Vols de nuit (De Hopper aux Comics)

Focus : Nighthawks, par Edward Hopper

Par : JP NGUYEN

1ère publication le 22/09/17- MAJ le 24/07/19

Y’a de l’ambiance dans ce resto !

Y’a de l’ambiance dans ce resto !
© Art Institute of Chicago
Source Wikipedia

Ce focus sera consacré à Nighthawks. Que les fans de Kyle Richmond nous pardonnent, nous ne parlerons pas du héros marvelien, mécène des Defenders et membre fondateur de l’Escadron Supreme mais du tableau du peintre américain Edward Hopper (1882-1967), réalisé en 1942. Nous explorerons quelques thématiques associées à cette toile de maître à travers des exemples choisis de reprises/détournements dans les comicbooks.

Une toile majeure de l’art américain du XXème siècle

Si Nighthawks est habituellement exposé au Art Insitute of Chicago, c’est dans un appartement lyonnais que je l’ai découvert, au hasard d’un apéro chez un ancien collègue de boulot, au début des années 2000. Une reproduction trônait en bonne place au dessus du canapé et j’ai tout de suite été fasciné par cette image. Ces quatre personnages derrière la vitre d’un « diner » américain, piégés dans la nuit d’une métropole nord américaine, semblaient prêts à s’animer pour raconter une histoire. Edward Hopper attesta d’ailleurs que ce tableau lui avait été inspiré par une nouvelle d’Hemingway, Les Tueurs, qui mettait en scène l’attente de deux tueurs dans un bar, guettant l’arrivée de leur victime.

Dehors, les rues sont vides et la ville semble bien inhospitalière. Mais l’humeur n’est pas forcément plus joviale dans l’établissement. A gauche du comptoir, un homme boit en solitaire tandis que le couple de droite n’affiche pas une franche complicité. Le serveur serait au final le moins malheureux du lot, si on ne faisait pas cas de son horaire de travail bien tardif…
C’est sûr, les oiseaux de nuit peuplant ce tableau ne gazouillent pas de bonheur. Les néons du bar les éclairent d’une lumière artificielle aussi froide que l’ambiance de la scène et transforment le local en cage dorée dont les personnages ne semblent pouvoir s’échapper.
Ce décor urbain aliénant fut inspiré à Hopper par une véritable enseigne située à Manhattan, dans Greenwich Village. Il en a tiré une image très forte, un symbole de l’ultramoderne solitude et du désenchantement, avec un groupe de personnes réunies par la force des choses mais vivant davantage les uns à côté des autres plutôt qu’ensemble.
Durablement marqué par cette toile, j’en ai même fait un détournement pour mon ancien blog, et aujourd’hui, je vous propose un article entier sur le sujet !

« Ne déprimez pas ! Vous êtes encore dans la bonne période de Bendis ! »

« Ne déprimez pas ! Vous êtes encore dans la bonne période de Bendis ! » © Image Comics

Un décor repris sur des couvertures…

Comme toutes les toiles célèbres, Nighthawks a été abondamment parodié. Un pastiche presque aussi connu que le tableau original est « Boulevard of Broken Dreams », réalisé par Gottfried Helnwein en 1984, qui remplace les personnages par James Dean , Humphrey Bogart, Marilyn Monroe et Elvis Presley. Avec un tel titre et un choix de célébrités au destin tragique, c’est un bel hommage mêlant nostalgie et critique du star-system hollywoodien et de son usine à rêves.

Le petit monde des comics n’a bien sûr pas été en reste pour détourner cette image iconique, en premier lieu pour des illustrations de couverture. Même si le format horizontalement étiré de l’original n’est pas idéal pour le format comics, la composition est si forte et reconnaissable que la parenté visuelle est quasiment toujours évidente.

Pour la couverture de Roleplay, le deuxième TPB de la série Powers sorti en 2002 chez Image Comics, Michael Avon Oeming remplaçait ainsi le couple du tableau par le duo de détectives Christian Walker – Deena Pilgrim. Ici, le clin d’œil à Nighthawks sert à affirmer l’atmosphère résolument « film noir » de la série. En effet, l’ambiance de la série policière écrite par Brian Michael Bendis était assez glauque, nos deux flics sans pouvoirs devant opérer dans un Chicago truffé d’êtres aux pouvoirs surhumains mais à la personnalité souvent déviante. C’est le personnage de gauche qui sert à illustrer cette particularité, tandis que l’ambiance générale de l’illustration renvoie à la froideur des grandes métropoles, où les solitudes se juxtaposent plus souvent qu’elles ne s’additionnent.

Il a pris un coup, le Bagdad café…

Il a pris un coup, le Bagdad café…© Vertigo

Mais d’autres illustrateurs ont pris le parti de ne garder que la composition de base et de transposer la scène dans un décor différent. Pour la cover de Army@Love #2, sorti en 2007 chez DC/Vertigo, Rick Veitch relocalise la scène dans une ville dévastée du Moyen-Orient, avec des soldats pour clients et un prisonnier encapuchonné derrière le bar. L’allusion au tableau de Hopper établit un parallèle entre la solitude nocturne des oiseaux de nuit et l’apathie des soldats (le comicbook est sorti alors que le scandale des prisonniers torturés d’Abou Ghraib avait déjà éclaté en 2003) tout en augmentant la portée satirique de l’image : un symbole de l’American Way of Life est détourné pour représenter les retombées désastreuses de l’interventionnisme américain.

Planet DC

Planet DC© DC Comics

Dans un genre plus politiquement correct, la variant-cover de Warrior, #29, paru chez DC Comics en 1995, nous invite à l’inauguration du… Warrior’s, le bar de Guy Gardner, qui, pour le coup, s’adjuge le rôle du tenancier. L’image délaisse la rue pour se concentrer sur l’intérieur du bar mais le dessinateur Phil Gimenez cadre intelligemment pour que la référence reste très explicite.

Le choix de la mise en page « à l’italienne » permet une meilleure utilisation de l’espace et le comique du pastiche est renforcé par le choix de personnages aux caractères opposés : Superman le boy-scout est en effet accoudé au même comptoir que Lobo, le chasseur de primes sans foi ni loi, qui serre de près la belle Artémis. A noter que le Warrior’s, bar à thème dédié aux super-héros, pastiche gentiment l’une des franchises de restauration en vogue à l’époque : Planet Hollywood. Arnold Schwarzenegger, Bruce Willis et Sylvester Stallone font d’ailleurs une apparition dans les pages intérieures…

Pas de faucons à l’horizon, mais un Bouffon et une Araignée…

Pas de faucons à l’horizon, mais un Bouffon et une Araignée… © Marvel Comics

Parfois, les artistes s’éloignent davantage du tableau original. Sur cette cover d’Amazing Spider-Man #700, Marcos Martin place tout le supporting-cast de la série derrière la vitre mais la posture d’attente un peu anxieuse de tante May la singularise car elle tranche avec l’allégresse ambiante. Même parmi cette foule d’amis, elle parait seule, comme tous les personnages de Nighthawks. Toutefois, Mary Jane, qui a la tête tournée vers elle, parait avoir remarqué le trouble de la vieille dame. Il semble évident que May se fait du mouron pour son super-héros de neveu, que l’on aperçoit en haut à droite, tache rouge et noire dans le ciel hivernal de New-York, engagé dans un énième duel avec le Bouffon Vert. Le logo de la série est astucieusement intégré façon affiche publicitaire dans le grand mur noir à gauche et équilibre la composition d’une illustration à la fois originale et référentielle.

Couverture de « Graphic Ink », un artbook sur le DC Universe sorti en 2015

Couverture de « Graphic Ink », un artbook sur le DC Universe sorti en 2015 © Dc Comics

S’il reprend le motif de la vue extérieure d’un restaurant la nuit, le regretté Darwyn Cooke transforme totalement l’atmosphère du tableau original. Que ce soit dans le bar, dans la rue ou sur les toits, il y a beaucoup plus de monde. Les personnages interagissent, s’échangeant sourires et accolades (et même un baiser, pour Lois et Superman, immortalisé par Jimmy Olsen). Même le Joker et Harley Quinn, certes ligotés ou sous camisole, sont de la partie.

La convivialité qui se dégage de cette illustration, contraste avec la morosité de Nighthawks, justifiant l’usage de la parodie pour prendre l’original à contrepied et accentuer la bonne humeur et l’optimisme qui sont l’apanage du Silver Age de DC Comics, ère que le dessinateur affectionnait particulièrement.

Une case qui repasse sur plusieurs planches…

Au-delà des couvertures, les citations du tableau de Hopper abondent aussi dans les pages intérieures des comicbooks. Ne pouvant les commenter toutes, je me limiterais à trois exemples, tirés d’œuvres que je connais suffisamment pour analyser la pertinence de la référence à Hopper.

Commençons par la minisérie Marvels, par Kurt Busiek et Alex Ross, parue en 1994. Peu après l’apparition de Human Torch à New York, le journaliste Phil Sheldon se réunit dans un bar avec des confrères pour discuter. Au détour d’une simple case destinée à planter le décor, Alex Ross effectue un clin d’œil incontestable au tableau de Hopper : la rue, le décor du bar et le serveur sont identiques.

Décor identique, ambiance très différente

Décor identique, ambiance très différente© Marvel Comics

Ici, la référence a surtout une valeur historique. Les évènements narrés étant supposés se dérouler en 1939, ils sont quasiment contemporains du tableau de Hopper, peint en 1942. Pour le reste, l’effervescence des échanges suite à la survenue d’un événement extraordinaire (apparition d’un des première êtres à super-pouvoirs) diffère grandement du lourd silence gêné qui semble régner dans Nighthawks.

Dans Batman : Year One  David Mazzucchelli ne fait pas une mais carrément deux citations de l’œuvre de Hopper, dans les 3ème et 4ème chapitre. Si la vitrine n’est pas aussi grande et que la rue est différente, la référence est indubitable, il suffit de lire l’enseigne du restaurant.

Hopper for a hopeless love…

Hopper for a hopeless love… ©DC Comics

Plusieurs pages séparent ces deux cases et qui jalonnent la relation amoureuse entre James Gordon et sa collègue Sarah Essen. Dans la première case, il pleut et le bar apparaît comme un refuge, abritant un amour naissant. Frank Miller suggère une scène bavarde en usant de pavés de texte denses. Sur la seconde case, il ne pleut plus mais le bar semble bien plus froid. C’est la rupture et les personnages n’ont plus grand-chose à se dire. Cette case renoue alors avec l’ambiance originelle de Nighthawks où domine la solitude et l’incommunicabilité entre les êtres. Alors que le décor a été simplifié par rapport à la toile d’origine, toute l’essence a été préservée et en même temps transformé pour coller au récit, en l’enrichissant, dépassant la simple référence gratuite.

Restons à Gotham City mais changeons de série, avec The Batman Adventures #7, daté de 2003, un comicbook prolongeant la continuité du dessin animé Batman : The Animated Series . Pour situer le rendez-vous de Matches Malone (une identité de truand servant de couverture à Batman) avec Charlotte, une mère célibataire qu’il a sorti des ennuis, le dessinateur Rick Burchett fait une citation aisément identifiable de la toile de Hopper avec la première case de la planche.

Pour se déguiser, Bruce Wayne a mieux que les lunettes de Clark Kent : la moustache de Malone !

Pour se déguiser, Bruce Wayne a mieux que les lunettes de Clark Kent : la moustache de Malone ! ©DC Comics

Charlotte se montre assez entreprenante tandis que Batman/Malone est embarrassé, car même s’il éprouve aussi un début de quelque chose, il est en mission. Par la suite, la révélation des fausses activités criminelles de Malone, infiltré dans le gang de Black Mask, scellera le sort de leur relation. Ici l’utilisation de Nighthawks peut se voir comme un augure, un signe supplémentaire que l’histoire de Malone et Charlotte était née sous une mauvaise étoile.

Une scène qui incite à la mélancolie

Un peu déprimant, tout ça ? En fait, une partie de la fascination que peut exercer Nighthawks, c’est qu’il nous place en spectateur/voyeur, de l’autre côté de la vitrine. Nous sommes témoins de l’apathie, de la morosité mais, tels des usagers dans le métro, nous pouvons toujours nous persuader que nous valons mieux qu’eux, que nous ne sommes pas atteints par les mêmes maux, ou du moins pas aussi sévèrement… A ce sentiment se rajoute le charme désuet d’un décor appartenant à une époque désormais révolue. Cette sympathie pour des lieux de rencontre où se nouent et se dénouent les liens sociaux me fait songer à l’œuvre d’un artiste moderne, Blaise Arnold, dont j’ai récemment découvert les photographies.

Avec sa série « Red Lights » , notamment, il a immortalisé des vieux bistrots de quartier bien de chez nous, éclairés par des lumières rouges évoquant immédiatement l’atmosphère des anciens bars-tabac et autres troquets. Il se dégage de ses photos une mélancolie qui me rappelle celle du tableau de Hopper. On retrouve dans ces images une esthétique similaire, qui fait qu’on les adopterait volontiers comme décors pour les péripéties de nos héros de papier.

Et pour enfoncer le clou sur ma démonstration du lien intime entre les décors urbains évocateurs et les personnages de comics, je m’appuierais sur cette illustration de Laurent Lefeuvre  , mettant en scène non pas un oiseau, mais un autre animal nocturne (si, si, guettez-le, sur le toit !)

Night-Fox !

Night-Fox !© Laurent Lefeuvre

Je m’arrêterai là, ne m’aventurant pas dans les réutilisations de l’imagerie de Hopper par le cinéma, la télévision ou tout simplement les fans du monde entier, auteurs de nombreux détournements.
Avec Nighthawks, Edward Hopper a peint un tableau iconique, qui raconte une histoire et peut en inspirer une multitude d’autres. L’image dégage une atmosphère si forte que Ridley Scott s’en est servi pendant la production Blade Runner  , pour illustrer le rendu visuel qu’il recherchait.

Hopper pensait que « Quatre-vingt dix pour cent des artistes sont oubliés dix minutes après leur mort. » Même s’il n’avait du peindre que ce seul tableau, l’auteur de Nighthawks aurait déjà gagné pas mal de minutes de rab dans son combat contre l’oubli…

Un dernier pour la route, tiré de Judge Dredd – Day of Chaos : The Fourth Faction. Dessin de Henry Flint. Nighthawks traverse les époques ! ©2000 ad

Cet article ne prétendant aucunement à l’exhaustivité pour identifier les parodies de Nighthawks, je vous donne quelques adresses si vous souhaitez en voir davantage :

http://nighthawksforever.blogspot.fr/

http://www.kicswila.com/search/nighthawks/

https://fr.pinterest.com/menelaos01/nighthawks-before-and-after-hopper/

////////

La BO du jour :
Une chanson de Green Day portant le même titre qu’un pastiche de Nighthawks :

17 comments

  • Présence  

    Respect total pour cet article didactique… et bien trop court.

    En plus tu cites plein d’auteurs qui figurent parmi mes préférés comme Howard Chaykin et John Wagner, et plein de séries que j’aime beaucoup comme le Silver Surfer de Dan Slott & Michael Allred, Powers de Bendis & Oeming, Amry@love de Rick Veitch, Mister X de Dean Motter.

    Ce regard croisé entre les hommages et les sensations que provoque le tableau original est très enrichissant et permet de se confronter à son propre ressenti à la vue de l’œuvre d’art d’Hopper que je ne trouve pas si cafardeuse en ce qui me concerne (et ça n’engage que moi). Au fil de ma lecture, j’ai fini par retrouver un autre thème cher à Jean-Pascal, concernant les bons alcools qui sont en filigrane de ces lieux de boissons. :)

  • Nikolavitch  

    au passage, ça vaut vraiment le coup d’aller voir les croquis de Hopper. cadrage, rendu… ce type aurait fait un excellent auteur de BD, je pense.

  • Matt  

    Original comme article. Je ne connaissais pas le tableau. C’est sympa de voir tous ces détournements et références.
    Après curieusement je n’ai pas non plus le même ressenti que toi sur le tableau. Alors il est vrai que ça ne respire pas la joie de vivre, mais ça respire le calme quand même. Alors j’imagine que pour certains le calme est morose et qu’ils préfèrent la foule étouffante. Mais perso si j’étais au milieu du bazar de la version DC, j’aurais envie de sortir de là ! Trop de monde, trop étouffant ! Même si ça rigole.

  • JP Nguyen  

    @Présence : j’avais hésité à écrire cet article car je ne suis pas forcément le mieux placé pour parler d’Art. Je n’ai pas une formation ou un background ultra costaud là-dessus. Mais j’aime beaucoup cette toile et, effectivement, le fait que ça se passe dans un bar ne doit pas être étranger à la fascination que cette image exerce sur moi…

    @Nikolavitch : lorsqu’il y a quelques années, il y eut une expo Hopper sur Paris, le dossier de presse mentionnait effectivement que, même en une seule image, Hopper était souvent dans la narration : ses toiles « racontaient » quelque chose.

    @Matt : marrant comme le ressenti varie d’une personne à l’autre. Ceci dit, pour la foule, je te rejoins, je n’aime pas les bars trop bruyants où l’on ne s’entend pas parler.

  • Tornado  

    Magnifique article ! Tu décortiques admirablement les deux pôles de ton sujet, à savoir la peinture originelle de Hopper et les citations des auteurs de comics, dont tu as choisi des exemples pertinents, qui ne se contentent pas de citer gratuitement le tableau, mais qui l’intègrent au contraire pour donner du sens (voire un surplus de sens) à leur récit. Merci pour ce tour d’horizon pédagogique et enrichissant.

    Le culte généré par le tableau tient en grande partie, au départ, du fait que les Etats-Unis était encore un pays jeune et quasiment vierge en termes d’histoire de l’art. Autant dire que la peinture américaine n’avait, en ce temps là, que peu de représentants en comparaison de la vieille Europe et de Paris, alors capitale universelle de l’art.
    Ce postulat a sans doute généré un complexe national et le tableau d’Edward Hopper est immédiatement devenu l’étendard d’un pays en quête d’artistes de renommée internationale, capable de faire rayonner un art typiquement américain.
    Tout va radicalement changer à partir de là (au milieu de la 2nde guerre mondiale, lorsque les artistes européens vont fuir le nazisme (Hitler commence à brûler les oeuvres des artistes avant-gardistes qu’il considère comme les tenants de ce qu’il nomme « l’art dégénéré ») et vont se réfugier aux USA). Cette migration artistique va générer une mutation énorme à travers le monde et, en l’espace de quelques années, l’Amérique va devenir la grande patrie de l’art. Sous l’impulsion de Mary Guggenheim, la plus grande mécène du XX° siècle, les artistes américains vont s’inspirer de ces grandes figures européennes venues porter l’art chez eux et, à partir de là, les plus grands artistes de la scène internationale se nommeront Jackson Pollock, Roy Lichtenstein, Andy Warhol, etc… En bref, que des américains !

    Du coup, « Nighthawks » représentera plus encore l’identité d’un art purement américain encore vierge des influences européennes et son culte ira grandissant. Au delà de ça, il est certain que la fascination qu’il exerce sur le public lui est propre et, tout comme la Joconde avec son insondable sourire, il garde une aura de mystère qui traverse les époques et marque chaque nouvelle génération.
    J’aimerais beaucoup le voir en vrai. Ce qui me fait penser que j’ai tragiquement raté la grande exposition qui était dédiée à Hopper sur Paris l’an dernier…

    • Matt  

      Merci pour ce petit cours d’histoire de l’art « moderne ». Tiens d’ailleurs je m’étonne de ne pas encore avoir vu un de tes articles dans cette thématique de la création. J’imagine que ça va venir^^

      • Bruce lit  

        All new , all different JP Nguyen.
        J’aime beaucoup Hopper. Je l’ai découvert grâce à mon frère il y a 20 ans qui m’avait expliqué que bcp d’ambiances chez Lynch ressemblaient à ces tableaux. J’aime vraiment le pastiche avec James Dean. Par contre je ne vois pas en quoi Bogart a eu un destin tragique ?

        • Tornado  

          Il est mort du cancer du fumeur. Ce doit être ça.

  • Patrick 6  

    Très bel article ! Je me suis ceci dit toujours demandé pourquoi ce tableau criant de « désespoir banal » a autant marqué la culture populaire !
    Le mystère reste entier pour moi tant ce tableau est le contraire de spectaculaire…
    J’avais tout particulièrement aimé le détournement utilisant des personnages de Stark trek sur fond spatial ;)
    Quoi qu’il en soit comme tu le soulignes le nombre de référence/copie/hommage est tout simplement hallucinant ! Une simple recherche sur Google donne le tournis !
    https://www.pinterest.co.uk/flossboss001/nighthawks/

    • JP Nguyen  

      Je suppose que pour le fan de Joy Division, le « désespoir banal » n’est pas assez corsé ;-) !
      Oui, le nombre de parodies de Nighthawks est tellement important qu’il m’était impossible d’être exhaustif. Du coup, l’approche « morceaux choisis » était ma seule option…

      • Patrick 6  

        Ahah mais détrompes toi, la vie du chanteur de Joy Division, loin de l’imagerie « poète maudit », fut tragiquement banale ! La banlieue, le chômage, se marier jeune, avoir un môme, la dépression et la maladie … Rien de rock’n’roll dans tous ça ! Finalement si Ian Curtis avait été américain il aurait pu figurer sur ce tableau ;)

  • OmacSpyder  

    Un article éclairant sur le lien entre l’incommunicabilité entre les individus et le mode de vie urbain dont les superhéros sont souvent des représentants.
    Le commentaire de Tornado apporte un autre éclairage qui complète fort bien ton propos. Si celui-ci n’est pas exhaustif, je trouve agréable à lire ce parti pris pour parler ou faire parler ce tableau via quelques unes de ses déclinaisons choisies.
    Et il reste indéniablement moderne. On pourrait aujourd’hui ajouter des gadgets tactiles mais comme tu l’évoques, la juxtaposition de solitudes demeure un constat actuel. Un bar, un forum, un blog… chacun peut suivre parfois son monologue. Mais parfois il y a un éclat…

  • Jyrille  

    Superbe article JP, je suis particulièrement admiratif de l’éclectisme de tes chroniques depuis quelques temps (ça a commencé avec le Tigre pour moi…). J’aime beaucoup ce tableau de Hopper, mais je ne connais pas assez son oeuvre. Comme Tornado, que je remercie pour son cours d’histoire de l’art en commentaire, j’aimerai beaucoup le voir en vrai. Les peintures sont bien plus impressionnantes que n’importe quelle photo ou reproduction.

    Les sentiments qu’il génère chez moi sont celles que tu décryptes si bien (solitude et mal-être écrasé par une ville froide, cage de verre). Je l’ai toujours trouvé puissant mais il m’a toujours mis mal à l’aise.

    La série Powers est vraiment très bien, mais je ne me souviens pas de cette couverture. Sans doute devrai-je continuer la série en VO puisque je n’ai que les tomes publiés par Panini qui a arrêté de la traduire et de la publier. Je n’avais pas compris la référence faite dans Batman Year One et elle me paraît pourtant évidente maintenant ! Je vais donc relire cette bd pour la trentième fois…

    Le dessin de Laurent Lefeuvre est magnifique, ainsi que les photos de Blaise Arnold. L’ambiance en est tout aussi triste et désabusée. Le dernier scan de Henry Flint est également très beau. J’aimerai vraiment lire plus d’articles de ce genre, comme dit Présence, c’est encore trop court.

    Quant à Green Day, Maël aime beaucoup, moi ça me gonfle…

  • JP Nguyen  

    Merci pour ce retour si détaillé sur l’article, Cyrille. Ma réserve d’articles pour le blog est quasi épuisée (il me reste deux critiques sur des oeuvres de Mark Millar). Je manque de temps pour en écrire d’autres… Il faut que j’avance sur un teamup avec Présence (que je remercie ici pour sa patience).

  • Kaori  

    Merci pour cet article qui présente une oeuvre que je connaissais de vue, mais dont j’avais oublié le nom et l’auteur.
    J’ignorais qu’elle avait été autant reprise ! Beau travail JP, tu as su en trouver juste assez pour rendre ton article vraiment riche et intéressant !

    Merci aussi à Tornado pour ses connaissances !

    Pour ma part, je partage le point de vue de Matt sur cette oeuvre, j’aime le côté intimiste, où les clients semblent discuter avec le serveur. Et du coup, elle ne me semble pas inhospitalière. J’aime le calme de la nuit. Quand j’étais gosse je rêvais de sortir la nuit, juste pour le silence et l’absence de monde… J’adorais quand on rentrait et qu’il faisait nuit, car on ne rencontrait presque personne. Je déteste la foule. J’étais quasiment agoraphobe à une époque.

    Pour en revenir à l’oeuvre et à son ressenti, si j’en crois mes formations concernant l’art, il n’y a pas de bonne réponse quand on observe une oeuvre, la seule est celle que l’on ressent.

    • JP Nguyen  

      Merci Kaori.
      Ce qui est cool avec ce tableau, c’est qu’on peut faire des déclinaisons à foison.
      Tiens, je pense que le version City Hunter n’existe pas encore…
      Alors il y aurait Ryo et Kaori, et… Mammouth ? Quel personnage pour compléter ?

      • Kaori  

        Étant donné que pas mal de scènes se passent dans le Cat’s Eye, on aurait pu avoir une reprise, oui. Mais Mammouth est le serveur. La troisième personne, je mettrai Saeko/Hélène.

        Dans Angel Heart, Falcon/Mammouth et Xin -Hong sont derrière le comptoir, Ryo et A-xiang/Kaori devant.

        Ah et j’aime beaucoup le scan du tabac parisien !!

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *