Thor Graal (Thorgal : Le Cycle du Pays Qâ)

Thorgal : Le Cycle du Pays Qâ, par Van-Hamme & Rosinski

Teamup : : TORNADO CYRILLE M

VF : Le Lombard – Tous les scans de cet article :  (c) Le Lombard 

1ère publication le 28/06/17 – MAJ le 16/02/20

Presque le cycle le plus long…

Presque le cycle le plus long…

Elève Tornado : Cet article portera sur Le Cycle du Pays Qâ.

Professeur C : Monsieur Tornado, votre copie est excellente, mais vous êtes tout de même passé à côté de certaines choses. D’ailleurs, commençons : à un article près, le titre de cet article est du plagiat !

E.T. : Le Cycle du Pays Qâ est composé de cinq tomes (tome 9 : Les Archers,  tome 10 : Le Pays Qâ,  tome 11 : Les Yeux de Tanatloc,  tome 12 : La Cité du Dieu Perdu et  tome 13 : Entre Terre et Lumière), sortis initialement entre 1985 et 1988 après avoir été publiés sous forme d’épisodes dans Le Journal de Tintin.
Le scénario est de Jean Van Hamme, et les dessins sont l’œuvre de Grzegorz Rosinski.

Cet article est le quatrième d’une suite explorant la saga par cycles. On y trouve cependant aussi les albums autonomes, puisque chaque tome est un élément constitutif de l’ensemble de la destinée du héros qui, tel Superman, est venu des étoiles…

P.C. : Très bon résumé, bien placé en début de rédaction, rien à dire, 20/20.

Pour le menu :
– Le Cycle de la Reine des Mers Gelées (+ Les Trois Vieillards du Pays d’Aran)
– Le Cycle de Brek-Zarith
L’Enfant des Etoiles + Alinoë
Le Cycle du Pays Qâ

Si par hasard et par Odin,
Tu n’as pas encore eu vent
De ces cinq albums divins,
Sache, lecteur soupirant,
Que de nombreuses intrigues
Sont ici dévoilées.

Alors, pour la bonté de Frigg,
Ne gâche pas tes prochaines nuits étoilées !

Le point de départ.
Le point de départ

E.T. : Après le Cycle de Brek Zarith (tomes 4 à 6), la série avait fait une pause avec deux albums de transition. Nous voici donc repartis pour l’une des plus longues sagas de Thorgal, et sans doute pour ce qui constitue l’apogée de la série.

P.C. : C’est étrange comme les albums de transitions ne le deviennent qu’après qu’ils aient une suite. C’est pareil dans la musique. Auriez-vous de la condescendance pour la transition, Monsieur Tornado ?

E.T. : Le pitch : Thorgal a de nouveau quitté son île déserte, où il vit avec sa famille, pour chercher des vivres sur le continent. Mais une tempête fait chavirer son embarcation et notre héros se retrouve dans l’obligation de rechercher un moyen de gagner de l’argent, afin de pouvoir racheter un bateau et des victuailles. Il fait la connaissance de deux hommes auxquels il s’attache immédiatement : Argun Pied-d’arbre et Tjall-le-Fougueux. Ainsi que de deux autres personnes nettement moins recommandables : l’effrayant Sigwald-le-brûlé et la cruelle Kriss de Valnor.

P.C. : Mon dieu, ces noms… Cela dit, c’est bien vu de la part de Van Hamme : les patronymes viennent forcément de quelque part, d’un handicap ou de l’endroit où l’on vit, de notre entourage immédiat, comme une ville, un verger, une montagne… Van Hamme a pensé chaque élément de son histoire, ne laisse rien au hasard, comme Charlier avant lui ou les scénaristes Pixar après lui. C’est aussi pour cela que ces albums restent et resteront de haut niveau.

E.T. : Ensemble, ils vont participer au « Tournoi des archers », dont la récompense attise toutes les convoitises. Ce sera le point de départ d’une suite de péripéties qui vont emmener tous nos personnages aux confins du monde connu, là où une mystérieuse civilisation voue un culte monstrueux à son redoutable dieu vivant : Ogotaï ! Ce faisant et sans le savoir, Thorgal sera une nouvelle fois confronté au terrible secret de ses origines…

P.C. : TADAAAAM !! Ahlala ça c’est du teaser de pro ! Il manque la musique de Jerry Goldsmith là.

Mais la quête commence dans la neige…
Mais la quête commence dans la neige…

E.T. : C’est avec ce troisième cycle d’aventures que Jean Van Hamme & Grzegorz Rosinski mettent un terme à la tragédie familiale de notre héros du côté de son ascendance. Nous savions déjà beaucoup de choses de ses origines, notamment après lecture de L’Île des Mers Gelées et surtout de L’Enfant des Etoiles. Ainsi, tel Superman, Thorgal est-il un enfant des étoiles. Sa famille vient d’une planète lointaine (bien qu’elle soit originaire de la terre au départ, et plus exactement de l’Atlantide) et notre héros est sensé en être le dernier représentant vivant. Recueilli par de simples humains à bord d’une capsule de survie, il a été élevé parmi les hommes.
Mais à l’heure où Thorgal et ses proches pénètrent le Pays Qâ, il se pourrait que finalement, un autre représentant du peuple des étoiles ait également survécu…

P.C. : Simples humains ? Des vikings ? Qui n’ont peur de rien, ravagent leurs voisins et naviguent sur des navires à peine plus gros que des pirogues par moins 50 degrés Celsius ? Ma et Pa Kent ne me semblent pas aussi simples…

E.T. : Le mystère des anciens peuples d’Amérique centrale et d’Amérique du sud fascine depuis longtemps les hommes modernes (les civilisations mayas, aztèques et incas, tout comme leurs étranges rituels sacrificiels), qui trouvent dans ce pan de notre histoire des résonances aux mythes et légendes de l’antiquité. Van Hamme ne pouvait que s’en saisir afin de parachever son entreprise de mêler l’histoire de notre monde avec la magie de l’heroic-fantasy.

P.C. : Je ne suis pas certain du rapport entre l’antiquité et les mayas, mais il faut avouer que ça a de la gueule : après tout, le lecteur veut de l’exotisme, de l’aventure, et sans doute est-ce pour cette nouvelle dimension, de ce lointain pays qui jusqu’à ce moment-là n’avait jamais été intégré dans une histoire de fantasy (je n’en suis pas certain bien sûr, cela demanderait des recherches approfondies) que cette saga est unique : la surprise, lors de la première lecture, est totale.

…et continue dans un désert implacable...
…et continue dans un désert implacable…

E.T. : Nous l’avons déjà vu au cours des cycles précédents : la mythologie de Thorgal selon Van Hamme est un véritable pot-pourri qui puise sa source au sein d’un tas de légendes, de mythes et de créations littéraires déjà bien connus. L’auteur du Grand Pouvoir du Chninkel tisse ainsi les fils d’une saga qui se nourrit à la sève de tous les mythes, tout en se parant d’une patine bien à elle. Et c’est encore le cas ici avec cette plongée dans le pays Qâ, dont la représentation évoque certaines civilisations amérindiennes, illustrant leur mysticisme en le mélangeant à la mythologie du monde selon Thorgal.

P.C. : Une petite précision : la mythologie parle de dieux, de leurs histoires. Thorgal serait-il un dieu lui-même, ou devrions-nous plutôt le voir comme le représentant de l’homme réel aux prises avec des forces théoriquement trop grandes pour lui ? C’est un thème qui se retrouve dans nombre d’histoires romanesques, de Conan au Chninkel en passant par Bilbo le hobbit.

Pour s’achever dans la forêt vierge
Pour s’achever dans la forêt vierge

E.T. : Ainsi, le destin du héros résonne-t-il comme un mélange de Moïse et du Christ, dont le destin se jouerait en Amérique. Tout comme Superman, qui vient lui aussi des étoiles. Mais à la différence de Superman (outre le fait que Thorgal, contrairement à ses enfants, n’a pas de pouvoirs), Van Hamme va offrir à son personnage l’opportunité de réaliser pleinement son œdipe…

P.C. : Nota : parler à votre prof de philo.

E.T. : Il est difficile d’en dire davantage sur le contenu du récit sans lever le voile sur les principales révélations qui font tout le sel de cette histoire, aussi dois-je vous prévenir que les lignes qui vont suivre comporteront quelques divulgations. Car le fait est que la dimension œdipienne, qui fait l’apanage des plus grandes sagas (je ne sais pas, au hasard : Star Wars ?), est ici au cœur de l’histoire, étendant ses ramifications à presque tous les personnages, et principalement à Thorgal. Et que nous ne pouvons parler de ce cycle sans la développer…

P.C. : Ah ! Star Wars… Je vous l’accorde, mais je ne suis pas d’accord avec votre obsession. Moins un point.

L’étoile noire ! Plus loin, Rosinski détaille le sang que l’on voit en haut de la pyramide
L’étoile noire ! Plus loin, Rosinski détaille le sang que l’on voit en haut de la pyramide

E.T. : Cette toile de fond augure d’un récit particulièrement fort et intense, qui réserve au lecteur bien des passages poignants et déchirants, dont le point culminant se situe à la fin de l’album La Cité du Dieu Perdu, véritable point d’orgue du Cycle du Pays Qâ.

P.C. : A ce point de votre démonstration, j’aurai également parlé de quête, ajoutant un élément supplémentaire de la fantasy à ce mélange de genres et de mythes déjà lourd. La quête, ce n’est pas ce bedeau qui passe dans les rangs de l’église après la messe, c’est celle à la base du Seigneur des Anneaux, ou de la plupart des jeux vidéos et des jeux de rôles de ce type d’univers. Une aventure de longue haleine, qui doit mener loin et dont le retour totalement incertain pourvoit un suspense inusable. Et le plus ahurissant, c’est que Van Hamme s’en sort sans que ce soit lourd ou accessoire, on croit à ce mélange disparate : un enfant des étoiles, les vikings, la mythologie nordique, les incas, la physique nucléaire, la quête du Graal, Apocalypse Now…

E.T. : De l’œdipe, il est possible d’étendre cette notion à quasiment tous les personnages clés du récit, dont chacun, ou presque, semble ne plus avoir de père ni de mère, au sens premier du terme. Ainsi, plus d’un personnage s’attache à réaliser cet œdipe à partir d’un père ou d’une mère de substitution. C’est le cas de Tjall-le-fougueux qui, après avoir cherché auprès de son oncle Pied-d’arbre l’image d’un père (voire d’une mère) manifestement absent, jette son dévolu sur Thorgal. Il lui faudra ainsi trahir ce père de substitution (un œdipe, donc), avant de chercher la rédemption dans un moment tragique de lyrisme pur.

C’est également le cas du terrible Ogotaï auprès de son beau-père Tanatloc. Et, arrivé à ce stade de la série, le lecteur sait déjà que l’œdipe a été « consommé » depuis le tome 7, dont le Cycle du Pays Qâ constitue le dénouement.

 Boue et sueur dans l’enfer vert…
Boue et sueur dans l’enfer vert…

C’est peut-être le cas de Kriss de Valnor dans son rapport ambivalent avec Aaricia (la suite de la série corrobore d’ailleurs cette hypothèse), dont la figure maternelle idéale jette de l’ombre sur la nature tourmentée de la voleuse. Et alors qu’elle avoue détester sa rivale, menaçant de la tuer à chaque instant, elle renoncera sans cesse à mettre ses menaces à exécution…

P.C. : Pour moi, Kriss est surtout une enfant de la balle, une fille sans doute orpheline, ou battue, ou abusée qui a dû se battre encore plus dur dans ce monde d’homme. La planche où on la retrouve violée par une bande de brigands dans Les Archers est toujours traumatisante. Alors oui, pas étonnant qu’elle cherche un alter-ego qui puisse lui donner assez de force pour pouvoir séduire Thorgal. Car comme lui dit le général renégat, elle l’aime, bien plus que l’or. Je note également que vous n’osez pas parler de la scène du bain entre Aaricia et Kriss, qui a pourtant un grand potentiel érotique, surtout pour de jeunes lecteurs. Et là, on est presque dans l’inceste…

Une affaire de femmes…
Une affaire de femmes…

E.T. : Bien évidemment, le petit Jolan s’adonne à un œdipe particulièrement précoce en reniant spontanément son père, le temps d’un long épilogue (le tome 13) où l’enfant doit apprendre à renoncer à ses pouvoirs face à la sagesse de Thorgal, tandis qu’il est prêt, l’espace d’un instant, à succomber à l’attrait de ces pouvoirs.

Enfin, l’œdipe est pleinement accompli pour notre héros principal. Retrouvant la mémoire (effacée dans son enfance par son grand-père Tanatloc) après une série d’épreuves déjà douloureuses, Thorgal va commencer par réaliser cet œdipe avec sa mère, dont la représentation post-mortem sera l’occasion d’une pénétration symbolique offrant au fils une véritable renaissance ! Puis il achèvera le parcours auprès de son père, lors d’un climax d’une intensité émotionnelle à couper le souffle, aujourd’hui encore difficile à égaler sous le même medium.

P.C. : « A couper le souffle » : pas vraiment. Tout le monde s’en sort sans réel traumatisme, ce qui va de soi dans le monde de Thorgal, mais évite un effet plus réaliste où un meurtre impardonnable aurait sans doute conclu ce climax. Mais les héros ne sont pas seulement immaculés, ils sont entourés de personnes toutes dévouées à leur cause, à leur réussite.

Œdipe part one…
Œdipe part one…

E.T. : A l’arrivée, chaque personnage va vivre cette dimension de l’œdipe à sa manière et tous n’en sortiront pas indemnes, d’un côté comme de l’autre. Soit une magnifique toile de fond pour un cycle se hissant au niveau de la littérature dans les fondements de sa mythologie interne. La série ne s’en remettra d’ailleurs jamais, et la qualité des aventures de Thorgal, après ce pic vertigineux, va décliner peu à peu.

Il faut se remettre dans le contexte de sa sortie afin d’évaluer à quel point cette série d’albums a pu avoir un impact profond sur ses jeunes lecteurs. Une émotion renouvelée à chaque lecture qui, malheureusement, condamne le dit lecteur à rechercher, depuis, une telle excellence et une telle puissance d’évocation sous le même medium de la bande-dessinée.

Si l’album Les Archers n’est que le simple prologue du Cycle du Pays Qâ (bien que le tome en question ait été couvert de prix grâce à sa construction narrative d’une efficacité incomparable), et que celui intitulé Entre Terre et Lumière n’en est finalement que l’épilogue, les trois autres albums emmènent le lecteur dans un voyage où les aventures des héros vont soudain atteindre une intensité viscérale inédite pour l’époque, surtout en ce qui concerne les plus jeunes lecteurs.

P.C. : Sauf que Les Archers est plus qu’un simple prologue : en tant qu’album one-shot, au-delà de ses qualités narratives et scénaristiques, avec effets cinématographiques efficaces – comme la planche en accéléré, qui condense plusieurs heures ou jours de compétitions (je vous laisse chercher le nom de cet artifice), c’est aussi une des histoires les plus marquantes de la série. C’est l’album où apparaît Kriss de Valnor, un des personnages les plus importants, ambivalents et attachants de toute la série : elle aura même son spin-off ! Il poursuit également le ton du cycle précédent et ne donne aucun répit à son lecteur (comme aux personnages) : le monde est dur, il faut toujours s’adapter et toujours se méfier. Par son format, il condense le meilleur de tous les albums précédents, avec une noirceur étonnante pour l’époque et pour le cœur de cible des lecteurs.

Oedipe part two
Oedipe part two

C’est également celui où le premier statu-quo de la série est immédiatement anéanti : loin de tout, seuls, enfin libérés du poids de la société humaine trop éprouvante, pesante et injuste, toute la famille de Thorgal commence à se dire qu’il est impossible de ne pas vivre au milieu de ses semblables. C’est un aveu autant qu’une démonstration : nous ne pouvons rester hors du monde, sans action, sans prendre part à la marche de notre propre évolution. Et cela doit être le propre de toute espèce animale.

E.T. : Jean Van Hamme s’empare effectivement de la dimension sacrificielle des civilisations amérindiennes et livre une interprétation particulièrement édifiante de ces rites macabres, où la folie des hommes est soudain exacerbée par les croyances religieuses placées sous le sceau du pouvoir utilisé par les puissants. Jamais jusque-là (c’était également l’époque des Mystérieuses Cités d’Or à la télévision !) le thème n’avait été traité de façon si crue, et il faudra attendre que Mel Gibson ne réalise Apocalypto en 2006 pour retrouver une telle intensité traumatisante.

P.C. : Il était temps de parler de Apocalypto, qui est un excellent film !

 La neige, le désert, des temples mayas, et même des vaisseaux volants qui jouent aux pirates ! L’aventure, toutes les aventures…
La neige, le désert, des temples mayas, et même des vaisseaux volants qui jouent aux pirates ! L’aventure, toutes les aventures…

E.T. : Au niveau du dessin, Grzegorz Rosinski nous emmène dans un voyage au bout de l’enfer qui n’est pas sans rappeler l’odyssée malsaine du film Apocalypse Now (encore une apocalypse ?). Les héros se retrouvent ainsi obligés de traverser une jungle poisseuse, le long d’un fleuve menant lui aussi vers la cité de l’horreur. Et Ogotaï de prendre le relais du Colonel Kurtz jadis interprété par Marlon Brando, célébré tel un dieu vivant par une civilisation fanatique tombée dans la cruauté absolue.

Rosinski illustre l’ensemble en restituant une atmosphère immersive par de savants mélanges, où le dessin « lâché » (et parfois même esquissé) se trouve complété par une gamme de couleurs restituant parfaitement l’ambiance glauque de cet enfer tropical.

Kriss la manipulatrice, et un peu de chair pour les adultes et adolescents
Kriss la manipulatrice, et un peu de chair pour les adultes et adolescents

P.C. : On y voit également une grande qualité des couleurs. Ils ont beau être affreux et immoraux, les incas flamboient de mille feux, et certaines planches sont à couper le souffle : les trois premières, quasi muettes, de La cité du dieu perdu, qui ne représentent aucun de nos héros, sont parmi les plus belles de toute la série. On semble y sentir le vent, le ciel plombé de nuages, le sang séché, les cordes qui se tendent. Son trait n’y est pas aussi fin que sur le cycle précédent, mais le gras était nécessaire, il est partout : dans la boue, la jungle, l’architecture écrasante, le soleil de plomb du désert.

En ce qui concerne Apocalypse Now, vous êtes trop gentil : je pense sincèrement que Van Hamme a intégralement pompé cette idée au film voire au livre dont il est issu.

Des planches sans héros…
Des planches sans héros…

E.T. Certes, tout n’est pas parfait. La qualité graphique est un poil en dessous de celle du Cycle de Brek Zarith. L’aura héroïque du héros principal joue le Deus Ex Machina en faisant de lui un combattant presque surnaturel, qui vient à bout de ses innombrables ennemis parfois trop facilement. L’adresse dont Thorgal et ses amis font preuve au tir à l’arc défie d’ailleurs toute vraisemblance, et prive l’ensemble de sa perfection au niveau du réalisme. L’épilogue de la saga, qui constitue entièrement l’album Entre Terre et Lumière s’avère un brin décevant, dans la mesure où tout a été dit et que les personnages semblent soudain passer à autre chose, l’émotion en moins, Thorgal ne paraissant pas aussi traumatisé qu’il devrait l’être après les épreuves qu’il vient de subir.

P.C. Et puis Thorgal est totalement monolithique la plupart du temps et clairement intransigeant. C’est un véritable père un brin castrateur, et son amour transi pour Aaricia donne les moments les plus gênants et les plus midinettes de la série : cela détonne complètement avec le reste, pose un pied dans les grands sentiments, nécessaire sans doute pour une série grand public ou pour enfants et ados, mais en complète opposition avec tout le reste, qui est tout à fait désespéré.

Ses remords arrivent trop tard, il est totalement sûr de sa droiture, une droiture dictatoriale, qui ne pardonne rien ni ne laisse de place à l’humour. C’est un père vieux jeu, et même si son éducation semble être assez souple avec Jolan, il ne lui laisse que peu de place. Ce sont les mêmes moments gênants que lorsque Aaricia et Thorgal jouent aux amoureux transis. A bien y réfléchir, il représente une transition des années 80 entre le père tout puissant des années 70 et celui soudainement plus à l’écoute de ses enfants, avec la libération de la femme (Aaricia mais surtout Kriss sont de vraies femmes modernes), Van Hamme surfe sur une vision de la société de son époque et la transcrit dans une histoire sensée se passer au moyen-âge. Ce que font plus ou moins tous les auteurs de bd (et même de cinéma) actuellement, comme on peut le voir dans Donjon par exemple.

Pour un voyage au bout de l’enfer.
Pour un voyage au bout de l’enfer

Et je lui en veux encore, à Thorgal, de repousser Tjall ! Il mérite une sacrée claque, le bellâtre imbattable et archer surnaturel !

Thorgal est trop parfait pour que l’on puisse s’y identifier, excepté lorsque l’on est enfant. Sur ce point, la série marche moins bien avec le temps, lorgne sur les héros au grand cœur et sur les réalistes adultes des années 70, comme Blueberry ou Corto Maltese, mais intègre des éléments clairement enfantins ou trop beaux pour être vrais.

Regrets et tristesse infinie…
Regrets et tristesse infinie…

E.T. : Pour autant, et même après toutes ces années de recul, ce Cycle du Pays Qâ s’impose comme un très grand moment de bande-dessinée et comme l’une des plus grandes sagas qu’il m’ait été donné de lire. Adolescent, je rêvais d’une adaptation cinématographique. Aujourd’hui, je rêve surtout de retrouver, un jour, de telles émotions à la lecture d’une bande dessinée, voire d’un livre, tout simplement…

P.C. Eh bien il faudrait peut-être tenter la bd interactive qui est sortie il y a quelques années ! Pas la peine d’en attendre un film : il sera forcément raté, et ce avant même les premières lignes de script.

Félicitations pour cette analyse, monsieur Tornado, cela mérite amplement un 18/20, malgré quelques imprécisions et manquements, certes mineurs, mais qui auraient transformé votre travail en une véritable thèse. Un jour peut-être ?

La version DVD pour les feignasses ou les collectionneurs
La version DVD pour les feignasses ou les collectionneurs

—–
LA BO de Cyrille (Kyo !!!!?)

17 comments

  • Matt  

    Que dire de plus ? Je suis complètement d’accord. Euh…sauf que être sur l’obsession de l’oedipe de Tornado que je n’ai même pas relevée en lisant la BD^^ Sans doute a-t-il raison mais j’avoue je m’en fous un peu de l’oedipe moi.
    J’ai ce cycle dans une très jolie intégrale qui rassemble ces 5 albums.
    Je suis complètement d’accord aussi avec Jyrille qui pointe du doigt l’aspect trop parfait de Thorgal Quand on est enfant, ça doit bien marcher et en faire un grand héros.
    En lisant ça de nos jours, je me suis dit qu’il était trop droit, trop chiant presque, trop impitoyable envers Kriss qui se venge alors que merde, elle s’est fait violer quand même ! Trop cruel aussi envers Tjall qui a « osé » être faible. Un vrai dictateur de la droiture c’est vrai, ce Thorgal^^
    Je préfère Conan pour cet aspect là.
    Mais c’est une bonne BD, il est vrai.

  • Matt  

    Ce qui m’a le plus gêné à la lecture de Thorgal, c’est en fait cette transposition des bonnes mœurs modernes à un univers médiéval brutal. Thorgal ne tue pas, il condamne la violence, ne la pardonne pas (même s’il semble se foutre complètement de ce qu’a pu subir Kriss par exemple.)
    Dans Conan, même si ce dernier est plus macho, plus brutal, il ne semble jamais non plus aller jusqu’à violer une femme. Mais son côté bourru et violent illustre mieux les mœurs d’une autre époque.

    Et je m’interroge quand même sur le public cible d’une BD comme Thorgal. C’était pour les jeunes enfants cette BD pleine de sang et de femmes violées ?^^ Si c’était déjà pour adulte, ce n’était pas forcément nécessaire ce côté midinette non ?

  • Eddy Vanleffe  

    Le malentendu vient peut être qu’à l’origine ces publications devaient obéir à des des règles très strictes, comme un héros « sans peurs et sans reproches » etc…
    comme dans les comics de la même époque ( et la je pense à la génération Gerber-starlin-Miller-Claremont), les auteurs ne voulaient plus forcément se cantonner à cela et osaient aborder des sujets de plus en plus violents et graves, de plus en plus matures mais dans les limites permise par leur formats.
    Le travail de ces défricheurs peut paraître « le cul entre deux chaises » aujourd’hui que la BD est un loisir adulte allant de soi.

    Plusieurs cycles plus tard, Thorgal devient beaucoup moins vertueux…^^

    • Matt  

      Ouais mais là je ne sais pas si c’est une bonne chose non plus qu’un héros initialement vertueux le devienne moins^^ Là niveau caractérisation ça peut gêner les fans de la première heure qui ont apprécié le héros pour ses qualités. Oui, je suis chiant^^

  • Tornado  

    Tout à fait d’accord avec Eddy. Cette position « entre deux chaises » parait cohérente en la replaçant dans son contexte. Et puis finalement, l’aspect psycho-rigide de Thorgal à ce stade en fait un personnage moins lisse qu’il aurait pu être. De plus, sa droiture à la con face à la trahison de Tjall va lui filer un sérieux retour de bâton et amener l’une des plus belles scènes (oedipiennes, cela va sans dire…) de toute la série.
    Cela-dit, je peux comprendre que l’on soit agacé par l’attitude du personnage en le découvrant aujourd’hui. Mais c’est un défaut qui reste mineur par rapport à la beauté de ce cycle.

  • JP Nguyen  

    Je n’ai lu que les Archers, recommandé par un pote quand j’étais étudiant. C’était une édition cheap, du genre de celles distribuées par les stations service… J’avais trouvé ça très correct sans pour autant avoir envie d’en lire davantage alors que, à peu près à la même époque, la Quête de l’Oiseau du Temps m’avait beaucoup plus intéressé.
    Je pense que lorsque vous évoquez le côté trop lisse/parfait de Thorgal, vous touchez du doigt ce qui m’empêche de m’intéresser à ce personnage. Sûrement ça et l’écriture de Van Hamme, que j’ai tendance à trouver rudement efficace mais un peu « sans âme » (aïe, pas taper).

    Sur le format de l’article, l’élève Tornado est très disert et Cyrille est un professeur très abordable et indulgent. Etant donné vos professions respectives dans la vraie vie, je me serais attendu à ce que les rôles soient inversés !

    • Matt  

      Bah il n’est pas lisse Thorgal, c’est un foutu donneur de leçons chiant en décalage avec son époque^^ C’est pas pareil.

  • Présence  

    Un article en forme de revue de copie, il fallait oser !

    J’ai beaucoup aimé l’observation sur les albums de transition, qualification qui semble les déprécier, alors qu’ils constituent une partie intégrante du récit.

    Recueilli par de simples humains à bord d’une capsule de survie : en ce qui me concerne ce choix des origines m’avait semble un peu de trop, pas vraiment raccord avec le genre heroic-fantasy, pas vraiment utilise au récit.

    Je vous laisse chercher le nom de cet artifice. – Je n’ai pas trouvé, c’est quoi la réponse ?

    Son trait n’y est pas aussi fin que sur le cycle précédent, mais le gras était nécessaire. – Belle mise en lumière du ressenti que susciter ce mode d’encrage, délaissant la finesse de la précision, pour un rendu plus organique.

    Une bien belle présentation à laquelle je suis prêt aussi à mettre une bonne note. :)

    • Bruce lit  

      Hi guys. And Im back. Je vous envoie un MP dès je peux.
      Concernant ce devoir sur table, j’aurai rêvé avoir un accoucheur plutôt qu’un acouchieur au lycée.
      Élève Tornado entre l’obsession des narrations infantiles et celle de l’Oedipe que tu vois partout, je dirai….rien. Car qui suis-je pour t’en blâmer moi qui vois des chambres à gaz même dans Pif Gagdet…
      Et pour le coup la comparaison entre l’Etoile Noire et le Temple de Tanatloc est aussi osée que judicieuse.
      Bon, moi tout le volet scifi de Thorgal me gonfle, je lui préfère et de loin le simple volet aventure dans cette réécriture violente et barbare du Temple du soleil. Les massacres commis par ces incas restent quand même incroyablement violents pour de la BD tout public commise il y a 40 ans. Et le parallèle avec Apocalypto s’impose aussi.

      Sur l’aspect lisse de Thorgal, je n’oublie pas que c’est un héros publié quand même dans le Journal de Tintin…ahem…pas dans les Humanos. Moi j’aime sa droiture. Les antihéros commencent vraiment à me faire chier depuis 10 ans. Pour ma part les valeurs de Thorgal j’y crois, elles emportent malgré elle Kriss de Valnor tout comme Vegeta ne peut se résigner à tuer Goku. Je n’oublie pas non plus que c’est un héros qui tue. Beaucoup. A contre coeur, mais plus que de raison. C’est aussi un grand pas en avant dans la conception du héros pur et sans reproche.
      Thorgal est focalisé sur son présent tout au long de la série. C’est le mec qui veut pas se prendre la tête, un cliché ambulant du paysan terrien qui sait à peine lire mais plein de bon sens. Certes, il n’est pas ébranlé plus que ça, mais inversement on le voit suffisamment esclave, en haillons et dans la décrépitude totale tout au long de la série. Avec ce qu’il subit, la série devrait s’arrêter au volume 4 tellement le mec se prend des traumatismes plein la tronche. Rien que la première vignette du premier album le désigne sous la Thorture….. Thorgal c’est pas Rick Grimes mais presque….Il m’arrive de leur trouver une ressemblance physique.
      Pr contre, la saga contient encore plein de bonnes histoires notamment le cycle de la Forteresse invisible.

      • Bruce lit  

        Quant aux remords //Tjall, la couverture de Rosinski vaut tout un discours non ?

      • Matt  

        Welcom back…euh…chez toi.
        Je précise juste que pour moi c’est pas le fait que Thorgal ne soit pas un antihéros qui me dérange, c’est plutôt qu’il est TROP droit. Un peu comme quelqu’un qui est persuadé d’avoir raison et qui juge impitoyablement les autres qui sont plus faibles que lui. C’est pas un héros honnête et droit ça, c’est presque un dictateur. « t’es pas aussi fort que moi ? T’es une merde ! Tu n’es pas capable de rejeter ton envie de violence parce que 12 mecs te sont passés dessus ? Tu es faible ! »
        C’est la droiture à l’extrème.
        J’ai lu récemment « wonder woman earth one » de Morrison (houlà ! qu’ai-je dit^^) qui présente l’île des amazones comme un état fermé sur lui-même en autarcie qui juge sévèrement le monde des hommes et tous les hommes sans distinction, persuadées qu’elles sont d’être parfaites et supérieures à tous. Ok la paix règne sur leur île, mais le fanatisme n’est pas là.
        C’est là où je trouve que l’aspect trop droit de Thorgal lui retire toute capacité d’empathie envers les gens qui auraient des faiblesses.

        • Matt  

          Et je précise que ça ne fout pas la BD en l’air non plus.
          Ce qui aurait pu être bien, c’est que même si au départ cette attitude était dictée par des impératifs éditoriaux, les auteurs aient par exemple fait en sorte de Thorgal se remette en question et cesse d’appliquer sa doctrine de droiture impitoyablement et prenne conscience que la vie c’est pas tout blanc ou tout noir et qu’il faut aussi faire du cas par cas et tenir compte des souffrances de chacun. Peut être que c’est le cas d’ailleurs, je ne sais pas je n’ai pas lu les albums suivants^^
          Mais oui pour moi on atteint les limites du héros parfait quand il devient finalement prétentieux et certain de détenir la vérité. L »église aussi prônait la paix hein^^, mais à coup de bûcher pour ceux qui étaient faibles et cédaient soi-disant au démon.

  • Jyrille  

    Merci à tous pour vos retours, toujours intéressants et enrichissants ! Welcome back Bruce, j’espère que tu as passé de bonnes vacances ! Tu as raison pour la couverture avec Tjall.

    @ JP : tu devrais passer outre, c’est vraiment une très bonne série, au moins jusqu’au tome 15. Cette saga en 5 volumes est franchement un truc qu’il faut avoir lu au moins une fois. Comme dit Tornado et le confirme Bruce, les défauts sont largement réduits par la qualité de l’ensemble. Et c’est justement le fait que ce soit moi qui corrige Tornado que j’ai trouvé marrant.

    @ Présence : ah ah merci beaucoup pour ton commentaire ! Bien vu le coup de la note… Oui, il fallait oser cette forme, je pense qu’on aurait pu aller plus loin avec des couleurs, mais tout n’est pas si facile. As-tu lu cette série ? Je ne m’en souviens plus.

    Pour le type de scène condensée, je ne suis pas certain qu’un terme existe, mais dans Team America de Trey Parker et Matt Stone (les parents de South Park), ils appellent ça un « montage »

    https://www.youtube.com/watch?v=pFrMLRQIT_k

    Maintenant, si vous le permettez, laissez-moi le plaisir de vous raconter la genèse de cet article : l’idée de faire un team-up entre Tornado et moi sur cet arc de Thorgal arriva rapidement après les articles à se partager. En avril 2016, je décidai enfin de relire ces albums, et j’en profitai aussi pour lire les autres tomes de la série. Au final, je me suis relu les 35 tomes, comme vous le verrez demain. Mais entre temps, Tornado me dit qu’il n’aura pas le temps avant l’été. Il me renvoie un mail fin mai où il me dit que pour s’éclaircir les idées, et parce qu’il avait finalement relu les albums, il avait écrit un article sur Amazon.

    L’article d’Amazon, c’est toute la partie de Tornado que vous venez de lire dans celui de ce jour.

    Je commence à prendre du Xanax pour prévenir la dépression qui guette : comment faire un team-up après ça ? Que pouvais-je dire de plus ? Je dis à Tornado d’abandonner, que je n’avais aucune idée pour m’incruster là-dedans. Mais il refuse catégoriquement, surtout qu!il veut que j’intègre les quelques remarques que je lui ai faites.

    L’été arrive, j’en profite pour lire les albums de Elonan Comics et laisse reposer cette histoire de team-up. Mais rien ne vient.

    Et, le 1er septembre, en commençant à mettre en forme pour trouver un début d’idée, j’ai la révélation : c’est la rentrée ! Tornado est prof ! Par conséquent, je vais le corriger, pour changer ! Et puis cela n’avait pas encore été fait ! Le titre original était « Légendaires », c’est la raison de ma toute première intervention (Les légendaires est une série de bd d’heroic fantasy pour ados qui est un best seller en France). J’ajoute le concept de correction, ce qui donne « Devoir à la maison n°139 (corrigé) : Légendaires ». Parce que oui, je m’étais amusé (mhmh) à compter le nombre d’articles publiés par Tornado à ce moment-là. Bon, maintenant il doit en être à 169… Nous avons changé récemment parce que Bruce a eu une meilleure idée. Quant à la BO, j’avais oublié d’en mettre une… je vais y réfléchir.

    Merci de m’avoir lu, merci de nous avoir lu et merci à Tornado pour sa patience et sa bienveillance !

  • Jyrille  

    Ah et une dernière chose : j’espère que vous vous êtes marrés au moins un petit peu en lisant ce team-up ;)

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *