Ressentir

Lettres d’un temps éloigné par Lorenzo Mattotti

Quelles histoires se cachent derrière cette composition ?

Quelles histoires se cachent derrière cette composition ?©Casterman

AUTEUR : PRÉSENCE

Ce tome comprend 4 histoires indépendantes, toutes illustrées par Lorenzo Mattotti. Il est initialement paru en 2005 chez Casterman.

– Après le déluge

Une femme doit prendre l’avion, mais la piste d’envol est envahi de crabes rouges. Elle patiente en réfléchissant à l’opération qu’elle doit subir à son retour. Le vol est reporté au lendemain, elle sympathise avec un monsieur ayant acheté le même souvenir qu’elle pour offrir à sa femme.

Mattotti et Giandelli ont construit un récit intimiste, le lecteur ayant accès aux pensées intérieures de cette femme qui s’inquiète de son opération des ovaires, qui s’interroge sur sa relation avec son mari, et qui essaye de s’isoler du reste des passagers.

Bloquée à l'aéroport

Bloquée à l’aéroport©Casterman

Il apparaît qu’elle se trouve dans un état d’esprit entre mélancolie et déprime, appréhendant les retrouvailles avec son compagnon, affectée par la misère du monde telle qu’elle transparaît dans les journaux, éprouvant la sensation de bruits lointains évocateurs d’un monde baignant dans la haine et la destruction.

Son flux de pensée est rendu de manière très écrite, dans des paragraphes savamment composés et concis, à l’opposé d’une suite de bribes de phrases à demi-formulées. Sans l’alourdir, elles imposent un rythme posé à la lecture. Le lecteur peut ainsi saisir les nuances de l’état d’esprit de cette femme. Il a également accès à ses sensations par le biais des images.

La page d’ouverture est saisissante avec cette marée de crabes rouges, à l’apparence très étrangère à l’humanité, et à la couleur plus chaude que criarde. Pourtant le lecteur constate qu’ils peuvent agir comme une métaphore de la maladie nécessitant une opération clinique, image un peu brutale mais aussi rassurante car ils s’en vont aussi complètement qu’ils sont apparus soudainement.

Mattotti n’a rien perdu de sa capacité à créer des images mémorables et singulières, don qui avait mis en émoi le monde de la bande dessinée avec la parution de  Feux en 1984. Il a recours aux techniques de l’expressionisme en déformant la réalité pour la représenter avec la subjectivité du personnage. Son état d’esprit apparaît alors de manière visuelle, permettant au lecteur de ressentir ses émotions.

Le crabe comme un cancer

Le crabe comme un cancer©Casterman

Mattotti a assimilé ces techniques, les a fait sienne, en les agrémentant d’un usage très personnel de la couleur. Dans quelques cases, il n’hésite pas à déformer les représentations jusqu’à aboutir à une composition abstraite. Seule sa juxtaposition avec les autres cases dans une séquence permet au lecteur de faire le lien avec l’objet ou le lieu représenté.

Il y a là un usage spécifique de la bande dessinée qui permet à l’auteur de jouer sur les 2 tableaux : une composition à la fois abstraite, et à la fois figurative grâce au contexte dans lequel elle est placée.

Grâce à cette maestria picturale, le lecteur ressent l’évolution de l’état d’esprit de cette femme initialement désemparée et déprimée, souhaitant se mettre à l’écart du monde pour s’en protéger. À l’opposé d’un exposé psychologique théorique sur les 5 étapes du changement, il partage ce processus affectif, en totale empathie avec cette femme.

Avec cette nouvelle, Mattotti et Giandelli font ressentir au lecteur l’intimité de la charge émotionnelle qui pèse sur une femme inquiète, dont le moral subit l’impact d’une difficulté médicale, ce qui colore sa vision de son environnement. Ils montrent avec une grande sensibilité et une grande habilité l’évolution de son état d’esprit au cours de ces heures passées à l’aéroport dans l’attente de la reprise du trafic aérien, du retour au quotidien normal.

Une simple promenade

Une simple promenade©Casterman

– Portrait de l’amour

Un artiste peintre prend conscience qu’il n’aime plus sa femme. Franchement, une histoire de rupture racontée en 2 pages, à raison de 4 cases par page, ça ne mène pas loin. Ça tient plus du résumé expéditif que de la narration. L’avantage, c’est que ça se relit rapidement. En outre, il est difficile de croire que Mattotti ait eu besoin de l’aide d’Ambrosi pour écrire une phrase aussi stupide que « En se déshabillant, il essaya de perdre ses pensées dans son pull ».

Pourtant, ces 8 cases racontent beaucoup plus de choses qu’il n’y paraît. Mattotti et Ambrosi ( l’auteur du texte de cette histoire) manient le sous-entendu avec une maîtrise impressionnante, leur permettant de s’appuyer sur des éléments implicites apportés par le lecteur. Ce dernier imagine sans peine les grands de traits de la relation entretenue par l’artiste et son modèle. Les quelques phrases suffisent à comprendre à quel stade est arrivée leur relation.

Une interprétation artistique de sa femme

Une interprétation artistique de sa femme©Casterman

Les 8 images dessinées et mises en couleurs par Mattotti expriment beaucoup de choses de la relation entre ce peintre et la femme qu’il aime, qui lui sert de modèle. Le lecteur voit cette femme par les yeux de l’artiste. En contemplant les images, le lecteur associe l’évolution de leur relation au regard que l’artiste porte sur sa compagne, en quoi l’interprétation artistique qu’il en fait en la peignant transforme la vision qu’il en a.

En 4 pages, 8 cases et 20 phrases, les auteurs ont exposé la transformation qui accompagne le processus de création artistique, l’interprétation qu’il constitue. Ils ont donné à voir et à comprendre au lecteur l’évolution du regard que l’artiste porte sur sa compagne, et la transformation qui en découle. À nouveau les images crées par Mattotti amalgament des composantes descriptives et expressionnistes pour générer des sensations ineffables et singulières.

Finalement ces 2 pages sont une leçon de concision et d’expressivité, ainsi qu’une belle analyse de l’évolution du sentiment amoureux, s’appuyant sur la nature du processus créatif.

Le portrait de la tante d'Ambra

Le portrait de la tante d’Ambra©Casterman

– Loin très loin

Un étrange paquet passe entre les mains de 4 individus pour lesquels l’expression « Loin, très loin » prend un sens aussi personnel que différent.

Chaque page se compose d’une illustration pleine page, et d’une ou deux courtes phrases en dessous. À nouveau Lorenzo Mattotti change de format pour mieux transcrire les émotions associées à sa nouvelle. Il est possible de ne lire que les phrases en bas de page, et d’avoir une idée assez juste du thème : des individus qui souhaitent être ailleurs, Mattotti effectuant une variation sur leurs mobiles qui différent.

Chaque personnage porte dans ses mains le même objet, métaphore visuelle de ce désir d’ailleurs. Le lecteur prend alors le temps de s’immerger dans l’impression que dégage chacune de ces 4 images singulières, de constater en quoi elles transcrivent l’état d’esprit de l’individu, ce qu’elles racontent par elles mêmes, en quoi les 2 phrases apportent un éclairage sur la situation, comment une même couleur met en relation 2 surfaces sans autre lien.

L'attente à l'aéroport

L’attente à l’aéroport©Casterman

Après ce bref moment de communion d’un état d’esprit avec ces 4 personnages, le lecteur constate avec surprise que Mattotti a à nouveau réussi à raconter une histoire, sur le désir d’un ailleurs, au travers d’une forme des plus singulières.

– Lettres d’un temps éloigné scénario de Mattotti, textes d’Ambrosi et Mattotti,

A  bord d’un train futuriste, Ambra, une descendante d’un artiste fictif (Lucio Mazzotti), lui écrit une lettre pour lui décrire son présent, ce futur dans lequel il est mort.

Avec cette histoire, le lecteur retrouve un format plus traditionnel : un personnage central, un récit linéaire reposant sur le voyage, les déplacements en train. Ambra s’adresse à son aïeul en voyageant à bord d’un train, en apportant les bandes dessinées qu’il a réalisées à sa tante.

Mattotti et Ambrosi s’amusent à anticiper quelques avancées technologiques, essentiellement liées à des modes de reproduction de sensation, élargissant les possibilités pédagogiques et de stimulation des sens. Il s’agit plus d’une épure d’anticipation que d’un exercice de prédiction à court terme.

Guidé par les images et le monologue intérieur de la narratrice, le lecteur effectue lui aussi ce voyage découvrant les paysages par les images, ainsi qu’une partie de ces lectures générées par ces nouvelles technologies. Les images peuvent être descriptives (le port où accoste le bateau d’Ambra), ou abstraites.

Ainsi page 49, le lecteur contemple une composition géométrique, dans la dernière case en bas à droite. Il s’agit d’un trapèze orangé en milieu de case, bordé d’une bande rouge, puis de bandes entre gris et violet.

Le train et sa trace

Le train et sa trace©Casterman

Cette composition abstraite ne prend son sens que dans le cadre de la narration, par rapport aux images précédentes. Il s’agit de la trace du train vu de dessus, à grande vitesse, l’impression qu’il laisse sur la rétine. Ce petit décalage dans un futur proche mais étranger produit un effet de distanciation chez le lecteur qui ressent le voyage plus comme un concept ou une abstraction, les réflexions d’Ambra comme une remise en question de modes de communication qui n’ont rien d’immuable.

En l’observant, le lecteur s’interroge sur ses motivations, ce qui éveille sa curiosité, ce qui fait l’intérêt de ce mode de vie nomade, sur la nature des relations qu’elle peut entretenir avec d’autres êtres humains.

Ambra ne semble pas avoir de préoccupations d’ordre matériel (souci financier ou logistique). Le lecteur se laisse alors porter par les images, retrouvant les sensations ou l’état d’esprit que génère un voyage en train, le paysage à la fois différent, bien présent, mais aussi évanescent, disparaissant au rythme de la progression du train, la rencontre avec un parent proche le temps de quelques heures, entre 2 trains.

Mattotti et Ambrosi s’amusent le temps d’une page à réaliser un facsimilé d’une bande dessinée de Lucio Mazzotti, très inspirée par Flash Gordon, semblant vouloir établir à quel point la bande dessinée a évolué, celles de Mattotti se situant plusieurs barreaux au dessus dans l’échelle de l’évolution de ce média. Ils génèrent ainsi un parallèle avec ce monde futuriste où les êtres humains ont des préoccupations plus élevées que celles de notre époque, tout en conservant les caractéristiques intangibles de la condition humaine.

Un plateau repas à bord du train

Un plateau repas à bord du train©Casterman

 

 

13 comments

    • Présence  

      A la lecture, « Feux » m’a beaucoup plus enthousiasmé que ce tome. Mais à la parution sur le site (en voyant les images hors de leur contexte de l’album, je prends conscience que les images de Mattotti ont gagné en maturité et en évidence.

      • Bruce lit  

        Ces illustrations me touchent plus que celles de feux. Ai je bien compris ? il s’agit du cancer d’une femme ?

        • Présence  

          Ce n’est pas dit explicitement. Il s’agit uniquement de la première histoire (indépendante des autres) dans laquelle l’imagerie des crabes comme métaphore de la douleur est très présente, qu’il s’agisse de la douleur physique du personnage principal féminin, ou des souffrances de l’humanité.

          Au cours du récit, cette dame se dit qu’il faut qu’elle rentre pour subir une opération d’ablation d’un ovaire. Elle ne précise pas explicitement s’il s’agit d’un cancer (peu probable) ou d’une autre maladie.

  • Tornado  

    Je ne connaissais pas du tout ces auteurs de bande-dessinée. Et je suis très impressionné, à la fois par les images et par l’article, qui ressemble à une critique d’art !
    D’ailleurs, je met de côté ces deux articles de Présence dans ma tête, car je pourrais bien utiliser ces références dans mon travail, pour mes propres cours d’arts plastiques ! (notamment pour la juxtaposition des vignettes qui définit le niveau de figuration d’une image à priori abstraite).
    A maintes reprises, et cela m’a paru évident, j’ai fait le lien avec le travail pictural des peintres américains de l’Expressionnisme Abstrait. Des artistes comme Mark Rothko, Adolph Gottlieb, Barnett Newman, ou Clyfford Still.

    • Présence  

      Je ne connais aucun des artistes que tu cites… à mon tour de faire un travail de recherche.

      • Bruce lit  

        Adolph Gottlieb est le frère de Marcel Gotlib et l’a beaucoup aidé pour la RAB. Heureusement que je suis là…..

  • Tornado  

    Bruce ! m’enfin !!! (rires)

  • Jyrille  

    Même si on sent que tu es plus sceptique sur cet album, il faut malgré tout que je m’intéresse à cet auteur dont je n’ai jamais entendu le nom.

    • Présence  

      Casterman a réédité les œuvres de Mattotti avec grand soin dans de très belles éditions, très soignées.

      Feux / Murmure
      Le signor Spartaco – Doctor Nefasto – Labyrinthe
      Stigmates
      Docteur Jekyll & Mister Hyde (une adaptation du roman de Stevenson)
      Le bruit du givre
      Hansel & Gretel (voir la remarque de Lone Sloane sur « Feux »)

  • Mll Prudence  

    Comment as tu decouvert cet auteur ?

    • Présence  

      Ma mémoire me fait défaut. Je sais que j’en avais déjà offert un tome ou deux, à ma sœur il y a au moins 25 ans. Je me rappelle que j’avais lu un article dithyrambique sur « Murmures » ou « Labyrinthes » dans une revue américaine « The comics journal », intello et élitiste. Je n’avais pas tout compris à l’article, mais les images (pourtant reproduites en noir & blanc) et la nature des thèmes (sur le souvenir et le symbolisme) avaient retenu mon attention.

      Suite aux suggestions et réflexions de Tornado, quand j’ai éprouvé l’envie de relire de la BD, j’ai souhaité commencer par revisiter celles qui m’avaient laissé un souvenir marquant (j’avais lu ces BD avant de les offrir à ma sœur).

      J’avais également revu le nom de Lorenzo Mattotti en cherchant le nom de l’auteur de couvertures de magazine particulièrement saisissantes (un numéro de Noël de Télérama par exemple).

  • Bruce Lit  

    Au bout de 6 ans, on commence à en savoir plus sur le passé mystérieux de Présence, au moins aussi mystérieux que celui de Wolverine. Récapitulons : nous savons qu’il a une femme, deux enfants, une mère et maintenant ….une soeur !!!

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *