L’insoutenable légèreté de l’être !

1ere publication le 31/05/14- Mise à jour le 11/07/17

Daredevil par Mark Waid, Paolo Rivera et Chris Samnee

J'adore cette couverture !

J’adore cette couverture ! ©Marvel Comics

par BRUCE LIT

VO : Marvel

VF : Panini

Panini se décide enfin à publier en Marvel Icons la première partie du run de Mark Waid sur le Diable Rouge 3 ans après sa sortie. Une logique de publication de nouveau complètement aberrante qui aura vu ce run publié en album pour la fin et le début en kiosque…Cherchez pas…C’est Paninaze..

Attention, ce commentaire révèle des moments clés de l’histoire.

Lorsque Waid arrive sur la licence, il ne tire aucune leçon du médiocrissime Shadowland qui voyait notre héros transformé en démon avec langue fourchue, cornes et en destructeur de New York. S’il en tient compte de manière sommaire, il est surtout question pour Waid de redonner à Matt Murdock une légèreté inattendue.

Plutôt que de le morfondre dans l’auto-appitoiement et la dépression qui caractérise le personnage depuis Miller, Waid rappelle l’intelligence exceptionnelle du héros, sa lucidité et n’éloigne jamais le spectre de sa psychose.

Le diable joue avec le feu...

Le diable joue avec le feu… ©Marvel Comics

Oui, DD prend tout à la légère : il plaisante, tombe les filles, se ballade avec un Tee-Shirt Je ne suis pas Daredevil et croque la vie à pleine dents. Ce qui aurait été particulièrement médiocre sous une plume moins douée, sonne juste avec Waid. Comme Murdock, Waid est le scénariste du détail au détriment parfois du général. Murdock sait que s’il examine sa vie, sûrement l’une des plus misérables du Marvel Universe avec Spidey et le Punisher, il risque de sombrer dans la folie. Cette légèreté surprenante va être contre toute attente une source de suspense insoutenable pour qui lira le run dans son intégralité.

Car les menaces vont aller crescendo : complot terroriste mondial, profanation de la tombe de son père, retour de Milla Donovan, turbulences de l’amitié avec Foggy et un cancer à l’horizon !  Et Waid prépare une intrigue assez géniale où un ennemi retrouve l’origine des radiation qui l’ont aveuglé.

Waid écrit de belles pages d'amitié avant le drame...

Waid écrit de belles pages d’amitié avant le drame… ©Marvel Comics

Dès lors deux hypothèses pas forcement incompatibles : Matt se ment à lui-même et sa dépression va finir par l’engloutir. Ou de toute façons les événements qu’il va subir vont de nouveau craqueler le vernis. Ô fan sadique, laisse une chance à ces épisodes ! Contrairement aux apparences, Murdock va vivre une page sombre de son existence ! Mais, ce qui est surprenant venant d’un vétéran comme Waid, c’est le torrent de nouveautés que le scénariste introduit à chaque épisode, à la manière de Dan Slott dans son Superior Spider-Man !

Et chaque situation dans laquelle le lecteur attend Matt au tournant va se révéler sous un angle inédit ! Et au final, tout ceci est très excitant !  Un peu à la manière de Grant Morrison sur Xmen, Waid fait du neuf avec du vieux malgré de nombreuses incohérences ; à la différence que Waid connait parfaitement le personnage et sa continuité !

L'action est au rendez-vous !

L’action est au rendez-vous ! ©Marvel Comics

Les enquêtes et les procès sont loin d’être passionnants, l’arc consacré aux données terroristes est insipide et les réactions de Murdock frôlent la stupidité ! On ne citera pas même pas un Crossover avec Spidey et le Punisher d’une rare médiocrité. Mais la force du run ne vient pas de là ! Mais d’avantage de la trame de fond que Waid tisse patiemment sur ces 36 épisodes où un final éblouissant vient changer la vie de Murdock à tout jamais !

Non seulement, Waid conclut la saga entamée par Bendis et Brubaker, mais également son propre run voire la série pour qui voudrait arrêter là ! Et ce côté old school est diablement efficace renforcé par les dessins magnifiques de Rivera puis de Samnee. Certaines couvertures sont sublimes, et loin de la surcharge propre aux comics, nos amis proposent des planches aérées à la lecture jouissive.

Un dessinateur éblouissant et un hommage subtil à Born Again !

Un hommage subtil à Born Again… ©Marvel Comics

fin born again

…la preuve en images ! ©Marvel Comics

Une séquence me touche beaucoup. Celle où Rivera met en scène un NY grouillant de vie avec un découpage à la Miller. Chaque sens de Murdock est discrètement mis en valeur tandis qu’il poursuit la conversation, qu’il renifle une crotte de chien , d’une musique qu’il entend ou d’un shampoing qu’il respire. Waid rappelle que mettre en scène l’univers de Matt et ses sens aiguisés est une entreprise difficile mais passionnante ! Et un clin d’oeil adorable à Born Again où Murdock porte les mêmes vêtements qu’à la fin de la saga où après avoir connu l’enfer, Matt retrouvait le sourire et l’espoir. Approprié hein ?

Et finalement, lorsque DD affronte l’homme taupe ou Klaw, Waid  se permet de jouer sur les sens de DD comme jamais. Sa vison du sens radar est formidable et le lecteur attend à chaque épisode sa séquence Radar Sense. Non exempt de défauts, le run de Waid rafraîchit l’univers de DD sans l’édulcorer. Son Murdock est un être sensible, profondément attachant où à sa compassion entraîne souvent sa perte.

Waid se rappelle en effet, qu’au fond de l’abîme Matt a toujours aidé les autres au mépris de son salut. Dans Born Again, mourant, il venait en aide à Karen Page et lui pardonnait sa trahison ! Il peint ici une adorable personnage secondaire, Kristen, avec qui la tension sexuelle va atteindre des pics.

Les séquences Radar Sense que tout le monde attend !

Les séquences Radar Sense ©Marvel Comics

Waid réintroduit du social dans l’univers de spandex : un superbe épisode où Murdock participe à une sortie scolaire avec de jeunes aveugles, il évoque sans détour depuis Jim Starlin la cruauté du cancer. Notamment celui des enfants. D’autres pages sont consacrées à l’homophobie et à la haine anti-musulmane…

Ce faisant il retrouve toute la verve du run d’Ann Nocenti, scénariste trop ignorée qui se servait d’un héros avocat pour aborder l’injustice aux Etats Unis. Il parvient à cet équilibre rare entre l’univers réaliste à la Miller et l’adéquation super héroïque. En s’attardant longuement sur la personnalité de notre héros, en sortant DD de la médiocrité où il avait de nouveau plongé avec Shadowland.

En se limitant à un casting réduit et en  ne faisant jamais machine arrière sur les intrigues tourmentées que traversent Matt Murdock, Waid écrit une des plus belles pages du justicier aveugle pour peu que le lecteur ferme les yeux sur quelques défauts mineurs. Une mine d’or de savoir faire et d’intelligence quand on sait que l’empereur des tocards, Charlot Soule, viendra souiller comme à son habitude notre héros préféré.

Des aveugles perdus dans la neige dans un épisode à la Nocenti !

Des aveugles perdus dans la neige dans un épisode à la Nocenti … ©Marvel Comics

....la preuve en images bis

….la preuve en images (bis) ©Marvel Comics

—–
Enfin réédité par Panini, le début du run de Mark Waid pour DD vient d’apparaître en Marvel Icons. L’occasion pour Bruce Lit de revenir sur ce run important dans la vie du Diable Rouge.

La BO du jour : d’autres adorateurs de Diables se réjouissent de la tournure optimiste des aventures de DD…

73 comments

  • Lone Sloane  

    Dans cette semaine où DD est un peu notre Santa Claus cornu, grâce à tes bons soins, Bruce, et en attendant avec pas mal d’envie de découvrir ce run en VF, j’ai lu :
    http://www.amazon.fr/DAREDEVIL-David-Lapham-Jimmy-Palmiotti/dp/2809441383/ref=sr_1_3?s=books&ie=UTF8&qid=1419371367&sr=1-3&keywords=Lee+weeks
    Et la première histoire, Des anges, à leur insu : enfer blanc, écrite et impecablement illustrée par Lee Weeks vaut le détour. Dans un New York assailli par le blizzard, un Matt Murdock hospitalisé et amnésique suite à un agression, recouvre peu à peu la mémoire et part dans la nuit tourmentée à la recherche d’un coeur qui peut sauver une fillette dans l’attente d’une greffe. En dépit de quelques faiblesses dans la narration, cette histoire met particuliérement en relief la volonté de fer de DD qui, même affaibli, met sa vie en péril pour sauver une enfant. Et le coté suspens dramatique qui fait songer à Urgences du regretté Michael Crichton, avec son lot d’invraisemblances, fonctionne bien pour qui a aimé cette série dans les années 90.
    Les deux autres récits sont, à mon sens, dipensables.

  • Matt  

    « Les enquêtes et les procès sont loin d’être passionnants, l’arc consacré aux données terroristes est insipide et les réactions de Murdock frôlent la stupidité ! On ne citera pas même pas un Crossover avec Spidey et le Punisher d’une rare médiocrité. »

    Eh ! Mais y’a un truc bien quand même à part le final et la caractérisation de Matt ?^^

    Moi avoir plein de questions : on y comprend quelque chose si on n’a pas tout lu de Bendis et Brubaker ?
    Tu parles de Milla qui revient. Moi je ne l’ai pas vue partir. Je crois avoir lu quelque part qu’elle pétait un cable à cause de Mr Fear mais je n’ai pas lu cet arc.
    Le problème avec DD c’est que j’ai l’impression qu’entre Kevin Smith et Waid (soit toutes les années 2000, une bonne douzaine d’années), il ne faut rien louper pour ne pas être largué. J’aurais bien aimé un topo sur ce qu’il faut que je lise pour miex apprécier ce run (merci de ne pas me répondre « tout » ^^)

    Le run de Bendis je me suis arrêté à « golden age ». Le run de Brubaker j’en ai lu une partie mais je ne l’ai pas. Il faut lire quoi pour Milla ? Ce truc là avec Mr Fear ?
    http://www.blog.bulledair.com/index.php?rubrique=album&album=daredevil_marvel17

    Et après je peux entamer celui de Waid sans être largué ?

    En tous cas c’est tentant. Et du même duo Waid/Shamnee j’ai des espoirs sur la série actuelle Black Widow. J’ai le premier tome mais j’attends la sortie en aout du 2eme pour commencer la lecture.

    • Bruce lit  

      Que de questions, 😉 , alors :

      1/ Etant un lecteur plus indulgent que moi, je pense que l’histoire du disque dur de l’hydra que DD transporte en permanence sur lui ne te choquera pas.
      2/ Le crossover : il s’agit de quelques épisodes avec le Punisher de Rucka que j’ai trouvé parfaitement inutile.
      3/ Oui, tu peux apprécier cet arc en ignorant totalement le travail de Bendis/Brubaker.
      4/ Milla est internée en psychiatrie chez Brubaker à cause d’un gaz (sic) inoculé par Mr Fear.
      5/Le run de Smith est rediffusé demain.
      6/ Les meilleures histoires de DD pour moi pour la continuité :
      -Le run de Smith
      -Celui de Bendis au moins jusqu’à Hardcore. L’épisode d’après est important car on y apprend le mariage de Matt avec Milla et son action en tant que protecteur de Hell’s Kitchen. Tu peux allègrement zapper Golden Age, Decalogue et The Widow où Bendis commence à faire du surplace et ne plus savoir exploiter le coming out de Murdock. The Murdock Papers enfin est pas terrible mais indispensable pour comprendre le run de Brunaker.
      -De mémoire, les 4 premiers arcs de Brubaker sont excellents. Les deux premiers rétablissent le statu quo de manière intéressante. Cruel and unusual est très bon. Tu peux arrêter au moment où Matt rejoint la main et zapper tout le run de Diggle et la grosse merde de Shadowland.
      Enfin, le run de Waid est à mon avis à lire intégralement parce que la somme des parties est plus importante que les détails un peu chiants par ci, par là.
      Tu peux lire ça sans être largué, c’est très compréhensible, très simple, très humain.

  • Matt  

    Quand je dis que je me suis arrêté à « golden age » en fait c’est faux, j’ai tout lu. Mais je n’ai pas gardé la suite que j’ai trouvée très bof.
    Brubaker j’ai lu ce qui suit l’arrestation de Matt en prison jusqu’à la découverte du piège tendu par la femme du caïd. Mais je ne l’ai pas acheté. Et comme je n’ai pas gardé la fin du run de Bendis, acheter le début du run de Brubaker qui en est une suite directe n’aurait pas d’intérêt.

    Je me souviens que Milla voulait divorcer mais donc faut-il lire les épisodes ou elle est victime de Mr Fear ?

    Sinon la collection Icons pour la publication VF (c’est pas un omnibus^^), ça ne devrait pas plaire à Tornado (papier mat). Quoique pour ma part je pense que pour ce type de dessin presque old school aux couleurs simples ne devrait pas souffrir du papier mat.

    • Tornado  

      L’arc « Cruel et Inhabituel » de Brubaker rentre dans mon top 10 des meilleures histoires de DD. Voir l’article ici :
      http://www.brucetringale.com/polar-vous-avez-dit-polar/

      Je boïcotte la collection Icons de Paninouille avec son papier mat. Je ne lirai probablement pas le run de Waid, d’autant que Bruce et Présence, malgré leur appréciation positive de ce run, en ont fait sortir suffisamment les défauts et les couaks pour que j’aie l’impression que ça ne va pas me manquer, sans parler de l’orientation « fun » du titre, qui ne me branche pas du tout avec tout un tas de vilains kitsch.
      Avec Charles tumSoule à la barre aujourd’hui, je pense que je ne pas près de relire DD avant un moment.
      Je vais par contre relire quelques vieux épisodes puisque je vais bientôt me retaper les Stranges autour du N° 200 (avec la saga du Super Bouffon chez Spidey et le fameux épisode de DD où il est coincé dans une maison piégée toute une nuit !).

      • Matt  

        Tu boycottes carrément ? ‘est dommage, le papier mat ne pose souci que sur certaines sagas. Je ne pense pas que ce soit gênant pour ce type de dessin et de couleurs. Ce n’est pas gênant pour le DD de Miller non plus. C’est dès qu’il y a de la colorisation moderne sombre pleine d’effets lumineux que ça devient non-approprié (X-men de Whedon, Captain America de Brubaker)

        Je vais peut être essayer de lire le 3eme et 4eme arc du run de Brubaker alors. Je n’ai lu que les 2 premiers je crois. Ou alors j’ai commencé le 3eme mais sans le finir. Faut dire que les 100% marvel à l’époque ou je lisais ça étaient durs à trouver. Je vois que maintenant ils sont sortis en deluxe.

        • Tornado  

          Il y a un soucis avec la réédition en deluxe :
          – Les deux premiers deluxes sont impeccables (réédition des albums 100 % Marvel 14 et 15, puis 16 et 17).
          – Le 3° deluxe regroupe les 100 % Marvel 18 et 19. Soit « Cruel et Inhabituel » et « Lady Bullseye ». Ça veut dire que ces empaffés de Paninouille sortiront un dernier demi-deluxe avec la réédition du 100 % Marvel 20 (« Le Retour du Roi »).

          Il fallait faire un mini-deluxe avec « Cruel et Inhabituel » (récit auto-contenu pouvant se lire comme la fin du run de Brubaker). Puis un dernier deluxe normal avec « Lady Bullseye et « Le Retour du Roi » qui forment une suite d’épisodes servant de prologue au run pouilleux de Diggle et à Atrocy-Shadowland.
          A moins que Paninaze ait décidé que le deluxe suivant regrouperait « Le Retour du Roi » (dernier arc de Brubaker) et « La Main du Diable » (premier arc de Diggle), faisant ainsi le lien avec leur deluxe « Shadowland » déjà paru.

          Perso, j’ai pris les deux premiers deluxes de Brubaker, mais je ne prendrais pas le 3°. Je préfère garder le 100% Marvel « Cruel et Inhabituel » plutôt que me retrouver avec « Lady Bullseye » de nouveau dans ma bibliothèque…

          Et sinon oui je boycotte la collection Icons. J’ai pris les 3 tomes de Spiderman par JMS mais à chaque fois que je les feuillète, ça m’exaspère ! Je déteste cette collection. S’il ne veulent pas du papier glacé, il existe aussi une solution intermédiaire (papier semi mat). Mais à mon avis, ils ont opté pour un papier de qualité moyenne histoire de faire des économies (c’est quand même leur spécialité à ces pingres de vendeurs de sandwichs (et c’est bizarre qu’ils ne répondent jamais quand on leur demande pourquoi le choix du papier mat…)).

          • Matt  

            C’est marrant moi ça ne me choque pas sur le run de JMS. Sauf quand Deodatto se pointe. Mais sinon pour JR Jr j’ai aucun souci.
            Par contre ouais le papier semi mat (ou semi glacé) c’est vachement bien. Je crois qu’en VO ils se servent pas mal de ça, à la fois sur le moderne et sur les oldies. ça reste donc moins mat que la collection « marvel vintage » (avec l’enfant intérieur) mais moins glacé que les intégrales Panini, et donc ça reste agréable à l’oeil pour les oldies et tout à fait acceptable pour le moderne.

            Pour les deluxes de Brubaker, je pensais de toutes façons prendre seulement le tome 2. Le tome 1 est bien, je l’ai lu mais il reste lié à la fin du run de Bendis que je n’ai pas bien aimé (et pas gardé). Reste que je devrais trouver le « cruel et inhabituel » en 100% Marvel. Je ne sais pas s’il est épuisé celui là…

        • Tornado  

          Pour ce qui est du run de Miller en papier mat, ça massacre quand même le GN « Love & War »…

          • Eddy Vanleffe  

            Le run de Brubaker est vraiment un des run que j’ai préféré de Daredevil toutes périodes confondues.
            dommage que ça envoie vers shadowland qui n’est pas à la hauteur.

            par contre j’ai adoré ce qu’en a fait Mark Waid, déjà Samnee et Rivera, c’est juste topissime graphiquement, ensuite c’est un super exercice de grand-écart dans le ton tout en restant cohérent avec ce qui vient avant.
            le jeu de chat et souris avec Kirsten en fait sans doute l’une des histoire sentimentales la plus intéressante qu’on ait écrite pour le diable rouge.

          • Matt  

            Tu parles de papier mat de mauvaise qualité pour faire des économies mais je le trouve quand même de bonne qualité. C’est épais et lisse. C’est pas le papier mat des monster absolument immonde qui fait buvard et qui ressemble à du PQ au toucher.
            Mais c’est vrai que normalement on adapte le papier au contenu. Et pas à la collection de livres. Panini fait du progrès niveau qualité d’impression, choix de traducteur, mais c’est pas encore ça.

  • Matt  

    Un autre truc pas clair : le run a 36 épisodes ? Mais c’est toujours Waid sur le « all new daredevil ». Alors c’est le même run non ? Et faut lire la suite encore ?
    Plus je pose de questions et plus je suis découragé. ça va encore prendre une étagère entière. Il n’a pas de foutues courtes histoires ce DD ? Je comprends pourquoi je finis toujours par faire l’impasse.

    • Eddy Vanleffe  

      Marvel relance au numéro 1 des runs en cours ouais, c’est un peu merdique à suivre…^^

      Mark Waid/Rivera/Samnee, c’est 36 épisodes, puis 18 avec une fin cohérente qui permet de ne pas vouloir la suite. une cinquantaine d’épisodes… c’est moins que Bendis et plus intéressant en plus…(je suis salaud quand même parce qu’au début a donné des arcs quand même biens tendus…

      • Matt  

        Moui bon bah…moi ça me calme en fait. 50 épisodes…
        Publiés n’importe comment en plus. Il va donc y avoir 2 Icons et 4 tomes Marvel Now pour moins d’épisodes que Bendis qui lui était publié en 4 gentils « marvel select » pas cher. ça calme.

  • PierreN  

    Ce qui est bien avec Soule, c’est qu’il nous permet de faire des économies en fuyant ses séries comme la peste.

    • Eddy Vanleffe  

      Ce qu’on dit sur Soule ici est assez violent mais illustre ce que je ressens pour tout cette générations d’auteurs qui me font bailler comme Cullen Bunn, Scott snyder, Charles Soule, Brian Wood, Tom Taylor, Dennis Hopeless, Jeff lemire etc…

      Je trouve qu’ils n’ont aucune personnalité, aucune marque, aucun truc qui donne envie de les suivre.
      Bendis, on peut dire ce qu’on veut,mais on l’identifie au bout de la première bulle. Pareil pour Matt Fraction.
      La vraie désaffection qui guette Marvel est d’avoir en ce moment une écurie de scénaristes complètement transparents.

      • PierreN  

        Heureusement qu’il y en a d’autres plus talentueux pour compenser (Aaron, Slott, Spencer, Ewing, Waid, David), mais comparé à la période des « architectes » cela manque de poids lourds actuellement chez la maison des idées (Ah je vois que Priest va s’occuper d’une mini-série sur les Inhumains, ce serait bien qu’il reste un peu plus longtemps, dans l’éventualité où son titre Deathstroke finirait par s’arrêter, ce que je ne souhaite pas).
        Ce qui me laisse plus circonspect ce sont les séries sur des personnages tertiaires (Foolkiller & co) avec des équipes créatives de petits jeunes pas du tout connus. Dans les années 2000, ce type de séries me semblaient plus engageantes, fun et attractives, et portés il est vrai par des scénaristes talentueux et à l’aise avec la gestion de l’univers partagé (Van Lente/Pak, Slott, DnA).

        • Eddy Vanleffe  

          Slott check j’aime bien

          Spencer, check Il est vraiment doué pour les histoires à tiroir.

          Peter David n’en finit pas d’écrire des séries en troisième plan un gâchis pour un gars qui pourrait reprendre n’importe quelle série X les doigts dans le pif

          Al Ewing me donne aussi l’impression de faire un truc dans son coin mais tellement que je l’oublie tout le temps.

          Waid est le dernier d’une génération encore bankable, j’ai bien ce qu’il fait.il pourrait conduire un Event, il en a les épaules.

  • JP Nguyen  

    Grâce au run pas bien terrible de Soule, celui de Waid m’apparaît comme définitivement plus sympathique.
    Les scans me rappellent plein de chouettes scènes et me donneraient presque envie de relire tout ça…
    Allez, juste un tout petit bémol sur sa connaissance du personnage et de la continuité : à un moment, Waid fait dire à Matt qu’il est originaire de… Brooklyn, au lieu de Hell’s Kitchen!

    • Bruce lit  

      Arf…Comme dirait l’ami Jean Luc Remy sur sa page FB consacrée à Tintin : c’est de la sodomie muscarine 🙂 (en gros de l’enculage de mouche) !

  • OmacSpyder  

    Le Daredevil de Waid&Samnee : une empreinte particulière sur un personnage qui se manie avec doigté.
    L’histoire permet d’explorer un Matt Murdock débarrassé de sa dépressivité caractéristique de ses derniers moments vécus et de le ramener vers l’insouciance des premiers instants. Comme l’article le souligne, le précipice n’est pas loin et une couverture y fait d’ailleurs allusion lorsque l’Homme sans peur croise l’Homme Pourpre : l’aveugle croisant celui dont la voix est une arme!
    D’ailleurs (et c’est marrant j’écrivais ça ailleurs hier), qu’est-ce qui fait que Matt Murdock est un homme sans peur? Dans ce run, Waid et ses dessinateurs semblent aller dans le sens où ayant tellement affronté et perdu, qu’est-ce qui pourrait désormais empêcher Matt de profiter de ses sens, de la vie, et donner ainsi un sens à sa vie. Là où la dépression était un mode de vie, « sans peur » revenant à n’avoir rien à perdre, ici c’est en effet le contrepied sur un fil qui est pris : ayant visité l’abîme, amusons-nous à danser autour. Diable!
    Et nous voyons ainsi Matt affirmer qu’il peut assurer qu’il n’est pas Daredevil. Et en effet : Je est un autre, Matt assumant son clivage complètement d’autant plus que son secret est quasiment éventé. Il n’a même plus cela à perdre!
    Ce qu’il a passé sa vie à perdre lui donne l’occasion d’être un funambule en permanence. Tant qu’à frôler l’abîme, autant le faire avec style. Et Dieu sait que Matt n’en manque pas! Danser dans la lumière projette autrement ses ombres, et ce run explore tout cela avec inventivité, en alchimie avec l’état d’esprit du personnage!
    Et cela nous mène en effet à cette tension qui nous fait nous demander à quel moment le fil va lâcher… Comme au cirque devant les acrobates. Et là les auteurs réussissent cette prouesse : c’est là l’esprit de DD! Virevolter au-dessus du désespoir, sans peur, sans voir, sans rien à perdre, sans espoir parfois, mais… avec style!
    Bref, pas de psychose à l’horizon, mais une névrose sublimée 😉

    • Bruce lit  

      Bien….
      Je crois qu’on a eu notre collant sur Divan spécial DD 🙂
      Dans Born Again, on y est quand même dans la psychose non ?

      • OmacSpyder  

        Oh…Je pense qu’il y aurait bien davantage à dire, puisqu’ici c’est la version Waid&Samnee. Disons que ça pourrait faire une esquisse…
        Dans la psychose dans Born Again? J’ai un souvenir de dépression aiguë avec en effet des moments de dépersonnalisation, mais ça reste sur le fil… Il faudrait que je m’y replonge^^

        • Bruce lit  

          Disons que parler à une cabine téléphonique, avoir des hallucinations et ce détachement émotionnel fait penser à un trouble psychotique au pire, au mieux à une dépression carabinée. Je pencherai quand même pour de la psychose ne me rappelant du run de De Matteis.

          • OmacSpyder  

            Des hallucinations sont possibles dans des dépressions névrotiques sévères, notamment de type hystérique. Si nous étions face à une dépression psychotique, Matt ne reviendrait pas à un état psychique initial ainsi. Le détachement émotionnel s’intègre au tableau d’asthénie de la dépression ainsi qu’au clivage défensif face à une situation traumatique.
            Pour le run de De Matteis, je ne vois pas…
            Comme quoi Matt Murdock est un cas complexe!
            D’autant plus que ses hallucinations concernent aussi régulièrement la figure maternelle, soit un moment régressif de retour du refoulé. Typiquement névrotique!

  • Matt  

    Il fut un temps ou je lisais surtout du Spider-man, des X-men et du cosmique. Ce que je préférais chez Marvel. Sans parler des mini séries par ci par là, telles celles sur Black Widow. J’ai élargi mes lectures à force de lire de bonnes critiques sur d’autres séries mais je me rends quand même compte que mon attrait pour un personnage et l’univers dans lequel il évolue joue toujours un rôle important. En gros pas moyen de m’intéresser à Captain America, malgré le bon run de Brubaker qui au final…ne m’a pas plu assez pour que je veuille le conserver. Cap m’indiffère. Commes les vengeurs, le Punisher, et d’autres…
    J’ai malheureusement le sentiment que je ne parviens pas à me soucier de DD non plus. Pourtant il évolue dans un contexte plus urbain comme Spider-man que j’aime bien. Mais ses histoires personnelles me passent au dessus le plus souvent. Son « supporting cast » est complètement vide comparé à tous les persos intéressants qui gravitent autour de Peter Parker (je parle des civils, pas des ennemis).

    Le run de Smith et celui de Bendis m’ont plu pour le super scénario du premier et l’aspect polar mafieux noir du second, mais je me fous toujours un peu de Murdock.
    Quand c’est bien écrit, je peux bien lire un deluxe de iron Fist par ci, un Thunderbolts de Warren Ellis par là, mais si le run dépasse les 30 épisodes sur un personnage qui ne me passionne pas, je me lasse. Je ne suis pas allé plus loin que 2 deluxes sur le Iron Man de Fraction.
    Du coup ouais je crois que ce que je préfère de DD parmi ce que j’ai lu, c’est celui de Smith. C’est assez court pour ne pas me lasser, et très bien.

  • Matt  

    Bon alors c’est quoi la meilleure partie de ce run ?

    « ben quoi, tu veux pas tout lire depuis le début ? »

    Non. ça fait cher. Et j’ai lu l’épisode 22 (premier épisode du Icons volume 2 de Panini, et je n’ai pas été perdu. C’est quand Foggy annonce son cancer et que DD croise Spidey (enfin…Doc Ock en Spidey)

    On peut commencer par là ? Ou les 21 premiers épisodes sont-ils meilleurs ?
    Et puis la 2eme série est publiée ensuite en kiosque et ça coute que dalle ça, donc je peux éventuellement aller jusqu’à la fin. Mais je ne tiens pas à avoir 2 Icons + des revues, ça fait too much.

    « mais comment tu lis toi ? Tu fais pas les runs entiers ? »

    Bah non^^ Celui de Nocenti, je ne suis pas trop tenté par le tome 2 d’ailleurs. J’ai feuilleté, et Ultron tout ça chez DD…bof, me tente pas. Et Typhoid ne revient pas et c’était la meilleure partie du début du run, donc je passe.

  • Jyrille  

    Pour info, la page est non trouvée (404) lorsque l’on clique sur les hyperliens de vos derniers commentaires (en haut à droite). En cherchant « insoutenable », j’ai trouvé l’article et ai pu venir commenter.

  • Bruce lit  

    @Cyrille : effectivement, c’est un bug. Ca fonctionne sur les autres pages. Je ne sais pas pourquoi
    @Matt : je trouverai dommage de t’en priver car à mon sens Waid signe la fin de DD la plus acceptable qui soit.

    • Matt  

      Ok.
      Mais euh…tu donnes pas des super notes sur tes articles, paradoxalement…

      (et pourquoi vous écrivez en haut de la page là hein ? C’est fini les bugs ?)

      • Bruce lit  

        Chais pas pour le bug.
        Pour DD , la somme est plus importante que ses parties.
        De toute manière, je note DUR !

  • Matt  

    Bruce, c’est quel run que tu aimes le moins entre celui de Brubaker, Bendis et Waid ? (Et Soule…non je déconne^^)

  • Matt  

    Dites question bête mais je m’en souviens plus…ça date de quand que Bullseye s’est fait mettre en pièces ? C’est chez Bendis ? Ou plus tard ? J’ai pas le souvenir de l’avoir vu dans le run de Brubaker.

    • Bruce lit  

      Bullseye est tué par Matt avant Shadowland.
      Il est ressuscité par MAtt pendant Shadowland (cherchez pas, c’est nul !)
      Matt le transforme en légume durant la première partie du run de Waid

      • Matt  

        Euh non. Bullseye en pleine forme n’apparait pas dans le run de Waid.
        Je viens justement de le voir dans un cercueil de metal et je me demandais comment il a fini là. Du coup ça se passe pas chez Waid sa « légumisation »

    • Eddy Vanleffe  

      En survolant à nouveau cet article, je réalisre à quel point je suis un gros fan du diable rouge.

      j’ai presque tous les runs, même les moins bons sur lesquels je reste indulgents s’ils ne déconnent pas trop avec le personnage.
      1-run de Miller (je met tout dedans pour simplifier…) c’est boligé
      2-run de waid parce que je trouve que c’est ce qu’il y a de plus proche finalement, on a toute la mythologie, ses problèmes mentaux etc…
      3-run d’Ann Nocenti (Mephisto, Typhoid, la campagne, l’adultère et les inhumains. tout est original et osé.
      4-Le run de Brubaker parce que très soucieux des personnages secondaires.
      5-Kevin Smith: un arc mais bluffant à tous points de vue
      6-David Mack: un arc aussi très bon
      7-Bendis pour son atmosphère étouffante
      8-Chichester, une fois dépassés les « manies années 90 », c’est très sombre, mature et millerien dans l’âme
      9-Denny O’Neil le Miller du pauvre mais c’est pas mauvais
      10-Gerry Conway par pure nostalgie pour la prériode avec Black Widow… 🙂

      • Matt  

        Moi j’avais jamais tellement lu DD avant de mettre les pieds sur le blog.
        Je commence à être fan^^
        Bon j’ai pas pris le tome 2 du run de Nocenti parce que ça ne me faisait pas envie en feuilletant. Ultron, tout ça…
        Je voulais surtout la partie avec Typhoid.

        Et le run de Conway avec BLack Widow, c’est tout ce que j’avais vaguement lu dans quelques Strange. ça a surement vieilli mais ça me dirait bien de les relire en VF. Mais va falloir attendre…
        T’as la VO toi ?

        • Eddy Vanleffe  

          Non le petit Marvel Classic de Panini et un album Arédit… Mark Waid y puise son inspiration. (un peu!)

          La fin de la période DD par Nocenti est un gros délire, écolo végétarien qui finit avec les inhumains et Un robot Ultron qui se rapièce tout seul avec ses pièces détachées… un Daredevil perdu en pleine neige seul au beau milieu des Enfers de Dante…C’est tellement perché que c’en est devenu un truc unique à lire… garanti vu nulle part ailleurs!

        • Bruce lit  

          Alors, BUllseye ressort blessé de Shadowland ce qui explique sa tétraplégie.

          • Matt  

            Ok donc ça se passe dans un truc pourri que j’ai pas besoin de lire, merci^^

  • Tornado  

    Ça y est, j’ai lu le 1° arc que Matt m’a donné (les 6 premiers épisodes). J’ai beaucoup aimé en fait. J’ai été soulagé que ça ne s’oriente pas du tout vers un délire nawak hystérique comme sur les X-Force de Remender ou le W & X-men d’Aaron (j’avais peur de ça car manifestement c’est ça qui plait aux « anciens » aussi).
    Le seul soucis c’est que, si je me suis bien régalé à la lecture, les histoires s’évaporaient aussitôt et il fallait que je fasse un effort pour m’en souvenir. Ce qui me restait à chaque fois c’était le relationnel entre les personnages, et la profondeur de l’écriture à ce niveau là. En fait, ce sont des épisodes pour les vrais fans de DD, qui se retrouvent un peu « chez eux » à la lecture.
    A ce stade (seulement 6 épisodes sur…combien en tout d’ailleurs ? 50 ?), je ne peux pas émettre un avis définitif, mais je dirais que c’est une chouette lecture sur le moment, avec des histoires quelconques qui ne restent pas dans la mémoire, mais par contre avec une mise en scène des personnages très marquante et surtout extrêmement réussie.
    On va dire que la lecture a entièrement comblé mon « manque » vis-à-vis de la série et surtout de ses personnages principaux. On a bien l’impression de retrouver de vieux amis intimes et je pense que c’est la réussite principale de l’écriture de Mark Waid !

    Je suis surpris que tout le monde soit fan du dessin et notamment Matt, car la 1° partie avec les dessins de Marcos Martin, c’est pas franchement de la grande qualité (je préfère Mike Allred que Marcos Martin, quoi). Par contre le découpage de Waid avec une idée par vignette, c’est le top !

    • Matt  

      « je préfère Mike Allred que Marcos Martin, quoi »

      Ah non hein ! Pas moi !^^
      J’aime bien le dessin de Marcos Martin. Pourquoi ça t’étonne ?^^ Sur des épisodes du tisseur il était pas mal aussi.

      Ce que tu retiens du run, ben c’est ça tout le temps en fait^^. Les histoires ne sont pas folles, parfois anecdotiques avec quelques méchants ringards, mais la mise en scène est top, et le relationnel entre les persos aussi. Il y a pour moi un « ventre mou » après les épisodes que tu as lu, jusqu’à l’épisode où on apprend le cancer de Foggy (en gros entre l’épisode 9 et 20, j’ai un peu moins aimé, et après ça redevient cool)
      Par contre je n’ai pas encore lu la partie qui redémarre au numéro 1 (après les 2 Icons qui contiennent les 36 premiers épisodes)

      • Tornado  

        Il y a combien d’épisodes en tout ? La 2° partie a été publiée sur des tomes Marvel Now c’est ça ?
        J’ai feuilleté les Icons et il est hors de question que j’achète ces machins. Le rendu papier-mat sur ces épisodes est horrible. C’est dommage. Je crains que la réédition en deluxe soit de l’ordre du fantasme… Je ne suis pas près de lire ce run en entier…

        • Matt  

          Eh bien 36 épisodes puis 4 tomes Marvel now qui contiennent grosso merdo 18 épisodes (je dis grosso merdo car il y a parfois des épisodes 1.5 ou ce genre de trucs)

          Le rendu n’est pas top sur les Icons en effet. Là en effet les noirs sont gris^^
          Si jamais je ne garde pas mes revues marvel Knights, je te les filerai pour que tu puisses au moins les lire (même si ça te plait pas d’avoir une flopée de magazines^^)
          De toutes façons ça se revend des clopinettes les revues kiosque…

        • Matt  

          Je dis ça parce que…j’ai lu le Punisher de Rucka et j’ai trouvé ça…sympa. Sans plus.
          Du coup si jamais je n’aime rien d’autre dans ces revues (pas encore lu le Winter Soldier de Brubaker)…ça va être difficile de les garder. Sauf que si je veux garder le run de DD…argh que faire ? Panini tu fais chier avec tes Icons !

          • Tornado  

            Le truc c’est que je ne vois pas comment et quand ils vont rééditer ça. En 5 deluxes ? Ça m’étonnerait ! Il n’y a pas d’actualité Daredevil à la TV ou au cinéma pour le moment… En intégrale ? Dans 20 ans peut-être… En omnibus ?
            A mon avis c’est mort…

          • Bruce lit  

            Contente de savoir que tu as aimé. J’ai la première partie en VO et l’autre en VF. Je crains cependant que ce soit pas réédité de sitôt.

          • Matt  

            Oui c’est pour ça que j’ai pris les revues moi. En général j’aime pas faire ça mais ça me paraissait un choix correct…
            Mais j’espérais aimer autre chose dedans en fait^^ ça bouffe de la place pour rien sinon (quoique les Icons sont déjà gros…)
            On va voir si j’aime le Winter Soldier de Brubaker. Mais bon…si jamais ils sortent le Winter Soldier en deluxe un jour…mes revues n’auront plus trop d’intérêt^^

          • Matt  

            les collègues ne vont pas tarder à venir nous dire de prendre la VO^^

          • Tornado  

            Je prendrais pas la VO quoiqu’il arrive. Je ne lis pas la VO.
            Peut-être les Icons en occaz si je tombe dessus pour pas cher. Hors de question de filer des sous à la sandwicherie de toute manière…

  • Matt  

    Je viens de finir l’arc avec les enfants de Killgrave. J’ai bien aimé. Waid continue sa narration « légère » dépourvue d’interminables plaintes en voix off mais abordent des sujets sérieux malgré tout. Encore une réflexion pertinente sur les effets de la dépression lorsque DD se fait « influencer » par les gosses.

    Il me reste 2 tomes à lire. J’espère que ça ne va pas être moins bon^^ Le run est un brin inégal.
    Pour l’instant pour moi la partie « faible » du run, c’est à partir du crossover un peu naze avec le Punisher et l’histoire du disque Omega jusqu’à l’annonce du cancer de Foggy. Le tout début du run commence bien, ensuite il y a un sacré ventre mou avec des intrigues pas super (l’homme taupe, la Latvérie), jusqu’à l’annonce du cancer, puis ensuite des intrigues sympas à base de corruption de la justice par la confrérie des serpents, de bons épisodes sur l’amitié entre Matt et Foggy, etc.

  • nico  

    Ok, merci pour vos réponses clair et rapide, je me demande si ce run est bien, je me suis procurer le marvel saga hors-série Daredevil du mois de novembre je croie et je n’ai franchement pas été emballé (par la qualité des dessins et des scénarios) est-ce que quelqu’un peut me dire si c’est à la hauteur du run de Bendis et Brubaker ou si c’est dans la même veine que le hors-série ?
    Par ailleurs j’ai une autre question mais qui est hors-sujet concernant un autre héro auquel je m’intéresse de plus en plus à savoir le punisher.
    J’ai cru comprendre que bruce était un grand fan au travers des différents articles que j’ai pu lire donc je compte sur vos lanternes pour éclairer les miennes….
    Appréciant moi-même Garth Ennis que je viens de découvrir il y a peu de temps notamment sur the boys que j’ai vraiment apprécié (je suis novice dans le comics et attend avec impatience la réimpression de preacher et de constantine prévue pour janvier je croie) je me demandais par ou commencer mes lectures sur le punisher, je sais qu’il y a les 9 numéros de 100% marvel et les 18 ou 19 de marvel max et une autre série sur 5 numéros en max également par ou commencé et c’est quoi le meilleure selon vous les max ou les 100%?
    Merci pour vos réponses

  • Bruce lit  

    Bonjour Nico
    Tout dépend de ce que tu recherches. Tout Garth Ennis est exceptionnel. Ma préférence va à l’univers sombre et désespéré de Punisher Max que j’emporterais sur une île déserte. Je te conseille pour commencer doucement

    1 / Welcome back Frank Il s’agit du début du run d’Ennis en 12 épisodes à la fois drôles et violents. L’un des meilleurs trucs que j’ai jamias lu de ma vie
    2/ On passe ensuite à Punisher Max. Ils ont été réedité en français par panini. Je te conseille vraiment de les lire dans l’ordre pour en apprécier l’intensité dramtique :
    a / Born Les origines tragiques du Punisher, le vietnam etc
    b/ Tu peux zapper Irish Kitchen qui est naze et enchainer avec Mother Russia essentiel pour la suite
    C/ Black is White est un grand moment de la série
    D / Le chef d’oeuvre de la saga The Slavers
    Après tout est bien à l’exception de Widowmaker
    Voilà !

    Concernant DD, je préfère le run de Waid à celui de Bendis qui est de qualoté malgré lm’aversion que m’inspire le personnage. Le run de Bendis est classique et correspond à l’univers classique de DD : peu de super-vilains, lutte contre la pègre, The Kingpin, Bullseye, et l’identité révélée de Murdock.
    Celui de Waid est plus novateur à mon sens en ce que pour la première fois en 30 ans DD prend systématiquement le contrepied de ce qu’on attend de lui. Certains histoires sont inégales mais dans l’ensemble c’est très réussi.

  • Matt  

    Bon j’ai commencé à lire le run de Waid. J’en suis à l’annonce du cancer de Foggy.
    Pour l’instant ça se lit tout seul, c’est plaisant, ça fait du bien de voir un Matt qui n’est pas tout le temps en train de s’apitoyer sur son sort (oui ok c’est compréhensible avec les soucis qu’il traverse, mais bon…c’est un comics de divertissement, et si on dépeignait la descente aux enfers d’un dépressif de manière hyper réaliste et sur une longue durée, ce serait une lecture pénible)
    Le petit bémol pour l’instant c’est que…avant l’annonce du cancer de Foggy, il ne e passait pas grand chose dans la vie de Matt. Surtout des histoires de vilains (avec une intrigue pas terrible autour du disque Omega machin)
    ça semble s’améliorer là avec Kirsten et Foggy.

    D’après ce que j’ai cru comprendre, la partie du run à San Francisco après les 36 premiers épisodes n’est pas aussi réussie ?

  • Bruce lit  

    Oui clairement, le volet super héros est bof, mais celui vie privée garde son intérêt.

  • Matt  

    Et pour la partie à San Francisco ?^^
    TU me conseilles de la lire aussi si j’aime les 36 premiers épisodes, ou pas la peine ?

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *