Ega Krad ! (Miracleman)

 

Miracle Man par Alan M…. et Alan Davis

Miracleman par Joe Qesada. Et oui, c’est désormais chez Marvel… ©Marvel Comics

1ère publication le 12/07/14- Mise à jour le 24/08/17

AUTEUR : TORNADO

VO : Marvel

VF : Panini, Delcourt

« La vache ! Comme c’est génial ! »Ce n’est pas tous les jours que je me dis ça en refermant un bouquin. Et encore moins s’il s’agit d’un comic book de super-héros en slip.

Bien évidemment, c’est ce que je me suis dit après avoir lu Watchmen, le pavé révolutionnaire jeté dans la marre de l’industrie des comics et créé par le scénariste qui nous intéresse ici, et dont je dois taire le nom puisqu’il ne veut plus être associé à la série Miracleman sous peine de procès au derrière…

Miracleman est pourtant la première œuvre de ce grand scénariste (le plus grand au monde, dit-on) dans le domaine super-héroïque. Et ce fut, en 1982, la première véritable tentative de transformer ce médium afin de le destiner aux adultes.

En cette même année, le scénariste et dessinateur Jim Starlin avait déjà tenté une percée dans le domaine des grands, en mettant en scène La mort de Captain Marvel, où le héros devait combattre le cancer. Mais rien de réellement comparable avec cette révolution thématique absolue générée par la reprise du titre Miracleman…

L'ancienne édition VF de chez Delcourt - Le Graal de ces 20 dernières années !

L’ancienne édition VF de chez Delcourt – Le Graal de ces 20 dernières années ! ©Marvel Comics

Nous parlons de « reprise » car le personnage existait en réalité depuis 1954. Né de l’industrie des comics britanniques, il était directement inspiré du « Captain Marvel » de Fawcett Publications, plus tard racheté par DC Comics, qui devait crier le mot magique « Shazam ! » afin de se transformer en un super-héros aussi puissant que Superman ! Miracleman s’appelait d’ailleurs au départ « Marvelman », avant que l’éditeur Eclipse Comics (éditeur américain ayant repris la série après l’arrêt du magazine Warrior) ne l’oblige à quitter ce plagiaire patronyme semblant sortir d’une autre célèbre maison d’édition… Et il criait déjà son propre mot magique : « Kimota » (« Atomik » à l’envers)…

Ironie du sort, le « Captain Marvel » version DC Comics ne s’appelle désormais plus « Captain Marvel » (il s’appelle tout simplement « Shazam »), celui de Marvel Comics est mort, et « Miracleman », aujourd’hui devenu propriété intellectuelle de Marvel Comics, s’appelle toujours « Miracleman »…

Dans les années 50, il y avait la Miracleman Family – Miracleman, Young Miracleman & Kid Miracleman ! ©Marvel Comics

Dans le même type d’imbroglio, il y a également le procès interminable qui nous a privés de lire cette série depuis des lustres. Fâché à mort avec l’industrie du comic book américain, le créateur de V pour Vendetta s’était opposé à cette réédition. Finalement, il perdit son procès mais exigea que son nom soit retiré de l’œuvre, et que les droits d’auteur soient intégralement reversés au dessinateur…

J’ai pourtant eu la chance de lire l’édition française publiée furtivement par l’éditeur Delcourt au début des années 90 (et rapidement devenue aussi introuvable que le Graal). Et comme de bien entendu, à l’époque, c’est un indiscutable « La vache ! Comme c’est génial ! » qui était sorti de mon esprit en refermant la chose… « Déconstruction et reconstruction du mythe ». Voilà la manière dont on a coutume de qualifier la technique narrative du créateur de From Hell, lorsqu’il écrit sur une histoire de super-héros.

La version initiale de Mick Anglo - Une oldie infantile d'une niaiserie abyssale, proprement illisible de nos jours !

La version initiale de Mick Anglo – Une oldie infantile d’une niaiserie abyssale, proprement illisible de nos jours ! ©Marvel Comics

A ce titre, l’exemple de Miracleman illustre cette maxime de manière impressionnante : dans sa phase de déconstruction, le scénariste va commencer par présenter son personnage avec toutes ses naïvetés et ses archétypes. Il va montrer du doigt à quel point rien de tout cela ne fonctionne, en relever toutes les incohérences, toutes les naïvetés, tous les anachronismes. A la fin de cette première phase, le lecteur assiste à une démythification totale du héros.

Et puis dans sa phase de reconstruction, l’auteur de Top 10 va déverser une avalanche d’idées toutes plus géniales les unes que les autres afin de justifier toutes ces incohérences en les transposant dans un tout nouveau contexte, un nouveau système de pensée, une autre époque et un nouveau point de vue.

Non, non, ce n'est plus du comics de super-héros pour les petits...

Non, non, ce n’est plus du comics de super-héros pour les petits… ©Marvel Comics

Par exemple, si dans la version des années 50 Miracleman a obtenu ses pouvoirs grâce à des magiciens extraterrestres venus sur terre afin de le choisir comme champion de l’humanité (!), ses origines se voient, dans cette relecture mature, complètement réinterprétées :  Les gentils extraterrestres étaient une invention implantée dans son esprit par une conspiration gouvernementale !

Et c’est de cette manière que l’auteur de Tom Strong va sans cesse redéfinir sa phase de reconstruction… A l’arrivée, Miracleman n’est plus du tout une série super-héroïque au sens classique. Le manichéisme et les naïvetés inhérentes au genre se sont évaporés, laissant la place à une fable désenchantée sur la course à l’armement, sur les dangers d’une science utilisée sans conscience et sur la peur du danger nucléaire.

 (point d'interrogation)

Comment qu’il a eu ses pouvoirs, notre héros ?©Marvel Comics

L’ambiance devient réaliste, sourde et parfois malsaine. Nous avons été transportés dans un autre univers narratif. A partir de là, les comics de super-héros ne seront plus jamais les mêmes, et tout un groupe d’auteurs, quasiment tous venus de Grande-Bretagne, va utiliser ce medium jadis enfantin pour raconter des histoires destinées aux adultes, mâtinées d’une toile de fond politique, philosophique ou, quoiqu’il en soit, réflexive.

Je terminerais d’ailleurs, à ce sujet, par relever que le scénario de Miracleman par l’auteur de La Ligue des Gentlemen Extraordinaires regorge encore de thèmes sous-jacents, passionnants à décrypter (au hasard : les affres de la nature humaine, les notions de confiance et de pouvoir, la schizophrénie et les allusions à la philosophie de Nietzsche via son livre Ainsi parlait Zarathoustra…), le tout découpé avec une classe narrative incomparable.

L’ensemble a certes un peu vieilli, demeure peut-être un peu bavard (le seul vrai défaut du scénariste), mais démontre un sens de la mise en scène quasi-cinématographique, dominé par des soliloques inspirés (qui remplacent peu à peu les bulles de pensées au fil des pages, jusqu’à les faire disparaître !), qui fait encore école aujourd’hui. Bref, une œuvre dense, destinée à être relue indéfiniment…

Le retour !

Le retour !©Marvel Comics

Cette nouvelle édition proposée par Panini Comics (qui reprend le modèle américain) ajoute, en plus de son grand format « deluxe », un grand nombre de bonus à la précédente (celle des éditions Delcourt). Parmi les plus belles idées, nous pouvons profiter d’un épisode datant de 1956, réalisé par le créateur de la série Miracleman : Mick Anglo.

L’épisode en lui-même est d’une tonalité infantile extrême. Mais, placé en introduction, il permet de rentrer de manière idéale dans le récit concocté ensuite par le créateur de Promethea, et d’en mesurer toute la profondeur. A l’époque de sa première édition, la série Miracleman était publiée dans le magazine britannique Warrior. Et l’auteur de Killing Joke avait inséré, entre deux épisodes, de petites histoires annexes venant étoffer son univers de science-fiction.

L’ancienne version… et la nouvelle !©Marvel Comics

Cette édition nous fait profiter de ces raretés, de petites histoires courtes qui mettent en scène les « Warpsmith », des extraterrestres aux pouvoirs incroyables. L’espace d’une vingtaine de planches, on assiste alors au débordement d’imagination d’un auteur qu’aucun concept science-fictionnel et métaphysique n’arrête (attention aux dialogues d’un autre monde) ! Cela peut paraître un peu indigeste à lire pour la première fois, mais c’est paradoxalement savoureux au final !

Le recueil se termine par divers bonus telles les couvertures originales et alternatives, les crayonnés initiaux de Garry Leach et des exemples de la toute nouvelle mise en couleur exécutée par ce dernier.

Une autre comparaison en ce qui concerne la nouvelle mise en couleur. L'occasion d'admirer les superbes découpages du créateur de Watchmen !

Une autre comparaison en ce qui concerne la nouvelle mise en couleur. L’occasion d’admirer les superbes découpages du créateur de Watchmen !©Marvel Comics

En effet, la colorisation a été refaite et modernisée. Comme d’habitude, cela ne plaira pas aux puristes extrémistes. Mais les autres, et bien… on adore ! Sachant que la mise en couleur initiale était laide et industrielle, que le récit présent s’impose comme une œuvre hors du temps, je pense qu’il faut se féliciter de ce petit coup de jeune…

Ce premier volume annonce une collection de quatre tomes, dont les trois prochains ne comporteront que du matériel inédit, y compris la suite et fin de la série sous la plume du scénariste Neil Gaiman. En bref : Que du bonheur. Allez, hop, on y retourne : « Kimota ! »

La naissance d'une oeuvre adulte

La naissance d’une oeuvre adulte !©Marvel Comics

—–
Alan Moore refuse d’être associé à Miracleman, sa première incursion dans le monde des super-héros. Que s’est il passé ? Comment le papa de Watchmen a déconstruit ce héros des années 50 pour le transformer en lecture pour adultes ? Et cette édition Panini et ces nouvelles couleurs, ça vaut quoi ? Tornado vous explique tout ça chez Bruce Lit.

La BO du jour : Dès que Moore arrive quelque part, le miracle se produit. 

41 comments

  • Bruce lit  

    Ton commentaire est convainquant mais trois obstacles majeurs s’opposent à moi : le volet héros Pulp, la magie et les aliens….

  • jord  

    Très convaincant et bien documenté.
    Un old school qui n’est pas pour cela, et loin de là, un puriste extrémiste.

  • Présence  

    La comparaison avec la légende « L’ancienne version… et la nouvelle ! » – C’est sûr que le visage violet de Miracle Man, su fond de Terre également violette était un choix chromatique qui laissait à désirer.

    J’aime beaucoup comment ton commentaire expose un à un les appariements déconstruction/reconstruction opérés par Alan Moore sur les conventions du genre « superhéros des années 1950.

    Ton analyse me fait penser à un proverbe arabe que j’ai lu il y a peu : Le mérite appartient à celui qui commence, même si le suivant fait mieux. En outre, j’ai l’impression que dans ce genre, le seul à avoir fait mieux depuis, c’est Alan Moore lui-même sur la majeure partie de ses créations ultérieures.

  • Bastien  

    Bonjour,
    Merci pour cet article très intéressant.
    J’ai beaucoup aimé cet ouvrage.
    J’ai vraiment trouvé la lecture de ce tome très agréable et j’avoue que pour moi c’est une de mes meilleurs lectures du mois dernier.
    Je trouve que les doutes du héro sont intéressant et je n’ai pas trouvé ça particulièrement verbeux.

    L’édition de Panini est très jolie de plus le prix est très raisonnable.
    Bonne journée

  • tornado  

    Non c’est vrai, ce n’est pas encore très verbeux par rapport à certaines œuvres d’Alan Moore (‘Promethea » remporte le pompon sur ce point !). Mais ça l’est quand même un tout petit peu s’il fallait lui trouver un petit défaut pour être exhaustif !

  • JP Nguyen  

    J’ai emprunté et lu le premier tome.
    La recolorisation est vraiment très réussie. Les dessins sont très bons mais quelle est la répartition entre le travail de Gary Leach et Alan Davis ? Les crédits n’étaient pas super-clairs là-dessus… Y’a aussi du Steve Dillon dans ces pages et je n’ai pas réussi à formellement identifier ses pages…
    Pour l’histoire, c’est effectivement, comme le dit l’article de Tornado, un excellent exercice de déconstruction du mythe du super-héros. Mais comme souvent avec Alan Moore, l’exercice intellectuel étouffe un peu les émotions. J’ai trouvé aussi que les méta-commentaires manquaient parfois de subtilité.
    En résumé, je prendrai aussi la suite parce que l’histoire est bonne mais le récit ne me semble pas parti pour gagner une place de choix dans mon coeur de lecteur (ou de midinette qui aime s’attacher aux persos, je sais, il faut que je me soigne…)

  • Tornado  

    @JP : J’ai peur que tu ne trouves pas davantage d’émotions dans les tomes suivants…

  • midnighter  

    découvert le fameux tome unique de Delcourt dans une foire à la bd pour une somme dérisoire à l’ époque .
    ça manque peut etre d’ émotion, mais c’ est la première fois dans un comics qu’ on arrive à me faire ressentir toute l’ horreur d’ une population massacré par le supervilain
    et enfin je n’ ai pu m’ empecher de voir toute les similitudes empruntées par paul Jenkins dans l’ origin story-canular-retcon de Sentry.

    • Bruce lit  

      Attention Midnighter !
      Si tu veux survivre, dis pas de mal de Jenkins et de son Sentry. Tornado est fan 😉

      • midnighter  

        mais j’ adore le sentry de Jenkins en plus

  • Léo Vargas  

    Hello,

    Excellent article. Tout comme toi, j’en ai le souvenir d’une oeuvre bavarde et de couleurs industrielles.
    Je vais tâcher de le relire mais me rafraîchir la mémoire !!!

  • Tornado  

    Il faut que je m’attèle aux articles sur les tomes suivants. Je l’ai plus ou moins promis à Bruce… 🙂
    N’empêche que paninouille n’a pas encore publié le second tome du run de Gaiman. Pourvu qu’ils n’abandonnent pas la publication de la série à ce stade… 🙁

  • Saki  

    Merci pour cet article. Cependant, quelques omissions ou erreurs factuelles sont à signaler.
    D’abord, vous ne risquez rien à citer Alan Moore. Cette interdiction ne vise que les éditeurs.
    Ensuite, Moore ne s’est jamais opposé à la réédition. Cette longue attente résulte de la faillite de l’éditeur américain Eclipse Comics et du procès opposant Gaiman et McFarlane qui s’ensuivit pendant plus de 2 décennies. Ce dernier affirmait avoir racheté les droits sur ce personnage, or il s’est avéré que Mick Anglo, le créateur du personnage dans les années 50, n’avait jamais cessé de les détenir. Après quoi Marvel est parvenu à le racheter, moyennant un gros chèque (même si c’est un peu plus complexe que ça). Moore, qui estime avoir été trompé par l’éditeur du magazine Warrior et n’avoir pas eu le droit de reprendre le personnage pour écrire ses 3 livres dans les années 80 et 90, a exigé que son nom ne soit plus associé au personnage par le nouvel éditeur, ni utilisé pour sa promotion. Il a également demandé que ses royalties soient reversés à Anglo (et sa famille, depuis son décès il y a quelques années).
    Enfin, Gaiman a prévu de reprendre très prochainement son récit là où il avait dû le laisser après la faillite d’Eclipse Comics, c’est-à-dire au début du livre 5, pour le conclure au 6e et dernier livre prévu. Ce nouveau contretemps résulterait de nouveaux problèmes juridiques et d’indisponibilité de la part des auteurs, Gaiman et Buckingham ayant eu des enfants durant cette période.
    Mais il semble que l’attente parvenue à son terme et que nous allons enfin connaître le fin mot de cette histoire.

  • Tornado  

    Pour ce qui est de ne pas citer Alan Moore, c’était du second degré (décidément, il faut que je bosse mon second degré qui semble ne jamais transparaitre dans mes écrits !) 😀
    Merci pour les précisions juridique, qui complètent l’article. Même si, avouons le, c’est un peu barbant ! 🙂

  • Loïc CLÉMENT  

    Pardon de mon inculture, mais pourquoi M. Moore refuse d’être associé à une BD qu’il a scénarisé ?
    Merci à celui ou celle qui voudra bien m’éclairer.

    • Saki  

      Vous trouverez la réponse dans mon commentaire de 10h18.

  • Lionel GARCIA  

    Il me semble avoir lu des entretiens d’Alan Davis, qui déclarait s’opposait également à une réédition de la série. Je crois que la chose était liée à un « conflit » avec Alan Moore. Quelqu’un pourrait il éclairer ma lanterne? Excellent article au demeurant. Bravo.

    • Nikolavitch  

      la première édition US chez Eclipse s’était faite sans que Davis soit prévenu. il a pas aimé.

      • Saki  

        Moore a développé une haine de Marvel suite à une dispute légale entre Warrior (qui publiait Marvelman) et Marvel. Le magazine britannique n’y a pas survécu longtemps. Du coup, Moore s’est opposé à une réédition de Captain Britain, fruit d’une collaboration entre les 2 Alan pour le compte de Marvel UK. Ça ne lui portait financièrement que peu de préjudice parce qu’il gagnait déjà bien sa vie en tant que scénariste à succès. Mais Alan Davis ne connaissait pas le même confort et ce manque à gagner en royalties a eu raison de leur collaboration (d’où la multiplication des dessinateurs sur le livre 2 après la défection de Davis, à moins qu’il n’ait même pas été invité à poursuivre son travail chez Eclipse, je ne sais plus). Mais je ne pense pas qu’il s’est opposé à une réédition de Miracleman puisque ça signifiait à nouveau une perte financière pour lui.

  • Bruce lit  

    Bruce Liseurs, Je vous ai compris ! Moore revient (encore) demain !

    • Nikolavitch  

      faites le Moore, pas la guerre, tout ça.

  • Tornado  

    N’empêche, sur Facebook il y en a encore qui pinaillent parce que je dis qu’avec l’arrivée d’Alan Moore dans le monde des comics de super-héros, le medium passe enfin à l’âge adulte. Et les arguments sont toujours les mêmes : « Il faut remettre les choses dans leur contexte… Moore était pas le 1° à faire des histoires adultes… Y avait le comics code… etc. etc… »

    Encore une fois il y a le FOND ET la FORME. On ne peut pas comparer Moore avec les Michelinie (« Iron man Demon in the Bottle ») ou les Englehart (« Captain America ») qui reviennent tout le temps dans ce type de discussion). Le FOND, chez ces scénaristes old-school, était une tentative d’insérer un sous-texte plus adulte, c’est vrai. Mais la technique narrative et, surtout, la qualité de l’écriture, ne soutiennent pas du tout la comparaison. C’était très mauvais, dans la FORME.
    Alors bien sûr que l’on peut dire que Moore n’est pas le premier à amener des thèmes adultes, et d’ailleurs Stan Lee le faisait déjà dans les années 60. Mais il me semble qu’il est véritablement le premier, peut-être avec des auteurs comme Pat Mills, Howard Chaykin, Alan Grant, à la limite (mais leurs créations de l’époque peuvent-elles vraiment être considérée comme du super-héros au sens propre ?), à lier le FOND ET la FORME adulte de ce medium habituellement réservé aux enfants.

    Du coup, pour moi, ça ne sert à rien d’essayer de comparer ces auteurs et ces époques. C’est comme essayer de comparer un chanteur de variétés avec un auteur compositeur interprète. C’est ridicule.
    Et le fait que l’on change de contexte avec l’arrivée du Dark Age (les auteurs ont enfin les coudées franches en sortant du carcan du Comics Code Authority) ne change rien à l’affaire : Alan Moore écrit des histoires de super-héros pour les adultes dans le fond et dans la forme avec classe, avec une vraie écriture adulte et artistique, et une forme narrative de très haut niveau. Tandis que les scénaristes old-school cités plus haut, et bien, malgré le contexte et les restrictions de l’époque, écrivaient mal, dialoguaient mal, découpaient mal et destinaient leurs histoires aux enfants avant tout par le style même de leur écriture très naïve au premier degré.

    Est-ce que cela nous empêche d’aimer les deux ? Bien sur que non ! Mais je trouve très vain d’essayer de les comparer et de nier la réalité : Avec l’arrivée d’Alan Moore (et de Frank Miller, et de nombreux autres), le medium du comicbook de super-héros passe à un niveau très, très supérieur. Parce que le fond est enfin lié à la forme. Et parce que c’est extrêmement mieux écrit, dans un style directement adapté aux adultes.

    • Bruce lit  

      Yeah, c’est la rentrée avant l’heure !!
      Les débats reprennent !
      Plus sérieusement, il aura fallu Facebook pour me rendre compte que des Moore Haters existaient ! C’est tout bonnement incompréhensible. Je n’aime pas tout de lui, loin de là, mais c’est comme dire que Bob Dylan est moins bon que Woody Guthrie….

      • Matt  

        Bah…il y a bien des Ellis haters et des Morisson haters…so why not ?^^

      • Matt  

        Personne ne fait l’unanimité. Et heureusement. ça fait peur quand tout le monde idolâtre un mec.
        Tiens bah moi je flippe quand je vois que tout le monde aime Garth Ennis. Je lui reconnais du talent, je ne suis pas un « hater » de qui que ce soit, mais je n’aime pas son humour et je n’aime pas comme il se complait dans la noirceur. Un mec plein d’idées noires qui veut partager sa vision pourrie du monde. Merci, je la connais déjà. J’ai pas envie de voir ce qu’il a à montrer. ça fait échos à mes propres pensées morbides. On dirait une version maléfique de moi ce mec en fait.

        Quant à Moore, sans être un hater non plus, il y a des choses à ne pas aimer chez lui : il est très verbeux et s’entoure de dessinateurs pas franchement impressionnants.
        Mon raisonnement est peut être tristement terre-à-terre et peu intellectuel, mais si je trouve un dessin dégueulasse, ben je le trouve dégueulasse. C’est tout. Désolé^^ Quelle que soit la profonde signification symbolique mystique qui pourrait se trouver derrière…je préfère un comics propre et précis qu’un truc illisible où tous les personnages se ressemblent.

        C’est pour ça en effet que je préfère (gouts personnels qui n’impliquent pas une comparaison) un bon Picsou enfantin de Don Rosa qu’un From Hell que je n’ai pas envie de relire.

        Le problème dans ces débats c’est tout simplement que tout le monde compare, même implicitement. Dire que Moore est venu changer la donne en proposant enfin des trucs adultes, c’est pas juste un fait, c’est une critique sur le fait qu’avant, il n’y avait pas de trucs adultes. Donc ceux qui apprécient les trucs moins adultes vont mal le prendre.

        Sans doute que ça prend de trop grosses proportions comme d’hab, mais il y a aussi ceux qui n’aiment pas Moore (sans forcément rejeter les comics adultes, mais un peu comme Bruce qui n’aime pas Warren Ellis) qui ne tomberont pas d’accord avec un article élogieux. Il suffit ensuite que l’auteur de l’article soit connu pour ses critiques des vieux comics old school pour qu’un lecteur qui n’aime pas Moore et qui apprécie les comics enfantins n’accordent plus de crédibilité à Tornado. Mais que peut-on y faire ? Nous non plus on ne fait pas l’unanimité comme chroniqueurs.

        • Bruce lit  

          Nous non plus on ne fait pas l’unanimité comme chroniqueurs.
          Gasp !

          • Matt  

            Bah au bout d’un moment on peut se demander si les débats « Moore vs vieux comics » ne viennent pas davantage du conflit qui oppose Tornado et ses lecteurs qui ne partagent pas son opinion que d’une simple réflexion sur le travail de Moore.
            Sinon en effet pourquoi comparer les deux ?
            Je n’ai pas Facebook, je ne peux pas voir les débats donc je me trompe peut être mais ça ne m’étonnerait pas.
            Après c’est surement exagéré comme réaction. Comme souvent. Mais dans un sens les critiques incisives de Tornado sur le old school « provoquent » un peu ceux qui aiment. Faut s’attendre à se faire des détracteurs qui défendent ce qu’ils aiment. Si en plus les mecs en question n’aiment pas Moore pour des raisons que j’ai évoquées, c’est pas étonnant de voir des avis complètement différents. Après tout le problème vient de la façon dont ces gens expriment leurs opinions. Et ça, je ne peux pas juger sans les voir^^

            EN tous cas pour moi personne n’est intouchable ou universellement génial. Il n’y a rien d’incompréhensible à ne pas aimer un auteur, quel qu’il soit.

          • Tornado  

            Je ne m’attendais pas à ce que Matt reprenne encore un débat déjà 1000 fois entamé ensemble (je m’adressais davantage aux autres lecteurs de passage), mais, encore une fois, je ne suis pas du tout d’accord sur l’idée que le problème vienne de moi. Le problème vient inévitablement de ceux qui essaient de faire passer des vessies pour des lanternes. Si les mecs arrêtaient d’essayer de dire que « Demon in the Bottle » c’est aussi adulte que « Watchmen », et que c’est du même niveau -ce qui est quand même bien grotesque-, il n’y aurait pas de clash.

            Le débat, c’est ce qui est intéressant. La mauvaise foi, ou la bêtise, c’est différent.
            Un type qui se la joue professeur en doctorat de comics et qui s’adresse à toi comme s’il parlait du haut d’un pupitre universitaire pour défendre des funnys destinés à des gosses en prétendant que c’est du Balzac, c’est quand même complètement ridicule, hors de propos et très, très lassant…

          • Matt  

            Euh…je ne vois pas où tu vois que je voulais lancer un débat. Je ne voulais pas dire non plus que c’était ta faute. Je voulais juste dire que, peut être (théorie) que si tu écrivais un article sans dire « ah enfin un truc adulte après tous ces machins infantiles » ben personne ne lancera de débat pour comparer « demon in the bottle » à Alan Moore. Bien sûr tu as le droit de le dire, mais je suggère juste que les gens réagissent peut être à ta façon de mettre en parallèle les différents aspects des comics (les adultes et les moins adultes). Et comme ils ne sont pas d’accord avec toi…ben ça clash. Mais là non plus je ne dis pas que c’est toi qui est en tort. Mais que la fameuse « comparaison » vient de là.

            Je ne suis pas non plus en train de te dire comment écrire. Moi j’ai compris ou tu voulais en venir. Tu sembles juste étonné qu’on te relance là dessus à chaque fois. Je supposes juste que ça vient peut être de ce que tu dis. Mais c’est une supposition, comme je l’ai dis je n’ai pas Facebook et je ne peux pas voir ce qui a été dit ni comment ça a été dit. Je ne doute pas qu’il y a des gens qui s’énervent bêtement.

      • Nikolavitch  

        bin, la voix de Woody Guthrie est déjà moins agaçante…

        **s’enfuit en courant**

          • PierreN  

            Là, y’a de quoi faire un remake de La Nuit des morts-vivants vu le nombre.^^
            Ça me rappelle un peu Black Sheep, le nanar intentionnel avec des moutons zombies.

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *