Made in Korea (Psychokinesis)

Psychokinesis de Sang-Ho Yeon

Un article de BRUCE LIT
Sérieux ? Pourquoi se faire chier à prendre le train pour Busan ?
© Netflix

PSYCHOKINESIS est un film coréen réalisé par Sang-Ho Yeon l’auteur de LAST TRAIN TO BUSAN. Le film est financé par Netflix qui le diffuse actuellement sur sa plateforme.

Les spoilers flotteront à tout va tout au long de cet article.

Impuissante face à des spéculateurs immobiliers qui ont décidé de l’exproprier de son restaurant de la manière la plus inégale et brutale qui soit, une jeune femme, Roo-Mi, fait appel à son père qu’elle méprise.
En effet, sa mère a été tuée lors de l’échauffourée et Roo-Mi souhaite qu’il assiste aux obsèques de cette femme qu’il a abandonnée avec notre héroïne encore enfant.

Les retrouvailles sont glaciales : Shyu est un loser qui vit dans un taudis, un mesquin qui pique les dosettes de café de l’hôpital où il travaille et qui trouve le moyen d’arriver en retard à l’enterrement de sa femme.
Ce que Roo-Mi ignore c’est que Shyu vient d’acquérir des supers-pouvoirs de psychokinésie qui lui permettent de déplacer objets ou humains par la pensée. Il entreprend alors de reconquérir sa fille en la protégeant de mafieux qui ont la police à leurs bottes.

Un héros peu conventionnel

L’amateur de super héros est en terrain connu : le héros acquiert ses pouvoirs au hasard de l’ingestion d’une eau radioactive, Shyu entreprend de les utiliser de manière égoïste avant de réaliser la responsabilité que sa psychokinésie lui donne. Shyu devient un héros pour corriger une injustice flagrante, celle de déloger de petites gens pour un projet immobilier véreux.

Disons-le tout de go, le scénario ne brille pas par son originalité. C’est même la copie conforme du DERNIER TRAIN POUR BUSAN qui mettait déjà en scène des retrouvailles entre un enfant délaissé et son père workalcoolic face à une invasion zombie. La réconciliation entre de mauvais pères et des enfants livrés à eux-même dans un état ultra libéral semble au centre des préoccupations du cinéaste.

PSYCHOKINESIS fonctionne même en miroir inversé : le père de BUSAN était un cadre dynamique quand celui de PSYCHOKINESIS semble juste bon à sortir les poubelles.

Une peste aussi belle que cynique !
Source Wowkeren
 ©Netflix

Notre petite restauratrice va s’opposer à une mafieuse de son âge. L’exquise Yu-Mi Jeong incarne une oligarque cynique et aussi décontractée que son rang le permet. Persuadée d’être intouchable, elle rappelle à Shyu dans une scène clef que son super-pouvoir ne changera rien : il aura beau tenter de sauver le boui-boui de sa fille, la société coréenne restera fondamentalement inégalitaire et sa télékinésie ne suffira pas à faire tomber le système. Elle le quitte en lui donnant sa carte de visite que peu obtiennent en lui léchant les bottes et en lui suggérant d’utiliser ses pouvoirs pour le tri sélectif, le tout avec un sourire désarmant !

Les vilains sont trop médiocres et faillibles pour être totalement détestables : Sang-Ho Yeon leur confère à chacun un petit trait de caractère pour les rendre faillibles et humains. Nos héros restent eux des modèles du Hard-Way : ils ne tuent pas même en état de légitime défense, se soumettent à la loi et tentent même de sauver ceux qui les persécutent lorsque la violence qui se déchaine entraine des dommages collatéraux. Shyu traverse le film comme un récit d’initiation au combat final où il doit apprendre à maîtriser des pouvoirs qu’il découvre en temps réél.

Beat’em up !
Source : Blog du cinéma
©Netflix

Nous l’avons vu : la trame est hyper classique et il ne fait aucun doute que Roo-Mi finira par pardonner à ce père pataud mais qui transpire d’amour pour sa fille.

L’intérêt du film ne réside pas dans une réinvention du super-héros ni dans des effets spéciaux ultra conventionnels voire un peu fades mais bien dans la façon de la raconter. Tout ça bouillonne d’énergie, et lorgne souvent sur le cinéma de genre plus que sur celui de super héros. La trame de départ rappelle les films de Bruce Lee tandis que la tonalité action-humour avec héros gaffeur et la musique lorgnent ouvertement vers… les films de Vladimir Cosma.
Quant à la dénonciation impitoyable de l’état policier corrompu, on peut avancer sans dire trop de conneries que Sang-Ho Yeon connait son ROBOCOP sur le bout des doigts.
Il signe un film à l’ancienne qui ne dépasse pas 1h30 (quand l’heure supplémentaire est désormais la norme et souvent pour rien) avec un casting resserré et une action irréprochable au service des personnages et non l’inverse. 90 minutes suffisent amplement pour raconter cette histoire à la fois conventionnelle et d’une fraîcheur inattendue.

La psychokinésie c’est pouvoir atteindre un objet sans avoir à le toucher. Mission accomplie : c’est en plein coeur que le spectateur sort ravi , la forme est là et le fond qui aborde la violence de la société coréenne aussi.

Une réconciliation qui ne s’opèrera qu’au delà du touché
Source The Quint
©Netflix

39 comments

  • Matt  

    Intéressant. Pas vu. Mais je tenterais bien.
    Les remarques sur l’histoire ou les effets spéciaux ne me dérangent pas. C’est surement pas le même budget qu’un blockbuster US.
    ça me fait penser que j’ai toujours pas vu Last train to Busan. Vu que c’est un truc de zombies, ça m’a rebuté. Mais il paraitrait que je loupe un truc^^

    « Quant à la dénonciation impitoyable de l’état policier corrompu, on peut avancer sans dire trop de conneries que Sang-Ho Yeon connait son ROBOCOP sur le bout des doigts. »

    Alors ça, même si on est surement tenté de comparer à d’autres films, c’est un truc hyper récurent la critique de la police dans les films coréens (Memories of murder, The chaser) Soit la corruption, soit l’inefficacité totale et les méthodes violentes.
    A mon avis c’est pas une coïncidence.^^
    Le cinéma de genre pour critiquer la société, c’est l’essence du cinéma sud coréen depuis des années. J’en touche un mot dans mon article sur le ciné coréen que tu as mis en forme récemment^^

    • Bruce lit  

      Merci pour ces éléments concernant le cinéma coréen. Quelque chose me dit que l’on en reparle demain 😉

      • Matt  

        Je ne parle pas de The Chaser et Memories of Murder demain, mais tu peux tenter les films^^
        Memories of murder est une enquête en milieu très rural ou la police sont de gros ploucs violents plus préoccupés de choper n’importe qui que le vrai coupable. D’ailleurs…un truc qui peut déplaire aux spectateurs…le tueur n’est pas identifié à la fin. Seul un énorme doute, à la fois pour le spectateur et l’enquêteur qui semble finir par se demander s’il n’a pas déconné dans sa façon de traiter l’affaire. C’est surtout un portrait de personnages dans la campagne profonde. C’est aussi de Bong Jooh Ho

        The Chaser c’est une enquête à Séoul qui met en scène un ancien flic devenu proxénète (rien que ça) qui commence à enquêter lui-même en voyant que ses filles disparaissent. Il essaie de voir ses anciens collègues pour de l’aide mais forcément il est mal vu parce qu’il est tombé bien bas, mais à côté de ça, ce personnage obligé d’enquêter lui-même montre à quel point la police se contrefout des prostituées.
        La fin est tragique aussi.
        Ce n’est pas un polar ni un policier, encore une fois c’est un portrait de personnages, d’un raté qui se trimbale un gosse dont personne ne veut s’occuper, d’une police inefficace et qui se fiche des pauvres, etc.

  • Présence  

    Est-il utile d’indiquer que je n’avais jamais entendu parler de ce film ? 😀

    Shyu aura beau tenter de sauver le boui-boui de sa fille, la société coréenne restera fondamentalement inégalitaire et sa télékinésie ne suffira pas à faire tomber le système. – Terrible constat, mais également acceptation du principe de réalité.

    Shyu semble juste bon à sortir les poubelles. – Tout d’un coup, il me vient une envie irrépressible de monter sur mes grand chevaux et de défendre l’honneur des employés qui sortent les poubelles et le mien qui les sort le samedi pour mon immeuble. 🙂 SJW, réveille-toi !

    Nos héros restent eux des modèles du Hard-Way : ils ne tuent pas même en état de légitime défense, se soumettent à la loi et tentent même de sauver ceux qui les persécutent lorsque la violence qui se déchaine entraine des dommages collatéraux. – Suggèrerais-tu de l’embaucher comme professeur d’éthique sur Krakoa ?

    • Bruce lit  

      TRASHED avait attiré mon attention sur les spécificités du travail d’éboueur. Il n’y a pas de sots métiers et les -rares- grèves des éboueurs il y a quelques années proposaient une photographie inquiétante de ce à quoi ressembleraient nos villes si le ramassage d’ordures n’était plus assuré.

      Professeur d’éthique sur Krakoa : tu cherches la baston toi…
      Mais oui, tu as compris ce à quoi je me referai. Si mes enfants étaient en âge de lire les Xmen, je rejoindrai cette cohorte que je ne pensais jamais rejoindre : celle des parents qui trouve répugnantes (et le mot est faible) les lectures de leurs enfants.

  • Eddy Vanleffe  

    VENDU!
    je vais me mater ça
    Netflix contient quelques trucs coréens qui sont souvent bien meilleurs que le tout venant des exclusivités ricaines de ce groupes…
    Je me sens bien évidemment bien plus proches des revendications sociales de leur cinéma qui a encore les pieds sur terre. c’est à dire les gens qui en chient! ce que Bruce appelle le « vulgus pecum » …
    ça c’est un message qui me parle!

    • Bruce lit  

      Du super héros qui vient de chez nous, qui vit avec nous et reste avec nous.
      La fin devrait te plaire…

  • Jyrille  

    Je n’avais jamais entendu parler de ce film. Je vais sans doute tenter, mais pas tout de suite. En regardant la bande annonce, on dirait plutôt une comédie, j’ai même l’impression que les Marvel ont fourni de nouvelles obligations de ce point de vue.

    Ca peut être fun, merci boss !

    • Bruce lit  

      Rien à voir avec l’humour beauf de Marvel pour moi. On est plus dans l’humour un peu bouffon asiatique sans que cela soit péjoratif. L’équilibre est bien maintenu.

  • JP Nguyen  

    Bon, c’est plutôt court, sur Netflix…Je le mets dans ma liste. Au vu de la bande annonce, ça semble sans prétention…
    N’empêche, la télékinésie, j’avais désespérément essayé quand j’étais gosse…

    @Eddy : C’est « vulgum pecus » et pas « vulgus pecum »

    • Eddy Vanleffe  

      je crois que j’ai toujours dit ça à l’envers…j’ai une certaine dyslexie…il y a plein de trucs que j’inverse….

      • Bruce lit  

        il y a plein de trucs que j’inverse….
        Petit didacticiel : c’est d’abord par la bouche que pénètre la nourriture…

        • Eddy Vanleffe  

          AH Merde!

  • Tornado  

    Bon, alors moi je passe. Je crois que je suis allergique au cinéma coréen et chinois (je précise « chinois » et non hong-kongais). Ces acteurs systématiquement hystériques, là, je supporte pas. Allergie totale !

    • Matt  

      Hystérique ?
      Euh…t’as vu quoi comme films au juste ?
      J’ai au contraire des films coréens ou tout le monde tire la gueule et reste peu expressif.
      C’est un peu bizarre d’écarter tout un pays, non ?
      Comme si je regardais Transformers de Michael Bay et que du coup je rejetais tout le ciné US.

  • Patrick 6  

    Bon je me suis arrété à la bande annonce pour éviter les spoils de l’article, mais quoi qu’il en soit ce film a l’air bien délirant et bien cinglé (comme les coréens savent si bien en faire !)
    Je mets donc ce film sur ma liste (même si je n’ai pas Netflix ) merci à toi !

    • Bruce lit  

      Peut-être que je te soupçonne, mais je ne sais pas pourquoi, d’être surtout intéressé par la plastique de la vilaine du film…

  • Tornado  

    De mémoire tout de suite, les films de Bong Joon Ho, Old Boy ou Million Dollar Crocodile. Et pis d’autres dont j’ai oublié le titre. Oui c’est vrai il y en a qui sont contemplatifs aussi. C’est pire (naturaliste), J’ai jamais accroché. On m’avait vendu THE HOST comme le saint Graal de ce cinéma. J’ai cordialement détesté.
    Certes, je n’ai peut-être pas vu plus de 10 films de ce cinéma là, mais ça m’a suffit pou que je préfère me concentrer sur d’autres choses qui me font nettement plus envie. Ça ne vous empêche pas d’aimer et de regarder. Et même d’en faire la (belle) promotion.

    • Matt  

      Bah c’est quand même étrange. Je n’ai pas du tout cette sensation de 2 extrêmes : naturalistes ou hystériques. Pour moi les 5 dont je parle demain ne tombent pas dans cette catégorie.
      Sauf peut être un qui est un peu foufou.
      The Host je ne suis pas fan pour le coup. Pas revu depuis sa sortie.

      Oui bien sûr que tu peux te concentrer sur autre chose si tu veux. C’est juste que ta remarque était un poil réductrice quoi^^ Comme si en lisant 3 comics X-men on disait que les comics c’est pour les attardés^^ A la base on lutte un peu contre ce genre de mentalité il me semble sur ce blog.

      • Tornado  

        Pardon si j’ai paru vexant. Ce n’était pas du tout mon intention. On en avait discuté ici une fois avec Patrick, qui disait lui-même que ce jeu d’acteur un peu « survolté » ou baroque était une des composantes « stylistiques » de ce cinéma. J’y suis personnellement sensible dans le mauvais sens du terme. Raison pour laquelle je ne cours pas après (OLD BOY aussi, dans le genre, c’est plus un calvaire à subir qu’un plaisir à regarder comme cinéma). Ça ne va pas plus loin et c’est pas grave si ça me fait rater quelques chefs d’oeuvre. On ne peut pas tout voir et tout lire de toute manière. Tu le sais très bien.

        • Matt  

          Ok ok pas de souci.
          Vexant pas forcément, mais c’est pas super motivant pour écrire dessus ce genre de commentaires^^ Heureusement que d’autres seront peut être intéressés…
          Mais c’est dommage vu que t’es un passionné de cinéma, tout ça…mais on ne peut pas être d’accord sur tout^^

        • Matt  

          De manière globale dans le ciné asiatique, le jeu d’action est plus outré. Je crois que c’est culturel aussi. Au Japon leur théâtre est exagéré aussi, on dirait du cinéma muet grimaçant (ils ont même des masques grimaçant^^.) Et ça s’est transmis un peu dans le cinéma.

          Mais honnêtement c’est un cap que j’ai passé depuis longtemps donc sans doute que je fais même plus gaffe.
          Mais en tous cas c’est une raison pour laquelle je trouve que les VF ne collent pas sur les films asiatiques. Les intonations de la langue française étant différentes, ça rend encore plus bizarre le jeu d’acteur.

      • Bruce lit  

        Je pense que Tornado veut dire que le jeu asiatique est assez outré et très expressif. Les comédiens en font souvent des caisses. Ça ne me gène plus avec le temps. Je suis sûr que Tornado est suffisamment cinéphile pour ne pas caricaturer.
        Mon opinion sur les comédiens ne varie pas avec le temps : il y a des interprètes de légendes, ceux qui amènent le petit supplément à leurs rôles, mais je serais bien incapable de donner le nom d’acteurs nullissimes. Pour moi, il y a de très bons acteurs et d’autres crédibles.
        Tu prends Schwarzie, techniquement le mec c’est pas Marlon Brando quoi. Mais pour jouer un Terminator il est parfait.
        Donc, pour revenir à nos moutons, hystériques ou sobres, pour moi les acteurs sont toujours crédibles. Même Jean Lefebvre.

        • Matt  

          Oui je comprends.
          Comme je viens de l’écrire juste au dessus, j’ai passé le cap depuis longtemps, je fais même plus gaffe^^ Pour moi c’est culturel et j’ai baigné dedans depuis longtemps donc ça ne me choque plus.
          Mais bien sûr il y a des mecs qui en font VRAIMENT trop (Dans Battle Royale 2, film déjà naze de base mais punaise les acteurs en roue libre qui font nawak^^)
          Mais t’en as des plus réservés quand même. Bah l’acteur coréen très connu Song Kang-Ho (qui joue dans Antartic Journal, Snowpiercer, The Chaser, Parasite, The age fo shadows, etc.) je trouve pas qu’il surjoue du tout.

          Punaise d’ailleurs je viens de voir que j’ai dit une connerie dans mon article de demain…
          J’ai dit que c’était Song Kang-Ho qui joue dans Sea Fog et en fait non. J’étais persuadé, je m’ai gouré…
          Trop tard pour modifier hein ?…

          • Tornado  

            C’est vrai. Dans tous ces films il y a des acteurs parfaits, mais autour des hystériques qui balancent des phrases en forme de skuds « watatipatotopatatata »… à 100 à l’heure en sautant dans tous les sens. C’est hyper crispant pour moi. Dans THE HOST ou dans MILLION DOLLAR CROCODILE, il y avait bien deux ou trois acteurs que j’aurais volontiers étranglé ! 😅 (c’est une image, hein… en vrai je leur veux aucun mal…). Cela-dit, en cherchant bien, ça existe aussi ailleurs. Un Chris Tucker dans le 5° élément me fait EXACTEMENT le même effet. C’est juste qu’il y en a beaucoup dans le cinéma asiatique et en particulier le coréen. Ça peut être sérieusement un frein pour moi.

          • Matt  

            J’aurais dit qu’il y en avait plus dans le ciné chinois et hongkongais. Enfin…davantage dans les comédies. Les comédies chinoises te rendraient fou^^ C’est bien leur humour le gros nawak lourd avec des persos hystériques qui agissent comme des persos de cartoon.

          • Tornado  

            MILLION DOLLAR CROCODILE est un film chinois. C’est une comédie de moeurs déguisée en film de monstre. C’est effectivement insupportable d’hystérie. C’est dommage, le croco est carrément magnifique ! Tu devrais essayer, tiens !

          • Eddy Vanleffe  

            oui moi aussi j’aurais dit que c’était plus une spécialité chinoise et HK de surjouer comme des malades.
            la dernière fois que j’ai vu le Nicky Larson de Jackie Chan j’en ai eu une migraine ^^
            ils ont cette façon de mélanger l’humour « non-sensique » (les journaux ciné ont même inventé un terme pour designer ça, c’est dire) à l’action et parfois j’ai du mal mais j’ai eu aussi de gros coups de coeur comme L’ARNAQUEUR DE HONG KONG qui est une sorte d’ovni, cette forme d’humour s’appelle le « moleitau » en cantonais et ça s’inspire du manga. Wong Jing en est un fervent utilisateur.
            Sinon A HARD DAY est un film vraiment très bon, limite « frère Coen » dans son décalage. c’est un mec qui doit enterrer sa mère qui écrase un mafieux par hasard, il lui vole son pognon et doit donc échapper aux triades et arriver aux obsèques à temps…

            garanti Coréen et sans hystérie: A BITTERSWEET LIFE ou A COMPANY MAN qui sont des films d’action/gunfight très bien troussés…. il me semble aussi que WAR OF ARROWS est une sorte de film historique assez surprenant se focalisant sur les archers dans une guerre!

          • Tornado  

            C’est bon les gars vous m’avez convaincu. Peut-être pas au point d’avoir envie de voir tout ça, mais en tout cas d’être plus souple et d’éviter de faire les amalgames qui vont pas… 👍

  • Surfer  

    Parfait, je vais essayer de visionner ça.
    Tu m’évites de perdre du temps sur la plateforme à essayer de trouver un truc à voir.

    Un film exotique court et auto contenu je suis preneur.

    Et puis, il faut aussi rentabiliser mon abonnement Netflix que je regarde très peu…

    • Bruce lit  

      AVec BUSAN, tu peux doubler le plaisir…

      • Surfer  

        Busan est aussi proposé sur Netflix ?

        Au passage, je fais un appel : Si vous avez des films intéressants diffusés par Netflix à me conseiller, je suis preneur.

        Je passe toujours un temps fou avec mon épouse à essayer de trouver un truc à voir !
        Et lorsque l’on pense avoir trouvé quelque chose, on est souvent déçus.

        La plateforme est intéressante pour les accros aux séries (Ce qui n’est pas mon cas). Pour les films, dans la multitude de ce qui est proposé je n’ai trouvé finalement que très peu de choses 😩😩😩

        • Matt  

          Béh c’est pour ça que je dis que Netflix ou les plateformes de streamng c’est le mal.
          Y’a beaucoup de trucs ouais…mais y’a aussi des trucs qui ne seront JAMAIS dessus puisque d’autres plateformes l’ont. Donc à moins de s’abonner à 10 services et sortir 300€ par mois, il y a juste des trucs qui ne seront plus accessibles du tout.
          Pour moi c’est l’inverse du progrès. C’est compartimenter la culture. Comme si fallait payer un abonnement à 10 librairies/médiathèques différentes pour lire 10 comics qui appartiennent chacun à une médiathèque différente…

          • Surfer  

            Oui je suis d’accord… c’est devenu un business.
            Je suis aussi abonné à Disney.

            Des fois je me dis qu’il vaut peut-être mieux renoncer aux plateformes de streaming et aller plus souvent au cinéma.

        • Jyrille  

          @Surfer : Kodachrome, Dernier train pour Busan, Imitation Game, La cérémonie, Les Mitchells contre les machines, Aranques crimes et botanique, Salt, Conjuring 1 et 2, Merci Patron !, Oxygène, Kong Skull Island, Mystic River, Beasts of No nation, Penguin Bloom, Hacker, Five, Ne le dis à personne, Blade Runner 2049, Sleepers, Darkman, Apollo 13, Le mépris, Gravity, Passengers, Interstellar, Allied, Wonder Woman, About Time, The Social ‘Network, Le procèdes des 7 de Chicago, My Name is Dolemite, Gerald’s Game, L’affaire SK1, Marraige Story, Death to 2020, Le prestigeBronx, Baby Driver, The Last Laugh, Balle perdue, Shutter Island…

          • Surfer  

            Salut Jyrille, merci pour ta liste 👍,

            J’ai déjà vu, une bonne partie des films que tu as eu la gentillesse de me proposer. Mais j’essaierai les autres …et il reste de quoi faire 😉

  • Kaori  

    Ce que tu en dis et ce que j’en vois me donne envie d’aller voir ça, ça a l’air assez drôle ^^ .

  • Matt  

    Tiens je ne sais pas encore ce que vaut ce film mais le pitch est intrigant :

    https://www.ladepeche.fr/article/2017/05/01/2566155-tunnel-sud-coreen-kim-seong-hun-bouscule-codes-film-catastrophe.html

    Apparemment c’était le second plus grand succès en Corée du sud en 2016 aux côtés de Dernier train pour Busan. ça semble être un film avec une portée sociale comme tu aimes Bruce^^
    Mais bon je lance la piste comme ça, je ne l’ai pas encore vu…

    • Bruce lit  

      Oh c’est un peu le point de départ de DRAGON HEAD. Merci pour l’info.

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *