Captain America : Le guide de lecture intermittent (Cap de Brubaker)

Focus : CAPTAIN AMERICA par Ed Brubaker & collectif

Article de : MATTIE-BOY

VO : Marvel

VF : Panini

Retrouvez ces Deluxe chez Attilan Comics

Un Captain America moderne ©Marvel comics

Un Captain America moderne
©Marvel comics

Aujourd’hui je vous propose un article un peu particulier. Nous allons parler du run de Ed Brubaker sur CAPTAIN AMERICA. Mais nous n’allons pas parler de tout. Seulement des moments forts. Comment ça ? me dîtes-vous. Eh bien laissez-moi vous expliquer.

Récemment en constatant l’absence de place dans mes étagères de BD, je me suis retrouvé face à 7 recueils « Marvel deluxe » de Panini sur le run de CAPTAIN AMERICA. Et je me suis souvenu que je n’aimais pas tout. Que la qualité était fluctuante. En même temps, c’est presque inévitable. Brubaker est resté plus de 7 ans à écrire le personnage, à raison de 1 épisode par mois. Ce n’est humainement pas possible d’éviter les passages à vide et le remplissage avec un tel rythme de parution. Je ne blâme donc pas forcément l’auteur, mais le fait est que je voulais faire de la place dans mes rayons. Alors je me suis dit « éh ! ça fait longtemps que j’ai lu tout ça. Et si je relisais juste les tomes que je me souviens avoir aimés, et je verrai si j’y comprends quelque chose en sautant les autres. »
Et vous savez quoi ? Bilan positif. Je précise bien que ma chronique s’appuie donc sur le découpage des épisodes effectué par Panini sur leur édition Marvel deluxe. Mon guide de lecture et d’épisodes que vous pouvez sauter ne fonctionnera pas sur tout autre édition.

Premier Deluxe : la légende vivante (captain america v5 #1-14)

Bon, je ne reviendrai pas sur ce tome qui est excellent, parce que vous avez la critique très pertinente de l’ami Tornado ici , et je suis 100% d’accord avec, alors pourquoi réinventer la roue ? Juste un bref rappel des évènements qui s’y déroulent : Steve Rogers (alias Captain America hein…) se retrouve confronté à un ancien général russe du nom d’Aleksander Lukin aujourd’hui P.D.G des industries Kronas, et qui a en son pouvoir le légendaire soldat de l’hiver, tueur redoutable ayant officié durant la guerre froide contre les américains, et qui va s’avérer être l’ancien partenaire de Steve présumé mort durant la seconde guerre mondiale : Bucky Barnes. Au terme de l’histoire, Bucky retrouve ses souvenirs grâce au pouvoir du cube cosmique et s’enfuit, rongé par la honte de ce qu’il a fait alors qu’il était reprogrammé par les russes. Et on apprend également que l’esprit de Crâne rouge, l’éternel ennemi de Cap a élu refuge dans le corps de Lukin (grâce également au pouvoir du cube) après que ce dernier ait tenté de l’assassiner. Nous avons donc 2 ennemis de Cap (qui se détestent d’ailleurs) partageant le même corps.
Le 2ème deluxe, je ne l’avais pas aimé. J’ai donc décidé de le sauter lors de mon expérience de lecture intermittente. Je reviendrai dessus plus tard pour vous expliquer ce que vous ne loupez pas.

C’est le drame ©Marvel comics

C’est le drame
©Marvel comics

Troisième et quatrième deluxe : la mort du rêve & la flèche du temps (captain america v5 #25-48)

Ici nous avons également une très bonne histoire. Elle se déroule après l’event CIVIL WAR dont il faut tout de même avoir une vague connaissance. Le deluxe s’ouvre avec un rappel de la lutte des héros autour du projet de loi de recensement des héros. Tony Stark a gagné, il est à la tête du SHIELD déserté par Nick Fury et Captain America s’est rendu aux autorités pour mettre fin au conflit qui prenait une ampleur absurde. Il est donc menotté et doit passer devant la justice. C’est alors qu’il est abattu par Crossbones (et peut être quelqu’un d’autre) et qu’il meurt dans l’ambulance qui l’emmenait aux urgences. Bucky Barnes (qui semble travailler en secret pour Nick Fury) et Sam Wilson (alias le faucon) vont parvenir à arrêter Crossbones et le remettre au SHIELD.

On comprend que le meurtre a été commandité par Crâne rouge/Lukin, l’employeur de Crossbones. Mais les héros vont se focaliser sur la mauvaise personne en ces temps difficiles d’après CIVIL WAR. Barnes en veut terriblement à Tony Stark qu’il estime comme responsable de la mort de Cap à cause de son arrestation qui a fait de lui une cible facile. Il va donc partir en quête de Tony Stark et va croiser en chemin la veuve noire (Natalia Alianovna Romanova, alias Natasha Romanoff…) qui travaille pour le SHIELD. On va comprendre que ces deux-là se sont connus, et ont même eu une brève liaison à l’époque où ils étaient tous les deux sous les ordres des russes.

Ah…ça remonte à loin ceux-là ©Marvel comics

Ah…ça remonte à loin ceux-là
©Marvel comics

Mais pendant ce temps, une douzaine d’agents du SHIELD désertent et laissent la fille de Crâne Rouge (Synthia Schmidt, alias Sin) libérer son copain Crossbones. Au même moment, Sharon Carter (la chérie de Steve) semble avoir été persuadée sous hypnose d’achever Steve en lui tirant 3 fois dessus à bout portant dans la confusion générale. Les héros sont attaqués sur tous les fronts. On comprend que le docteur Faustus (Johann Fennhoff), dangereux psychiatre spécialiste du conditionnement sous hypnose, a remplacé un psychologue du SHIELD afin de prendre le contrôle de plusieurs agents. Le but de la manœuvre étant de discréditer le SHIELD (en permettant la libération de Crossbones et en poussant les agents corrompus à ouvrir le feu sur des civils lors d’une émeute) afin de justifier le recours à une entreprise de sécurité privée pour protéger la maison blanche. Evidemment, cette agence de sécurité est une filiale des industries Kronas contrôlées secrètement par Crâne rouge.

Tout ceci fait partie d’un plan bien huilé pour prendre le contrôle du pays et créer le chaos. Faustus a conditionné un sénateur candidat à la maison blanche qui va miraculeusement réussir à mettre fin à une crise financière en négociant avec Kronas (pas difficile les négociations quand c’est Crâne rouge à la tête de Kronas)

Des civils comme chair à canon ©Marvel comics

Des civils comme chair à canon
©Marvel comics

De son côté, Barnes va reprendre le rôle de Captain America et tenter d’empêcher tout ça. Le scénario est vraiment bien ficelé et mélange politique, manipulation des médias et espionnage avec brio. Brubaker n’oublie pas les personnages avec un Bucky que je trouve génial en Captain America (personnage torturé par son passé, plus violent et qui utilise un flingue…ce qui n’est pas du luxe pour protéger un pays entier.) La relation entre Bucky et Natasha est bien amenée, ils font un duo efficace. Et on s’inquiète aussi pour Sharon Carter qui est sous le contrôle de Faustus et que nos héros vont devoir libérer. Franchement c’est très réussi. Histoire prenante, méchants efficaces avec un vrai plan intelligent. Rien à dire. Aussi bon que le premier deluxe. Ah euh…par contre comme l’histoire s’étend aussi sur le 4ème deluxe, il faut aussi se procurer celui-ci.

La deuxième partie du 4ème deluxe propose une histoire en 6 épisodes un peu moins inspirée mais sympathique aussi. Bucky se retrouve confronté à un ancien scientifique chinois, le professeur Zhang Chin, qu’il a tenté d’assassiner du temps où il était le soldat de l’hiver. Mais il s’avère que Chin est un homme dangereux qui cherche à voler les restes du corps de Jim Hammond (la première torche humaine, celle qui combattit aux côtés de Cap, Bucky et Namor au sein de leur équipe des Invaders durant la seconde guerre mondiale.) Pourquoi faire ? Je vous laisse le découvrir. Bucky est confronté à la fois à son passé et à un homme qu’il a fait souffrir il y a longtemps. Pour cette mission, il n’endossera pas le costume de Captain America car c’est trop personnel. Il pourra cependant compter sur Namor et Natasha pour l’accompagner dans cette mission.

Retour en arrière : Deuxième deluxe : l’hiver meurtrier (captain america v5 #15-24)

Bon alors qu’avons-nous manqué en sautant le 2ème deluxe ? Bah…quasiment rien. Techniquement on pourrait dire qu’on ne sait pas comment Crâne rouge a réuni ses acolytes (sa fille Sin, Faustus et Arnim Zola) mais…on s’en fout, non ? Il suffit de se dire qu’il a leur numéro de téléphone. Et on loupe également Crâne rouge qui se procure un bidule technologique auprès de Fatalis. Mais ce bidule ne servira à rien pour l’instant, sauf lors de la future résurrection de Rogers (dont on peut se passer aussi…)
Donc il se passait quoi dans ce deuxième deluxe ? Eh bien durant 12 épisodes, on voit Crossbones forcer Sin à retrouver la mémoire (elle aurait apparemment été conditionnée par le SHIELD pour oublier qu’elle est la fille de Crâne rouge. Mais bon…si vous ne saviez pas ça, vous ne ratez rien.) Et ils vont tous les deux orchestrer des attaques pour foutre le bazar en l’honneur de Crâne rouge qu’ils pensent décédé. Et…c’est à peu près tout ce qui se passe. A la fin ils apprennent que Crâne est vivant et bossent pour lui. Voilà. Ah si ! Comme pendant ce temps Nick Fury fait son coup d’était en Latvérie dans le SECRET WAR de Bendis, et que la guerre civile autour de la loi de recensement éclate, on se retrouve avec des épisodes qui font des références à des trucs pas clairs qu’il faut lire en parallèle. Donc en fait on ne loupe vraiment rien à sauter ce deluxe. Rien de change au niveau du statu quo de Bucky, de Cap ou des méchants par rapport au premier album. Seule Sin débarque en ayant retrouvée la mémoire mais bon…comme je l’ai dit si vous ignoriez qui elle est avant cette lecture, ça ne va pas vous déranger. En fait il vaut même mieux lire CIVIL WAR qui semble plus important que cet album.

Cinquième deluxe : un an après (captain america v5 #50 + captain america v1 #600-601)

Cet album assez court n’a rien de palpitant. Des mini-histoires sur les personnages comme Sharon Carter qui se souvient qu’elle a perdu son bébé (elle était enceinte) lorsqu’elle était sous l’emprise de Faustus, et des épisodes hommages à Captain (avec flash-back) qui préparent sa résurrection prochaine. Youpi…allez hop au bac à soldes le bouquin !

Eh oui, ce Captain utilise un flingue ©Marvel comics

Eh oui, ce Captain utilise un flingue
©Marvel comics

Sixième deluxe : Renaissance (captain america reborn #1-6)

Un récit de résurrection bâclé (même par le dessinateur Bryan Hitch qui fait plein d’erreurs de proportions sur nos pauvres personnages qui deviennent très moches.) On sent le récit de commande pour ramener Steve Rogers, à base de robots géants, de clones, et de machine temporelle qui tranchent beaucoup trop avec le ton réaliste des premiers albums. Et le tout pondu à la va-vite à cause de délais imposés j’imagine (quand même le dessinateur ne livre pas un bon boulot, soit personne n’était motivé par ce récit, soit ça s’est fait à l’arrache.) J’imagine que les complétistes qui veulent absolument savoir comment Rogers revient à la vie (et comment Sin se retrouve défigurée comme son père) auront du mal à se priver de cet album. Mais pour moi c’est clair : ça fout le camp de mes étagères.

Septième deluxe : Deux amériques (captain america v1 #602-610)

Euh…je ne l’ai même pas lu celui-ci en fait. Zou on passe !

Huitième deluxe : le procès de Captain America (captain america v1 #611-619)

Ah ! Enfin ! Il est très bien cet album. Je sais, j’ai l’air impitoyable avec les autres tomes mais le truc c’est que je pense sincèrement qu’on ne peut pas être bon pendant 7 ans, surtout avec des commandes éditoriales au milieu. Les albums que j’aime, je les aime vraiment. Mais j’ai le sentiment que pour bien réfléchir à des scénarios efficaces, Brubaker s’accordait des pauses, mais sans pouvoir arrêter complètement de produire car c’est ainsi que ça marche : un épisode par mois. Pour moi le 2ème deluxe est un exemple d’une sorte de « pause créative » qui a permis l’élaboration bien plus réfléchie du scénario des deluxes 3 et 4. Les 5 et 6, ça sentait la résurrection obligatoire de commande. Et le 7, j’en sais rien…
Mais je ne sais même pas comment il faisait car techniquement à l’époque il scénarisait du DAREDEVIL , du IRON-FIST , des X-MEN et du CAPTAIN AMERICA chaque mois. De quoi devenir cinglé avec un tel rythme de travail. Ça n’a rien d’étonnant que certaines séries fassent du remplissage ou se plantent.

Un duo de choc ©Marvel comics

Un duo de choc
©Marvel comics

Bref…ici, il est question de la réputation de Bucky qui en prend un coup. Suite à un évènement précédent (qui a eu lieu je suppose dans le 7ème deluxe mais qu’on comprend très vite ici), le baron Zemo a fait parvenir des preuves aux médias sur l’implication de Bucky dans les meurtres commis durant la guerre froide. En gros, le monde est à présent au courant que l’homme qui a repris l’uniforme de Captain America est un assassin qui a travaillé pour les russes. Ça la fout mal.

Pendant ce temps, Sin se fait libérer de son hôpital psychiatrique par Master Man, un soldat nazi ancien lieutenant de son père. Elle reprend donc le rôle de Crâne rouge. J’avoue que j’aime bien la dynamique du personnage de Sin qui est partagé entre une haine pour son père qui la traitait comme une moins-que-rien (il aurait préféré avoir un fils) et une sorte de désir de lui prouver qu’elle peut faire mieux que lui…condamnant ainsi tout espoir pour elle de s’émanciper des délires de son père.
Son plan est de discréditer davantage Bucky tout en planifiant un attentat symbolique et une prise d’otage afin de forcer Bucky à se soustraire à la justice durant son procès pour l’empêcher de nuire. Elle espère ainsi le discréditer complètement et le conduire en prison. Ce sera une demi victoire, car même si Sin s’échappera et que Bucky ne sera pas trop menacé par la justice américaine, les autorités russes réclameront une extradition du soldat de l’hiver afin qu’il soit jugé au pays. Et c’est ainsi qu’on enchaine sur la deuxième partie de l’histoire : un récit de prison dans lequel Bucky doit survivre dans un goulag russe.

Tel père, telle fille ? ©Marvel comics

Tel père, telle fille ?
©Marvel comics

Et on aime tous les récits de prison, non ? Non ? Ah…ben moi, si. On suit donc les mésaventures de Bucky enfermé dans un lieu où les droits de l’homme ne sont guère respectés et où des combats entre détenus sont organisés, pendant qu’en parallèle nous suivons Steve Rogers et Natasha enquêter pour trouver où et comment sortir Bucky de ce pétrin.

C’est une bonne fin d’arc pour le personnage de Bucky je trouve. Et globalement je constate que mes passages préférés de ce run sont ceux qui tournent autour de ce personnage.
Je conseille donc ces 4 deluxes (le 1er, le 3ème et 4ème, puis le 8ème)

Alors oui je sais, certains lecteurs fonctionnent aux runs d’auteurs complets. Soit ils prennent tout, soit rien. Moi je ne trouve pas ça pertinent. Surtout qu’on ne parle pas de comics indé, mais de mainstream publié mensuellement sans pause. Il est inévitable qu’il y ait des pertes de vitesse, des passages à vide. Même le run de Claremont sur les X-men…ben désolé pour les fans, mais il est bourré de moments pénibles à lire ou moins inspirés. Le run de mark Waid sur DAREDEVIL a aussi ses passages pas terribles. En fait ce sont surtout les runs assez courts qui tiennent la route du début à la fin (selon moi.)
Donc je préfère fonctionner à ma façon en conservant les passages marquants, surtout quand il est possible de les comprendre sans lire la totalité des albums. Et ici, je pense que n’importe qui peut se lancer dans la lecture de ces 4 tomes sans trop se préoccuper de ce qui se passe entre. Oui parfois untel va débarquer d’on ne sait où, mais c’est toujours comme ça dans les comics de super héros de toutes façons. On ne nous présente pas en détails sans arrêt chaque personnage issu de la continuité.
A noter que Brubaker a continué à écrire Cap au relaunch de la série en 2011. On peut donc dire qu’il a même bien dépassé les 7 ans sur le personnage. Mais pour ma part, je ne suis pas allé plus loin.

 C’est l’enfer cette taule ! ©Marvel comics

C’est l’enfer cette taule !
©Marvel comics

—–

La BO du jour : tiens, pour changer !

137 comments

  • Kaori  

    Ah Matt, tu les vends bien !!
    Y a tout ce que j’aime, là-dedans !!
    Un ancien sidekick qui doit reprendre le flambeau de son ex-mentor, un passé noir à se pardonner et à payer, des ex-amants, un passage à en baver en prison (oui, moi aussi j’aime les passages en prison ^^).
    Parfait ! Ça fait un moment que j’entends parler du run de Brubaker sur Cap avec Bucky dans le rôle, il était dans ma liste de « faut que je me renseigne », donc ton article tombe à point nommé !
    J’ai toujours préféré Bucky à Cap, et j’aimais beaucoup leur relation (retrouvailles-amnésie toussa toussa).
    Un indispensable, donc…

    • Matt  

      Ah content qu’un truc t »intéresse parfois^^
      Tu peux sauter les tomes que je recommande de sauter en tous cas.
      A la limite, si tu n’aimes pas les « trous » dans ta lecture, tu peux prendre « l’hiver meurtrier » qui n’est pas honteux non plus.
      Mais les tomes 5, 6…non, tu peux t’en passer.
      Le 7 je ne l’ai pas lu mais aucun souci pour comprendre le 8 avec le procès en tous cas^^

      • Kaori  

        « Ah content qu’un truc t »intéresse parfois^^ »

        Haaaaaaaaan !!!
        Et moi qui pensais que tu dirais un truc du genre « ah on s’est enfin trouvé un truc en commun » !!
        Mais t’es vache en fait !!! ^^

        • Matt  

          Bah quoi ? C’est pas la même chose que j’ai dit ?^^

  • JP Nguyen  

    De mémoire, j’étais allé jusqu’à la mort de Rogers puis j’avais lu l’arc de sa résurrection.
    Dans ton résumé, parmi ce qui me manque, c’est le procès de Bucky-Cap et le goulag qui pourraient m’intéresser.
    Les dessins de Epting en début de run sont remarquables et j’aime aussi beaucoup les couleurs de d’Armata, c’est parfois un poil trop clinquant mais ça donnait une ambiance particulière (je n’ai pas vérifié s’il était resté après le départ d’Epting).

    • Matt  

      Tu as lu jusqu’à la mort de Cap sans lire Bucky qui reprend le flambeau ? Ou tu as lu aussi l’intrigue sur Faudtus et Crane rouge qui essaient de prendre le controle du pays ?

      Mais oui tu peux tester le procès et le goulag.
      Ce qui me manque maintenant et que j’aimerais voir sortir en librairie c’est le Winter Soldier de Brubaker, la série en 14 épisodes qui reprend la suite des aventures de Bucky et Black Widow. ça me semble plus intéressant que la reprise de Cap par Brubaker dans la nouvelle série de 2011

  • Tornado  

    J’ai lu tout le run de Brubaker, à l’exception du 8ème deluxe. C’est le seul que je n’ai pas encore lu (car je le possède). J’ai même lu la suite en revues, avec l’excellent arc sur la relecture des origines de Bucky, que j’adore avec les dessins de Chris Samnee.
    Et donc j’apprends ici que le seul que je n’ai pas lu est l’un des meilleurs ! Cool.

    Alors pour commencer, je dirais une chose sur le 7ème deluxe que Matt à choisi de ne pas lire et de ne pas chroniquer : C’est une bouse, que dis-je, une bousassse, une bousassasse, une bousasssasasse !
    Clairement à éviter, sauf pour le complétiste malade. C’est le pire de toute la série.

    Globalement je suis d’accord avec Matt. Sauf sur deux point :
    - Les deluxes 3 et 4 : Oui, ils ne sont pas mauvais. Mais l’intrigue est vraiment amphigourique avec ces complots qui mélangent politique, action et transferts d’esprit des uns dans le corps des autres à base de cube cosmique (je crois que je le hais celui-là en fait, il est le fil rouge de tout un tas de comics que je déteste ! Pour moi Cube Cosmique = Histoires à la noix avec des plots que je trouve débiles (les plots, pas les lecteurs)). Je dirais qu’il y a de très bons passages et le personnage de Bucky en Captain America est vraiment très bien écrit. Mais j’ai personnellement trouvé l’intrigue très pénible à suivre. Vraiment tirée par les cheveux, quoi.
    Mais oui, c’est un assez bon comics. Incontournable pour les fans de Bucky.
    - Le 5ème deluxe (qui est un demi deluxe) : Ce n’est pas un chef d’oeuvre, certes, mais toute la partie flashback durant la 2nde guerre mondiale, j’ai vraiment beaucoup aimé ça. Les dessins étaient cools (l’un des derniers boulots du vieux Gene Colan) et l’ambiance vachement chouette. C’est le seul que j’ai presque regretté d’avoir revendu (je n’ai gardé que le 1° deluxe et le 8ème parce que toujours pas lu (le 8ème), ainsi que la revue avec les origines de Bucky. Tout le reste est parti au bacasoldes).

    Pour le reste, faites confiance à Matt. Il a raison. Brubaker aura été très inégal durant ses années Marvel et, aux vues de tous les comics qu’il a écrits (on a oublié ici les mini-séries comme LE PROJET MARVELS, LE LIVRE DE FATALIS), ou d’autres séries comme SECRET AVENGERS ainsi que divers one-shots, c’est logique, fatalement.
    Enfin, il y a également eu une mini-série publée entre LE PROCES et GOULAG je crois : STEVE ROGERS : SUPER SOLDAT, Par Ed Brubaker et Dale Eaglesham :
    https://www.bedetheque.com/BD-Marvel-Icons-Hors-Serie-Tome-21-Steve-Rogers-le-super-soldat-133719.html

    • Tornado  

      Ah ! J’ai oublié de dire que, concernant le 2ème deluxe, je serais moins souple que Matt : C’est mauvais et chiant. C’est aussi alambiqué que les deluxes 3 et 4, mais en plus c’est nettement moins inspiré et on se surprend à tourner les pages sans même les imprimer dans son cerveau (j’ai essayé de le relire deux fois (trois lectures au total, donc), je sais de quoi je parle…).

      Tiens, une petite review sur le mag STEVE ROGERS : SUPER SOLDAT, Par Ed Brubaker et Dale Eaglesham :
      https://www.planetebd.com/comics/panini-comics/marvel-icons-hors-serie/steve-rogers-le-super-soldat/12167.html

      • Matt  

        Et tu l’as lue toi cette mini Rogers, super soldat ?
        Il y a eu une période où il avait cette identité, c’était aussi le cas dans les Secret Avengers de…Brubaker (encore !!) et Warren Ellis (qui poursuit la série)

      • Matt  

        Je pense plutôt que ça date de la période post résurrection de Steve et avant qu’il reprenne le rôle de Cap. Mine de rien, pendant un moment, Steve n’a pas voulu redevenir Cap. Et même s’il était en vie, c’est Bucky qui continuait.
        Il y a donc eu cette série dont tu parles, les Secret Avengers…et dieu sait quoi.

    • Matt  

      « transferts d’esprit des uns dans le corps des autres à base de cube cosmique (je crois que je le hais celui-là en fait, il est le fil rouge de tout un tas de comics que je déteste ! Pour moi Cube Cosmique = Histoires à la noix avec des plots que je trouve débiles (les plots, pas les lecteurs)) »

      Euh…tu confonds. Le cube cosmique est détruit à la fin du premier deluxe. Cube cosmique = premier deluxe que tu as toi-même chroniqué et adoré^^
      Y’a pas de cube dans les deluxes 3 et 4. Oui Crâne Rouge partage son esprit avec Lukin (mais depuis le premier deluxe en fait) et…c’est tout. Le reste c’est de la politique, de l’espionnage, de la manipulation de gens. J’ai trouvé ça très bien^^

      • Tornado  

        Oups. C’est dire si je me souviens de tout… Pfff… Trop longue cette série ! :D

    • Matt  

      Et j’ai relu ça il y a moins de 2 semaines alors tu peux me faire confiance^^
      Le seul « transfert d’esprit » dans le 4eme deluxe, c’est à la fin, après que Lukin se soit fait descendre par Sharon Carter. Histoire de ne pas faire mourir Crâne rouge (parce que les méchants reviennent toujours), tu as 1 page d’épilogue où on comprend qu’Arnim Zola a transféré l’esprir de Crâne dans un robot. C’est tout. Une page. Un épilogue. On s’en passerait même de cette page^^
      Les transferts d’esprit à la con dan un nouveau corps c’est dans Reborn (et sans cube cosmique, mais avec Zola qui bricole un machin de Fatalis ou je sais pas quoi…enfin c’est nul^^ Mais c’est pas les deluxes 3 et 4 !!)

      • Tornado  

        Oui, je me souviens mieux à présent. Mais quand même, c’est vachement alambiqué ces personnages qui ont l’esprit de l’un dans le corps de l’autre. Ça m’avait quand même un peu donné mal au crâne (rouge !).

        • Matt  

          Bah il n’y en a qu’un qui partage son esprit. ça fait un méchant schizophrène^^. Et tu as déjà cette révélation à la fin du premier deluxe.
          Je n’ai pas trouvé que ça gênait en tous cas. L’intrigue est du pur Brubaker réaliste avec complots, manipulation, déstabilisation du pouvoir en place. En le relisant j’ai vraiment bien aimé. Pour moi c’est le tome 2 qui fout la merde dans le rythme. Si tu te tapes la lecture du tome 1 au 4, tu as la sensation que c’était long. Mais en fait le tome 2 ne sert à rien^^

        • Matt  

          J’étais sur le point de tout revendre sauf le tome 1 et le 8 comme je te l’avais dit par mail^^
          Mais du coup, comme j’avais plus rien à perdre et que ça faisait des années que j’avais lu ça, je me suis dit « allez je relis juste ce que je me souviens avoir aimé »
          Et au final, comme ça tenait debout sans se taper les passages longs et chiants (tome 2, Reborn, tout ça), ben là je me suis dit « oh ! cool »
          Et c’était plus fluide à la lecture^^ Tu entames le tome 3 en mode « investi » alors qu’en te tapant le tome 2 avant, je pense que tu ressens déjà de la lassitude^^

  • Matt  

    Et techniquement tu n’as pas tort sur le deluxe qui précède Reborn. J’ai mis une vilaine note mais parce que je sentais déjà que ça ne servait qu’à préparer la résurrection de Cap…
    Et à ce stade j’étais fatigué des flash back parce qu’il y en avait déjà plein dans les précédents deluxes.
    Je suis peut être un poil trop sévère sur le tome 5 alors.

    Le 7…bon j’ai bien fait de ne pas le lire on dirait^^

  • Matt  

    Sinon quand même…à force de lire du Brubaker, j’ai quand même halluciné de voir tout ce qu’il a produit en peu de temps. C’est pour ça que je n’avais pas envie d’être méchant non plus envers lui.
    Attention hein ! Ce qui est nul reste nul, ça ne change rien (Deadly Genesis, certains passages de Cap)^^ Mais je ne le traiterai surement pas de tâcheron ou de mauvais scénariste. Je suis assez impressionné par la quantité de boulot abattu.

  • Eddy Vanleffe  

    J’ai toute une partie de ce run dans mes Icons… je ne le relis jamais… je n’ai pas d’affect sur un personnage. le fait qu’il porte un drapeau et qu’on est toujours dans des relation de régiments avec l’Amérique…patati patata… je ne suis pas le cœur de cible en fait.
    mais Ed brubaker fait un run épatant de reprendre les fondamentaux classique en vrai amoureux du personnage tout en modernisant le format plus moderne…
    La décompression me faisait chier parce que chaque mois je devais me rappeler où on en était dans cette intrigue touffue…
    le guide intermittent: bizarre comme concept…mais bon pourquoi pas?

    • Matt  

      Ha ha ! Pour un lecteur ongoing comme toi, je suppose que c’est bizarre comme guide^^ C’est le guide pour les mecs qui veulent économier (argent et place) en lisant juste les bons arcs narratifs, et de façons à ne pas trop louper de trucs importants non plus^^
      Je n’ai pas vraiment d’affect pour Cap non plus. Mais toutes les parties sur Bucky, j’accroche bien.

    • Matt  

      En Icons ça doit être bien moche sur leur papier naze les dessins de Epting, vu que le noir est grisâtre et que les planches sont souvent sombre.

    • Matt  

      Ah, à moins que tu parles des revues kiosque Marvel Icons ?

      • Eddy Vanleffe  

        oui kiosque…je ne suis pas un fan de cap et j’en ai très peu (le volume de la collection rouge chez Hachette par Byrne) mais je garde mes revues Icons avec du Bendis et des trucs que je trouvais sympa à l’époque comme les FF… j’ai arrêté pendant SECRET INVASION…

        • Matt  

          Moi j’aime les récits d’espionnage, de complots.
          J’aime bien la veuve noire aussi^^
          Et du coup Bucky a une dynamique différente de Rogers en tant que personnage, donc là ça marche très bien sur moi cette recette façon Brubaker.

          Je n’ai aucun autre comics de Cap parce que je n’apprécie pas plus que ça non plus si ce n’est pas écrit d’une façon qui me plait.

  • Bruce lit  

    Simple et efficace, une bonne idée que ce best of du Cap de Brubaker, tant il est vrai que 7 ans de production industrielle n’augure pas d’une qualité constante.
    J’avais lu et apprécié les 1eres histoires avant de me décourager : on m’avait tellement vanté la mort de Captain pour ensuite apprendre sa résurection pourrie que je n’ai pas été jusqu’au bout. La résurection de Captain America est le coup de poignard de trop d’une période que j’aurais aimée plus intègre. Si je ressors mes volumes, je saurais désormais comment bien lire ça.
    Merci.

    • Matt  

      « on m’avait tellement vanté la mort de Captain pour ensuite apprendre sa résurection pourrie que je n’ai pas été jusqu’au bout. »

      Ah bah techniquement sa mort est bien. Pas comme celle d’un Diablo qui ne sert à rien et fait juste un « effet choc » chez les X-men.
      Il y a vraiment un côté « le système est pourri, Cap est arrêté dans son propre pays pour défendre des valeurs auxquelles le pays ne croit plus, la mort d’une époque, etc. »
      Et le plan des méchants qui utilisent les failles d’un système capitaliste pour en prendre le contrôle est également bien vu (là je parle du deluxe 3 et la 1ere partie du 4)

      Il y avait même la reprise de flambeau par Bucky. ç’aurait pu rester comme ça. Mais Marvel a été frileux comme d’hab (ou alors les fans furieux peut être, ils voulaient revoir le vrai Cap)
      Ils ne peuvent rester morts ces mecs.
      Enfin bref on les connait ces contraintes du mainstream des super héros. Si on ne peut pas faire avec et conserver uniquement ce qu’on veut en faisant abstraction des trucs commerciaux qui nous gonflent, autant arrêter d’en lire complètement.

      • Bruce lit  

        Oui, c’est ce que je dis : Cap a certainement eu la plus belle mort de l’histoire de Marvel : le rêve américain est mort, les idéaux démocratiques qu’il a trahi durant la Civil War meurent avec lui. C’est terrible, c’est aussi fort que le cancer de Mar-Vell.

  • Présence  

    Une approche intéressante pour passer en revue un gros morceau de continuité sans aboutir à un article fleuve ou énumératif. Après avoir vérifié, je me suis arrêter à l’épisode 605, c’est-à-dire au milieu du tome Deluxe 7… visiblement juste avant qu’Ed Brubaker ne retrouve l’inspiration… Non… Résister je dois…

    Je n’ai pas lu non plus la 2ème série, celle de 201, ni même celle de Bucky, ayant éprouvé la même sensation que toi, à savoir que Brubaker commençait à être un peu fatigué.

    Fort heureusement, il a retrouvé toute sa fougue et son inspiration sur ses séries indépendantes publiées par Image.

    • Matt  

      Vu tout ce qu’il a fait, cette fatigue n’est guère étonnante^^
      Combien d’autres ont fait autant de trucs en si peu de temps ? Bendis oui…mais là c’est clairement le résultat inverse : peu de réussites et plein de bouses (et plein d’events aussi)
      Sinon…je ne trouve pas trop d’auteurs occupés sur je ne sais combien de séries par mois pendant aussi longtemps.

    • Matt  

      La série Winter Soldier en 14 épisodes a l’air bien. Je l’avais en plus…mais je l’ai pas lue. J’ai filé les revues à Tornado pour le run de DD^^
      En fait ça me gonflait d’avoir toutes ces revues qui prennent trop de place. Je voulais pas les garder. Et si j’avais lu le Winter soldier et que j’avais adoré, je n’aurais pas pu m’en débarrasser^^ Donc je crois que j’ai volontairement pas lu le truc pour pouvoir faire du vide dans mes étagères.
      Ouais je suis bizarre des fois…

      En tous cas ça semble bien plus orienté complot, espionnage que la série de Cap de 2011 qui ressemble à du mainstream en mode automatique. Faut savoir s’arrêter Ed, au bout d’un moment les idées…

    • Fred Le Mallrat  

      Alors mon avis est en effet que le relaunch de Cap est pas terrible.. Certes pour un fan comme moi il y a l ameridroid, la mad bomb.. mais c est en dessous du précédent run. Brubaker essaye de faire plus lumineux, plus superheros.. mais il n y arrive pas toujours.
      Le dernier numéro par contre est une vraie fin du run avec un regard en arriere.. bref trés méta et vaut la lecture.. bon aprés Mcniven est à son meilleur niveau qu il ne retrouvera jamais avec du mouvement, des decoupages audacieux.. puis il y a davis.

      La série Winter Soldier est bien dans la continuité du procés de Bucky.. une bonne histoire d espionnage qui clot aussi la relation avec Widow …

      La mini Steve Rogers est interessante.. de l espionnage mais en deça surement aussi à cause d eaglesham.

      Marvels Project ne va pas assez loin.. il revient sur le fait que pas mal de héros de l époque sont des armes crées… mais ne le rattache pas ensuite à Weapon Plus.. j attend toujours qu un bon auteur revienne sur le fait qu une partie non neglgeable de personnages marvel soient des armes… Brubaker s en sert juste pour introduire son « villain » de Secret Avengers et du 6eme volume de Cap.

      Secret Avengers a quelques bonnes idees mais là aussi ca reste trop en surface.. jamais réutilisé (Fu Manchu..)

      • Présence  

        Merci pour cet avis sur la deuxième série de Captain America par Brubaker. A l’époque, je l’avais écartée d’office, par a priori… tout en continuant de me demander ce que ça pouvait valoir.

        • Fred Le Mallrat  

          C’est decevant mais quand on est fan de la série, il ya quelques points interessant et surtout le dernier numéro qui boucle le tout.. qui est un vrai numéro de conclusion superbe

  • Fred Le Mallrat  

    Oui mais bon….
    Vous discutez aussi de points.. qui sont un peu imposés…
    C est un peu comme les passages « obligés » sur spidey, xmen ou que certains auteurs font y compris les plus récents et qui sont parfois alambiqués.
    Certains points comem le cube cosmiques, Sin, le transfert d’esprit sont un peu la mythologie de la série… plus ou moins bien traités mais c est un epu comme la resurrection de Jean Grey, le petage de boulon de wolverine, Havok ou polaris manipulé par un tiers ou Rogue qui se plaint de ses pouvoirs..

    J’ai fait quelques fiches courtes sur la continuité et la mythologie de Captain America dans le run de Brubaker…
    Plutot que de vous saouler
    [url]http://www.superpouvoir.com/brubaker-captain-america-prologue/[/url]
    [url]http://www.superpouvoir.com/ambiance-brubaker-captain-america/[/url]
    [url]http://www.superpouvoir.com/red-skull-cubes-cosmiques/[/url]
    [url]http://www.superpouvoir.com/retours-bucky/[/url]
    [url]http://www.superpouvoir.com/captain-america-list/[/url]
    [url]http://www.superpouvoir.com/clone-captain-america/[/url]
    [url]http://www.superpouvoir.com/personnages-brubaker/[/url]
    [url]http://www.superpouvoir.com/brubaker-bad-guys1/[/url]
    [url]http://www.superpouvoir.com/brubaker-badguys2/[/url]

    • Matt  

      Moi je ne me plains ni du cube, ni de Sin, ni de l’échange d’esprit.^^
      Je me plains du fait qu’il se passe rien en 12 épisodes dans le 2eme deluxe. Juste Sin et Crossobones qui foutent la merde et Red Skull qui réveille un robot géant ou je ne sais quoi. Pas passionnant pour un sou. Et complètement évitable. On passe direct du tome 1 à 3 et on comprend tout quand même.

      Après je me plains de la résurrection parce qu’en plus d’être un gimmick de Marvel, c’est fait à l’arrache (même les dessins !) je n’ai pas senti que ça passionnait Brubaker ce récit.
      Accepter que les héros ressuscitent…oui bon ok je veux bien…mais m’imposer la lecture des résurrections ? Non.

      • Fred Le Mallrat  

        Là où je te rejoints ce st que par exemple a aucun moment ca ne l interesse d expliquer comment Faustus est vivant apres une balle dans la tête clairement montrée…
        Donc, il est clair qu il aurait pu se passer de pas mal d explications alambiquées sur Sin ou Rogers.

        Apres bon moi j’aime assez l arc avec Master Man, Union Jack et Spitfire. C est un peu en dehors de la trame officielle mais justement.
        Je trouve que trop d auteurs arrivent aujourd hui avec un seul discours et te le baratine sur 35 numeros..
        Le decoupage en arc.. mouais.. C est pas mal quand les xmen ne combattaient pas toujours des pro ou anti mutants radicaux.. mais qu il combattait du supervilalin, allaient en terre sauvage, dans l espace ou en terre sauvage..
        A un moment, c est bien de pas avoir un projet totalement ecrit mais ausi de faire vivre ses personnages…

      • Fred Le Mallrat  

        Apres si ca t interesse mes articles sont courts.. sur des points précis…

        • Présence  

          J’ai lu toutes les fiches : merci beaucoup pour les liens.

          J’ai découvert de nombreuses informations sur les différents personnages : un impressionnant travail d’historien Marvel.

          • Fred Le Mallrat  

            Une torture aussi..
            Cela part de point que j avais fais sur un forum.. retravaillé pour d autres et enfin retravaillé pour superpouvoir…
            Ca m a découragé de faire le type d article que vous faites.. c’est pas pour moi.

  • Fred Le Mallrat  

    Par contre, un point que je ne dis pas dans mes fiches, il me semble et que je veux indiquer.. c est qu une des erreurs, à mon avis et lç je suis en désaccord avec pas mal de points de Mattie ou Tornado… c est que Bucky en Cap est une erreur.
    Pas forcément une erreurde Brubaker qui voulait écrire plus sur Bucky à qui il s identifiait que Steve… mais il ya un moment bancal pour moi dans la série avec Buck en Cap et qui n est pas le deluxe avec le cap des années 50 où là au moins on a un disocurs sur le tea party et la montée ‘déjà) du populisme aux USA qui, pour moi doit être dans la série. (Tu n ecris pas Captain America vrailment bien si tu n’as rien à dire politiquement et socialement.. c est pas Spider-man où le minimum de discours peut etre dit) mais ensuite (deluxe 3 et 4)…

    Pour moi Captain America doit être un rôle tenu par un personnage qui a un idéal ou une vision sociétale.
    Que ce soit à droite (John Walker, Naslund le cap des 50′s) ou à gauche… (ou au centre d ailleurs).
    Bucky c est un soldat.. il se bat.. mais un peu comme Parker.. il faut lui dire ce qui est mal (la mort de son oncle, son revirement durant Civil War ou d autres events..).
    Bucky c est Cap si l univers Marvel devient l univers DC car il est le 1er sidekick.. mais franchement Sam Wilson est tellement plus interessant dans le role du Captain…

    J aurais terminé la fin du règne de Bucky de facon plus claire sur son incapacité à être Cap.. ce que brub ne fait pas car il est indulgent avec ce personnage.. et que surement.. Brub’ n est pas un auteur trés politisé.

    Captain America bien fait.. Il est un ideal de société confronté à la réalité… idéal Reagannie avec John Walker.. idéal démocrate avec Steve Rogers (il commence avec Rossevelt et son retour dans les 60′s le mèle à Kennedy pour Stan Lee).. ou plus à gauche avec Wilson.

    Le souci est qu apres 30 ans à défaire le soldat.. (Lee refuse de le méler au vietnam, Steranko le mèle plus à l espionnage, Englehart en fait un idealiste, un symbole et refelchit là dessus, Dematteis explicité son idealisme, Gruenwald le détache totalement du Gouvernement..), Waid puis Bendis et Brubaker (alors que Liefield, ou Morales pour prendre deux sepctres qualitatifs vont revenir à l ideal) fortifient l aspect soldat contrairement à tout ce qui a été ecrit avant (quand on lit qu il aurait été agent du SHIELD alors que c est bien un point de discordes incessants avec Fury ou le gouvernement de Cap 100 à Cap 442)…
    Bref..
    Bucky se coule bien dans le soldat.. mais à mon sens c est ne comprendre que 20% du perso.. qui est loin de cela depuis bien longtemps.

    • Matt  

      Mais ça contribue à rendre le personnage plus humain et identifiable. Ce n’est pas un monolithe d’idéalisme certain de ses convictions. C’est un mec qui veut bien faire. Certes on s’éloigne peut être de l’essence de Cap tel qu’il a été imaginé…mais justement après 50 ans, on peut faire autre chose non ?

      • Fred Le Mallrat  

        Je ne pense pas qu’on le rende plus humain ou identifiable.. ou alors par rapport à un type de public.
        Je pense que Bruce ou d’autres par exemple s identifient plus à des personnages qui ont des convictions importantes.
        Pour moi, Parker est par exemple une girouette… quand tu sais pas vers qui tu penches entre deux spectres opposés comme Stark ou Rogers… On va dire que tu es capable de voter n importe quoi..

        Est ec que Rogers est « certain » de ses convictions? Il est certains d un certain nombre mais je pense qu il y a beaucoup de gens qui en sont tout aussi certain (a tort ou a raison).
        On est tous autant monolithique sur certains points qu on peut etre perdus sur d autres.. soit autant un rogers (ou un Wayne ou un punisher ou un stark) qu un Parker ..

        Aprés, je me suis mal exprimé. ca me dérange pas qu on fasse de Bucky, un Captain America.
        Déjà car remplacer le personnage principal a deux objectifs:
        1-developper un nouveau personnage ou un personnage moins developpé,
        2-Montrer que l original est justement le meilleur titulaire du poste et le developper aussi même en son absence par comparaison.

        Je parle plus des personnes qui soit trouvaient qu il était un bon Cap ou qu il était le mieux placé pour reprendre le rôle.
        Je trouve que Captain America n est pas un simple soldat mais bien un symbole.. et qu il faut que le personnage puisse proposer une vision sociétale.
        Je trouve donc que Wilson (ou Walker ou Nuke ou Stark..) sont mieux placés que Bucky.. et que le passage « automatique » de sidekick à titulaire est plus DC que Marvel.

        Surtout que le gars qui veut bien faire pour remplacer Rogers.. c est aussi un peu … un passage oblié (Jeff Mace, Roscoe, les deux cascadeurs par Lee, Hawkeye juste avant Bucky…
        Et que de toute façon, même avec un personnage qui a des convictions.. tu restes avec un personnage qui veut bien faire (Sam Wilson, Walker…) et qui est confronté au modèle..
        Et c est pas que Cap AMerica.. Si tu lis le remplacement de Batman, Flash, Iron Man, GL.. on a des gens qui veulent bien faire et se retrouve avec une ombre ecrasante du précédent titualire du poste… La série Starman (ou celle sur Quasar, meme si on est pas au même niveau) sont sur le principe de cela..

        • Matt  

          Le mieux pour le remplacer ? Non.
          Surtout que ça s’est fait un peu à l’arrache après qu’il ait échappé à ses commanditaires, qu’il se sent coupable, et qu’il est assez violent.
          Mais ça rend le personnage intéressant de le montrer endosser ce rôle. Pas forcément pour montrer qu’il est mauvais (car je ne pense pas qu’il l’est) mais que c’est difficile.
          D’ailleurs il le dit lui-même que pour l’action il s’en sort mais pour inspirer le peuple et faire des discours il se vautre.
          Mais j’aimais bien aussi le fait qu’il use d’une arme. ça fait un peu moins couillon que se battre avec uniquement un bouclier « magique » qui rebondit parfaitement^^

        • Matt  

          Et je précise que je ne suis pas « pro-armes »
          Seulement à un moment faut être logique. T’envoies pas mère Theresa contre des terroristes armés jusqu’aux dents.

          • Fred Le Mallrat  

            Non mais si on reste logique… t envoies pas les xmen contre des tueurs.. pas spidey contre morlun, pas le punisher contre tout un gang… ;)
            Là tu restreints ta logique :) ca vaut pour batman quoi.. c est pas un batarang et une batmobile … :)

          • Fred Le Mallrat  

            Cap c est pas Ghandi.. il a certes juste un bouclier. Mais quelel difference avec un lancer un Billy Club (DD?), il est plus for, plus agile, plus entrainé que le punisher..

            Là tu remets en cause tous les personnages sans pouvoirs.
            « Mais que font Widow, Cap et Hawkeye contre Thanos? »

            Certes mais dans tous les events.. c est Cap ou Batman qui restent debout… C est une forme d allegorie…

          • Matt  

            Widow contre Thanos ne fait rien de toutes façons…
            Mais en tous cas je ne la vois comme une héroine. C’est une espionne, elle tue.
            Je ne demande pas à Cap de tuer, mais ça ne me choque pas qu’il use d’une arme.

        • Matt  

          D’ailleurs je me suis marré quand les ennemis de Cap sont surpris qu’il soit si violent^^ Crossbones se fait poignardé, criblé de balles, à chaque fois qu’il semble dominer Cap et sur le point de se marrer^^

          • Fred Le Mallrat  

            Là c est différend. Il est violent car il est perturbé par disassembled et par le retour de Bucky.

            D ailleurs je te parlais du dernier Brubaker où tu vois une scène identique sur le métro mais avec un Rogers apaisé.

            C est en cela qu il est un homme comme un autre. Ila des convictions mais ne sait pas toujours quand.. lever le pied ou faire des compromis utile.. il est aussi un personnage qui peut etre frustré, en colère ou ne pas se sentir à sa place..
            Le Captain America de Stan Lee à Gruenwald.. non seulement n etait pas un soldat mais un idealiste mais surtout un homme toujours hors de la pensée dominante du moment et donc jamais à sa place.. se sentant toujours comme s il aurait du ne pas survivre à al glace.. (il finissait 70% de ses histoires, la tête basse.. s il ne la commençait pas ainsi (regarde mon deuxieme article))

            Ce dernier numéro est vraiment sympa et il clot plutot l histoire du Cap des années 50 (qui se ballade toujours quelque part… un peu comme les inhumains de la terre reborn ou un double de wolverine de Age Of Ultron :) ).

          • Matt  

            Non je parlais de Bucky Cap, quand il botte le cul de Crossbones et de Sin à coups de bastos^^
            Mais bref…tu connais mieux le personnage, moi je juge juste la version de Brubaker en soi, sans comparer. Et j’aime bien ce qu’il a fait de Bucky, c’est tout.

          • Fred Le Mallrat  

            Pour Bucky on est d accord.
            Jusqu’à Brubaker c est un personnage assez ininteressant.
            Nicieza en fait déjà un perso plus bravache, n hesitant pas à des méthodes que cap ne ferait pas dans la mini Adventures Of Captain AMerica mais en dehors de cela.. c etait un perso que je ne souhaitais pas voir revenir tellement il était ininteressant.
            Donc oui Brubaker a quasi crée ce personnage de winter soldier et l a rendu interessant.
            D ailleurs, si on peut reprocher une chose, c est que même s il était fan de la série, il ne semble pas avoir eu envie ou avoir eu quelque chose à dire sur Steve Rogers mais bien sur Bucky Barnes.

        • Présence  

          Des convictions importantes – Je n’avais jamais pensé à cette caractéristique de Steve Rogers. Après t’avoir lu, je me dis que c’est aussi pour ça que j’ai autant apprécié Sam Wilson dans le costume. Dès le début, Nick Spencer lui fait dire qu’il n’a pas les mêmes convictions politiques que Steve Rogers et qu’il ne représente pas la même Amérique.

    • Jyrille  

      Le dernier film AVENGERS te donne raison, Fred : ce n’est pas Bucky qui devient Cap (ce qui me semblait pourtant évident en voyant les films) mais Sam Wilson. En te lisant, c’est un choix qui semble plus judicieux en effet.

      • Fred Le Mallrat  

        Bucky c est un soldat.. en quoi peut il inspirer?
        il est plus efficace en Winter Soldier.

        • Jyrille  

          Je n’y avais pas vraiment pensé, c’était presque naturel. Donc finalement c’est une bonne surprise que ce soit Sam Wilson le nouveau Cap.

  • Matt  

    Tiens et quand Brubaker bossait encore avec Rucka sur Gotham Central en 2005, il écrivait déjà Cap pour Marvel.
    C’est possible ça de bosser pour Marvel et DC en même temps ? Il s’est déchiré avant les années 2010 le Brubaker…

    • Fred Le Mallrat  

      Bien sur que c est possible…
      Tom King bossait pour les deux avant que DC ne lui fasse signer un contrat d’exclusivité tout en lui permettant de finir Vision.

  • Vindicator  

    Merci pour ce guide de lecture.
    C’est bien Captain America après Secret Empire ?

    • Présence  

      Catpain America après Secret Empire – J’ai lu les 2 premiers tomes écrits par Ta-Nehisi Coates et j’ai bien aimé. En surface, c’est des histoires de superhéros vite lues et focalisées sur l’action. Le scénariste prend en compte la situation dans laquelle Steve Rogers s’est retrouvé après Secret Empire. En creux, il parle des conséquences d’une approche politique comme celle de Trump.

      • Fred Le Mallrat  

        C est trop décompréssé .. Je suis partagé car il y a des episodes de total remplissage, bavards au possible mais aussi des moments de grace…
        Le 1er numero comme déclaration d intention reprenant Born again, dematteis, Englehart était assez magique pour moi.. réunissant pour moi ce qui fait l essence profonde de la série.

  • Fred Le Mallrat  

    Du tout.. c est bien avant.. entre disassembled et fear itself en gros

  • Jyrille  

    J’apprends évidemment plein de choses, car j’avais totalement occulté que Brubaker avait écrit du Cap, mais également que c’était auss long ! C’est marrant de voir ces personnages ici car je ne les connais vraiment qu’à travers les films du MCU et les quelques Marvel que j’ai lus ou possède avec Cap (White notamment).

    Bryan Hitch pas en forme c’est assez étonnant en effet. Tu as raison : on adore les histoires de prison ! D’ailleurs Q.H.I. est sans doute mon tome préféré de Sillage (le 7 je crois). Même les Hellbalzer avec Corben où Constantine est en prison sont vraiment cools.

    A part ça merci de nous avoir fait ce topo, je trouve ça super intéressant. Je change souvent aussi mes façons de voir dans tout le bordel que j’accumule et parfois, je vire plein de trucs (en ce moment, je vire beaucoup de mes mp3 qui ne sont pas en 320kbps).

    Ce genre d’article, même si je ne lirai jamais ce run, j’en redemande !

    La BO : sympa, j’aime bien.

    • Bruce lit  

      The Killers : c’est un peu pomppier, le chanteur en fait des tonnes, mais le 1er album est cool. Je n’ai jamais été plus loin. Sans doute le groupe existe encore.

      • Fred Le Mallrat  

        @Bruce: Killers? Je preferais Bravery (enfin le 1er album)

    • Fred Le Mallrat  

      White est pour moi un plantage complet..
      Bon déjà ca ne reprend pas les révélations faites par Brubaker que l histoire de bucky qui surprend Rogers est de la propagande.. mais pas réel … mais bon c est accessoire.
      Le souci profond et que Loeb et Sale continuent leur collection d histoires d amour (Blue, Yellow, Gray..) mais là ne vont pas au bout..
      On est en plein dans cela ..
      Et si on est pas dans cela.. le coté completement rétro jusque dans la caracterisation est un peu bébète.
      Bon c est superbement beau car c est Sale..

      • Bruce lit  

        Oh là tu vas fâcher Tornado, là….

      • Tornado  

        On n’a vraiment pas les mêmes grilles de lecture…
        Ce que représente le personnage, ou plutôt la bannière de Captain America, quel personnage est le plus apte à la porter, etc. Je ne m’y intéresse pas du tout. Ce sont des personnages de papier la plupart du temps et rares sont les auteurs capables de les habiter. Surtout dans le old-school où ils s’expriment comme des gamins de maternelle ou pire, comme des chevaliers du moyen-âge.
        Je ne viens pas pour lire le personnage, mais pour lire une bonne BD. C’est donc la manière dont elle est écrite et dessinée qui est la plus importante pour moi. Pas la caractérisation du personnage ou sa perception par l’auteur/rapport à une continuité obsolète à présent, qui ne vaut plus tripette. Résultat : WHITE est la perfection à mes yeux : Sperbement écrit, dialogué, dessiné, référencé artistiquement, candide plutôt que bébête. Le reste je ne le vois même pas. Et surtout je ne vois pas en quoi c’est à côté de la plaque. C’est du Captain America exactement comme j’ai envie qu’il soit. Rien à jeter contrairement aux séries ongoing où un épisode sur deux est du remplissage. Là tu as une oeuvre, avec un début, un milieu et une fin. La manière d’introduire Bucky n’est pas en cohérence avec tel ou tel truc de la continuité et c’est pour ça que je devrais trouver ce comics de toute beauté raté ? Je crois qu’on ne vit pas dans le même monde ! ^^
        Je ne juge jamais un comics sur sa cohérence de continuité avec des histoires que je trouve nulles, en plus. Je juge le comics pour ce qu’il vaut lui-même. Et je ne vais quand même pas laisser des comics 100 fois moins bien faits lui faire de l’ombre sous prétexte que le personnage est plus comme si ou moins comme ça. Des détails auxquels je n’accorde strictement aucun intérêt. Ceci étant dit, j’ai quand même suivi les posts passionnés de Fred avec attention. Ça me permet de comprendre à quel point on peut avoir des points d’entrée différents. Mais ça ne me fera jamais changer d’avis sur la valeur que j’accorde à tel ou tel comics.

        • Fred Le Mallrat  

          Mais je juge bien White sur sa qualité propre.
          je dis bien que le détail de continuité.. est un détail dont je me fous puisque la série se veut « intemporelle » en quelque sorte.

          Je n ai pas une grille de lecture: j en ai une multitude en fonction de comment l histoire est construite, par quel auteur, à quelle epoque, sur quel support (ongoing, mini.. clairement en continuité ou pas)..
          Mais à la fin, une histoire superbe qui contrdit la continuité: je la trouve superbe.. C est le DD de Miller, le Thor de simonson, Le Captain AMerica de Lee/Kirby aussi d ailleurs pour donner des exemples.

          Ce que représnete le personnage? c est aussi le fil de la série.
          Si tu ecris Captain America pour faire une histoire banale de superheros.. ca fonctionne, c est sur.. mais tu peux ecrire XXX autres personnages (dont le tien).
          C est un peu ce que dit Bruce sur Spidey… Si Spidey devient riche, adulé et avec une armure.. tu peux aussi ecrire iron man…
          Si James Bond n a pas plus son arrogance, son attraction à la gente feminine.. tu ecris en fait Jason Bourne.
          Que tu sortes de la zone de confort pour mieux y revenir: bien sur.. c est ce que fait slott à mon sens.. mais il revient quand même à un moment au coeur de la série.

          Mon souci est que c est une histoire d amour racontée mais qu on ne va pas au bout du déroulement en présentant vraiment cet amour.
          Si ce n est pas une histoire d amour, c est alors mal raconté.
          Et je persisite pour moi c est plus bébète et caractérise à la 60′s (a coté les comics des 70′s sont déjà totalement adulte).

          • Fred Le Mallrat  

            Apres c est ma vision des choses..
            Mais quand même, quand tu viens sur tel ou tel truc.. tu viens pas SEULEMENT pour la bonen histoire.

            Si on te vend un Xmen avec une histoire extroardinaire mais qui ne reprend aucun perso, aucun point ..
            Tu diras que c est extraoridnaire mais pas vraiment du XMen..

            Encore une fois, je parlais de mon avis sur Bucky en Cap.
            Je trouve que c est une bonne histoire mais apres je parle juste sur la durée.
            Mon souci quand même est que Bruabker qui s est identifié au personnage de Bucky est trop indulgent à la fin avec son personnage et que d autre part, il n avait pas vraiment d histoire sans bucky a raconter..

            Car oui le personnage est important dans l histoire quand même.
            On voit bien dans le volume 6 qu avant de conclure son run (la dernier ehistoire vraiment superbe), il n a pas d idee.. ou peu qui soient aussi soutenues qu avec Barnes.
            Il a bien écrit son run avec CE personnage en tête qu il voulait développer.. l histoire était vraiment celle de ce personnage en particulier.

        • Jyrille  

          Ne connaissant quasiment pas les comics de Cap, je rejoins l’avis de Tornado sur WHITE.

          • Fred Le Mallrat  

            Mais je ne juge pas forcément sur Cap… puisqu à mon avis il faut conclure l histoire d amour (hors si Bucky et Steve concluent… tu avoueras que c est pas trés raccord avec la continuité) :)
            La structure est la même que Blue, Yellow et Gray.. chacune raconte une histoire d amour romantique sur fond de suuperhéros.. et White n echappe pas à la regle ..

            Je dois pas me faire comprendre si vous persistez à penser que ce qui m ennuie dans White est la continuité ou le personnage…
            Mon souci est JUSTEMENT qu’il reste dans la continuité alors que tout dans l histoire la contredit.
            Il nous raconte un amour « interdit » à l epoque entre 2 hommes, dont un est plus jeune. J aurais préféré qu il aille au bout de son histoire et qu il contredise la continuité… car sinon son histoire n a aucun sens.

          • Jyrille  

            Ah oui ok là je comprends mieux ! Effectivement on peut le voir comme ça. Personnellement, cela ne m’a pas gêné mais juste un peu déçu, tout comme le tome FANTASIO SE MARIE. Il aurait fallu le mettre avec Spirou une bonne fois pour toute, avec Spirou qui ne sait pas s’il aime vraiment Fantasio ou Seccotine…

          • Bruce lit  

            Spirou est gay ?

          • Fred Le Mallrat  

            Ben je veux dire si tu prend ce point de vue romantique, ce qui pour moi est intentionnel puisque c est calqué sur les autres couleurs.. et que tu ne vas pas au bout.. c est pas ne deception.. c est que ton histoire est bancale..
            C est trop poussé pour etre de la simple amitié.. et si on le voit pas comme cela.. on a juste une reecriture tellement classique de Bucky/Cap.. que … ben pourquoi?
            A coté la réécriture de Nicieza est un monument..

          • Jyrille  

            @Bruce : non, mais des fois c’est à se demander. J’en ai eu l’impression pendant la lecture des Spirou par Morvan par exemple.

            @Fred : je ne ressens pas la même chose mais je peux comprendre. Je ne connais pas Nicieza hein ^^

            @Mattie : j’ai oublié de te dire que j’ai pas du tout compris les V1, V5 accolés aux numéros d’épisodes. C’est sans doute lié et partie de la continuité mais forcément je n’y comprends rien.

    • Jyrille  

      Ok merci Fred !

  • Fred Le Mallrat  

    @Tornado: en fait ec que j aime dans les comics. c est qu en général tu as plusieurs grilles de lectures.
    Tu as l histoire en elle même..
    l histoire par rapport à l oeuvre de l auteur
    l histoire par rapport à l histoire du personnage
    l histoire par rapport au medium, par rapport au genre etc etc…

    Si Watchmen est une bombe: c est pas que l histoire qui sur le point est assez classique..
    Il ya la forme, le discours, la complexité des liens entre les personnages.. ce que disent les personnages par rapport çà leurs modeles (Rorschach par rapport à Question).. ce que dis la forme et le spersonnages par rapport à ditko..

    Tu peux pas n avoir qu une seule grille de lecture.. tu es obligé d en avoir plusieurs et le meilelur est de pouvoir en les atteindre toutes…

    Il faut arréter de croire que je ne m interesse qu au personnage, qu a la continuité… J aurais vite arrété..
    Mon Captain America n est pas l originel.. tel que crée par Simon et Kirby…
    Mon Captain America c est l interprétation initié par Lee/Kirby et construite par Steranko, Englehart, Gerber, Dematteis, Miller/Mazzucchelli..
    J aime la version de Stern qui est peu politique.. peu sur l ideal et plus superheroique…

    Ca n existe pas un lecteur qui n a pas une vision d auteur… Les xmen de Claremont c est une contradiction de ceux de Lee/Kirby…

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *