Scott toujours ! (Les Xmen de Scott Lobdell)

Encyclopegeek: X-Men : Les années Lobdell

Une plaidoirie de BRUCE LIT

Le premier qui moufte, je lui envoie Victor.... Marvel Comics

Le premier qui moufte, je lui envoie Victor….
© Marvel Comics

Cet encyclopegeek aura pour objectif de réhabiliter le travail de Scott Lobdell qui eut la lourde tache de remplacer Chris Claremont sur la licence après le fiasco de la tentative de John Byrne et de Jim Lee de reprendre la série en main.

Le scribouillard outsider de Marvel se fait chopper dans un couloir avec un responsable éditorial aux abois : tous les scénaristes prévus pour les mutants se sont barrés. Ce qui ne devait être qu’un intérim durera 5 ans, le plus long passage d’un auteur sur la licence après Sir Claremont avec à son actif des classiques comme X-CUTIONNER’S SONG, AGE OF APOCALYPSE , GENERATION X ou ONSLAUGHT.

Pourtant, et le Manifesto de Grant Morrison le rappelle avec mépris, il est de bon ton de dénigrer cette époque où les X-MEN firent rêver des millions de mômes et marque même l’apogée de la licence pour une maison des idées alors à l’agonie.Parce que j’en ai marre de voir vilipender cette époque de ce que je considère comme un âge d’or de la licence, voici chers Bruce Liseurs mon plaidoyer Pro-Lobdell.

En fait, j’ai beaucoup réfléchi. Les runs de Lobdell et de Morrison sont antinomiques. Il ne s’agit pas de savoir lequel des deux est le meilleur mais quelle grille de lecture voudra t’on accorder aux aventures des mutants. Les amoureux des personnages de Claremont jusqu’au procès de Magneto (l’équipe classique dirigée par Charles Xavier) seront chez eux avec Nicieza et Lobdell. Les autres qui apprécient le nihilisme de la saga Australienne éjaculeront à la lecture froide et clinique de Morrison, un run inventif, punk et ironique tandis que Lobdell fait office de tâcheron conservateur, imitateur sans génie de Claremont.

Après Claremont et avant Lobdell, les Xmen sont en perdition….Une couverture qui dit tout, non ? © Marvel Comics

Grant Morrison, who ?

Dans les faits, ce n’est pas si simple. Dans SUPERGODS, le mégalochauve que l’on sait peu enclin à la modestie admet avoir bâclé son run, ne rien connaître à la mythologie des personnages et déplore que son idole de jeunesse, Chris Claremont justement, déteste son travail. Grant Morrison étant un auteur bien plus prestigieux et inventif que Scott Lobdell, il est facile, un peu trop facile de dire qu’il a été génial dans tous ses arcs tandis que Lobdell faisait le tâcheron. Nous soutiendrons qu’au contraire les arcs de Morrison n’ont de novateurs que le ton.

Dans E FOR EXTINCTION, la soeur de Xavier détruit Genosha et annonce l’extinction génétique de l’espèce humaine. Une chaîne d’événement qui va amener Magneto à détruire à son tour New York lors du twist le plus ridicule de toute l’histoire de la licence. Une thématique déjà reprise par Lobdell dans son run puisque en lieu et place de Cassandra Nova, nous avons Charles Xavier qui détruit New-York transformé en Onslaught tandis que l’humanité est également menacée d’extinction par le terrible Legacy Virus.

La transformation de l’hôtel Xavier en campus ? Lobdell créa avec le brio que l’on sait la série GENERATION X, un moment charnière de l’histoire des Xmen où Emma Frost rejoint l’équipe, bien avant que Morrison ne l’intègre avec dépit dans son casting faute de ne pouvoir utiliser Colossus. Les sentinelle meurtrières  ? On les retrouve dans le COMPLOT PHALANX puis dans ZERO TOLERANCE. Que l’on compare les nouveaux mutants amenés par chacun : qui osera prétendre que Angel et Beak, deux des personnages les plus puants de la franchise ont plus d’aura que Blink, Marrow ou Jubilee que Lobdell aura développé comme personne ?

En un épisode : Emma Frost rejoint les Xmen et le lecteur découvre le potentiel infini du plus sous-estimé des Xmen : Iceberg Marvel Comics

En un épisode : Emma Frost rejoint les Xmen et le lecteur découvre le potentiel infini du plus sous-estimé des Xmen : Iceberg
© Marvel Comics

Quant à la gestion du couple Summers, il mériterait un article en soi : Morrison cède à la hype exigée par Quesada de dissoudre un couple légendaire parce que, hey, c’est rigolo, tandis que Lobdell le fait grandir, évoluer, mûrir vers une relation d’amour et de respect dans le fameux épisode de Thanksgiving ou l’émouvant APPEL DU FUTUR.

Les deux runs se concentrent enfin sur un personnage français, séducteur, ambivalent et mystérieux. Qui pourra soutenir 5 minutes que cet abruti de Fantomex même pas foutu de boire correctement, vulgaire et aussi insupportable que son créateur, bénéficie de la même fanbase que Gambit qui vivra durant ces 5 années les moments les plus importants de sa carrière ? Une carrière glorieuse qui s’interrompra au départ de Lobdell laissant le personnage dans le grand foutoir mutant avant que Marvel décide -enfin-d’assumer ses années Lobdell en mettant de nouveau à la une le couple légendaire Rogue-Gambit.
Un traître dans l’équipe ? Comment oublier les soupçons pesant sur Gambit et le choc de la trahison de Xavier tellement mieux amenés que le twist ridicule Xorn = Magneto.

Les X-Men tels qu'on les aime : une famille unie  malgré l'adversité avec même plein d'humains à table.  Une scène inconcevable désormais.... Marvel Comics

Les X-Men tels qu’on les aime : une famille unie malgré l’adversité avec même plein d’humains à table. Une scène inconcevable désormais….
© Marvel Comics

Dans un des pires moments de la série, Morrison balance une homosexualité venant de nulle part de Hank Mc Coy. L’intention est louable : il s’agit de transformer le doux scientifique en une sorte de David Bowie qui utilisait sa sexualité comme rempart au puritanisme. C’est encore oublier que Lobdell écrivit le premier coming out d’un mutant : celui de Vega avant que Marvel, beaucoup moins enclin à l’époque à draguer les minorités ethniques et sexuelles, lui rappelle son cahier des charges : pas de tantes chez les Super-Virils ! Une homosexualité qui devait être enfin assumée par Bobby Drake dans de très beaux épisodes où il s’oppose à son père bigot. Cela nous aurait évité l’obscène épisode de Bendis, qui lui, est LE tâcheron et LE verbeux de service.

Dire que Morrison est plus courageux et doué que Lobdell est foncièrement malhonnête car lorsque le Mégalochauve écrit ses Xmen, il bénéficie d’une liberté éditoriale inédite : le comic code vient de disparaître : on peut donc s’autoriser du sexe et de la violence, Joe Quesada interdit les crossovers et tout le monde va tomber les masques et les slips. Concluons que beaucoup se sont prosternés devant le HOUSE OF M de Bendis qui là encore n’est qu’un remake édulcoré et nettement moins violent que le terrible AGE OF APOCALYPSE.  Le point de départ est le même : en lieu et place de Legion, c’est au tour de la fille de Magneto de réécrire la continuité d’un monde où les Mutants régneraient en maîtres.

Morrison, Bendis, Fraction, Brubaker mais aussi Ellis, Carey, Liu ou Gillen, tous se sont cassés les dents sur la licence. Tout simplement parce que pour écrire la plus grande équipe du monde comics, il faut aussi de l’amour. Un constat qui se ressent immédiatement en lisant le travail de Jason Aaron, Josh Wheddon ou Rick Remender qui puisent largement dans les années Lobdell. Comme Yost et Kyle avant eux.


MESSIAH COMPLEX
? Un remake souvent maladroit de X-CUTIONNER’S SONG !
SECOND COMING
? C’est à la fois PHALANX COVENANT et OPERATION ZERO TOLERANCE voyons !
Quant à PLANET X, son climax et son épilogue évoquent le EVE OF DESTRUCTION, un arc pourtant baclé de Lobdell !    Quand on voit que les gamins s’excitent devant le DD de Netflix brutal et violent  sorti du run de Chichester, que Dan Slott a écrit sous les vivats une seconde saga du clone mille fois plus longue et indigeste que la précédente, que désormais on écrit Sabretooth comme un héros,  on se dit que les 90′s c’était pas si pourri…

Accompagné par un Cyclope de plus en plus violent, Wolverine élimine un Magneto complètement barré qui a violemment torturé le Pr X. C'est juste avant l'arrivée de Morrison et accessoirement le script de PLANET X, non ?  Marvel Comics

Accompagné par un Cyclope de plus en plus violent, Wolverine élimine un Magneto complètement barré qui a violemment torturé le Pr X. C’est juste avant l’arrivée de Morrison et accessoirement le script de PLANET X, non ?
© Marvel Comics

Tout est dans le style ?

Pa si nul que ça dans ses idées, étudions à présent le style de Lobdell, la manière qu’il a d’écrire ses personnages et son apport à la mythologie mutante.  Ici il conviendra d’être honnête : en terme de vilains, son bilan n’est pas des plus glorieux : Onslaught ?  Il faudra Rick Remender pour réhabiliter le vilain dans un crossover dispensable.  Bastion ? C’est  une mise à jour de Nemrod !  Sugar Man ? En ce temps là, le chanteur Sixto Rodriguez, tout le monde le croit mort !

Mais encore une fois, soyons objectif : quel scénariste peut se vanter d’avoir inventé des vilains dignes dans la décennie qui suivit  :
Vulcain ? Plutôt crever !
Cassandra Nova ? Une Nemesis sans aucune épaisseur psychologique qui a disparu de la circulation!
Orb ? Hein ?
Le club des damnés version Kidzy ?   Tout le monde les a détestés !
Daken ? Je vais vomir !
Seul Rick Remender a offert  deux vilains redoutables aux mutants : les jumeaux Apocalypse dans son UNCANNY AVENGERS. Qui reprend un sublott préparé par Lobdell : lorsque Archangel retrouve ses ailes en plumes,  Ozymandias lui  prédit le pire.

Ajoutons enfin cette évidence que nul ne pourra contester : le dernier grand vilain de l’univers Marvel c’est qui ? Tony Stark ? Scott Summers ? Steve Rogers ? Nick Fury ?  Tous les crossovers ont mis en scène des super-héros, super énervés qui n’ont plus besoin de méchants à castagner. Nikolavitch l’affirmait sur ce site : si Deadpool est devenu une icône, c’est qu’il est tout simplement le dernier personnage Marvel au concept fort. Développé par Nicieza, le coauteur des Xmen 90′s d’ailleurs. Encore une fois, le procès en hérésie fait à Lobdell ne tient donc pas la route.

Maladie, deuil, culpabilité : et si le run de Lobdell racontait la lente agonie de la famille Raspoutine ? © Marvel Comics

Par contre, on attend toujours les moments d’émotion dont Lobdell avait le secret et qui ajoutaient aux aventures des mutants ce supplément d’âme rarement retrouvé depuis.
Je parle de Jubilee qui apprend le patin à roulettes à Charles Xavier en sachant qu’il va redevenir paraplégique.
Je parle de Jean Grey qui demande Scott Summers en mariage dans un épisode plein de tendresse et de poésie.
Je parle de la mort d’Illyana Raspoutine qui met en scène de manière brillante la rage et l’impuissance ressenties face à la mort et la maladie d’un enfant.
Je parle de Peter Raspoutine enterré vivant dans une armure de chagrin après avoir perdu toute sa famille.
Je parle de Scott Summers qui demande -enfin- à son père pourquoi il l’a abandonné enfant.
Je parle de Jubilee (encore) une enfant seule et terrorisée face à Sabretooth.
Je parle enfin de Iceberg qui réalise qu’il est passé à côté de sa vie et qu’il ne connaît pas ses parents comme il le pensait.

Le run de Lobdell, débarrassé pour la première fois depuis son âge d’or de l’envahissant Wolverine, va pouvoir offrir des focus équilibré entre les têtes d’affiches de la série (Scott Summers) et les laissés pour compte (Jubilee, Iceberg, Colossus et le Prof X !). Lobdell est souvent plus à l’aise dans les prologues et épilogues de la série que dans les grands moments de bastons. Si le crossover PHALANX COVENANT n’a aucun intérêt, son prologue avec un Banshee mélancolique et forcé à se remettre en action, est un des grands moments de la saga. Pourquoi les renier ? Faire comme si cet amour d’un auteur pour ses personnages et des personnages entre eux étaient ringards quand le run de Grant Morrison tourne en dérision le moindre sentiment humain ? Rappelons le : Claremont, aimait ses Xmen.  Lobdell aussi. Sous sa plume tout est simple, facile et référencé.  Toutes les périodes du Phénix Noir à INFERNO sont évoquées. C’est avec lui que Claremont écrira enfin sa conclusion de DAYS OF FUTURE PAST avant l’arrivée de Morrison.

Un teamup entre Banshee et Sabretooth, Blink, Iceberg aux prises avec Cecilia Reyes qui déteste les Xmen et la jeune terroriste Marrow : le run de Lobdell fait la part belle aux outsiders !

Un teamup entre Banshee et Sabretooth, Blink, Iceberg aux prises avec Cecilia Reyes qui déteste les Xmen et la jeune terroriste Marrow : le run de Lobdell fait la part belle aux outsiders ! © Marvel Comics

Si l’on devait garder deux thématiques du run de Scott Lobdell ce serait la peur de mourir et le rapport au père. Le legacy virus est écrit comme le Sida Mutant, une maladie aussi mortelle que discriminante. De grandes pages de la série seront écrites : la mort d’Illyana et celle de la mutante Infection , la trahison de Trish Tilby qui met en péril la vie de ses amis pour obtenir un scoop, la mort aux portes de l’hôtel Xavier d’un mutant victime d’une impitoyable ratonnade.

A cela s’ajoutent Xavier alité, mourant et vomissant le technovirus d’Apocalypse.
Mikhail Raspoutin qui préfère se suicider plutôt que d’affronter les affres de sa psychose.
Emma Frost dans le coma qui subtilise le corps de Bobby Drake pour échapper à ses remords.
Magneto réduit à l’état de concombre, impuissant à apaiser le fanatisme d’Exodus en son nom.
Les épidémies des victimes de Genosha dans BLOODTIES.
Colossus résolu à ne plus prendre forme humaine pour ne plus souffrir.
Dents de Sabre qui tente de soigner ses pulsions meurtrières.
William Drake grièvement blessé pour avoir affronter plus raciste que lui.

On se rappellera également des tourments de Rogue crucifiée par son désir pour Remy Lebeau, incapable d’aimer de peur de « contaminer » l’autre.  Une solitude affective partagée par Storm, Bishop, Jubilee, Archangel, Xavier ou Hank Mc Coy.

Malicia et son copain gay qui ne le sait pas encore. Une belle amitié écrite avec une infinie sensibilité. Grant Morrison sait-il ce que ce mot signifie ?  Marvel Comics

Malicia et son copain gay qui ne le sait pas encore. Une belle amitié écrite avec une infinie sensibilité. Grant Morrison sait-il ce que ce mot signifie ?
© Marvel Comics

Fathers and sons

Le rapport au père est également essentiel pour qui veut comprendre l’importance de ce run. Lobdell répare patiemment les méfaits commis envers Scott Summers après des années d’errances éditoriales ayant transformé le plus grand des Xmen en mari volage et père indigne. Chez Lobdell il va affronter les reproches de Cable et ses propres remords. Le héros en ressort grandi, enfin apaisé et gouttant le bonheur auprès de la rouquine qu’il est condamné à aimer quelle que soit la dimension. Scott Summers est enfin un être entier, celui sur qui l’équipe pourra s’appuyer pour encaisser le choc de la transformation de Xavier. Il redevient le compas moral si noble et intègre tel qu’on l’adora dans GOD CREATES, MAN KILLS.
Il est le héros de X-CUTIONNER’S SONG, le réunificateur de l’équipe durant son mariage, celui qui met en échec Apocalypse et Sinistre, le grand frère que Bobby Drake doit remplacer durant ZERO TOLERANCE. Le run de Lobdell se termine avec son héros fétiche au lendemain de sa possession avec Apocalypse.  Si’l n’invente rien, Scott Lobdell refragmente la série de Claremont en lui offrant l’épilogue de ses 17 ans de règne et de subplots inachevés.

Quant à Xavier il devient pour la première fois un Xman à part entière pour qui le lecteur éprouvera un maximum d’empathie.  Alors que Lobdell permet à Cyclope de se réconcilier avec Cableret Rachel Summers, il plonge Charles X dans un cauchemar où le fondateur des Xmen perd une à une ses balises morales et affectueuses. Trahi par Amelia Voght, décrié par ses élèves qui remettent en cause l’entrée de Victor Creed au manoir, dépassé par la violence d’un monde rejetant son pacifisme, Xavier va sombrer dans une dépression nerveuse. Il se réincarnera à son tour dans une coquille agressive, celle d’Onslaught avant de tenter de revenir en enfance en volant le corps de Franklin Richards.

Ce n’est pas par hasard que Scott Lobdell choie des personnages en armure : Colossus, Iceberg, Onslaught, Apocalypse, Ozymandias : tous s’y réfugient ne pas être submergés par leur vulnérabilité. Les moments forts du run de Lobdell évoquent la faillibilité des pères envers les enfants : Christopher Summers qui pleure de honte face à Cyclope, William Drake facho puis héros, Craydon Creed dont la haine de Sabretooth va transformer un enfant craintif en dictateur fasciste.

Avec Scott Lobdell, la lignée Summers-Grey est enfin réconciliée. (C) Marvel Comics

Avec Scott Lobdell, la lignée Summers-Grey est enfin réconciliée.
(C) Marvel Comics

Conclusion

Ainsi s’achève ce tour d’horizon qui, je l’espère, aura su vous convaincre de la richesse sous -estimée du travail de Scott Lobdell sur  les Xmen. Une époque qui si elle ne fut pas dénuée d’inepties avait l’avantage d’être parfaitement coordonnée : Lobdell rebondissait sur les idées de Nicieza qui lançait des pistes pour Larry Hama sur Wolverine. Une époque où malgré les conflits, les trahisons, les tragédies, les héros restaient fidèles à eux-mêmes et leurs valeurs. Une époque un peu frime mais qui savait vendre ses comics et mettre en valeur la vie ou la mort de ses personnages avec du teasing et du drama. On meurt d’ailleurs très peu chez Lobdell mais on y souffre beaucoup, comme chez Papy Claremont. Encore. Une époque désormais révolue et à laquelle la licence tente désespérément de revenir.

Oui, Lobdell n’a rien inventé. Oui, c’est du comics pépère et familial mais aucun titre Marvel ne rivalisait avec ses Xmen, c’est un fait. Lorsque il écrit son HAPPY BIRTHDEAD il montre qu’ à défaut d’être le nouveau Wes Craven ou John Carpenter, il met suffisamment de bois dans le feu, pour entretenir la flamme. Jusqu’à ce que meilleur que lui vienne récolter les lauriers à sa place.

Pour finir une anecdote personnelle. Je pense qu’il est possible de réunifier l’émotion de Lobdell et la cérébralité de Morrison pour rendre la franchise plus forte. J’ai longtemps été agacé par David Bowie qui pouvait être assez pédant en interview sur le rock et son héritage. Pour lui, Pink Floyd s’arrêtait à Syd Barrett, ce qui avait la particularité de me rendre dingue. Et puis, quelques années avant de mourir, le miracle se produisit ; il chanta sur scène une chanson de Roger Waters accompagné de Gilmour. Le Dandy et le Rêveur.  La star et le musicien. Le sex symbol et l’homme de l’ombre. Après Rick Remender et Jason Aaron, qui saura réunifier Lobdell et Morrison ?

Même si j'aime mon père, je ne le comprendrais jamais. (C) Marvel Comics

Même si j’aime mon père, je ne le comprendrais jamais.
(C) Marvel Comics

——

Artisan du triomphe des mutants dans les années 90, le run de Scott Lobdell a été considéré comme à jeter à la poubelle après l’arrivée de Morrison.  Je vous propose une analyse comparative de son travail et de celui du mégalochauve, ainsi que les grandes thématiques des années Lobdell dans un dossier pour réhabiliter celui qui maintint pendant 5 ans l’héritage de Claremont.

La BO du jour : euh, s’il faut que je vous explique, c’est que vous n’avez pas lu l’article….

54 comments

  • Bruce lit  

    Hello Cyrille.
    Cet article marque la fin d’un cycle : écrit il y a quelques mois, il s’agira du dernier plaidoyer pro-Lobdell, ayant synthétisé tout ce que j’imaginais écrire sur le sujet il y a 20 ans de cela.
    Je n’ai pas l’impression d’avoir été méchant avec Morrison puisque je plaide une réconciliation entre les deux tendances. Le fait que Morrison soit un auteur froid et clinique est à mon sens un fait d’avantage qu’une critique. Inversement je reconnais que Lobdell peut-être aussi lourd que son mentor Claremont.
    J’ai voulu remettre en perspective le run de ces deux auteurs emblématiques en montrant les faiblesses et les défauts.
    J’ai tenu ma parole depuis 2 ans : je n’ai plus eu de relents de bile sur Bendis ni Millar, tout simplement parce que je ne lirais plus ces auteurs et que j’ai dit tout ce que j’en pensais. Il en sera désormais de même pour Grant Morrison et Ellis. Promis.

  • Matt  

    test

  • Matt  

    Je viens de lire l’épisode sur le « rêve » de Xavier, dans lequeil il parle avec Magneto de ses frustrations, de pourquoi il vit mal de voir les gens heureux quand lui-même a plutôt foiré sa vie affective, etc.
    C’était très bien. Et je crois comprendre que c’est donc là qu’on a droit à la retro continuité qui introduit Amelia Voght. Sympa aussi de voir Xavier avoir des faiblesses et avoir été tenté d’imposer sa volonté à quelqu’un par peur de le perdre.

    • Bruce lit  

      Je suis très content de savoir qu’on se Lobdellise autour de moi.
      Ça devrait te coûter moins cher que Junji Ito. Quoique…
      Sur Amelia Voght, c’est un personnage que j’aimais bien qui pour le coup pourrait expliquer le transfert affectif des émotions de Charles Xavier sur Jean Grey par exemple. Il me semble me rappeler qu’à la base Lobdell avait un diplôme en psychologie.
      Tu as investi dans les intégrales ?

      • Matt  

        Ouais j’ai trahi ma résolution de ne plus acheter de Panini neuf. Mais ce sera surement ma dernière^^
        J’ai pris l’intégrale 1994 qui contient donc les épisodes Uncanny x-men 308 à 310 et l’annual 18 (j’ai bien aimé aussi l’épisode ou Jean demande à Scott de l’épouser, un épisode posé, sans baston, ou les amis s’amusent)
        L’intégrale contient aussi X-men 28 à 30 que j’avais déjà lus dans les Semic, avec Sabretooth qui pose problème, Jean qui lui met la pâtée, Jubilé qui flippe, etc.
        Il y a aussi les X-men Unlimited sur la parenté de Diablo et Mystique, mais pas encore lus ceux là. J’ai pas fini l’album encore^^
        Mais ça semble être un album plus posé. ça me plait davantage que Bloodties qui m’a clairement déçu.

      • Matt  

        Mais sinon depuis le début du run de Lobdell, j’ai pas pris toutes les intégrales. J’ai sélectionné^^
        J’ai pris le chant du bourreau en premier (les épisodes précédents sont mêlés à ceux presque illisibles de Byrne, no thanks)
        Après le chant du bourreau, j’ai sauté l’intégrale sur skinning of souls et les explications autour de Psylocke (enfin j’ai gardé mes vieux Semic plutôt, pas la peine de dépenser des sous pour 3 ou 4 épisodes sympas parmi les 12 de l’intégrale afin d’en savoir plus sur ce changement de corps bordélique)
        Puis j’ai pris les 2 intégrales sur Fatal attractions, j’ai sauté celle avec Bloodties (que j’ai chopé à 12€ en occaz, et heureusement vu que bof…)
        Et là j’ai pris celle dont je parlais au dessus^^ Et je pense que ce sera la dernière parce qu’après ce sera le Phalanx machin, AoA, Onslaught tout ça…et je connais, et j’aime pas vraiment malgré des trucs très sympas dans le prélude à Onslaught.

        • Bruce lit  

          Skinning of souls n’a qu’un intérêt : la scène du baiser avorté entre Rogue et Remy et l’annonciation des 12 par Mr Sinistre face à Cyclope. Toute l’intrigue en Russie est chiante.
          Je pense que je ne résisterais pas à investir dans les Phalanx par pure nostalgie.

          • PierreN  

            « Je pense que je ne résisterais pas à investir dans les Phalanx par pure nostalgie. »

            Covenant doit ressortir à l’automne dans la nouvelle collection VO des X-Men Milestones (axée sur les crossovers).

  • Matt  

    Ah et contrairement à Eddy je ne trouve pas cette r »tro continuité bizarroïde. Il ne s’agit pas de nous révéler je ne sais pas quelle connerie de frère caché, de fils perdu ou de parenté étrange avec un autre personnage connu. C’est juste qu’on nous révèle une autre femme que Xavier a connu.
    On en croise plein des gens dans la vie, ça ne me choque pas ce genre d’ajout.

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *