Convergence (Superman par Darwin Cooke)

Superman Kryptonite par Cooke et Sale

AUTEUR : TORNADO

VO : Marvel

VF : Urban

1ère publication le 21/05/14- MAJ le 24/08/19

L'oeil du tigre !

L’oeil du tigre ! ©Dc Comics / Urban Comics

Mini-série en six épisodes conçue en 2008, Kryptonite réunit trois talents indiscutables : Le scénariste Darwin Cooke, le dessinateur Tim Sale et le coloriste Dave Stewart.

Cooke est connu pour avoir livré le gigantesque La Nouvelle Frontière, relecture postmoderne particulièrement ambitieuse relatant la genèse de l’univers DC comics, dans un style rétro nourri de références historiques où il officiait entant que scénariste et dessinateur. Il a également mis tout le monde d’accord avec son adaptation des romans de Richard Stark dans la série Parker.

Tim Sale est devenu célèbre pour ses créations réalisées en tandem avec le scénariste Jeff Loeb, comme Batman : Un long Halloween,  Amère victoire ou Les héros Marvel, également des relectures postmodernes des super-héros les plus connus, à leurs débuts.

Dave Stewart, quant à lui, a mis l’essentiel de ces créations en couleur, dans un style aussi discret que chaleureux. La présente mini-série relate encore les débuts de Superman. Elle développe les premiers temps de son activité au cœur de Metropolis, la première fois qu’il est confronté à la kryptonite, seule matière issue de sa planète natale et capable de le tuer, ainsi que la façon dont il apprend le secret de ses origines extraterrestres.

Rétro-cartoon !

Rétro-cartoon !©Dc Comics

Les auteurs insistent sur l’aspect fragile et humain du personnage (on le voit régulièrement revenir chez ses parents, à la recherche de réconfort), en utilisant un style narratif laissant la part-belle à l’émotion par l’usage de la voix-off, un peu à la manière de Frank Miller.

L’ensemble ne plaira sûrement pas aux amateurs de mainstream bourrin et de crossovers bruyants et décérébrés. Kryptonite est une œuvre privilégiant la sensibilité en utilisant une esthétique rétro flirtant avec le cartoon. Tim Sale aligne les planches inégales. Certaines déçoivent car elles paraissent bâclées ou à peine esquissées, sans le moindre décor. Malgré cette légère vacuité, la mini-série est un bonheur et se lit d’une traite.

Le lecteur voit Superman souffrir d’une manière viscérale qui suscite une étonnante empathie et les personnages secondaires sont introduits avec une réelle épaisseur. Le travail de relecture est également réalisé avec beaucoup de sérieux. On ne peut pas réellement parler de rétro-continuité : Malgré un parti-pris assez rétro, l’histoire n’a pas l’air de se dérouler dans les années 40. Les personnages utilisent des téléphones portables et ne conduisent pas des vieilles voitures d’époque. On est donc bel et bien face à un traitement postmoderne et les événements peuvent être acceptés de manière auto-contenue.

Kryptonite est une très belle œuvre, à ranger précieusement dans sa bibliothèque entre Trinité et Les Saisons de Superman. Scénaristiquement parlant, il est un peu au dessus du premier et légèrement en dessous du second. Mais une chose est sûre, il est le fruit d’une réelle convergence de talents.

Un Tim Sale inégal, mais qui livre quelques planches somptueuses

Un Tim Sale inégal, mais qui livre quelques planches somptueuses©Dc Comics

4 comments

  • Bastien  

    Bonjour,
    Merci pour cette critique.
    Moi j’ai beaucoup aimé cette histoire et les dessins de Tim Sale.
    Certes toutes les planches ne sont pas égales mais j’aime bien le style et j’adore les femmes dessinées par Tim Sale. L’histoire est simple mais permet de bien commencer Superman.
    Bonne continuation.

  • tornado  

    Merci beaucoup.
    Cette histoire (effectivement publiée de manière chaotique aux USA), n’est pas incontournable. Mais c’est une de mes préférées de Superman. Le style narratif brillant de Darwin Cooke et le dessin unique de Tim sale (même lorsqu’il n’est pas au top), donnent lieu à une histoire de Superman qui fait partie de celles que, j’en suis certain, j’aimerais le plus relire.

    • Marti  

      Avis aux spécialistes qui reconnaissent les pattes des artistes : Cooke a-t-il d’ailleurs donné des instructions précises pour Sale pour certains dessins, pour le découpage, la mise en scène, la narration ?.. Ou de ce côté-là c’est du Tim Sale plus ou moins à 100% ?

      • Nikolavitch  

        a priori, pour ce que j’en ai vu, c’est Sale qui a fait le storyboard.

        après, comme c’est probablement du full script derrière, le découpage et la narration sont déjà en place pour une large part au stade du scénario

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *