Retour sur le plancher des vaches (à lait) !

World War Hulk par Greg Pak et John Romita Jr

1ère publication le 20/02/15- Mise à jour le 24/10/17

A mort les intellos !

A mort les intellos !

AUTEUR : TORNADO

Editeur VO : Marvel

Editeur VF : Panini

Cet article portera sur l’event World War Hulk, qui fut publié en VF dans la collection deluxe par les éditions Panini en 2009, avant d’être épuisé et finalement réédité dans une version économique de la collection Marvel Select.

Tous les épisodes sont l’œuvre du scénariste Greg Pak et du dessinateur John Romita Jr. L’ensemble a été publié initialement en 2007 et fait suite à la saga Planète Hulk, qui avait également été écrite par Greg Pak.

KA-WHAMMMM !!!

KA-WHAMMMM !!!

Depuis 2005 et le superbe House of M, la maison Marvel produit religieusement un crossover par an, voire deux ou trois aujourd’hui, qu’elle nomme « event », histoire d’attirer les lecteurs en masse vers un événement majeur de sa mythologie que l’on ne doit manquer sous aucun prétexte.

D’ailleurs, à cette occasion, elle connecte consciencieusement la plupart de ses séries sur l’histoire principale, histoire d’affoler le lecteur complétiste, qui veut tout lire et tout acheter, assimilé pour le coup à une bien belle vache à lait…

WAKOOOOOMMM !!!

WAKOOOOOMMM !!!

World War Hulk est LE « grand » crossover de l’année 2007. L’histoire que l’on nous raconte est celle de Hulk et de ses « liés en guerre », un groupe d’extraterrestres avec lequel il a renversé un empire tyrannique sur la planète Sakaar. Car en effet, Hulk vient de passer les deux dernières années dans l’espace, exilé par ses pairs les super-héros des Illuminati (Iron Man, Red Richards, Flèche noire et Dr Strange), afin d’écarter la menace qu’il représentait pour notre monde.

Sur Sakaar, il a perdu son épouse Caiera et l’enfant qu’elle portait, ainsi qu’un million de ses sujets (oui, car il a été fait roi de sa planète d’accueil), détruits lors de l’explosion du vaisseau par lequel il a été banni de la terre. A présent, Hulk est de retour sur sa planète natale en compagnie de ses compères insurgés. Et il n’est pas content…

SKRAKOOOOM !!! KRAKKAROOM !!!

SKRAKOOOOM !!! KRAKKAROOM !!!

Tout le crossover (un prologue, cinq épisodes et un épilogue) nous dévoile le combat opposant le titan vert et ses comparses face aux super-héros terriens que nous connaissons bien et que Hulk tient pour responsable de ses malheurs. Ça bastonne tout du long. Et puis c’est tout…

THAAKKADOOM !!! HRCKK !!! BADOOM !!! KCHOOOM !!!

THAAKKADOOM !!! HRCKK !!! BADOOM !!! KCHOOOM !!!

Le présent récit est donc la suite directe de la série dédiée à Hulk et surtout de la saga Planète Hulk, un récit plein de bruit et de fureur écrit par Greg Pak, mis en scène dans une ambitieuse atmosphère à la frontière des grands péplums hollywoodiens et de la saga Star Wars (jusqu’à l’épisode Incredible Hulk (vol.2) N°105). Le scénariste Greg Pak, à l’œuvre sur World War Hulk, avait déjà été forcé de précipiter la fin de son périple extraterrestre. Une fin terriblement bâclée, uniquement dans le but d’enchaîner illico-presto sur le dit crossover…

Ainsi, Hulk défie tour à tour les plus grands super-héros de la Terre. Tout ceci se résume bien évidemment au seul prétexte de voir s’affronter le géant vert et les plus puissants super-slips de la mythologie Marvel, histoire de flatter les plaisirs régressifs des lecteurs les plus bourrins. Le scénario tient ainsi sur un timbre-poste : Un premier combat contre Flèche noire. Un second contre Iron Man. Un troisième contre les Avengers. Un quatrième contre les Fantastic Four, un cinquième contre Dr Strange, un sixième contre l’armée du général Ross et un septième contre Sentry, le plus puissant de tous. A la fin, personne n’est mort, New York est détruit et tout le monde la reconstruit. Point final. Je résume, mais à peine…

SKPAKOOOM !

SKPAKOOOM !

Terminée la quête de rédemption liée à l’inconscient, en sous-texte sur le crossover House of M. Oubliée la toile de fond politique à l’œuvre derrière Civil War. World War Hulk n’est qu’une série de bastons. Une fois la pilule avalée, cela pourrait encore le faire si la partie graphique était au diapason. Hélas, même si j’admire beaucoup John Romita jr, il faut avouer qu’il n’est pas du tout à sa place dans ce concept épuré de luttes mythologiques.Certes, le découpage de ses planches demeure un modèle de fluidité et l’ensemble, pourtant un sacré pavé de 250 pages, se lit d’une traite. Mais non, franchement, ce style sommaire et jeté qui est désormais le sien ne tire pas le concept de « WWH » vers le haut, même avec l’apport du grand Klaus Janson à l’encrage. Il eut fallu la beauté des planches d’un Brian Hitch (Ultimates) ou d’un David Finch (New Avengers), qui assure d’ailleurs les couvertures originales, pour que le projet puisse réellement prendre de la hauteur. On aurait pu alors admirer de superbes tableaux mythologiques pleins de bruit et de fureur, aux statues grecques s’élevant dans les airs au milieu du feu et des larmes. Un véritable combat de titans chorégraphié de manière lyrique.

Au lieu de cela, il faudra nous contenter d’une succession de planches plates et assez laides, répétitives, paresseuses, avec effets spéciaux à l’appui pour en masquer le vide. Attendez-vous à une improbable accumulation d’onomatopées numériques géantes, jusqu’à la nausée. Certaines étant d’ailleurs totalement ineptes et gratuites (en voici un florilège : WHAKOOOM ! KAVOOOOM ! KRAKKABA-THROOM ! BBKBKKKBKOOOM ! THRAKKADOOM ! KRKLSHHHH ! KRAKKAROOM ! BLAAAAACHOOOM ! SHWALUUUUM ! KTHRAMM ! KWAGLOOOOOM ! et mon préféré : VJJJWOMMMWWWB ! et je n’invente rien !), uniquement là pour éviter à J.R. jr de trop s’attarder sur les détails explosifs de ses combats de titans.

THRAKKADOOM…

THRAKKADOOM…

A l’arrivée, « WWH » est véritablement un crossover bourrin pour geek décérébré ou lecteur ne cherchant pas à dépasser le stade du divertissement défoulatoire. Personnellement, il s’agit là de ce que je n’aime pas dans les comics mainstream : du pur commercial, qui accuse en plus le fait d’être lu seul, sans les séries ongoing qui l’entourent et qui sont là, certaines, pour lui donner de l’épaisseur.

J’ai également du mal à digérer le traitement putassier infligé à la figure de Sentry (un simple « agoraphobe schizophrène », comme le répètent en boucle la plus-part des protagonistes le croisant dans le récit), qui n’existe décidément pas au dehors des récits de Paul Jenkins, son créateur, qui en avait pourtant fait une des plus belles et plus ambivalentes figures de cet univers trop souvent manichéen. Et puis, si la saga Planète Hulk fonctionnait bien puisque tout pouvait arriver, ici, le suspense est tout bonnement une notion obsolète : Comment traiter tous ces super-héros abonnés à leurs propres séries hautement bankables sinon sans trop les égratigner ?

KAAAADOOOOOM !!!

KAAAADOOOOOM !!!

A l’arrivée, tous ces combats me font penser aux combats de catch vus à la télé : du spectacle tout truqué ! Enfin, bonjour la cohérence lorsque l’on voit tous ces super-héros, qui jusque là ont survécu à toutes les pires menaces de l’univers, se faire latter en cinq minutes…Décidément, je ne comprendrai jamais pourquoi ce cancer du médium comics qu’est le crossover suscite à ce point l’émeute chez les lecteurs. Hé ! les gars, réveillez-vous, c’est juste commercial !

Hélas, cela fonctionne tellement bien que la saga suivante, écrite par le pourtant talentueux Jeff Loeb, avec son nouveau Hulk Rouge, sera encore pire ! Il y a vraiment des jours où je me sens seul…

Hulk et ses liés en guerre. Où comment mettre la rouste à l’univers Marvel en 5 minutes quand ça arrange l’éditeur…

Hulk et ses liés en guerre. Où comment mettre la rouste à l’univers Marvel en 5 minutes quand ça arrange l’éditeur…

17 comments

  • Présence  

    Superbe les légendes des dessins, l’effet comique est réussi.

    Mince, si même JRjr n’est pas à la hauteur pour enchaîner destructions massives et coups brutaux, il ne doit vraiment rien y avoir à conserver dans ce récit. Je me disais que ta déception pouvait être aggravée par le décalage entre « Planète Hulk » et la suite. Mais ton article m’a convaincu que même sans cette comparaison, l’histoire est trop superficielle.

  • Bruce lit  

    Je l’ai lu en diagonale il y a quelques mois, et ça alors même sans m’attarder sur l’intrigue, j’ai trouver ça nullissime. En fait Millar a engendré sans le savoir un monstre qui le dépasse. Voici bien 10 ans maintenant que Marvel nous emmerde avec ses crossovers qui tente de réécrire Civil War. Un argument de plus démontrant que les Héros Marvel sont devenues des brutes épaisses pouvant détruire tout New York pour des motifs de cours de récréation en toute impunité…Navrant…
    POur ma part, je suis très conservateur et j’aime le Hulk décérébré. J’ai beaucoup de mal avec la conception de personnage armé et armuré….C’est comme voir SPidey en Captain Universe !

  • phil cordier  

    ah, du Romita jr, mon dada :-)
    je suis assez d’accord avec l’analyse de « l’histoire ». Je suis plutôt preneur d’un hulk concon bourrin mais il faut y aller à fond et là le fait de vouloir faire l’intelligent bourrin devient juste…bourrin et con
    Aux dessins je ne suis pas du tout d’accord Je trouve au contraire qu’il restitue superbement bien la puissance, les chocs, les combats…et pour les onomatopées je les ai justement trouvées également nulles mais parce que déplacées et inutiles tant les images parlent seules. Peut être que le fait d’avoir vu Sentry enlaidi par l’encrage de Morales me donne envie de surévaluer ce Sentry magnifié par Janson, mais en tout cas je trouve de nombreuses planches magnifiques. J’ai un tas de photocopies des originaux et en n et b la puissance est fois 2, faut que je trouve un moment pour scanner et faire une entrée avec ça
    John jr trouvait par contre en off, le scénariste trop …non pas bavard mais trop dense, trop de choses par pages (du rien, mais beaucoup) et en effet ça se sent sur la fin où le dessinateur a du condenser un max

  • JP Nguyen  

    Je l’ai relu hier en prévision de l’article et la scène où Hulk rase la tour de Sentry m’a marqué. Cela évoque vraiment beaucoup la chute du World Trade Center. Et je me demandais ce que pouvait penser JR Jr de cette scène, lui qui avait dessiné un assez chouette numéro de Spider-Man après les attentats du 11 septembre… C’est presque un contrepied total…

    Sinon, ça s’appelle World War Hulk mais à part la lune et New York, le reste du monde n’est pas trop montré… Cela renforce le côté vase clos des super-héros des années 2000. Les civils etc, ils s’en fichent un peu.
    Même en cherchant, je ne vois pas grand chose à sauver de cet event…

    • Tornado  

      Bien vu le paradoxe avec l’épisode du 11 sept.
      J’ai trouvé que JRjr était encore moins à sa place dans AvX.

  • Tornado  

    Moi j’adore JRjr. Mais pas là. Je veux bien croire que les planches en NB sont belles, mais hélas je trouve qu’en se contentant de restituer juste la puissance et la force des combats, il n’apporte rien de plus au récit. Je pensais qu’avec un dessinateur possédant une aura plus « mythologique » (genre Finch, Deodato, Coipel ou Hitch), le récit aurait pris une hauteur de plus (il serait resté assez bas néanmoins), parce que ce serait devenu une série de tableaux iconiques. Un trip visuel.

  • Twhip  

    Ah ben, bien fait de ne l’avoir jamais lu tiens ! ;)

    • Tornado  

      Ah oui, je dois avouer que ces planches en NB sont effectivement superbes.

  • phil cordier  

    Il bosse à l’ancienne, c’est à dire comme le faisait Buscema, Romita père…en se disant qu’une planche doit se suffire, sans couleur. Donc tout est là avec l’encre et la couleur, en excès, abime. Quand il réalise que la couleur abime trop il fait comme avec Kick Ass, un trait ouvert, sans noir plein, pour que le coloriste s’amuse sans trop de dégâts

  • phil cordier  

    la paternité te fatigue JP :-)

  • Marti  

    Qu’est-ce qui sauve World War Hulk ? Les crossovers suivants, bien plus mauvais, qu’il s’agisse de ceux consacrés à l’univers Marvel en général (Fear Itself, AvX) ou à celui du géant de jade (Fall of the Hulks/World War Hulks).

    • Tornado  

      Pas faux…

      • Marti  

        Quelques tie-ins étaient sympas, comme Gamma Corps, et je trouvais intéressant que Hulk aille confronté Xavier pour savoir quel choix il aurait fait s’il avait été là. La meilleure (et seule bonne ?) conséquence de WWH reste quand même la série Incredible Hercules, injustement boudée en VF à l’exception d’un arc !

  • Léo Vargas  

    Bon… Heu…
    Je vois que ça ne t’a pas plus passionné que ça !
    C’est vrai que le traitement est superficiel mais j’ai bien aimé voir Hulk filer une raclée à ce crâneur de Stark et sa Hulkbuster…
    Et de balancer une pique à mon frangin qui n’arrêtait pas de me rappeler que Stark avait mis KO Hulk d’un seul coup de poing…
    Mais ça, c’était une autre époque…

  • phil cordier  

    oui, et les ping pong inter blogs sont toujours sympas

  • JP Nguyen  

    « Inter-blogs » : ça sonne bien, mais on peut pas faire des lâchers de vachettes…

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *