School’s out forever !

Wolverine and the Xmen 8 par Jason Aaron et collectif

Wolvie se précipite vers la fin

Wolvie se précipite vers la fin©Marvel Comics

Première publication le 19/06/14- Mise à jour le 02/03/17

VO : Marvel

VF : Panini

Cet épisode est la conclusion de la série Wolverine et les Xmen par Jason Aaron. Parue en kiosque, la série finit d’être rééditée par Panini. Il existe une suite reprise par Jason Latour, le complice de Aaron qu’il convient d’ignorer. 

Voilà c’est fini ! Plutôt que de jouer les prolongations en attendant les penaltys, Jason Aaron conclut avec cet arc la première session de la Jean Grey School.

Il l’avoue lui même dans la postface.  Il s’agira sûrement d’un moment unique dans son oeuvre. Après avoir massacré ses héros de Scalped, tué Frank Castle dans son run pour le Punisher et envoyé Wolverine en enfer, il avait personnellement besoin de légèreté. Tout comme les mutants de Xavier qui enchaînaient les tartines de merde depuis des années ( et qui, depuis, ont repris des biscottes-Summers).

Encore une couverture géniale ! Regardez la tête du timbre en haut à droite...

Encore une couverture géniale ! ©Marvel Comics

Pendant 42 épisodes Aaron aura tourné en dérision mais jamais en ridicule les Xmen. A l’inverse d’un Garth Ennis qui n’est jamais tant heureux que lorsqu’il parodie les super héros en les traînant dans la boue, Jason Aaron a brodé à sa manière une étrange fable drôle et tendre sur la peur de grandir.

Cet arc confirmera nos dires. La Jean GreySchool aura été décrite comme une grande famille dysfonctionnelle avec son père autoritaire, ses brebis galeuses, ses premiers de la classe, ses inadaptés.

Qu’attendre d’une école dirigée par Wolverine ? Des pièges dans les toilettes, des heures de colles humiliantes, des professeurs complètement dingues et des châtiments à faire pâlir le Marine’s le plus aguerri. Qui dit pouvoirs extraordinaires dit école extraordinaire semblable à nulle autre dans l’univers !

Mais cette famille dysfonctionnelle  reste une famille qu’il est difficile de quitter. Au moment de la remise des diplômes, nos élèves sociopathes réalisent que cette folie, cette insouciance, cette joie de vivre a toujours été encouragée par leurs mentors. Que leur différence a toujours été respectée et que personne n’a tenter de les faire rentrer dans le moule, les Xmen étant suffisamment paumés pour cela !

Et Quentin Quire, l’apprenti terroriste de constater qu’il a peur de vieillir, des responsabilités, des sentiments qui viendraient l’affaiblir. Face à ce miroir fauteur de chaos, Wolverine aura appris à ne plus penser avec ses griffes et à se comporter comme un directeur d’école plutôt que comme un kamikaze.

Et lheureux gagnant est ...

Et l’heureux gagnant est …©Marvel Comics

Aaron diplôme ses élèves. Il ne les aura opposés ni à Apocalypse, ni à Magneto. Et aura réussi à tirer son épingle du jeu lors du crossover Avengers contre Xmen. Pour distiller l’indispensable dose d’action aux comics de super héros, il a écrit un running gag tout au long de la série : l’école est attaquée, les Xmen vont se battre les mains dans les poches et recommencent leurs cours 2 heures après auprès de morveux indisciplinés.

Chacun d’entre eux aura eu son heure de gloire : la grossesse de Kitty, la (re)montée en pouvoir de Bobby Drake, la nouvelle personnalité d’Angel et la psychose d’Husk. Face à eux, un groupe de super vilains forcément adolescents pour augmenter l’effet miroir et développer la propension au bien des élèves de l’école.

La force du run est de pouvoir rattacher chaque élève à des séquences mémorables : les larmes de lave de Krakoa, les tee shirt de Quentin, la gentillesse authentique de Broo le Brood, la maturité précoce d’Idie,  la violence de Kid Gladiator, chacun d’entre eux évoque immédiatement 1001 souvenirs au lecteur qui aura apprécié ce run.

Krakoa, le Crapaud et sa princesse…©Marvel Comics

Et même si  à force de jouer avec les personnages, Aaron ne dispose pas d’autant d’espace qu’il aurait pu avoir pour ses mutants ( 10 épisodes bouffés par les crossovers…), ce n’est pas grave. Comme le suggère Aaron dans le futur proche où Logan vieilli rumine sur la fermeture de l’école, le lecteur aura compris que le personnage principal de cette académie loufoque c’est bien la Jean Grey School !

Et puis les absents, malgré la rigolade, n’auront jamais été aussi présents. Aaron rappelle que le combat des Xmen a eu ses martyrs : Jean Grey, Xavier et Scott Summers dont l’ombre aura planné tout au long de la saga. Il est le premier auteur à ne tuer aucun Xmen à la fin de son run. Aaron a compris qu’il n’en avait pas besoin.

L’ideologie des Xmen est dépassée. Le pacifisme écrasé. La JGS ne propose plus qu’une seule chose à ses élèves : apprendre à vivre et survivre. Mais si la survie est amère chez Scott Summers, elle est vivifiante chez Logan.

Au delà de son scénario, des gags drôles mais jamais lourdingues, n’oublions pas que Aaron est un vrai psychologue et un grand dialoguiste. Si l’artifice pour réunir Scott et Logan dans une même pièce face à des sentinelles est un peu gros, il reste cohérent. Les voilà de retour à la situation de Schism qui a brisé leur amitié. Deux héros face à des sentinelles !

Aaron trouve la voix de ses personnages dans une séquence puissante

Aaron trouve la voix de ses personnages dans une séquence puissante©Marvel Comics

Aaron décrit en quelques pages une amitié qui ne veut pas mourir, malgré les rancunes, les non dits, les erreurs, les morts. Et Logan de rappeler à Scott que s’il le deteste, c’est parce qu’il lui rappelle trop le psychopathe qu’il était. Une famille je vous dis.

Aaron aura tenu sa promesse : faire de son lecteur un élève à part entière de l’école tout en le sevrant du syndrome Peter Pan en lui rappelant que le plaisir de grandir est lié au plaisir de vivre.  Après cette histoire, une avalanche de minables prendront la suite des aventures des mutants. Pas grave. Dans ma continuité à moi, leurs aventures s’arrêtent ici.

Old man Logan ferme lécole ?

Old man Logan ferme l’école ©Marvel Comics

 

11 comments

  • Tornado  

    Etant donné le succès de cette série, je ne serais pas étonné que Panini édite l’ensemble dans la collection deluxe.

  • Nicolas  

    Voilà Bruce, je viens de finir l’monibus Wolverine & the X-Men. Je retire donc toutes les critiques que j’ai put émettre sur cette série car elle est BRILLANTE !! Du pur fun comme on n’en a plu vu depuis 20 ans, Jason Aaron et son équipe se sont éclatés comme des fous et ça se voit au résultat, le plus bel exemple d’une école pour mutants qui puisse être.

    Une bande de jeune pas du tout photogeniques (i.e tous blancs et beaux) comme les New Mutants, en fait plus proches de Génération X par leurs difformités. Une petit Brood adorable, un Evan inquiet quand à l’avenir qui l’attend, Kid Gladiator fin heureux de revenir sur terre, une Hellfire Académie perverse à souhait avec des Hellions trèès proches en espirt des anciens élèves d’Emma Frost.

    Une Wolverine qui doute de lui-même et qui finalement décide qu’il a uen école à gerer et que merde alors on se fout du quand dira-t-on et de l’avenir sombre : ces gosses ont besoins d’être aidés et doplomés.
    Une équipe d’enseignants soudée et intergénérationelle : Husk, Iceman, Storm anciens disciples qui deviennent des priofesseurs.

    Des aventures dans l’espace, en terre sauvage, nous rameneant aux grandes heures de l’époque Claremontienne.

    Pas de grim & gritty : Kade Kilgore est un petit con mais le voilà bien attrappé à la fin du run !
    Kid Omega grandit un peu, gagne en sagesse et maturité et IL A UNE COPINE !! Même Chamber n’a jamais réussit à conclure avec Husk !
    Idie, persuadée d’être un danger pour les autres décide que la vie vaut la peine d’être vécue et que le côté obscur de la force ne l’interesse pas. Brave petite.

    Deathlock et ses prédictions, génial. Nous verrons si le temps lui donne raison.

    Ah le petit Brood ! Qui eut cru qu’un Brood suivrait un cursus chez Xavier ?

    Les dessinateurs sont tous très bon, à l’exeption de celui qui illustra l’aventure en Terre Sauvage.
    Tous ont su déployer un sens de la mise en scène, une vitalité qui fait honneur à leur scénariste.

    Un pur régal, un très beau livre qui deviendra un classique et le modèle à suivre pour toute histoire de mutants à l’école.

  • Matt  

    Bon…j’ai fini de lire la série.
    Alors c’était bien. Mais je suis quand même frustré. La série laterne de super moments, d’autres un peu chiants, et se retrouve parasitée par les crossovers.
    Je pensais que ce ne serait pas trop gênant puisque Panini a publié les épisodes liés à Battle of the Atom, Age of Ultron dans d’autres bouquins. En gros en VF on a un premier tome excellent, un tome 2 qu’on peut très bien sauter (il n’est pas spécialement mauvais, Aaron parvenant à raconter des trucs pendant le crossover AvX, mais c’est aussi complètement optionnel), un tome 3 très plaisant malgré les 2 épisodes du cirque un peu nuls, et un tome 4 contenant une saga des damnés sympa avant qu’on arrive à une partie qui ne m’a pas du tout intéressé après Battle of the Atom.
    Le souci, c’est que même si Battle of the Atom est occulté et n’est pas du tout nécessaire à la compréhension de ces épisodes, ce foutu crossover nous enlève des personnages, notamment Kitty qui est quand même la foutue directrice de l’école et qui est visiblement partie. Ou ça ? Dans l’école de Scott ? Pourquoi ? Rendez nous Kitty enfoirés de crossovers ! Du coup sa relation avec Iceberg ne va nulle part. J’aurais limite préféré m’arrêter après la saga des damnés. Les derniers épisodes m’ont donné l’impression que la série de Aaron avait été pillée. Déjà lors de AvX certains persos partaient, changeaient de camp puis revenaient. C’est rageant.
    Il y a de sacrés bons épisodes mais globalement je suis quand même frustré.

    • Bruce lit  

      La très jolie idylle entre Bobby et Kitty qui aurait pu aussi emmener deux personnages de confession juives vers des directions intéressantes a été assassinée par Brian Merdique Bigleux pour exfiltrer notre amie chez les Xmen de Scott. Oui, une directrice qui prend le maquis pour enseigner à des apprentis qu’elle a combattu de toutes ses forces pendant AvsX, c’est logique, cohérent, intelligent. Puis deux épisodes plus tard Brian Maudit Bandit décide de l’envoyer dans l’easpace -yeah man cool- pour en faire la compagne de Starlord et un gardien de la galaxie.
      Pas en reste Bobby décide pour l’oublier d’aimer les hommes….
      Mon Dieu, méchant Mattie Boy pourquoi me replonges tu dans ce trauma ?

      • Matt  

        Ah ben je ne savais pas que c’était aussi naze le destin de Kitty. Cela dit j’avais du le lire qu’elle partait dans l’espace. Mais comme ça ne m’intéressait pas, j’avais oublié.
        Ce qui est frustrant c’est que sur les 4 deluxes de la série de Aaron, il y en a à peine 2 finalement qui ne sont pas emmerdés par les crossovers. Je retiens les 8 premiers épisodes qui sont quasiment mes préférés avec aussi l’épisode du recrutement des profs, l’ydille de Kitty et Bobby. L’histoire avec Cabot Logan est passable mais pas tip top non plus. Le cirque est un peu nul, et la saga des damnés très sympa.
        Du coup au final…je me demande si je vais conserver autre chose que le premier tome. C’est trop parasité pour que je garde tout et relise ça avec plaisir. Très dommage. Et Aaron n’y est pour rien; pour le coup il a de super idées dans cette série. Mais il ramasse le merdier de Bendis trop souvent.
        Tiens ça m’a fait marrer quand même dans ses épisodes liés à AvX quand on voit Spidey dire « éh vous vous rappelez quand les super héros se tapaient dessus sur un malentendu comme des idiots avant ? Ah c’était le bon temps »
        On sent bien qu’il se moque justement des bastons à la con de AvX.

        • Bruce lit  

          Dans l’histoire de la Marvel, il y a eu bcp de faiseurs, des talents, quelques génies. Des grands qui ont contourné les conneries des éditeurs, d’autres qui ont vu leurs histoires gâchées pars des idiots et des impératifs commerciaux. Ne nous faisons pas d’illusions. Si Bobby n’était pas homo chez Lobdell, c’est parce que il ne fallait pas froisser le lectorat. Je lisais une fois que LObdell voulalit donner à Bobby cet aspect porc epic qu’il a désormais. Refus net de Bob Harras qui l’informe que l’action figure du moment le présente sous un jour lisse. Couleuvre…
          Puis Emma Frost possède le corps d’Iceberg. L’histoire est un carton et Harras demande à Lobdell de mettre en scène désormais le Xman sous l’aspect hérisson.

          Et puis Bendis. C’est quand la dernière bonne histoire de ce mec pour Marvel ? Alias ? c’était il y a quoi 20 ans ?
          Le deni autour de ce monsieur est aussi fascinant, cynique que pour l’affaire Fillon….
          Voici l’incranantion totale d’un auteur qui n’a rien à dire, qui empoche ses chèques sans avoir rien à raconter. Mais ça ne suffit pas à me le rendre antipathique. Ce qui est fou, c’est que jamais dans l’histoire de Marvel, et depuis 20 ans, ce mec fait la pluie et le beau temps, règne comme un parrain sur les publications. C’est la Wild Card que Alonso et Quesada sortent pour vendre une série. c’est ça qui me rend dingue. Vraiment. Que l’homme providentiel soit un escroc qui détourne des personnages d’un destin fabuleux qui les attendaient.
          Il ne se contente pas d’être mauvais, ça c’est son problème. Celui qui me rend dingue c’est qu’il vienne saloper le travail des autres bien plus doués que lui.

          Sur les arcs, je suis d’accord l’intrigue du cirque et du frère de Logan sont nazes. Il y a cependant dans ces moments toujours des moments d’interactions entre les élèves qui rendent la chose plaisante.

        • Matt  

          Oui surtout dans l’arc avec le frère de Logan. Il sort d’où au fait ? De Wolverine Origins ? Je ne le connaissais pas ce mec.
          Quentin Quire évolue pas mal. Idie aussi.
          Le cirque par contre, c’est quand même les 2 plus mauvais épisodes je trouve.

          Pour Bendis, le truc dingue c’est que pourtant il s’en prend plein la gueule. On n’est pas les seuls à en avoir marre de lui. Sur les forums US, il se fait descendre aussi. Mais il est toujours là.
          Bon par contre ça ne date pas non plus d’il y a 20 ans ses derniers bons trucs. Perso j’aime bien House of M, et le premier arc de ses New Avengers avec l’évasion des prisonniers. Son Daredevil aussi est bien, et date d’il y a 12 ans. Mais oui on peut dire que depuis 10 ans, c’est une catastrophe. Et ça fait déjà beaucoup 10 ans.

        • Tornado  

          Ben voila. Bruce ne va pas être content, mais en lisant ces lignes, je ne regrette pas d’avoir fait l’impasse sur Wolverine & X-men pour cause de crossovers moisis.

        • Matt  

          Bah c’est clair que je donne de l’eau à ton moulin là^^
          ça n’allait pas te faire changer d’avis. Je pense en effet que tu serais frustré aussi.
          Bon par contre je ne regrette pas d’avoir lu la série. Il y a des trucs super.
          Tu peux tenter le premier deluxe par exemple, quitte à t’arrêter là. Il est très bien. Et pas encore de crossover.
          Et la suite à lire gratos en médiathèque un jour, peut être…

  • nicolas  

    Promis ! Je pense avoir une oprtique différente de cette série en la lisant dans son ensemble.

  • Nicolas  

    Et je rajouterais que par rapport à Quentin Quire ça vaut le coup d’avoir l’arc Riot at Xavier’s dans sa comicsthèque, même si on déteste Grant Morrison. Ne serait-ce que pour la continuité du personnage.
    Riot at Xavier est un bon arc, bien construit, linéaire, avec de bon dessins, dommage que Grant Morrison n’ai pas construit tout son run de cette manière !

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *