Wah-Wah Spider-Man (Spider-Man : les téléfilms des 80’s)

L’Homme-Araignée + La Riposte de L’Homme-Araignée

Un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaitre…

Un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaitre…
©Columbia Pictures / Sony / Marvel Comics

Par : TORNADO

Toutes les images ©Columbia Pictures / Sony

Cet article portera sur la série Amazing Spiderman réalisée à la fin des années 70. Il s’agit d’une série composée d’un téléfilm pilote et de deux saisons. Le téléfilm est sorti en 1977 sous le titre Amazing Spiderman. La série (cinq épisodes pour la première saison, huit pour la seconde) a été diffusée entre le 14 septembre 1977 et le 6 juillet 1979 sur CBS.

Première adaptation en prises de vue réelles du super-héros Marvel préféré des lecteurs, cette série est concomitante à L’Incroyable Hulk  et Wonder Woman, ainsi qu’aux téléfilms Docteur Strange et Captain America, réalisés respectivement en 1978 et 1979.

Dans cet article, nous nous concentrerons exclusivement sur le téléfilm pilote et sur les deux premiers épisodes de la saison 1, remontés sous la forme d’un long métrage puisque, chez nous dans l’Hexagone, ce sont ces deux-là qui sont sortis au cinéma, tandis que la série n’est jamais arrivée sur le petit écran français.

Alors, à votre avis : est-ce que c’est bien, Amazing Spiderman des 70’s ? ou est-ce que c’est un nanar préhistorique sentant bon le patchouli, le formica et les dessus de lit en moumoute orange ? Du genre L’Homme de l’Atlantide ?

Au rayon VHS !

Au rayon VHS !
©Columbia Pictures / Sony / Marvel Comics 
Source : Skyrock.com 

Ce machin, par ailleurs, qui s’en souvient ? Qui le connait ?
Moi ! moi ! moi m’sieur !, s’écrie votre serviteur depuis le coin le plus reculé des bureaux de Bruce Lit, où on l’a honteusement confiné parce qu’il n’écrit que des articles sur des vieux films moisis…

Lorsque j’étais encore un gamin, que je lisais religieusement mes Strange  en achetant chaque numéro le jour de sa sortie dans mon Bazar de quartier, mon vidéoclub d’à côté (nommé Vidéo-Pantoufle) exhibait dans un coin de son local deux vieilles VHS miteuses (le genre de coin où ne vont que les futurs geeks ; de ces recoins où il faut se faufiler entre l’étagère et la vitrine, et où il ne faut surtout pas qu’une fille vous voie parce que sinon c’est la te-hon assurée !). La première s’intitulait L’Homme-Araignée et l’autre, La Riposte de l’Homme-Araignée. Car c’était comme ça, à l’époque, que l’on appelait notre bon vieux copain Spiderman !

Vous pensez bien que j’avais fini par louer ces deux machins. Je dis bien avais fini parce qu’avant de me décider de les louer, il avait fallu prendre mon courage à deux mains afin d’affronter le dédain respectif des gens qui étaient dans le videoclub avec leur regard en biais, du loueur derrière son comptoir avec son air suspicieux (aimable comme une porte de prison celui-là), ainsi que de ma famille qui allait encore me reprocher de rapporter une fiente suspecte au lieu d’un bon film respectable dans le home sweet home… Toujours est-il que je lançais enfin la bobine et matais ces adaptations fantasmatiques une première fois, puis deux, puis un nombre incalculable de fois sur le magnétoscope familial…

Et ouiii ! C’est moaaaâââ ! L’Homme-Araignée !!!

Et ouiii ! C’est moaaaâââ ! L’Homme-Araignée !!!
©Columbia Pictures / Sony / Marvel Comics
Source : comixfactory 

Ces dernières années, après que le cinéma des années 2000 puis 2010 nous ait noyé sous les adaptations spidermanophiles avec pas moins de six longs-métrages (à ce jour), trois reboot et diverses apparitions chez les Avengers, je me suis souvenu de ces deux films des 70’s. Mais sans vraiment réussir à m’en rappeler précisément, en fait…Car le temps avait effacé de ma mémoire le contenu des ces vieilleries, si ce n’est que je me souvenais un peu que le costume de cet Homme-araignée ressemblait approximativement à un pyjama avec des lunettes de soleil…

Ce fut donc avec une intense curiosité que je me procurai récemment ces deux vidéos, obtenues au terme d’un parcours du combattant ayant exploré tous les coins de la galaxie, étant donné que la chose n’a jamais été commercialisée en DVD. Car Columbia Pictures et Sonny, vils détenteurs des droits, refusent obstinément de ressortir la série malgré une armada de pétitions rédigées à travers le globe.
Je réussis donc promptement à me procurer une copie de L’Homme-Araignée et de La Riposte, que je passai fiévreusement sur mon lecteur afin de redécouvrir ces adaptations antédiluviennes, tout en sachant, à présent, qu’il s’agissait en réalité d’une série TV déguisée en films. Oui, car j’ai oublié de vous dire que ces deux films étaient non seulement sortis au cinéma chez nous à l’époque, mais qu’en plus ils avaient bénéficié d’un succès retentissant en Province (entendu que la chose n’était pas sortie partout en Île de France, me demandez pas pourquoi j’en sais fichtrement rien).


Et accessoirement, je suis Peter Parkeeeeeuuur (aussi) !
©Columbia Pictures / Sony / Marvel Comics

Afin de vous présenter cette pépite oubliée dans la nuit des temps, je me propose de vous l’exposer en quelques parties distinctes plus ou moins soumises à ma schizophrénie. Car dans l’ensemble, cette adaptation télévisuelle est aussi fidèle au comic-book originel qu’elle entretient d’infidélités envers ce dernier. Et elle est aussi nulle qu’attachante. Ainsi commence ma série de paradoxes car il faut avouer que le résultat est plutôt bicéphale, dans le sens où les défauts, les qualités, les fidélités et les infidélités rivalisent de concert.

1) The Miousik :

Première constatation : Aucune trace de BO culte comme ce fut le cas avec la série animée des 60’s (Remember : « L’Araignée, l’Araignée, est un être bien singulier ; Dans sa toile, il attend, d’arrêter les brigands ; Prends gaaarde ! car l’Araignée est làààà… »). Ici, le générique introductif résonne de guitares wah-wah et d’une musique groovy telle que je me suis écrié, médusé, que j’avais lancé Bullitt sans le faire exprès et que Lalo Schifrin était entrain de faire galoper ses doigts sur un bon vieil orgue Hammond des familles. A moins que ce fut Isaak Hayes qui jouait la suite de Shaft, ou Marvin Gaye  qui se serait égaré chez les super-héros…

Pas d’erreur : On est bien dans les 70’s et, manifestement, le compositeur de cette BO (un certain Johnny Spence, habituel comparse du chanteur Tom Jones !) tenait absolument à ce que Spiderman ressemble à Starsky & Hutch à lui tout seul. D’ailleurs, parlons-en de ce Spiderman : Son avatar civil, c’est-à-dire Peter Parker, est interprété par un acteur (Nicholas Hammond) qui arbore fièrement une fausse perruque (des vrais cheveux, donc…), donnant l’impression aux spectateurs qu’il ne va pas tarder à chantonner Let the Sunshine in plutôt que d’enfiler le costume de l’Araignée…


Aux fondements du mythe…
©Columbia Pictures / Sony / Marvel Comics

2) The décoroum and the intryg :

L’intrigue a beau se dérouler à Manathan, patrie historique du monte-en-l’air, on a l’impression d’être en Californie à l’époque de Mannix, et que des policiers en pattes d’eph’ ne vont pas tarder à rappliquer dare-dare. D’ailleurs, ce bon vieux Peter Parker déboule aussitôt en pattes d’eph’ au beau milieu du Daily Bugle, tentant laborieusement de vendre des photos à un J.Jonah Jameson cabotin. Ce même Jameson qui harangue un certain Robbie, lequel ne va pas tarder, s’il se laisse pousser la moustache, à ressembler à John Shaft.
Peu après, on retrouve Peter dans le laboratoire de son université entrain de bricoler des expériences radioactives qui ne vont pas tarder à irradier une araignée, laquelle ne va pas tarder à s’éclairer telle la première ampoule venue, et qui ne va pas tarder à piquer la main de Peter, lequel ne va pas tarder à s’apercevoir qu’il peut grimper aux murs des buildings, telle la première araignée radioactive venue…

Pendant ce temps, des méchants bandits ont bricolé une invention qui leur donne le pouvoir de contrôler des citadins à distance. Une idée folle, qu’ils utilisent afin que ces citadins, tous des cadres irréprochables et bien de leur personne, dévalisent des banques avant de jeter leur voiture contre un mur et de mourir (carrément), permettant aux bandits méchants de venir récupérer le magot en toute impunité. Bien évidemment, ce sera sans compter sur Peter Parker, qui va se fabriquer illico-presto un costume d’homme-araignée (d’où le titre, il faut suivre) afin de chopper nos bandits incognito et de démêler cette affaire tandis que la police et son capitaine Barbera (un mec qui mâchonne son cigare comme s’il s’agissait d’un chewing-gum) s’embourbent dans des quiproquos, pensant que c’est l’Homme-araignée qui manigance. Les fous…

Dans La Riposte de l’Homme-Araignée, d’autres méchants très méchants s’emparent d’une bombe atomique hâtivement conçue par des étudiants proches de Peter Parker (ils ont construit la dite bombe afin de dénoncer les risques encourus par un professeur désireux de manipuler du plutonium. Trouvant la manipulation dangereuse, voilà-t-y pas qu’ils construisent donc la bombe afin de dénoncer le danger. Soit une logique qui m’a un poil échappé, vous me direz si vous avez mieux compris que moi…). Notre bon vieux Peter, aussitôt revêtu de son costume d’araignée, va poursuivre les méchants jusqu’à Los Angeles, en compagnie de Mr Jameson et d’une brune incendiaire (une journaliste désirant interviewer l’Araignée). L’occasion pour ce second téléfilm (les deux premiers épisodes de la saison 1 en réalité) de ressembler encore plus à Starsky & Hutch.


Les aventures de Spiderman à Los-Angeles…
©Columbia Pictures / Sony / Marvel Comics

3) The castingue :

Comme dans la série de Stan Lee & Steve Ditko, Peter est un étudiant doué en sciences qui se fait piquer par une araignée radioactive. Il se fabrique le costume rouge et bleu avec des lances-toiles (j’en entends un au fond qui me crie « Et pourquoi pas noir le costume ? », auquel vous répondrez à ma place qu’il y comprend rien), adhère aux murs, possède une force surhumaine et combat le crime. Il prend des photos pour le Daily Buggle (dirigé par J.J. Jameson et secondé par Robbie Robertson) et se fait une spécialité des photos de l’Homme-Araignée. Jameson est un patron truculent et pingre, et Peter sympathise avec la secrétaire (qui n’est pas Betty Brant mais plutôt une jeune afro-américaine qui se prend pour la copine de Shaft). Pour le reste… C’est pas pareil que dans la BD…
S’il y a bien une tante May, celle-ci n’apparait que quelques secondes et ressemble à une mamie ordinaire (c’est-à-dire à n’importe quelle mamie, sauf à Tante May). Il n’y a strictement aucun super-vilain en costume d’animal et notre super-héros ne combat que des criminels utilisant des inventions scientifiques.

Il paraîtrait que Stan Lee en personne, dont le nom apparaît dans le générique en tant que « consultant », ait cordialement détesté cette approche un brin naturaliste et que ce déni de la part du créateur du personnage ait précipité l’arrêt du show.
Il y a pourtant, lors du dénouement du second téléfilm, une séquence d’une naïveté à toute épreuve qui aurait dû plaire à Stan the Man : C’est lorsque les personnages font le voyage à Los Angeles, et que Spiderman apparaît auprès d’eux tout du long dans des endroits désertiques, sans que personne ne soit étonné de sa présence à l’autre bout du continent dans les coins reculés de la Californie ! Une scène qui fait écho aux anciens épisodes de la période Lee/Ditko, alors que le héros était parti à Hollywood à la rencontre de Hulk (épisode #14 de juillet 1964)…

Le Daily Buggle en force

Le Daily Buggle en force
©Columbia Pictures / Sony / Marvel Comics
Source : Origami 

4) The eiffixes :

L’arrêt prématuré de la série a parait-il été incompris dans la mesure où le succès était au rendez-vous. Certes, les fans de l’Araignée étaient peut-être moins nombreux que ceux du Titan vert et de l’Amazone déguisée en drapeau américain, le premier drainant tout autant les ados effrayés et fascinés par les grimaces de Lou Ferrigno que les adultes bouleversés par les affres et la mine déconfite de Bill Bixby ; et la seconde affolant autant les mâles en rut que les gonzesses du MLF, rendus fous ou folles par le minois stupéfiant de l’éclatante Lynda Carter. Mais il n’empêche que la série avait du succès (elle a tout de même été classée dans le top 20 des programmes les plus regardés de 1978 !), même chez nous où, comme nous l’avons vu plus haut, le pilote et les deux premiers épisodes n’avaient atteint que les salles de province…
Reste qu’apparemment, le budget alloué aux effets spéciaux était un peu trop élevé, ce qui n’aurait pas tellement été du goût des cadres de CBS.

A voir la chose aujourd’hui, on ne peut nier qu’elle prête fatalement à rire, voire à se marrer en tapant lourdement sur son canapé. Et puisque l’on parle d’effets spéciaux, il convient de reconnaître que ceux-ci sont d’une vivifiante ringardise ! Comme les gars des FX avaient trouvé le truc pour faire grimper notre bon vieil Araignée au rideau (des filtres qui permettent de superposer l’acteur sur une image de mur (quand il n’est pas tout simplement suspendu à un harnais et des câbles invisibles), les scénaristes, rusés comme Renard, ont multiplié les scènes de grimpette. Et lorsque les trucages ne se voient pas à 10 km, la position du héros à quatre pattes, manifestement entravé par son harnais, est croquignolesque. Peter Parker a beau posséder une force surhumaine, il ne s’en sert quasiment jamais et préfère faire du karaté.


Bruce Lee style…
©Columbia Pictures / Sony / Marvel Comics

Comme c’était la mode à l’époque, ces mêmes scénaristes ont donc remplacé les super-vilains en costume du comic book par des faux chinois adeptes des arts martiaux. Sauf que les acteurs ne savent pas vraiment faire du karaté, et que le résultat est donc pour le moins… amusant !

L’acteur Nicholas Hammond arborant fièrement sa chevelure en forme de casque intergalactique, il ne pouvait apparemment pas porter le masque de l’araignée en pilou-pilou et c’est donc une doublure qui s’en charge. Cette dernière prend systématiquement la même pose, à savoir : plier les genoux, tendre les bras sur les côtés en mettant la paume des mains en avant et tourner la tête de droite à gauche dans un va-et-vient incessant. Heureusement que le ridicule ne tue pas, car sinon le pauvre homme serait mort sur le coup.

Lorsque notre héros lance sa toile, c’est un peu comme une grosse corde de marin qui s’en va. Et lorsqu’il fabrique un piège entoilé pour ses ennemis, cela ressemble à s’y méprendre à un jeu de cordes en quadrillage comme on en voit dans les jardins d’enfants (sauf la première fois, immortalisée dans l’image ci-dessous). Mais le plus beau, c’est encore cet effet très spécial qui nous alerte en même temps que Peter sur le danger qui approche. Soit le fameux sixième sens de l’Araignée, ici magnifié par deux yeux luminescents qui ne semblent briller de milles feux que pour le spectateur impressionné…


La doublure de Peter Parker : prendre la pose, c’est son truc…
©Columbia Pictures / Sony / Marvel Comics

Les scènes dans lesquelles ce sixième sens vient nous éblouir sont assez incroyables, au sens étymologique du terme, puisque cela arrive même lorsque le danger est à l’autre bout de la ville, mais qu’il faut absolument que Peter en soit au courant parce que sinon le scénario s’écroulerait immédiatement (imaginez que l’Homme-Araignée arrive en retard pour le combat de karaté ou pour le dénouement final, et vous aurez une petite idée du fiasco artistique) !

Et pourtant, ces effets spéciaux et ces cascades à l’ancienne m’ont amené sur un point de réflexion : Si ce n’était pas mieux avant, en tout cas c’était différent. Aujourd’hui, chaque film de super-héros est l’occasion de repousser les limites en termes de pyrotechnie et rien ne semble impossible dès qu’il s’agit d’animer des personnages qui font des trucs incroyables. Dans ces épisodes de la fin des années 70, il se dégage, malgré la ringardise des trucages, une sensation de réalité qui a complètement disparu aujourd’hui. C’est-à-dire que si les effets spéciaux actuels sont bien faits, on en perçoit néanmoins le côté factice. Les trucages contemporains sont donc bien faits mais on voit que c’est du faux. Tandis que les trucages anciens, c’était mal fait mais on voit bien que c’est réel. Je ne sais pas si vous comprenez bien ce que je veux dire, mais moi je me comprends tout à fait bien…

Cette perception du réel m’a sauté aux yeux, au point que je me dise que, décidément, lorsque l’on gagne quelque chose, on en perd toujours quelque autre. Et voir un acteur faire des cascades, quand bien même elles sont lamentables, c’est toujours d’un aspect spectaculaire qui tend peu à peu à disparaître en ces temps de CGI où cette même perception du réel a disparu…


C’est un vrai acteur qui fait ça !
©Columbia Pictures / Sony / Marvel Comics

5) The encraje in the contynuiti :

Pour le reste, cette adaptation sentant bon le patchouli et les pattes d’éléphant fait corps avec son époque. Et l’absence totale d’un quelconque oncle Ben dans le script doit également, avec le recul, être vu comme un signe de son temps : Qui donc, à la fin de ces trente glorieuses, se souciait encore de la notion de responsabilité ? L’apanage de notre bon vieux Spiderman version comics, qui veut qu’un grand pouvoir implique de grandes responsabilités, a donc ici disparu au profit d’une insouciance qui transparaît à chaque fois que l’on parle à Peter de son avatar en pyjama rouge et bleu, et qu’il se lance dans des théories prouvant, sans le vouloir, qu’il est lui-même le monte-en-l’air ! Et tout le monde a beau le deviner comme on verrait le nez au milieu de la figure, notre beau héros chevelu se contente de répliquer avec un sourire ravageur : « Non, mais, franchement, vous me voyez en Homme-araignée ?, provocant au final l’hilarité de ses interlocuteurs, qui semblent ainsi rire de concert avec le spectateur…

Comme nous l’avons fait remarquer plus haut, cette transposition du comic-book sur un écran avec des acteurs en chair, en os et en pyjama tranche avec la continuité mythologique du personnage de papier puisque le héros ne combat guère ici que quelques faux chinois armés d’un bâton en lieu et place d’un Bouffon Vert , d’un Dr Octopus ou de quelqu’autre homme déguisé en diverses bestioles.

Spiderman tisse sa corde sa toile…

Spiderman tisse sa corde sa toile… /
Source : Filmezzunk 

©Columbia Pictures / Sony / Marvel Comics

Idem pour le casting féminin, totalement neuf dans cette série TV où ni Betty Brant, Liz Allen, Gwen Stacy, ni même Mary-Jane Watson n’apparaissent ne serait-ce que trois minutes. Pas plus qu’Harry Osborn ou Flash Thompson, ici remplacés par un copain de fac passe-partout doublé en VF par ce bon vieux Pierre Arditi (l’occasion pour moi de vous assurer que le doublage français est, comme toujours avec les séries des 70’s, une pure merveille, avec la participation d’Alain Dorval –voix habituelle de Stallone- ou de François Leccia -Ayato dans San-Ku-Kaï !).
Mais peu de rapport, au final, avec les comics au rayon de la sacro-sainte continuité…

Malgré sa ringardise absolue et son aspect des plus kitsch (et encore, je ne vous ai pas parlé de cette scène où notre Araignée cherche désespérément un taxi pour se déplacer plus vite…), cette première adaptation en chair et en os de Spiderman possède tout de même un certain charme. Et je me suis surpris moi-même, au terme du second téléfilm, en regrettant de ne pas en voir la suite, tout attaché que j’étais à ces quelques personnages des 70’s, qui se courent après au son des guitares wah-wah…

Attention : Cette série est souvent confondue avec sa cousine japonaise (スパイダーマン – Supaidāman), parfaitement contemporaine (41 épisodes de 25 minutes, diffusés entre le 17 mai 1978 et le 14 mars 1979), mais totalement inédite dans les pays francophones…

Pitié ! Laissez-moi sortir de l’oubli !

Pitié ! Laissez-moi sortir de l’oubli !
Source : haphazardstuff.com
©Columbia Pictures / Sony / Marvel Comics

——

Il tisse des cordes à la place de toiles,  il fait du Kung-Fu au lieu d’utiliser ses pouvoirs, il est doublé par Pierre Arditi et même Stan Lee l’a renié : Le Spider-Man télévisé des années 70 ! Tornado exhume cette chose de l’oubli et y trouve même quelques qualités pour Bruce Lit.

Lorsque l’on retrouve, rien que pour vous, une adaptation de notre bon vieil « Araignée » issue des 70’s, une question se pose d’emblée : êtes-vous plutôt Spiderman… ou Shaft ?

44 comments

  • OmacSpyder  

    Un article qui sent bon la VHS avec le son du rembobinage risquant de se gripper à tout moment!
    J’ai beaucoup aimé ta façon de narrer les séquences de ta découverte de cette vidéo k7! J’ai le film en tête du jeune Tornadogeek au vidéo club passant en 2D le long du rayon et devant le caissier! Un vrai Peter Parker timoré (celui d’avant la piqûre) rentrant ensuite avec son trésor dans son sac, soulagé que Gwen ou MJ ne l’ait surpris en train de se changer en geekboy!

    Je découvre comme Présence ce film avec ton article de dépoussiérage. A défaut de se faire une toile, tu alertes notre sixième sens sur les dangers d’un tel visionnage! Le découpage de l’article m’a facilité la lecture, et ça c’est bon de rendre cette grosse K7… fluide! 🙂
    L’ambiance est bien retranscrite : c’est Shaft au pays de Spidey avec un mix of Mannix. J’aimais beaucoup ces séries 70’s et leur authenticité demeure touchante.

    Un OUI pour la suite avec Captain America. Tu n’as pas le choix, cette responsabilité tombe sous le sens!

  • Tornado  

    Je confirme que lorsque j’ai parlé à Présence de mon projet d’article sur cette série (ou ces téléfilms), il ne connaissait pas leur existence ! Etonnant ! Idem pour Bruce et mes autres copains présents ce jour là !

    C’est très épanouissant de trouver enfin un terrain d’entente avec les copains geeks qui ne partagent pas mon aversion pour le super-héros old-school (ou moi leur amour pour le même thème) ! Je promets donc de m’atteler à la tâche pour les autres téléfilms et diverses vieilleries, pour lesquelles il est vrai que j’éprouve quasiment autant d’affection que pour tous les autres nanars du cinéma de genre !
    Alors tant pis pour vous, vous l’aurez bien cherché ! 😀

  • Tornado  

    Hé ! J’en ai déjà commenté au moins 5 ou 6 de la liste dans mes articles ici même (« Doc Savage Arrive », les films Superman, les Batman de Burton, le Flash Gordon de 1982, Dick Tracy…) ! 😀
    Purée je suis sur les starting blocks pour être le spécialiste des adaptations de comics kitsch ou pas kitsch ! (j’ai aussi fait le Captain America – Winter Soldier, le Watchmen de Snyder, le Dylan Dog et le Delamore Dellamorte (c’est pas des comics mais presque), et sûrement d’autres que j’oublie !

    • Matt  

      Pour un mec qui en a ras le bol des super héros, j’espère que tu apprécies l’ironie de la chose^^

      • Tornado  

        J’ai également fait :
        – Men in Black
        – V pour Vendetta
        – Daredevil (film)
        – Kickass
        – Les Gardiens de la Galaxie
        – From Hell
        et même le premier film Tintin ! 🙂

        • Eddy Vanleffe  

          On en salive à l’avance… 🙂

  • Patrick 6  

    Bon j’arrive après la bataille, tout a déjà été dit dans le commentaires précédents, mais en tous cas bravo pour cet excellent article !
    Je n’irais cependant pas jusqu’à dire que tu m’as donné envie de regarder ces films/séries tant le coté kitsch (totalement involontaire, contrairement à Wonder woman qui jouait déjà sur le coté ringard lors de sa diffusion) doit à mon avis empêcher toute prise de recul sur cette série.
    (Je note au passage que les gifs commencent à fleurir sur ce blog… je ne vais pas me gêner pour en coller partout à l’avenir ^^)

    En tous cas il faut admettre que les publicités d’époque m’avait fait rêver durant mon enfance et je me demandais vraiment ce que donnerait les aventures de mes héros colorés préférés en version live ! J’attends donc de pied ferme ton article sur Captain America (on voyait ses affiches dans la plus part des parutions Artima/Aredit)

  • Bruce lit  

    Je me suis marré du début à la fin Tornado, notamment avec les Gifs et la poursuite sur les toits. C’est aussi stupide que du Power Rangers qui revient en force paraît-il ces jours ci chez Glénat.
    Le meilleur passage, c’est la description de ce übber Spider Sense, préfigurant le GPS.
    Tu racontes bien tes années VHS. Tiens, ce serait une bonne thémathique pour la saison 6 ça, non ? Nos années Video Club !
    Tout comme Hulk, il n’y a donc pas de super vilains, ni les seconds rôles habituels. C’est l’épuration !
    Je ne suis pas plus intéressé que ça cependant. Si déjà, j’ai du mal à me motiver à voir du MCU désormais…
    C’est bien la preuve que ce n’était pas mieux avant ces adaptations et que c’est avant tout une question de générations.
    Tout le monde sauf moi semblait connaître ce Nicolas Hammond. Après un bref wiki, j’apprends qu’en 40 ans de nanars, il est apparu dans le film Sa majesté des mouches. Je n’en ai aucun souvenirs.
    Je ne trouve pas le costume si ridicule que ça. En fait je suis même persuadé que ce truc a eu un effet sur les comics : le lance toile externe et la ceinture ont été repris par Ben Reilly durant la saga du Clone. (Mais pourquoi, diable, un seul lance toile ?).
    Quant aux yeux, c’est carrément le design de Superior Spiderman.

    L’article est un grand succès et a été aussi rassembleur que celui du Phénix Noir, diviseur. Merci Tornado.

    • PierreN  

      « Quant aux yeux, c’est carrément le design de Superior Spiderman. »

      Alors apparemment, le design du Superior Spidey (pas le premier de Stegman, mais plutôt le second costume avec les lentilles noires par Humberto Ramos) serait plutôt une reprise d’un design inutilisé de la fin des 90’s, créé par un pote d’Alex Ross (celui-ci l’a ensuite proposé, sans succès, aux producteurs du film Spider-Man de 2002, en y ajoutant son propre design du Green Goblin).

      « The second suit design is a rehaul from a lost concept suit that artist Alex Ross had developedfor the first Spider-Man movie. »

      http://www.aintitcool.com/node/6812

      • Bruce lit  

        Ah s’il vous plait….
        Pas Ramos, par pitié….
        Il est au dessin ce que Bendis est au scénario….

        • Matt  

          Ce qui veut dire qu’il est capable de faire du très bon et du caca.
          Moui…fair enough.

  • Tornado  

    Oui, c’est la raison pour laquelle je préfère à l’avenir me concentrer sur ce type d’artcle (rassembleur (et rigolo)).
    Merci à tous également pour les retours sympas. 🙂

  • Jyrille  

    Je n’ai pas encore lu tout l’article (normal) mais je vais déjà devoir avouer que « mon vidéoclub d’à côté (nommé Vidéo-Pantoufle) », c’est énorme. En fait toute ton introduction est excellente. C’est du Tornado bien marrant, j’adore.

    J’ai vu ce film au ciné à sa sortie. Je ne sais pas lequel en fait pour le moment (je ne comprends pas encore tout, n’ayant pas lu la totalité de l’article), mais je n’en ai presque aucun souvenir. Sauf un, le plus net : je suis entre mes parents (je dois donc avoir six ou sept ans), au premier rang du balcon du cinéma, il est tard, je suis surexcité, et captivé. Jusqu’à ce que j’essaie de commenter le film et que personne ne me répond. Je tourne la tête à gauche, à droite : mes parents se sont tous les deux endormis. Quelle est la date de sortie en France ? Et comment as-tu eu ces VHS ? Tu as encore un magnétoscope ?

  • Tornado  

    Non. Ces VHS n’existent plus depuis longtemps je pense. Mais quand on a des superpouvoirs virtuels (et un copain doué comme Matt (qui m’a aiguillé au passage sur un site VF absolument incroyable (ce message s’autodétruira dans approximativement quarante-douze secondes))), on retrouve à peu-près tout… 🙂
    Sorties France :
    – L’Homme-Araignée : 15 mars 1978
    – La Riposte de l’homme-araignée : 4 avril 1979
    Un troisième téléfilm (montage de deux épisodes de la série) est sorti, apparemment (« Spider-Man défie le Dragon »). Mais celui-là demeure introuvable. Matt ??? 😀

    • Matt  

      Je ne vois pas de quoi tu parles^^…

      C’est vrai que ces VHS semblent avoir disparues de la circulation.
      Mais sinon les 2 parties « the chinese web » qui constituent en réalité le film « dragon’s challenge » semblent dispos là ou tu sais mais avec des liens morts. Tu peux essayer de leur demander un réup^^
      Mais dans les commentaires, ils semblent dire qu’il n’existe pas en VF alors je ne sais pas trop si ce « chinese web » est en VF ou VO…
      Il semble que ce film ne soit sorti en salles qu’en Belgique. Et pas de VHS.
      Après évidemment il est facilement trouvable en VO sans sous-titres. Mais bon…c’est sans sous-titres^^

      Et moi j’ai encore un magnétoscope^^ Je m’en sers avec un câble audio pour éventuellement récupérer des pistes sonores VF de trucs qui n’existent pas en DVD (comme les anciens doublages de vieux cartoons, etc) Après il faut faire un peu de montage avec une vidéo de bonne qualité et hop, on a des trucs que personne ne sort en DVD en blu-ray !! (les salauds)

  • Jyrille  

    Ca y est j’ai tout lu : je dois d’abord saluer ton inventivité et ta verve, Tornado ! J’ai bien ri aux titres de tes chapitres et aux différentes blagues que tu essaimes de-ci de-là. De la même façon, chapeau pour les GIF et l’imagerie en général, ça a pas dû être simple ! Merci à vous deux pour les explications VHS au fait !

    Merci pour les dates de sortie, mais en fait cela ne m’aide pas vraiment, puisque je n’ai aucun souvenir du film… En tout cas, j’avais soit moins de 5 ans (ce qui m’étonnerait) soit moins de 6 (ce qui est jeune tout de même.

    « Les trucages contemporains sont donc bien faits mais on voit que c’est du faux. Tandis que les trucages anciens, c’était mal fait mais on voit bien que c’est réel. » Je comprends tout à fait mais je ne suis pas certain du tout de la raison. Personnellement je pense plutôt qu’il s’agit de l’image, de la photo, des choix artistiques qui font qu’on y croit plus ou pas. Dans le premier Avengers, j’avais été soufflé par le décollage du porte-avions : j’avais à nouveau 12 ans, et pour la première fois, j’y ai cru, me disant que ça y est, le cinéma pourrait être à la hauteur de notre imagination.

    L’article est vraiment top, mais il ne me donne tout de même pas envie d’essayer de revoir ça. Ou alors si de manière fort improbable, je refaisais une soirée nanar avec des amis…

    La BO : totalement inconnue au bataillon.

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *