It’s A Wonderful Life, But Not White (Captain America : White)

Captain America Blanc par Jeph Loeb & Tim Sale

1ère publication le 18/06/16-Mise à jour le 07/10/17

Une nouvelle création qui sera rétro ou ne sera pas !

Une nouvelle création qui sera rétro ou ne sera pas !©Marvel Comics

AUTEUR : TORNADO

VO: Marvel

VF: Panini

Cet album (un one-shot) regroupe les six épisodes de la mini-série Captain America Blanc, écrite par Jeph Loeb, dessinée par Tim Sale, avec une mise en couleur de Dave Stewart. Le premier épisode avait été publié en 2008. Puis le projet avait été abandonné, avant d’être miraculeusement exhumé en 2015 et publié finalement en 2016 !

Ce récit s’inscrit dans la ligne « colorée » de l’éditeur Marvel (une couleur symbolique pour chaque super-héros), à la suite de Daredevil Jaune, Spider-Man Bleu et Hulk Gris.

Vous trouverez sur le blog un article détaillé pour chacune de ces créations :
Daredevil – Jaune – 2001
Spiderman – Bleu – 2002
Hulk : Gris – 2004
Ces chroniques sont par ailleurs complémentaires de l’article sur l’univers de Batman et de celui sur la mini-série Les Saisons de Superman, rédigés à propos des mêmes auteurs…

Un réveil brutal pour l’homme d’un autre temps…

Un réveil brutal pour l’homme d’un autre temps…©Marvel Comics

Le concept des mini-séries colorées consiste à revisiter le passé de certains des héros de l’univers Marvel, Jusqu’ici, le tandem Loeb/Sale s’était concentré sur la même période de l’Âge d’argent des comics de super-héros (les années 60). Captain America Blanc est ainsi leur première incursion dans l’Âge d’or (les années 40).
Mais ce qui fait toute la personnalité de ces créations en duo (car revisiter le passé des héros est une chose habituelle dans l’industrie du comic book) est bel et bien de remettre ces aventures dans le contexte de leur époque, non sans leur apporter un regard moderne.

Le pitch : Captain America a été retrouvé par les Avengers et délivré de la glace dans laquelle il survivait en hibernation depuis près de vingt ans. Il apprend alors que son jeune co-équipier, Bucky, n’a pas survécu. Pétri de culpabilité à l’idée d’avoir emmené un jeune garçon à la guerre, Steve Rogers se remémore alors les souvenirs marquants du temps où lui et Bucky affrontaient les nazis durant la seconde guerre mondiale, en compagnie du fameux Howling Commando…

Le Howling Commando : Un Dum Dum Dugan tel qu’en lui-même, mais un Nick Fury sans son bandeau…

Le Howling Commando : Un Dum Dum Dugan tel qu’en lui-même, mais un Nick Fury sans son bandeau…©Marvel Comics

Les trois mini-séries précédentes déroulaient à peu-près la même formule : Le héros de l’histoire se remémorait des souvenirs ayant attrait à une personne chère disparue. Mais il s’agissait à chaque fois d’une femme (une amoure perdue). Ici, il s’agit d’un garçon. Mais le principe reste le même, et l’amour est remplacé par l’amitié fraternelle.

Sur le principe de relecture des « origines de Captain America & Bucky », il est très intéressant de comparer le travail de Jeph Loeb & Tim Sale avec celui d’Ed Brubaker & Chris Samnee sur Captain America & Bucky : Masques (excellent arc narratif de la série régulière, publié en 2011). Ces derniers effectuaient à peu-près le même type de relecture, mais en transformant parfois radicalement les événements tels qu’ils furent publiés dans les années 40 (de la rétro-continuité totale, mais assez bienvenue pour une fois, dans la mesure où les épisodes originaux devenaient embarrassant de par leur naïveté extrême). Ainsi, les deux personnages ne se rencontraient pas de la même manière et la caractérisation de James « Bucky » Barnes était sérieusement revue et corrigée (avec une ambivalence appuyée, dans une sorte de mélange presque inquiétant entre le jeune compagnon jovial et affable et le tueur impitoyable, agressif, à la limite du psychopathe). Soit une modernisation radicale, à peine tempérée par le style graphique très doux de Chris Samnee.
Du point de vue de la relecture, Jeph Loeb & Tim Sale optent à l’inverse pour un traitement respectant pleinement les éléments du comic book originel, dont ils ne modernisent finalement que la forme. Soit une nouvelle preuve de leur approche postmoderne.

La version de Brubaker & Samnee, sensiblement différente

La version de Brubaker & Samnee, sensiblement différente©Marvel Comics

Car le miracle de l’association Loeb/Sale a encore frappé ! Et l’osmose entre le Fond et la Forme s’avère une nouvelle fois optimale. Toute la réussite de ce tandem d’auteurs magique trouve ainsi sa substance dans cet équilibre virtuose entre le respect des codes de l’époque (naïveté, simplicité, innocence, prouesses complètement improbables) et le style de narration moderne (dialogues brillants, émotion accrue, voix-off prenante, découpage savant). Une alchimie proprement incroyable, d’une finesse inouïe, qui permet au récit de s’affranchir de toutes ses naïvetés inhérentes pour s’élever sur le terrain de la poésie, comme si les éléments formels (la Forme) devenaient les rimes au service de la prose (le Fond).

Heu… mais ils volent pas eux, normalement…

Heu… mais ils volent pas eux, normalement…©Marvel Comics

Evidemment, cette poésie ne devient possible qu’à travers l’art de Tim Sale. Un style cartoon intemporel où se mêlent la candeur, la naïveté et la grâce. Un traitement iconique immaculé, qui parvient à véhiculer l’esprit des comics d’antan dans la sphère contemporaine où s’égrène la sensibilité de Jeph Loeb, dominée par un amour sincère pour ces personnages de papier venus d’un autre temps.

Comme d’habitude, Tim Sale réduit le découpage de ses planches à leur plus simple expression en ne cherchant jamais à donner dans le réalisme, même si, l’espace de quelques vignettes, il peut soudain réaliser quelques images virtuoses, dominées par des compositions particulièrement sophistiquées (on songe par exemple à la séquence du musée du Louvre). Parallèlement, on pourra regretter une légère paresse par endroit, notamment lorsque le char d’assaut nazi se révèle n’être qu’un tank de pacotille, car aucun char allemand en 1941 ne possédait un tel canon !

C’est quoi ce char ???

C’est quoi ce char ???©Marvel Comics

Pour terminer, le miracle ne se serait pas non plus produit si les deux auteurs ne digéraient pas aussi bien leurs références visuelles et cinématographiques (soit une imagerie universelle immédiatement connotée). On se souvient que Daredevil Jaune s’abreuvait à la source des films noirs, des films de boxe et de toute l’ambiance romantique des années 60 (Hitchcock was here), restituant parfaitement l’atmosphère de l’époque consacrée. Idem pour Spiderman Bleu, où l’on retrouvait le parfum sucré des films de Blake Edwards. Seul Hulk Gris faisait une entorse à la règle en se tournant vers les films de monstres de la Universal (soit un bon de trente ans en arrière).

Ici, Jeph Loeb & Tim Sale reviennent à la formule qui veut que l’époque trouve une résonnance dans le cinéma de son temps et citent ouvertement les films de Frank Capra, chaque épisode s’ouvrant sur un titre du cinéaste (L’enjeu, Vous Ne L’emporterez Pas Avec Vous, Horizons Perdus, Un Trou Dans la Tête, Jour de Chance (mal traduit à l’époque de sa diffusion dans les salles françaises par le titre Milliardaire Pour un Jour) et La Vie est Belle (It’s A Wonderful Life).

Ils n’ont pas l’air très gentils, ces nazis…

Ils n’ont pas l’air très gentils, ces nazis…©Marvel Comics

Les pinailleurs trouveront la référence gratuite mais, pourtant, elle s’impose naturellement. Il faut déjà se souvenir que le réalisateur américain, très impliqué dans le conflit, avait tourné plusieurs films de propagande et notamment la prestigieuse série Pourquoi Nous Combattons (Why We Fight) afin de soutenir l’effort de guerre et par extension tous les jeunes américains qui venaient combattre en France. Beaucoup d’autres grands réalisateurs en firent de même, d’ailleurs, comme par exemple Alfred Hitchcock en Angleterre. Il était donc tout à fait approprié que les auteurs adressent ce type d’hommage au plus grand cinéaste américain des années 40.
Enfin, Frank Capra était un auteur dont les films égratignaient l’American Way Of Life tout en étant pétris d’un amour inconditionnel pour l’Amérique. Un thème qui colle à la peau du personnage de Captain America depuis très longtemps (et qui trouvera son apogée à l’occasion de Civil War).

Frank Capra : De la critique de l’American Way of Life à la propagande !

Frank Capra : De la critique de l’American Way of Life à la propagande !

Ainsi, dans Captain America Blanc, le lecteur peut découvrir peu à peu la symbolique choisie pour l’occasion : Le Blanc évoque la pureté et les valeurs à priori immaculées de l’Amérique, dont le super-héros à la bannière étoilée demeure à cette époque l’étendard vivant. Hors, la réalité du conflit et la perte d’un proche (en l’occurrence Bucky) vont amener le personnage à ne plus voir les choses en « noir et blanc », à sortir de son manichéisme primaire et ainsi à comprendre que la réalité n’est pas aussi « blanche » qu’il le pensait. Ainsi, cette note d’intention semble nous dire que Captain America n’était « blanc » qu’avant la mort de Bucky, et qu’il n’en sera plus jamais de même. Une prise de conscience qui atteindra peu à peu le monde des comics, puisque ces derniers vont lentement être rattrapés par des thèmes beaucoup plus graves au tournant des années 60… Et Jeph Loeb d’achever de nous livrer, par le biais de cette toile de fond diffuse et délicate, une des pièces incontournables de l’histoire éditoriale du personnage…

Du blanc pour le symbole, des couleurs vives pour le reste !

Du blanc pour le symbole, des couleurs vives pour le reste !©Marvel Comics

Pour terminer, quelques mots sur la participation du coloriste Dave Stewart, qui relaie ici ce daltonien de Tim Sale !
Comme à son habitude, l’artiste complète merveilleusement bien le travail du dessinateur en alternant les planches rouge fauve et les atmosphères turquoise, auxquelles viennent s’ajouter toute une gamme de vert émeraude, de mauves et de violets.
Cette palette tour à tour discrète ou flamboyante achève d’offrir une patine postmoderne à l’ensemble (qu’il est loin le temps des imprimeries aux trois couleurs primaires et aux points de trame !).

A l’arrivée, cette nouvelle création « colorée » dédiée aux super-héros Marvel transpire la personnalité de ses auteurs et parvient, tout comme les précédentes, à s’élever au dessus du tout-venant de la production de comics de super-héros en s’imposant comme une œuvre, tout simplement.
L’histoire qui nous est contée est pourtant d’une simplicité biblique qui, telle une épure, ne pourra pas plaire à tout le monde, notamment aux lecteurs en quête perpétuelle d’éléments démonstratifs…

Acrobaties sur les toits de Paris, et plus précisément du Louvre…

Acrobaties sur les toits de Paris, et plus précisément du Louvre…©Marvel Comics

28 comments

  • Bruce lit  

    Ce n’est qu’en relisant ton article que j’ai compris ce que signifiait le BLanc du titre…
    J’ai trouvé ça chouette. Pour du Captain America. Loeb arrive à nous vendre ce cocktail d ‘aventures excentriques sans tricher quant aux horreurs de la guerre, spécialement celle-là. Il arrive notamment à faire avaler la pilule de la Présence (sic) d’un garçonnet au front, ce qui n’était pas la moindre des gageures.
    Cap’ a une vraie grandeur d’âme et Fury con, vulgaire et crétin, tel qu’en lui même.
    Minuscule bémol : les poissons dessinés par Sale sont atroces et le caméo totalement inutile de Namor.

    • Jyrille  

      Ah oui je l’ai lu (et acheté) aussi, et je crois que je pense tout comme toi, Bruce… Faudrait que je le relise, j’ai été un peu vite la première fois.

  • Fred Le mallrat  

    Bon moi, je trouve que c est le plus faible des « couleurs », peut être aussi car c est celui qui est sur le personnage que je maîtrise le plus.

    1-Je suis assez déçu qu’il utilise pas la retcon de Brubaker (qui déjà était suggérée dans la mini de 1991 de Nicieza et Maguire Adventures Of Captain America: Sentinel of Liberty).
    2-l idee de mettre le grand père de Batroc dans la résistance amène rien sauf faire un clin d oeil. (ca expliquerait le sens de l honneur prononcé de notre sauteur national mais..)
    3-refourguer un énième intérêt romantique après la flopée que nous avons.. me semble de trop (surtout que ca fait double emploi avec l histoire de Cynthia Glas (remis en continuité par Brubaker avec la mini Steve Rogers Super-Soldier et introduite dans la mini de Nicieza et Maguire que je cite déjà)… Là je trouve qu entre l ultra timidité des personnages des 60’s et l ultra-séduction des années 2000.. il y a un juste milieu pour certains personnages qui mériterait d’être fait.
    4-C est trés calqué sur les autres couleurs Marvel qui étaient toutes des romances… si bien qu on s’attend à une révélation sur les relations entre Bucky et Cap tant c est pas finaud.. mais ca va pas au bout.. (pas que je pense qu il fallait faire une révélation sur une aventure entre les 2.. ca me parait pas adapté.. mais alors il convient de ne pas utiliser les ressorts de la romance utilisés déjà dans les autres « couleurs »).
    5-En plus Sale m a paru un peu en dessous sur certains passages.

    Sinon la planche où cap et Bucky « volent » me semble être une référence au 3 numeros de Steranko quand captain America surgit dans le cimetière pour sauver les avengers et délivre Rick Jones.

  • Kaori  

    Je me suis faite un mois de décembre « Bucky Barnes », suite à l’article de Matt…

    J’avais gardé ce titre pour la fin…
    Alors je ne suis pas fan du tout du style de Tim Sale, mais l’histoire, bien que très différente de celle narrée par Brubaker, est tout aussi prenante, et la rétrospection de Cap est particulièrement bien racontée.
    On sent effectivement que l’auteur parle encore pas mal de la perte de son fils, mais ça reste tout à fait en adéquation avec les personnages.
    Pour une fois, on ne revient pas sur la mort de Bucky, mais vraiment sur l’impact que cela a eu sur Cap. On sent le poids de la culpabilité, le fait qu’il se sentait responsable de Bucky, garant de sa vie.
    J’ai trouvé ça vraiment bien raconté.
    Amitié, bromance, père-fils, tout ce qu’on veut, mais certainement pas un sentiment amoureux et pourtant ça n’enlève rien à la force de leur relation.
    C’est un « couple » que j’aime bien. Jamais été fan de Cap (comme dit dans l’interview des auteurs, trop Superman), mais son point faible, Bucky, le rend plus intéressant.

    • Matt  

      Ah, on tient quelqu’un qui n’aime pas Tim Sale^^ C’est rare.

      • Kaori  

        Ce n’est pas que je n’aime pas, y a franchement pire, mais je ne suis pas une fan, on va dire. Par contre j’ai bien aimé la mise en couleur.

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *