Le troisième frère Summers (Review Deadly Genesis)

Deadly Genesis par Ed Brubaker et Trevor Hairsine

Une couverture prémonitoire : après cette histoire la licence X-Men va lentement se put(e)réfier....

Une couverture prémonitoire : après cette histoire la licence X-Men va lentement se put(e)réfier…. © Marvel Comics

Par BRUCE LIT

VO : Marvel

VF : Panini

Deadly Genesis est une mini série scénarisée en 6 numéros par Ed Brubaker et dessinée par Trevor Hairsine. Publiée en dehors de la série mère, elle s’y situe pourtant totalement dans la continuité. Nous allons même voir qu’elle la redéfinit. Tout ceci se passe immédiatement après House of M.

Cette histoire reprend les éléments de Deadly Genesis qui relançait les Uncanny Xmen en intégrant notamment Wolverine dans l’équipe de mutants.

Mode spoilers : ON

Le Marvel mature

C’est l’histoire d’un fiasco historique.
D’un retcon si mauvais à l’influence invraisemblable sur le destin des Xmen.
D’une nullité qui dépassa même les intentions de son auteur, pour aboutir à l’oblitération pure et simple de ce qui fut la meilleure équipe de super héros de tous les temps et la locomotive de Marvel.

Deadly Genesis est le retcon violent et "réaliste" d'une histoire légendaire mais naïve

Deadly Genesis est le retcon violent et « réaliste » d’une histoire légendaire mais naïve © Marvel Comics

Sur le papier pourtant, il n’y avait pas matière à fuir….Après le passage de l’inénarrable Chuck Austen, on pouvait croire à l’accident industriel à une époque bénie des jeunes années Quesada encore rééditées : le Hulk de Bruce Jones, le Punisher et le Fury de Ennis, le Spidey de Straczinsky, le Sentry et les Inhumains de Jenkins, X-Satix de Milligan, le DD de Smith et de Bendis dont le nom était encore respectable.

Alors que le phénomène ne s’était pas produit depuis Onslaught, il fut décidé de confier au Brian Machin le premier crossover depuis des années : House of M. Un event sympathique, vaguement pompé sur le Âge of Apocalypse de Lobdell et Nicieza qu’il était bon de décrier comme has been à l’époque.
Avec cet événement aux effets interminables rarement vus chez Marvel, la Maison des idées allait donner carte blanche à ses deux golden boys : Millar et Bendis. Objectif ? Capitaliser, synchroniser, adapter les Marvel Comics au grand écran. On sait ce que ça donnera, je ne reviendrai pas là dessus.

Hein ? Il y avait d’autres anciens Xmen avant les nouveaux Xmen ? © Marvel Comics

Tout juste faut-il savoir que le noms des auteurs de Deadly Genesis n’avait rien de honteux : Ed Brubaker était l’auteur de succès publics et critiques avec son Gotham Central et Sleeper,  il triomphait surtout sur Captain America où, déjà, il effectuait un retcon remarqué en ressuscitant Bucky. Quant à Trevor Hairsine, il avait commit de belles choses pour 2000AD, notamment le cultissime 3 Amigos de Judge Dredd. Et puis malgré tout l’amour porté  aux Xmen et le respect pour Lein Wein, revisiter Deadly Genesis en lui apportant un peu de cohérence, pourquoi pas….

Pourquoi un retcon ?

Rappelons cet état de fait pour nos lecteurs néophytes : en 1975, les Xmen n’intéressent plus personne ! La série est supprimée dans l’indifférence la plus totale malgré les épisodes de Neal Adams. Quand Wein reprend la série, tout le monde s’en fout. On peut donc virer Jean Grey, Angel, Iceberg et le Fauve pour les remplacer par des mutants inconnus sans que cela ne choque personne. Pour expliquer ce changement de distribution, il faut mettre en scène un truc improbable : les anciens Xmen ont disparu sur une île d’où seul Cyclope est revenu. Pour leur venir en aide, Charles Xavier n’appelle ni les FF, ni les Vengeurs mais recrute en moins de 48 heures des bleus à travers le monde, leur apprend l’anglais, leur trouve des costumes et les envoie au casse pipe, euh…sans aucun entraînement délivrer des inconnus qui eux se sont fait fumer alors que bien plus expérimentés…

Moïra : tu es un vrai connard Charles ma parole, envoyer des gamins au casse pipe Charles : On va danser le Jerk ?

Tu es un vrai connard Charles ! © Marvel Comics 

Le résultat est aussi naïf que charmant : pleine d’exotisme cette histoire met en scène des Storm, Nightcrawler, Colossus et Wolverine qui ne se font pas confiance et apprennent à se connaître. Certaines séquences sont marquantes comme les recrutements de Kurt ou Ororo, celle de Wolverine étant des plus improbables (ah ouais, tiens, si je me barrais des services secrets ? Mike Carey, comme à son habitude reviendra là dessus).
Quoiqu’il en soit malgré sa cover, certainement l’une des plus célèbres de l’histoire des comics et son établissement dans la continuité mutante, Marvel souhaite revenir sur cette histoire mythique mais dont la naïveté ne résiste pas au prisme de la vision adulte du Marvel d’alors.

Brubaker souhaite notamment revenir sur ce sauvetage qui n’était pas aussi improvisé que l’on aurait pu le croire. Encore une fois, oui, c’est une bonne idée. Hélas, loin de réparer les brèches, Deadly Genesis va causer des dommage irréparables en traînant Charles Xavier dans la merde et couler progressivement la franchise.

DAns les années 90 la langue de Sinistre fourche : il existe un troisième Summers perdu dans les limbes après les départs de Lobdell et Nicieza

Dans les années 90, la langue de Sinistre fourche : il existe un troisième Summers perdu dans les limbes après les départs de Lobdell et Nicieza© Marvel Comics

Mutant Massacre

Le pitch : réveillé par House of M, un mystérieux mutant de niveau Oméga attaque les Xmen. Il s’appelle Vulcain, il est aussi con que dangereux et souhaite la peau de Charles Xavier. En l’affrontant, Banshee perd bêtement la vie. Pourquoi lui ? Il a fait quoi ce pauvre Sean à Brubaker pour être broyé par un avion ? Euh…ben les Xmen, y’en a trop, c’est sûrement cela….

A la fin de l’histoire la vérité éclate : Vulcain est en fait le frère Cadet de Cyclope et de Havok. Capturée par les Shi’ars, la mère de Scott Summers est abattue, et le bébé qu’elle attendait élevé dans une cuve où sa croissance est accélérée pour en faire un esclave. C’est totalement idiot mais la franchise nous a habitués à pire…De plus on se rappelle que dans les 90’S, la piste d’un troisième frère Summers avait été évoquée par Mr Sinistre et les fans ne savaient plus qui d’entre Gambit (un orphelin aux yeux rouges et au physique proche de Scott Summers) et Adam X (euh…on s’en fout totalement d’Adam X) décrocherait le titre. Une énigme jamais résolue en son temps, voire totalement oubliée des continuateurs de Lobdell et Nicieza.

Les Sh'iars savent s'y prendre avec les chiards !

Les Sh’iars savent s’y prendre avec les chiards ! © Marvel Comics

En lisant la postface de Deadly Genesis, on s’aperçoit que Brubaker ne connaissait pas cette histoire de filiation et que Quesada est bien content de raccrocher les wagons artificiellement. Sauf que. Amateurs de continuité ou pas cette filiation est totalement débile car :
a/ il est difficile de croire que Mr Sinistre connaissant le potentiel d’un mutant Oméga en laisse croupir un dans l’espace pendant des années. Son obsession pour la généalogie Summers est dans l’essence même du personnage depuis son apparition dans Inferno et c’est comme ignorer que Magnéto est un survivant de la Shoah.

b/ Même en se foutant de la continuité, et bien Deadly Genesis c’est encore pire….C’est ainsi qu’un mec ayant hiberné une dizaine d’année débarque sur terre, même pas douché, avec un costume flambant neuf met en échec sans transpirer des Xmen capables de fumer Magneto, Sabretooth, Onslaught ou Apocalypse… C’est encore plus naze que le pitch de Lein Wein que cette histoire est censée corriger non ?

Charles Xavier entraîne en secret le troisième frère Summers

Charles Xavier entraîne en secret le troisième frère Summers © Marvel Comics

Et puis il y a la personnalité de Vulcain, et là, vu la réputation de Brubaker, c’est incompréhensible. On parle d’un mec que beaucoup ont comparé à Frank Miller en terme de storytelling. La postface montre qu’il a eu les coudées franches pour écrire cette histoire et que Quesada lui a foutu la paix. Je crois même me souvenir que c’est Brubaker qui le lui a proposée…

Or rarement dans le Marvel New Age, il aura été donné au lecteur l’occasion de lire un vilain aussi mal écrit. A certains moment l’idiotie de ses réactions et le manichéisme dont il fait preuve pourraient laisser croire que Stan Lee est à la barre !
Gabriel Summers est pas content d’avoir été abandonné dans l’espace, il veut tuer Xavier et son propre frère ! Une fois la vérité rétablie, le mec, il doute même pas de lui, il part direct dans l’espace sans prendre un sandwich ni une douché (j’y tiens, je suis un garçon presque propre…) pour détruire l’empire Shi’ar sur un coup de tête.

Er....Scott, je suis ton frère mais dans 10 ans je voudrais quand même te tuer parce que le script l'exige !

Er….Scott, je suis ton frère mais dans 10 ans je voudrais quand même te tuer parce que le script l’exige ! © Marvel Comics

Car la grande révélation de ce récit fait peur : bien avant les premiers Xmen de Stan Lee et de Kirby, Xavier aurait réuni une première équipe secrètement entraînée et confiée à Moïra Mc Taggert. Lorsque l’équipe de Cyclope est capturée sur Krakoa, Xavier décide de mettre cette équipe secrète dirigée par Gabriel Summers au turbin histoire de tester leurs réactions sur le terrain…Après avoir annoncé à Scott qu’il est son frère, Vulcain et ses amis se font massacrer dans des séquences assez trash. Vulcain est laissé pour mort et survit grâce à la fusion avec le sympathique Darwin que l’on retrouvera par la suite chez Peter David.

Y a pas à chier….De la retrocontinuité comme ça, on en veut tous les jours hein, puisque Xavier envoie pas moins de trois équipes se faire massacrer sur cette putain d’île!

Vulcain : un vilain plus con et manichéen que ceux de Stan Lee ! Brubaker a fait fort sur ce coup là !

Vulcain : un vilain plus con et manichéen que ceux de Stan Lee ! Brubaker a fait fort sur ce coup là ! © Marvel Comics

Mais c’est surtout le sort réservé à ce pauvre Charles Xavier qui pique les yeux. Nous sommes à une époque où le mot d’ordre des auteurs semble être de faire du fondateur des Xmen un vrai connard…Chez Morrison, on apprend que Charles à tué in utero sa soeur jumelle (!). Chez Whedon, Charles a volontairement emprisonné la mutante Danger dans son ordinateur (soupirs et consternation) pour entraîner son équipe. Mais là, c’est le pompon…Xavier avoue avoir effacé la mémoire de Scott pour lui faire oublier l’existence de son frère et son chagrin  suite au fiasco de cette mission….

Quant à la réaction de Moïra, une femme plutôt intègre, elle est hallucinante : Charles est un vrai connard mais il faudra apprendre à lui pardonner !  Même si Xavier n’est pas tout clean (durant Onslaught, on apprenait qu’il avait créé le Protocole Xavier : des fiches pour neutraliser ses enfants où cas où l’un d’entre eux disjoncterait,) c’est normalement un personnage tourmenté mais vénérable. C’est d’ailleurs cette version que ces putains de films ont retenu de lui depuis 15 ans…

Ouin....Je suis Cyclope, le personnage le plus charismatique de l'univers X, mais tout à coup j'ai besoin d'un lavage de cerveau !

Ouin….je suis Cyclope, le personnage le plus charismatique de l’univers X, mais tout à coup j’ai besoin d’un lavage de cerveau ! © Marvel Comics

A la fin de Deadly Genesis on croit rêver. ..Xavier qui s’excuse comme un premier communiant, des télépathes de haut niveau de Jean Grey à Rachel en passant par Câble qui ont jamais flairé l’embrouille, et la magnifique relation entre Scott et Charles qui faisait la force de la série désintégrée par une histoire racontée par un idiot et qui ne va nulle part. Scott vire Xavier de son propre hôtel (!) et sombrera progressivement du côté obscur avant de tuer ce pauvre Charles au cours du sinistre AvsX. Pendant une dizaine d’années sous prétexte de coups éditoriaux, les Xmen vont devenir une bande de fanatiques religieux pathétiques qui ne peuvent plus se raccrocher aux idéaux pacifiques d’un mentor ridiculisé.

On se demande encore pourquoi ces tocards de Morrison et de Brubaker n’ont pas fait la même chose chez DC avec leurs idées à la con. Et si Alfred était en fait le Joker, hein ? Et si Bruce Wayne avait en fait tué ses parents? Et si Clark Kent était en fait le frère de Wonder Woman?

Scott : casse toi pov'con ! Charles : mais c'est chez moi ici ! Scott : (bon, c'est pas grave je le tuerai sur la plage)

Scott : casse toi pov’con !
Charles : mais c’est chez moi ici !
Scott : (bon, c’est pas grave je le tuerai sur la plage) © Marvel Comics

Au final, ce Deadly Genesis réussit à échouer sur tous les plans : une histoire stupide qui réussit à massacrer les fondations d’une mythologie qui ne tardera pas à s’effondrer par la suite. Brubaker ouvre ici le bal d’une décennie où les Xmen passeront leur temps à s’engueuler, se juger et s’entretuer….On enchaînera immédiatement avec Messiah Complex où Scott Summers prendra en chasse son propre fils pour une rouquine inconnue, où Bishop le héros des 90’s tirera sur Xavier et sur une enfant et où sera créé X-Force un commando chargé de tuer les adversaires de nos héros…

Quand à Vulcain, après avoir si brillamment débuté, il continuera sa carrière de jeune premier lors de l’interminable Chute de l’empire Sh’iar où il continuera de porter les mêmes fringues après un voyage dans l’espace et tuera son pauvre père pour disparaître  enfin des mémoires…Bendis réparera les préjudices de son copain Brubaker en ressuscitant Corsair, sans l’ombre d’une explication et en mariant Charles Xavier à Mystique ! Bon, on arrête ?

Sean Cassidy meurt dans l'indifférence générale. Pourtant Charles Soule n'est pas encore né...

Sean Cassidy meurt dans l’indifférence générale. Pourtant Charles Soule n’est pas encore né… © Marvel Comics

—–

Deadly Genesis : ce qui devait être un retcon de l’histoire légendaire de Len Wein devient sous l’égide de Ed Brubaker l’une des histoires la plus nulle de la saga. Mais il s’est passé quoi ? Et pourquoi, la franchise commence à couler à ce moment là ? Réponse volcanique chez Bruce Lit.

La BO du jour : You were always so far away…

https://www.youtube.com/watch?v=Q2Xusdyg0_I

86 comments

  • Bruce lit  

    Hello Jean-Paul,
    Je ne saurais être plus d’accord avec toi, moi le X-Fan convaincu que c’était mieux avant 🙂
    Les questions improbables que je pose sur l’histoire de Wein sont celles que je me posais déjà en 83 (je crois, j’ai 10 ans) lorsque je découvre cette histoire. A cette époque, je découvre Marvel dans le désordre. J’achète la saga du Phénix Noir en kiosque, le mercredi chez ma nounou je découvre ceux de Kirby et Lee dans Spidey (avec Rahan dans Pif) et le samedi chez mon cousin je lis les vieux special strange dans le désordre dont cette histoire de Karakoa.
    Donc à l’époque je trouve ça déjà plus naïf mais ça n’a rien de méprisant venant de moi. J’aime la naïveté, même chez les gens pour de vrai. C’est une forme d’innocence que je trouve fondamentalement attachante. Je le suis moi-même un peu pour accorder inconditionnellement ma confiance à de parfaits inconnus, parce que la plupart du temps j’ai envie de croire en mon prochain. Tous mes contributeurs te le diront : ils ont été embauchés sur un coup de tête alors que je ne savais rien d’eux, spécialement cette fripouille de Stéphane 😉

    Donc je le répète car c’est dans l’article, cette histoire est une histoire qui définit tout ce qui va se passer ! Youpi, pas l’ombre d’un avengers ! c’est un comic d’action, pas le temps de réfléchir aux détails, il faut sauver les X-Men ! J’ai écrit que c’est naïf mais charmant, plein d’exotisme, que j’adore le recrutement de Storm et de Diablo.
    C’est une sacrée entrée en matière que Claremont affinera par la suite. C’est…une entrée en matière. Comme Love me do des Beatles l’est pour Abbey Road ; ce dernier est plus sombre, plus élaboré, plus respectable en musicalité mais Love me do annonce les harmonies vocales démentes et l’énergie des Fab Four.
    Il est donc possible de trouver Love me do plus naïf que , au hasard, She’s so heavy, en aimant, en vénérant, en adorant les deux.

    Pour la même raison que les Fantastic Four, voyant arriver Galactus dans Fantastic Four 48, ne font pas appel aux Avengers, aux X-Men et autres Doctor Strange : parce que c’est un problème qui a lieu dans leur comic book. oui, on est d’accord. Born Again serait aujourd’hui impossible à écrire aujourd’hui : une tonne de sidekick viendrait prêter main forte à Matt. Personnellement j’ai détesté cette histoire d’illuminati introduite par mon copain Bendis qui voudrait que chaque grands événements lie les super héros entre eux.

    des méchants capables de tout et n’importe quoi grâce à des pouvoirs très mal définis qui sont finalement battus par les héros d’une manière tout aussi mal définie. il me semble que l’article à charge contre Brubaker et sa vulcanologie vont dans ce sens 🙂

    Je parle pour moi et mon article. Les opinions des copains en commentaires reste la leur.

  • Eddy Vanleffe  

    Marrant je repensais aussi cette analogie hier soir avec le début des Sixties (grâce à cette super sequence de Classic 21-radio rock belge- time machine).

    le premier album des Stones ne contient qu’UNE chanson originale, six ans plus tard on était sur Let it Bleed ou Sticky Fingers…
    Pour moi les X-men de Claremont, c’est pareil (et même sans doute le reste de Marvel, mais je suis resté claquemuré aux mutants pendant très longtemps…).
    si je peine parfois sur la première période de Cockrum (malgré mon admiration sans borne pour ce dessinateur), je trouve que dès l’épisode du cirque, on est un crescendo de qualité jusqu’au moins Days of Future past…)
    Quiand Brubaker signe cette « croûte » de deadly genesis, il écrit le truc probablement le plus mauvais de toute la franchise tout auteur confondu.
    Xavier qui sacrifie sur 5 pages tout une équipe de mutant sans même sourciller…
    nawak!

  • Jyrille  

    Et bien merci pour la rigolade Bruce ! Ah vraiment que je suis heureux de ne pas être fan… J’ai beaucoup aimé ta comparaison avec DC, c’est éloquent.

    Quant à la BO je retenterai… un jour…

  • Fred Le mallrat  

    Je pense aussi qu’il est compliqué d’écrire X-Men.
    Seagle et Kelly s’étaient plaint des interventions éditoriales. Alan Davis a été pris sur un boulot de commande. Récemment encore Lemire se plaignait de ces interventions. D’ailleurs Brubaker ne reste pas longtemps.

    Apres le point qui arrive à Xavier est un syndrôme assez Marvelien de toujours taper sur les mêmes.
    Iron man (bon là c est naturel), Wanda Maximoff, Hank Pym, Vision.. depuis peu Cyclope.. ce sont des personnages qui semblent ne plus pouvoir être reconstruit.
    Born Again ou Stark SDF.. ce sont des moyens de reconstruire des personnages.
    Depuis les années 2000, on croirait qu’il faut juste détruire (chez DC on a eu par exemple Identity Crisis qui là aussi ne construit pas grand chose).

    Apres je suis pas sur qu’un Born again ne puisse plus avoir lieu.
    Le coté events est quand même plus dépendant du marketting.
    En toute logique Annihilation ou Chaos War avaient plus leur place d' »events globaux » que Siege ou AvX.
    Et il se passe encore des choses de cette dimension sur la place d une seule série. Certaines séries ont été épargnées par cela comme Immortal Iron Fist ou Captain America de Brubaker qui avaient pas mal d’élements plus transposables en events que Born Again (qui voit l’apparition de Captain America.. et quelle apparition « definitive » pour moi).

  • Matt  

    Pour info en mars sort un deluxe « X-men les extrémistes » qui contient une histoire de Brubaker et aussi les épisodes de Mike Carey qui s’insèrent entre « supernovas » et Messiah complex ». Pour les avoir lus en kiosque, ce ne sont pas de formidables épisodes mais en même temps ça explique plein de trucs incompréhensibles dans Messiah Complex (que fout Malicia entre les mains des Maraudeurs ? Quand Mystique a-t-elle trahi ? Pourquoi certains alliés ont retourné leur veste ? C’est quoi les carnets de Destinée ? etc.)
    C’est donc pas trop tôt que ça débarque en librairie. Vive la politique de publication de Panini.

  • Tornado  

    Il fut un temps, je me serais rué sur ces deluxes, car j’avais vraiment envie d’avoir ce genre de compils qui reliaient les principaux arcs dédiés aux X-men. J’avais donc acheté la trilogie du Messie en deluxe et j’essayais de tout regrouper. Sauf que… C’était plutôt mauvais, la trilogie du Messie ! C’est à partir de là que mon allergie aux mutants a démarré et j’ai tout refourgué. Autant dire que ces rééditions librairies arrivent bien trop tard pour moi…

    • Matt  

      Moi j’aime bien Messiah Complex. Mais l’aspect « trilogie » c’est un argument de vente purement français. La guerre du messie avec la série Câble dans le futur c’est nul à chier. Quant au soi-disant 3eme épisode constitué de Second coming, j’aime assez mais c’est pas forcément nécessaire non plus, c’est presque une suite de la série X-force avec le retour de Bastion. Il n’y a pas vraiment de trilogie, c’est une mascarade.
      Ce qui m’intéresse c’est de relier les X-men de Carey à Messiah complex^^

      • Bruce lit  

        De mémoire The Extremist ne représente aucune sorte d’intérêt tout en restant agréable à lire.

        • Matt  

          C’est presque la meilleure critique que tu peux faire pour tout récit de X-men entre Morrison et Aaron, non ?^^

  • Tornado  

    @Matt : J’ai tout arrêté Marvel après AvX. Ce même AvX qui représente l’aboutissement à la fois de Messiah Complex, à la fois des Young Avengers, et à la fois de la saga Disassembled. Soit l’aboutissement d’une bonne décennie de continuité. Franchement, lire le run de Carey et s’arrêter à Messiah Complex, ça équivaut à s’arrêter au moment où tout commence, non ? Je veux dire : Qui peut s’arrêter à la fin de Messiah Complex ? Ce serait comme s’arrêter à la fin de l’Empire Contre Attaque. En plein cliffhanger…

    • Matt  

      Non bah moi j’ai second coming aussi. Et j’aime bien, et j’assume^^. Et ensuite Schisme que je trouve sympa. Puis Wolverine et The X-men qui va plus loin que AvX.
      Mais le soi-disant 2eme épisode de la trilogie du messie dans le deluxe « la guerre du messie » ne sert à rien et pue la daube. Donc pour moi c’est pas forcément une trilogie.^^

      Techniquement à la suite de Messiah Complex les X-men Legacy de Carey sur Xavier sont même plus importants que les conneries avec Câble dans le futur.

    • Matt  

      Je dirais même que le premier deluxe « X-force anges et démons » apporte plus d’éléments à la chronologie du messie avec le retour à la « vie » du « robot » Bastion qui attaque lors de second coming. S’il fallait absolument trouver un tome 2 à cette fameuse trilogie ce serait plutôt X-force. Je ne possède même pas le deluxe « guerre du messie » avec Câble et je ne ressens aucun vide. Hope revient juste du futur en ado après être partie bébé dans Messiah Complex. ça marche très bien comme ça^^

    • Matt  

      Le truc c’est que X-force, Câble, X-men legacy sont toutes des séries qui gravitent autour de la continuité des X-men et du messie. Panini a juste choisi pour son « tome 2 » de sa « trilogie » la série Câble, un truc naze et anecdotique qui parle de Stryfe et Apocalypse dans le futur sans que ça apporte quoi que ce soit à l’intrigue dans le présent. Mis à part pour voir Hope grandir, je vois pas l’intérêt.
      Pour moi c’est du Panini tout craché qui veut vendre^^ Aucun intérêt pour moi ce tome 2.

  • Matt  

    Ma chronologie à moi des X-men post Morrison :

    Astonishing x-men tome 1 (Whedon)
    House of M
    La fin des Grey
    Supernovas (Carey)
    Blinded by light (Carey…qui va sortie en deluxe en mars)
    Astonishing X-men tome 2 (Whedon…Kitty crève ici et est vivante chez Carey donc je ne peux pas le ranger avant^^)
    Messiah Complex
    X-men Legacy (Carey…kiosque en VF)
    X-force tome 1 (Kyle/Yost…ouais bon c’est pas extra je sais…)
    Second Coming
    Uncanny X-force tome 1 (Remender)
    Schisme (Aaron)
    Uncanny X-force tome 2 (Remender)
    Wolverine & the X-men tome 1 (Aaron)
    AvX (moui…pas terrible non plus je sais)
    Uncanny X-force tome 4 (ouais le 3 n’est pas bon et ne sert à rien)
    Wolverine & the X-men tome 4 (Aaron)
    Amazing X-men (Aaron)

    FIN !
    Au final je n’ai que 2 tomes que je trouve bof mais qui me servent pour comprendre la continuité.

  • Eddy Vanleffe  

    C’est l’époque où je me suis enfui en fait…

    pour moi après Astonishing X-Men et House of M on a:

    X-Factore de Peter David.

    et c’est tout.
    J’ai détesté l’ère des remake du chant du bourreau, Uncanny X-Force est sympa mais tellement mal raconté…
    J’ai bien retrouvé une certaine « âme X-Men » dans Schisme mais Le nouveau style de Bachalo m’a détourné du run de Aaron…

    • Matt  

      Chacun ses goûts^^

      J’aurais bien aimé lire X-factor de Peter David cela dit. Mais primo c’est sorti qu’en VO (ou disons que c’est la misère à suivre en VF avec des revues + des marvel monster tout pourris, etc), et deuxio je connais presque aucun des persos de cette équipe, j’ai peut d’être largué concernant leur background.

      Je n’ai pas mentionné les mini séries que j’ai aussi, notamment celles sur Mystique ou Emma Frost.

  • Eddy Vanleffe  

    le dernier run de Claremont, je ne le trouve pas exceptionnel, mais pas rédhibitoire non plus…

    par contre le run de Miligan, De Brubaker, Ellis furent affligeant pour moi…

    Carey, je l’ai zappé et je me suis laissé dire que j’avais peut-être loupé quelques chose, mais en même temps qu’est-ce qu’il abien pu faire avec tous les trucs qu’on a mis autour…
    J’ai une aversion pour l’écriture de Gillen et de Fraction…
    bizarrement j’ai quand même tenté Bendis avant de jeter l’éponge et la la période Lemire/Hopeles/Cullen Bunn ne sert à rien…

    • Matt  

      « qu’est-ce qu’il abien pu faire avec tous les trucs qu’on a mis autour »

      il a réhabilité xavier après messiah complex avec ses legacy, de chouettes épisodes. Il a soigné Malicia aussi.
      Sinon tu remarqueras que je n’ai pas cité non plus ceux que tu crains dans mes trucs. Même si je ne saisis pas la haine envers les Astonishing de Ellis que j’ai trouvés sympas.

  • Tornado  

    C’est exactement la collection que j’avais commencé à me faire.
    Seulement voilà :
    Le run de Whedon ? Je trouve ça mauvais. Surtout la 2° partie.
    La saga du Messie, c’est moyen, tout au plus. Et la conclusion dans AvX est encore moins bien.
    X-Force par Kyle & Yost c’est pas terrible, et le Uncanny X-Force de Remender, j’ai ultra-ultra-ultra détesté.
    A partir de là, inutile d’insister.

    Par contre j’ai gardé House of M et ses dérivés :
    – Décimation (Claremont – Milligan – Larroca)
    – Les 198 (Hine – Muniz)
    – Génération M (Jenkins – Bachs)
    – la mini-série X-Factor : The Mountain Top (Jeff Jensen – Arthur Ranson), dont j’ai fait l’article ici.
    A part « Décimation », qui est passable, le reste est complètement excellent. Et facile à trouver dans la revue X-men Extra.
    C’est à peu-près tout ce que j’ai gardé de cette période…

    • Matt  

       » Et facile à trouver dans la revue X-men Extra. »

      Et tout traduit par Coulomb^^
      J’avais lu les 198 mais les dialogues de notre traductrice préférée m’a fait revendre le truc.

      Sinon pour le reste, bah…on n’a juste pas les mêmes exigences ou goûts^^ J’aime bien le run de Whedon (sauf la 4eme histoire à la fin du run avec le peuple extraterrestre tout nul), j’aime bien l’histoire du messie (mais sans la série Câble) et j’aime bien le run de Remender^^ Donc à partir de là…j’insiste encore. Et je lis le run de Aaron qui est cool.

      • Eddy Vanleffe  

        Messie machin, Y’a pas moyen les remake en bd je trouve ça encore plus bizarre comme idée que pour les films parce que je ne souffre pas du besoin de rénover un truc que j’ai lu…
        Le run de Whedon, je ne sais même plus ce qu’il raconte mais j’ai bien aimé l’ambiance et la dévotion totale aux personnages ainsi que cet hommage vibrant à la période Paul Smith qui reste ma préférée et il a osé le grand écart Claremont/Morrisson ce qui d’ailleurs doit surement pas aider ses intrigues à être cohérentes dans le ton.
        Remender sur X-Force, je ne rejette pas, c’est juste que quand on est obligé de lire un truc deux ou trois fois un passage pour le comprendre, ça me gonfle. surtout que c’est pas des degrés lectures différentes, l’intrigue n’est pas si « chiadée » que ça, c’est juste mal mis en scène avec aucune exposition et un graphisme qui ne sait pas être pédagogue (et je reviens sur le story telling ) l’histoire sur Fantomex est bordélique.
        Carey, je pense me faire les tp hors crossovers un de ces quatre.

        • Matt  

          « l’histoire sur Fantomex est bordélique. »

          Ouais et c’est pour ça que le tome 3, je ne l’ai pas^^ J’ai même pas l’impression qu’il manque un truc sans cette histoire…si ce n’est l’arrivée du vilain sans peau.

  • Tornado  

    J’ai fait une petite erreur : – la mini-série X-Factor : The Mountain Top est concomitante au run de Morrison plus qu’à HoM, en fait.
    J’ai également tout le run de Warren Ellis, mais je ne l’ai pas encore lu.
    Je n’ai rien gardé d’autre des X-men, à part trois ou quatre classiques (Dieu Crée l’Homme Détruit, Belasco, Lifedeath, Vignettes), le run de Morrison, une mini-série sur Diablo (par Kipiniak), et une sur Domino (par Pruett).
    Au jour d’aujourd’hui, je ne me vois pas replonger dans les X-men. J’ai vraiment fait une overdose pour cause de continuité débile. C’est vraiment la franchise qui a été la plus malmenée à mon sens. Le rythme des morts et des résurrections étant devenues grotesque au final, sans parler de la gestion des univers parallèles et des futurs alternatifs… C’est devenu imbitable pour moi. Et je ne trouve pas ça très bon au final, tout ce que j’ai lu des 80’s et des 90’s n’étant pour moi pas bien meilleur que les prods récentes. Même les grandes sagas révérées par les fans, du genre Onslaught, Apocalypse ou Opération Tolérance Zéro, c’est du mainstream pénible pour moi, sans aucune plus-value narrative ou même esthétique (ça a très mal vieilli). Sans parler des classiques du genre « Saga du Phénix », sur lesquelles il est inutile que je revienne…

    • Matt  

      On est au moins d’accord sur un truc c’est que certaines prod récentes conspuées par les fans ne sont pas forcément pires que certaines vieilles sagas^^ Ce qui fait que moi j’apprécie les deux parce que j’suis relativement bon public et que j’aime bien les personnages. Mais du coup en effet je ne comprends pas toujours la haine envers certaines histoires récentes quand certaines vieilles sagas « bof » sont révérées. Le run de Ellis en fait partie pour moi. Ok c’est pas du niveau de son Planetary, c’est du Marvel plus mainstream, mais est-ce pire que Onslaught ? Pareil pour la saga du messie.
      Et Claremont a de bonnes histoires à son actif mais il a aussi pondu des trucs atroces comme Xtinction Agenda, alors bon…
      AoA, Operation Tolerance Zero pour moi c’est moins bon que la saga du messie, le run de Remender ou les X-men de Morrison.

      • Eddy Vanleffe  

        C’est évidemment affaire de goûts, ressentis etc…
        mais Claremont (pour peu qu’on aime son style) il a mené une barque très cohérente jusqu’à Fall Of Mutants, ce qui comporte un corpus assez imposant en soi.
        il a du rallonger un peu la sauce et pour moi, je trouve visible que la période australienne marque un déclin. il y a encore des passages valables mais la création de Génosha en tant que métaphore de l’Afrique du Sud ne fonctionne pas sur le long terme et oui je te rejoins là dessus, X-Tinction Agenda est très largement surévalué. c’est le début des crossovers très très commerciaux.
        je n’aime la façon dont il a été débarqué mais il était temps qu’il s’en aille. par contre la dernière saga shi’ar et le truc en Terre sauvage ainsi que X-Men 1 à 3 constitue un vrai chant du cygne (pour peu qu’on aime Jim Lee ^^)
        Lobdell et Nicieza tiennent bien la barque au moins jusqu’à Apocalypse et après je rejoins Tornado pour dire que ça devient progressivement n’importe quoi avec des morts à la con, des voyages dans le temps des clones rajeunis, des persos jetables, des skrulls et j’en passe…
        ceci dit je trouve que la franchise mutante a été longtemps épargné de ce genre de délire vachement longtemps

        Messie copie son intrigue, sa structure totalement sur le Chant du Bourreau et c’est non pour moi. il y a des limites.
        Récemment un épisode de Batman a été pompé sur un vieux Superman pour faire la malin.
        En musique, ça s’appelle plagiat.
        on me dit en retour, qu’on a amélioré le truc parce que les 90’s c’est caca…
        mais il ne s’agit pas d’une relecture du type « Ultimate » ou « relaunch » ou quoi que ce soit c’est une saga ultérieure exactement comme Star Wars 7. Peut-être que c’est mieux fait que Star Wars 4, (et encore il faut prouver ça…^^) mais tu ne peux pas ignorer que l’un a crée un truc et l’autre recopié.
        le film en question, je l’ai vu et sans dire qu’il fait crier au scandale, je ne le reverrais sans doute plus jamais, pareil pour Messie…
        Après pour un nouveau lecteur, c’est logique que cela puisse être très bien. mais pas pour moi, en fiat c’est même plus conçu pour moi.
        Avec Marvel j’ai appris à accepter ça.
        je n’en lis presque plus et ça ne manque plus.

        • Matt  

          Je ne perçois pas le messie comme un remake. Ni Star wars 7. ça pompe dedans oui mais un vrai remake de merde c’est pas ça^^ Va voir Psycho de Gus Van Sant et compare le à celui Hitchcock. Toi tu vas aimer mon article sur les remakes que j’ai envoyé à Bruce^^ On reparlera de tout ça ce jour-là.

          Moi j’aime bien le début de la période australienne. Je la préfère même à des trucs comme Mutant massacre. J’aime beaucoup la première histoire assez traumatisante pour moi de Genosha avec une Malicia qu’on suppose s’être fait tripoter et les mutants réduit en esclavage.
          Sauf que dès la 2eme histoire avec Xtinction Agenda c’est horriblement naze avec ce méchant cartoonesque de Cameron Hodge et des dessins atroces.

          Je trouve juste parfois que les fans des vieux X-men cherchent du bon dans le « bof » du passé (Onslaught, Zero Tolerance) mais cherchent uniquement le mauvais dans le « bof » plus moderne (Ellis, Whedon, etc.)

          • Bruce lit  

            Ahem-
            Sur X-Tinction Agenda, Claremont est pas tout seul…C’est l’ère des Images Boys avec Liefeld qui parviendra à avoir la tête de Louise Simonson quoi…
            Pour votre débat, je peux souscrire en disant que les Sagas actuelles ont souvent plus de maturité, de savoir faire scénaristiques que les années 90. A l’inverse Tout le charme des vieilles aventures et l’âme des personnages y sont complètement absentes ce qui achève d’en faire-souvent- des coquilles vides, des personnages défaitistes interchangeable les uns avec les autres et on en arrive à mon article Mutant Massacre.
            Cette maturité salutaire dans un premier temps a fini par avoir un impact désastreux sur nos mutants qui n’ont jamais dans leur carrière traversé de désert aussi long.

          • Eddy Vanleffe  

            Sur Genosha Matt, on est d’accord en fait. Ça aurait pu s’arrêter à la première saga mais tu auras peut-être remarqué que Genosha resurgit régulièrement.
            alors oui ,on est justement pas de le « vrai » remake comme Psycho (qui ne m’intéresse pas) mais un truc plus ou moins « pompé » ce qui est très différent, parce que ça s’assume même pas.

            Le run de Ellis, je le trouve soporifique en fait, sans vraie idée. on dirait que l’auteur ressasse des idées en mode « auto-pilote » alors que Ellis sur X-Men ça aurait pu être dans la même veine de Morrisson quelque part… Bon et puis tout le monde est bad-ass aussi…
            et finalement on est d’autant plus d’accord que je classe déjà Onslaught et zero Tolérance parmi les « bof » au même titre que « Messie  » en fait…
            J’aimerais les relire pour me faire une meilleure idée mais pour moi on était déjà dans le X-Men « nawak »

          • Bruce lit  

            t finalement on est d’autant plus d’accord que je classe déjà Onslaught et zero Tolérance parmi les « bof » au même titre que « Messie » en fait…
            J’aimerais les relire pour me faire une meilleure idée mais pour moi on était déjà dans le X-Men « nawak »
            Je ne suis pas tout à fait d’accord. Oui, ces histoires ont bcp de lacunes et notamment de grosses interférences éditoriales.
            Mais en tant que telles, et pour le lecteur de l’époque, elles marquent la conclusion du run entier de Lobdell envers ses personnages phares : Charles Xavier et Iceberg. Le fondateur des Xmen trahit sa cause, la boucle est bouclée. Je n’ai eu de cesse de dire qu’il aurait dû mourir ici. Ne jamais revenir. Et nous aurions un must du genre.
            Zero Tolérance voit le cadet des Xmen assumer enfin son destin et devenir leader d’une équipe encore plus immature que lui. Je ne pourrais jamais m’en séparer car ces événements ont du sens pour des personnages dans leur individualité. L’inverse de ce qui se fait aujourdhui. C’est pour ma part cette approche que je chéris.

          • Matt  

            @Eddy : ça ne s’assume pas mais ce n’est ni la même histoire n les mêmes personnages ni le même contexte. Si tu vas par là beaucoup d’histoires se ressemblent dès qu’il y a un grand méchant et une prophétie. Un remake pour moi c’est un truc qui copie des scènes entières, qui reprend les mêmes persos, etc. Mais on en reparlera, j’ai parlé des bons remakes, des mauvais remakes, des remakes moyens et de certains autres trucs dans un gros article. Je prédis des débats, j’sais pas pourquoi^^
            @Bruce : oui mais voilà c’est chiant si on se tape tous les runs X-men modernes. Mais bon moi tu as vu déjà que je n’ai pas tout gardé dans le moderne^^ Aaron c’est pas défaitiste.

            Allez ma chronologie avant Morrison :

            -X-men au royaume de Kazar (euh…pas encore lu en fait)
            -God loves Man Kills
            -Je suis Wolverine (Claremont/Miller)
            -Claremont période 1983 à 1986 avec quelques trous (je ne vais pas détailler, c’est un peu le bazar vu les publications VO compliquées)
            -X-men Vignettes (Claremont)
            -L’envol du Phénix
            -X-men VS fantastic Four
            -Fall of the mutants
            -Début période australienne jusqu’à Inferno qui, malgré ses défauts, a une bonne conclusion sur tout l’arc autour de Madelyne Prior)

            Ensuite j’ai laissé un trou parce que Claremont pète un câble avec sa saga du seuil du péril

            -Crossroads (saga Shi’ar et terre sauvage)
            -Mutant Genesis (la fin du run de Claremont)
            -Le chant du bourreau

            GROS TROU parce que je suis pas fan de AoA et Onslaught a des trucs sympas mais dure trop longtemps.

            -Magneto’s war
            -Dream’s end (avec Mystique qui traque Kelly par Claremont)
            -New X-men (Morrison)

            Ouais je sais j’ai rien avant, ni saga du Phénix ni Days of future past parce que bon…il y avait de bons trucs mais ça fait daté quand même.

          • Eddy Vanleffe  

            Je crois que je dois à peu près tout avoir de uncanny 50 à 325
            et la seconde X-men 1 à 47.. plein de mini séries…
            J’ai pas accroché aux New Mutants ni à X-Factor et je dois avoir récupéré les Excalibur 1 à 20 je crois… je ne suis plus sur…
            Bon ça c’est pour la base et après j’ai des arcs un peu au hasard Baltazhar…
            j’ai continué fidèlement Chris et j’ai quand même lu aussi le Morrisson/Joe Casey/Chuck Austen

  • Tornado  

    Maintenant que j’ai pris du recul avec tout ça, je me rends compte que je n’ai pas aimé grand chose en définitive. Relire cet univers à l’âge adulte a été pour moi un effort pénible davantage qu’un réel plaisir de lecture.
    Certes, j’en ressors plus cultivé, et je peux dorénavant embrasser l’ensemble tout en sachant parfaitement ce que j’aime et ce que je n’aime pas. Mais bon sang, tout ça pour ne garder qu’une poignée de sagas, c’est pas terrible…

    Mais cette discussion me permet de mettre le doigt sur quelque chose qui me chiffonnais jusqu’ici sans que je sache vraiment quoi : Je trouve que tout est majoritairement assez mauvais, autant aujourd’hui qu’hier. Je pense que les fans qui ne jurent que par Claremont jugent plus avec le coeur (bourré de nostalgie) qu’avec la raison. Je pense que ça a toujours été comme aujourd’hui : Une bonne saga de temps en temps, presque un accident, et du mainstream commercial pour le reste de la production.
    Claremont a écrit un run cohérent pendant des années ? Et bien oui, encore heureux puisqu’on le laissait tranquille dans son coin ! (Sans parasiter son boulot avec 36 séries en crossover. Quand les crosovers ont commencé, il chapeautait encore l’ensemble et ça restait cohérent. Mais quand il est revenu dans les années 2000, il ne pouvait plus rien faire sans qu’on lui mette des bâtons dans les roues. Résultat : Son taf était aussi mauvais que celui des autres).

    Ce n’est pas un hasard si les deux runs les plus marquants des années 2000 restent ceux de Morrison et de Whedon puisque dans les deux cas il s’agit d’auteurs à qui on a laissé une totale autonomie ! Et même dan ce cas, tout est loin d’être valable. Et moi-même qui ai gardé le run de Morrison, je ne l’ai gardé que parce que j’ai adoré la fin. Il y a au milieu des arcs narratifs atroces. Tout est loin d’être réussi.

    Quant à la sacralisation « Claremont & Byrne », inutile de dire que je regarde ça avec moult tempérance : La saga de Proteus, celle du Phénix, Days of Future Past. Au delà du contexte éditorial qui en fait des événements vraiment marquants pour le genre du comic-book super-héroïque, ça reste du mainstream sacrément daté dans la forme narrative, et des épisodes entre lesquels il y avait un sacré paquet de déchets.
    Je ne cherche pas à vexer qui que ce soit, juste à prendre la discussion en route. Moi aussi je continue de chérir des trucs de mon enfance de manière aveugle, notamment des dessins animés comme les premiers épisodes de Scoubidou et tous mes Goldoraks et autres Cités D’Or. Mais sur les comics de super-héros, mon très long éloignement m’a permis d’obtenir tellement de recul que je n’éprouve que fort peu d’attachement nostalgique et que les gros défauts rédhibitoires me font totalement sortir du truc. Raison pour laquelle je suis exaspéré quand un fan essaie de me convaincre qu’il y avait là davantage de classe et de profondeur que dans n’importe quel machin de chez Alan Moore. Ou bien que c’était vachement plus profond et méta que des machins actuels.

    Alors voilà, quoi. Pour moi, au final, les X-men, et le reste des comics de super-héros mainstream, ce sera à terme une petite collection dans un coin. Et je continuerais de regarder les émeutes de fans qui se ruent sur la moindre réédition, sans vraiment comprendre ce qui est si génial là dedans, au-delà de l’attachement nostalgique.

    • Matt  

      T’es peut être juste un vieux blasé qui n’aime plus le mainstream^^ (euh…no offense, c’est une expression le « vieux »…et j’ai pas dit vieux con^^)
      Pour ma part je ne cherche pas des trucs super profonds quand je lis du super héros, c’est tout. C’est comme aller regarder un Star Wars, un seigneur des anneaux, un skull island, un pirate des caraïbes (enfin pas n’importe lequel) Tiens au passage t’es pas vachement plus bienveillant envers les films mainstream ?^^ (hors super héros cela dit)

      Et si je veux lire un truc très intello, ben je vais aller chercher ailleurs.
      Non il n’y a pas plus de profondeur dans un comics de super héros que dans certains trucs de Moore ou Ellis, mais c’est pas le but non plus. Et on s’en fout des fans qui le prétendent. Tu sembles reprocher aux super héros de ne pas être ce que certains fans prétendent qu’ils sont. Marvel en premier ne prétend pas vendre de la philosophie haut de gamme je pense.
      Le truc par contre, c’est qu’il en faut pour tout le monde. Et moi qui ait des goûts éclectiques, j’ai pas envie de lire que du Moore tous les jours (bon…surtout que j’suis pas très fan de lui en plus, mais tu saisis l’idée)
      Certains comics de super héros véhiculent des valeurs, décrivent des persos avec une identité et des principes, des rêves, mais non c’est pas une étude profonde de la nature humaine. Je sais même pas pourquoi tu viendrais chercher ça ici^^ C’est du divertissement plus mainstream à la base même du concept. Avec de gentils commentaires sociaux un brin moralisateurs pas trop compliqués mais qui ont le mérite d’être là.

      ça veut pas dire non plus que tout est bon à prendre, mais quand tu trouves dommage que les héros portent des costumes ou qu’il y ait des bastons, et que le mieux dans cet univers c’est une série genre Alias qui ne montre aucun héros…je me dis que t’es pas forcément fait pour le genre tout court^^ Enfin Alias c’est bien mais être allergique aux costumes, c’est pas le top pour lire du super héros^^

      • Bruce lit  

        Amen to that Matt. Ca me fait toujours marrer quand un article continue un débat entamé des mois auparavant 😉

    • Eddy Vanleffe  

      L’un de mes seuls plaisirs ruineux est la bande dessinée en général. j’essaie de lire à peu près tout ce qui tombe à ma portée. j’en tire des expériences diverses.
      et oui il y une notion nostalgique dans ma conception du bon et du mauvais comics, c’est évident! parce que pour alimente une passion qui nous amène à collectionner les numéros en eux mêmes, les films, les documentaires, les livres sur le sujet, les journaux, recouper et compiler les articles (ce qui a fini par m’amener ici…).
      Juste avant je songeais justement à vouloir écrire un livre sur le travail de Chris Claremont et son apport au 9 e art. ça peut paraître ridicule mais je suis intimement persuadé qu’il fait parti de ceux qui ont fait sauter le comics mainstream d’un certain niveau à un autre pavant la voie à d’autres encore.
      je n’argumenterais pas ici parce qu’il me faudrait plus d’espace mais voilà. et là la nostalgie ne peut plus être la seule composante.
      la nostalgie c’est ce qui va me faire regarder un truc moyen en souriant. pas vouloir creuser encore et encore.
      Evidemment, je ne compare pas le mainstream avec Alan Moore, Terry Moore, Goscinny, Hergé ou Hugo Pratt…Je pense ici qu’il faut savoir raison garder.
      mais je dis ça aussi parce que j’aime le genre, non pas que je n’ai jamais réussi à évoluer, parce que je lis plein d’autres choses aussi, justement parce que je lis plein d’autre choses et que des ponts deviennent visibles.
      Donc Nostalgique? oui et non.
      Goldorak est une oeuvre de Go Nagaï que je vénère aussi pour son sens des designs 70’s je lui trouve une parenté assez bizarre avec Dave Cockrum…
      quand je dessinais, ces deux là m’inspiraient beaucoup et j’aurais voulu être leur bâtard 🙂

  • Tornado  

    C’est clair : Le super-héros n’est pas un genre qui me plait en dehors de ses réinterprétations adultes. regarde ce que je préfère dans les X-men : Dieu Crée L’Homme Détruit, Lifedeath, ce sont probablement les sagas les plus adultes (dans la forme) que l’on trouve dans le run de Claremont. Et dans les deux cas il est associé avec un dessinateur plus exigeant que la moyenne artistiquement parlant.
    Ce que je voulais dire c’est que ma prise de recul me fait constater que l’ensemble de la production mainstream n’est pas très bon, hier comme aujourd’hui.

    • Matt  

      Selon tes critères dirons-nous^^
      Je ne pense pas être aveuglé par la nostalgie puisque je n’ai pas lu grand chose des X-men quand j’étais gosse (j’ai surtout lu du Spidey) et le run de Remender sur X-force me plait même si y’a plein de bastons (parce que bon…je viens aussi pour les bastons quand je lis du super slip)
      Et je ne pense pas avoir des goûts de chiottes ou être attardé non plus puisque j’aime aussi les sagas adultes dont tu parles^^.
      C’est juste que des fois j’suis en mode « allez je me lis un truc bourrin joliment dessiné avec un peu de développement de persos attachants »
      Et des fois « bon je me lis un truc réaliste noir et triste parce que c’est bien joli les héros en costume, mais c’est pas réaliste. »
      ça dépend de mon humeur et pour moi qui ne suis pas facilement gêné par la forme (contrairement à toi) je peux trouver une BD « bof » pas déplaisante au même titre qu’un film « bof » qui fait passer un bon moment sans être spécialement un chef d’oeuvre.

      Tout est affaire d’attentes, d’influence de la mode (ou des fans), de diversité des goûts, et même de perception subjective.

      Du coup on peut arrêter de critiquer des trucs, ça sert à rien^^
      Ahem…non, ce serait dommage. Mais bon une critique sera toujours subjective quand même. D’où l’intérêt d’entrer dans les détails pour que chacun se fasse une idée.

  • Tornado  

    Ce n’est que mon point de vue totalement personnel et subjectif. Et je concède volontiers que je suis incapable d’avoir le même type de recul avec d’autres genres. Je me rends bien compte que je me rue sur n’importe quelle production Hammer-Film par exemple, sans chercher à faire la part des choses.
    Mais on est ici ensemble et on discute. Alors je dis ce que je pense. Et demain on aura changé de conversation ! 😉

    • Matt  

      ça me fait penser que le DVD de la nuit du loup garou est toujours là dans ma pile de films à voir…

  • rasputin  

    bon, ça faisait longtemps que je voulais félicité ce site pour tout ce qu’il m’a fait découvrir(leftovers, garth ennis,etc..) mais c’est aussi grâce au commentaires dans cet article que j’ai pu me faire un guide pour rattraper les xmen que j’avais lâché après morrison .
    rattrapage qui m’a conduit a house of x\powers of x qui est juste le pure redémarrage de la série ; meme si, a mon avis ça fera grincer des dents ici !

    • Bruce lit  

      Omigod !
      Un coming out venant de Raspoutine ! Ces félicitations sont précieuses ! A mon tour de m’en féliciter !

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *