Un amour de Coccinelle (Miraculous)

Miraculous, les aventures de Ladybug et Chat Noir

Un article familial de JP NGUYEN

Diffusion : TF1 / Netflix

La Rouge et le Noir – source :  fanpop  (c) Zag Heroez

La Rouge et le Noir – source : fanpop (c) Zag Heroez

Série télévisée d’animation créée par Thomas Astruc et produite par Jérémy Zag, MIRACULOUS est une co-production franco-japano-coréenne dont la première diffusion date d’octobre 2015 sur TF1. Les deux premières saisons comptent chacune 26 épisodes de 21 minutes et une troisième saison devrait pointer le bout de son nez courant 2019.

Missionné par le Boss pour vous parler de cette sympathique série, j’ai fait appel à des personnes plus expertes que moi sur le sujet, à savoir mon épouse Viviane et mes filles aînées, Michelle et Daria, respectivement âgées de 9 ans et demi et 7 ans.

– Alors, pour écrire l’article, j’ai besoin de donner des informations, mais on ne racontera pas tout, d’accord ?
- Bah oui, parce que si on raconte l’histoire, ça s’appelle du « spoil » !

Générique !

Et donc, pour commencer, renseignons-nous auprès de deux grandes fans de la série, Michelle et Daria : MIRACULOUS, de quoi ça parle ?
C’est une super-héroïne qui s’appelle Ladybug et qui fait équipe avec un super-héros qui s’appelle Chat Noir. Leurs pouvoirs leur viennent de leur kwami, une petite créature qui leur permet de se transformer en utilisant aussi leur Miraculous, un bijou magique (des boucles d’oreille pour Ladybug et une bague pour Chat Noir).

Et quand ils ne sont pas transformés en super-héros, à quoi ressemblent-ils, ces personnages ?
Ce sont des adolescents de 14 ans, Marinette et Adrien, qui sont dans la même classe de troisième du Collège Françoise Dupont à Paris.

Et qu’est-ce qui se passe pendant les épisodes ? Est-ce que c’est toujours pareil ?
Non, c’est pas toujours le même personnage qui se fait « akumatiser » !

Akumatiser ?
Le Papillon, le grand méchant de la série, envoie régulièrement des papillons noirs appelés « akumas » à la rencontre de personnes ressentant des émotions négatives (peur, colère, frustration, déception…) pour les transformer en super-vilain et récupérer les Miraculous des deux héros.

Et comment ils font, Ladybug et Chat Noir pour battre les super-vilains ?
Ils doivent repérer dans quel objet se trouve l’Akuma, pour le casser et libérer le papillon noir, avant que Ladybug utilise son Yoyo magique pour le retransformer en papillon blanc.

Mouais, ça me semble quand même assez répétitif, comme intrigue !
Non, non, c’est pas toujours la même chose ! Parfois, les héros doivent faire appel à d’autres héros, comme Rena Rouge ou Queen Bee !
Et puis, il y a de l’humour ! Les deux héros échangent souvent des répliques marrantes. Et dans la saison deux, Maître Fu, le gardien des Miraculous, découvre des recettes de potions pour donner des pouvoirs supplémentaires aux kwamis afin de s’adapter aux situations (pour aller sous l’eau ou se battre dans le froid, par exemple).

dzadz

Un gentil blondinet et une brunette un peu gaffeuse – source : fandom (c) Zag Heroez

Daria : Moi, j’aime cette série parce que je trouve qu’il y a plein de rebondissements !
Michelle : Moi, j’aime cette série parce qu’il y a des mystères, des secrets et beaucoup de pouvoirs magiques. Et il y a aussi de l’amour !
Daria : Ben oui, parce qu’Adrien, il est amoureux Ladybug.
Michelle : Et Marinette, elle est amoureuse d’Adrien. Mais ils ne connaissent pas leur identité secrète !

Quels sont vos personnages préférés ?
Michelle : Marinette parce que c’est une fille douce et gentille mais pas parfaite. Elle est maladroite même si elle a toujours de bonnes intentions. Et Ladybug, parce que j’aime ses boucles d’oreille, son costume et ses pouvoirs !
Daria : Chloé parce qu’elle est parfois sympa et souvent pas sympa, mais pas vraiment vraiment méchante…
Et Queen Bee, parce que j’aime bien son pouvoir de faire de la lumière avec sa lanterne et j’aime sa voix moqueuse !
Michelle : J’aime cette série parce qu’elle nous inspire beaucoup pour jouer avec les figurines qu’on a eues à Noël, pour refaire les épisodes ou en inventer de nouveaux !
Merci beaucoup les filles, vous pouvez retourner jouer !

 L’antre du Papillon –  source :  AnimationSource   (c) Zag Heroez

L’antre du Papillon
source : AnimationSource
(c) Zag Heroez

Arf, c’est quand même abusé, cette série dont le scénario reproduit toujours le schéma narratif, tout ça pour faire vendre des jouets ! Quoique, à la réflexion, ce principe était déjà à l’œuvre dans les années 80 avec les MAITRES DE L’UNIVERS ou les TRANSFORMERS ! En fait, tout bien considéré, elle est plutôt pas mal cette série. C’est un heureux mélange de classicisme et de modernité.
Pour le classique, il y a les identités secrètes, les artefacts/talismans magiques qui donnent des pouvoirs, les scènes rituelles de transformation et un grand méchant dans l’ombre qui envoie un sbire à chaque épisode pour invariablement échouer. C’est une déclinaison du genre « Magical Girl » que SAILOR MOON avait contribué à dépoussiérer dans les années 90, mais la série puise aussi son inspiration dans les comics. Quand Ladybug se sert de son yo-yo pour se balancer de toit en toit, la filiation avec Spider-Man est assez évidente.

La modernité, c’est la réelle égalité de traitement entre l’héroïne et le héros (aucun n’est le faire-valoir de l’autre) ainsi qu’une animation 3D fluide qui nous entraîne à travers un Paris de carte postale bien restitué (on voit quand même très souvent la Tour Eiffel) mais plutôt aseptisé, étant donné le public visé par ce programme. Les nombreuses scènes d’action sont bien animées et chorégraphiées. Chacun des héros possède sa botte secrète : le « Cataclysme » pour Chat Noir, qui lui permet de désintégrer un objet en le touchant et le « Lucky Charm » pour Ladybug, qui fait apparaître un objet, semblant parfois incongru mais qui se révèle toujours utile pour résoudre le problème rencontré.

Les nouvelles stars du Toy-Biz...

Les nouvelles stars du Toy-Biz…

Même si la trame des épisodes est répétitive, les auteurs font preuve d’imagination pour diversifier les situations, les arènes, les ennemis et leurs pouvoirs… Dans la saison 2, l’écriture de la série se révèle plus « fun » et se met à viser un public légèrement plus âgé. On y trouve des références à la pop-culture, gentiment parodiques. Ainsi, le Hibou Noir (S2E08), avec ses gadgets et son super-ordinateur, rappellera forcément un certain Dark Knight de Gotham City tandis que l’épisode Zombisou (S2E13) détourne les codes des films de zombies, en remplaçant la morsure qui zombifie en bisou plongeant les victimes dans un état second…

Les personnages, principaux comme secondaires, évoluent et prennent de l’épaisseur, à l’instar de Chloé Bourgeois, la petite peste à l’origine de bien des tracas pendant la saison 1, qui devient l’alliée de Ladybug sous le nom de Queen Bee (tout en restant, la majorité du temps, puante et imbuvable en société). Enfin, c’est l’univers et la mythologie de la série qui s’étoffent avec des informations supplémentaires distillées sur l’histoire et le fonctionnement des Miraculous.
En bon vieux fan des comics de sup’, je me fais facilement piéger lorsqu’une série développe une certaine « continuité », qui vient récompenser le lecteur/spectateur fidèle pour dépasser la limite de l’épisode hebdomadaire interchangeable. Vous me direz que j’étais une cible facile pour ce genre de série ? Je laisserai dans ce cas la parole à mon épouse Viviane, qui ne court pas après les encapés mais apprécie quand même bien les aventures de Ladybug et Chat Noir…

Des clins d’oeil à de vénérables prédécesseurs  – source :  AnimationSource   (c) Zag Heroez

Des clins d’oeil à de vénérables prédécesseurs
– source : AnimationSource
(c) Zag Heroez

Vivi, tu pourrais me faire un topo sur ce que tu aimes dans Miraculous ?
Salutations ! Tout d’abord, personnellement, je ne suis pas contre les encapés. J’aime la fantaisie et le fantastique, je ne suis pas hermétique à ce genre…
Je n’ai pas encore vu tous les épisodes de la saison 2, mais je pense en avoir vu assez pour pouvoir donner un avis.

Alors moi ce que j’aime dans cette série … L’esthétique : un animé que je trouve trop laid visuellement, c’est tout simplement rédhibitoire, je ne peux pas regarder … Ici, c’est un mélange de 3D avec un design un peu manga (les personnages ont des yeux assez gros). J’aime bien, l’ensemble donne des personnages avec un aspect moderne pour les gamins de maintenant.

L’histoire : bon, c’est une série avec des supers héros, dont les épisodes suivent toujours à peu près la même trame… Au début tout va bien, puis une contrariété rend quelqu’un malheureux, le Papillon envoie alors son akuma noir, l’individu malheureux se fait akumatiser et devient un super vilain (avec des pouvoirs uniques mais toujours en rapport avec le souci d’origine, son métier ou sa personnalité). Ensuite, Ladybug et Chat Noir arrivent et règlent le problème du vilain, après quelques rebondissements qui très souvent reposent sur un travail d’équipe : l’un créant un objet magique indispensable pour solutionner la situation et l’autre utilisant son pouvoir de destruction), et le papillon noir devient blanc : merci Lady Bug !

Je trouve que la série mûrit durant la deuxième saison. Les scénarios font parfois référence à d’autre genre ou film (zombies, Batman, King Kong), ou à des personnages issus de diverses mythologies ou folklores (Cupidon, les Ti-sapoti de la culture Créole ou la Befana, gentille sorcière italienne … et même le Père Noël !) … en les traitant sous un angle nouveau (adapté aux plus jeunes téléspectateurs) mais en gardant les codes (les zombisous et les cauchemars arrivent quand même à mettre un peu mal à l’aise au premier visionnage !). Je pense d’ailleurs que cela permet aux adultes regardant la série de ne pas s’ennuyer tout en captant l’intérêt : comment vont-ils s’en sortir cette fois alors que le Papillon est à deux doigts de réussir ? Car oui, le Papillon s’améliore au fur et à mesure des épisodes … On apprend aussi plus de chose sur la situation, les pouvoirs des kwamis (et leurs améliorations), le Papillon et ce qui le motive, les personnages qu’ils soient principaux ou secondaires …

Au fil de la saison 2, la Cour des Miraculous s’étoffe – source :  AnimationSource   (c) Zag Heroez

Au fil de la saison 2, la Cour des Miraculous s’étoffe – source : AnimationSource
(c) Zag Heroez

Les personnages ne sont pas énervants : aucun n’est hyper intelligent ou particulièrement idiot. Ils ont tous des problèmes du quotidien d’adolescent à gérer (l’autorité paternelle, les histoires de cœur, les copains, l’école, …) à cela s’ajoute la protection de Paris des Supers Vilains … (Epuisant !) … Toutefois, au fur et à mesure des épisodes tous les personnages gagnent en profondeur, même la peste … Elle m’a même fait un peu de peine, car en fait ce n’est pas complètement de sa faute … mais on me dit que je ne dois pas en dire plus sinon je vais vous spoiler.

Les deux personnages principaux sont assez crédibles et sympathiques, parce que je pense qu’une fille peut facilement s’identifier à Marinette qui est gentille et maladroite, pareil pour Adrien les garçons apprécient le personnage de chat noir (qui fait de nombreux jeux de mots et reste un parfait gentleman). Je le sais de source sûre car j’ai récemment discuté avec un garçon de la classe de Daria qui joue à Lady bug et Chat noir à la récré.. Personnellement, j’apprécie qu’Adrien ne soit pas un ado qui fait n’importe quoi et mais un garçon responsable (il a beaucoup d’obligation qui lui sont imposées par son père), bienveillant, sensible et posé … (Mais bon j’imagine que c’est la maman qui parle) … Marinette aussi m’est très sympathique, surtout ses bafouillages quand elle est en présence d’Adrien.

Les héros bien que compétents, ne sont pas tout puissants (aucun ne domine l’autre) et ils travaillent vraiment ensemble pour contrer le super vilain de l’épisode. D’ailleurs ils vont avoir besoin d’aide d’autres héros qui vont venir grossir l’équipe. Ponctuellement il y a même des gens « normaux » qui leur donnent un coup main, dans certains épisodes.

J’apprécie également beaucoup l’humour qu’il y a dans les épisodes, les gentilles piques et bons mots que s’échangent les héros. Le phrasé n’est jamais vulgaire, même quand les personnages sont très en colère. C’est une série que j’ai plaisir à regarder avec les filles.

Merci Vivi ! N’en dis pas plus, le Bruce risque de te proposer un contrat pour le blog (et c’est très mal payé) !

Bon, Laureline ma petite dernière étant occupée au montage de ses legos, il ne me reste plus qu’à conclure.
Vous l’aurez compris, MIRACULOUS est une série qui plaira davantage aux plus jeunes, mais qui possède quand même quelques attraits pour les plus grands enfants. S’il fallait trouver un « message » dans cette cavalcade d’épisodes qui semblent tous se ressembler de loin, c’est que le Mal se niche en chacun de nous et que c’est dans les moments de faiblesse qu’il peut nous arriver de lui céder. Mais la série est résolument optimiste, puisque le Mal peut être guéri, grâce à un savant dosage de destruction et création, les deux concepts personnifiés par Chat Noir et Ladybug, animaux également associés à la mauvaise ou bonne fortune. Ayant essayé cette série un peu par hasard, je suis content d’avoir trouvé une série faisant consensus pour toute la famille ! Miraculous, non ?

Check it !  – source :  Animation Source   (c) Zag Heroez

Check it !
– source : Animation Source
(c) Zag Heroez

////

La BO du jour :
Alors, on va dire que c’est un peu comme pour « Heroes », la série est bien meilleure que son générique :

30 comments

  • Matt  

    Ce JP, même quand il n’a personne pour faire un team-up, il appelle sa famille^^ Il ne sait plus écrire tout seul on dirait.

    Très sympathique article.
    C’est cool de savoir qu’il n’y a pas que de la daube pour les plus jeunes à la téloche.
    Après je ne suis certainement plus le coeur de cible. Jamais aimé les magical girl et Sailor Moon d’ailleur. Trop girly mignon.
    Bon après je ne crache pas sur le truc hein, j’ai moi même été fan de dessins animés créés pour vendre des jouets (remember mon article sur Tortues Ninja…dont tout le monde se foutait ?^^)

    Mais disons que de nos jours, si je peux voir un épisode de Tortues ninja avec le sourire à l’occasion, c’est aussi la nostalgie qui parle. Regarder de nouvelles séries inconnues un peu répétitives pour les plus jeunes maintenant…je risque surtout de m’emmerder^^

  • Présence  

    C’est là où je me rends compte que mes enfants ayant grandi, je suis déconnecté de cette catégorie de produits culturels, au point d’en avoir jamais entendu parler… alors que je me souviens encore d’autres séries d’origine française comme les Totally Spies !, ou les W.I.T.C.H. Mon regard a aussi évolué pour qu’une phrase me saute aux yeux : cette série nous inspire beaucoup pour jouer avec les figurines qu’on a eues à Noël. Je deviens vraiment cynique avec l’âge.

    De manière moins blasée, cet article me donne envie de jeter un coup d’œil pour ses nombreuses qualités mises en lumière par cette revue familiale : graphismes très agréables, utilisation pertinentes des conventions du genre superhéros, personnages sympathiques, mythologie interne originale construite de manière postmoderne (en récupérant d’autres mythologies de plusieurs genres)… Je note l’idée pour de futurs cadeaux d’anniversaires ou de Noël pour des nièces ou neveux. La forme de l’

    • Présence  

      Oups ! … la forme de l’article fonctionne très bien en montrant comment chacun trouve son plaisir dans différents éléments de la série.

  • JP Nguyen  

    J’avoue, avec le reste des choses à gérer, j’aime bien faire des teamups pour ne pas écrire en solo. Mais la semaine dernière j’ai quand même terminé un autre article, tout seul.
    Et puis, associer ma petite famille à cet exercice, ça m’a fait bien plaisir.
    Pour le reste, en regardant distraitement certains programmes avec les enfants, je me suis rendu compte que les dessins animés actuels pouvaient être de qualité (certes, pas tous)
    Franchement, un shonen comme Fairy Tail n’a pas à rougir par rapport à des séries comme Saint Seiya. La comparaison entre les deux montrerait même que la plus ancienne est plus répétitive et moins variée.

    • Matt  

      C’est peut être une question de tranche d’âge.
      Les shonen jap c’est un peu pareil maintenant qu’avant. Mais quand je vois mes neveux sur Gully…houlàlà…tous ces machins pas drôles en 3D moche. je préférais mes Popeye ou mes Looney Tunes, mes Tortues ninja et mes Batman^^

  • Nikolavitch  

    Y en a deux, chez moi, qui sont à fond dedans. la petite adore !

  • Rom1  

    Ma famille entière a aussi cédé à l’attrait de Miraculous, ma fille de 4 ans en tête. En tant qu’adulte chauvin je trouve surtout très bien mise en scène la ville de Paris (les détails à l’ecran sont très fidèles à la topographie, la dernière fois que j’avais été aussi bien immergé dans la capitale française était avec le film « G.I.Joe : L’éveil du Cobra ») et en tant qu’amateur de comics je considère que cet amalgame Magical Girl / Super-héros fournit une très vaste galerie de vilains bien aboutis et qui rivalise même avec celle des … PyJaMasques ! :)

  • Eddy Vanleffe  

    comme vous, ma fille est ma principale interface vis à vis des séries jeunesses, mais voilà à 10 ans, elle veut être toujours plus « grande  » et ne supporte plus les graphisme gentillet…
    elle est en période de rejet de ce genre de programme pour regarder des trucs de grands ou des manga…
    Pourtant cette série a tout pour lui plaire, de même qu’un autre truc Netflix, Carmen Sandiego qui fleure bon la nostalgie Bruce Timm.
    Merci pour ce topo, ça a l’air bien sympathique…

  • Tornado  

    Très bonne idée que cette review en famille. C’est frais et charmant.
    Je ne connaissais pas cette série. Mes enfants ne connaissent pas non plus. Ils regardent d’autres trucs, sur d’autres chaines. Ça passe quand et à quelle heure d’ailleurs ?

    Etant moi-même davantage branché cinéma que TV, je me rends compte que j’influence beaucoup mes enfants. Ainsi, ils regardent surtout les films d’animation, plutôt que les séries TV. Je ne saurais dire si c’est grave…

    • JP Nguyen  

      @Tornado : ça passe le dimanche matin sur TF1, je crois, mais ce n’est pas là que mes filles regardent. Elles ont visionné via Netflix et/ou en épisodes sur clef USB…
      S’il y a un truc qu’elles n’expérimentent pas trop, par rapport à notre génération, c’est l’attente d’une semaine entre deux épisodes et le rituel de respecter un horaire fixe pour ne pas louper un épisode….

  • OmacSpyder  

    Un article qui démarre sur un dessin animé pour enfants, qui leur donne d’ailleurs la parole ainsi qu’à la maman, pour se conclure par la thématique du mal en chacun, de la destruction et de la création comme moyen d’en sortir, voilà bien un petit miracle qu’on ne trouve qu’ici!

    Ainsi l’analyse est menée et l’article se déroule sous nos yeux comme un yoyo malicieux qui donne le sourire.
    Ladybug et Chat Noir sont vraiment très attachants comme personnages, et le dessin animé rappelle en effet les Gigi et autres Sailor Moon par la transformation et ses codes. Et cette répétitivité rappelle les grandes heures en effet de nos dessins animés d’époque où nous connaissions la trame sans connaître les rebondissements.
    J’encourage plutôt ce type de visionnage pour ma part que des dessins animés aux déprimés déroulés décousus, au second degré permanent, à l’excitation continue, du genre Gumball et co.

    Ici, le fil est structuré. La récurrence a du bon dans le sens où l’enfant peut à la fois anticiper la structure du récit, tout en y intégrant des éléments de surprise qu’il intègre dès lors dans une continuité.
    De plus il existe une morale, non manichéenne, mais plutôt de compréhension de l’autre. Et ça n’est pas rien non plus. Les personnages évoluent à leur rythme, avec une cohérence ayant du sens. Sans effacer pour autant leurs petits défauts qui les rendent attachants…

    Un article familial pour un dessin animé familial! Et chacun peut en dire un bout de sa place, n’est-ce pas un moment de partage précieux à l’ère de chacun son programme/ chacun son écran?

    • Eddy Vanleffe  

      sans avoir le regard pour si dire si la répétition des intrigues est bien ou pas, je me souviens que ce qui nous agaçait parfois dans le fait de voir les schémas dans Magnum, Manimal, Les maîtres de l’univers ou encore X-Or, toutes ces séries hyper chapitrés aux canevas immuables a fini par devenir avec le temps les bons souvenirs qu’on aime encore échanger entre nous.
      Tu te souviens les travellings arrières dans les sentaï
      les atatatatata de ken le surivvant où il déchirait sa veste à chaque épisode?
      oui et David Banner qui devait retrouver un froc potable deux fois par épisode?
      les éclats de rire bidons à la fin de chaque truc avec arrêt sur image et logo du studio
      qui ne ne souvient pas du type qui tapait à la machine pour qu’elle s’envole afin de former le logo (Spelling production de mémoire)

      • OmacSpyder  

        Voilà! C’est tout à fait ça! Ces répétitions qui, comme tu le dis, laissent ces traces en mémoire et forment au final une trame sécurisante. Que l’on peut anticiper enfant avec une certaine jubilation, en sachant que le héros va se transformer à tel moment, que les coups vont apparaître de telle façon.

        L’enfant a besoin de ces aspects de sécurité pour construire psychiquement son sentiment de sécurité interne en confirmant sa capacité d’anticipation. Comme quand l’enfant jubile face à l’adulte qui se cache is yeux avant de les montrer à nouveau. Le jeune enfant ou le bébé ne sait pas quand les yeux vont à nouveau le regarder en faisant « Bouh! » mais l’idée le fait jubiler.

        Cette structure du récit permet d’intégrer de la nouveauté en toute sécurité. Comme des rituels de lever, de repas, de coucher, mais en un temps ramassé.

        Ça n’est pas pour rien qu’ils ont laissé ces traces en nous, celles que tu décris très bien!

        • Eddy Vanleffe  

          j’ai réfléchi-heu pas trop, c’est pas mon genre- à ça justement quand je vois ma fille bouffer des séries au kilomètre en streaming…
          elle n’aura pas ce petit truc là à savoir la plaisir de la répétition qui ont donné toute leurs inspirations aux inconnus car que ce soit dans la moquerie ou la tendresse, le culte ou le dédain. tout cela nous rassemblait quelque part et à en crois ici, nous rassemble encore…

          • OmacSpyder  

            Il se peut que d’autres formes de répétition soient à l’oeuvre, qui sautent moins aux yeux… Une trame qui n’apparaît pas d’emblée. Là où la génération précédente voyait dans nos visionnages de la violence, nous nous nourrissions sans nous en rendre compte de répétition. Nous disions juste « Mais non, c’est bien! »
            Peut-être qu’il en va de même pour la génération actuelle. Nous ne voyons pas où ils se nourrissent, mais s’ils y retournent ainsi, on peut penser qu’ils y trouvent quelquechose qui échappe à nos yeux.

            Pour écouter des ados parfois, ils y trouvent des mythes modernes, des récits leur permettant de structurer ce qu’ils ressentent en chaos…

          • Jyrille  

            Récemment, mon grand s’est refait quelques épisodes de Yu-Gi-Ho (Oh ?) qu’il dévorait enfant. Il a immédiatement vu le coup de vieux pris par les épisodes, quasi immuablement faits de la même façon, avec les mêmes schémas dans les duels etc…

  • Tornado  

    Pour moi, la série de mon enfance qui évoque le plus le scénario répétitif, c’est Goldorak avec son Golgoth quasi-immuable (même si parfois c’est un antérak, c’est pareil ! :D ).
    Aujourd’hui encore, une de mes séries préférées, c’est Columbo. Et là aussi, le scénario est toujours basé sur le même principe. Il y a donc une armada de série qui fonctionnent sur ce canevas !
    Ma fille est accroc à Dora L’Exploratrice. Elle est donc à fond dans ce principe sécurisant.
    Mon fils c’est encore autre chose, il jongle en permanence entre les films d’animation actuels (Moi Moche et Méchant, Minuscule, Pixar) et les dessins-animés de mon enfance que je lui ai montrés et qu’il adore (les Schtroumpfs, Lucky-Luke, Astérix, Transformers, Looney Tunes…). Il aime autant les deux.

  • Bruce lit  

    Quel plaisir de retrouver la famille Nguyen plus chère à mon coeur que celle de Bruce Wayne. Merci pour cette review encore une fois originale et à la fraîcheur…rafraîchissante.
    La télé familiale jouxtant le poste de travail de Bruce Lit à la maison, il est inévitable que me parviennent les sons de MIRACULOUS pendant mes sessions de travail. Du coup de temps à autre j’y ai jeté un oeil et trouvais Marinette assez attachante, les chorégraphies aériennes pleines de grâce et le chara design assez chouette.
    Les enfants ont eu Chat Noir et Ladybug pour Noel. Ce sont des jouets de belle composition avec une effort fait sur les costumes amovibles.
    Maintenant, ça piaille beaucoup quand même comme tous les programmes pour enfants avec ces voix suraigues insupportables quand tu veux te concentrer. Tu m’apprends l’existence d’une micro continuité JP.
    J’ai bien lu et compris les remarques d’Omac là dessus, mais pour ma part je me lasse très vite de ce format. J’ai découvert notamment Rick et Morty sur Netflix et leur humour trash. Mais à partir d’une dizaine d’épisodes j’arrête. Non par ennui, c’est toujours très drôle et très féroce mais il me manque la progression narrative. Ce qui explique que je ne sois nostalgique de quasi aucune série des 70, 80, même la série TV Hulk. J’ai toujours eu besoin , même enfant, d’avoir des héros mortels pouvant atteindre le point de non retour. Sans doute ce qui explique mon attachement à BORN AGAIN.

    • Bruce lit  

      Quant à la musique, c’est juste épouvantable, non pas dans la composition mais dans les arrangements et l’interprétation.

    • Jyrille  

      Crois-moi, RICK AND MORTY évolue tout de même dans les saisons suivantes…

  • JP Nguyen  

    Merci à tous pour vos retours positifs et bienveillants !
    @Omac et Eddy : merci pour votre éclairage complémentaire sur les vertus du rituel récurrent pour rassurer les enfants !
    Un bémol, toutefois, Eddy, je n’aurais pas classé Magnum comme si répétitif que ça !

    Ah quand même, quel taquin, ce Bruce, il est capable d’enchaîner une adaptation BD de Sagan avec une série d’animation pour kids !

    • Bruce lit  

      Notre ami Frederic (Rebena) n’en revient toujours pas….

  • Kaori  

    Ah je l’attendais cet article !

    Je ne me rappelle plus trop comment on est tombé sur cette série chez nous. Sûrement au petit-dej du dimanche matin, rare moment où la télé est autorisée. J’ai tout de suite aimé le style graphique, enfin quelque chose d’agréable à regarder !!
    J’ai vraiment beaucoup de mal avec les dessins animés actuels. Surtout ceux sur Gulli. Vous avez déjà vu celui qui est un cul ? Oui un cul qui se promène et qui parle. J’ai oublié le nom. Interdit de regarder. Oui je filtre.

    Bref, Miraculous, c’est la seule série qui fait consensus dans notre famille, entre mon grand de 10 ans et ma fille de 6 ans. Ca et Dragons. Série que j’aime aussi, mais là y a trop d’épisodes pour moi, je préfère m’en tenir au film (d’ailleurs le 3ème film est très réussi, encore mieux que les deux premiers. Et le parallèle avec le tout premier film est saisissant; mais je m’égare)

    Alors moi ce qui m’intéresse, c’est cette histoire de Miraculous du paon. Et puis évidemment, un peu comme quand je regardais Loïs et Clark : « mais quand vont-ils découvrir leur grand secret ?? »
    Même si je sais qu’une fois qu’ils auront découvert la vérité, ça sera la fin de la série.

    Chloé la peste, malgré ses circonstances atténuantes, j’ai du mal. D’ailleurs, quand un de mes enfants se comporte mal à la maison, je leur dis « Arrête de faire ta Chloé ! ». C’est vraiment le personnage que j’aime le moins. Et je suis d’accord avec Bruce, elle a une voix exécrable !

    J’aime la pureté d’Adrien, la maladresse de Marinette (qui fait furieusement écho à mon adolescence quand j’étais amoureuse d’un garçon de la classe, du coup elle me fait rire ;) ). Je les préfère sans leur costume en fait.
    J’ai aimé le clin d’œil à Sailor Moon, ça fait toujours un petit truc en moi.

    J’aime aussi retrouver des « guests » : y a eu les modélisations de Josiane Balasko, de Philippe Candeloro et de Dany Boon.

    Et comme tu le soulignes, JP, il y a une vraie continuité, une progression, certes lentement, mais ça donne un intérêt supplémentaire pour suivre la série. Ce qui fait d’ailleurs qu’il vaut mieux éviter de rater des épisodes (contrairement à Magnum ;) ).

    Voilà, merci pour cet article, c’est agréable de lire des articles écrits en famille, c’est jovial et très agréable :).

    • Bruce lit  

      Sailor Moon : jamais accroché. Des fans ?
      y a eu les modélisations de Josiane Balasko, de Philippe Candeloro et de Dany Boon. Oh là, tout à coup ça fait fuir !!!!

      • Kaori  

        Ha ha ha ! Ils ont juste joué un rôle de « vilain ». A vrai dire, je ne sais même pas quel rôle a fait Josiane Balasko. Dany Boon j’ai un vague souvenir. Mais j’avais bien aimé celui avec Candeloro le gérant qui cherche à empêcher la fermeture de sa patinoire.

        Pour Sailor Moon, je ne suis pas fan, j’aimais bien le début de la série, parce que j’avais le même âge qu’elle et qu’elle me faisait rire, mais je n’ai pas continué longtemps. Trop gnangnan. Et la VF m’exaspérait au plus haut point. Entendre la voix de Patrick Duffy (Dallas, l’homme de l’atlantide) sur le beau gosse de la série et la voix de Mark Lesser (Sangohan et Trunks ado) sur la voix du demeuré, je trouvais que c’était un tel gâchis !! J’adorais la voix de Mark Lesser. Et quand enfin il avait une voix sur un beau gosse, c’était soit le méchant Prince Diamant, soit… une fille !! Oui car ces cons se sont rendus compte après que le personnage qu’ils avaient pris pour un garçon nommé Frédérique était en fait une future Sailor…
        Après je sais que pas mal de filles de ma génération ont accroché, hein, il doit y avoir une vraie mythologie là-dedans, mais ça ne m’a jamais inspiré…

        • Kaori  

          Par contre, il faut que je me corrige (et je ne sais pas éditer sur ce blog…). Patrick Duffy était traditionnellement doublé par Philippe Ogouz, alias Ken le survivant. Je n’avais plus son nom en tête, il a fallu que je fasse un tour sur wiki. Mark Lesser, c’est le nom du comédien français ;)

          • Bruce lit  

            @Kaori : il est impossible pour les commentateurs d’éditer. C’est l’un de mes rares privilèges.

  • Jyrille  

    J’avais entendu parler de cette série mais je n’ai jamais tenté. Il faut dire que ma progéniture a passé l’âge… Comme ils sont sur Netflix j’y jetterai peut-être un oeil histoire de me faire une idée.

    « le Mal se niche en chacun de nous et que c’est dans les moments de faiblesse qu’il peut nous arriver de lui céder » J’aime bien cette idée, elle se trouve bien plus réaliste que la plupart des vilains de notre enfance.

    Enfin, j’adore le fait d’avoir fait participer toute ta famille, JP ! Le team-up ultime ! Merci donc pour la présentation et comprendre un peu mieux ce phénomène, ou en tout cas ce gros succès.

    La BO : le truc horrible qui te mange le cerveau bien plus facilement que le zombie next door…

  • Kaori  

    Pour info, au cas où :
    La saison 3 débarque à partir de dimanche 14 avril, sur TF1 :-).

  • Kaori  

    Encore moi ! (je dois être la seule tarée de la Team à regarder tous les dimanches !)

    Bon sang ce matin, c’était un épisode d’anthologie !
    D’abord, Thomas Astruc, le créateur et réalisateur s’y est mis en scène, on brise encore le 4ème mur, et le plus drôle, c’est qu’il en a profité pour faire un hommage à toute notre enfance tout en distillant des petites punchlines croustillantes !
    Donc en étant akumatisé il s’est transformé en Godzilla, en Goldorak, en un mix Power Girl/ Super Girl, en Goku pour lancer un kamehameha et enfin en Sailor Moon, tout en clamant « Ne cessez jamais de regarder des dessins animés » !!! Ha ha ha, je l’aime ce gars !
    Et je ne peux pas m’empêcher de voir un petit clin d’oeil à Cyke sachant que chaque transformation était précédé d’un jaillissement laser de ses yeux…
    Ah et à noter aussi que l’objet akumatisé était un masque de super-héros, forcément !

    Et une phrase que j’ai adoré : « Comment pouvez-vous juger un film en ayant vu que la bande-annonce ?! » Ah, elle est pour moi celle-là !!!

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *