Justice aveugle (DD par Miller et JrJr)

 

The Man without Fear par Frank Miller et JrJr

1ère publication le 23/05/17-MAJ le 28/08/18

L'oeuvre au rouge

L’oeuvre au rouge©Marvel Comics

  PIERRE N

VO : Marvel

VF : Panini, Semic, Bethy

Cet article portera sur la mini-série Daredevil: the Man without Fear , réédité à de nombreuses reprises dans nos contrées (la dernière édition en date de Panini étant prévue pour cet été).

Dès qu’il s’agit d’évoquer les grandes heures de tête à cornes, l’évocation du passage de Frank Miller ne tarde pas à pointer le bout de son nez, de manière invariable et systématique, et pour cause…

Malgré la succession de scénaristes et de dessinateurs talentueux ayant bossé auparavant sur la série, tels Gene Colan, Wally Wood, John Romita Sr, Gil Kane, Marv Wolfman, Steve Gerber, Gerry Conway, ou encore Roger McKenzie, c’est véritablement avec Frank Miller que le titre s’est affirmé comme un incontournable de l’univers Marvel, grâce à ce qui reste à ce jour le meilleur run de DD toutes périodes confondues (avec le run de Nocenti pas loin derrière en embuscade).

L'origine initiale d'Elektra, plus condensée et qui s'avère supérieure (Daredevil #168)

L’origine initiale d’Elektra, plus condensée et qui s’avère supérieure (Daredevil #168)©Marvel Comics

Cette version si populaire est devenue l’exemple à suivre, à tel point que la version de DD pré-Miller, plus souriante et moins morose, a été vite supplantée, et il n’y a guère que Karl Kesel et Mark Waid qui soient revenus vers cette tonalité plus positive, tandis que Nocenti a eu la bonne idée de ne pas copier Miller, contrairement à ce tâcheron de Chichester, en allant dans sa propre direction.

Là où le run de référence existait dès les débuts de certaines séries, que ce soit pour Fantastic Four ou Dr. Strange, dans le cas de Daredevil et des X-Men, il a fallu attendre la seconde moitié, voire la toute fin des années 70, pour assis