Spider-Man : Homecoming (Article Participatif)

Spider-Man : Homecoming par Jon Watts

Iron Man et son nouveau sidekick ©Marvel Studios / Sony Pictures

Article de BRUCE LIT et COLLECTIF

Iconographie et légendes : PIERRE N

1ère publication le 14/11/17-MAJ le 07/09/18

Innocemment, je poste comme ça sur le Facebook du blog, ma réaction à chaud sur le dernier Spider-Man Homecoming, histoire de dire en deux lignes à quel point ce film est nul.

Et puis un, deux, dix, trente, soixante commentaires des amis  du blog s’enchaînent avec respect et humour, pesant le pour et le contre de ce Homecoming. Et  je me dis que ce serait rigolo de faire un article participatif qui reprendrait cette conversation comme une table ronde autour des points forts et faibles du film.  Après l’accord de tous ces belligérants, j’ai donc le plaisir de vous présenter cette première chez Bruce Lit.   La chronologie de l’échange a été respectée à 99 % . Quelques modifications mineures ont été apportées (des digressions qui noyaient un peu le poisson alors que se croisaient les réponses en temps réel)  pour rendre l’échange plus fluide mais globalement tout y est.

Vous trouverez donc dans cet échange quelques têtes connues de la maison : Patrick 6, Stéphane (ici sous le pseudo Léo Swampy), Pierre et Cyrille, mais aussi des compagnons de route du blog et plein de nouveaux mutants. Cet article est le leur ! Enjoy !
-Bruce

—–

Bruce Tringale : Un excellent somnifère mais un piètre anti-dépresseur vu hier soir : Spider-Man Homecoming….
Comment racoler l’ultra jeunisme à un tarif défiant toute concurrence, des blagues indignes des pires vannes du tisseur, un Peter attiré par le blingbling et sans jugeote, un Spidey tellement digitalisé qu’il en perd toute humanité, des séquences high school en dessous de tout et une tante May presque pas ménopausée….Pathétique !

Jay Lordinator  : Enfin une personne d’accord avec moi ! De tout les gens présents dans ma liste d’amis Facebook, on a été que deux à ne pas avoir aimé ce film, tout les autres ont adoré…

Bruce Tringale :  M’enfin ! Et le respect des personnages ? Imaginerait-on un Haddock de 20 ans fumeur d’herbe ?  un Astérix méchant et vanneur (ah, ça c’est déjà fait dans la bouse de Laurent Tirard).

Jay Lordinator : Bizarrement, les personnes qui n’ont pas aimé : mon meilleur pote  et moi (pourtant fan inconditionnel du Tisseur depuis qu’il a genre 8 ou 9 ans) et ma chère et tendre qui, je la cite, a trouvé ce film « Gamin et pas drôle ».

J’étais le meilleur Batman, t’as aucune chance morveux Source : podcastingthemsoftly

J’étais le meilleur Batman, t’as aucune chance morveux
Source : podcastingthemsoftly /  ©Marvel Studios / Sony Pictures

Cyrille M : Si c’est réussi on s’en fout un peu du respect des personnages, non ? L’esprit c’est important mais si un traitement différent fonctionne personnellement je suis pour. Bon là apparemment ça marche pas…

Bruce Tringale : Cyrille, c’est un euphémisme. Je ne suis jamais choqué de la liberté prise avec les histoires pour ne pas coller littéralement au matériel original. Maintenant , je le répète lorsque on raconte une histoire idiote et un film teenage et qu’on y appose le label Spider-Man , oui ça c’est navrant….

Christophe Le Quellec : C’est amusant je l’ai vu cette semaine avec les enfants. Même eux n’ont pas aimé. Les effets spéciaux m’ont semblé pathétiques parfois. L’unique avantage de ces derniers films c’est de réévaluer Spider Man 3.

Raphael Kalengayi : Tante May bimbo et branchée : voilà ce qui me choque le plus dans cette nouvelle version de Spiderman.

Sophian Cholet: Euh, « bimbo et branchée »? Cinquantenaire et jolie, donc « bimbo et branchée »?

Raphael Kalengayi : Je parle de la vision de tante May avec laquelle j’ai évolué et je ne le dis pas de manière péjorative. Elle me fait plus penser à la MJ canon version comics qu’à May et ce forcing pour attirer le public jeune sonne faux et ridicule. Si ça n’avait pas été Spiderman et tante May, cela ne m’aurait pas choqué.

Sophian Cholet : J’avoue ne pas être suffisamment fan du comic book pour avoir été gêné par cette trahison ; j’ai juste trouvé ça amusant.

Bruce Tringale : Sophian, puisque tu as dessiné Zombies , tu dois lire la version Zombie de Spidey.

Raphael Kalengayi : Une autre chose qui me gêne (et ça fait chier les gens que je parle de choses ethniques mais c’est nécessaire de le dire), c’est le changement de couleur de peau de personnages secondaires qui ont toujours été blanc dans les comics pour répondre aux règles de quotas ethniques. Une forme de discrimination positive très maladroite dont le but serait de nous faire plaisir à des gens comme moi issues de minorités mais qui en vérité ne nous rend pas service. Il existe pleins de super héros noirs à adapter en film, si on veut nous faire plaisir qu’on mette plus en avant ces personnages. La série Luke Cage et le film Black Panther qui sortira en février est un bon début, qu’ils fassent idem pour les autres.

Bruce Tringale : Oui, j’ai pas tout compris ça aussi. Il y a même une gamine voilée dans la classe de Peter. Comme ça, comme un simple reflet de la normalité américaine….C’est tellement racoleur. Comme le gommage de la vieillesse de May. J’aime bien May, moi. J’aime bien les années 80 où était abordée sa vie et celle des p’tits vieux, ses problèmes de santé ou même sa sexualité.

Dans cette version, ce n’est pas MJ la plus sexy

Dans cette version, ce n’est pas MJ la plus sexy / Source amazon / ©Marvel Studios / Sony Pictures

Raphael Kalengayi : Zendaya Coleman dans le rôle de MJ, c’est ri-di-cule. J’aurais plus vu la garce de la série Riverdale dans ce rôle et quitte à mettre un noir dans le film l’introduction de Miles Morales via son père joué par le rappeur/acteur Dani Glover (qui fait une brève apparition dans le film) est plus crédible selon moi car le personnage a une histoire qui lui est propre et a sa propre personnalité, ce qui donne de la consistance au personnage justement.

Sophian Cholet  : Après des décennies d’intoxication hollywoodienne où tout le casting est blanc, c’est marrant que ça vous choque de voir à l’écran un peu de diversité. J’ai trouvé ça très bien au contraire et il faut bien commencer un jour pour que ça devienne la nouvelle norme. J’espère que les personnages sont définis par un peu plus que leur couleur de peau…

Bruce Tringale : Sophian, pour ma part, je ne suis pas choqué des changements de couleurs de peau des personnages. La peau ne fait pas le héros. C’est juste hypocrite. Si on veut aller jusqu’au bout, on filme un Peter noir comme c’est le cas dans Ultimate Spider-Man et non pas lui coller un sideckick (qui est asiatique ici). Cet épisode est d’ailleurs plus connoté Ultimate que 616. La question s’est aussi posée pour le coming out de Iceberg : le fait qu’il soit gay me dérange absolument pas. C’est la manière dont Bendis l’amène qui me choque.

Raphael Kalengayi : En tant que noir et queer je milite pour la diversité. Ce qui me gêne, c’est que parfois c’est fait de manière maladroite.

Arnaud Goavec : Les personnages secondaires, ont le physique de la version Spider-Man :  Ultimate.

Patrice Marcaggi : Il existe un SPIDER MAN Americano/Mexicain depuis 1992, une version confidentielle : Miguel O’Hara.

Sam Spade : Officiellement cela est fait pour « faire plaisir » aux minorités ethniques. La réalité est toute autre : il s’agit d’un « merchandising ethnique », afin de vendre le produit au plus grand nombre de consommateurs possible. Aujourd’hui, tous les blockbusters US ainsi que les séries TV sont bâties sur le même schéma : un héros blanc ou black, avec des faire-valoirs latinos, asiatiques(tous les films de super-héros, les films catastrophes , Fast & Furious. Pour les séries TV :  Esprit Criminel, Grey’s Anatomy).

Çomment ça t’as paumé mes lances-toiles ?

Çomment ça t’as paumé mes lances-toiles ? / Source : amazon / ©Marvel Studios / Sony Pictures

Arnaud Goavec : Il en faut pour tout le monde et le Marvel Universe est suffisamment rempli pour pouvoir fournir.

Antonin Baklouti : Moi j’ai bien aimé mais j’ai en horreur tout l’aspect high tech du costume qui en fait Iron Kid. Bruce, Tu as aimé Keaton au moins?

Bruce Tringale : Keaton je l’avais beaucoup aimé dans le reboot de Robocop. Là, oui, il fait le job, sans plus.

Christophe Le Quellec : Keaton est le seul qui sauve le film de la catastrophe je trouve. Mes enfants n’ont pas bien compris l’articulation entre Civil War et ce film. On passe sur ses origines, mais j’ai l’impression qu’il aurait été préférable que ce film sorte avant Civil War car on a l’impression ici d’une régression.

Leo Swampy : Je ne sais pas… J’ai l’impression qu’on a tenté de me faire voir et gober tellement pire que j’avoue, je n’ai pas détesté… Et c’est bien rare que j’aime un film tiré d’un comic book… L’humour, est très proche du Ultimate Spiderman de ton ami Bendis, Bruce. Après, l’I.A, c’est le seul moyen de le rendre bavard comme dans la BD, sans qu’il soliloque où que l’on entende ses pensées. May, elle ne me dérange pas.
Oui, c’est « djeunifié ». Trop. Mais ce n’est pas ce que j’ai vu de pire. On parle des films X-men (presque tous)? Ou justement de l’aberrant Civil War? Ou… Ahem… les Amazing? Surtout le 2.

Antonin Baklouti : Je l’ai pas trop trop senti l’humour Bendis (et pourtant dieu sait que je le hais et refuse qu’on le considère comme un « architecte » de Marvel et Spider). Il y a juste le pote Ned qui fait penser à Gankhe le buddy de Miles Morales.
Ce qui m’a gêné en plus du côté high tech qui tue l’aspect scientifique et petit génie de Peter, c’est la réécriture inutile de certains personnages qui auraient pu être frais et drôles si ils n’avaient pas été rattachés à des personnages connus avec lesquels ils n’ont rien à voir.

Un grand compte en banque implique un tas de gadgets bling bling

Un grand compte en banque implique un tas de gadgets bling bling Source : Amazon / ©Marvel Studios / Sony Pictures

Bruce Tringale : J’avais tellement aimé les films de Raimy. Je ne les ai pas revus. Mais il y avait de la classe, l’esprit de la BD, une certaine liberté (les fameuses toiles organiques) et de vrais personnages.

Leo Swampy : Ils n’étaient pas mauvais, Bruce, je vais certainement pas te dire le contraire. Mais je fais une réaction épidermique à Tobey Maguirre. Non-existing God, ce mec. Mais l’humour de ce jeune Spidey est pas aussi mauvais à mon goût. Et puis bon, on évite les origines, heureusement… La présence de Spider-Man est la seule chose que j’ai aimé dans Civil M.. Civil War.

Antonin Baklouti : J’ai beaucoup aimé les films de Raimi malgré le ridicule. Il avait compris le personnage de Lee et Dikto. On sentait beaucoup d’amour pour lui et son univers.

Christophe Le Quellec : La première trilogie en tout cas pour les deux premiers épisodes avaient une force, parlaient de choses qui nous touchent au travers d’un super héros. Il était question de la fin de l’adolescence, de l’amitié de l’amour des choix qui s’offrent à nous. Ici il n’y a plus rien il est juste question de divertissement.

Patrice Marcaggi : J’ai bien aimé le film. Mais l’action est très moyenne. Et ce côté »démocrate/diversité « est lourd. On voit la patte Sony

Francis Fernandez : Le film est distrayant mais sans plus et est le reflet de son epoque. Pour ma part Les 2 premiers de Raimi restent les meilleures adaptations du personnage et de son entourage.

Pierre Navarre : Ce n’est pas demain la veille que les Raimi seront surpassés, même si ce Homecoming est supérieur aux films de Webb. Keaton c’est comme Daffoe, il n’a pas besoin d’un masque (comme le prouve la scène en voiture) pour jouer les mecs menaçants.

Mais où ce que j’ai foutu ce satané smartphone ? source : amazon / ©Marvel Studios / Sony Pictures

Riadh Rouha : Film pas terrible….vite vu et vite oublié

Christophe Le Quellec  : Je crains que les futurs Marvel soient de plus en plus de simples divertissements. J’ai vu le dernier Thor la semaine dernière et on voit le tournant pris, des films où le comique prend de plus en plus de place.

Antonin Baklouti  : Je crois que le pire c’est Dr Strange, un film avec des acteurs brillants mal utilisés (Mads Mikkelsen), un vilain pas développé, un autre tourné en ridicule et une figure de mentor whitewashé sans valeur ajoutée.

Patrick Six : Le traitement de tante May est aberrant oui, pour le reste c’est un honnête blockbuster qui m’a fait passer un bon moment. C’est la première fois qu’on a un Peter Parker crédible ! Je me suis déjà moins ennuyé que pour la précédente incarnation nulle et chiante Le meilleur Spiderman depuis… Euh…Très longtemps !

Bruce Tringale : Tu vois où on en arrive, Patrick ? On ne trouve plus un film formidable ou époustouflant mais moins pire que….C’est quand même triste non ?

Quand je serais grand, je serais un Avenger comme tonton Tony

Quand je serais grand, je serais un Avenger comme tonton Tony / Source Cdn1 ©Marvel Studios / Sony Pictures

Pierre Navarre : Ce qui est pénible avec le traitement de tante May, ce n’est pas tant son rajeunissement à la manière de l’univers Ultimate (après tout, Sony privilégie des interprètes de plus en plus jeunes pour incarner le héros, il est donc logique de faire de même avec sa tante pour que l’écart d’âge ne soit pas trop important), mais plutôt le running-gag assez lourd sur son sex-appeal (tout l’entourage de Peter fantasme sur elle ou quoi ?). Éviter de raconter une troisième fois l’origin story, c’est tout à fait compréhensible, mais ce n’est pas pour autant une raison valable pour dégager l’oncle Ben sans ménagement, remplacé ici par Stark dans le rôle de la figure paternelle. Même en mettant de côté sa mort, il doit quand même y avoir un moyen d’intégrer son héritage et l’impact qu’il a eu sur la vie de son neveu. Une simple allusion, c’est loin d’être suffisant…

Bruce Tringale : Pierre, on perd quand même un élément essentiel de la mythologie du personnage : Peter est un jeune élevé par des vieux. Ce qui est bénéfique à ses valeurs altruistes et nocif à sa soif de liberté. C’est un fardeau de plus pour un personnage qui devrait s’éclater à la sortie du lycée et qui à la place, doit de prendre soin de sa vieille tante. C’est l’aspect fondamental du personnage qui nous fait l’aimer. Peter est d’ailleurs entouré de vieux ; May, Octopus, Nathan, Le vautour, Le capitaine Stacy et dans une moindre mesure Joe Robertson.

Cyril Jacquin : Roh merde je viens seulement de comprendre pourquoi j’aimais tant Spider-Man. Moi aussi j’ai été élevé par des « vieux » ! Spidey c’était le gars qui faisait ce qu’il avait à faire juste parce que c’était ce qu’il pensait être juste. Il regrettait après parce qu’il n’avait aucune reconnaissance mais on savait bien qu’il recommencerait dans le prochain épisode parce que c’est dans sa nature. Parce qu’il est le héros que New-York mérite, mais pas celui qu’il faut à ses citoyens. C’est un ange gardien silencieux. Un protecteur vigilant.

Michel Dragnir Velon : Bien loin de moi l’idée de vouloir trouver à l’écran ce que je lis mais il y a clairement ici tromperie sur la marchandise quant a l’essence même du personnage. Ce n’est ni Peter Paker , ni Miles Morales. En fait ce pseudo Peter n’est que le reflet de la médiocrité portée aux nues par un certain public. Le type veut absolument faire partie des Avengers et donc la notoriété est son objectif. Où est le rapport à la responsabilité qui définit Spiderman ? En même temps , pour ne pas terrifier nos chers têtes blondes par une quelconque dramaturgie, Disney a décidé d’occulter totalement la tragédie qui a conduit le jeune homme a endosser son costume.
Un produit aseptisé, sans saveur , ridicule de convenances et totalement dépourvu d’âme. La démonstration que l’on peut payer 10€ pour une démo de jeu mal faite.

Gare au Shocker

Gare au Shocker / Source : amazon ©Marvel Studios / Sony Pictures

Sophian Cholet : J’en profite pour détailler un peu plus : j’ai trouvé le film plutôt réussi, clairement dans le haut du (médiocre) panier. Par contre, j’ai trouvé que le costume hyper-technologique en faisait un apprenti Iron-Man et que ça n’avait pas le charme du Spider-Man très « organique » du film de Sam Raimi, avec les poils minuscules sur les mains et les pieds qui lui permettent de grimper partout et surtout le coup de génie de la toile qui sort des poignets. Par contre, c’est drôle, les ados sont super convaincants, Peter Parker est nickel, MJ aussi et j’ai pas vu venir la révélation sur Michael Keaton (qui assure vraiment au passage). J’ai passé un très bon moment, j’ai bien aimé qu’il recale Stark à la fin et j’ai trouvé que l’ensemble fonctionnait vraiment bien. Seuls bémols : le scénario assez plat, le costume trop truffé de technologie qui trahit un peu trop le personnage et les scènes d’action vraiment brouillonnes.

Bruce Tringale : Sophian pour le coup, le costume high tech est fidèle à l’esprit comics : avant la Civil War, Tony Stark donne à Peter un costume aux couleurs d’Iron Man qui lui permet de voler, être invisible, avoir une vision infra rouge, trois bras mécaniques et rester à l’épreuve des balles. Bien entendu, ce salopard de Tony y a aussi placé un micro, un gps et un système de désactivation au cas où Peter le trahirait.

Antonin Baklouti : Bruce, fidèle au comics oui et non car le costume original de Peter c’est lui même qui l’a désigné et pas Tony (je ne parle pas des artifices technologiques). Stark a tout fait dans le MCU donc c’est relou de voir qu’il a aussi fait l’emblème de Spider-Man.

Comme un air de déjà-vu

Comme un air de déjà-vu  / Source : Amazon  / ©Marvel Studios / Sony Pictures

Remy Lebeau : Un film qui perd le principal attrait de ce qui fait Spider-Man
- Les pouvoirs ? Il les a
- Le costume ? Check
- L’humour ? On va dire check
- Le poids des responsabilités ? Le fardeau d’être Spider-Man ? Un drame fondateur qui forge le personnage ? Rien de tout ça. Ici, peu importe ce qu’il fait, ça n’a aucune conséquence. Tony Stark lui sauve la mise. Est ce qu’être Spidey a des conséquences sur la vie de Peter ? Non… Il abandonne l’équipe des grosses têtes pour le concours et ils gagnent quand même, donc personne ne lui en veut. Il plante Liz le soir du bal… Elle est pas fâchée…
Spider-Man c’est quelqu’un qui fait le bon choix malgré ce que ça lui coute au niveau de sa vie personnelle. Pourquoi ? Parce qu’il a fait le mauvais choix une fois et il en a payé le prix fort. Ici, on zappe même ne serait que le principe de culpabilité pour que tout aille bien dans la vie de Pete…

Christophe Le Quellec : Ce film est en effet typique des films Marvel aujourd’hui. Il n’y a plus de message, plus rien ne les relie à nos vies.
Les SH ne doutent plus, ils sont là pour nous divertir, nous amuser avec leurs blagues, leurs chambrages entre copains.

Et on s’arrête là les copains, parce que le reste des commentaires vint après la deadline et que je suis super-rigide, et que je dois montrer qu’après une libre antenne c’est encore moi le chef et qu’il est normal que j’ai le dernier mot et que…
TWHIP!

Tante May ! La vraie !

Tante May ! La vraie ! / (c) Marvel Comics

73 comments

  • Tornado  

    Il va finir par s’écrouler au bout d’un moment. A force de ne plus avoir de concurrence et de faire de la bouse (même moi je n’ai pas aimé le dernier Star Wars), il y aura bien un jour où on va s’en détourner pour des trucs meilleurs, quand bien même ils seront cheap. Je veux croire en ça, en tout cas…

    • Bruce lit  

      il y aura bien un jour où on va s’en détourner pour des trucs meilleurs
      Rien n’est moin sûr…
      Quel studio se lancera désormais dans un film à grand spectacle sans licence des années 80 ou du super héros ?

      • Jyrille  

        Cela existe même si c’est rare : il y a eu Harry Potter, Pirates des Caraïbes (bon ok c’est Disney à la base), Le Seigneur des anneaux, et puis surtout une tonne de séries télé, à commencer par Game of Thrones. Donc des livres qui étaient des best sellers, dont un qui n’a pas vingt ans.

        • Matt  

          Et certains comme Universal savent très bien faire de la pure bouse comme leur reboot de la momie sans faire partie de Disney^^

    • Matt  

      Bah Disney ne fait pas que de la merde non plus, hein. On a un peu trop tendance à dire que c’est le mal parce qu’ils deviennent trop imposants.
      Bon…ils deviennent certes trop imposants mais c’est pas pour autant que les derniers Pixar, les derniers Star Wars ou autres sont à chier (j’ai pas vu le tout dernier Star Wars non plus mais quand bien même il serait pourri…c’est pas encore systématique)
      Le souci c’est que n’importe quelle entreprise qui obtient un quasi monopole sur quoi que ce soit…c’est jamais bon. Donc ça commence à faire un peu flipper.
      J’aimais bien Disney moi. C’est triste, on va bientôt associer l’image du gentil Mickey à un putain de Big Brother.

  • Bruce lit  

    Et bien moi qui n’aime pas les films marvel, j’ai enfin vu Amazing Spiderman 2 et j’ai trouvé ça Amazing, oui !
    Un Spidey drôle et torturé, une Gwen avec du caractère, de superbes combats chorégraphiés, une fidélité au matériel de base jusqu’aux vêtements de Gwen et deux méchants tragiques. Un scénario complet, parfois trop ambitieux avec de vrais moments de grâce et une scène superbe de fin. De vrais décors, une bonne interaction avec les civils, une mise en scène efficace. . Impressionné ! C’était chouette de voir ça avec les enfants. Sans doute le film de super héros le plus convainquant que j’ai vu depuis le premier SM de Raimi.

    • PierreN  

      Même la caractérisation du Max Dillon pré-Electro ne t’as pas dérangé ?
      J’ai retenté le premier volet, ça ne passe décidément toujours pas (Raimi forever, il serait temps que je termine mes articles sur la trilogie), et les coupes dans le montage sont plus que violentes :
      -Le Lézard contamine les flics pour en faire ses semblables, mais ensuite ils n’apparaissent quasiment plus (ou alors seulement pour leur guérison)
      -Peter et Gwen se balancent au bout d’une toile de nuit, le plan suivant devrait logiquement montrer le lieu où ils se rendent ou au moins la finalité narrative de cette balade, et au lieu de ça le film passe direct à une autre scène de jour

      • Bruce lit  

        Non, Elektro est plus intéressant ici que dans la BD. Les vilains de Spider Man n’ont pas beaucoup de caractérisation.

  • Tornado  

    Chais pas trop. Les vilains sont ratés je trouve. Je préfère le premier, même si la mort de Gwen est plutôt réussie.

    • Matt  

      J’ai pas aimé le 2 non plus. Méchants ratés, film cucul.
      Mais je suis chiant moi pour les films Spider-man. Les Raimi ça passe pas non plus. Trop niais, et casting naze.
      Le moins pire est je crois le premier Amazing, mais je ne peux pas dire que je l’aime beaucoup non plus.

    • Jyrille  

      Tout pareil que Tornado.

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *