Mission Lunaire Réussie (Moonknight)

MOON KNIGHT par Jed MacKay et Alessandro Cappuccio

Un psaume dévotement récité par JP NGUYEN

VO : Marvel

VF : Panini

Une série renversante !
© Marvel Comics

En juillet 2021, suite à l’event des Avengers AGE OF KHONSHU, Marvel a relancé le titre MOON KNIGHT en le confiant au scénariste Jed MacKay accompagné d’Alessandro Cappuccio aux dessins et de Rachelle Rosenberg à la couleur. Federico Sabatini a ponctuellement remplacé Cappuccio sur les numéros 7 et 13.

Le premier TPB VO est intitulé THE MIDNIGHT MISSION et regroupe les numéros 1 à 6. Le second TPB VO, TOO TOUGH TO DIE, sort en septembre 2022, et comprend les numéros 7 à 12, ainsi que le numéro spécial DEVIL’S REIGN. Le premier TPB VF est sorti en avril 2022.

Alors que la série est dans sa deuxième année de publication, et que ce lecteur est tombé sous le charme, au point de suivre à nouveau une série régulière Marvel, cet article vous propose un topo sur les atouts d’un run qui a remis sur orbite le Chevalier de la Lune.

Avertissement : le poing de Khonshu ne saurait écraser tous les spoilers émaillant cet article.

Et pourtant, au départ, on partait de loin, avec le nouveau statu-quo hérité de AGE OF KHONSHU. La lecture de cet event, écrit par Jason Aaron, est dispensable. En résumé : la divinité Khonshu utilise Moon Knight comme agent pour récupérer les pouvoirs d’Iron Fist, du Docteur Strange, Ghost Rider et Thor afin prendre le contrôle de la Terre et la protéger contre une grande menace. Moon Knight récupère même la Phoenix Force, puis réalise son erreur et les Avengers reprennent le dessus pour neutraliser Khonshu. Résumé de façon express, ça peut sembler con comme la lune mais en fait… ça l’est ! Donc, un peu comme Daredevil après SHADOWLAND, Moon Knight commence la série en pleine repentance de sa grosse bêtise, dans un régime probatoire sous la surveillance distante de Black Panther, avec l’obligation de consulter régulièrement un psy. Ce sera le Docteur Andrea Sterman, un personnage assez méconnu du Marvel Universe, apparu en 1990 dans la série NOMAD.

Entre deux séances sur le divan, Moon Knight se consacre à la Mission de Minuit, une institution qu’il a fondée avec la vocation de protéger un quartier de New York, en particulier ceux qui y voyagent de nuit. Taggant les murs de croissants de lune pour marquer son territoire, la première intervention de Moon Knight le confronte aux vampires de la Structure, une organisation pyramidale destinée aux ambitieux dont les dents rayent le parquet et saignent les gorges. Libérant de jeunes vampires transformés contre leur gré, dont Reese, qui deviendra son assistante, le chevalier blanc débute son chemin vers la rédemption. Et ce ne sera pas une sinécure, puisque la nuit new-yorkaise de Jed McKay fourmille de menaces, telles que les hommes-rats clones du super-vilan Vermine, un concierge pervers capable de contrôle mental ou encore le Hunter’s Moon, l’autre Poing de Khonshu, qui n’est pas trop content de la trahison de Marc Spector. Sans compter un ennemi qui ne sera révélé qu’à la fin du cinquième numéro et qui mène la vie dure à Moon Knight, cherchant à briser un héros déjà pas mal cabossé par une carrière chaotique.

Un missionnaire très « pieu » envers les vampires
© Marvel Comics

J’ai aimé l’écriture de Jed MacKay car il glisse de manière très fluide des tas de références à la continuité du personnage tout en développant sa propre trame. Il renouvelle le supporting cast du héros en allant puiser dans plein de recoins plus ou moins obscurs du Marvel Universe, comme pour Tigra, coéquipière de Moon Knight chez les WEST COAST AVENGERS ou la House of Shadows, apparue dans STRANGE TALES 120 en 1964 ! La mythologie de l’avatar de Khonshu est également enrichie en faisant appel à d’autres champions du Dieu de la Lune, du présent ou du passé. Sous la plume de MacKay, Moon Knight est un individu déterminé, résolu à servir et honorer sa mission sacrée. Il vient concrètement en aide à tous ceux qui viennent demander sa protection contre les créatures de la nuit. Il a gardé le côté badass que Warren Ellis et Declan Shalvey lui avaient redonné dans le relaunch de 2014. Mais c’est aussi un être plein de failles, et cela même avant que le scénariste ne remette sur le devant de la scène son Trouble Dissociatif de l’Identité à la fin du numéro 12.

La question de sa foi, par exemple, est abordée au détour d’une séance où Marc Spector se questionne sur la dévotion qu’il a accordé à Khonshu au détriment de son héritage familial, étant le fils d’un rabbin. En miroir, Hunter’s Moon est un ancien athée pour lequel la rencontre avec Khonshu a permis de donner un sens à son existence. Et lorsque Stained Glass Scarlett, ennemie de longue date du justicier lunatique réapparaît dans le numéro 8, il est à nouveau question de croyances, avec un nouveau culte voué à cet assassin devenu légendaire.

La confession que Marc fait à Tigra à la fin du numéro 4 est assez similaire à celle que Matt Murdock faisait à Foggy au début du run de Mark Waid (où Daredevil sortait justement de SHADOWLAND) : Marc et Matt portent tous deux un masque. Que ce soit celui du Mister Knight froidement déterminé et celui du Daredevil jovial, le masque est là pour cacher leur passé douloureux et le gros désastre qu’est devenue leur vie. Heureusement, la série ne se complait pas dans la morosité, les touches d’humour étant fréquentes, notamment dans les dialogues entre le héros et son entourage qui s’étoffe au fur et à mesure.

De nouvelles têtes et d’anciennes pour une famille recomposée
© Marvel Comics

Mais ce qui sublime ce run, ce sont les dessins d’Alessandro Cappuccio. A un trait fin et détaillé, il ajoute une gestion remarquable de l’ombre et de la lumière, en associant des noirs pleins avec des hachures diagonales ce qui, par moments, confère un look un peu manga à certaines cases. Pour ce qui est des décors urbains, élément incontournable du cahier des charges, il assure bien le job. Mais c’est sur les personnages qu’il brille vraiment. Assis dans la salle de réception de la Mission de Minuit ou allongé sur le divan du docteur Sterman, son Mister Knight a toujours une classe dingue. Qu’il s’agisse de représenter Moon Knight planant dans la nuit new-yorkaise, courant sur les toits ou se mettant en garde avant une baston générale, on ressent que l’artiste prend un plaisir communicatif à livrer des plans iconiques.

Lors des nombreuses scènes de dialogues, son découpage se renouvelle constamment, si bien qu’on n’a pas l’impression de relire toujours la même chose, alors que plusieurs d’épisodes fonctionnent sur l’alternance entre séance psy et mission nocturne. Et lorsque l’action bat son plein, elle est lisible et dynamique, grâce à des chorégraphies de combat soignées et l’usage approprié des lignes de mouvement. Si je devais trouver à redire sur le dessin, ce serait au niveau des visages, parfois trop lisses et insuffisamment différenciés.

Un dessin qui a du punch !
© Marvel Comics

Federico Sabatini a la difficile tâche de remplacer Cappuccio sur certains numéros et, sans démériter, son trait est bien moins séduisant.
La colorisation de Rachelle Rosenberg vient remarquablement bien compléter le travail des dessinateurs, avec des ambiances nocturnes et urbaines pleinement rendues, entre les ruelles sombres, les enseignes lumineuses et bien sûr la majestueuse lune qui domine souvent la nuit de Manhattan. Ses couleurs viennent aussi modeler les visages et leur apporter un relief supplémentaire. La coloriste s’attache aussi à créer un discret mais perceptible effet de halo lumineux à la silhouette de Moon Knight ou faire scintiller une lueur dans son regard, renforçant son aura et sa prestance. Lorsque la magie s’invite dans la récit, Rosenberg vient appuyer l’ambiance surnaturelle.

Au rang des semi-déceptions, les covers des premiers numéros, pourtant signées Steve McNiven, mais qui ne s’accordent pas vraiment au style des dessins intérieurs. Cela s’arrange un peu par la suite avec Cory Smith, pour les numéros 7 à 11, puis Stephen Segovia.

Une série qui remet Moon Knight sous les feux de la rampe
© Marvel Comics

Lancée avant la série DisneyPlus, cette nouvelle itération de MOON KNIGHT est une formidable continuation et réinvention du personnage que Doug Moench et Bill Sienziewicz avaient façonné : elle plaira donc davantage aux lecteurs de longue date qu’à ceux qui auraient fait sa connaissance via le streaming. Par rapport aux précédents runs, celui-ci est relativement moins gore et plus léger que celui de Charlie Huston et Dave Finch. Il n’est pas avare en action mais reste plus chaleureux que celui de Warren Ellis et Declan Shalvey. Il n’est pas aussi tourné vers l’introspection que la série de Jeff Lemire et Greg Smallwood. Les auteurs arrivent à nous surprendre sans sombrer dans le n’importe quoi contrairement à la fin du run de Max Bemis.

Il faut toutefois considérer vos attentes de lecteur. Ce MOON KNIGHT reste une série de super-héros mainstream, très bien faite mais qui ne révolutionnera pas le genre. Mais son aspect autonome (pas de réel parasitage par un event jusqu’à présent), le petit parfum d’univers partagé Marvel avec l’exhumation de personnages obscurs et l’enrichissement d’une mythologie tout en respectant les aventures du personnage, le tout splendidement illustré : ce sont autant d’atouts qui font que je recommande fortement cette lecture.

Après avoir vaincu l’ennemi qui l’avait harcelé au cours des douze premiers numéros, Moon Knight a relancé sa croisade contre les vampires de la Structure, tout en essayant de remettre de l’ordre dans sa tête. Evidemment, le run n’étant pas terminé à l’heure où je boucle cet article, il subsiste un risque pour qu’il se termine en eau de boudin. Mais j’ai la foi, pas en Khonshu, mais en MacKay, Cappuccio et Rosenberg, qui nous ont déjà livré de bien belles pages, me faisant revenir lune après lune pour connaître la suite des tribulations du héros et de la bande qui peuple les bureaux de la Mission de Minuit ou la tête de Marc Spector.

Un lecteur en adoration ?
© Marvel Comics

////

La BO du jour :

La sonnerie du portable de Mister Knight (si, si!) :

44 comments

  • zen arcade  

    Pas lu ce Moon Knight et je doute de le lire un jour mais merci pour l’article détaillé.

    Par contre, la BO, c’est la bande-son de mes 15 ans.
    J’ai dû écouter ce morceau et le superbe album Ocean Rain des zillions de fois.
    Je me souviens encore de la cassette audio sur laquelle j’avais enregistré l’album. Y avait le live de Bauhaus Press the eject and give me the tape sur l’autre face.

    • Patrick 6  

      Le morceau et l’album sont en effet fantastique ! Perso j’avais découvert Echo à l’époque par l’excellente compilation « Songs to learn and sing »
      Concernant « Press the eject » aborder le groupe par ce live c’est carrément balaise ! Bravo ^^

  • Eddy Vanleffe  

    Suite aux avisés conseils de JB, je me suis penché sur cette version et je la place parmi les bonnes surprises comme IMMORTAL HULK ou ce genre de choses. la secret c’est la déconnexion et le respect. l’ambiance ensuite est assez envoutante, une sorte de fantastique, crépusculaire sans être particulièrement sombre non plus…
    J’ai vraiment apprécié même si je n’ai pas à ce jour décelé de « gros arc » qui permettrait un développement et une fin en bonne et due forme.
    Bonne came!

    et je suis une tanche en Moon Knight, c’est donc très accessible.

    • JB  

      JP plutôt, non ? Je n’ai pas lu cette relance de Moon Knight pour ma part ^^

      • Eddy Vanleffe  

        Zut je me suis fait avoir…
        JP bien sûr…

  • Tornado  

    Se remettre à lire une série régulière Marvel aujourd’hui ? Voilà qui tient quasiment du surnaturel !
    « Mais son aspect autonome (pas de réel parasitage par un event jusqu’à présent) » : Aïe. Certain tu peux être que, si un minimum de succès la série obtient, contaminer l’event viendra… (c’est pas moi qui le dit c’est Maître Yoda).
    On en vient à espérer que nos séries préférées restent confidentielles, de peur que l’éditeur les repère et les bousille. C’est dingue. Pourtant, vu de l’extérieur, on a pas l’impression que c’est ce que le lecteur demande. Alors diantre pourquoi l’éditeur fait-il systématiquement cela ? C’est une vraie question puisque l’on est nombreux à jurer que sans ces events de merde, ou aurait encore suivi plein de nos lectures alors qu’on a fini par les fuir et devenir comme le chat échaudé…

    Pour le dessin je te crois sur parole, mais les scans ne me me séduisent pas tellement au premier coup d’oeil.
    J’attends le verdict final mais même s’il est positif, je doute me replonger aujourd’hui dans une lecture Marvel mainstream comme ça. Faudrait vraiment qu’elle soit originale et strictement autocontenue, avec un petit quelque chose en plus sur la fin…

    La BO : C’est sympa mais contrairement à Zen je ne connaissais absolument pas ce morceau !:

  • Fred le Mallrat  

    Tiens?
    Elle se lit bien mais je la trouve déjà moins bioen que celles qui l ont précédées (a part celle de bendis).
    McKay m a plus plus sur Black Cat par exemple (qui ne revolutionne rien non plus).

    Apres pour Tornado: les pepites sont souvent dans des séries qui se vendent moyennement ou mal et que l’editeur ne regarde pas. C etait le cas dans les 60’s avec le nick fury de Steranko, les 70’s avec Man-Thing, Omega, Black Panther.. Bien sur qualité peut rimer avec popularité mais les séries qu’on laisse en paix..

    Apres en originale et autocontenue Immortal Hulk me semble faire plus l affaire.
    Et en serie qui revolutionne rien mais sont autonome et trés sympa, la black widow recente, les runaways étaient là, Xcellent commence bien
    En non auto contenue y en a d autres..

    Il n y a pas de periodes où il n y a pas une série marvel ou Dc qui soit pas intéressante. Ce serait comme dire qu il y a des periodes où il n y a pas de comics intéressants ou de films intéressants.
    Y a toujours une série qui traine.
    Perso je trouve que les indés justement sont moins interessants qu avant et nous livre la même chose que les majors (du pitchage) sauf que j y trouve moins d interet.. mais ca veut pas dire qu il n y a pas de séries indés interessantes.

    • Tornado  

      @Fred : Bah tu prêches un convaincu, je n’achète quasiment plus de comics. Hasard ? Hier j’étais à la Fnac et je remarquais que le rayon comics est de plus en plus riquiqui (on ne le remarque quasiment plus) quand le rayon manga prend des proportions exponentielles.

      • Fred le Mallrat  

        Mais je suis pas sur qu en manga il y ait bien mieux ou un taux plus important de qualité.
        Je dis tout le contraire.. il y a du bon partout et à toutes les periodes. Parfois il faut juste chercher un peu plus.
        Mais Marvel ou DC sans une seule bonne série.. ca n existe pas.
        En général ceux qui le pensent ne voient pas que la bonne série du moment c est un personnage qu ils pensent n avoir aucun interet.. sauf que là un auteur a trouvé l idée.
        Bon aprés MacKay et Cantwell me semblent pas les meilleurs auteurs actuels.. désolé.. mais Doom c est sympa mais baclé et iron man est juste illisible par exemple.. et mackay y a quelques séries sympas mia pleins d autres assez anecdotiques.

    • Fred le Mallrat  

      Ne pas oublier que si Mckenzie ou Miller ont eu les coudées franches sur DD c est que le titre était passé Bimestriel et vendait rien.. Pareil pour Simonson sur Thor par exemple, Starlin sur Cap Marvel..
      Xmen montre bien que dés que ca vend c est plus pareil puisqu on y prête attention.
      Il y a toujours des exceptions evidemment.

    • Eddy Vanleffe  

      On aurait mauvais jeu de dire que telle période est pourrie en intégralité.
      dans mon parcours, je ne pas retrouve plus énormément dans la mouvance actuelle, exception faite de petites séries isolées, comme celle-ci ou BLACK CAT justement qui a l’air assez enlevée effectivement.
      L’affect avec un personnage peut aider également.

      • Fred le Mallrat  

        Oui mais là j ai l impression que c est toujours les fans de xmen ou spiderman ou batman qui quand leur série ne leur plaise pas.. généralise à tous l editeur.

        Moi franchement j ai trouvé black Cat sympa mais y a mieux rien que dans le genre (Runaways).
        Et je suis toujours étonné par toutes les bonnes critiques sur la série Moon knight…
        Elle se lit mais franchement, c est mal rhytmée… on revient pour la 1010110198 eme fois sur les problemes psy du perso alors qu a chaque fin de série, il a « trouvé » un moyen de faire la paix..

        Quelqu un disait que Punisher recyclait les mêmes histoires depusi 20 ans (la derniere série poutant justement non) mais alors Moon knight… c est un peu comme Ghost Rider.. on te ressert tout le temps la même chose.
        Et j adore Moon Knight.. la premiere série est une grande série marvel. Ja ime beaucoup celle de Ellis et Lemire. La série Legacy avait quelques bons trucs .. Celle de finch était bourrine au départ mais au départ du scenariste y avait quelques bonnes idées..
        Y a que celle de Bendis qui est un oupage total.

        Là cette derniere, elle apporte rien à Moon Knight, est un peu lente.. le truc le plus sympa c est de revoir Zodiac qu avait crée Casey dans Vengeance (une mini bourrées d idées bonnes et mauvaises mais au mons en debordant)..
        Elle est sympa.. le dessin est sympa mais a besoin encore de murir (comme dans un autre genre Carneiro sur Captain America).
        Pour moi c est une série qui peut être intéressante mais où ni scena ni dessin en sont encore au point comme la dernière série Cap (avec Rogers) sauf que cette derniere a un pitch autrement plus intriguant..

        Un souci de Moon Knight est déjà que c était un personnage entouré d être humains (Gena et es fils, Crawley, Frenchie, Marlene..) Là il est avec un surhumain, tigra et un vampire…

        Ellis avait pourtant lancé l idée intéressante qui est reprise là avec mr Knight et la nouvelle orientation du perso.. mais le souci est que le perso lui même devient une ombre.. et il n est justement pas Batman.. pour moi il manque encore un truc.
        Certes Zodiac dynamite le tout mais il est le seul et l intrigue reste toujours assez courte aprés 2 arcs.

        Apres je serais pas avec vous sur les events: si King In black est l event le plus mauvais jamais fait, Empyre et Devil reign sont sympas, Frontier aussi et Judgement Day et Dark Crsisi commence vraiment bien.
        et pourtant j ai pas lu Justice league 75, je passe les ties ins…
        Le truc aussi c est que la plupart des séries se lisent plus ou moins seule en fait.
        J ai meme lu Robin sans lire la partie deathstroke du crossover.. bon j ai compris 😉
        C est pas parce que marvel et Dc disent qu il faut tout lire.. qu il faut tout lire 😉

        En attendant je lis les séries marvel et DC a peu prés dans les temps… les indés.. y en a plus une que j attend.. je lis ouvent les TP par hasard.. un peu plus de temps..

        • Eddy Vanleffe  

          Je ne doute pas que Moon Knight fait partie de ces personnages qui n’ont pas énormément d’histoires à raconter et qu’on retombe souvent sur certaines figures imposées…
          Oui je disais la même chose du Punisher hier…
          du coup on peut pas nous en vouloir de garder un lien à distance et de ne pas sauter sur chaque relaunch…
          l’importance du bouche à oreille intervient là.
          Les fans (ou les non-fans) râlent sur la qualité globale d’un éditeur aussi parce que celui-ci induit par la gestion d’un univers autour d’EVENTS impliquant tous les personnages les plus important une sorte de continuité à deux vitesse, d’un coté les séries qui comptent et d’un autre , les séries confidentielles qu’on pourrait un peu qualifier de « laboratoire ».
          On l’a vu avec SECRET WARS 2015, pas mal de minis séries étaient pas mal du tout (le western par exemple ou celui sur Elisa Bloodstone),
          le public ne peut pas suivre et il est incité à prendre les trucs par ordre d’importance….
          Comme tu le dis Fred, c’est pas parce que l’éditeur te dit d’acheter tel truc qu’il faut le faire.
          Les events, une fois que j’ai arrêté de les suivre de manière suivie, je n’arrive plus à m’y intéresser…
          le retard est salvateur, je ne vais pas me lancer dans une histoire qui tue un personnage qui a déjà ressuscité à grand renfort d’excuse capillotractée

          • Tornado  

            N’empêche que personne n’a répondu à ma question directement (Présence est sûrement en vacances, le ruffian…) : Pourquoi Marvel marave (!) une série dès qu’elle fonctionne en construisant un event autour ?
            Certes, l’idée de départ peut paraitre bonne : Se servir d’une série très suivie pour rameuter les lecteurs sur le reste de l’univers Marvel.
            Sauf… Sauf… Sauf que ça ne marche pas comme ça puisque nous sommes quasiment unanimes, à dire que ça nous fait au contraire sortir de la série et que ça nous dégoute de tout le reste !
            Cela voudrait donc dire qu’il profitent d’un succès pour rameuter de nouveaux lecteurs en surexposant une série bankable (on ne risque pas de perdre du fric sur une série qui se vend bien en l’utilisant pour capitaliser sur un appel d’air pour ensuite redispatcher les nouveaux arrivants sur le reste de l’univers partagé).
            Résultat : On prend en otage une série de qualité, ses auteurs et ses lecteurs. On balance de la belle merde pour créer de l’event racoleur autour. Et au final on bousille une série jusque-là intègre, voire parfois une oeuvre, pour faire un poil de buzz et une flambée de fric à cout terme.
            Ce n’est pas très… Comment dire ?
            Le résultat est que l’on méprise ses lecteurs fidèles, ses lecteurs intègres, et les auteurs bien sûr. Il n’y a que les lecteurs les plus versatiles et les plus philosophes comme Fred ou Présence pour continuer à encaisser le tout avec flegme et patience.
            Perso je ne peux pas cautionner le principe. Et d’ailleurs je ne trouve pas que chaque époque/période est pareille. Il y a des moments où l’état d’esprit général est plus ou moins bon. MK (Marvel Knights) c’était meilleur que DT (Dark Times) par exemple. Pour le cinéma fantastique, les années 60 et les années 80 étaient meilleurs que les années 70 par exemple. En revanche il y a effectivement des chefs d’oeuvre dans toute période (le cinéma des 70’s a fourni un nombre restreint de chefs d’oeuvres mais quels chefs d’oeuvre !).

          • Matt  

            Je crois pas qu’on soit unanimes en fait, c’est là le souci.
            Nous ici sur le blog ok…
            Mais y’a pas mal de lecteurs qui sont contents des events faut croire. Surtout aux US.
            Ils s’en foutent des retours de la France. Je pense que là bas ça cartonne bien. C’est un gros pan de leur pop culture le super slip. Ils doivent être peu à se plaindre que ça vire à la partouze de slips dans un crossover.

          • Tornado  

            Ben voilà je cherche juste à comprendre le truc !

          • Eddy Vanleffe  

            Franchement, j’ai pas la réponse non plus…je pense que quelque part, la recette addictive fonctionne très bien et que c’est un genre en soi comme le slasher au cinéma. de temps à autre, ça ressurgit avec d’authentiques chefs d’œuvre et puis le reste ne vole pas haut…pourtant le public est toujours là au rendez-vous.
            Franchement, je ne lis quasiment plus de nouveautés mainstream, curieusement, ça m’a sevré aussi de la production indé de chez eux aussi parce que je trouve que ç’est pas mieux en fait.
            mais je ne dédaigne pas des trucs de temps à autre… quand c’est sympa à lire, c’est sympa…
            j’ai un affect qui ne disparaitra jamais si demain un bon récit mutant ou DC sort, je lui donnerai sa chance.
            désormais je me renseigne beaucoup plus.
            le graphic novel FF par Alex Ross me tente bien par exemple.

          • zen arcade  

            @Eddy : « le graphic novel FF par Alex Ross me tente bien par exemple »

            J’aime pas du tout habituellement le style réaliste d’Alex Ross mais là, j’ai quand même trouvé ça graphiquement très réussi, certainement grâce aux partis pris tranchés de la mise en couleurs..
            Mais bon, à la lecture, ce n’est quand même rien d’autre qu’un vieux brol désuet pimpé pour faire beau. Ce qui limite à mon sens très très largement l’intérêt du truc.
            J’ai passé ma lecture en me demandant comment un gars pouvait passer autant de temps et utiliser autant d’énergie pour illustrer sans le moindre recul une histoire aussi ringarde.

          • Fred le Mallrat  

            La partie event marche toujours plus que la série.
            Devil’s reign a de meilleures ventes que DD.. Secret Empire ou War Of Realms plus que Cap et Thor.

            Si les events marchaient pas en France, Panini ne sortirait pas des gros pavés avec le moindre tie in..

            Moi je me suis juste désinteressé de la question du « format ».. a partit de 2006.. j ai arrété de raler contre les relaunchs par exemple.. alors que l histoire soit dans le vol 6 ou 7 ou un event au milieu…

            Les forums et blogs ou podcast sont la minorité qui se fait entendre.. la majorité (qui est de plus en plus restreinte en nombre mais la minorité aussi) elle achete plutot des events.

            Sur les discords de jeunes, ils ont tendance a n acheter que ca.. et passe a coté des séries « trop longues »

          • Fred le Mallrat  

            « Il n’y a que les lecteurs les plus versatiles et les plus philosophes comme Fred ou Présence pour continuer à encaisser le tout avec flegme et patience. »

            Ben en fait je suis flegmatique et philopsophe pour certains envers marvel et DC et pour certains je suis intransigeant et severe.. ca depend.

            Jp me trouvera surement un peu dur avec cette série Moon Knight..
            Certains me trouvent sans coeur avec Hickmann alors que je pense que Bruce pense que j aime ce qu il fait (pas vraiment en fait) 😉

          • Fred le Mallrat  

            « Je ne doute pas que Moon Knight fait partie de ces personnages qui n’ont pas énormément d’histoires à raconter et qu’on retombe souvent sur certaines figures imposées… »

            C est pas ce que je dis.
            Moon Knight s est renouvélé constamment pendant des decennies.
            Le souci est que depuis les années 2000 et benson, ce qui attire le scenariste est sa maladie mentale.
            On a donc toujours une série qui part d un gars quyi a de gros souci et on finit par un gars qui a fait la paix interieure jusqu a la prochaine série qui le verra rechuter.

            Aaron montre qu avec Punisher on peut faire autre chose et lui d ailleurs sur MK il était plus interessé par le coté Konshu.. l arc avengers était trop pop corn mais au moins il avait un angle peu revu depuis la série Fist Of Konshu et les WCA des années 80.

            Mon souci est qu on ne demande plus à un scenariste d etre un feuilletoniste.. mais un pitcheur.
            Hors sur tous les personnages, on reviendra toujours sur au max 4-5 pitchs differends..
            On revient toujours soit sur un point des origines, l arme du personnage ou un des 2-3 grands classiques qu il a eu.

            C est pour ca que Moon Knight, Punisher, Scarlet Witch, Vision., Hank Pym, Ghost Rider ou Doc Strange se figent sur 4-5 incarnations differentes.

            Mettre un grand auteur ce st bien mais il voudra revenir sur un des poncifs du personnage..
            Même Brubaker sur Captain America fait ca.. il le fait tellement bien que c est super… mais .. Il dit son hsitoire et il se n va.. Pareil sur les séries mutantes..

          • Présence  

            @Tornado : j’arrive après la bataille, pas pour cause de vacances (mais c’est pour lundi 🙂 ), mais pour cause de charge de travail. Bref.

            Pourquoi Marvel marave (!) une série dès qu’elle fonctionne en construisant un event autour ?

            Je me range à l’avis de Fred le Mallrat concernant les performances de vente des crossovers ou événements.

            L’impression que j’en ai est la suivante : quand un auteur s’installe sur une série majeure (Hulk, Thor, Iron Man, Spider-Man), je présume que c’est dans son contrat s’il doit développer un tel événement en cours de route, soit parce que c’est un superhéros phare, soit parce qu’il parvient à atteindre un niveau de ventes évalué comme un seuil au-dessus duquel un événement avec plein de numéros spéciaux est économiquement intéressant.

            J’y vois donc plus une pure stratégie commerciale qu’une volonté de nuire, et certainement pas un enjeu créatif. 🙂

  • JB  

    Merci pour le partage de cette lecture.

    Je dois avouer que j’ai perdu tout intérêt pour Moon Knight après que Bendis a fait de son TDI son trait de personnalité(s) principal dans l’univers Ultimate, ce qui s’est propagé au personnage régulier. À part la série d’Ellis pour son côté purement visuel (donc plus la série de Shalvey du coup) et quelques trucs marrants chez Lemire, j’ai du mal à m’accrocher au perso. À voir si je trouve ce retool de la série en occaz 🙂

    • Jyrille  

      JB, pourrais-tu expliquer à un newbie comme moi ce que retool signifie s’il te plaît ?

      • JB  

        Perso j’utilise le mot comme suit. On parle d’un reboot quand on relance toute une continuité (les New52 par exemple). On parle d’un relaunch quand on reprend une série au premier numéro sans en changer le principe de base. On parle d’un retool lorsqu’on modifie son postulat (exemple : Black Panther: Man without fear qui faisait de T’Challa le protecteur de Hell’s Kitchen). Après, c’est ma compréhension des termes, tout le monde ne sera pas forcément d’accord.

        • Jyrille  

          Merci pour les précisions ! J’aurai encore appris quelque chose aujourd’hui 🙂

  • Jyrille  

    Excepté la série télé (hey Tornado !), je ne connais rien de l’histoire de ce personnage et n’ai lu aucun de ses comics. Je pense que ce n’est pas prêt d’arriver mais je te remercie JP pour ma culture et l’actualité sur le personnage. Un super qui va voir un psy, je trouve ça rafraîchissant…

    C’est vrai que les dessins ont l’air chouettes et font manga mais je ne suis pas non plus ébahi sur ce que je vois ici, enfin, c’est déjà beaucoup. Sinon et bien comme d’habitude un super article plein de bons mots, qui se conclut sur un avertissement bienvenu quant au contenu.

    La BO : fan. La version de Pavement (que j’ai découverte cette année) est cool aussi : https://www.youtube.com/watch?v=OJ2vj3RSCio

    • Fred le Mallrat  

      La série TV m a un peu décu..
      Dommage pour Moon Knight.. la première série par Moench et Senkiewcz était vraiment quelque chose..
      L héritage Pulps avec les deguisements, les aides (frenchy, gena, crawley..) et une atmsphere plus noire et sanglante que les autres comics en avaient fait un comics à part.

      J aime moins quand il est un vigilante comme un autre (la série de dixon des 90’s malgré un court run excellent de dematteis) ou celel de Bemis/Finch

      • Tornado  

        La série TV : Je ne sais toujours qu’en penser. C’est un sacré ovni, c’est sûr. Mais je me souviens avoir été épaté par certaines scènes, et avoir été très partagé sur d’autres, entre l’ennui et la sensation de nawak.

        Pour en revenir aux event dans les comics de slips : Ils marchent mieux que les séries. OK. On peut comprendre qu’un jeune lecteur y soit attiré. Dans ce cas pourquoi ne pas laisser les auteurs qui travaillent sur les séries tranquilles ? Pourquoi les forcer à donner dans la connexion ? Pour attirer de nouveaux lecteurs ? A quoi ça sert si c’est pour dégoûter et faire fuir les lecteurs réguliers de ces séries ?

        • Fred le Mallrat  

          Ca vend et c est ca qui compte à la fin.
          Tant que les relaunchs, variants, morts resurrections, events provoqueront des hausses de ventes… ca continuera.
          Et je dis bien hausse! donc des acheteurs qui ne l etaient pas.

          Apres ca me choque pas que l intrigue de DD ou de Cap (secret empire) ou même thor debouchent sur des ties ins dans d autres titres .. ca peut pas variment être ignoré.

          Mais par exemple Captain America a été epargné par les ties ins.. a part Civil War et secret Empire (ce qui est obligé).. y a quoi? rien.
          Donc déjà tu as une série qui sous de nombreux relaunchs est quand même plus ou moins laissée dans son coin

  • JP Nguyen  

    Merci à tous pour vos retours. J’ai mentionné en fin d’article l’importance de votre horizon d’attente en tant que lecteur.
    Eddy, je suis content d’avoir tapé juste.
    Tornado, je pense que ça n’est pas assez « marqué/tranché » pour te plaire. C’est bien fait mais c’est juste du bon mainstream. C’est juste que à côté de certains trucs (comme Age of Khonshu ou le DD de Zdarsky), j’ai beaucoup apprécié.

  • Surfer  

    Alors, je possède les MOON KNIGHT de Huston, de Ellis et de Lemire. J’avais trouvé ça très bien.

    Cette nouvelle série m’a l’air sympa aussi. Je me laisserai bien tenter par le premier TPB VF …Et plus si affinités.

    La BO: Ce titre est sympa et le retour de Zen et de Patrick me donne envie d’écouter l’album dont il est issu.

  • Fletcher Arrowsmith  

    Bonjour JP,

    merci pour cette review, fort bien troussée. Je ne connais pas McKay comme scénariste, ton retour est donc intéressant, surement plus que l’arc mal luné de Aaron sur Avengers (un des derniers trucs que j’ai du lire chez Marvel avant de tout arrêter). Graphiquement j’ai un peu de mal avec les planches ou case que tu montres mais il y a clairement du potentiel. Cela me fait penser à du Robbi Rodriguez ou du sous Sean Murphy.

    Je ne suis plus du tout mainstream, surtout big two, mais un jour en occasion pourquoi pas. Il y a tellement pire sur le marché. Et puis actuellement c’est tout sauf la chauve sourie à la maison, alors cela fera une bonne alternative.

    En fait sur Moon Knight, j’ai apprécié la version Ellis et surtout Lemire mais j’attends surtout mon moment nostalgie avec la publication des épisodes de Dixon et Velluto (la seconde série il me semble) publiés en partie en VI SEMIC quant on était de vieux cons alors….

    La BO : j’ai cru jusqu’au bout que tu nous mettrais du Indochine, . Je ne savais pas que c’était ECHO qui chantait cela. Je m’en rappelle surtout dans la BO de DONNIE DARKO. J’adore. Je ne connais finalement ECHO & THE BUNNYMEN que par le seul album que j’ai, What Are You Going to Do with Your Life?.

    • Jyrille  

      Je connais peu Echo and the Bunnymen, refroidi que j’ai été par leur live à Liverpool (assez bof), par contre il faut absolument écouter leur album OCEAN RAIN.

      • Surfer  

        Je viens d’écouter…OCEAN RAIN est complet sur YouTube. C’est très bon ! L’album est court! Les 9 titres sont de qualité homogène même si le titre présenté par JP sort du lot. J’aime bien les cordes (très Beatles). Cela mérite une 2ème écoute sur un autre support. CD ou vinyle pour mieux profiter des arrangements 👍

        • zen arcade  

          J’ai coutume d’affirmer, de manière un poil provocatrice et avec une mauvaise fois assumée, qu’Echo and the Bunnymen est le plus grand groupe de l’histoire de Liverpool. 🙂
          Leurs 4 premiers albums sont magnifiques et Ocean Rain en est l’aboutissement en 1984. C’est malheureusement également leur chant du cygne parce qu’ils ne retrouveront ensuite plus jamais cette qualité même si certains albums postérieurs ne sont pas complètement indignes. Les années qui suivent Ocean Rain se feront sans eux, ce sont les années du règne des Smiths.
          Mais n’empêche, Echo est vraiment un des groupes majeurs des années qui ont suivi le bouillonnement punk.
          Mon album préféré est leur deuxième Heaven up here en 1981.

          • Surfer  

            Echo and the Bunnymen est le plus grand groupe de l’histoire de Liverpool.😀
            Je vais me plonger un peu plus dans leur discographie alors 😉.
            J’évoquais les cordes d’Echo…Et tu évoques les SMITHS.
            Je ne peux que rebondir là dessus car le jeu de guitare des SMITHS est incroyable. À chaque fois que je les écoute je suis soufflé.

  • Bruce lit  

    Je me contrefiche de Moon Knight et suis Marvel détoxé.
    Mais si c’est bien écrit déconnecté des Avengers et toute la clique, si c’est court pourquoi pas.
    Mon indice reste le label Nguyen qui me fit découvrir le Punisher il y a 15 ans de cela.
    La BO : Très étonné de voir ça dans un article dans un article de JP. La version avec A-ha y serait pour quelque chose ? https://www.youtube.com/watch?v=3zm25mcTWpM

    • JP Nguyen  

      La BO : c’était pour coller au comicbook. C’est vraiment ce morceau que Mackay a choisi comme sonnerie de portable de Moon Knight.

      Pour la BD en elle-même, je l’ai écrit, ça ne révolutionne pas le médium.. Je le prends comme une lecture plaisir, et c’est agréable d’avoir ce petit rdv mensuel.

    • Fred le Mallrat  

      On a pas de fin prévue sur MK pour l instant

  • Présence  

    Une série Moon Knight que je n’ai pas lu et que je découvre donc avec grand intérêt (et avec le sourire) grâce à ton article.

    House of Shadows, apparue dans Strange Tales 120 en 1964 : total respect, pas sûr que j’aurais réussi à détecter une référence aussi pointue.

    La question de sa foi, par exemple, est abordée : voilà qui peut être intéressant, et pas si courant que ça, car les scénaristes ne savent généralement pas évoquer cette question délicate.

    Les dessins d’Alessandro Cappuccio […] Lors des nombreuses scènes de dialogues, son découpage se renouvelle constamment : impressionnant car les dessinateurs succombent le plus souvent à la solution de facilité des plans fixes, ou de l’alternance de champ et de contrechamp.

    Une série de super-héros mainstream, qui ne révolutionne pas le genre, avec un petit parfum d’univers partagé Marvel avec l’exhumation de personnages obscurs et l’enrichissement d’une mythologie tout en respectant les aventures du personnage, le tout splendidement illustré : ça fait déjà énormément d’atouts. Non ! Résister, je dois !

    • Fred le Mallrat  

      Il me semble que house of shadows on te le rappelle… (en plus j ai relu un doc strange sorcere suprme où elle reapparait et ca parle de rom, il me semble)

  • Kaori  

    Eh bien pour ma part, cette série est la seule série Marvel que je lise actuellement Un vrai plaisir à chaque fois. Et j’ai la chance de ne pas avoir de points de comparaison car je n’ai jamais lu aucun comics de MoonKnight auparavant, ni même vu la série TV encore !

    Contente que tu aies fait un article sur cette série, JP, elle le mérite bien, et tu lui rends un bien bel hommage.

    La BO : alors là tu m’épates ! Tu es allé chercher quel était le morceau que MoonKnight de MacKay a comme sonnerie de portable ??!! Je ne connaissais absolument pas, bien évidemment…

    Pour les events, j’avoue que j’aime bien ça, sauf quand il faut acheter tous les ties-in pour tout comprendre. Du coup je fais du tri.
    En ce moment je suis DARK CRISIS et j’aime vraiment beaucoup. Je fais l’impasse sur les ties-in. Normalement, c’était censé être déconnecté des autres séries, mais visiblement, les plans ont changé entre temps, et certains auteurs ont finalement accepté d’intégrer l’event dans leur série (je pense à Tom Taylor qui semblait n’en avoir cure et qui vient d’annoncer qu’il discutait avec Williamson pour intégrer les répercussions du final de DARK CRISIS prévu en décembre dans sa série NIGHTWING…)

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *