Bilan 2017

AVANT PROPOS PAR VERO CAZOT*
ILLUSTRATION ORIGINALE DE JULIE ROCHELEAUjul_0


C’est à moi que tu parles ?!

Quand Bruce m’a confié la mission d’écrire cet avant-propos, j’ai d’abord joué l’option défensive-offensée façon De Niro dans Taxi Driver (j’imite aussi très bien Yves Montand pour une fille, mais je doute qu’Yves Montand ait sa place ici). En bonne parano que je suis, j’ai senti une pointe de provocation dans sa demande, quelque chose en lui qui me disait : ce n’est pas un peu de l’arnaque, pour une scénariste, d’écrire une bande dessinée sans paroles ? Fini de bluffer ma jolie – il aurait pu dire « ma vieille » ou « ma petite », ce qui n’aurait pas été faux non plus, mais c’est mon édito alors je fais dire ce qui me plait à mes protagonistes – voilà donc ce qu’il me dit : fini de bluffer ma jolie, va falloir mettre tes cartes sur le tapis et nous montrer ce que t’as dans la plume.

Le syndrome de l’imposteur.e – trice ? teuse? Apparemment l’imposture est une maladie que les seuls les hommes peuvent attraper au même titre que le daltonisme et la calvitie – s’est emparé de moi. Je me suis mise à paniquer comme au premier jour de mon CAP de coiffure. N’y voyez aucune moquerie de ma part, au jeu de la vie du chifoumi, je suis vraiment passée par la phase ciseaux avant de prendre le papier comme arme de prédilection (syndrome de l’imposteur.e + 1000 points).

Je me suis donc demandée comment me dépêtrer de ce traquenard, moi qui n’y connais pas grand-chose en super héros et qui ne suis ni vraiment branchée, ni geek, ni rock’n roll, ni cool, ni très calée en comics et mangas. Et puis j’ai repensé à tous les articles que j’avais découverts cette année chez Bruce Lit et je me suis tout de suite détendue en réalisant à quel point le Lit de Bruce est grand et accueillant. On y trouve aussi bien du comics que du roman graphique, du manga ou de la BD classique. On y trouve même des BO sorties des malles de nos darons et des chansons pas piquées des hannetons. J’ai aussi pensé à mon amour pour la bande dessinée, que je peux nourrir ici à loisir à grandes platées d’articles fouillés et d’interviews captivantes.

Et en révisant un peu mes super héros et super héroïnes, j’ai réalisé que la plupart ne sont ni cool, ni rock n’roll, parce que sauver le monde et se battre contre les méchants exige une discipline de fer et une hygiène de vie irréprochable.

Mes derniers doutes au sujet de ma légitimité se sont dissipés en constatant qu’après tout, nous sommes tous le super héros de quelqu’un. Tenez, moi par exemple, je suis la femme invisible. J’écris des mots provisoires que la super dessinatrice Julie Rocheleau a le pouvoir de transformer en images. La magie de ses dessins m’offre même le luxe d’émasculer nos planches de leurs phylactères. Rassurez-vous c’est sans douleur, pas question ici de pousser les bulles des cases comme de vieux meubles qu’on refilerait aux encombrants, non. Les bulles sont là, invisibles, tout comme moi, et c’est vous, super lecteurs, qui avez le superpouvoir de lire mes dialogues sans les voir. A ce jeu-là, Présence semble imbattable. Il nous en a fait une belle démonstration dans son analyse ultra-détaillée de Betty Boob. Je ne sais pas ce que cet homme de l’ombre fait dans la vie en dehors de décortiquer des cases de BD, mais je commence à me demander si ce repaire de geeks n’est pas une couverture, une plateforme de recrutement d’agents très spéciaux pour une organisation secrète aux mœurs un peu douteuses.

Bref, c’est donc sans le moindre scrupule que je m’incruste dans ce temple de la pop-culture pour assister au sacro-saint bilan annuel. Ma mission accomplie, je retourne à mon invisibilité et je laisse la parole aux spécialistes et aux passionnés de cette belle équipe et à leur chef de bande : Bruce, celui qui nous lit les uns les autres, et nous relie les uns aux autres.

Joyeuse fin d’année 2017 à tous ! Lisons, lisons jusqu’à la lie !

Vero Cazot

* Accompagnée par les dessins pétillants de Julie Rocheleau, Vero Cazot est la scénariste de ce que beaucoup considèrent comme l’une meilleure BD de l’année : Betty Boob. Si vous ne me croyez pas, voir plus bas ! 

La superbe composition de Tornado. Montage de JP

APRES-PROPOS

From Ryker’s Island 4.am

Pour la quatrième année consécutive, euh que vous dire de plus ? Je vous ai TOUT dit ! (bordel).
Que je suis fier du travail accompli, de la reconnaissance que ce blog a glanée sur la toile et dans le monde réel, que c’est un site de rencontres ?
Ok. On va parler de ça ! Parce que, Monsieur le Commissaire, je ne suis pas seul, c’est une véritable équipe qui commet ces méfaits quotidiens.  Bruce Lit, côté coulisses ? On balance contre une remise de peine ? (par ordre d’arrivée sur le blog) :
Présence : vient me squatter une fois par mois mes Walking Dead à la maison. Son arrivée est guettée de pied ferme par ma fille avec qui il taille d’interminables bavettes pendant que j’attends comme un con de lui donner son butin.
Tornado : Certainement le contributeur le plus perfectionniste qui me livre des copies parfaites de ses articles fleuves sur lesquels je n’ai rien à retoucher. A su se faire pardonner son harcèlement autour de ses vieux films avec une bouteille de Whisky Japonais.
Cyrille M : le mec a vraiment passé une nuit entière dans les catacombes de Paris et en est ressorti vivant pour me raconter l’expérience lors de notre première rencontre…in the flesh !
JP Nguyen : m’a regardé étrangement lorsqu’en jouant avec ses filles, je lui explosé sa table basse en verre. A dû faire preuve d’un calme résigné pour ramasser les milliers de morceaux épars pendant que je continuais à jouer !
Stéphane Maillard Peretti : hiberne en général une bonne partie de l’année avant de m’offrir avant les fêtes une poignée d’articles toujours plus précieux les uns que les autres. Si vous voulez le chopper, c’est maintenant !
Patrick Faivre : voilà un amateur de Cure et de Joy Division qui se marre tout le temps, une sorte de marginal chez les gothiques ou la vision que l’on peut en avoir. Est souvent choqué de l’attitude de son patron dans la rue, notamment auprès des traiteurs japonais…
Pierre N : Le benjamin de l’équipe est plus doué avec la continuité mutante qu’avec le parapluie que je lui prêta une après-midi de pluie. A moins qu’une mutation magnétique n’explique que l’engin sembla se révolter contre lui !
Alex Nikolavitch : Le Monsieur Conférence du blog a eu un trac monstre à la Sorbonne pour présenter Kirby. Backstage, son esprit brillant ne lui a été d’aucun secours pour commander son Big Mac sur la borne du  McDo de la gare St-Lazare.
Omac Spyder : a une belle voix de basse au téléphone. Son savoir et sa bienveillance ont servi de cellule de crise lors de doutages de votre serviteur, notamment après les attentats du 13 Novembre. Du coup, Omac est resté rebelle à mes consignes de mise en forme en toute impunité.
Mattie Boy : Et si Mattie-Boy n’avait pas eu le pied dans le plâtre au mois d’août, aurait’il pu nous rejoindre avec JP à Lyon ? Cette question cruelle reste sans réponse à ce jour mais le reste des tables basses de JP ne s’en portent peut-être que mieux !
Puisque tu pars: Matt et Maticien, contributeur historique mais rare mais précieux mais copain de 20 ans est mis en disponibilité pour 2018 pour indisponibilité couches +biberon.
Et comme les contributeurs de ce blog sont comme les dents du requin (lorsque l’une tombe, elle est immédiatement remplacée- Fordiste, moi ?), nous souhaitons donc la bienvenue à Eddy Van Leffe qui meurt de trac mais qui a gagné ses galons cette année dans la rubrique commentaires.

Enfin, je peux encore vous balancer quelques noms pour quelques promenades de plus nous avons accueilli  en 2017 : le Tintinnologue Jean-Luc Remy est venu dealer du Hergé,  le blog a servi de planque à Cathy  Benod pour son article sur les Ogres et à mon frangin débauché pour Luke Cage.  Avec Edwige Dupont on a Bonnie Clyder pour nos articles Rock’n’Roll. Enfin, l’homme qui a tout les codes, c’est James Duff qui a permis à Bruce Lit de survivre à des attaques informatiques. 

Vous savez tout.  Je suis coincé avec ces gars. A moins que ce ne soit le contraire. 

Sing (Sing) Hallelujah, bonnes fêtes en bulles et en couleurs chers Bruce Liseurs. 

Et cet article est dédié à mon neveu Joseph né cette année.

 

BRUCE LIT

bruce_0

Gris

Mes meilleures lectures 2017 :
Comics : Sans hésiter le Soldat Inconnu de Joshua Dysart découvert ici grâce à l’article de JP. Une histoire sombre, violente, parfaite de bout en bout à ranger directement entre Punisher Max de Ennis et The Other Side de Jason Aaron ! Ouais !
-Grâce à Présence, j’ai été émerveillé en découvrant sur le tard l’anthologie de Sergio Aragonès pour Mad. Un humour souvent proche de mon Franquin adoré, époque Idées Noires.
-Enfin la série  Postal : une écriture solide, simple et efficace avec de vrais personnages et de vrais caractères. A ce stade, je suis certain que la fin sera à la hauteur.

Mangas : Le Vagabond de Tokyo, sûrement l’une de mes meilleures lectures de la décennie. Exceptionnel !

BD : Betty Boob; cet album m’a accompagné dans la maladie et la renaissance de mon épouse. De l’humour, de la joie de vivre des bulles d’oxygènes muettes pour lutter contre les maux bleus à l’âme. Une histoire dont j’avais besoin pour revivre à mon tour.

Mes déceptions : Innocent; ce qui promettait d’être un chef d’oeuvre historique a tourné peu à peu à de l’action ridicule à la Millar. Tout ce que je déteste.
-Après avoir été enthousiasmé comme beaucoup par les premiers volumes de Nailbitter, j’ai dû me rendre à l’évidence : il s’agit d’une belle couillonnade avec une des fins les plus ridicules jamais lues.
-Celle de Revival m’a également déçu ; on passe d’un drame intimiste avec études de caractères à la Stephen King à du grand spectacle à la Michael Bay : de la pyrotechnie, des militaires partout, des nouveaux personnages qui apparaissent avant la fin (je déteste ça, une conclusion c’est fait pour conclure, pas pour introduire) et même une ninja Amish ! Non !

Les articles que j’ai préféré rédiger : en fait tous ceux qui sortent du cadre que je me suis imposé ceux sur Gainsbourg et Marilyn Manson qui m’ont permis de collaborer avec Edwige.    Je suis très fier également de mon article où Roger Waters est assimilé à Batman !
-Et parce que il n’y a pas que le rock  dans la vie, mon article  comics préféré reste celui consacré à la série TV Hulk qui m’est très personnel. En tant que de rédacteur en chef, je suis content d’avoir lancé le premier article participatif improvisé autour de Spider-Man Homecoming.

CYRILLE M

Royal

Royal

Mon année a été tellement remplie que pour la première fois, j’ai une pile de lecture inédite par sa taille. J’ai même des bds acquises il y a plus de deux ans qui m’attendent ! Résultat, j’ai aussi un retard monstrueux dans la lecture des articles du blog et je ne parle même pas des articles que je dois écrire. Bref j’aurai pu reprendre tel quel mon bilan 2016, mais c’eût été trop facile.

Meilleures lectures: Je continue à lire Hellblazer, Preacher, Deadly Class, mais cette année je crois que les surprises viennent du franco-belge. Tout d’abord la découverte, après pas mal de tergiversations, de Last Man, un manga à la française qui réunit trois jeunes auteurs déjà installés et mélange le meilleur de ce genre : la baston, les nénés, les femmes fortes, les trognes piquées dans l’inconscient collectif, l’humour et l’aventure naïve et rafraîchissante. Bonus, je le lis en parallèle avec mon ado de fils en pleine mutation, et ça rapproche.

Je ne les ai pas tous lus, mais il faut saluer la collection de La petite bédéthèque des savoirs, qui propose des sujets vastes ou d’actualités dans un format ludique, bien éloigné des bds à vocation éducatives de notre enfance. Peut-être parce qu’elles sont dessinées par de vraies auteurs et écrites en collaboration avec un spécialiste du sujet. Elles proposent un fil conducteur, une quantité non négligeable d’informations tout en restant des lectures agréables. Un beau projet en soi.

Le Spirou de Frank Pé et Zidrou m’a rappelé les histoires de Broussaille et la très belle trilogie de Zoo du même Frank. Avec la sensibilité de Zidrou et les pleines planches bigarrées de Frank, ce Spirou m’a ému plus que de raison. Le dernier Lapinot est pas mal du tout. Le dernier Lucky Luke par Bouzard est super si on aime l’humour décalé de son auteur.

Je pose encore une option pour un article (je les accumule, ils vont sortir un jour !) sur la nouvelle série de Warren Ellis, Injection. Etant toujours sous l’emprise de son Supreme Blue Rose, je suis conquis par sa narration de plus en plus étrange pour de la SF discrète comme je l’aime.Toujours au rayon comics, j’ai adoré cette histoire de cuisine qu’est Starve. Et puis du Zezelj en couleurs ça ne se refuse pas.

Dernière bonne lecture, The Unwritten, malgré la proximité partielle avec Harry Potter. Impatient d’en lire la suite. Je ne vais pas citer celles que j’ai chroniquées cette année, les articles sont disponibles, mais elles valent le coup d’oeil pour la plupart.

Ma déception: Malgré toute mon affection pour Ferri et les deux tomes précédents, le dernier Astérix m’a laissé sur ma faim avec un grand sentiment de gâchis.

L’article dont je suis le plus fier: Ca va aller vite, je dois en être à moins d’articles qu’en 2016. Même si je les aime tous, j’ai évidemment adoré écrire sur la musique, ma surprise préférée du patron cette année. Je citerai donc celui sur Talk Talk.

STÉPHANE MAILLARD PERETTI

Perché

Perché

Mes meilleures lectures: Bon, j’ai définitivement lâché Marvel, et DC, après le troisième TPB de Dr Strange et les 4 premiers épisodes de The Champions (qui sont pas mal).
Pourtant, il était bon, ce troisième tome de Strange! Bon, j’adore le trait de Bachalo, ça aide, mais les personnages vus et revus sont sympas, les nouveaux comme les anciens (genre Satanna, qui m’a bien fait marrer avec son fast food de l’enfer.)
Punk Rock Jesus. Histoire et dessins de Sean Murphy, malin, touchant, beau, rock, auto-contenu, cette BD en noir et blanc est à mettre dans toutes les mains de lecteurs intelligents.
Facile à redécouvrir, c’est devenu une de mes BDs préférées.

Mes déceptions: Bah comme d’habitude, les deux « grands » (glands?) DC mais surtout Marvel. Des dessinateurs mauvais pour la plupart, des « events » vides de sens et d’intérêt. Des fans bornés, souvent.
J’ai enfin lu « Old Man Logan » de Millar, porté aux nues par mes potes et la critique. Bof, grand , grand bof. Pas de surprise, des incohérences, pas mon truc.

L’article que j’ai aimé rédiger: Y en a pas eu tellement, hein. Je suis pas prolifique comme les autres gars du blog. Je dirais que celui sur la thématique « covers d’albums » était très plaisant. C’est une thématique que j’aimerais revoir dans nos pages.
Et puis l’article sur le Spokon (à paraître). Creuser le monde du manga pour découvrir ou redécouvrir des séries antiques et charnières fait toujours du bien. On en vient à espérer être lu par un éditeur courageux, qui déciderait de traduire certaines perles, mais les lecteurs suivraient-ils? Lorsque l’on sait que le manga de Ashita No Joe -un monument au Japon- se vend en France à quelques centaines, au grand maximum, alors que d’autre conneries en sont à leur 50eme tome… ça donne pas envie d’y croire.
Mais on a déjà été surpris, Glénat, par exemple, n’a t’il pas sorti l’excellent Voyage de Ryu? A suivre donc, dans l’espoir.

MATTIE BOY

Crâneur
Crâneur

Mes coups de cœur de l’année : Je dois la plupart de mes nouveaux coups de cœur aux membres de la team dont les articles m’ont fait découvrir de bonnes choses. Il y a eu Scalped  de Jason Aaron qu’on ne présente plus, réaliste et noir (sans faire dans la surenchère), et qui traite le sujet de la vie dans les réserves indiennes avec sérieux. Il y a eu aussi Planetary  de Warren Ellis et John Cassaday que j’ai vraiment apprécié. Dark night : a true Batman story a également bien fonctionné sur moi. J’ai apprécié cette histoire d’un homme ayant vécu un traumatisme qui essaie de remonter la pente.
Je dirais aussi que j’ai passé un excellent moment en découvrant enfin le Warlock de Jim Starlin réédité aux éditions Hachette.

Le deluxe Amazing x-men de Jason Aaron a aussi été une excellente surprise et sonne comme un épilogue à Wolverine & the X-men qui fut parasitée par des crossovers en tous genres (souvent signées Bendis). Techniquement, cette dernière histoire de Aaron ne révolutionne rien et fait même revenir à la vie un personnage, ce qui peut faire craindre le pire au départ, mais c’est fait avec une telle passion pour le divertissement de bonne qualité, avec des personnages si attachants qu’on retrouve enfin après tant d’errements de divers auteurs sur les séries X, que c’était pour moi une sorte de fin parfaite. Un dernier verre pris dans le bar de mes X-men préférés avant que Wolverine meure bêtement ou que tout explose durant Secret Wars , etc. La fin d’une époque en gros. La fin des vrais X-men.
Enfin, dans un autre domaine que les comics, j’ai beaucoup aimé les deux ouvrages documentaires/artbooks que j’ai acquis cette année : Jean Frisano : une vie d’artiste et l’excellent Jean L’histoire illustrée de l’horreur de Stephen Jones qui propose un cours d’histoire sur l’horreur dans la culture populaire et une compilation d’illustrations allant de peintures historiques aux couvertures de pulp magazines en passant par les affiches de cinéma de toute époque et autres travaux d’artistes tels H.R Giger. Un must have pour les fans d’œuvres fantastiques à forte connotation horrifique.

J’ai aussi eu des coups de cœurs pour des articles sur le blog, notamment ceux portant sur le cinéma. J’ai donc pris beaucoup de plaisir à la lecture des articles de Tornado sur les films de la Hammer  , ceux de Roger Corman  ou les films d’épouvantes suivant la thématique du Horla . Ce sont des articles que j’aurais pu avoir envie de rédiger s’ils n’avaient pas été faits, mais j’ignore si j’aurais trouvé la motivation de m’y atteler. Parce qu’on a beau écrire avant tout pour soi, la publication signifie partager. Et il est toujours plus motivant de savoir qu’on n’est pas seul à aimer ce qu’on partage. Et c’est pourquoi je suis content que ces articles aient été écrits par une autre personne qui partage certains de mes goûts.

Mes déceptions : Alors dans les déceptions, je ne range pas forcément les pires trucs jamais lus (car ceux là en général j’arrive à les éviter) mais plutôt les bouquins qui ont du potentiel mais qui m’ont fait l’effet d’un pétard mouillé. Et pour contredire l’avis du boss, moi j’ai été sacrément déçu par la fin de Harbinger de Joshua Dysart qui n’est pas du tout une fin. L’aventure avait beau être prometteuse au départ avec un aspect géopolitique intéressant traitant du rejet des minorités, ce n’est pas juste une bonne intention de fond que je cherchais. Et quand le récit décide de se désintéresser de ses personnages principaux en les laissant dans une merde noire pour se focaliser sur le méchant Toyo Harada, j’ai eu les boules comme je ne les avais jamais eues depuis longtemps. Aussi intéressant puisse être ce personnage, je me suis senti trompé sur la marchandise parce que ce n’est pas lui dont je voulais suivre les aventures. Vous imaginez Star Wars qui laisserait Luke avec sa main coupée, Han Solo prisonnier de sa carbonite et qui nous raconterait l’histoire de Vador à la place ? Pour en savoir plus sur les « héros » de Harbinger, eh ben il faudra se taper la saison 2 d’un autre auteur. Eh ben sans moi ! En gros ce n’est pas un récit auto-contenu.

L’article que j’ai le plus aimé écrire : J’ai beaucoup aimé écrire sur les films gothiques italiens des années 60 avec Barbara Steele . C’était une de mes contributions à l’histoire du cinéma (motivée par les articles de Tornado dont je parlais) que j’ai vraiment aimé rédiger.
J’ai également vraiment apprécié l’écriture de la trilogie d’articles sur les BD de mon enfance : les articles sur Garfield , Natacha  et Soda  . Tout simplement parce que ce sont des lectures à forte résonance nostalgique qui m’ont forgé en tant que fan de BD et je devais écrire dessus ne serait-ce que pour leur rendre hommage.
Enfin je dois aussi remercier Bruce de m’avoir permis d’écrire sur des vieux jeux-vidéos de mon enfance. Finalement il y a plein d’articles que je suis content d’avoir pu écrire sur des thèmes variés.

OMAC SPYDER

Étrange

Étrange

Mes meilleures lectures de l’année : Déjà je trouve l’intitulé avec une syllabe redondante! Cela ne vous arrête pas un petit instant vous, ce « Mémé-yeur »? Alors disons que je le rebaptise. Imaginez une voix suave comme à la cérémonie des César. « Mes plus belles lectures de l’année 2017 sont »: Metropolis et Babel du côté des auteurs français. Chacune de ses lectures a été un voyage, tantôt kafkaïen, tantôt baudelairien, surréaliste et poétique, trépidant et lancinant.

Du côté des comics, le Daredevil de Waid, Martin, Rivera et Samnee a été une lecture rafraîchissante. Quel plaisir de retrouver Matt Murdock dans de nouvelles aventures avec un style renouvelé! Le tome 2 arrive bientôt, et ça c’est une bonne nouvelle. Les Uncanny X-Force : un récit intéressant, sombre, palpitant, donnant de ci de là des tutos sur « comment faire dans la dentelle? » Les Doctor Strange de Aaron et Bachalo, même si le traitement du dessin ne m’attirait guère au départ, Docteur Strange pour moi, c’est comme Séga : c’est plus fort que toi! Toujours chez Marvel Now, les Avengers de Hickman et les Uncanny Avengers de Remender ont été des lectures dépaysantes, épiques, aux proportions dantesques qui m’ont transporté. Et on assistait ainsi à la naissance dans le mainstream de deux auteurs prometteurs. Secret Wars a été pour moi une bonne surprise, tant j’avais lu d’avis négatifs. Je me suis dit un instant que mes lectures Marvel pouvaient s’arrêter là… Mais on ne se refait pas! Le sort jeté est toujours là…

Mes déceptions : le Rebirth de DC a fait plof pour ma part. La renaissance annoncée n’a pas été à la hauteur. Comment rater autant un retour avec des héros aussi marquants? C’était davantage un faire-part de DC que de renaissance… Thanos et la révélation de l’infini en Graphic Novel : j’ai trouvé cela bavard, et pas dans le bon sens du terme. Intéressant sûrement mais pas au point de poursuivre les autres volumes qui pourtant sur le papier m’avaient paru une bonne nouvelle. Comme quoi, tout est décidément relatif!

L’article que j’ai aimé rédiger : Difficile à dire tant pour moi l’intitulé serait davantage « l’article que j’ai aimé partager », car le blog permet justement cette chose précieuse, le partage. Il n’est pas un lieu de consommation rapide, de fast-geek-food, mais un endroit où l’on peut s’installer, et se restaurer, dans les deux sens du mot. Se restaurer, se retrouver entre personnes qui lisent réellement, avec respect, ce qui est posé là. Du coup dans la veine de cette idée, l’article qui a été le plus dans ce sens est l‘interview de Serge Lehman. Il a été le fruit d’un échange avec Serge Lehman après l’article sur Metropolis puis avec Bruce qui m’a lancé le défi : vas-y pour une interview! Il a l’art et la manière le bougre! Cet article m’a demandé un temps de préparation non négligeable mais très plaisant, et le partage sur le blog a été à nouveau enrichissant. Je reconnais le parti pris un peu hermétique, forcément philosophique, et gymnastique à la lecture!! Mais je le referais de la même façon : à mon image et je l’ai souhaité, à l’image de l’auteur. D’ailleurs, je l’avais dit à Bruce : je ne sais pas interviewer, et le titre a bien traduit cela : auteur sur le divan.

L’année 2017 m’a permis d’ailleurs de m’exercer à différents types d’articles, à différents formats, puisque c’est mon point de départ réel sur le blog après une « apparition-test » en 2016. 11 articles plus 1 au frigo (sera-t-il sorti pour l’hiver?), soit un par mois en moyenne, avec vos retours toujours bienveillants. Et ce plaisir à écrire les Collants sur le Divan…

PATRICK FAIVRE

pat_0

Malade

Mes meilleures lectures : Alors disons-le cette année, expatriation oblige, j’ai passé plus de temps à bosser mes cours de Japonais et accessoirement à rechercher du taf qu’à lire des BD (c’est étonnant comme des choses que l’on trouvait pourtant essentielles deviennent secondaires lorsque le contexte change…). Cependant quelques nouveautés ont malgré tout fait leur chemin jusqu’à moi, notamment le Big Bang Saigon  de Hugues Barthe et Maxime Peroz, pour son coté sexualité débridée (sans jeu de mot hein) et l’esthétisme de l’œuvre, mélangeant simplification extrême et détails fouillés de certains décors.
J’ai aimé également le Volume 2 de L’érection de Jim et Lounis Chabane. Bien que gardant le côté un peu superficiel du premier tome il est cependant plus drôle et plus réussi que le précédent.
J’ai aussi aimé les 2 tomes de Revoir Paris de Schuiten et Peeters pour son coté rétro futuriste (ou bien néo kitsch selon les points de vues).
J’ai découvert avec plaisir ici même Cromwell Stone d’Andreas au gothisme sans faille. Ainsi que The Shadow Hero  par Gene Luen Yang et Sonny Liew.
Pour finir, ce n’est pas une nouveauté, mais j’ai adoré me replonger dans la (quasi) intégrale de Christian De Metter (l’auteur de Figurec ) pour les besoins d’un article fleuve qui fera votre bonheur en 2018, je n’en doute pas…

Mes déceptions : Ayant peu lu cette année, j’ai été très sélectif, je n’ai donc été déçu par rien ! Elle n’est pas belle la vie ? ^^

L’article dont je suis le plus fier : Ah j’ai pris beaucoup de plaisir à écrire l’article sur Godzilla , ainsi que l’interview en Team up avec Bruce d’Olivier Bonnard , mais c’est sans conteste mon article sur The Cure  dont je suis le plus fier ! (Once Curite, always Curiste !)

PRESENCE

Invisible

Invisible

Mes meilleurs lectures 2017 : La tentation a été forte de faire un copier-coller de celui de 2016, en changeant juste les titres des BD et comics que j’ai lus. Il y a eu à nouveau une myriade de coups de cœur, aboutissant à une liste trop longue pour tout mentionner. En comics : plein de séries Image courtes (dès le début d’année avec Starve de Brian Wood & Danijel Žeželj, jusqu’à la fin de l’année avec Plastic de Doug Wagner & Daniel Hillyard), et même du Marvel et du DC. Chez Marvel : les 2 séries Captain America Steve Rogers & Sam Wilson, de Nick Spencer , Black Panther de Ta-Nehisi Coates, Brian Stelfreeze, Chris Sprouse et Wilfredo Torres. Chez DC : c’est le retour en force des têtes d’affiche avec Superman de Peter Tomasi & Patrick Gleason, Batman de Tom King et plusieurs dessinateurs.

Plusieurs séries indépendantes sont arrivées à leur terme comme les excellents Chew (de Rob Guillory & John Layman) ou encore Revival (de Tim Seeley & Mike Norton), Crossed (avec des hauts et des bas en fonction des auteurs), et plusieurs autres ont débuté même s’il est encore trop tôt pour les juger sur la longueur. Grâce à Bruce, j’ai pu lire 20 tomes de The Walking Dead en 2017 et je reste confondu d’admiration devant l’adresse et l’intelligence avec laquelle Rober Kirkman et Charlie Adlard tirent parti de cette forme feuilletonnante au long cours, ainsi que de leur propension à donner dans le sensationnalisme pour mieux faire ressortir leurs idées. J’ai également lu une vingtaine de tomes de la série Usagi Yojimbo de Stan Sakai, toujours aussi tout public avec une sensibilité extraordinaire.

Du coté franco-belge, mon demi-siècle a été l’occasion de découvrir les 3 tomes du Baron Rouge avec les pages extraordinaires de Carlos Puerta, et l’approche conceptuelle de Marc Antoine Mathieu dans Otto, l’homme réécrit. Je me suis replongé avec délice dans Voleurs d’empires de Jean Dufaux & Martin Jamal. J’ai découvert la richesse épatante de la collection de la petite bédéthèque des savoirs. J’ai repris la lecture des BD du tandem Éric Warnauts & Guy Raives, avec les 2 tomes des Temps Nouveaux. J’ai été transporté par la positivité de Betty Boob de Julie Rocheleau et Véronique Cazot, formidablement complété par leur interview sur le site. S’il fallait n’en choisir qu’une BD, je retiendrais Le dernier brame, de Jean-Claude Servais, avec une mise en couleurs de Guy Raives.

Ces excellentes lectures ne peuvent pas occulter les parutions quotidiennes sur le site avec là encore de magnifiques découvertes ou commentaires comme Devdas & Grim Fandango (mon jeu de l’été), Figure Replay toujours aussi décalé, dense et drôle, Mariée par correspondance (qui a rejoint ma pile de lecture), Black Panther de Christopher Priest (depuis le temps que ces épisodes m’intriguaient), l’interview de Gihef (qui m’a permis de découvrir Greenwich Village: Love is in the air) Spirit of Eden de Talk Talk (qui a rejoint ma CDthèque, les entretiens analytiques de Collants sur le divan, l’incroyable interview de Serge Lehman, la relecture de La folle journée de Seiya, la présentation des productions des studios Universal & Hammer qui m’a permis d’en comprendre l’ampleur de l’influence sur la culture geek.

Mes déceptions – Il y en a quelques-unes dans le volume de mes lectures, mais tellement peu que je les ai déjà oubliées.

L’article dont je suis le plus fier : c’est difficile de répondre parce que j’ai déjà utilisé ma meilleure (et ma seule) blague l’année dernière. Je dois remercier JP Nguyen pour m’avoir donné l’occasion d’évoquer John Byrne, sans tomber dans l’admiration et la flatterie sans borne, ou pire encore le passéisme. Je rends grâce à Bruce pour avoir organisé l’interview de Pat Mills, un grand moment de plaisir et d’inquiétude mêlés.

En y repensant quelle année pour le blog !

PIERRE N

Lapin pas crétin

Ecoutant

Mes meilleures lectures 2017 : Peu de découvertes en terme de lecture proprement dite cette année, plus marquée par un peu de rattrapage et de redécouvertes du côté des série tv (Fargo, The Americans, ou encore ce joyau d’inventivité et d’humour qu’est Rick et Morty), du cinéma (Boorman, Wilder, Lustig, Henenlotter).

Côté comics, Spencer continue d’être épatant avec ses séries Captain America (même l’étape casse-gueule de l’event avec Secret Empire montre qu’il peut composer de façon satisfaisante dans un cadre éditorial plus strict), de même que Simon Spurrier avec X-Men: Legacy, un auteur à suivre à en juger par la qualité de ses titres indés (The Spire, Six-Gun Gorilla).
Après la découverte des volumes parus chez Vertige Graphic, il faut bien admettre que la réputation du Cerebus de Dave Sim n’est pas exagérée (quand bien même le premier recueil n’est pas représentatif du niveau atteint avec les suivants, une fois l’oryctérope arrivé aux rênes du pouvoir).
Dans le domaine de adaptations, la première saison de Legion s’est avérée être une excellente surprise inattendue (bien plus convaincante et audacieuse que tous les films de Singer réunis).

Mes déceptions : En dépit de mon attachement à la saga Star Wars sur grand écran, la lecture de l’adaptation du Cycle de Thrawn en BD tend à confirmer qu’il est décidément rare que j’accroche aux déclinaisons de la licence en comics, comme si quelque chose se perdait en passant d’un médium à un autre, et pas seulement sur le plan du son et du mouvement (peut-être qu’en redonnant sa chance au Clone Wars d’Ostrander cela changera, qui sait ?).
Au rayon déception, le Mister Miracle de Tom King me vient à l’esprit, bien que cette série ne soit pas encore terminée, et dans une moindre mesure le début de son run sur Batman (quoique le terme déception est un peu fort, pour définir mon impression j’aurais plutôt tendance à choisir dubitatif).

L’article dont je suis le plus fier : Sans doute celui sur Legion, et je ne suis pas mécontent de cette occasion de pouvoir mettre en avant certaines scénaristes moins bankables qu’un Millar, tel Peter David (Hulk: Futur Imparfait).

ALEX NIKOLAVITCH

Monosourcil

(Non mais qu’est-ce qui me veut encore à me demander de déposer le bilan, le Bruce ? J’ai pas que ça à faire ! Pendant ce temps, je peux pas cracher ma bile sur tout ce qui bouge ! >tousse< >tousse< >crache< Jeune galapiat ! )

Mes meilleures lectures : Sans hésitation le Surfer de Slott et Allred, c’est malin, touchant, bourré d’idées. Sinon, que de la vieillerie ou du rattrapage de retard (les Hulk de Mark Waid, que j’avais loupés et que je me suis faits d’un bloc et qui sont très sympas. Sinon, mais je suis peut-être de parti pris parce que j’assure la VF sur ce titre, Injection par Warren Ellis et Declan Shalvey. Toutes les fixettes de l’Anglais fou mixées en un titre, on sait pas trop où ça va mais ça y va à tombeau ouvert !

Mes coups de gueule : C’est con, mais à force de ne plus que picorer dans ce qui sort, et à lire les trucs après tout le monde, j’arrive à éviter les plus grosses bousasses. Donc rien ne m’a foutu hors de moi cette année, j’ai réussi à passer entre les gouttes.

Mon article préféré : Je suis assez content du truc sur le slip rouge de Superman, de ce mix entre ton déconnant et faits sérieux et précis. C’est pas un mix toujours bien équilibré, mais là je trouve que ça le fait. C’est plus sérieux sur le fond qu’un des prochains à sortir qui évoquera le cas tragique de la Tante Pétunia. Mais Bruce m’a dit pas de spoilers, donc je n’en dirai pas plus.

JP NGUYEN

Joueur

Joueur

Meilleures lectures : Le temps passe trop vite et je n’ai pas le temps de lire autant que je le voudrais. Cette année, dans le genre super-héros, ma lecture préférée a été The Shadow Hero , découvert par hasard en médiathèque. C’est également là que j’ai pu combler une lacune dans ma connaissance de l’œuvre de Frank Miller en lisant l’intégrale de Martha Washington. Dans les deux cas, les emprunts ont été suivis d’achats et d’encombrement supplémentaire sur des étagères où j’ajoute plus régulièrement des figurines que des bouquins.

Déceptions : L’avantage de lire peu est, qu’avec de la chance, on est moins déçu. Du coup, je n’ai pas de grosse déception à citer dans le bilan cette année.

Meilleurs articles : Mon article sur certains one-shots de Daredevil est celui dont la rédaction me laisse le meilleur souvenir. J’ai eu également beaucoup de plaisir à interviewer Cyril Bonin , que j’ai par la suite eu la chance de rencontrer en dédicace en novembre sur Lyon.
Et puis, bien sûr, il y a la satisfaction de parvenir à sortir régulièrement des numéros de Figure Replay  pour amuser la galerie.
Mais surtout, j’apprécie les liens d’amitié créés au fil des articles avec les gars de la Team. Je me rappellerai de la visite du Boss pour mes 40 ans (ma table basse également, s’en souviendra). Pour l’occasion, on avait aussi failli rencontrer Mattie-Boy, mais à cause de contraintes logistiques, ça n’a pas pu se faire, ça n’aurait pas été le pied (private joke) !
J’aimerais qu’on se retrouve un jour tous ensemble, de préférence dans ce monde et pas dans l’autre. Mais en attendant, on peut toujours échanger sur le blog. De là à penser que Bruce Lit est une passerelle entre les mondes…

TORNADO

Bagarreur 

Mes meilleures lectures 2017 : Du côté des super-héros, c’est toujours morne plaine en ce qui me concerne. J’ai désormais tout arrêté, même Spiderman, et même Batman que je n’avais jusqu’ici jamais lâché.
Je me suis acheté deux Superman : Loïs & Clark par Dan Jurgens et Lee Weeks qui ne m’a guère accroché, et Superman – American Alien par le fils de John Landis que je n’ai pas encore lu. Et aussi Dark Night : Une Histoire vraie, qui n’est pas vraiment un comics de slips… Et pis c’est tout au rayon des nouveautés…
Au rayon des comics hors-super-héros, j’ai poursuivi l’aventure Black Science de Rick Remender que je continue de trouver excellente et j’ai été enchanté par le 1° tome du Godamned de Jason Aaron & R.M. Guéra et par le 2° tome de la série Autumnland de Kurt Busiek & Benjamin Dewey. Mais mes deux séries préférées du moment restent Nailbiter  et Harrow County. J’ajouterais aussi le dernier tome de la série Providence par Alan Moore & Jacen Burrows car, même si elle ne constitue pas une lecture facile, c’est une série qui reste importante pour moi.
Enfin, mention très bien pour le 1° tome de la reprise de Miracleman par Neil Gaiman & Mark Buckingham, dont on attend désespérément la suite chez Paninouille…

Du côté franco-belge, je n’ai rien lu de neuf puisque j’ai passé mon temps à me refaire mes Tintin et mes Blake & Mortimer. Mais j’ai acheté le 3° tome d’Elric par Julien Blondel et les deux tomes de Jules Verne & l’Astrolabe d’Uranie à cause des fantastiques illustrations de Carlos Puerta, dont le travail m’avait époustouflé sur la série Baron Rouge.

Mes déceptions : La pire concerne le 3° et dernier tome VF de la série Gotham Academy, sorte de « Harry Potter à l’école de Gotham » qui m’avait beaucoup plu jusqu’ici.
Enorme déception aussi pour le 3° tome des Young Avengers, dont le scénario foutraque, hystérique et inaudible de Kieron Gillen m’a totalement insupporté !

Sans être des déceptions ni des lectures inoubliables, j’ai moyennement apprécié Spiderman l’Enfant Intérieur de J.M. DeMatteis & Sal Buscema qui s’étire atrocement dans la 2nde partie, ainsi que le 1° tome de Cinema Purgatorio, l’anthologie horrifique d’Alan Moore, Garth Ennis, Kieron Gillen & Cie qui, pour le moment, ne propose pas encore un ensemble assez développé pour que l’on puisse vraiment juger de ses qualités (ou défauts).
Quant à la mini-anthologie Tales From the Darkside de Joe Hill & Gabriel Rodriguez, les créateurs de Locke & Key , c’est une expérience très frustrante puisqu’on nous publie là un projet inachevé.

Mes articles préférés : A cette occasion, je vous ai préparé une petite révélation machiavélique : Et oui, oh que oui ! J’ai profondément aimé écrire mon article à charge sur l’intouchable Saga du Phénix. Et j’ai ressenti un plaisir sadique en constatant que certains lecteurs en souffraient ! Que voulez-vous, je suis très très méchant et je me suis ainsi vengé cathartiquement des ces insupportables heures de torture infligées par ces putains de comics old-school infantiles-tout-pourris-pour-débiles-mentaux naïfs et candides… :)
Et sinon, j’ai éprouvé un grand plaisir à écrire mes articles sur Tintin et ceux sur la Hammer. Dans l’ensemble, tous les articles qui m’ont permis de développer des thématiques regroupant les vieux films fantastiques (tels ceux sur le Horla  ou celui sur Roger Corman) figurent parmi mes préférés.
Et enfin, enfin ! Nous avons enfin inauguré un espace dévolu à la musique avec la semaine rock et lors de quelques portraits dédiés à nos idoles, comme la story de Marilyn Manson ou celle de Wish You Were Here !
Mais l’article dont je suis peut-être le plus fier, c’est le focus Je Suis Ton Père  que m’avait commandé Bruce. Une chronique qui m’a permis de développer mes thèmes favoris tout en les mettant dans la perspective de plusieurs œuvres que j’aime, et qui n’auraient peut-être pas été abordées au sein du blog sans une telle opportunité.

Au final, soyez avertis : J’aime les vieux films de monstres. J’aime aussi les films d’horreur où l’on ne voit rien. J’aime toutes les histoires à forte connotation fantastique, le gothique, la SF, l’Heroic fantasy, l’épouvante, le steampunk et ses dérivés rétro-futuristes. Je n’aime pas le naturalisme. Je pense que Spielberg est un génie et que les frères Dardenne sont des sombres merdes. Je hais le punk. Je vomis sur le rap. J’aime Pink Floyd, Gainsbourg, la soul music, le disco, le jazz, la bossa-nova et le rock progressif. Je ne supporte pas le bruit et les hystériques. Ni la bienpensance. Je déteste les vieux comics de super-héros naïfs et infantiles, je ne lis jamais de manga dans le sens japonais, je fous à la poubelle les comics de super-héros d’aujourd’hui où tout est connecté sur des events à la con, j’emmerde la sacro-sainte « Continuité », j’ai une sainte horreur des jeux-vidéo, je ne suis pas là pour vous cirer les pompes ou vous brosser dans le sens du poil et j’aime les histoires sombres et horribles où personne ne ressuscite !

PS : Quoiqu’il en soit, malgré cette méchanceté provocatrice qui coule dans mes veines, j’apprécie profondément nos échanges et je me nourris de nos différences. Ce qui fait que je progresse sans cesse humainement, laborieusement, mais sûrement. Bonne fêtes et bonne année à tous.

TO BE CONTINUED 

Rien du tout ! Notre pause hibernale durera moins longtemps que celle de Walking Dead, mais au moins quinze jours pour une reprise estimée autour du 8 janvier. D’ici là le blog passe en mode rediff’. Mais la rubrique commentaires reste elle active : click-click (clin d’oeil insistants). 

Take care friends !

La version originale de Tornado

La version originale de Tornado


Une préface signée par les Miss Betty Boob : Véro Cazot et Julie Rocheleau. Les bobines de l’équipe. Les tops et les flops de l’année en comics/mangas/bd. This one got it all !
Le bilan 2017 Made in Bruce Lit.

La BO du jour : Joyeux noël avec le roi David

81 comments

  • Tornado  

    Bonne année à toutes et à tous.
    Que la santé soit bonne et que la force soit avec vous…

  • Matt  

    La trinité originelle du Lit qui vient souhaiter la bonne année avant tout le monde…c’est beau !

    Bonne année à tout le monde ! Espérons que 2018 sera meilleure année. Même si sur le blog je n’ai pas trop de doutes qu’elle restera enrichissante.

  • OmacSpyder  

    Oui, Matt, n’est-ce pas symbolique que la Trinité du blog saute du lit pour nous adresser ses voeux pieux! :)

    Meilleurs voeux à vous tous! Que cette année soit prospère (Youplaboum!) et qu’elle nous transporte encore vers des contrées imaginaires à explorer, afin d’en lire les récits de voyage sur ce fabuleux carnet de bord!
    Hissez Haut, matelots!
    Merci à Bruce pour cette année tenue de main de maître de bord contre vents et marées!

  • Jyrille  

    Bonne année à toutes et à tous, je ne vous souhaite que du bonheur !

  • pascal  

    Bonne année à tous!

    • Présence  

      Merci, à toi aussi.

  • Eddy Vanleffe  

    Déjà en retard, Bonne année à tous!

  • Nicolas  

    Bonne année à tous ! Je vous souhaite de bonne lectures pour cette année !

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *