Pitié pour les enfants (Sentient)

Sentient par Jeff Lemire et Gabriel Walta

Un article de BRUCE LIT

VO : TKO

VF : Panini

Bon, en terme de couverture vendeuse, on repassera…
©TKO

Parue en 2019 en VO chez TKO, SENTIENT est une mini série en 6 épisodes qui forment une histoire complète scénarisée par Jeff Lemire et illustrée par Gabriel Walta. En VF, SENTIENT est publié chez Panini.

Pas de spoilers majeurs pendant cette expédition.

Dans un futur lointain, la Terre évacue progressivement ses habitants pour ses colonies spatiales. Notre planète se meurt plus vite que prévu et il s’agit de recaser les plus chanceux. Notre action se passe dans une navette d’une cinquantaine de personnes avec dedans, des adultes, leurs enfants et l’intelligence artificielle du vaisseau VAL.

Lorsqu’une terroriste empoisonne tout l’équipage, tous les parents décèdent, laissant une dizaine d’enfants seuls dans l’espace sans moyen de contacter la terre. Terrifiés, endeuillés, en colère contre le fils de la terroriste, les enfants vont devoir survivre dans l’espace sous le patronage de VAL qui va tenter d’éduquer et préserver son nouvel équipage jusqu’à la colonie.

Dead Space
©TKO

Ces 10 dernières années, Jeff Lemire s’est imposé comme un auteur majeur du comics US avec désormais des thématiques récurrentes : le désir de fuite d’une époque, d’une dimension ou d’une famille, la fragilité des liens familiaux, la peur de la mort, de la maladie et le manque de fiabilité des adultes face à des enfants sans guidance. Oui, Jeff Lemire, c’est pas un marrant et ce n’est pas ce nouvel album qui va changer la donne.

Toujours plus à l’aise sur ses propres créations que sur du Mainstream, le talent de Lemire s’exprime souvent mieux sur des formats courts où il parvient à distiller ce petit-plus de sensibilité que les autres n’ont pas.

L’obsession de Lemire pour les vieux hommes faillibles
©TKO

Il a été dit que l’influence de films comme 2001 ou AI était évidente. Oui, bon, on parle de monuments tellement évidents qu’il y a là une paresse manifeste dans la citation de sources. Pour ma part 2 références se sont imposées lors de ma lecture : ULYSSE 31 (oui!) pour un équipage décimé et un vaisseau dirigé par une AI féminine (Shirka, si tu me lis, tu as été mon 1er crush, enfant...) et I AM MOTHER où un robot élève une petite fille avec les avantages et les inconvénients que l’on imagine.

De ce côté, Lemire s’en donne à coeur joie (enfin, euh.., de la joie très lemirienne hein..) VAL peut gérer plusieurs enfants à la fois dans les différents recoins du vaisseau, elle ne se fatigue jamais et son programme informatique lui permet de s’adapter aux capacités des enfants. Elle est également capable de sampler les phrases des parents défunts pour cadrer les plus turbulents et de se télécharger dans des robots quand il s’agit de défendre physiquement ses enfants d’une menace : d’autres vaisseaux séparatistes trainent dans le coin et ils vont bien évidemment croiser la route de nos bambins.

Un officier, une terroriste, une IA : trois mères
©TKO

Lemire signe ici un récit d’une profonde originalité entre le conte avec son lot d’enfants abandonnés (SWEET TOOTH ou PLUTONA ne parlent que de ça) et le récit de pirates (cosmiques, mais des pirates quand même).
La Scifi de Jeff Lemire n’est qu’un decorum permettant de mettre en scène des gosses au delà de toute intervention. Ils auraient pu tout aussi bien être sur une île comme les sauvageons de SA MAJESTE DES MOUCHES ou dans un sous-marin comme dans DEPT H.

Il trouve en Gabriel Walta, l’illustrateur de VISION le collaborateur idéal. Malgré une influence certaine de JrJr pour dessiner des enfants comme des adultes miniatures, malgré le fait que l’amateur de vaisseaux et décors high-tech ou de robots charismatiques repartira forcément déçu de ces représentations basiques, Walta propose des planches agréables et suffisament lisibles pour que le lecteur ne s’ennuie pas lorsque 2 AI désincarnées conversent ensemble.

Walta mise avant tout sur l’émotion et le rendu de la détresse de ces enfants qui vont devoir apprendre à diriger une expédition dans un vaisseau désert, piloter une navette et se défendre contre des individus armés. Un récit où les adultes, Lemire et Walta, sont capables de se mettre à hauteur de leurs petits d’hommes, de leurs doutes mais aussi de leur ingéniosité et de la construction de leurs valeurs.

Quelques minutes avant le drame
©TKO

Nos petits héros passent de la haine à l’amitié en tentant de dépasser le pêché de La Mère, une terroriste dont l’on aurait aimé en savoir plus.
La scifi permet d’humaniser une AI qui apprend à aller contre son programme, non pas par folie comme le HAL de 2001 mais pour protéger des enfants en danger. Dans ces moments Lemire se fait le digne successeur du comic-books à l’ancienne, ceux d’Ann Nocenti (DD), Louise Simonson (POWER PACK) ou la CORALINE de Gaiman où les enfants ont le temps de vivre, soufrir et grandir sans géner leurs parents.

Comme bien souvent, l’écriture de Lemire est un peu mollassonne, sa mélancolie semblera neurasthénique pour certains. Mais avec ce SENTIENT il écrit de belles pages dissonantes dans le monde du comics actuel où la parole est laissée à ceux que personne n’intéresse.
Sans doute pas un hasard si l’on retrouve chez TKO Joshua Dysart qui, avec un fabuleux GOODNIGHT PARADISE met en scène quant à lui un SDF dans un thriller atypique.
C’est cette différence qui fera de SENTIENT un objet assez fascinant.

Une empathie inévitable.
©TKO

—–

La BO du jour

57 comments

  • Tornado  

    « Il a été dit que l’influence de films comme 2001 ou AI était évidente. Oui, bon, on parle de monuments tellement évidents qu’il y a là une paresse manifeste dans la citation de sources » :
    Bien envoyé !

    Bruce qui tombe sous le charme d’une histoire de SF ? Bon, ok, tu expliques vite pourquoi.

    Ça a l’air pas mal mais tous les auteurs que tu convoques, soit je n’en ai jamais rien lu (Dysart, Kindt), soit je ne me sens pas concerné (Nocenti, Simonson). Quant au dessin, j’y vois surtout un clone de Steve Dillon, en fait. Et j’avoue que toutes ces planches ne me font pas vraiment vibrer.
    Ton enthousiasme est en tout cas suffisamment communicatif pour que je tente au moins l’emprunt de la chose en médiathèque.

    • Bruce lit  

      Alors c’est compliqué.
      La SF peut me parler au cinéma, notamment dans le domaine du fantastique. Tu as le son, l’image, la musique, le talent des comédiens etc. Je peux apprécier un film comme GRAVITY par exemple.
      En BD et en Roman pas du tout. En fait, dès que la technologie et le spatial prennent le dessus sur l’humain, je m’en vais. Dès qu’il y a l’ombre de tergiversations scientifiques aussi. 2001 est un chef d’oeuvre, je l’ai vu plusieurs fois, mais je m’y ennuie profondément.
      Hergé par exemple dans OBJECTIF LUNE savait très bien rendre l’entreprise spatiale amusante et divertissante avec plein de gags.
      Ici, les enfants pourraient être sur un bateau ou un avion que l’histoire ne changeraient pas vraiment. Ce sont les personnages qui sont mis en avant.

      Je n’avais pas pensé à Dillon avec les dessins de Walta mais tu n’as pas tort.

  • Fletcher Arrowsmith  

    Salut,

    mon héros. Surement un de mes Lemire préférés. Je le trouve pour ma part quasi parfait. Je m’étais précipité à l’époque pour prendre le TP chez TKO. Dispo également en VO dans un jolie coffret avec les 6 singles à l’intérieur.

    J’aime beaucoup tes références, mais celle sur I AM MOTHER me gène. Le film est sorti en 2019, même année que SENTIENT. Surement de la télépathie. Mais la référence est bien trouvée, comme les autres d’ailleurs, notamment celle à Sa majesté les mouches mais aussi Nocentie et ses Wildboys (entre autre).

    eff Lemire est dans des thèmes qui lui sont familiers : reconstitution/rapprochement d’une famille au départ dystopique, perte d’un parent, souvent le père (là c’est tous les adultes, mais on peut voir la mission d’astronaute avec un côté masculin prononcé), des grands espaces naturels renfermés sur eux même (l’espace et le vaisseau).

    J’ai souvent lu des avis négatif sur SENTIENT sur le peu d’épisode, un récit trop court. C’est justement ce qui en fait sa force. Lemire a une histoire à raconter et il le fait parfaitement en 6 numéros, pas plus. Malgré le peu de texte, les planches de G.H. Walta présentant peu de cases, le récit se veut assez contemplatif et pas space opéra. Les longs silences apparent contribuent à décrire une atmosphère spatiale étouffante où personne ne vous entend crier. Le format se suffit à lui même et avec peu on raconte souvent beaucoup.

    Pour revenir à GH Walta, qui est un artiste très sympa (il m’a fait un superbe Asterix pour mon fils), il convient très bien à décrire les espaces clos avec un encrage un peu rought, parfois un peu sale, qui finalement ne donne pas un rendu clinique mais plus authentique. Les couleurs qui sont associées à son trait vont de pair : plutôt foncées ou froides mais en arrivant toujours à dégager de la chaleur. J’y vois plus une école européenne, côté Moebius même si les têtes des enfants font penser à du JRjr (qui n’est pas très à l’aise sur les enfants d’ailleurs, surtout leur tête). C’est clairement un dessinateur qui convient à Jeff Lemire. D’ailleurs ils ont remis cela avec un merveilleux spin off à Black Hammer : BARBALIEN : RED PLANET.

    Merci d’avoir égayé ma journée.

    • Bruce lit  

      Alors effectivement le Space Opera, j’ai horreur de ça.
      Pour IM MOTHER, merci de ta précision, je n’ai pas vérifié tant la filiation me paraissait évidente. Mettons ça sur le compte du ZEITGEIST alors.
      Comme tu le mentionnes, Lemire a ses thèmes de prédilection, ce n’est pas une écriture très gaie (l’homme a fait quelques dépressions) mais elle est vraie et effectivement, elle sait marquer des silences. C’est bien le silence en BD, je déplore que plein d’auteurs foutent des tartines de textes souvent inutiles (le premier auquel je pense dans un style TRÈS différent c’est Jimmy Palmiotti qui ne sait pas se taire et me gâche la plupart des dessins d’Amanda Conner que j’apprécie).
      Le dessin de Walta laisse effectivement passer beaucoup de sensibilité. Sans lui, je ne serais sans doute pas venu à bout du VISION de Tom King.

  • Jyrille  

    Je n’ai toujours pas lu la moindre ligne de Lemire. J’ai pas envie en fait. Je continue à chercher le run de Tom King sur Batman par contre (toujours pas commencé), j’ai déjà trois tomes (ce sont les Batman Rebirth de Urban) !

    Ayant récemment fini de revisionner tout ULYSSE 31 (oui je vous jure !), je suis d’accord avec toi. Enfin moi mon premier crush c’était pas Shirka, c’était Thémis.

    J’ai également vu I AM MOTHER : très bon début, belle photo, beaux décors, supers actrices etc… (j’ai adoré le design du robot avec ses adaptateurs chauffants pour le bébé par exemple) mais scénario tout à fait bidon qui s’enlise au bout de 40 minutes pour finir sur 25 de n’importe quoi. C’est un gros gâchis.

    J’ai une question : on a une idée de la volonté du terroriste pour faire ça ? C’est quand même complètement con non ?

    Comme j’ai lu VISION et comme je vois tes scans, les dessins me plaisent bien. Et l’histoire a l’air intéressante. Comme d’hab, je dis OK si je peux la rendre. Merci en tout cas pour la découverte, je n’avais vu que la bd de loin sans savoir du tout de quoi il retournait.

    La BO : cool, j’aime bien, ça sort d’où exactement ?

  • Bruce lit  

    Coucou Cyrille
    Naturellement la boutade sur ULYSSE est fake. Si je devais avoir un crush animé, ce serait Phénicia dans GOLDORAK.
    Complètement d’accord avec toi sur IM MOTHER qui fait partie de ces films qui ne vont pas au delà de leur idée de départ.
    La volonté des terroristes si je me souviens bien est de ne pas coloniser d’autres planètes pour ne pas y étendre l’influence humaine.
    La BO est titrée d’un monument du jeu vidéo DEAD SPACE

    • Jyrille  

      Déception. Moi pas du tout, c’est encore un Secret Origin que je dévoile là ! Phénicia ? Trop adulte à l’époque. En tout cas, même si tout n’est pas bon, la série ULYSSE 31 vieillit magnifiquement bien. J’ai tout regardé sur Youtube. Et je comprends pourquoi j’ai toujours certaines valeurs et d’où elles peuvent provenir.

      • Tornado  

        @Cyrille : Tu dis toujours que tu ne veux pas te laisser tenter par du comics de superslips immergé dans la continuité et tu avais d’ailleurs fait une exception avec le Batman de Morrison. Mais le Batman de Tom king est entièrement dans la continuité. C’est du mainstream ongoing pur et dur.

        • Jyrille  

          Merci pour l’info mais je fais aussi une exception pour Tom King. D’ailleurs le run de Morrison est pas mal dans la continuité comme tu le dis et je ne la connais pas, mais ce n’est pas si gênant. Tu les as lus, tous ces Batman Rebirth ?

          • Tornado  

            Ah non pas du tout je fuis complètement l’ongoing désormais. Mais je te sais réfractaire à ça en principe.

  • JB  

    Ah, tant que Lemire n’est pas sur du superhéroïque, je peux me laisser tenter. J’ai beaucoup aimé Walta sur la série Magneto, au graphisme bien évidemment très sombre.

    • Bruce lit  

      @ JB Walta dessine LE moment où Iceberg devient un vilain de premier plan chez les Xmen. Le scénario de Liu est à chier mais graphiquement c’était joli.
      OLD MAN LOGAN, c’était pas mal non ?

      • Fletcher Arrowsmith  

        All New Hawkeye était sympathique et en restant sur un archer, son Green Arrow avec Sorrentino (leur première collaboration) vaut assurément le coup d’oeil (mais il faut se faire violence et se dire que l’on était dans les début du NEW 52, donc ne pas comparer ce qui n’est pas évident).

        Moon Knight : encore du super héros mainstream vu le traitement (excellent) ?

        Reste Bloodshot et je sais que JB défenseur n°1 devant l’éternel du Valiant historique a peu apprécié.

        • JB  

          Pour Old Man Logan, on partait du torchon de Millar, difficile de faire pire ^^ Je hais sincèrement son Green Arrow

          • Fletcher Arrowsmith  

            je sais 🙂 mais as tu essayé de juger son passage en te projetant dans le NEW 52, en oubliant ce que tu connaissais du GA d’avant (j’avoue c’est compliqué), donc le juger pour ses qualités intrinsèques.

          • JB  

            Ah, si on doit juger son Green Arrow en oubliant les précédents runs, pourquoi récupère-t-il les noms de personnages comme Shado qui devient un moulin à parole, ou Richard Dragon utilisé comme une brute de bas étage ?

          • Présence  

            @JB : pourquoi récupérer les noms de personnages ?

            Vraisemblablement une exigence du responsable éditorial, et peut-être une volonté des créateurs de ne pas donner de nouveaux personnages à un éditeur qui en conserve les droits.

            Je penche plutôt pour la 1ère hypothèse : la richesse de DC Comics et de Marvel Comics, c’est leur droit de propriété intellectuelle sur les personnages de l’entreprise. Il faut faire fructifier les marques, c’est-à-dire les noms des personnages.

          • JB  

            @Présence : Oui, mais si je veux râler, moi ? ^^
            Plus sérieusement, si on peut envisager cela pour Shado, ce n’est pas le cas pour Richard Dragon. Passer d’un perso qui a eu son titre régulier, puis qui a été le mentor de pratiquement tous les héros de Gotham et l’un des rares à avoir battu (techniquement) Lady Shiva, à un gangster qui a tué son sensei (le véritable Richard Dragon), ce n’est pas vraiment faire fructifier la marque.

          • Bruce lit  

            Et sinon, je suis mortifié de voir que JB n’a pas capté mon clin d’oeil aux Xmen dans le titre de l’article.
            -100.

          • Présence  

            Un vieux comme moi ne peut pas non plus l’envisager pour Shado, sans faire un réel effort. Je l’ai vue apparaître dans la série écrite par Mike Grell, et même disposer de sa propre minisérie en Prestige Format :

            https://dc.fandom.com/wiki/Shado:_Song_of_the_Dragon_Vol_1

          • JB  

            Même chose, la voir blablater à longueur de page chez Lemire est une hérésie pour moi ^^ Mais au moins, son personnage New52 ressemble à celui créé par Grell.

          • JB  

            @Bruce Au risque d’avoir -200, je ne comprends pas la référence, effectivement ^^’

  • Présence  

    Jeff Lemire, un auteur majeur avec des thématiques récurrentes : 100% d’accord. Il fait partie des scénaristes dont je suis la carrière et je me jette sur (quasiment) chaque sortie.

    Lemire s’exprime souvent mieux sur des formats courts : ça dépend, Royal City 14 épisodes quand même.

    La SF de Jeff Lemire n’est qu’un décorum : sans SF, pas d’AI, pas de suspense sur sur la pseudo-conscience de Valarie qui peut la conduire à prendre des décisions où elle ferait passer son intérêt en premier.

    Je n’ai pas trouvé l’écriture de Lemire mollassonne, mais plutôt contemplative comme le dit Fletcher.

    Dans cette histoire, j’ai bien aimé le questionnement sous-jacent sur l’intégrité de l’intelligence artificielle : savoir si sa programmation initiale va évoluer en fonction de son apprentissage. Elle perpétue le schéma d’organisation sociale des adultes, faisant en sorte que les enfants apportent leur énergie et développent leur savoir-faire pour continuer de faire fonctionner le vaisseau et en assurer la petite maintenance, vaisseau qui abrite les éléments d’ordinateur et les outils qui sont Valarie. Quels conseils va-elle dispenser à ses protégés en cas de rencontre avec des adultes qui, eux-mêmes, peuvent être plus ou moins bien intentionnés, y compris envers le vaisseau, qui voudront sûrement reprendre la main et la direction des opérations, en en dépossédant Valarie. Cette pseudo-conscience pourrait déboucher sur des choix s’apparentant à ceux d’un parent abusif, d’où une tension palpable, et une inquiétude parfois malsaine.

    • Bruce lit  

      sans SF, pas d’AI, pas de suspense sur sur la pseudo-conscience de Valarie qui peut la conduire à prendre des décisions où elle ferait passer son intérêt en premier. mais jamais traité de manière scientifique. C’est très accessible.

  • Surfer  

    Alors, je m’étais dit que j’achèterai ce comic à sa sortie. Et….j’ai oublié. Tu confirmes que mon oubli est une grosse erreur. Je vais remédier à ça.

    Je dois passer à la Fnac ce soir pour récupérer quelques disques vinyles. Je vais aussi mettre cette BD dans mon panier👍.

    J’aime beaucoup ce qu’écrit Jeff Lemire. Tu as parfaitement cerné son style. C’est tout à fait ça. Sauf pour écriture mollassonne ( je rejoins plutôt l’avis de Présence et Fletcher).

    Concernant les influences manifestement Lemire aime beaucoup IA . Il s’en était déjà inspiré pour son DESCENDER. Et puis tout le monde s’inspire de tout le monde si on cherche bien.
    Tu fais référence à ULYSSE 31 qui lui même est inspiré de l’ODYSSEE.
    En tout cas ta référence m’a beaucoup fait rire.😀😀😀. Bienvenue au club…( Dorothée bien sûr) on a les mêmes 😉.

    La BO: tu m’excuseras mais je suis au restau et je ne peux pas écouter. Je me méfie du bruit que tu nous imposes parfois avec ta musique. Je vais reprendre la route et promis je vais écouter dans ma bagnole. Je reviendrai si j’ai quelque chose à dire 😉

    • Surfer  

      J’ai écouté la BO et je viens te faire mes excuses.
      Ce n’est pas du PUNK.😀.
      Pour la peine je vais prier un acte de contrition en ton honneur.
      Désolé 😉

  • Kaori  

    En indépendant, je n’ai jamais lu de Jeff Lemire.
    Je viens seulement de faire sa connaissance à l’issue de sa mini en 3 épisodes intitulée Robin & Batman, avec Dustin Nguyen. Et ton article répond à beaucoup de questions, notamment ce sentiment que c’est une histoire qui aurait pu être avec deux personnages nommés autrement que ça n’aurait pas changé grand-chose. On sent qu’il n’est pas là pour suivre à la ligne le caractère habituel des personnages.
    Cela explique aussi le choix de Lemire sur Robin puisqu’il explore la relation Batman/Robin du point de vue de Robin, y développant ses angoisses, et l’attitude parfois désaxée, voire déshumanisée, de Batman en temps que tuteur et mentor… Pour le coup, autant j’ai adoré le trait de Nguyen et la narration, autant j’ai trouvé la fin un peu… abrupte. Tout se résous trop vite. C’est dommage.

    En tout cas je rejoins les copains, ça fait drôle de te voir dire du bien d’une oeuvre de SF 😀

    La BO : eurk ! très angoissant !

    • Bruce lit  

      Kool si je surprends lecteurs et la Team.
      DEAD SPACE est un amalgame entre THE THING et ALIEN. Il est réputé avec SILENT HILL comme étant l’un des jeux les plus angoissants jamais conçus.

  • Tornado  

    Je vois qu’il y a ici moult fans de Lemire. je n’ai lu que son BLACK HAMMER je crois. Je n’ai pas détesté. Mais je n’ai pas non plus vraiment aimé. Il y a peut-être des thèmes et c’est apparemment un auteur mais à lire ce n’était pas vraiment palpitant. Pire, c’était plutôt ennuyeux. Les références aux comics des BIG TWO étaient évidentes mais pas très intéressantes. Il n’en faisait vraiment pas grand chose au final. Plus de l’habillage qu’un vrai développement. Les enjeux, vite nuls. Les spin-off, totalement oubliables.
    J’ai eu l’impression d’avoir lu ça déjà plein de fois, en bien mieux. C’est reparti au bac à soldes.
    Ce n’était pas du tout de la mauvaise lecture. Mais rien pour moi qui vaille d’investir et de poursuivre l’auteur.

  • Tornado  

    J’en ai emprunté certaines à la médiathèque, dont Doctor Star. Je n’ai pas accroché du tout. C’était pas nul, les références étaient limpides (j’adore STARMAN). Mais c’était juste un peu la même chose, en plus court.

    • JB  

      Voilà : un hommage que j’ai trouvé sans intérêt, en l’absence d’un petit plus qui apporterait un nouvel éclairage ou un twist à son modèle. Autant relire Starman directement

      • Tornado  

        Voilà pour moi tout BH est comme ça : Une relecture assez molle des comics de super-héros, sans justement ce « petit plus » comme dit JB, qui pourrait en faire tout l’intérêt. Intérêt très relatif, donc.
        J’ai attendu tout le long qu’il se passe quelque chose. Et pour moi, dans cette série et ses dérivés, il ne s’est jamais rien passé.

  • JP Nguyen  

    Preuve de mon désengagement de la sphère comics de ces 10-15 dernières années, je crois n’avoir rien lu de Lemire. Rien de marquant, en tout cas.
    De mémoire, j’ai du feuilleter DESCENDER en médiathèque…
    SENTIENT, tu le vends bien et Walta semble bien assurer… Je me laisserai peut être tenter.

  • Eddy Vanleffe  

    Jusqu’ici je ne suis jamais tombé sous le charme d’une oeuvre de Jeff Lemire.
    cela me semble toujours être des errances mornes et tristes peuplées de personnages sans attraits…Rien ne me convainc de suivre…
    pas de truculence, pas d’esprit…
    j’ai souvent râlé contre Ennis ou Bendis mais ils ont des écritures reconnaissables à des kilomètres…
    la génération Lemire, Cullen Bunn etc… je les trouve tous pareils.. et ça m’a détourné de l’indé que je ne trouve plus aussi inventif, osé et pêchu…

    Son Green Arrow, c’était bien joli mais en fait c’est devenu Hawkeye à force de le détacher de son univers.
    Les X-Men: au secours! Old man Logan? ça allait, c’était sympa…Black Hammer… je n’arrive pas à trouver un truc gentil à dire… ça vient après plein de choses identiques et mieux , Sweet Tooth, ça m’a tombé des mains notamment à cause du dessin que je trouve affreux.
    Bloodshot reborn, j’ai bien aimé mais je n’ai pas de point de comparaison avec le premier univers Valiant que je connais mal…

  • Kaori  

    Petite question : pourquoi ce titre, SENTIENT ?

    Sinon, avec des dessins plus attractifs, j’y aurais bien jeter bien un oeil…

    Autre question, mais pour Tornado : je rebondis sur ton frein lié au fait que Tulip ne soit pas blonde comme dans ta cristallisation du personnage. Et l’adaptation de Kate Bishop ? De mémoire, elle est le sosie d’une personne que tu as bien connue. Ca te bloque aussi ? Ou c’est juste une histoire de « standards » ?

    • Présence  

      Sentient : parce que l’intelligence artificielle semble développer une forme de sentience au fur et à mesure du récit. Du coup, il y a un parallèle entre les enfants qui grandissent et qui apprennent en allant vers l’autonomie, et cette intelligence artificielle qui apprend également en s’occupant d’eux.

      • Kaori  

        Merci Présence. C’est un peu ce à quoi je pensais, vu qu’on peut traduire « sentient » par « sensible ».

    • Tornado  

      Je ne suis pas certain de bien comprendre ta question mais voilà :
      – Quand j’adore un personnage de papier, j’adore le reconnaitre en chair et en os. Par exemple dans le Spiderman de Sam Raimi, j’ai adoré le fait que J. K. Simmons ressemble vraiment à J.J. Jameson, ou que Thomas Haden Church ressemble vraiment à Flint Marko (l’Homme-sable).
      Dans LE SEIGNEUR DES ANNEAUX, je m’étais déjà fait un casting dans ma tête avec par exemple Timothy Dalton dans le rôle d’Aragorn, ou Sean Connery dans le rôle de Denethor. J’avais un peu été déçu de ne pas les reconnaitre même si Viggo Mortensen est quand même, au bout du compte, assez fidèle à la description. Donc finalement ça passait bien au final.
      – Si le personnage ne ressemble pas du tout à ma version de papier, mais qu’en plus je trouve que ce changement est biaisé par le cahier des charges pour faire bienpensant et que, du coup, le personnage est totalement différent, non seulement je suis déçu, mais en plus je suis énervé par le principe ! ^^

      Pour Kate Bishop je ne me rappelle même pas qu’elle a été adaptée (où ça, d’ailleurs ?). Apparemment ça ne m’a pas plus dérangé que ça…
      Et pour le fait qu’elle ressemble à quelqu’un que j’ai bien connu, c’est exclusivement sous les pinceaux de Jim Cheung qui, va savoir pourquoi ou comment, en a fait un sosie vibrant…

      • Kaori  

        Oui je vois ce que tu veux dire.

        Kate Bishop est l’héroïne principale de la nouvelle série HAWKEYE qui est sortie en décembre sur Disney+. Elle est interprétée par Hailee Steinfeld, qui n’a pas un physique particulièrement gracieux. Du coup je me demandais jusqu’où ça pouvait te déranger.

        Pour le cahier des charges, je comprends. Je crois que c’est Eddy (ou toi peut-être ???) qui disait que c’est un peu comme dans MATRIX. Maintenant que tu sais, impossible de revenir en arrière…

        • Eddy Vanleffe  

          Je ne me souviens pas trop m’être étendu sur les changement de couleurs des personanges…
          là plupart du temps ce n’est ni justifié, ni scandaleux… je m’en fous en fait sauf si ça n’a pas de sens dans la cohérence interne du film ou série. Anne Boleyn devient noire…pfouuu c’est n’importe quoi, Alicia Masters dans les FF, je m’en fous puisqu’elle reste aveugle.
          On peut toujours se dire Pourquoi? mais c’est la façon de faire américaine qui reflète la diversité de son pays à travers ses fictions.
          Par exemple, il est assez clair dans les livres du SORCELEUR qu’il n’y pas de noirs, puisqu’on est dans une Pologne médiévale fantasmée, tout est slave dans les livres et c’est ce qui en fait une oeuvre originale à lire. pourtant chaque paragraphe est-je vous le garantie-pétri d’une sensibilité progressiste.
          la série, WITCHER, américaine par essence, gomme la spécificité slave en gardant que quelques indices de ci de là, mais on est plongé dans un univers , américano-compatible pour le besoin du spectateur actuel.
          La réussite vient de l’atmosphère et des paris de narration que la série ose pour adapter sans adapter les romans (et sans doute aussi les jeux vidéos mais je ne joue pas je ne peux pas dire)
          enfin, je me désintéresse tellement des adaptations écrans (je les regarde comme je me shooterais à l’héro…pour oublier ma journée… ) qu’il peuvent engager Omar Sy pour jouer D’artagnan, je m’en balance complètement…

          • Tornado  

            Je me souviens d’une discussion sur les séries Netflix, qui s’attachent à ce que chaque adaptation soit remplie de minorités.
            La 1° fois que j’ai regardé le DRACULA de Moffat (Netflix, donc), je n’ai même pas fait gaffe que le Dr sur le bateau était un indien et que Mina était black, ou que Dracula était bisexuel. Enfin je veux dire que ça ne m’a pas interpellé et que j’ai mis ça dans la case « modernité ».
            Mais ensuite on a eu toutes ces discussions notamment avec Eddy qui faisait remarquer (je crois que c’était à propos de HAUNTING OF HILL HOUSE), que chaque « case minorité » était cochée. Du coup, lorsque j’ai revu le DRACULA en sachant ça, il m’a été impossible de faire comme si je ne le voyais pas, et ça m’a hyper gonflé ! 😅
            Voilà, encore une fois on s’en fout de la couleur des personnages. Dans Matrix il y a de tout mais on s’en balance puisque c’est tout un nouvel univers en soi, au 21° siècle. Mais quand on adapte DRACULA, FRANKENSTEIN, LE TOUR DU MONDE EN 80 JOURS ou LE SEIGNEUR DES ANNEAUX, c’est pénible de voir toutes ces transformations uniquement pour flatter le culture woke. Ça me sort complètement du spectacle.

            Quant à HAWKEYE la série TV, j’ai pas vu, et je pense que je regarderai pas…

          • Kaori  

            @Tornado : j’évoquais MATRIX non pas pour sa pluriculturalité, mais pour le fait que une fois que tu sais que la matrice existe, tu ne peux plus revenir en arrière, et que c’est un peu pareil avec le cahier des charges. Parfois je vois des trucs wokes, et je me rends compte que je suis la seule à les voir. Du genre le dernier Disney. J’y vois les prémices d’une relation homosexuelle. J’y vois la disparition du personnage masculin héroïque (mais ça commençait déjà depuis quelques années). Mais apparemment ça ne saute pas aux yeux de tout le monde. Je suppose donc que c’est que mon esprit est déjà un peu biaisé. Ou trop conscient…

          • Kaori  

            @Tornado : tu ne rates rien pour HAWKEYE. Une série à regarder à Noël. Fun, pas forcément cohérente, avec des scènes bizarres, d’autres très bien. Dispensable, mais agréable en famille.

          • Tornado  

            Le dernier Disney c’est ENCANTO ? Mes enfants sont fans et ils l’ont vu au moins 10 fois. Mais je ne l’ai pas encore regardé.

          • Kaori  

            @Tornado : ah non, celui-ci je ne l’ai pas encore vu ! J’en étais restée à RAYA ET LE DERNIER DRAGON… Mais c’est vrai qu’il y a eu LUCA (que nous avons vu) et ENCANTO depuis…

          • Eddy Vanleffe  

            @kaori…

            Trop conscient sans doute parce que depuis chez Disney c’est clairement assumé de la part des créatifs…
            au départ c’était même pour changer leur image, car il faut pas oublier que Walt lui-même et sa boite n’avait pas un bonne réputation de ce côté là et qu’on leur longtemps reproché d’avoir un train de retard…C’est dans cette optique là que fut crée LA PRINCESSE GRENOUILLE, d’un coté un retour au 2D avec la recette à succès comédie musicale mais avec de la modernité et une princesse qui n’a pas besoin d’être sauvée et la première de couleur.
            puis la 3D se fit automatique mais sous l’impulsion de John Lasseter grand manitou de PIXAR, il fut mis en chantier RAIPONCE qui lui aussi change la donne en douceur et enfin le truc qui a tout défoncé LA REINE DES NEIGES avec remise en question du coup de foudre, le mec en méchant, mise en retrait de l’histoire d’amour traditionnelle au profit de celui sororal: chef d’oeuvre et succès colossal mérité.
            les polémiques commençaient à fleurir et c’est amusant parce que je me souvient du papier de Katchoo the lesbian geek qui voyait dans la chanson LIbérée/délivrée une métaphore du coming out…j’ai trouvé ça très juste…OR c’était silence radio la part du studio et aux USA ceux qui relayaient cette analogie,c’était les fondamentalistes religieux et l’alt-right. c’est à dire que cette chanson était le symbole de la paranoïa des fachos…
            à cette époque j’ai commencé à me poser des questions sur l’atmosphère clivante que pouvait avoir un objet de pop culture à savoir qu’on pouvait lui faire dire une chose et son contraire….
            puis vinrent les version live des films Disney et là c’est devenu comme je le dis souvent avec Tornado un cahier des charges hyper visible, mal fait et inutile.
            ces films reprennent ce qu’on a coutume d’appeler des chef d’oeuvre du 9e art comme la Belle et la Bête qui n’a absolument pas besoin d’un lifitng ou d’une relecture… et puis on tord le truc pour rendre idiot les hommes en général (stupide parce que la version initiale de Gaston, ben….c’est déjà le même message) et on rajoute de manière artificielle de la diversité sexuelle, mais surtout pour la polémique/ promo (ce qui grâce aux réseaux sociaux est devenue la même chose) parce que dans les faits, c’est souvent au détour d’une réplique et donc un peu accessoire. et chaque film est refait selon la même méthode jusqu’à des ahurissements totaux comme MULAN où en guise d’effort d’ouverture à l’étranger, ils nous font un wu-xia-pian mais en nul où l’héroïne femme oblige n’a jamais besoin d’apprendre de qui que ce soit et détruit tous les enjeux du film animé de départ. sur le même modèle nous avons du même groupe nous avons Rey dans la posotologie et Carol Danvers, des filles totalement cheatées à qui il est interdit de glisser sur la moindre peau de banane, leur enlevant toute grandeur;;;

          • Kaori  

            @Eddy c’est vrai que LA REINE DES NEIGES a ouvert la voie. Mais comme tu le dis, c’est un bon film. Et il y a quand même une histoire d’amour. J’avoue que le twist avec Hans était une sacrée pique face à toutes ces années de coup de foudre et « ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants », mais ça faisait du bien. C’est vrai aussi que c’est étrange qu’il n’y ait pas de love interest pour Elsa qui est LA superstar du film, mais ça n’était pas obligatoire non plus.

            Pour MULAN, j’ai vu la version live, mais je n’en ai aucun souvenir… Je me rappelle juste que mon conjoint l’a trouvée nullissime et qu’il s’est pris un méga fou-rire avec les enfants avant la fin.
            Pour les autres films, j’ai énormément aimé la version live de LA BELLE ET LA BETE, parce que de nouvelles chansons et parce que Emma Watson. Le reste, c’est presque du copier-coller, pas de trahison outre mesure. Ah si ! On a Le Fou qui est légèrement… attiré par Gaston ! Mais rien de bien choquant.

          • Eddy Vanleffe  

            Pas de truc qui soit choquant, on est d’accord et c’est bien ça tout le problème ^^ le film n’est pas pertinent, comme tu dis c’est du copié/collé avec quelques modifs’ juste pour flatter les nouvelles sensibilités. rien de de vraiment engagé mais on fait comme si à grand renfort de buzz/polémiques et commentaires… le truc est plus important sur le net que sur pellicule…
            dans ces films MALEFIQUE offre une vraie alternative…
            Par contre faire de cruela une pauvre victime fofolle à la place de la tortionnaire d’animaux, je dis non! ^^

          • Kaori  

            Je n’ai pas vu CRUELLA. Par contre MALEFICE est chouette, on sera tous d’accord là-dessus je pense, oui.
            ALADDIN est oubliable. Nous n’avons pas vu LA BELLE ET LE CLOCHARD ni DUMBO. Je ne me rappelle plus si j’ai vu LE ROI LION…. Je crois bien que oui… Les seuls trucs que je retiens, c’est les chansons, lol. Et c’est le seul truc que j’ai bien aimé dans la nouvelle version d’ALADDIN, la chanson sur le droit à la parole des femmes. Le reste…

          • Tornado  

            J’ai vu DUMBO parce que c’était du Tim Burton. Aucune originalité de ma part : J’ai adoré !
            ALADDIN ? Je hais Will Smith de plus en plus (sûrement autant que Bruel ou Trump). Même pas en rêve je verrai ça…
            De tous les remake 3D je n’ai vu que LE LIVRE DE LA JUNGLE de John Favreau et DUMBO de Tim Burton. Les deux sont magnifiques. Un sans fautes de bout en bout.

  • JP Nguyen  

    Acheté et lu ce soir. J’ai beaucoup aimé. La narration m’a bien accroché. Le découpage de Walta était super agréable à lire.
    Un peu surpris par la grosse ellipse de fin. Malgré le gros carnage du début, c’est quasiment une « belle » histoire, du moins avec une sorte de happy end.
    Merci, je n’aurais jamais tenté sans cet article.

    • Bruce lit  

      Ah, le fait que JP saute le pas est un critère flatteur.
      Merci de ce retour.

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *