traite de DD justement, il le dessine façon Frank Miller. J’ai trouvé ça vraiment très, très malin.
    En plus de l’histoire d’un super héros en devenir, Lefeubvre injecte une dose de sociale sous fond de montée du Front National à laquelle je suis très sensible. C’est direct, sans aucune ambiguïté.
    J’ai eu un peu peur au moment des origines, allergiques à la magie que je suis, mais finalement là aussi ça passe. Beaucoup de similarités avec Kickass en nettement moins bourrin.
    Côté dessin , je trouve les couleurs extras. J’ai beaucoup aimé l’ouverture du deuxième chapitre avec Rennes vue d’avion et les traces du petit renard parsemée dans toute la ville.
    Merci de cette découverte.

    • JP Nguyen  

      Je crois bien que Laurent Lefeuvre a annoncé un décalage à janvier prochain…

      • Lone Sloane  

        Tant qu’il y a du renard, il y a de l’espoir!

  • Bruce Lit  

    Merci pour le lien Lone : assez passionnant ces lignes de forces, surtout pour un nul comme moi !

    • Lone Sloane  

      Oui, l’initiative est stimulante et donne envie de se plonger dans la (re)lecture de cases connues. Un type bien ce Laurent 🙂

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *