La fin justifie les moyens

 Savage 1 –Prendre des libertés par Pat Mills & Charlie Adlard

Première publications le 02/08/15- Mise à jour le 06/06/17

Des dessins alourdis par les aplats de noir massifs

Des dessins alourdis par les aplats de noir massifs ©Delcourt

AUTEUR : PRÉSENCE

VO : Rebellion

VF:  Delcourt

Ce tome fait suite à Invasion! (disponible en anglais), l’une des 4 histoires présentes dans le premier numéro de l’hebdomadaire anglais « 2000 AD ».

Il contient une saison complète, découpée en 3 chapitres, initialement parus dans les numéros 1387 à 1396, 1450 à 1459, et 1526 à 1535, de « 2000 AD », en 2004 (chapitre I), 2005 (chapitre II) et 2007 (chapitre III). Les 3 chapitres ont été réalisés par Pat Mills (scénario) et Charlie Adlard (dessins et encrage). Il s’agit d’une bande dessinée en noir & blanc, de 190 pages.

L’histoire se déroule en 2004, alors que l’Angleterre a été envahie par les Volgans en 1999. Les États-Unis ont signé un pacte de non-intervention avec les volgans. Sur le territoire anglais, la résistance existe et elle dispose d’une organisation structurée. Bill Savage y occupe une place de choix en tant qu’opérateur de terrain, du fait de ses actions d’éclats chroniquées dans Invasion!. Après avoir s’être fait refait le visage au Canada, il revient en Angleterre, où il usurpe l’identité de son frère Jack, porté disparu, vraisemblablement mort.

Sous couvert de sa fausse identité, Bill Savage continue ses actions de sabotage la nuit, en plein Londres avec d’autres résistants. Première mission : libérer Rusty, un compagnon d’armes capturé à la suite de l’accident qui a fait passer Bill pour mort. Puis il faut éviter de se faire prendre, et essayer de retourner l’opinion publique, pour provoquer un soulèvement populaire contre l’occupant.

Alors pourquoi il sourit comme ça ?

Alors pourquoi il sourit comme ça ? ©Delcourt

Cette histoire bénéficie d’une courte préface d’une page, écrite par Pat Mills en mars 2007, où il évoque rapidement l’une de ses sources d’inspiration (un voyage à Plovdiv en Bulgarie en 2002), ainsi que sa volonté de donner plus de consistance à la personnalité de Bill Savage. Si cette histoire a connu un regain d’intérêt, et une publication en version française, c’est du fait du dessinateur : Charlie Aldlard, dessinateur professionnel depuis le début des années 1990, mais ayant connu le succès grâce à sa participation à la série Walking Dead de Robert Kirkman dont il est le dessinateur en titre depuis l’épisode 7, en 2004.

Le lecteur de Walking Dead retrouve les dessins caractéristiques de cet artiste. Il y a pour commencer cet usage intensif d’aplats de noir massifs, des gros blocs qui donnent du poids à chaque case. Il y a la facilité apparente avec laquelle il dessine des personnages normaux, à la morphologie raisonnable (pas de muscles hypertrophiés), des tenues vestimentaires de tous les jours (sans beaucoup de détails, mais suffisamment pour ne pas donner l’impression que tout le monde est en jean & T-shirt).

Belle vue du ciel, sur les toits londoniens

Belle vue du ciel, sur les toits londoniens©Delcourt

Les personnages sont aisément reconnaissables du premier coup d’œil, avec une apparence cohérente du début jusqu’à la fin. Les expressions des visages ne sont pas très nuancées, mais elles sont assez justes pour que le lecteur puisse se faire une idée claire de l’état d’esprit de chaque personnage. Adlard aborde les accessoires de la même manière. Il ne s’agit pas d’en mettre partout dans toutes les cases. Mais il y apporte un soin réel, comme les ordinateurs, les pots à crayons, les voitures, les couverts, ou encore les draps de lit.

De séquence en séquence, le lecteur peut constater qu’Adlard apporte une véritable attention dans les décors et les arrière-plans. Il est possible d’identifier certains monuments de Londres, comme Westminster Abbey. Les façades des immeubles ressemblent à celles bien réelles que l’on peut voir dans cette ville. Le lecteur constate que le niveau de détails des décors est assez élevé, et qu’ils sont présents très régulièrement, lui permettant de s’immerger dans cette guérilla urbaine.

Une mise en scène de dialogue, très basique

Une mise en scène de dialogue, très basique ©Delcourt

Les séquences d’action sont facilement lisibles et fluides, sans en devenir trop spectaculaires, ce qui aurait constitué un contresens par rapport à la tonalité du récit. Éventuellement le lecteur un peu tatillon pourra se lasser du systématisme dans les aplats de noir, sans réelle logique avec les ombres portées. Ce même lecteur constate qu’en tant que metteur en scène, Adlard manque d’imagination lors des scènes de dialogue, n’hésitant pas s’en tenir à des cases occupées uniquement de têtes en train de parler. Mais il s’agit de défauts mineurs au regard de la qualité de sa narration visuelle.

Dans le premier tome « Invasion! », le scénariste Gerry Finley-Day dépeignait Bill Savage comme un individu n’ayant rien à perdre, et ayant juré de massacrer le plus possible de soldats volgans, et même les collaborateurs anglais se trouvant sur son chemin. Pat Mills décide de ramener le personnage au cœur du territoire occupé, à Londres. Il commence par éclaircir la question de la nationalité des volgans, en indiquant qu’il s’agit du nom d’un parti politique créé par le maréchal Vlad Vashkov, en mémoire de Joseph Staline. Page 15, il expose la chronologie des événements ayant mené à l’invasion de l’Angleterre de manière synthétique et concise. Et c’est parti.

De 1989 à 1999, en 1 case

De 1989 à 1999, en 1 case ©Delcourt

Le principe de la série reste basique : Bill Savage extermine des volgans à coup de carabine, et continue à tuer sans état d’âme tous les collabos. Les objectifs de la résistance prennent de l’ampleur, jusqu’à préparer l’assassinat de Vlad Vashkov (le chef d’état volgan), lors d’une visite officielle à Londres. Bill Savage est un combattant hors pair, tuant sans hésitation, grand et fort. S’il se tire souvent de situations périlleuses et de pièges, il commet aussi des erreurs qui lui coûtent cher.

Le lecteur apprécie d’avoir son quota d’action spectaculaire, mais pas trop. Il constate que Pat Mills n’a rien perdu de son inventivité sadique, qu’il s’agisse du goudron pyrophorique (les individus posant le pied dessus prennent feu), ou du sort réservé aux prisonniers (âmes sensibles s’abstenir).

Le goudron pyrophorique en action

Le goudron pyrophorique en action ©Delcourt

Le scénariste a l’art et la manière pour que son intrigue dégage une impression de vraisemblance, à la fois quant aux capacités de Bill Savage, à ses stratégies (même s’il fonce parfois dans le tas pour s’en sortir), et à la politique d’occupation des volgans qui n’a rien de naïve. À plusieurs reprises, le lecteur constate que les actions des uns et des autres évoquent des stratégies réelles mises en place lors de la seconde guerre mondiale, ou dans d’autres pays occupés plus récemment.

Petit à petit, le récit prend une dimension horrifique du fait de sa vraisemblance, malgré ses dehors d’anticipation. Pour commencer, Bill Savage lui-même n’est pas un preux chevalier sur son destrier. Il tue sans remords les soldats ennemis, comme s’il ne s’agissait que de pions interchangeables.

Un bon ennemi est un ennemi mort

Un bon ennemi est un ennemi mort ©Delcourt

Or Pat Mills prend la peine à plusieurs reprises de montrer qu’il s’agit de simples troufions, des êtres humains dont le travail est d’être soldat, sans réelle conviction politique. Il ne va pas jusqu’à les dépeindre comme des individus peu consciencieux, juste des êtres humains faisant leur boulot. Effectivement, il insère dans la narration quelques tortionnaires particulièrement impliqués. Mais à la surprise du lecteur, ces tortionnaires peuvent aussi bien être des volgans, que des anglais. Les fanatiques et les profiteurs sont dans les 2 camps, et ils appartiennent aux 2 sexes (la terrible et crédible Svetlana Jaksic pour les volgans).

Bill Savage présente la même ambigüité. Certes Pat Mills joue avec le patriotisme anglais, en montrant les anglais bon teint (ouvriers, comme cols blancs) humiliés par l’envahisseur (et même des femmes violées par les soldats volgans, hors caméra, fait malheureusement courant lors d’une invasion). Mais Bill Savage est un individu violent. Il ne mène pas une guerre de salon, ou une guerre propre.

Une anglaise mariée à un volgan = une transporteuse de troupe

Une anglaise mariée à un volgan = une transporteuse de troupe ©Delcourt

Dans sa série Charley’s War, Pat Mills a exposé sa façon de concevoir la guerre : une guerre propre est une vue de l’esprit, ça n’existe pas. Il n’est donc pas étonnant que Savage se salisse les mains, et ne fasse pas de détails. Un bon ennemi est un ennemi mort. Il est légitime de résister à l’envahisseur, et c’est même un devoir, mais ça ne grandit en rien le personnage principal.

Non seulement Savage n’hésite pas à tuer y compris des anglais, mais ne plus il manipule les autres autour de lui pour sa cause, à savoir la résistance. Il n’éprouve aucun scrupule à se servir de Noddy (le mari de sa sœur Cassie), même si celui-ci n’a plus toute sa tête et ne se rend pas compte des risques qu’il prend. Il n’hésite pas à le menacer physiquement pour obtenir de lui ce qu’il veut. Il doit y avoir une résistance contre l’occupant, mais elle ne sera jamais propre ou même honorable. La fin justifie les moyens, et la vengeance est la motivation première.

Noddy harcelé et intimidé par Bill Savage

Noddy harcelé et intimidé par Bill Savage ©Delcourt

Pat Mills montre très bien comment les chefs d’état-major ou des gouvernements usent de tous les stratagèmes à leur disposition pour manipuler l’opinion. Bill Savage n’hésite pas à organiser des coups d’éclat pour frapper l’opinion, même si le coût en vie humaine est élevé, tant pis pour les otages détenus par les volgans. Les États-Unis n’hésitent pas à acheter la paix en laissant les anglais à leur triste sort, de l’autre côté de l’océan.

Bien sûr, le gouvernement volgan et le maréchal Vashkov sont ceux qui utilisent les moyens les plus perfides, de la torture des prisonniers, à la manipulation par les médias (avec des émissions de télévision calibrées pour faire accepter la situation de manière subliminale), en maquillant le massacre d’otages en exécution de dangereux terroristes, pour conserver une paix précaire, et faire avancer le pays vers la paix, dans une démarche prétendument participative. L’accumulation de ces manipulations et de ces vies humaines gaspillées finit par installer un climat de terreur palpable, une horreur omniprésente et très concrète.

Désinformation avec le quotidien "Les bonnes nouvelles

Désinformation avec le quotidien « Les bonnes nouvelles ©Delcourt

Quand Pat Mills joue avec les médias pour montrer comment les hommes de pouvoir les manipulent, il semble décrire une réalité bien concrète et présente, indépendamment du contexte d’occupation du récit. Les médias décrits ne sont pas ceux d’une anticipation farfelue, mais bien ceux en place aujourd’hui, le sous-entendu que le concept de « temps de cerveau disponible » et d’acceptation de l’idéologie en place sert de nombreux intérêts qui ne sont pas forcément ceux du peuple, ou de l’individu. L’intimidation qui pèse sur le journaliste Tom Savage (un frère de Bill) ne semble pas relever que de la pure fiction, mais renvoie à des faits bien réels de menaces pour faire taire les reporters trop compétents.

Ce tome peut se lire comme une saison autonome de la série « Savage », autocontenue, Pat Mills prenant soin d’effectuer tous les rappels nécessaires de manière claire et concise, la fin apportant un niveau de résolution satisfaisant. Les dessins de Charlie Adlard décrivent un monde noir et violent, où les faibles sont des victimes toutes désignées. Le scénario de Pat Mills dépasse largement le simple cadre du récit d’aventure, ou même de celui de la résistance contre l’occupant, pour emmener le lecteur vers une réflexion sur les exigences des conflits armés, leurs dommages collatéraux, les bobards que le vulgus pecum est prêt à accepter en toute connaissance de cause pour bénéficier de la paix.

Ces auteurs ne décrivent pas un monde d’anticipation, mais les différents degrés de totalitarisme qui accompagnent toute forme de gouvernement, par les politiques, par l’argent, par l’idéologie… Pour les plus courageux, Bill Savage continue de se battre dans The Guv’nor (en anglais) avec des dessins de Patrick Goddard, et toujours un scénario de Pat Mills.

Bille Savage dérouille sous les coups de Svetlana Jaksic

Bille Savage dérouille sous les coups de Svetlana Jaksic ©Delcourt

23 comments

  • JP Nguyen  

    C’est « marrant », malgré toutes les qualités de cette BD mises en évidence par Présence (dessin maîtrisé, écriture intelligente) je ne suis pas du tout attiré par ce titre. Bill Savage semble partager quelques caractéristiques avec Frank Castle (obsession de la vengeance, tueur sans état d’âme) mais je ne pense pas pouvoir développer la même sympathie à son égard…
    Il ne me reste donc qu’à remercier Présence pour une analyse fouillée comme à son habitude, qui me permettrait de briller dans les discussions de salon en commentant un comics que je n’aurais jamais lu… (m’enfin, le problème c’est que ça discute rarement comics dans mon salon…)

    • Présence  

      Présence = le Reader digest des comics

      Le facteur décisif pour cette lecture est Pat Mills, scénariste que j’apprécie beaucoup.

      • Jyrille  

        JP a raison, encore une superbe analyse. Mais comme lui, c

        • Jyrille  

          Cela ne m’attire pas spécialement. J’avais fait le même rapprochement avec le Punisher, et je n’ai toujours pas lu ses bonnes histoires…

  • Bruce lit  

     » On n’est pas des sauvages » 2/3
    Savage par Pat Mills et Charlie Adlard est récemment sorti chez Delcourt Comics. Si comme moi, vous avez été tenté par l’achat tout en vous demandant si le jeu en valait la chandelle, Présence répond à vos interrogations chez Bruce Lit, le blog qui, décidément ,ne se repose pas le dimanche !

    La BO du jour ? La méthode Bill Savage ? Cherche et détruit ! https://www.youtube.com/watch?v=NUAdgt5Glk0

    Mes ressentis se rapprochent de ceux de JP. Le nom des auteurs et la couverture m’évoquaient Punisher. Ton article a répondu de répondre à mes questions sur cet achat que j’ai longtemps différé. Je ne crois pas vouloir lire ça dans l’immédiat, surtout si l’histoire se réfère à des événements antérieurs, mais sait on jamais…..
    Inconsciemment, ces histoires trouvent leurs prolongement dans l’ambiance de V for Vendetta. Amusant.

    • Présence  

      La forme d’occupation décrite par Pat Mills est militarisée, mais les mécanismes qu’il met en avant sont ceux de l’oppression quelle qu’en soit la forme (capitalisme, bienpensance, nationalisme, etc.).

  • Tornado  

    Un comics qui se vend sur la popularité de son dessinateur et non de son scénariste, ça me fascinera toujours et en dit long sur la bêtise de certains lecteurs de base, qui pensent que c’est le dessin qui fait la qualité d’une BD. Purée, Pat Mills a créé 100 fois plus de choses que Charlie Adlard (Judge Dredd, pour ne citer qu’un exemple !) !!!

    • JP Nguyen  

      Tornado, même si je crois comprendre ce que tu exprimes, je trouve que ta formulation est bien virulente. On serait « d’une grande bêtise » ou « lecteur de base » si on jugeait la qualité d’une BD sur ses dessins ? Je pense qu’il est effectivement dommage de ne juger QUE sur les dessins, pour autant, le style graphique est parfois déterminant pour savoir si on va accrocher ou pas à une BD… Et tout le monde peut avoir des bêtes noires… Steve Dillon ou John McCrea, par exemple…
      D’ailleurs, c’est marrant, j’ai récemment vu un sondage (dont la pertinence se discute), qui laisserait entendre que les lecteurs actuels suivent plutôt des scénaristes que des artistes (ce qui est tout aussi dommage que de ne se déteminer qu’en fonction du dessinateur…)

  • Tornado  

    Oui, je suis ans doute un peu trop virulent. Pardon.
    Ce qui me navre, ce sont effectivement les lecteurs « fétichistes », qui veulent regarder un genre, et non lire une histoire.
    Si ce type de lecteur devient trop nombreux, et c’est le cas, les éditeurs n’ont plus à se fatiguer pour œuvrer sur des scénarios bétons. résultat ; L’état actuel de Marvel, par exemple.

    Ce n’est pas la première fois que j’ai l’impression de te vexer, JP. Hors, mes petites provocations ne te sont pas adressées. Elles sont éventuellement adressées aux lecteurs bourrins qui lisent des comics comme d’autres écoutent du R’N’B sur Skyrock. Et surtout, elles sont adressées à moi-même, comme un exutoire.

    • JP Nguyen  

      @Tornado : en fait, je ne me suis pas vexé (si, si, je le jure). Mais je m’attache parfois aux mots et aux formulations. Aussi, quand je suis en désaccord avec une phrase, ça me titille et faut que ça sorte… (ça doit aussi expliquer mon côté relecteur fou dont Bruce pourrait témoigner) Et puis le blog est là pour échanger sur ce genre de choses… Si on se tapait toujours dans le dos et s’exclamant « Bien parlé ! », ça deviendrait un peu planplan, non ?
      De plus, le fait qu’on échange régulièrement montre bien qu’on est parfois d’accord et parfois pas (ce que je tente maladroitement de dire, c’est que je ne ferai peut-être pas certaines remarques ailleurs, vu que ça donnerait l’impression que je débarque avec mes gros sabots…)

  • Tornado  

    Pas de soucis. Tu as raison de toute manière, c’était gratuit et un brin virulent. Plus un coup de gueule qu’une provocation d’ailleurs.
    N’empêche, à l’heure où c’est la mode de dénoncer la malbouffe, ne pourrait on pas aussi dénoncer son équivalent en lecture ? Car si l’une est mauvaise pour la santé physique, l’autre est mauvaise pour la santé mentale !
    Sinon, bien sûr que l’on peut acheter une BD pour les dessins (ça s’appelle un coup de cœur, je crois). Mais bon, l’essentiel, ça doit rester le scénario (une histoire et une manière de la raconter). Parce que sinon, c’est la cata ! 🙂

  • Présence  

    Pas plus tard que le mois dernier, j’ai acheté une BD pour les dessins, parce que le scénario je le connais déjà : Chaperon Rouge, de Danijel Zezelj.

    Howard Chaykin indiquait dans une interview qui commence à dater que les comics (ou la BD en général) sont avant tout un média visuel. Je pense par exemple que les Ultimates de Millar aurait eu un tout autre impact (vraisemblablement moindre) s’ils n’avaient pas été dessinés par Bryan Hitch.

    En ce qui concerne la manière de raconter, il me semble que le dessinateur peut apporter beaucoup à un scénario, jusqu’à transformer quelque chose de passable en une histoire intéressante, ne serait-ce qu’en réalisant des décors somptueux (dimension touristique), ou en appliquant une direction d’acteurs qui donne une profondeur et une résonance aux paroles et aux actes des personnages, ou encore en tirant les dessins vers l’expressionnisme.

  • Tornado  

    On est parfaitement d’accord, surtout en ce qui concerne les super-héros. Un dessin peut apporter une dimension mythologique et métaphysique à ce type d’univers.
    .
    D’ailleurs, depuis que JP m’a un peu remonté les bretelles, j’ai réfléchi et essayé d’y voir un peu plus loin que le bout de mon nez. Et je me suis dit que si un fan de Charlie Adlard faisait la découverte, grâce à « Savage », d’un auteur comme Pat Mills, ce n’était déjà pas si mal !

    • Présence  

      J’y ai repensé également : si j’ai acheté le tome de la dernière saison d’Elektra (superhéros), c’est avant tout pour le dessinateur Mike del Mundo, que je vais suivre sur sa nouvelle série Weirdworld, écrite par Jason Aaron.

  • Yuandazhukun  

    Ah les gars c’est trop bon tous ces échanges ! ça remue un peu… Moi aussi je me remets en cause très souvent…Dillon par exemple…merde ça me fout en l’air et pourtant…je vais les acheter les Hellblazer de Ennis malgré Dillon oui j’ai changé d’avis car j’évite d’avoir l’esprit trop étriqué…et ça me coute ! On est tous des passionnés et ça se sent ! Bravo les gars c’est beau ! Et puis on est humain….c’est cool les failles !

  • Bruce Lit  

    Tiens j’ai relu le premier Preacher hier, et trouvé les dessins de Dillon très potables ! Bien plus que sa prestation pour le Punisher en tout cas !

  • Marti  

    Même si on reconnaît son trait très personnel, surtout au niveau des visages, je trouve aussi que Steve Dillon est bien meilleur – ou tout du moins plus accessible – sur Preacher que sur ses travaux suivants. Pareil pour Darrick Robertson qui était méconnaissablement moins bon sur The Boys que sur ses oeuvres passées, Transmetropomitan en tête.

    Le rendu d’un dessinateur peut parfois amener le scénariste à remodeler totalement son histoire. L’exemple ultime dans les comics doit être le fameux épisode d’Avengers ou Hank Pym frappe la Guêpe, le dessinateur ayant fait d’un geste écrit pour être une maladresse une gifle tout ce qu’il y a de plus violent. Sans cette initiative (ou incompréhension ?), c’est tout un pan des comics qui aurait été différent !

    • Bruce lit  

      Je n’ai jamais lu cet épisode des Avengers, tiens il faut que je me procure ça.
      Je me suis régalé à la relecture de Preacher que j’ai trouvé excellent aussi bien sur les dessins que le scénar’.

  • Présence  

    Le souvenir que je garde de Steve Dillon sur Preacher est qu’il va en s’améliorant de tome en tome, en tant que metteur en scène. Garth Ennis est un scénariste adepte des longues explications dans les dialogues, et Dillon ne se contente pas d’alterner champ et contrechamp (même s’il s’économise sur d’autres aspects du dessin, comme l’a expliqué à multiples reprises Tornado).

    Je partage l’avis de Marti en ce qui concerne la prestation de Darick Robertson sur The Boys. J’ai supposé qu’il ne devait pas être très motivé, ou pris par d’autres projets plus intéressants pour lui. En lisant Transmetropolitan, il y a également un passage (le troisième quart à peu près) où il se met en retrait et c’est Rodney Ramos qui effectue le gros du boulot (à part le découpage et la mise en scène). J’avais cru le percevoir à la diminution de le densité d’informations visuelles.

  • Bruce lit  

    Bon, j’ai pas bcp aimé.
    J’ai trouvé Adalrd pas très doué pour mettre en valeur les nombreux dialogues de l’histoire. Les personnages sont des têtes à claques peu intéressantes. Et surtout, la narration est très hachée, pas fluide, inutilement compliquée par endroit.
    Du même auteur j’ai apprécié d’avantage son Bianka et sa sympathique princesse egyptienne et son érotisme soft. Un peu moins la suite de baston.

    • Présence  

      Contre toute attente, je commence à apprécier les caractéristiques d’Adlard dans Walking dead (merci Bruce), en particulier pour la force des scènes de violence. Concernant Pat Mills, ses tics narratifs sont également très marqués, à commencer par les ellipses brutales et sans concession, le pire étant sûrement dans Saline.

      Je n’avais pas été sensible à l’érotisme (très très, très) soft de Biankha, une BD qui m’avait semblé à destination d’un lectorat plus jeune et qui n’a jamais eu droit à un tome 2.

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *